Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Première partie. Théorie

Chapitre II. Les complications de l’analyse en morphèmes

Texte intégral

1Si le principe de l’analyse en morphèmes est théoriquement simple, il arrive assez souvent, dans la pratique, que l’on ait quelque peine à isoler tel ou tel morphème, et à associer tel signifié à tel signifiant. Toutes les difficultés de l’analyse en morphèmes viennent de ce qu’il n’y a pas de parallélisme entre signifiés et signifiants. Cela n’a en soi rien de surprenant, quand on se rappelle le grand principe, mis en évidence par Ferdinand de Saussure, selon lequel, dans le signe linguistique, “le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire” (Saussure, 1967, 100). Ceci veut dire, précise Saussure, que le signifiant “est immotivé, c’est-à-dire arbitraire par rapport au signifié, avec lequel il n’a aucune attache naturelle” (Saussure, 1967, 101). Le signifiant n’est pas la simple transposition phonique du signifié, ni le signifié la transposition sémantique du signifiant. Il n’y a donc pas parallélisme ou isomorphie entre les signifiés et les signifiants.

1. Variantes ou allomorphes

2Les variantes sont les premières complications de l’analyse en morphèmes. Elles viennent de ce que la relation entre les signifiés et les signifiants n’est pas bijective, un seul et même signifié n’étant pas toujours associable à un seul et même signifiant, mais pouvant très bien être associé à deux ou plusieurs signifiants différents.

a. L’exemple du pluriel anglais

3Les grammaires anglaises signalent que le pluriel reçoit trois marques principales différentes, à savoir tantôt [s], tantôt [z], et tantôt [iz], à quoi elles ajoutent une marque moins importante [Ən], ce qui voudrait dire que le signifié de « pluralité » est associé à quatre signifiants différents. Et elles donnent, pour chacune de ces marques, une liste des lexèmes concernés. Par exemple :

cat [kæt] « chat » ~ cats [kæts] « chats » ; book [buk] « livre » ~ books [buks] « livres » ; ship [∫ip] « vaisseau » ~ ships [∫ips] « vaisseaux » ;
bed [bed] « lit » ~ beds [bedz] « lits » ; cub [kΛb] « petit (d’animal) » ~ cubs [ kΛbz] « petits » ; dog [dog] « chien » ~ dogs [dogz] « chiens » ; girl [gә : l] « fille » ~ girls [gә : lz] « filles » ;
boy [bƆj] « garçon » ~ boys [bƆjz] « garçons » ; bee [bi :] « abeille » ~ bees [bi : z] « abeilles » ;
box [boks] « boite » ~ boxes [boksiz] « boites » ; bus [bΛs] « autobus » ~ buses [bΛsiz] « autobus » ; church [t∫ә : t∫] « église » ~ churches [t∫ә : t∫z] « églises », bridge [bridʒ] « pont » ~ bridges [bridʒiz] « ponts », house [haws] « maison » ~ houses [hawziz] « maisons » ; ox [αks] « bœuf » ~ oxen [oksәn] « bœufs » ; child [t∫ajld] « enfant » ~ children [t∫ildrәn] « enfants ».

4“Si on dépouille une grande masse de matériaux, dit Gleason, on s’aperçoit que /-iz/ ne se trouve qu’après /s z ∫ dʒ t∫/ <c’est-à-dire après consonne sifflante ou chuintanto et qu’aucune des deux autres formes <principales> ne se trouve jamais à cette place ; /-s/ ne se trouve qu’après /p t k f θ/ <c’est-à-dire après les autres consonnes sourdes> ; /-z/ se trouve après les autres consonnes <à savoir les sonores> et toutes les voyelles” (Gleason, 1969, 52). Quant aux mots ox et child, ce sont des mots irréguliers, qui utilisent une marque /an/ au lieu respectivement de /-iz/ et /-z/.

5Bref, il y a entre les différents segments associables au signifié « pluralité » ce qu’on appelle une distribution complémentaire, c’est-à-dire que les contextes d’apparition d’une de ces marques sont différents des contextes d’apparition des autres marques et excluent par conséquent l’apparition de ces autres marques. Gleason considère donc que l’on a affaire à quatre allomorphes du morphème de « pluralité ». Si on appelle morphe le signifiant d’un morphème, on appellera allomorphes les signifiants différents d’un même morphème, c’est-à-dire les signifiants en distribution complémentaire d’un morphème donné. Gleason admet donc que le morphème de « pluralité » a, en anglais, au moins quatre allomorphes. C’est aussi l’enseignement que l’on trouverait dans des grammaires anglaises de langue française. Roggero par exemple parle, dans une perspective chomskyenne, d’une “forme avec un –S” (Roggero, 1979, 118), où “-S <...> ne représente, dit-il, qu’une abstraction <qui> est réalisée concrètement (phonétiquement) de trois façons différentes suivant le contexte phonique” (Roggero, 1979,32), à savoir /s/, /z/ et /iz/.

6Si cet exemple permet de bien appréhender la notion de variantes ou d’allomorphes, les choses sont malheureusement plus compliquées que ne le disent nos auteurs. Nous verrons en effet que ces quatre formes différentes de pluriel ne représentent pas quatre, mais seulement deux allomorphes ; car la variation entre /s/, /z/ et /iz/ est un problème de phonologie. D s’agit en réalité de trois allophones, et non de trois allomorphes, ce qui réduit à deux les allomorphes du morphème de signifié « pluralité » : un allomorphe en sifflante, dont il faudra préciser la forme exacte, et l’allomorphe /әn/.

7Remarquons que le petit corpus utilisé pour étudier le pluriel anglais nous fournit encore deux exemples d’allomorphie concernant non plus le morphème grammatical de « pluralité », mais les lexèmes qui sont affectés de ce morphème. La présence du morphème de « pluralité » entraîne en effet pour le lexème « maison » un allomorphe [hawz] au lieu du signifiant usuel [haws], et pour le lexème « enfant » un allomorphe [t∫ildr] au lieu du signifiant [t∫ajld]. Dans ces deux cas, il y a bien distribution complémentaire entre les allomorphes, l’un apparaissant au pluriel, et l’autre au singulier.

b. Exemples français

8En français, l’article les, qui contient en fait deux morphèmes, comme le montrent les commutations :

l-es chats ~ le chat, l-es chats ~ d-es chats

9à savoir le morphème de « définitude » /l/ et le morphème de « pluralité /e/, voit son morphème de « pluralité » présenter une autre forme quand il se trouve devant une voyelle. On dit en effet :

/le vwatyR/ « les voitures », mais /lez oto/ « les autos » ; /de vwatyR/ « des voitures », mais /dez oto/ « des autos ».

10Ou encore, le morphème d’imparfait, dont le signifié est plutôt « non actuel » que « passé », est associé au signifiant /i/ aux première et deuxième personnes du pluriel, mais au signifiant /ε/ aux autres personnes :

nous aimions, vous aimiez ; mais j’aimais, tu aimais, etc.

11Et il est impossible de dire quelque chose comme *[nuz εmεƆ] ou *[ʒ εmi]. Enfin le lexème verbal all-er présente, outre le signifiant /al/, que l’on a dans :

nous all-ons, vous-all-ez, allant

12le signifiant /i/, qui apparaît devant le morphème de « prospectif », c’est-à-dire au futur dit simple et au conditionnel dit présent :

j’i-rai, tu i-ras, etc. J’irais, tu i-rais,etc.

13ainsi que le signifiant /v ~ va/ dans :

je vais, tu vas, il va, ils vont.

14Cette fois-ci, c’est un lexème et non plus un morphème grammatical qui présente plusieurs allomorphes.

c. Hiérarchie des allomorphes

15Pour organiser un peu la description morphologique, on essaie d’établir une hiérarchie entre les différents allomorphes d’un morphème. C’est-à-dire qu’on choisit un de ces allomorphes comme étant le signifiant de base ou le signifiant usuel dudit morphème, et que l’on considère que les autres allomorphes peuvent se déduire de la forme de base grâce à des règles de variation morphologique. On dira alors que ces autres formes sont des variantes de la forme de base.

16Les mots allomorphe et variante ne sont pas entièrement synonymes. S’il est également possible de dire, avec John Lyons, “<les> diverses représentations d’un morphème s’appellent des allomorphes” (Lyons, 1970, 142), et, avec Gleason, “un allomorphe est une variante d’un morphème” (Gleason, 1969, 52), le mot français variante implique aussi plus ou moins une certaine hiérarchie, une variante étant d’ordinaire, selon la définition des dictionnaires, une “leçon différente de la leçon principale ou admise d’un texte” (LNPR, 1993, 2360). On peut donc dire que les segments /i/ et /ε/ sont deux variantes du morphème de « non actuel » ; mais si l’on dit que /i/ est une variante de /ε/, cela signifie que la forme attendue ou admise de ce morphème est /ε/, mais qu’elle est, dans certains cas, remplacée par /i/.

17Comment choisir l’allomorphe que l’on considérera comme le signifiant premier d’un morphème donné, et dont les autres signifiants ne seront que des variantes ? Il ne semble pas y avoir de méthodes automatiques. Il convient, estime Gleason, de “choisir les formes de bases qui permettront la description la plus simple” (Gleason, 1969, 72). Il est peut-être plus linguistique d’appliquer au domaine morphologique une distinction que Kurylowicz a déjà utilisée en phonologie, syntaxe et sémantique, et de considérer comme primaire tout ce qui est immotivé ou non marqué, c’est-à-dire ce qui ne peut pas se définir positivement, et comme secondaire tout ce “qui apparaît dans des conditions spéciales se laissant définir d’une manière positive” (Kurylowicz, 1949, 26), c’est-à-dire ce qui est motivé ou marqué, parce qu’il apparaît dans un contexte restreint et simple à formuler. On considérera par exemple que /є/ est le signifiant de base du morphème d’imparfait, parce qu’une fois que l’on a dit que /i/ apparaît dans le contexte de la première et de la seconde personne du pluriel, on n’a plus qu’à dire que /ε/ apparaît dans tous les autres contextes. Il est plus rapide et plus positif d’énumérer seulement les deux contextes de la première et de la seconde personne du pluriel, dans lesquels apparaît l’allomorphe /i/, plutôt que ceux de la première, de la deuxième, et de la troisième personne du singulier, et de la troisième personne du pluriel, où apparaît l’allomorphe /ε/. On définira donc positivement les contextes d’apparition de /i/, et négativement les contextes d’apparition de /ε/, ce qui revient à faire de /ε/ la forme primaire, et de /i/ la forme secondaire. Une telle présentation des faits est formalisable à l’aide de la règle de réécriture suivante :

18où la flèche peut se lire « se réécrit », « se réalise », ou « reçoit le signifiant », et la barre oblique « dans le contexte ». Le trait horizontal représente la place où se trouve l’élément que la règle réécrit, c’est-à-dire l’élément qui précède la flèche, ce qui est devant ce trait horizontal étant donc son contexte antérieur, et ce qui est après son contexte postérieur. On met alors entre accolades ce qui correspond à un choix multiple dont une des possibilités sera obligatoirement retenue. Et l’on mettra éventuellement entre parenthèses tous les éléments facultatifs, c’est-à-dire les éléments qui peuvent être ou non présents. La règle ci-dessus proposée veut donc dire que le morphème d’Imparfait reçoit le signifiant /i/, quand il précède le morphème de Personne 4 ou de Personne 5, et que dans tous les autres contextes il reçoit le signifiant / ε /. La forme marquée ou secondaire précède dans cette formule la forme non marquée ou primaire, ce qui permet de ne pas avoir à préciser les contextes d’apparition de cette dernière.

