Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Première partie. Théorie

Chapitre III. La morphologie

Texte intégral

1On peut dire, en simplifiant beaucoup les choses, que la morphologie peut recevoir deux grands types de définition : une définition traditionnelle et une définition moderne.

1. La définition traditionnelle

2C’est celle que mettent ordinairement en pratique les grammairiens qui sont chargés d’enseigner une langue étrangère, surtout si cette langue est une langue dite flexionnelle, comme le latin ou l’allemand. Elle repose sur la notion de mot, et peut être formulée de la façon suivante :

“Le terme morphologie, étymologiquement « la science des formes », s’emploie traditionnellement pour désigner l’étude des formes sous lesquelles se présentent les mots dans une langue donnée” (Akamatsu, 1969, 244).

3En principe, on peut alors opposer brillamment la morphologie, étude de la structure interne des mots, à la syntaxe, étude de la combinaison des mots. Bloomfield a en effet pu écrire :

“Nous pouvons dire que la morphologie comprend les constructions des mots ou des parties de mots, tandis que la syntaxe comprend les constructions de syntagme” (Bloomfield, 1970, 195).

4Mais en pratique la tâche de la morphologie est plus restreinte : c’est avant tout l’étude des éléments grammaticaux qui entrent dans la constitution des mots.

5Ces deux points de vue sont, à quelques détails terminologiques ou théoriques près, ceux des grands linguistes européens de la première moitié du 20e siècle. Vendryès, qui distinguait deux sortes d’unités linguistiques, les morphèmes et les sémantèmes, préfère la conception plus restreinte : il “voit dans la morphologie l’étude des morphèmes, qui sont pour lui des éléments grammaticaux dont la fonction est d’indiquer les rapports établis entre les idées exprimées par les sémantèmes” (Akamatsu, 1969, 246). Marouzeau dit à peu près la même chose, sans rejeter pour autant le point de vue plus général. Il écrit en effet dans son Lexique de la terminologie linguistique :

“Morphologie [Wortbildungslehre, Formenlehre // Morphology // Morfologia]. En un sens très large, science des procédés de formation qui mettent en jeu des morphèmes et principalement des suffixes (morphologie suffixale [all. Wortbildungslehre]) ; en un sens plus restreint, étude des éléments fléchis ou désinences (morphologie flexionnelle [Formenlehre proprement dite])” (Marouzeau, 196933, 149).

2. La conception de la linguistique moderne ou structurale

6Elle repose non pas sur la notion de mot, mais sur celle du morphème défini comme une unité significative minimale, et non plus comme une simple unité grammaticale.

a. Nida

7Cette analyse est assez bien représentée par l’ouvrage célèbre d’Eugene Nida qui est intitulé Morphology, et qui est en réalité un manuel d’analyse en morphèmes, c’est-à-dire d’analyse en “unités significatives minimales”, selon la définition que Eugene Nida donne lui-même des morphèmes :

“Morphemes are the minimal meaningful units” (Nida, 19659, 1).

8C’est la position que l’on retrouve dans un autre manuel d’introduction à la linguistique moderne, celui de H. A. Gleason, où la morphologie est définie comme “la description des combinaisons étroitement soudées de morphèmes” (Gleason, 1969, 50). Bref la morphologie est alors pratiquement plus ou moins identifiée à ce qu’on devrait appeler la morphématique.

