Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Première partie. Théorie

Chapitre IV. Morphologie et modèles grammaticaux

Texte intégral

1Charles Hockett a synthétisé les différentes solutions proposées par les linguistes qui pratiquaient l’janalyse en morphèmes, en les ramenant à deux modèles, qu’il a appelés respectivement Item and arrangement et Item and process.

1. Item and arrangement

2Un énoncé étant conçu comme une suite de morphèmes, le premier mécanisme abstrait auquel on peut penser pour attribuer un signifiant à ces morphèmes est le modèle appelé Item and arrangement, ce qui peut se rendre en français par “Article et ordonnancement”, ou si l’on veut, par “Item et ordonnancement”, puisque le mot anglais item est quasiment passé en français. Ce modèle admet que la suite des signifiants des morphèmes représente pas à pas la suite ordonnée des morphèmes. Si on note les morphèmes entre accolades, les signifiés entre guillemets, les signifiants entre barres obliques, et les réalisations phonétiques entre crochets droits, conformément à un usage suivi par bon nombre de linguistes (cf. Hockett, 196914,272 ; Gleason, 1969,53-54), à la suite de morphèmes

{Pers3} {chanter} {Futur} {Imparfait}
le modèle Item and arrangement fera correspondre la suite de signifiants
# /il/ # /∫āt/R/ε/ #
et à la suite de morphèmes
{Pers3} {chanter} {Futur} {Présent} la suite de signifiants
#/il/#/āt//Ra/Ø/#

3Un tel modèle rendra parfaitement compte des variations, si elles dépendent du contexte morphématique. Car il pourra attribuer au morphème {Futur} le signifiant /R/ s’il est dans le contexte du morphème {Imparfait} ou le signifiant /Ra/ s’il est dans le contexte et du morphème {Pers2} ou {Pers3}, et du morphème {Présent}. Il rendra compte aussi des morphèmes à signifiant zéro, même si ce sont des zéros morphémiques, parce que ces derniers sont des absences formelles à l’intérieur d’un paradigme, lequel occupe forcément une position précise dans l’ordre des morphèmes.

4Il pourra également rendre compte des autres anomalies morphologiques, mais en en changeant la nature, c’est-à-dire en les ramenant à des formes particulières de variation. Le segment discontinu par exemple de nous chantons deviendra un morphème {Personne 4} de signifiant/nu/suivi d’une variante /ãt/ du morphème {chanter}, ou devra être découpé en deux morphèmes, dont l’un précédera le verbe {chanter}, et l’autre le suivra. L’amalgame correspondra à la suite des deux morphèmes {Prép à} {Det Défini}, où la préposition présentera une variante loi devant le morphème {Det Défini}, et où ce morphème {Det Défini} présentera une variante zéro après le morphème {Prép à}. Enfin le syntagme allemand ich sang « je chantais » se décrira sans forme de remplacement par une suite de trois morphèmes, {Personne 1} {chanter} {Prétérit}, dont le premier est représenté par /iç/, le deuxième par la variante /zaŋ/ qui apparaît devant le morphème {Prétérit}, et le troisième par la variante zéro après le morphème {chanter}. L’inconvénient morphologique du modèle Item and arrangement est de tout ramener à un parallélisme entre les morphèmes et les allomorphes, qui ressemble fort à l’isomorphie entre les signifiés et les signifiants que récuse justement la théorie de l’arbitraire du signe. Mais le modèle Item and arrangement n’est pas avant tout un modèle morphologique ; c’est, selon la définition même de Hockett, “un modèle de description grammaticale” (Hockett, 1954, 90), défini expressément en ces termes :

“On suppose qu’un énoncé dans une langue donnée consiste entièrement en un certain nombre d’éléments minimaux grammaticalement pertinents, appelés morphèmes, dans un certain ordonnancement les uns par rapport aux autres. La structure de l’énoncé est précisée par l’indication de ses morphèmes et de leur ordonnancement” (Hockett, 1954,92).

5Ceci veut dire qu’au moins en ce qui concerne la description morphologique ce modèle grammatical est inutilisable.