19En ce qui concerne le lexème aller, on voit que les contextes de i- et de v- sont facilement définissables de façon positive : i- apparaît devant le seul morphème de « prospectif », et v- à toutes les personnes du seul présent, sauf aux première et deuxième personnes du pluriel. On postulera donc un signifiant de base /al/, dont i- et v- seront des variantes. Car on trouve ce signifiant à toutes les personnes de l’imparfait et du passé simple, ainsi qu’aux participes et aux infinitifs. C’est incontestablement l’allomorphe dont le contexte d’apparition doit être défini négativement : il apparaît dans tous les contextes qui n’entraînent pas les variantes i- et v-, contextes qui sont donc définis de façon négative. On peut formaliser tout cela avec la règle suivante :

20Mais il n’est pas toujours possible de choisir une forme de base. Quel est le contexte le plus facile à préciser, pour la variation du morphème de « pluralité » en français ? Dira-t-on que /ez/ apparaît devant voyelle, comme on le fait traditionnellement, et /є/dans les autres contextes, ce qui ferait de /e/ la forme non marquée et donc primaire ? Ou que /e/ apparaît devant consonne, et /ez/ dans les autres contextes, ce qui ferait de /ez/ la forme non marquée ? Les deux formules semblent aussi simples et aussi positives, puisque tout ce qui n’est pas voyelle est consonne, et que réciproquement tout ce qui n’est pas consonne est voyelle. A vrai dire, la première solution est cependant préférable, dans la mesure où, apparemment au moins, la forme /le/ peut apparaître aussi devant la voyelle ou la diphtongue de certains lexèmes, ce qui est, assez souvent, mais pas toujours, signalé orthographiquement par une lettre h dite à tort aspirée :

/le ero/ « les héros », /le ibu/ « les hiboux », /le amo/ « les hameaux », /le wistiti/ « les ouistitis », /le Ɔz/ « les onze », /le ylã « les uhlans ».

21Il convient donc d’énumérer positivement tous les contextes qui entraînent l’apparition de la variante /e/, et de dire ensuite que dans tous les autres cas le morphème de « pluralité » a le signifiant /ez/, ce qui implique qu’il s’agit du signifiant primaire de ce morphème, ce qui correspond à la formule suivante :

d. Différentes sortes de variantes

22Comme en phonologie, on distingue deux sortes de variantes : les variantes libres, qui sont indépendantes du contexte du morphème, et les variantes combinatoires, qui sont entraînées par un élément du contexte d’apparition du morphème. Tous les cas examinés jusqu’à présent étaient des variantes combinatoires ; car les allomorphes d’un même morphème étaient en distribution dite complémentaire, c’est-à-dire que les contextes entraînant la présence de chaque allomorphe excluaient la présence des autres allomorphes. Mais certains morphèmes peuvent présenter des variations en dehors de toute nécessité contextuelle. On dit je peux [3Ә pØ], mais on peut aussi dire je puis [3Ә pyi] ; par contre, l’inversion du pronom clitique entraîne obligatoirement l’allomorphe [pyi] :

que puis-je faire ? *que peux-je faire ?

23De même le verbe s’asseoir connaît deux radicaux différents :

je m’assieds [ʒə masje], je m’assois [ʒə maswa] ; nous nous asseyons [nu nuz asεjƆ], nous nous assoyons [nu nuz aswajƆ] ; etc.

24Ces variantes libres sont ordinairement entraînées par des raisons non proprement linguistiques, mais régionales ou sociales. A propos de s’asseoir, on peut en effet lire dans Le bon usage :

“Les jugements portés sur les deux séries diffèrent d’une grammaire (ou d’un dict.) à l’autre. Il y a des préférences régionales : les formes en -oi-, -oy-sont peu usitées en Belgique ; par contre, à Paris, le langage populaire ignore assieds, assiérai, etc. (cf. Bauche, 1946, Le langage populaire, Payot, p. 114).

Dans la langue écrite, assied, asseyent, assiérai, etc. sont plus fréquents que assoit, assoient, assoirai. Par ex., à la 3e pers. de l’indic. prés., nous avons relevé 103 fois assied (ou rassied) et 28 fois assoit (ou rassoit), dans les indications scéniques des pièces de théâtre” (Grevisse-Goosse, 199313, 1223).

25A propos de pouvoir, il est signalé :

“Je peux appartient à la langue courante ; je puis à l’usage soigné” (Grevisse-Goosse, 199313 1217).

26Les variantes dites libres ne se situent donc pas au même niveau hiérarchique dans la langue, ou plutôt dans la société où cette langue est utilisée.

27Variantes à conditionnement morphématique : Parmi les variantes combinatoires, il convient de distinguer deux cas suivant la nature du conditionnement qui entraîne la variation. Dans les deux cas, c’est le contexte linguistique qui entraîne la variation ; mais ce peut être soit le signifiant soit le signifié de ce contexte qui est responsable de ladite variation. Lorsqu’on dit avec la tradition ou avec André Martinet, qu’à l’imparfait français, “/..i../ s’emploie, lorsque « imparfait » coexiste avec « première ou deuxième personne de pluriel », et /.. ε../ avec d’autres « personnes »” (Martinet, 19671, 106), on a affaire à une variation dont le conditionnement est défini en termes d’unités significatives. C’est dans le voisinage des morphèmes qui signifient « première personne du pluriel » ou « deuxième personne du pluriel » que le morphème d’imparfait ou plutôt de « non actuel » reçoit le signifiant /i/. Il s’agit donc d’une variation à conditionnement morphématique, puisque c’est la présence de tel morphème qui entraîne la variation.

28De même le lexème « aller » reçoit, en français, le signifiant /i/ quand il précède le morphème de futur ou de « prospectif », et le signifiant /i/, au présent, quand il se combine directement avec les morphèmes de Personne 1, Personne 2, Personne 3 et Personne 6. Dans tous ces cas c’est le contexte morphématique qui entraîne la variation ; en l’occurrence, c’est la présence de tel ou tel morphème grammatical. Par contre en anglais, c’est dans le contexte de tel ou tel morphème non pas grammatical, mais lexical que le morphème de pluralité présente le signifiant /ən/, à savoir le contexte du lexème « bœuf » ou du lexème « enfant », d’où /ɒks-ən/ et /t∫ildr-ən/. Ce dernier lexème, comme on l’a remarqué précédemment, présente aussi une variante, devant le morphème de pluralité, à savoir le signifiant /t∫ildr/ au lieu du signifiant /t∫ajld/.

29Variantes à conditionnement phonique : A côté des variations morphématiques à conditionnement morphématique, il en est d’autres dont le conditionnement est seulement phonique. C’est le cas du pluriel de l’article défini ou indéfini français. Ce n’est pas la nature morphématique particulière du contexte subséquent qui entraîne pour les le signifiant /le/ ou le signifiant /lez/, mais seulement le fait que ce contexte subséquent commence par une consonne ou par une voyelle. Devant quelque morphème que ce soit, un nom, un adjectif ou un adverbe, le morphème de pluriel recevra le signifiant /le/, si le morphème qui le suit commence par une consonne :

/le vwatyR/, /le bєl vwatyR/, /le tRє bєl vwatyR/

30et le signifiant /lez/, si ce morphème commence par une voyelle :

/lez oto/, /lez cRiblӘz oto/, /lez єkstRєmӘmãt cRiblӘz oto/.

31C’est donc bien une particularité phonique du contexte immédiat qui fait changer la forme du morphème de pluralité, et non la particularité significative de ce contexte.

32Ces variantes morphématiques à conditionnement phonique doivent être bien distinguées des variantes proprement phonologiques. Dans le cas du pluriel de l’article français, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une variation du phonème /z/, qui présenterait une variante Ø devant consonne. Car, comme l’a signalé Frédéric François, il est parfaitement possible d’avoir en français “la succession /z/ + consonne, comme dans /lєzma3єste/ « lèse-majesté »” (François, 1968, 234). On ne peut pas dire non plus qu’il s’agisse d’une variante du phonème /e/, qui présenterait une variante /ez/ devant voyelle pour éviter l’hiatus. Car “rien n’empêche de prononcer en français la succession /le/ + voyelle, en particulier à la limite de deux monèmes /alea/ « allez à »” (François, 1968, 234). La variation entre /ez/ et /e/ n’est donc nullement un problème de phonologie. Même si son conditionnement est phonique, il s’agit bien d’une variation morphématique, puisqu’elle ne concerne que le morphème de pluralité. De fait le même phénomène se produit, pour l’article indéfini des, qui contient le même morphème alternant /ez/ ou /e/, morphème alternant que l’on note parfois /ez ~ e/. Il importe donc de bien distinguer les variations morphématiques à conditionnement phonique des variations phonologiques, qui, elles, ne sont pas un phénomène de première articulation, mais de seconde articulation.

33De nouveau le pluriel anglais : Cette distinction entre variations morphématiques à conditionnement phonique et variations proprement phonologiques n’est pas toujours aisée. Le morphème de pluralité en anglais le montre clairement. H. Gleason n’hésite pas à dire que “les trois allomorphes du pluriel anglais /-z ~ -s ~ -iz/ sont membres du même morphème” (Gleason, 1969, 73). Or si /-iz/ peut éventuellement être considéré comme un des allomorphes de ce morphème, la variation entre /z/ et /s/ est, elle, incontestablement un phénomène non pas morphématique, mais phonologique. Car si l’opposition phonologique /s/ ~ /z/ fonctionne très bien, en fin de mot, après voyelle ou après liquide, vu l’existence de paires minimales

price [prajs] « devis ; prix ; fixer un prix » ~ prise [prajz] « ouvrir une boite en faisant levier » ~prize [prajz] « prix, lot »
use [ju : s] « usage, emploi » ~ use [ju : z] « se servir de, utiliser »
place [plejs] « endroit, lieu » ~plays [plejz] « amusements, divertissements »
falls [fc : lz] « chutes » ~false [fc : ls] « faux », ells [elz] « anciennes mesures # bras » ~ else [els] « autre » ; sins [sinz] « péchés » ~ since [sins] « depuis que »

34on doit admettre qu’elle est neutralisée (c’est-à-dire qu’elle cesse de fonctionner), en fin de mot, après consonne occlusive, où la sifflante a obligatoirement le même voisement que la consonne qui précède, c’est-à-dire est voisée, après consonne voisée, ou non voisée, après consonne non voisée. Ce phénomène n’est nullement lié à un morphème particulier, dans la mesure où il apparaît aussi à l’occasion du segment morphologique dit de 3e personne :

he puts [puts] « il pose », he jumps [dzΛmps] « il saute », he makes [mejks] « il fait »
he finds [fajndz] « il trouve », he stands [stændz] « il pose », he begs [begz] « il mendie », he loves [IΛvz] « il aime »

35et dans les lexèmes dont le signifiant se termine par une consonne suivie d’une sifflante, sans que celle-ci soit précédée d’une frontière de morphème :

to collapse [kӘ’læps] « s’effondrer », reflex [‘ri : fleks] « réflexe » Hobbes [habz] « (le philosophe) Hobbes », bisides [bi’sajdz] « en plus », suds [sΛdz] « mousse de savon », bugs [bΛgz] « dingue (adj.) », AIDS [ejdz] « SIDA ».

36La variation entre cats [kæts] « chats », books [buks] « livres » et beds [bedz] « lits », dogs [dagz] « chiens » n’est donc pas morphématique. Ces deux sifflantes finales représentent en fait un seul et même phonème, si toutefois on ne décrit pas la neutralisation d’une opposition /s/ ~ /z/ par un archiphonème /Z/, c’est-à-dire par une unité phonologique définie par les seuls traits distinctifs communs à /s/ et à /z/, mais par une règle qui donne à un phonème non voisé une réalisation voisée après consonne voisée :

/s/ - » [z] / +voisé —

37ou une règle qui donne à un phonème voisé une réalisation non voisée après consonne non voisée :

/z/ - » [s] / -voisé —

38Pour pouvoir choisir entre ces deux règles possibles, se pose alors le problème de savoir quel est le phonème qui forme le signifiant du morphème de « pluralité ».