9Ce substantif n’est pas tellement utilisé en français, où l’on emploie couramment l’adjectif morphématique, en considérant précisément, comme le fait le Dictionnaire de linguistique de Jean Dubois, qu’il s’agit d’un synonyme de l’adjectif morphologique (Dubois, et alii, 1973, 326). Mais ce substantif serait un bon équivalent du substantif anglais morphemics, qui désigne la partie de la linguistique qui s’occupe de l’analyse en morphèmes, et qui, au moins apparemment, est différent du substantif morphology.

b. Martinet

10Ce dernier a essayé de rapprocher la définition moderne et la définition traditionnelle de la morphologie, en disant que la morphologie a pour objet “l’étude des variantes de signifiant” (Martinet, 19672, 106). Cela veut dire que la morphologie est bien “l’étude de la forme” (Martinet, 1969, 109), comme le voudraient son étymologie et la linguistique traditionnelle ; mais, ajoute Martinet, “il n’est en aucune façon précisé que cette étude se limite à la forme des éléments grammaticaux” (Martinet, 1969, 109), contrairement à ce que faisait la linguistique traditionnelle. La morphologie va dans ces conditions s’intéresser au signifiant et des morphèmes grammaticaux et des morphèmes lexicaux. Mais elle ne correspondra qu’à une partie de ce que fait l’analyse en morphèmes, puisque Martinet la limite ordinairement à l’étude des variantes des unités significatives, comme dans les Eléments de linguistique générale (cf. 19672, 106), ou dans la Grammaire fonctionnelle du français :

“Pour quiconque apprend une langue, il est indispensable de s’habituer à toutes les variations de formes des différents monèmes, à leurs amalgames et à leur discontinuité. Nous désignons l’étude de ces variations comme la morphologie” (Martinet, 1979,7).

c. Notre point de vue

11Personnellement nous préférons une définition beaucoup plus large, qui a été proposée au moins une fois par Martinet dans un des Annuaires de l’Ecole pratique des Hautes études, où il résumait son cours de l’année :

“La syntaxe <..> ne saurait traiter de la position respective des éléments de l’énoncé lorsque celle-ci ne fait pas l’objet d’un choix du locuteur parce qu’elle est déterminée par l’usage ou qu’elle n’affecte pas la nature des relations entre les éléments de l’énoncé <..>. Tout ceci ressortit à la morphologie qui peut donc être définie comme le chapitre de la grammaire qui traite de l’ensemble des faits formels non pertinents de la première articulation du langage, qu’il s’agisse de faits relatifs aux choix de phonèmes, de prosodèmes ou de positions respectives” (Martinet, 1972,556).

12La morphologie ne traiterait donc pas seulement des variations formelles des unités significatives, mais de tous les avatars formels des morphèmes (amalgames, discontinuité, alternances, etc.) et des combinaisons de morphèmes. C’est par exemple la morphologie du français qui impose de mettre l’article défini devant le nom avec lequel il forme une unité syntaxique, alors que la morphologie du roumain le postpose au nom. C’est la morphologie de l’allemand qui fera que certaines particules verbales sont separables et d’autres inséparables. D’une façon générale, c’est la morphologie qui procédera à la mise en ordre linéaire et notamment à la mise en mots des morphèmes de l’énoncé.

3. Morphologie et morphématique

13En face de la morphologie qui s’occupe du signifiant des unités linguistiques, il y a la sémantique, qui s’occupe, elle, du signifié de ces mêmes unités linguistiques, c’est-à-dire bien sûr du signifié des morphèmes -aussi bien les morphèmes grammaticaux que les morphèmes lexicaux-, mais aussi de la signification des combinaisons syntaxiques de morphèmes, et de la signification des combinaisons syntaxiques maximales de morphèmes que sont les énoncés. Si tous les problèmes de signifiant que traite l’analyse en morphèmes relèvent de la morphologie, cette dernière n’englobe-t-elle pas la morphématique, qui du coup n’aurait guère de raison d’être ? En fait la spécificité de la morphématique est l’identification proprement dite des morphèmes, laquelle repose et sur des considérations morphologiques et sur des considérations sémantiques, dans la mesure où les morphèmes sont des unités à deux faces, une face signifiant et une face signifié.