2. Item and process

6Toutes les anomalies morphologiques (et notamment l’amalgame et la forme de remplacement) que supprime artificiellement la partie morphologique du modèle Item and arrangement conduisent à postuler un modèle plus riche que Hockett a appelé Item and process, c’est-à-dire « article et opération ». Ce modèle repose sur les concepts de base que

premièrement, “une forme linguistique est soit simple soit dérivée” (d’après Hockett, 1954,107)
deuxièmement, une forme simple est un morphème
troisièmement, “une forme dérivée consiste en une ou plusieurs formes sous-jacentes auxquelles une opération a été appliquée. Les formes sous-jacentes et les opérations se retrouvent toutes (sauf exception rare) dans d’autres formes. La ou les formes sous-jacentes sont les constituants immédiats de la forme dérivée, qui est aussi appelée un constituant ; chaque forme sous-jacente est dite occuper une position donnée ; chacune, s’il y en a plus d’une, est le partenaire du reste” (d’après Hockett, 1954, 108). Et les signifiants dans une forme dérivée sont “non pas une partie d’une forme sous-jacente, mais plutôt une représentation ou un marqueur de l’opération” appliquée.

7Hockett donne comme exemple la forme verbale dérivée baked « cuisait ». Elle a comme forme sous-jacente le seul morphème bake « cuire », à laquelle est appliquée l’opération de formation du passé, soit :

bake + Formation du passé

8Ce morphème bake fait partie de la liste des verbes pour lesquels l’opération “Formation du passé” ajoute à la suite des phonèmes de la forme sous-jacente un marqueur qui est /t/, ce qui donnera le passé /beikt/. Par contre pour took « prenait », la forme sous-jacente sera take, et l’opération “Formation du passé” remplacera le noyau vocalique /ej/ de cette forme sous-jacente par la voyelle /u/, d’où le passé /tuk/, ce qui correspond très exactement à la description morphologique qui paraît bonne.

9Mais comme dans le cas de Item and Arrangement, il s’agit d’un modèle grammatical. Aussi Hockett donne-t-il un autre exemple qui n’est pas purement morphologique. Si les deux formes linguistiques John « Jean », qui est un morphème, et saw « vit », qui est une forme dérivée, sont la forme sous-jacente à laquelle est appliquée l’opération binaire de “Prédication”

John saw (c’est-à-dire see + Formation du passé) + Prédication

10L’opération de “Prédication” consistera soit à mettre les deux constituants dans cet ordre et à ne pas faire apparaître de marqueur soit plutôt à faire de l’ordre même des deux constituants son propre marqueur.

3. Word and Paradigm « Mot et paradigme »

11Il existe un troisième modèle qui est proprement morphologique et que Charles Hockett n’avait pas pris la peine de préciser ; car c’était, à vrai dire, le modèle traditionnel de l’analyse en mots. Mais un linguiste spécialiste notamment de latin, Peter H. Matthews, après avoir montré que les deux modèles précédents paraissaient inapplicables à la morphologie du latin, a entrepris de formaliser l’analyse traditionnelle en mots sous le nom, repris à Hockett, de modèle Word and Paradigm (cf. Matthews, 1972, 106-107). Il résume assez bien son point de vue en ces termes :

“Dans la tradition, les mots véhiculent globalement des significations. Par exemple, lat. vēnerō « je serai venu » véhicule la signification lexicale de « venir », ainsi que les significations grammaticales de parfait, futur, indicatif, première personne du singulier et actif. Celles-ci peuvent ou ne peuvent pas être associées à des formes discrètes à l’intérieur du mot. L’aspect parfait dans vēnerō est marqué par la voyelle longue de la première syllabe vēn-, mais aussi par les éléments qui suivent (comparez le futur non parfait veniam « je viendrai »). La première personne du singulier est marquée par la finale -ō ; mais, au parfait, celle-ci distingue aussi le futur du présent (vē « je suis venu ») et du passé (vēneram « j’étais venu »)” (d’après Matthews, 1992,244).