39On doit admettre, contrairement à ce que pourrait suggérer l’écrit, que le signifiant de ce morphème est /z/, puisque c’est la forme que ce morphème présente après voyelle (cf. boys [bcjz] « garçons », bees [bi : z] « abeilles ») ou après consonne dont la sonorité n’est pas pertinente (cf. falls [fc : lz] « chutes », sins [sinz] « péchés »), c’est-à-dire dans des contextes où l’opposition phonologique /s/ ~ /z/ fonctionne parfaitement. Il convient dans ce cas de rendre compte du pluriel cats « chats », en postulant une suite phonématique /kæt+z/, où le morphème de « pluralité » /z/ reçoit une réalisation phonétique sourde [s] en vertu de la neutralisation de l’opposition de voisement, c’est-à-dire en vertu d’une règle phonologique

/z/ - » [s] / -voisé —

40(c’est-à-dire le phonème « voisé » /z/ reçoit une réalisation phonétique non voisée [s] dans le contexte antérieur d’une consonne non voisée, ou, si l’on veut, quand il suit une consonne non voisée). Ainsi [kæts] « chats » n’est que la réalisation phonétique de la suite phonématique /kæt+z/. Par contre dans girls [gӘ : lz] « filles » ou sins [sinz] « péchés », le morphème de « pluralité » ne subit aucun changement phonétique, puisqu’il se trouve dans des contextes où la sifflante /z/ ne perd pas sa sonorité.

41Quant à la forme /iz/ de pluriel, il s’agit très probablement aussi d’une variante purement phonologique de ce signifiant /z/. Car il ne semble pas que l’anglais connaisse des consonnes géminées. Par conséquent, lorsque la combinatoire morphématique fait apparaître une succession de deux sifflantes, la seconde reçoit une réalisation phonétique avec voyelle prothétique pour éviter la gémination phonétique, et [iz] est alors la réalisation phonétique du phonème /z/ après le phonème /z/, d’où houses [hawziz] « maisons », réalisation phonétique de /hawz+z/. Il en est de même après la sifflante non voisée ; car si le /z/ de pluriel prenait le même voisement que la consonne qui le précède, cela donnerait une géminée [ss] impossible en anglais, d’où buses [bΛsiz] « autobus » et boxes [baksiz] « boites », réalisations phonétiques de /bΛS+z/ et /baks+z/. Les consonnes chuintantes n’étant que des sifflantes palatalisées, elles entraîneront la même réalisation syllabique du phonème /z/ du morphème de « pluralité », d’où churches [t∫Ә : tƒiz] « églises » et bridges [bridziz] « ponts », réalisations phonétiques de /t∫Ә : t∫+z/ et /bridz+z/ Les formes [s], [z] et [iz] du pluriel anglais ne sont donc pas trois allomorphes du morphème de « pluralité », mais trois allophones du phonème /z/ qui est le signifiant de ce morphème. Par contre la forme /Әn/, elle, est bien, avec la forme /z/, un allomorphe du morphème de « pluralité ».

2. Le morphème discontinu (ou à signifiant discontinu)

42Un autre effet de l’absence de parallélisme entre les signifiants et les signifiés peut être qu’un seul signifié soit associable à deux segments phoniques qui, loin de s’exclure mutuellement dans la chaîne parlée comme avec les variantes, sont simultanément présents dans la chaîne parlée, mais sans être contigus l’un à l’autre. On parle alors de morphème à signifiant discontinu.

a. La première personne du pluriel

43Comme le dit Martinet, “il nous faut poser que, dans /nukuRƆ/, /nu/ et /5/ représentent le signifiant discontinu du signifié « première personne de pluriel »” (Martinet, 19672, 104). Car si nous choisissons une 2e ou une 3e personne du pluriel, à la place de la première, nous devons remplacer non seulement /nu/, mais aussi /Ɔ/, pour obtenir vous courez ou ils courent, et non pas *vous courons ou *ils courons, ni non plus *nous courez, si on ne remplaçait que la désinence /Ɔ/. Le signifiant à associer au signifié « 1e personne du pluriel » (ou mieux « locuteur et d’autres ») est donc l’ensemble des deux segments phoniques non contigus /nu/ et /Ɔ/. En interprétant mécaniquement la commutation dans

/nu kuRƆ/ ~ /vu kuRe/

44on aurait pu croire que le signifiant discontinu à associer au signifié « nous » était seulement m...Ɔ/ ; car c’est toute la différence partielle au niveau de la forme que présente cette commutation, le phonème /u/ étant commun aux deux formes. Mais outre qu’il faudrait alors trouver un signifié commun entre nous courons et vous courez à associer à l’éventuel signifiant /u/ restant, les commutations

/nu kuRƆ/ ~ /il kuR/ « ils courent », et /nu kuRƆ/ ~ /ty kuR/ « tu cours »
/vu kuRe/ ~ /il kuR/ « ils courent », et /vu kuRe/~ /ty kuR/ « tu cours »

45montrent que c’est /nu/ et non pas /n/ seulement qu’il faut associer à /Ɔ/ comme signifiant du morphème de signifié « nous », et /vu/ et non pas /v/ seulement à /e/ comme signifiant du morphème de signifié « vous ». L’opposition /nukuRƆ/ ~ /vukuRe/ doit donc s’interpréter comme une opposition

/nu+ kuR+Ɔ/ ~ /vu+ kuR+e/

46et non comme une éventuelle opposition

/n+ukuR+Ɔ/ ~ /v+ukuR+e/.

47ou

/n+u+ kuR+c~/ ~ /v+u+ kuR+e/.

48Une fois que l’on a vu que /nu...Ɔ/ était le signifiant d’un morphème, c’est-à-dire d’une unité significative minimale, et qu’il en est de même pour /vu... e/, on se trouve devant deux signifiants globalement différents, puisqu’ils présentent deux phonèmes différents. Et comme ils sont et minimaux et différents, ils commutent globalement l’un avec l’autre, malgré le phonème qu’ils ont en commun. On voit ainsi que l’interprétation mécanique d’une seule commutation peut donner lieu à des hypothèses d’analyse morphématique fausses, dans la mesure où cette interprétation exclut forcément du signifiant de deux morphèmes ainsi opposés le ou les phonèmes qu’ils ont éventuellement en commun.

49D serait possible de donner une autre analyse de nous courons, qui n’utiliserait pas la notion de morphème à signifiant discontinu. On pourrait dire que /nuz/ est, à lui tout seul, le signifiant associé au signifié « nous », comme lorsque ce morphème n’est pas le premier actant du verbe, par exemple dans

tu nous regardes, nous nous regardons, il se souvient de nous, etc.

50mais que dans le contexte de /nuz/ premier actant, le lexème verbal présente une variante qui ajoute à son signifiant le segment /Ɔ/, soit / kuRƆ/ au lieu de /kuR/. Dans le contexte de /vuz/, il faudrait bien sûr postuler une autre variante du lexème verbal, à savoir /kuRe/.

b. Le passé composé

51Dans la forme verbale

/nuz avƆ ∫ãte/ « nous avons chanté »

52on identifie un lexème de signifiant / ∫ãt/ et de signifié « chanter » (ou « faire entendre un chant »), à l’aide des commutations :

53/nuz avƆ ∫ãte/ « nous avons chanté » ~ /nuz avƆ tRavaje/ « nous avons travaillé »,

54/nuz avƆ ∫ãte/ « nous avons chanté » ~ /nuz avƆ tRuve/ « nous avons trouvé » ;

55et l’on trouve une variante discontinue pour le morphème de « 1e personne du pluriel », lequel présente le signifiant /nuz...Ɔ/, et non pas /nu... Ɔ/, parce que son premier segment est suivi d’une initiale vocalique. Comme dans le cas du morphème /ez/ de « pluralité », c’est l’allomorphe /nuz... Ɔ/ qui est la forme primaire du morphème ; car on est obligé de définir positivement les contextes de l’allomorphe /nu... Ɔ/, qui apparaît devant consonne et devant la voyelle initiale de certains verbes comme

/nu aisƆ/ « nous haïssons », /nu œRtƆ/ « nous heurtons », /nu apƆ/ « nous happons ».

56Il est impossible de faire commuter avec zéro l’auxiliaire /av/, sans faire commuter en même temps avec zéro le /e/ final que la grammaire scolaire appelle “participe passé”. Une telle commutation donnera

/nuz avƆ ∫ãte/ ~ /nuz ØƆ ƒãtØ/

57où le segment désinenciel /Ɔ/ qui reste en suspens doit être déplacé et mis après le lexème verbal, ce qui donnera

/nuØ ∫ãtØƆ/ « nous chantons »

58avec la variante /nu... Ɔ/ au lieu de /nuz... Ɔ/, puisque le premier segment de ce morphème se trouvera alors devant une consonne. On aura ainsi fait commuter le temps dit passé composé avec le temps dit présent. Une telle commutation montre que le morphème de passé composé, auquel on attribue généralement le signifié d’« accompli », a un signifiant discontinu, à savoir /av... e/, ce qui correspond bien à ce qu’enseignent les grammaires scolaires. Pour elles, les formes composées du verbe français sont formées avec l’auxiliaire avoir (ou être) et le participe passé du verbe, éléments constitutifs qui ne sont pas contigus.

59Rien n’empêche de combiner la notion de morphème à signifiant discontinu avec celle d’allomorphe. Les temps composés du verbe français en sont un bon exemple. Si on retrouve le signifiant discontinu /av... e/ dans la 2 personne du pluriel du passé composé et à toutes les personnes du plus-que-parfait :

vous av-ez chant-é, j’av-ais chant-é, tu avais chant-é, nous av-ions chant-é, etc.

60les autres personnes du passé composé et les autres temps composés présentent des variantes de ce signifiant discontinu, par exemple

tu as chant-é (/a... e/), ils o-nt chant-é (/Ɔ... e/), tu au-ras chant-e’ (/o... e/), qu’il ai-t chant-é (/ε... e/), qu’il -t chant-é (/y... e/), etc.

61Le premier segment du signifiant discontinu du morphème d’« accompli », qui ressemble au signifiant du lexème verbal « avoir », et est, pour cette raison, appelé auxiliaire avoir par la tradition grammaticale, connaît les mêmes variations que lui. Le morphème d’« accompli » à signifiant discontinu /av... e/ présente donc notamment une variante sans /v/ aux deuxième et troisième personnes du singulier, c’est-à-dire lorsqu’il se combine uniquement avec le morphème Personne 2 ou le morphème Personne 3, et une variante /o... e/ lorsqu’il se combine avec le morphème de « prospectif », c’est-à-dire au futur dit antérieur et au conditionnel dit présent.

3. L’amalgame

62A l’inverse de ce qui se passe soit avec les variantes soit avec les morphèmes à signifiant discontinu, où un seul signifié est associé à deux ou plusieurs éléments de signifiant, il peut arriver que deux signifiés différents soient associables à un seul et même segment formel. Dans

/il va o maRƒe/ « il va au marché »

63l’élément /o/ « au » est formellement insegmentable, puisqu’il s’agit d’un seul phonème, c’est-à-dire d’une unité minimale de seconde articulation. Il correspond pourtant à deux signes linguistiques, comme on peut s’en rendre compte si on remplace marché par hôpital ou par maison :

/il va O maR∫e/ ~ /il va al Ɔpital/ ~ /il va a la mєzƆ/.