14Il faut bien reconnaître que si on ne s’était pas pratiquement limité à l’identification exclusivement formelle des morphèmes, le problème du morphème dit zéro ou du signe zéro aurait été moins confus. Il ne suffit pas en effet de constater une absence formelle pour qu’on puisse parler d’un morphème à signifiant zéro ; il faut encore que cette absence formelle soit effectivement significative, c’est-à-dire corresponde réellement à un signifié spécifique, susceptible d’être défini avec précision (cf. Touratier, 1996, 71-73). Ainsi c’est parce qu’on n’a pas tenté de faire correspondre une définition sémantique précise à l’absence formelle qui caractérise le temps appelé présent dans la conjugaison française qu’on a cru trop rapidement que ce prétendu temps était un morphème à signifiant zéro, alors qu’il s’agit tout simplement d’une absence de morphème temporel. Une forme verbale comme je chante ne contient en effet que deux morphèmes, à savoir le morphème personnel // et le lexème verbal / ∫ãt/, les valeurs multiples et contradictoires que lui prêtent ordinairement les grammaires n’étant pas dues au signifié introuvable d’un éventuel morphème de « présent », mais aux données énonciatives propres à chaque sorte d’énoncés au présent (cf. Touratier, 1996,74-96). L’identification des morphèmes ne repose donc pas seulement sur des considérations morphologiques ; elle se fonde aussi sur des considérations sémantiques, lesquelles doivent parfois être très poussées, comme dans le cas du prétendu présent, si on tient à faire une bonne analyse en morphèmes.

4. Morphonologie et morphophonologie

15Troubetzkoy a pensé qu’“à côté de la phonologie, qui étudie le système des phonèmes <..> et de la morphologie, qui étudie le système des morphèmes” (Troubetzkoy, 1929, 85), la description linguistique devait ouvrir “un chapitre particulier, qui étudie l’utilisation morphologique des différences phonologiques”, qu’il a proposé d’appeler “la « morpho-phonologie » ou, en abrégeant la « morphonologie »” (Troubetzkoy, 1929,85).

a. Morphonologie

16Il s’agit, à vrai dire, de l’étude des alternances morphologiques constituées par des phonèmes différents, ce que Troubetzkoy illustre par les deux mots russes ruka « main » et ručnoj « manuel ». Les deux segments ruk- et ruč-que contiennent ces deux mots sont des variantes “d’un seul et même morphème, qui, précise Troubetzkoy, vit, dans la conscience linguistique <...> sous une forme ruk/čk/č est une idée complexe” (Troubetzkoy, 1929, 85). Il ajoute que “ces idées complexes de deux ou plusieurs phonèmes susceptibles <..> de se remplacer l’un l’autre au sein d’un seul morphème peuvent être appelées des « morpho-phonèmes » ou des « morphonèmes »” (Troubetzkoy, 1929,85).

17Cette notion de morphonème a l’intérêt de souligner expressément la différence qu’il convient de faire entre une alternance (morphologique) de phonèmes et une variante (phonologique) de phonème (ou allophone). Les sons [k] et [t∫] représentent en effet en russe deux phonèmes différents, à savoir /k/ et /t∫/, comme le montrent les oppositions entre kuma « commère » et čuma « peste », kislo « aigre(neutre) » et čislo « nombre », kto « qui ? » et čto « quoi ? ». Et, “dans ručnôj, comme le signale justement Martinet (1965,17), ce n’est pas le contexte phonique -nό- qui change le k de ruka en č, puisque -k- se maintient dans oknό « fenêtre »”. On ne peut donc pas dire que [t∫] soit une variante contextuelle du phonème /k/. Il s’agit non pas d’une variation phonologique, mais d’une variation morphologique, traditionnellement appelée alternance. Comme nous l’avons vu précédemment, il est important de bien distinguer les variations morphologiques des variations phonologiques. Mais si l’on définit la morphologie comme nous l’avons fait, la prétendue morphonologie fait partie de la morphologie ; et il n’est même pas nécessaire de considérer que ce type particulier de variation morphologique que forment les alternances entre phonèmes doit être considéré comme relevant d’un chapitre à part de la morphologie.