12Trois exigences définissent ce modèle. D’abord le mot joue le rôle central d’unité primitive, chaque mot étant séparé des autres par des frontières de mot et étant rattaché au niveau grammatical par un ensemble de caractéristiques flexionnelles non ordonnées, qui appartiennent chacune à un paradigme. Le mot vēnerō par exemple ne correspond pas à une suite de morphèmes :

ven- + Perfectum + Futur + Personne 1

13comme ce pourrait être le cas dans le modèle Item and Arrangement, mais à la définition grammaticale :

“Première personne du singulier de l’indicatif futur actif du perfectum de VENIO”

14où “première personne” s’oppose à “deuxième” ou “troisième personne”, “singulier” à “pluriel”, “indicatif” à “subjonctif” ou “impératif”, etc., et où l’ordre est traditionnel, puisque, après tout, il n’a aucune pertinence. Deuxième exigence, la structure formelle du mot, spécifiée en termes exclusivement morphologiques, se conforme au cadre suivant :

Racine (1e Suffixe) (Second Suffixe) Terminaison

15où seuls le premier et le dernier élément sont obligatoires. Dernière exigence, le modèle autorise des opérations au niveau morpholexicale et au niveau morphophonémique, les opérations morphophonémiques étant “essentiellement des règles d’interaction (par assimilation, fusion, épenthèse, etc.) entre des formants voisins à particularités phonologiques spécifiques” (Matthews, 1972, 108). Le lexème VENIO présente une racine veni- à l’infectum, et ven- au perfectum. Le perfectum de VENIO allonge la voyelle de la racine et, au futur et à l’imparfait, ajoute un premier suffixe -er-. Le futur, l’indicatif et l’actif n’ajoutent rien, après le premier suffixe. Enfin la première personne et le singulier ajoutent, au futur du perfectum, une terminaison -ō.

16Ce modèle a l’avantage de réintroduire expressément la notion de mot, qui, avons-nous vu, a une pertinence morphologique, et d’admettre des opérations morphologiques, comme le modèle Item and Process. Il a par contre l’inconvénient de ne pas vraiment prendre en compte la notion de morphème en tant qu’unité significative minimale, de rejeter toute idée d’ordre entre les morphèmes, et de suivre à la lettre les analyses traditionnelles. C’est ainsi qu’il ne voit pas que certaines catégories traditionnelles ne sont que des absences de morphèmes. Le paradigme des temps par exemple n’est pas constitué, en latin, de trois temps : le présent, l’imparfait et le futur, mais seulement de deux : l’imparfait et le futur. De même le paradigme de l’aspect n’est pas formé de l’infectum et du perfectum, mais du seul perfectum, le présent et l’infectum n’ayant en fait ni signifiant ni signifié. Cela vu, il n’y a plus aucune impossibilité à décrire le futur antérieur vēnerō par la suite ordonnée de morphèmes

veni + Perfection + Futur + Personne 1

17ce qui donnera finalement, après les règles morphologiques d’assignation d’un signifiant et de variation, une suite de phonèmes

/ue : n + er + Ø + o : / ou plus exactement /ue : n + is +Ø+ o : /

18où le morphème de perfectum a reçu un signifiant discontinu, à savoir l’allongement de la voyelle du signifiant du lexème et le segment /is/, qui se réalisera phonétiquement [er], en vertu des règles de neutralisation et de variation du système phonologique latin. On constate en effet qu’en latin, le signifiant du morphème de perfectum suit toujours, en totalité ou en partie, le signifiant du lexème verbal, et que le signifiant des morphèmes de temps suit toujours le signifiant du morphème de perfectum. Il n’y a donc pas de raison de ne pas ordonner ces morphèmes dès le départ.

19Un bon modèle morphologique devrait, nous semble-t-il, d’une part avoir pour unités de base des morphèmes (et des synthèmes), et d’autre part retenir aussi bien la notion d’“ordonnancement” du modèle Item and Arrangement que la notion d’“opération” du modèle Item and Process et la notion de mot du modèle Word and Paradigm.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540