64Cette modification entraîne le remplacement du segment loi par les suites de phonèmes /al/ ou /ala/, ce qui établit une équivalence entre ces trois éléments, et semble vouloir dire que devant une consonne l’article défini « le » se combine avec la préposition « à » en un signifiant unique, qui est indécomposable et que les grammaires scolaires appellent “forme contractée de l’article”. La commutation confirme que au correspond à la fois à une préposition et à un article ; car on peut faire commuter séparément chacun de ces deux morphèmes et entraîner ainsi un changement formel qui, dans le cas présent, fera apparaître l’autre morphème sous sa forme indépendante normale. Si on change la préposition :

/il va o maR∫e/ ~ /il va vƐR lӘ maR∫e/ « il va vers le marché » ~ /il va syR lӘ maR∫e/ « il va sur le marché » ~ /il va dã la maR∫e/ « il va dans le marché »

65on voit apparaître l’article /lӘ/ « le » ; et si l’on fait commuter l’article défini :

/il va o maR∫e/ ~ /il va a œ maR∫e/ « il va à un marché » ~ /il va a sӘ maR∫e/ « il va à ce marché » ~ /il va a sƆ maR∫e/ « il va à son marché »

66on voit apparaître la préposition /a/ « à ». On dira donc que le signifiant /o/ est un amalgame qui correspond et à la préposition « à » et à l’article défini « le », ou bien que les signifiants des deux morphèmes « à » et « le » “sont amalgamés” (Martinet, 19672,102).

67Hockett décrit le même phénomène en parlant de portmanteau morph (« morphe mot-valise »). Il entend par là un morphe “qui appartient simultanément à deux (ou, théoriquement, plusieurs) morphèmes, et a simultanément la signification des deux” (Hockett, 19632, 236). Le “mot-valise” est, selon la définition du Petit Larousse illustré, un “mot constitué par l’amalgame de la partie initiale d’un mot et de la partie finale d’un autre (par ex. franglais, formé de français et anglais )” (LPLI 1992, 659). Cette appellation de portmanteau morph présente quelque difficulté, moins à cause de l’à peu près du qualificatif de “mot-valise” qu’à cause de l’ambiguïté du nom “morphe”. Théoriquement le morphe est un segment qui représente un morphème, puisque les allomorphes sont les différents signifiants d’un morphème donné. Et Hockett propose la proportion suivante, qui va bien dans le même sens :

“(allo)phone : phonème = morphe : morphème” (d’après Hockett, 19632, 229 note 7).

68Or si le “morphe mot-valise” est effectivement un seul segment formel, il n’est pas un segment associable à un seul signifié, donc à un morphème, puisqu’il représente en fait deux signifiés. Il y a donc là une difficulté terminologique, que ne présente pas le terme d’amalgame.

69La forme contractée au de l’article défini est un amalgame incontestable, qui a toutefois deux particularités remarquables, l’une diachronique, et l’autre synchronique. D’abord, il est le résultat d’une évolution phonétique de [1] devant consonne : cette consonne, contextuellement vélarisée devant consonne [1], s’est ensuite vocalisée en [u], puis ce segment vocalique d’arrière a modifié le timbre de la voyelle précédente, d’où une diphtongue [ou], et finalement cette diphtongue s’est réduite à une seule voyelle d’arrière [o] (cf. chevaux [∫Әvo] < afr. chevaus [∫Әvaus] <*chevals). Seconde particularité, l’amalgame peut être dissocié ; car ce n’est qu’une variante de la suite de morphèmes « à » + « le » devant consonne. En dehors de ce contexte, les deux morphèmes n’amalgament pas leurs signifiants.

70Il existe par contre des amalgames dont les morphèmes ne sont jamais dissociables. C’est le cas par exemple des désinences casuelles du pluriel en latin : le segment -orum de dominorum « maîtres (Gén.) » est le signifiant et du morphème grammatical de génitif, dont le signifié est quelque chose comme « complément de nom », et du morphème de « pluralité ». Dans le syntagme

dom-us domin-orum « (la) maison des maîtres »

71on peut garder le génitif et faire commuter le pluriel avec le singulier ; et l’on obtient :

dom-us domin-i « (la) maison du maître ».

72On peut aussi garder le pluriel et faire commuter le génitif avec le datif ou le nominatif, ce qui donnera, avec obligatoirement une autre analyse pour dom-us, qui de nominatif deviendra un génitif :

dom-us domin-is « aux maîtres de la maison », dom-us domin-i « les maîtres de la maison ».

73Et il n’est pas possible de faire remonter ces amalgames latins à la contraction de deux segments différents, l’un de génitif (ou datif, ou nominatif) et l’autre de pluriel, selon le modèle par exemple du finnois

talo isänt-i-n « la maison des maîtres », talo isäntä-n « la maison du maître »

74où -i-, qui est le signifiant du morphème de pluralité, ne fusionne pas avec -n, signifiant du morphème de génitif. Et il n’existe aucun contexte qui fasse éclater l’amalgame, et où les deux morphèmes auraient chacun, comme en finnois, un signifiant propre. Suivant l’analyse que l’on donne des désinences casuelles du singulier, ces amalgames commutent éventuellement avec le seul morphème casuel de « génitif » (ou de « datif », etc.). Si on estime, comme nous le verrons par la suite, que le prétendu singulier des grammaires scolaires est une absence de la signification de « pluriel », et que le -i de génitif dit singulier n’est donc que le signifiant du morphème de « génitif », le morphème de génitif ne peut avoir un signifiant propre qu’en l’absence du morphème de pluralité. Mais si le singulier est considéré comme un trait positif de signification, alors l’amalgame -orum de « génitif + pluriel » ne commutera qu’avec un autre amalgame, l’amalgame -i- de « génitif + singulier ». Quelle que soit l’analyse retenue, les deux morphèmes de l’amalgame -orum ne peuvent jamais être dissociés l’un de l’autre, ce qui n’empêche pas d’en montrer l’existence grâce à la commutation, ainsi que nous l’avons vu plus haut.

75Ces amalgames indissociables pourraient inciter à dire que les lexèmes de signifiant jument ou truie sont des amalgames respectivement des morphèmes « cheval » et « femelle » ou des morphèmes « porc » et « femelle ». Car il existe bien en français un morphème de signifié « femelle », dont le signifiant est soit /єs/, comme dans :

poétesse ~ poète, ânesse ~ âne, tigresse ~ tigre, etc.

76soit le genre féminin, comme dans

charte ~ chat, lionne ~ lion, chienne ~ chien, etc.

77Martinet, qui envisage une telle hypothèse, la récuse aussitôt en faisant remarquer que les combinaisons de morphèmes avec lesquelles commuterait le lexème jument ne sont pas des “combinaisons de monèmes libres” (Martinet, 1985, 59), mais des combinaisons figées qu’il appelle, comme nous le verrons par la suite, des synthèmes. Or les synthèmes sont en quelque sorte des unités lexicales dont la particularité est d’appartenir à une classe de morphèmes comme la classe des noms en ce qui concerne jument et truie, tout en étant formées de plusieurs morphèmes. Si ce sont des combinaisons de morphèmes qu’il faut assimiler à des unités lexicales minimales, il serait contradictoire d’assimiler inversement en même temps d’éventuelles unités lexicales à ces combinaisons de morphèmes particulières que sont les synthèmes. Il convient donc de dire que jument est morphématiquement simple. Ce n’est pas un amalgame de deux morphèmes, mais un seul morphème lexical dont le signifié contient le sème (ou trait sémique distinctif) de « femelle », lequel est, par ailleurs, tout le signifié du morphème suffixe -esse.

4. Le morphème zéro (ou à signifiant zéro)

78Une autre complication de l’analyse morphématique, qui, elle, n’est pas, à proprement parler, une forme de non-parallélisme entre les signifiants et les signifiés, vient de ce qu’un signifié peut être associé non pas à aucun signifiant, mais à une absence de marque formelle. Les manuels d’analyse en morphèmes parlent alors facilement de morphèmes zéros. Il s’agit non pas de morphèmes qui n’ont pas de signifiant, (car un morphème doit, par définition, avoir et un signifié et un signifiant), mais de morphèmes qui ont pour signifiant une absence de marque formelle, et qu’il serait donc plus juste ou plus clair d’appeler morphèmes à signifiant zéro, plutôt que morphèmes zéros.

79Par exemple, la forme verbale nous courons, où nous avons précédemment identifié deux morphèmes, à savoir le morphème à signifiant discontinu /nu...Ɔ / « nous » et le lexème /kuR/ « courir », semble n’être formée que par la somme des signifiants de ces deux morphèmes. Or l’analyse scolaire de cette forme verbale est beaucoup plus complexe. Elle ne parle pas simplement de la première personne du pluriel du verbe courir, mais de la première personne du pluriel de l’indicatif présent actif du verbe courir. Que faut-il faire de ces trois catégories supplémentaires de présent, indicatif et actif, qui manifestement ne correspondent chacune à aucun segment formel particulier ? Toute la difficulté du problème posé vient de ce que l’absence de marque formelle peut recevoir deux interprétations différentes, c’est-à-dire deux descriptions morphématiques différentes : soit elle est significative et doit donc être considérée comme le signifiant d’un morphème, soit elle n’est porteuse d’aucune signification particulière et correspond donc tout simplement à une absence de morphème.

80Mais le morphème dit zéro a lui-même reçu des définitions différentes, suivant le type d’absence de marque formelle que l’on acceptait de considérer comme le signifiant d’un morphème. On pourrait parler d’une définition minimaliste et d’une définition maximaliste (cf. Touratier, 1996, 71-100).

a. Position minimaliste

81Pour éviter probablement la prolifération des morphèmes à signifiant zéro, certains linguistes prudents, comme H. Gleason, se donnent la règle méthodologique suivante : “sauf s’il se révèle plus tard être un allomorphe d’un morphème qui a des formes visibles, il faudra toujours éliminer de la description finale” (Gleason, 1969, 63) les zéros que l’on aura été amené à introduire provisoirement au cours de l’analyse.

82Appliquée au verbe français, cette consigne oblige à considérer que ni le présent ni l’indicatif ne sont des morphèmes, puisqu’ils ne voient jamais alterner leur absence de marque formelle avec une marque différente de zéro. De fait le zéro que l’on est provisoirement amené à poser quand on fait commuter des présents avec des imparfaits comme dans

/nu kuRØƆ/ « nous courons » ~ /nu kuRjƆ/ « nous courions », /ӡӘ ∫ãtØ/ « je chante » ~ /ʒә∫ãtØ/ « je chantais », « il aime » /il εmØ ~ « il aimait » /il εmε/

83n’alterne jamais, dans la conjugaison française, avec une marque formelle quelconque, et doit, dans ces conditions, être supprimé de la description définitive du système verbal français. Pour H. Gleason, il n’y aurait donc dans nous courons aucun morphème zéro de temps.

84Par contre, pour reprendre des exemples de H. Gleason, les zéros que l’on admet lorsqu’on oppose le pluriel au singulier dans

These sheep are... « Ces moutons sont... » ~ This sheep is... « Ce mouton est... »

85ou le prétérit au présent dans

He cut « Il coupa » ~ He cuts « Il coupe », He hit « Il frappa » ~ He hits « il frappe »

86doivent être maintenus dans la description finale de l’anglais ; car le premier est un allomorphe du morphème /z/ de « pluralité », et le second alterne avec le signifiant /d/ du morphème de prétérit que l’on a par exemple dans

He walked /wƆ : kt/ « il marcha » ~ He walks « il marche », He discovered /dis’kΛvәd/ « Il découvrit » ~ He discovers « Il découvre », etc.

87Quant au zéro de singulier, il n’est, pour H. Gleason, pas plus un morphème que le zéro de présent, puisque, comme lui, il n’alterne jamais avec une forme visible.

b. Position maximaliste

88A l’opposé, d’autres linguistes, comme Eugène Nida, estiment qu’il existe deux sortes de morphèmes à signifiant zéro : à côté de l’absence significative dans une série de variantes, à laquelle seule Gleason reconnaît le statut de morphème et qu’Eugène Nida appelle “le zéro allomorphique”, ils admettent ce qu’Eugène Nida appelle un “zéro morphémique”, qui, lui, a toujours un signifiant zéro et se définit comme “une absence significative non dans une série de variantes, mais dans une série de morphèmes” (d’après Nida, 19659, 46). Ce “zéro morphémique” correspond très exactement à ce que l’école genevoise a appelé “signe zéro” (cf. par exemple Bally, 1922,2 :

“dans tout paradigme grammatical, lorsqu’une forme dépourvue de morphème est nécessairement liée à un ensemble de formes qui en sont pourvues, l’absence de signe dans le premier cas est interprétée comme valant, non pas zéro signe, mais signe zéro”).