b. Morphophonologie

18Ce terme semble avoir été inventé aux Etats-Unis par Bloomfield, qui dans son livre de 1933 intitulé Language traite sous le nom d’“alternants phonétiques” des phénomènes comme le pluriel anglais [-iz, -z, -s] (cf. Bloomfield, 1970, 198) ou l’Umlaut du pluriel allemand de Hut « chapeau » : Hüte, Sohn « fils » : Söhne, Baum « arbre » : Bäume (cf. Bloomfield, 1970, 199), qui relèvent de ce que Troubetzkoy appelait la morphonologie. “Mais ce n’est qu’en 1939 qu’on relève sous la plume de cet auteur, le terme de morphophonemics qui s’impose immédiatement aux linguistes américains. Morphophonemics apparaît dans le titre même de sa contribution aux Etudes phonologiques dédiées à la mémoire de N. S. Troubetzkoy (T.C.L.P. 8,1939,105-115), et il ne peut faire de doute que ce composé reproduise le terme troubetzkoyen de « morphonologie », avec refus de l’haplologie, jugée sans doute trop fantaisiste, et remplacement de « phonologie » par son équivalent américain usuel –phonemics” (Martinet, 1965, 16). La même année 1939, dans la revue Language Morris Swadesh et Charles F. Voegelin “prennent à leur propre compte le terme morphophoneme dérivé de morphophonemics par soustraction” (Martinet, 1965,16).

19Il n’est pas facile de ramener à une définition unique tout ce que les différents linguistes structuralistes ont considéré comme faisant partie de la morphophonologie. On peut dire qu’il s’agit de faits phonologiques ne relevant pas de la phonologie proprement dite, mais concernant la représentation et la structure formelle des morphèmes, d’où le nom même de morphophonologie. Il s’agit alors le plus souvent principalement des phénomènes d’alternance que sont susceptibles de connaître les signifiants des morphèmes, par exemple l’alternance entre /z/ et /әn/ du morphème de pluriel (cf. Hockett, 19592, 280) ou entre /wáif/ et /wájv/ du lexème {wife} (cf. Hockett, 19592,281). C’est ainsi que Bloomfield, dans sa description du menomini, postulera un morphophonème /n/ qui alterne avec une sifflante /s/ devant les voyelles e, ē, y, à côté d’un phonème /N/, qui, lui, ne présente pas cette alternance. Il admet ainsi un lexème /ōn-/ » canoe » qui se prononce / ōn-an/ au pluriel, mais /ōs-/ dans le singulier /ōn-ē-/ (cf. Bloomfield, 1939, 109 et 108). Sa description se rapproche beaucoup de la morphonologie de Troubetzkoy. Mais, comme le remarque Martinet, “ce qu’il appelle « morphophonème » n’est plus l’« idée complexe » correspondant à deux phonèmes qui alternent, mais un signe graphique permettant de préserver l’identité de certains signifiants là même où leur réalité phonologique varie d’un contexte à l’autre” (Martinet, 1965,26). Bloomfield postule en effet un morphophonème /n/ là où Troubetzkoy admettrait un morphonème n/s. Dans ces conditions, il n’y a pas plus de raisons de distinguer la morphophonologie de la morphologie qu’il n’y en avait de distinguer la morphonologie de la morphologie.