89Les tenants de cette position maximaliste sont alors conduits à admettre que le présent et l’indicatif sont des morphèmes, l’un temporel et l’autre modal, qui ont toujours un signifiant zéro, puisqu’ils appartiennent l’un à la série des temps et l’autre à la série des modes. Le présent s’oppose en effet aux morphèmes qui ont pour signifiant l’Imparfait, le Futur ou le Passé simple, et l’indicatif s’oppose au moins au morphème modal qui a pour signifiant le Subjonctif. Ils admettent également que le singulier est un morphème de nombre qui s’oppose en français ou en anglais au morphème de pluralité. Eugène Nida précise même que dans ces conditions le lexème “sheep aurait au singulier un zéro morphémique, et au pluriel un zéro allomorphique” (d’après Nida, 19659,46).

c. Solution pratique ?

90Ces deux positions extrêmes et opposées ont l’inconvénient de n’être plus ou moins que des pétitions de principe, qui sont affirmées sans véritable argumentation. Et l’on hésite à trancher en faveur d’une seule des deux ; car les deux semblent contenir une part de vérité. De fait, il est vraisemblable qu’une partie des zéros invariants que la commutation fait apparaître au cours de l’analyse ne correspond pas à des morphèmes, et doit, selon le point de vue minimaliste, être finalement supprimée. Mais inversement rien n’empêche, a priori, que certains des zéros invariants puissent être le signifiant d’authentiques morphèmes. D’un autre côté, il est probablement faux que toute absence formelle qui commute avec des morphèmes est nécessairement un morphème à signifiant zéro ; car cela reviendrait à assimiler abusivement tout paradigme à une classe de suites, et à récuser ainsi la notion de "modèle" d’un paradigme, les différentes suites appartenant à un même paradigme étant forcément censées contenir le même nombre de morphèmes. On considère en effet comme le modèle d’un paradigme la suite la plus courte parmi les suites de morphèmes qui appartiennent à un même paradigme (cf. Wells, 1970, 63 ; Dubois et al., 1973, 322), par exemple vous aimez dans le paradigme de la figure 1. Si toute absence qui commute avec des morphèmes était un morphème à signifiant zéro, le paradigme de la figure 1 serait alors une classe de suites comme dans la figure 2, et n’aurait pas, à proprement parler, de modèle. Il est donc probable que la position maximaliste postule plus de morphèmes qu’il n’y en a en réalité, s’il est possible que la position minimaliste en postule moins qu’il y en a.

91A vrai dire, seule une étude sérieuse au niveau des signifiés permettrait de savoir ce qu’il en est exactement, et donc de trancher entre ces deux positions théoriques. Dans les cas en effet où l’absence de marque formelle est effectivement significative et correspond manifestement à une signification aussi repérable que précise, il faudra bien admettre que l’absence de marque formelle est le support de cette signification, et par conséquent le signifiant d’un morphème qui sera donc un zéro morphémique. Et dans les autres cas, on aura affaire à une absence de signifié qui va de pair avec une absence de signifiant, et par conséquent à une absence de morphème.

d. Le cas du présent

92A titre d’exemple, voyons ce qu’il en est pour la catégorie traditionnelle de présent. A priori, elle semble bien correspondre à une signification particulière, si du moins on se fie aux grammaires scolaires, qui lui reconnaissent des valeurs nombreuses et même contradictoires, dont les unes semblent temporelles et les autres non temporelles.

93Au point de vue temporel, les grammaires admettent que le présent indique les trois époques différentes de l’actuel, du passé et du futur, qui normalement s’excluent mutuellement. Et si les grammaires ont privilégié la première de ces époques dans la dénomination qu’elles ont donnée au présent, cela vient probablement de ce que ce temps est le seul de tous les temps à pouvoir présenter la valeur d’actuel.

94A côté des trois valeurs chronologiques, théoriquement incompatibles et exclusives les unes des autres, d’actuel, passé et futur, le présent pourrait exprimer des valeurs qui ne sont pas à proprement temporelles, mais que les grammaires essaient tant bien que mal d’assimiler ou de rattacher à des valeurs temporelles. Il y aurait ce qu’on appelle le “présent d’habitude ou de répétition” et ce qu’on appelle le “présent gnomique ou permanent”.

95Explications psychologisantes : Tout le problème est maintenant d’expliquer ces différentes valeurs, c’est-à-dire de faire une théorie qui permette de comprendre comment ces différentes valeurs se rattachent à un seul et même signifié. D faut reconnaître qu’il est rare de voir les grammaires proposer une explication théorique. Quand elles le font, elles donnent volontiers des explications d’ordre psychologique, qui sont plus rhétoriques que conceptuellement satisfaisantes. C’est le cas de Gustave

96Guillaume (cf. Guillaume, 1964, 210-213 ; 1965, 52-53 et 59-60) ou de Wagner et Pinchon, qui disent par exemple :

“Le présent est la forme au moyen de laquelle le locuteur ou le narrateur exprime tout ce qui constitue son actualité, tout ce qui s’y rattache. Cette actualité peut être étroite, momentanée, c’est-à-dire coïncider avec l’instant où le locuteur parle. Mais on actualise aussi par la force de la mémoire ou de l’imagination des choses passées ou à venir qui s’expriment alors au présent” (Wagner & Pinchon, 1962,344, § 397).

97Si la première idée ici développée ne manque pas de justesse, la seconde n’est qu’un jeu de mot. Car que peut vouloir réellement dire cette actualisation du passé par la force de la mémoire ? Le passé ne saurait être pris pour du présent. Exprimé au présent, il est seulement sorti de l’oubli, tout en continuant à être expressément appréhendé comme du passé, c’est-à-dire comme essentiellement différent du présent. Il n’est donc pas à proprement parler actualisé, ni même réactualisé. D reste du passé. Tout au plus est-il présenté de façon plus vivante, c’est-à-dire “pleine de vie” non pas au sens propre de “en vie”, mais au sens figuré de “pittoresque, intéressante”.

98Explications phonologisantes : Les linguistes aussi ont cherché à expliquer les différentes valeurs du présent en s’inspirant de la théorie des oppositions privatives qu’ont proposée les phonologues. On a donc voulu voir dans le prétendu présent le terme non marqué des oppositions temporelles. Et Jakobson a admis qu’il y avait, pour ce terme non marqué, deux façons de nier la signification du terme marqué, l’une correspondant à la “non-affirmation de la propriété sémantique A du terme marqué”, et l’autre à l’“affirmation de la propriété non-A” (cf. Jakobson, 1963, 185). Mais ces deux façons de nier n’en représentent pas moins deux valeurs différentes, à savoir d’une part une absence de la signification du terme marqué, c’est-à-dire en fait une absence de toute signification, et d’autre part une signification contraire à celle du terme marqué. Et ces deux valeurs ne peuvent absolument pas être considérées comme deux réalisations particulières d’un seul et même signifié. Une telle théorie explicative revient finalement à attribuer en même temps au terme non marqué deux analyses morphématiques qui théoriquement s’excluent l’une l’autre : dans un cas il correspond à une absence de morphème, et dans l’autre, c’est un morphème à signifiant zéro.

99Explication énonciative : La seule solution non contradictoire consiste à dire que le terme dit non marqué d’une opposition significative n’a, dans tous les cas, ni signifié ni signifiant et correspond donc toujours à l’absence du morphème présenté par le ou les termes dits marqués. Ainsi le temps appelé présent en français est une forme verbale comme nous courons qui ne contient pas le morphème de signifiant /i/ et de signifié « non actuel » que présente nous cour-i-ons, ni non plus le morphème de signifiant /R/ et de signifié « prospectif » que présente nous cour-r-ons. Bref, il s’agit d’une forme verbale qui ne contient que deux morphèmes, à savoir le morphème à signifiant discontinu /nu...Ɔ / et le morphème lexical /kuR/.

100Et les différentes valeurs temporelles ou non temporelles que les grammaires scolaires ont l’habitude de reconnaître au présent doivent alors s’expliquer comme étant des valeurs non pas du verbe au présent lui-même, mais de l’énoncé dans lequel se trouve le verbe au présent. En d’autres termes, ce n’est pas le verbe au présent qui signifiera expressément telle ou telle valeur temporelle, mais c’est l’énoncé au présent qui sera situé dans le temps par l’une ou l’autre de ses données énonciatives. Et par ses données énonciatives, il faut entendre soit un élément de son contexte antérieur, soit la situation énonciative elle-même dans laquelle il apparaît, soit enfin la situation référentielle que désigne son contenu.

101C’est en effet dans un type particulier d’énonciation qu’on peut appeler, à la suite de Benveniste, une énonciation de discours qu’apparaît le présent à valeur prétendument d’actuel. On entendra par énonciation de discours “toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur, et chez le premier l’intention d’influencer l’autre en quelque manière” (Benveniste, 1966, 241-242), et dont les références spatio-temporelles sont le ici et maintenant du locuteur. Par contre c’est dans un autre type d’énonciation, qu’avec Benveniste, on peut appeler “renonciation historique” ou “le récit <d’>événements passés” (Benveniste, 1966,238 et 239) qu’apparaissent les énoncés au présent à valeur prétendument passée. Benveniste caractérise cet autre type d’énonciation par le fait qu’il n’y a “aucune intervention du locuteur dans le récit” (Benveniste, 1966, 239), intervention du locuteur en tant que locuteur bien entendu, et par le fait que les procès actuels y sont exclus (cf. Benveniste, 1966, 245), le narrateur ayant pris ses distances par rapport aux coordonnées spatio-temporelles de sa propre énonciation. C’est alors le simple fait de se trouver dans une énonciation historique qui suffit à rejeter hors de l’actualité le contenu des énoncés au présent, soit que le narrateur ait signalé expressément qu’il commençait une histoire à l’aide d’une formule comme :

Il était une fois, etc.

102soit que l’on sache d’emblée qu’on va écouter un récit.

103Le présent à valeur prétendument de futur apparaît quand, dans une énonciation de discours, il ressort de la situation énonciative elle-même que l’énoncé ne peut concerner qu’un temps postérieur au moment de la parole. C’est le cas de l’enfant qui répond à l’injonction de sa mère : “A table ! ” par “Je viens”, mais qui continue à jouer. Son énoncé ne peut que vouloir dire : “Je viens presque tout de suite, ou dans quelques instants”, c’est-à-dire “quand j’aurai fini de jouer”. C’est encore l’exemple célèbre du métro que rapporte Marouzeau :

“On demande en se faufilant dans la presse pour parvenir à la sortie d’un wagon de métro : Vous descendez, Monsieur ? ” (Marouzeau, 1963,147).

104Si le métro est en train de rouler, cela veut dire : “Vous descendez à la prochaine (station) ? ”. Il s’agit donc d’un fait futur. L’interlocuteur qui voudrait faire de l’esprit n’interprétera pas l’énoncé en fonction de la logique de la situation, mais en fonction d’une partie seulement des données situationnelles et dira, un peu provocateur : “Non ! je ne suis pas fou : le métro n’est pas arrêté” ou plus finement : “Non, pas maintenant ; mais je descendrai à la prochaine”. Remarquons que, même sans faire de l’esprit, l’interlocuteur pourrait répondre à “Vous descendez, Monsieur ? ” par “Non, mais je descendrai”, ce qui veut dire, comme l’explique Marouzeau : “ce n’est pas <à la prochaine> que je descends normalement, mais je descendrai <quand même> pour dégager la sortie, quitte à remonter ensuite” (Marouzeau, 1963, 147). Une telle opposition n’est possible que parce que l’énoncé au présent qui désigne une action à venir ne signifie pas expressément le futur. Il est donc possible de lui opposer un vrai futur, c’est-à-dire un énoncé qui exprime linguistiquement le futur, et cela sans faire le moindre jeu de mot.

105Quand enfin aucun élément du contexte ou de la situation énonciative ne situe le contenu de l’énoncé à un moment particulier du temps et que ce contenu a une portée générale ou abstraite, l’énoncé au présent prend alors le ton gnomique de ce que les grammaires appellent volontiers l’affirmation d’une vérité générale. Mais cela est manifestement dû au contenu même de l’énoncé et non à son verbe au présent.

106C’est par conséquent à partir non pas du signifié introuvable d’un éventuel morphème d’« actuel », mais à partir de particularités des données énonciatives qu’il est possible de trouver une explication non contradictoire des prétendues valeurs reconnues au présent. Et l’on peut même préciser que c’est parce que le temps traditionnellement appelé présent n’a aucun morphème temporel et est une simple étiquette sur une bouteille vide que les énoncés au présent peuvent être énonciativement ou contextuellement situés dans et hors de n’importe quel moment chronologique. N’ayant aucun morphème, il n’apporte aucun signifié susceptible d’exclure telle ou telle signification temporelle contraire. Donc dans nous courons il n’y a aucun morphème temporel.

107On pourrait montrer que l’indicatif et l’actif ne sont pas plus que le présent des morphèmes à signifiant zéro, ce qui veut dire que dans nous courons il n’y a finalement pas de zéro morphémique, mais seulement deux morphèmes, à savoir le morphème grammatical de personne /nuz... Ɔ/ et le morphème lexical /kuR/.

5. Les formes de remplacement

108Un signifié peut avoir pour signifiant non pas un segment formel considéré en lui-même, mais le remplacement d’un segment formel par un autre segment formel.

a. Le prétérit allemand

109Comment analyser par exemple les prétérits allemands du type :

ich sang « je chantais »

110du verbe singen « chanter » ? Martinet envisage la possibilité d’y voir un amalgame du lexème « chanter » et du morphème de « passé » (cf.

111Martinet, 19672,102-103). Mais cette analyse n’est pas vraiment acceptable, dans la mesure où la différence formelle entre ce prétérit et le présent ich singe « je chante » est parfaitement localisable. C’est manifestement la présence d’une voyelle /а/ qui indique que ich sang est un prétérit, autre analyse également envisagée par Martinet (cf. 19672, 102-103). Mais si on admet, comme nous l’avons fait précédemment, que le prétendu présent n’est qu’une absence de morphème, on ne peut pas associer le signifié « chanter » à un signifiant discontinu /z...ŋ/, à l’intérieur duquel s’intercaleraient un morphème /а/ de « passé » ou un morphème fil de « présent ». Il ne resterait plus qu’à postuler que le lexème « chanter » connaît deux allomorphes, un allomorphe continu /ziŋ/ et un allomorphe discontinu /z...ŋ/, qui n’apparaîtrait que dans le contexte du morphème de « passé » ou du participe dit passé. Cependant comme cette forme de prétérit se retrouve dans un certain nombre d’autres verbes allemands, tels que :

binden « lier », band, gebunden ; dringen « pénétrer », drang, gedrungen ; finden « trouver »,fand, gefunden ; trinken « boire », trank, getrunken ; etc.

112et comme ce sont uniquement des verbes dont le signifiant du lexème contient une voyelle de timbre /i/, on trouve plus explicatif et aussi plus juste de postuler que ce n’est pas seulement la voyelle /а/ qui indique le passé, mais le remplacement d’un /i/ du signifiant du lexème par la voyelle /а/. On parle alors d’une forme de remplacement (cf. Gleason, 1967, 61-62), ce que l’on note de la façon suivante :

/a←(i)/

113formule qui se lit : la voyelle /а/ remplace /i/. On analysera alors ich sang en trois morphèmes parfaitement isolables, à savoir le morphème de personne /iç/ « je », le lexème verbal /ziŋ/ « chanter », plus la forme de remplacement /a ← (i)/, qui est un allomorphe du morphème /t/ de « passé » que l’on a par exemple dans les verbes dits faibles ou réguliers comme

ich mach-t-e « je faisais » ~ ich mach-e « je fais ».

114On remarquera que les verbes comme binden présentent au prétérit la variante non discontinue du morphème de Personnel /iç/, alors que les verbes réguliers ont le même allomorphe discontinu qu’au présent /iç...ә /.

b. Encore le morphème de « pluralité » anglais

115Le morphème de « pluralité » présente, en anglais, d’autres allomorphes que /z/ et /әn/ qui sont justement des formes de remplacement. C’est ainsi que l’on trouve

/e ← (ae)/ pour les lexèmes man « homme », et woman « femme »
/ij ← (u)/ pour foot « pied », tooth « dent », et goose « oie »
/aj ← (aw)/ pour mouse « souris » et louse « pou ; salaud ».

116Pour avoir le droit de parler d’une forme de remplacement comme signifiant d’un morphème, il faut que plusieurs lexèmes présentent la même particularité morphologique. Dans le cas contraire, il est préférable de parler d’un amalgame.

c. Règle de variation morphologique

117La présence du morphème de « pluralité » entraîne pour certains lexèmes anglais des variations que H. Gleason traite comme des formes de remplacement. C’est ainsi que les lexèmes life « vie », leaf « feuille » et wolf « loup » sonoriseraient leur consonne finale devant le morphème de « pluralité » en vertu de la forme de remplacement

/v← (f)/

118(cf. Gleason, 1969, 81). Il nous semblerait préférable de réserver le concept de forme de remplacement pour les cas, comme le prétérit allemand ou le pluriel anglais, où la modification formelle représente le signifiant d’un morphème. Mais dans les cas comme lives I life, où la modification formelle n’est qu’une variation allomorphique d’un morphème, on postulera plutôt une règle de variation morphologique

/f/ → /v/ / — + « pluralité »

119c’est-à-dire le phonème /f/ est remplacé par un phonème /v/ quand il se trouve devant le morphème de « pluralité ». Il s’agit d’une règle morphologique, et non pas phonologique, pour deux raisons. D’abord elle concerne le phonème /f/ final d’un certain nombre de lexèmes qui sont des noms, ce qui n’est pas un conditionnement proprement phonologique. Ensuite elle s’applique dans le contexte immédiat du morphème de « pluralité ». Cette seconde condition n’est pas nécessaire, si la première l’est. Car le contexte de la variation morphologique pourrait bien n’être que la présence de certains phonèmes, comme dans le cas de la variation /e/ du morphème français /ez/ de « pluralité ». Ce qui compte pour que l’on puisse parler d’allomorphie, c’est que la variation affecte le signifiant d’une classe particulière ou même simplement d’une série particulière de morphèmes, et non un son ou un groupe de sons en tant que simples unités phoniques.

120Comme dans le cas de life « vie » / lives « vies », on pourrait être tenté de décrire le pluriel en -aux des lexèmes comme cheval à l’aide d’une forme de remplacement du segment final -al du lexème par un segment -aux, à savoir /o ←(al#)/. Mais il est préférable d’y voir une variation comparable à la règle de variation morphologique

/al/ → /o/ / — + Consonne

121qui explique aussi amirau-té / amiral, loyau-té / loyal, royau-té / royal, papauté / papal etc. Car cette variation n’est pas le signifiant du morphème de « pluralité », mais accompagne seulement ce morphème. Nous avons vu précédemment que le morphème de pluriel avait en français le signifiant /ez ~ e/ affectant non pas le nom, mais son article :

/l-ez ami/ « les amis », /1-e fa/ « les chats »

122Il doit en être de même dans /l-e avo/ « les chevaux », où l’on retrouve le signifiant /e/ du morphème de pluriel. Le changement de la finale du lexème n’étant pas à elle seule le signifiant du morphème de « pluralité », il s’agit donc d’une variation du lexème dans le contexte de ce morphème. Et comme cette variation n’est pas isolée, mais affecte la grande majorité des lexèmes qui se terminent en -al, elle relève bien d’une règle de variation morphologique, dont le contexte n’est pas le même que celui de la règle formulée plus haut, puisqu’elle ne s’applique qu’à la finale de noms précédés du morphème de « pluralité », mais correspond à la formule suivante :

123où sont mis entre crochets droits des éléments ou des caractéristiques qui doivent être simultanément présents.

6. La composition et la dérivation

124Un problème délicat pour l’analyse en morphèmes est posé par ce qu’en morphologie lexicale, on appelle traditionnellement la composition et la dérivation. On entend par là deux procédés de formation des mots, ces deux notions étant essentiellement liées à celle de mot. La dérivation se définit en effet comme le

“procédé par lequel on forme un mot nouveau en prenant pour base une racine, un thème, ou un mot existant. La dérivation procède habituellement par addition de suffixe (nation, national) ou par substitution (vanter, vant-ard)” (Marouzeau, 1969”, 71).

125Quant à la composition, c’est la

“Réunion de plusieurs mots, dont chacun est dit composant [Kompositionsglied //Componant // Componente], en un mot nouveau dit composé [Kompositum, Zusammengesetztes Wort // Compound // Composto]” (Marouzeau, 196933, 54).

126La difficulté vient alors de ce que l’on ne peut pas transposer telles quelles les analyses de la morphologie lexicale dans une analyse en morphèmes, dans la mesure où les premières travaillent sur les mots et la seconde sur les morphèmes. Et pourtant les grammairiens sont plus ou moins tentés de faire comme si tous les éléments premiers mis en œuvre dans la dérivation et la composition étaient des morphèmes. Mais si on s’en tient bien à la définition théorique selon laquelle les morphèmes sont des unités significatives minimales, il est clair que tous les affixes et les radicaux identifiés par la morphologie lexicale traditionnelle ne sont pas forcément des morphèmes, faute, dans un nombre important de cas, de correspondre à une signification particulière.

a. Le synthème

127Martinet a proposé une notion très utile pour résoudre ce problème ; c’est la notion, non utilisée par tous les linguistes et inconnue des linguistes anglophones, de synthème.

“Un synthème, dit-il, est une unité significative, formellement et sémantiquement analysable en deux ou plus de deux monèmes, mais qui, syntaxiquement, entretient les mêmes relations avec les autres éléments de l’énoncé que les monèmes avec lesquels il alterne. En d’autres termes, tout synthème s’intègre à une classe de monèmes, et, du point de vue de la grammaire, les synthèmes ne constituent jamais une nouvelle classe d’unités significatives” (Martinet, 1979,33).

128Bref c’est une combinaison en quelque sorte figée de morphèmes, qui fonctionne comme un seul morphème et qui, malgré son caractère composite, appartient, comme tout morphème, à une classe de morphèmes. C’est donc une combinaison de morphèmes qui est l’équivalent d’un morphème unique.

129Des exemples : On peut donner comme exemples les dérivés diminutifs :

maisonnette, fillette, chevrette, chansonnette, biquette, agnelet, cochonnet, etc.

130Ces unités significatives sont formées d’un lexème qui ailleurs fonctionne comme un morphème libre, et d’un morphème de signifié « petit », qui, ne se retrouvant que dans des synthèmes, est un morphème lié - Cette opposition entre “forme libre” et “forme liée” est due à Bloomfield (1970, 152, 168 sqq). Tous ces synthèmes fonctionnent comme des noms et appartiennent à la classe des noms. Autres exemples, les adjectifs composés comme :

indésirable, insoupçonnable, croyable, dirigeable, faisable, irritable

131qui combinent un lexème verbal et un morphème de signifiant /abl/ et de signifié « qui peut être », auxquels les deux premiers ajoutent un troisième morphème de signifiant / ε / et de signifié « pas ». Ces synthèmes appartiennent à la classe de morphèmes des adjectifs, et fonctionnent comme de simples adjectifs.