20Si l’on distingue la morphophonologie de la morphologie, on est alors tenté de penser que dans la description linguistique il doit y avoir un niveau abstrait propre à la morphophonologie, ce qui explique que certains linguistes aient noté les morphophonèmes autrement que les phonèmes. C’est ainsi que Martinet (1965, 26) note entre deux chevrons le signifiant <ōn> du lexème « canoe » de Bloomfîeld, que Xavier Mignot (1974, 123-124) explique le mot latin homō, hominis « homme » par une suite morphophonologique entre deux doubles barres obliques //homōn// pour le nominatif homō, et un morphophonème //ō~ŏ// pour le génitif hominis, ou que Edmund Gussmann “représente le morphème act de active ~ action ~ actual par {æ}{k}{t,š,č}” (1992, 13). Cette façon de voir complique inutilement la description, en obligeant à postuler une représentation morphophonologique aussi dans les cas où la représentation phonologique ne correspond à aucune alternance. De fait Xavier Mignot est amené à admettre pour le lexème latin dux, ducis « chef » une représentation morphophonologique //duk// (cf. Mignot, 1974, 149), qui donnera lieu à la représentation phonologique /duk/, laquelle se réalisera phonétiquement [duk]. Mais on se demande pour quelle raison il serait nécessaire de postuler une autre sorte d’unité phonique que le phonème pour décrire la représentation formelle des morphèmes. Si l’on doit parler de morphophonologie ou de morphonologie, il ne semble en effet nullement indispensable de postuler qu’une alternance de phonèmes -ou, comme le disait Troubetzkoy, une « idée complexe »- correspond à deux réalisations différentes d’une même entité d’un ordre supérieur que l’on appellerait morphophonème.

21Quand on rejette ainsi la notion de morphophonème, la notion de morphophonologie ne paraît utile que si on ne dispose pas du concept phonologique de neutralisation, ou si on réifie en quelque sorte la notion de neutralisation. Dans des cas comme lat. rex « roi », régis ou gr. φλέψ [phleps] « veine », (φλεβós [phlebos], où l’on parlerait d’une neutralisation de l’opposition « voisé » ~ « non voisé » devant consonne sifflante, les structuralistes américains, qui ne disposent pas de la notion de neutralisation, postulent une relation morphophonologique entre deux allomorphes, respectivement /re : k ~ re : g/ (Gleason, 1969, 72 ; Hockett, 19592, 282) ou /pnlep ~ phleb/ (cf. Gleason, 1969, 69). Martinet parlera plus justement d’une neutralisation (cf. Martinet, 1965, 20), c’est-à-dire du fait qu’une opposition phonologique (en l’occurrence l’opposition « voisé » ~ « non voisé ») cesse de fonctionner dans un contexte particulier (en l’occurrence devant consonne sifflante). Mais le problème qui se pose, c’est de savoir comment décrire cette neutralisation. Martinet en donne la transcription /rēKis/, /rēgis/, qu’il qualifie de “proprement phonologique” (Martinet, 1965, 20), estimant qu’une transcription comme /rēgs/, /rēgis/ serait morphophonologique, et devrait donc être notée <rēgs>, <rēgis>. En réalité, qu’est-ce exactement qu’une neutralisation ? C’est le fait qu’une opposition distinctive comme « voisé » ~ « non voisé » cesse de fonctionner, et donc qu’un trait distinctif comme « voisé » cesse de s’opposer au trait distinctif « non voisé », ce qui peut s’expliquer soit parce que le trait distinctif « non voisé » a reçu, du fait de son contexte, une réalisation phonétique voisée, soit inversement parce que le trait distinctif « voisé » a reçu, du fait de son contexte, une réalisation phonétique non voisée. Dans le cas qui nous occupe ce ne peut être que parce que le trait distinctif « voisé » reçoit de son contexte, qui est une sifflante non voisé, une réalisation non voisée. Il en découle que la neutralisation de l’opposition « voisé » ~ « non voisé » n’est en latin qu’une règle phonologique qui attribue une réalisation phonétique non voisée à certaines occurrences d’un phonème « voisé », ce qu’on peut écrire :

« voisé » - non voisé / — non voisé (c’est-à-dire le trait « voisé » se réécrit non voisé devant une consonne non voisée).