132Les synthèmes peuvent être aussi des mots composés comme :

casse-noisettes, tire-bouchon, essuie-mains, taille-crayon, lave-vaisselle, sèche-cheveux

133qui combinent un verbe et un nom pour former un constituant qui est finalement un nom, ou comme :

machine à laver, machine à écrire, table à repasser, fer à repasser, fer à souder,

134qui combinent un nom, un morphème de signifiant discontinu /a... Inf/ et de signifié « pour », et un lexème verbal, et forment ainsi une unité syntaxique en quelque sorte minimale qui appartient à la classe des noms.

135Difficulté : Il ne faut pas croire que la notion de synthème recouvre tout ce qu’on appelle traditionnellement dérivation et composition. Car il existe des mots composés ou dérivés qui semblent morphologiquement décomposables, mais qui ne sont pas pour autant analysables en plusieurs unités significatives minimales. Martinet signale en effet expressément que certains mots apparemment dérivés comme :

fenaison, bouvier ou tablier

136ne sont pas des synthèmes.

“Sans doute peut-on, explique-t-il, par rapprochement avec pendaison ou combinaison, identifier, dans fenaison, un suffixe -aison, mais on ne pense pas à rapprocher fenaison de faner et il faut recourir à l’étymologie pour retrouver foin dans fen-. De même, à partir de crémier, épicier, poissonnier, on peut isoler dans bouvier un élément bouv-, mais son identité avec bœuf ne, s’impose pas. Et si tablier s’analyse facilement, du point de vue formel, en tabl- et -ier, il n’est guère possible d’en déduire des sens actuels de ces éléments celui de tablier : « vêtement de protection ». De ce fait, on sera peu tenté de pratiquer l’analyse de tablier et on y verra un simple monème comme robe ou jupe” (Martinet, 1979, 233-234).

137Malheureusement, Martinet a donné de nombreux exemples de prétendus synthèmes qui sont fort contestables, ce qui a peut-être discrédité la notion même de synthème, pourtant très justement définie. Un certain nombre de ces prétendus exemples ne contiennent pas vraiment deux ou plusieurs morphèmes. Il a proposé par exemple au fur et à mesure (Martinet, 1975, 194), beaucoup (Martinet, 1975, 200), chat-huant (Martinet, 1975, 188), électrophone (Martinet, 1975, 188). Même si des locuteurs français et surtout, peut-être, étrangers sont tentés de retrouver dans ces exemples les mots à et mesure, les mots beau et coup, le mot chat ou le radical electro-, il est impossible d’attribuer un signifié au reste de ces mots composés.

138De même, nous pensons que ni chaise-longue (Martinet, 1975, 189, 299) ni chemin de fer (Martinet, 1975, 185) ni pomme de terre (Martinet, 1975, 193) ne sont des synthèmes. Car si le locuteur français reconnaît assurément dans pomme de terre le signifiant des trois morphèmes pomme, de et terre, on ne peut pas dire que son signifié (à savoir « tubercule comestible ») corresponde à la somme des signifiés de ces trois morphèmes -d’autant que pomme à la création de l’expression avait encore le sens général de « fruit », et non pas le sens particulier de « fruit du pommier » qu’il a aujourd’hui, l’expression pomme de terre n’étant alors que la traduction française de lat. malum terrae « fruit de la terre » -, même si, à la réflexion, l’usager peut sentir un certain rapport sémantique, d’ailleurs métaphorique, entre le sens de pomme de terre et celui des trois morphèmes en question. De même, la chaise-longue (c’est-à-dire, d’après Le Nouveau Petit Robert, « siège pliable à inclinaison réglable permettant de s’allonger ») n’est pas une chaise, si elle est effectivement longue, à moins de dire que le lexème chaise signifie seulement « siège » quand il est combiné avec l’adjectif longue. Il nous semble donc préférable de voir dans chaise-longue ou pomme de terre non pas un synthème, mais un seul morphème, lequel est morphologiquement, mais non morphématiquement complexe.

139Importance de la notion : Malgré son maniement parfois délicat, la notion de synthème est très importante pour l’analyse syntaxique. Car, comme le fait remarquer André Martinet, c’est une “unité syntaxique minimale” (Martinet, 1979, 188) ; et, en tant que tel, il “f<ait> l’objet d’un choix unique au cours de la construction syntagmatique de l’énoncé <..>, par exemple indésirable <..> s’emploie dans les mêmes conditions syntaxiques que des monèmes uniques comme mauvais ou comme truand” (Martinet, 1979,199).

140Cela est important, surtout si l’on définit les fonctions syntaxiques de façon purement structurale et constructionnelle. Si par exemple la fonction syntaxique d’épithète est définie comme le fait pour un adjectif d’être l’expansion d’un N, la notion de synthème permet de dire que la combinaison de morphèmes qu’est indésirable est bien l’expansion d’un N dans

c’est un individu indésirable

141exactement comme l’est le morphème adjectival mauvais dans :

c’est un individu mauvais

142ou que l’adjectif rouge est l’expansion de la combinaison de morphèmes maisonnette dans

J’ai vu une maisonnette rouge

143exactement comme il est l’expansion d’un nom dans :

144J’ai vu une maison rouge.

145La notion de synthème permet de comprendre que des combinaisons de morphèmes puissent malgré tout, former une unité qui est syntaxiquement équivalente à un morphème.

b. “Mots construits” et “mots complexes non construits”

146Danielle Corbin, qui a véritablement fondé l’étude de la morphologie dérivationnelle du français, développe un point de vue comparable, quand elle oppose deux sortes de mots qu’elle appelle les “mots construits” et les “mots complexes non construits”.

147Se situant dans un cadre théorique apparemment différent, elle part des mots français comme d’une donnée empirique, estimant qu’ils ont des propriétés en commun avec les morphèmes, et que “la propriété <...> différentielle” à retenir “est celle de la non-autonomie syntaxique apparente du morphème” (Corbin, 1987,182). Mais elle pose comme principe

“que si un segment ininterprétable figure dans un mot complexe en position basique ou affixale, alors ce mot complexe ne peut être analysé comme construit, et que, réciproquement, dans un mot analysé comme construit, tous les segments auxquels on peut donner le statut de morphèmes sont interprétables” (Corbin, 1987,236).

148Ceci veut dire d’abord que le morphème est une unité significative, puisqu’il peut toujours recevoir une interprétation, d’autre part que les mots complexes ne peuvent qu’être totalement décomposables en morphèmes, et ce sont des “mots construits”, ou être partiellement ou pas du tout analysables en morphèmes, et ce sont des “mots complexes non construits”. Car l’auteur convient

“d’appeler <l>e type de mots qui ont une certaine structure interne formelle et sémantique, mais qui ne remplissent pas toutes les conditions pour que cette structure soit identifiée à celle d’un mot construit, des mots complexes non construits” (Corbin, 1987,188).

149Tel est le cas d’un mot comme carpette « petit tapis », qui a “toutes les propriétés d’un mot construit”, mais où le segment initial carpe- ne peut pas “être identifié comme une base” (Corbin, 1987, 188), puisque le mot complexe carpette n’a sémantiquement rien à voir avec le mot simple carpe, qui est une « sorte de poisson ». Au contraire, maisonnette est un mot complexe qui contient l’unité significative maison, et lui ajoute un suffixe -ette, associable à la signification de « petit ». C’est l’exemple même du “mot construit”.

150On peut donc dire que le “mot construit” de Danielle Corbin est ce que Martinet appelle un synthème. D est d’ailleurs intéressant de constater que ces deux auteurs en donnant comme exemple l’un de “mot construit” et l’autre de synthème le même mot maisonnette confirment en quelque sorte empiriquement cette équivalence. D’autre part le “mot complexe non construit” de Danielle Corbin n’est qu’un morphème : à la différence du synthème, il est morphématiquement simple, si, comme le synthème, il est morphologiquement complexe.

151Examinons au moins deux autres types de “mots construits” étudiés par Danielle Corbin qui ne sont pas aussi transparents que le type maisonnette.

152“Mots construits” du type humour / humoriste : Dans un “mot construit” comme humoriste, on retrouve le même suffixe -iste avec le signifié « qui fait, pratique N » (N désignant le radical) que dans algébriste, gréviste, artiste, touriste, bouliste par rapport à algèbre, grève, art, tour et boule ; mais la variation o /ou par rapport à humour “ne peut pas s’expliquer phonologiquement ; en effet elle n’est pas automatique dans des contextes semblables : calembour / calembouriste et non *calemboriste. Pourtant elle se retrouve dans d’autres paires de mots formellement et sémantiquement reliables, comme :

fourmi / formique, <...> couronne / coronal, (Corbin, 1987, 14), douleur I dolorisme « doctrine qui attribue à la douleur une valeur morale », doloriste, indolore « qui ne cause pas de douleur », endolorir « rendre douloureux », et couleur I coloriste « qui s’exprime par la couleur plutôt que par le dessin » (cf. Corbin, 1987, 321), colorant « produit qui colore », coloré « qui a de la couleur », incolore « qui n’a pas de couleur », etc.

153Danielle Corbin admet donc justement une règle de variation morphologique qui remplace le phonème /u/ par /o/, quand un lexème comme humour entre dans un synthème, et qui par conséquent fait apparaître une variante /ymoƆR+/ quand ce lexème est au voisinage d’une frontière de morphème (notée +) et non plus d’une frontière de mot (notée #).

154Quelques autres règles morphologiques du français : Danielle Corbin a ainsi identifié un certain nombre de règles morphologiques de variation du français, dont voici quelques exemples :

-l’alternance -eurl-our-

155quand un lexème nominal qui se termine en -eur entre en composition (soit /œB/ /uR/ / — +, c’est-à-dire le segment phonique /œR/ devient /uR/ devant une frontière de morphème), d’où les couples :

douleur / douloureux, langueur / langoureux, rigueur / rigoureux, saveur / savoureux, vigueur/ vigoureux (Corbin, 1987,751) -l’alternance /әv/ ~ /Ep/

156(où /E/ note l’archiphonème de l’opposition phonologique Id ~ /e/) quand un lexème verbal dont la finale est en /әv/ se trouve dans un synthème (soit /әv/ → /Ep/ / # X— +, c’est-à-dire le segment phonique /av/ devient /Ep/, quand il suit une frontière de mot et une suite X quelconque de phonèmes et qu’il précède une frontière de morphème), comme dans :

décev(oir) / déception, concev(oir) / conception, concepteur, percev(oir) / perception, percepteur, recev(oir) / réception, récepteur (Corbin, 1987,768)

157ou bien

-l’alternance /ε ~ a /

158qui affecte la voyelle accentuable des adjectifs et des noms (soit /ε//a/ / # X — Y +, c’est-à-dire le phonème /ε/ est remplacé par le phonème /a/, quand il est précédé par une frontière de mot puis une suite X quelconque de phonèmes et qu’il est suivi par une suite Y quelconque de phonèmes puis une frontière de morphème), et est largement attestée dans le lexique :

vain / vanité, clair / clarté, nain / nanisme, caisse, / cassette, faim / famine (Corbin, 1987, 189) ; mer / marin, réel / réalité, réaliser, réalisme, sel / saler, salière, -el / -al-, -ien / -ian-, -ier / -(i)ar- (Corbin, 1987,746-747)

-l’épenthèse d’une voyelle /y/

159quand un lexème nominal a un signifiant qui se termine par une consonne suivie d’une latérale (soit /l//yl/ / # X {b, g, k} — +, c’est-à-dire le phonème /l/ est remplacé par le segment /yl/ quand il vient après une frontière de mot, une suite X quelconque de phonèmes et soit un /b/ soit un /g/ soit un /k/, et qu’il précède une frontière de morphème), ce qui donne

angle / angulaire, fable / fabuleux, furoncle / furonculose, miracle / miraculeux, muscle / musculaire, etc. (Corbin, 1987,762)

160ou encore

-la troncation du morphème adjectivant /ik/

161quand un verbe est dérivé en /iz/ d’un adjectif en -ique (soit +/ik/ → Ø / +

162— + /iz/) comme dans :

alcoolique / alcooliser, atomique / atomiser, évangélique / évangéliser, poétique / poétiser, démocratique / démocratiser, schématique / schématiser, etc. (d’après Corbin, 1987,355)

163/alkoƆlize/ étant par conséquent une suite phonématique /alkƆl+ Ø +ize/, et non pas seulement /alkƆl+ize/.