22Il n’y a donc aucune raison de ne pas dire que ce qui se prononce [re : ks] est, à cause de la règle de neutralisation formulée ci-dessus, la réalisation de la suite phonématique /re : g+s/, sans que la notation de cette suite de phonèmes ait pour autant à être considérée comme une notation morpho-phonologique. Par contre si on considère, avec Martinet, que la neutralisation fait apparaître un type particulier d’unité phonologique appelé archiphonème, alors il faut dire que le morphème « roi » reçoit en latin deux signifiants différents, à savoir /re : K/ et /re : g/, /re : K/ étant un allomorphe qui n’apparaît que devant consonne sifflante. Ceci revient à doubler inutilement une neutralisation phonologique d’une variation morphologique, alors que la description des linguistes américains se contentait d’une variation morphophonologique. Mais la description par une neutralisation phonologique suffit largement, si l’on n’ajoute pas à la définition du concept de neutralisation d’une opposition l’apparition d’une unité phonologique spéciale appelée archiphonème. Avec une théorie de la neutralisation sans archiphonème, on n’a nullement besoin de postuler une alternance morphologique, et encore moins une alternance morphophonologique.

c. La Grammaire générative

23Elle a d’abord considéré que la morphophonologie s’intéressait à tous les phénomènes formels du langage, sans distinguer ce qui pouvait être variation morphologique de ce qui était proprement phonologique. La grammaire conçue d’abord comme “un ensemble fini Σ de séquences initiales, et un ensemble fini F de « formules d’instruction » de la forme X → Y, interprétée comme : « réécrire Y pour X »” (Chomsky, 1969, 32), ce que Noam Chomsky appelle “une grammaire (Σ, F)”, doit “engendrer toutes les suites grammaticales de morphèmes d’une langue” (Chomsky, 1969,35). Il faut compléter cette grammaire par un ensemble de règles qui établisse “la structure phonologique de ces morphèmes” et ainsi “produise les suites grammaticales de phonèmes de <la> langue” en question (Chomsky, 1969, 35), ce que Noam Chomsky illustre par les exemples suivants :

(I) walk - » /wƆk/
(II) take + Passé → /tuk/
(III) hit + Passé → /hit/
(IV) /...D/ + Passé → /...D/ + /id/ (où D = /t/ ou /d/) etc.

24C’est cet ensemble d’opérations que, d’après Noam Chomsky (1969, 35), “nous pourrions appeler la morphophonologie du langage”.

25Par la suite, Noam Chomsky parlera d’un composant syntaxique à deux étages, une “base de la grammaire”, qui engendre la structure dite profonde, et un sous-composant transformationnel, qui engendre la structure dite superficielle. A ce composant central s’ajoutent deux autres composants, non génératifs mais interprétatifs, le “composant sémantique”, qui “détermine l’interprétation sémantique d’une phrase” (Chomsky, 1971, 31), et le “composant phonologique”, qui “détermine la forme phonétique d’une phrase engendrée par les règles syntaxiques” (Chomsky, 1971, 31). Ce composant phonologique remplit donc, dans cette nouvelle terminologie, le même rôle que ce qui était antérieurement appelé la morphophonologie. Mais finalement ce terme même de morphophonologie sera expressément récusé et éliminé. Dans Sound Pattern of English, Noam Chomsky et Morris Halle parleront de la “représentation phonologique” que le composant phonologique donne à la structure syntaxique superficielle, et qu’ils éviteront soigneusement de qualifier de « représentation morphophonémique » ou même de « représentation phonémique systématique »

“Nous ne parlerons pas d’« analyse phonémique » ni de « phonèmes » dans cet ouvrage et nous éviterons les termes tels que « morphophonémique » qui implique l’existence d’un niveau phonémique” (Chomsky & Halle, 1973, 38).

26Bref la morphophonologie, la morphologie et même la phonologie proprement dite disparaissent, pour se fondre indistinctement dans le prétendu composant phonologique, ce qui est loin de clarifier les choses.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540