164Il est clair qu’une des difficultés de ces règles morphologiques de variation, du moins lorsqu’elles ne concernent qu’un phonème, c’est de ne pas les prendre pour des règles de variation phonologique.

165“Mots construits” du type jeu / ludique : Dans le mot ludique « relatif au jeu », on retrouve manifestement le suffixe adjectival -ique de volcanique, atomique, algébrique, par rapport aux noms volcan, atome, algèbre. Mais il n’existe pas de nom *lude, auquel s’ajouterait ce suffixe. Et, comme le remarque Danielle Corbin, “un locuteur n’ayant pas mémorisé que ludique est l’adjectif associé à jeu n’est pas susceptible de le deviner” (Corbin, 1987, 15). Danielle Corbin refuse de dériver ludique de jeu (cf. 1987, 235), mais voit dans lud-ique un adjectif dérivé d’une entrée lexicale non libre qu’elle note °lud(e) (cf. 1987, 204, 296, 304), qui serait un synonyme du lexème jeu. Il s’agirait d’un phénomène de supplétion ; car Danielle Corbin part du principe que seule une “alternance ayant au moins deux occurrences sera considérée comme allomorphique” (Corbin, 1987, 293). Elle admet par exemple que frère / fratern-el est une allomorphie, et non une supplétion, parce qu’on retrouve la même alternance dans deux autres lexèmes, à savoir père / patern-el et mère / matern-el. Par contre l’alternance jeu / lud-ique, qui est isolée, est donc considérée comme un phénomène de supplétion.

166Que faut-il en penser ? Il est juste de postuler que /lyd/ dans ludique est le signifiant d’un morphème de signifié « jeu », puisque lud- commute dans ce contexte, et que l’on retrouve ce segment combiné avec d’autres morphèmes que -ique dans des mots comme lud-isme « activité ludique, recherche systématique du jeu » ou ludothèque « centre de prêt de jouets et de jeux » (Le Nouveau Petit Robert, 1993, 1309). Et il est vrai qu’il s’agit d’un phénomène historique de supplétisme : alors que le nom jeu est issu du latin iocus « plaisanterie, jeu », l’adjectif ludique a, lui, été formé à partir du mot latin de sens voisin ludus « jeu, amusement ». Mais ce n’est pas une raison pour refuser de dire qu’au point de vue synchronique il s’agit de deux allomorphes d’un seul et même lexème. D’abord le supplétisme diachronique n’empêche nullement de considérer que les signifiants /al/, /va/ et /i/ sont trois variantes du même lexème « aller », alors qu’ils sont issus de trois verbes latins différents, à savoir respectivement amb(u)lare « se promener », vadere « marcher » et ire « aller, marcher ». Ensuite s’il est ingénieux de voir dans jeu et lud- des lexèmes synonymes, il faut reconnaître que ce serait curieusement les seuls cas de synonymie totale ; car il est bien connu que les synonymes ordinaires ne sont que des quasi synonymes qui présentent toujours quelques différences de sens et d’emploi plus ou moins importantes. A vrai dire, ces deux signifiants qui correspondent à une même signification et qui sont en distribution complémentaire, puisque l’un est une forme libre et l’autre une forme liée, remplissent toutes les conditions qui permettent d’y voir deux allomorphes d’un même morphème. Ces allomorphes ont seulement la particularité de n’avoir aucun élément de signifiant en commun et d’être donc entièrement différents, comme dans le cas du verbe français aller, du verbe latin « porter », qui se dit fer(o) à l’infectum, tul(i) au perfectum et lat(um) au supin, ou de nombreux verbes grecs dits irréguliers.

167Danielle Corbin donne d’autres cas de cette prétendue supplétion où la différence entre les deux allomorphes est importante, sans être pour autant totale. Le nom paganisme « le fait d’être païen, c’est-à-dire de ne pas croire dans le dieu des chrétiens » contient une variante liée /pagan-/ du lexème « païen », qui est différente de la forme libre païen, mais qui a au moins en commun avec elle l’initiale /pa/. Le lien entre ces deux allomorphes relève aussi de l’histoire, mais n’est pas à proprement parler un fait de supplétisme diachronique : païen est le résultat de l’évolution populaire du mot latin pagan-us, alors que paganisme est une création savante faite à partir du même mot paganus, ce qui n’était pas le cas de ludique. Par contre l’allomorphe savant pagan- du lexème « païen », tout comme l’allomorphe lud-, n’apparaît que dans des synthèmes. On le retrouve dans le verbe paganiser « rendre païen » combiné avec le morphème verbalisant -is-er (cf. banaliser, immortaliser, nationaliser, rationaliser, etc.), et dans l’adjectif composé pagano-chrétien « qui se rapporte à la fois aux doctrines païennes et aux doctrines chrétiennes » (Lexis, 1994,1313).

168Le nom virginité est comparable à paganisme : il combine une variante liée virgin- de l’adjectif vierge, et le morphème nominalisant -ité que l’on trouve par exemple dans

assidu / assiduité, commode / commodité, dense / densité, fragile / fragilité, hostile / hostilité, obscur / obscurité, probe / probité, productif /productivité, valide / validité (Corbin, 1987,174)
final / finalité, génial / génialité, grammatical / grammaticalité, territorial / territorialité (Corbin, 1987, 174), acide /acidité, fixe / fixité, rigide / rigidité, amène/aménité.

169Cette variante liée a en commun avec la forme libre du même adjectif au moins les trois consonnes /v/, /R/ et /3/. Elle appartient, elle aussi, au vocabulaire dit savant, étant un emprunt au latin médiéval virginitas, dérivé de virgo, virginis « vierge », d’où la forme libre vierge est phonétiquement issue, ce qui explique la ressemblance partielle entre les deux allomorphes.

170Synchroniquement ces variations ne sont pas entièrement comparables à la variation du verbe « aller » : il faut connaître les trois allomorphes /va/, /al/ et /i/ pour pouvoir utiliser le lexème « aller », alors qu’on peut très bien utiliser les lexèmes « vierge », « païen » ou « jeu », sans connaître leur variante liée /viRzin/, /pagan/ ou /lyd/. Il faut apprendre en plus les synthèmes qui contiennent ces variantes particulières, ce qui pourrait expliquer que l’on soit alors tenté de parler de supplétion. Mais à vrai dire la situation est la même pour fraternel et frère, ainsi que pour marin et mer ou dolorisme et douleur. A chaque fois le signifiant particulier du lexème lié appartient au vocabulaire savant, c’est-à-dire au vocabulaire emprunté au latin (ou au grec, comme dans hépat-ique / foie, épiscop-al / évêque, phonique / son, etc.) et non issu régulièrement du latin, en l’occurrence fraternus « fraternel, de frère » (adjectif de frater, fratris « frère »), mare « mer », dolor « douleur ». La véritable différence entre l’allomorphie que présentent les lexèmes de virginité, paganisme ou ludique et l’allomorphie des lexèmes de fraternel, marin ou dolorisme est celle que Danielle Corbin fait entre ce qu’elle appelle supplétion et ce qu’elle appelle allomorphie : la première forme de variation n’apparaît qu’à propos d’un seul lexème, alors que la seconde doit concerner au moins deux lexèmes différents (cf. Corbin, 1987, 293), et relève du coup d’une règle morphologique.

c. Le segment morphologique

171Quand la composition ou la dérivation de la morphologie lexicale traditionnelle ne correspondent pas à une composition morphématique, nous proposons d’appeler segments morphologiques les différents éléments que les grammaires identifient dans le signifiant morphématiquement indécomposable des mots dits composés ou dérivés. Cette notion permet de préciser les choses en disant par exemple que le “mot complexe non construit” carpette de Danielle Corbin est certes un morphème unique ; mais c’est un morphème qui a la particularité d’avoir un signifiant constitué de deux segments morphologiques, à savoir carp- et -ette.

172On appellera donc segment morphologique toute “suite de phonèmes (en entendant par suite de phonèmes aussi bien un seul phonème que plusieurs phonèmes) indépendante de son environnement, c’est-à-dire qui peut commuter dans l’environnement où elle se trouve et dont l’environnement peut également commuter” (Touratier, 1994, LIV). Mais il s’agit alors d’une commutation purement formelle, qui ne correspond pas en même temps à une différence partielle de signification. C’est ainsi qu’on dira que le lexème chaise-longue a un signifiant qui est formé de deux segments morphologiques, car le segment longue peut apparaître sans le segment chaise, et vice-versa :

Voici une chaise-longue / Voici une histoire longue / Voici une chaise-basse, etc.

173Mais comme la signification de chaise-longue n’est pas la combinaison des significations des deux lexèmes que sont le nom chaise et l’adjectif long, il ne s’agit pas de commutations ayant une pertinence morphématique, mais seulement de commutations ayant une pertinence morphologique. La suite de phonèmes de chaise-longue représente donc le signifiant d’une unité significative minimale, d’un seul morphème, mais ce morphème a un signifiant complexe, qui est formé de deux segments morphologiques.

174Dans le cas célèbre du verbe anglais perceive, Zellig Harris, qui donnait du morphème la définition que nous proposons pour le segment morphologique, voyait deux morphèmes ; car -ceive [si : v] est indépendant deper- [pә], comme le montre l’existence des verbes :

persist [pә’sist], perjure [‘pәdjә]

175et per- indépendant de -ceive, comme le montrent les verbes :

receive [ri’si : v], deceive [di’si : v]

176(cf. Harris, 19604, 161). Il s’agit bien là de deux segments récurrents et par conséquent de deux segments morphologiques. Mais il n’est pas possible d’associer au segment per- un signifié qui serait commun à

percieve « s’apercevoir », persist « persister »,perjure « parjurer »

177ni à -ceive un signifié qu’on retrouverait dans :

perceive « s’apercevoir », receive « recevoir », deceive « tromper », conceive « imaginer ».

178On est donc obligé de considérer que le signifiant /pә’si : v/ et le signifié « s’apercevoir » représentent un signe minimal et donc un seul morphème dont le signifiant est formé de deux segments morphologiques.

179La situation n’est pas la même en latin, pour les équivalents formels et sémantiques de la famille des verbes anglais cités par Zellig Harris. Car il existe un verbe simple capi-o, qui signifie « prendre » ; et la signification des verbes composés est effectivement rattachable à celle de « prendre ». Le verbe re-cipi-o signifie en effet « prendre en arrière, retirer » d’où « récupérer, recevoir » ; de-cipi-o, « prendre, attraper », c’est-à-dire « prendre en faisant tomber dans un piège » (Dictionnaire étymologique de la langue latine d’Ernout-Meillet, 1951, 171) ; percipio, « prendre, s’emparer » et notamment « percevoir (auribus, oculis, aliquo sensu par l’ouïe, la vue, par quelqu’un des sens) » ; et concipio, « 1. [pr.] prendre entièrement ; 2. [fig.] admettre (recevoir) dans sa pensée, concevoir » (Dictionnaire Latin Français de Gaffiot, 1934, 1141-1142). Il s’agit donc, en latin, de synthèmes, c’est-à-dire de lexèmes complexes qui combinent deux morphèmes, et non pas d’un seul morphème morphologiquement complexe, comme en anglais ou en français.

d. L’unité morphologique

180Au concept de segment morphologique, qui correspond à ce que Harris appelait morphemic segment (cf. p. 15), il faut ajouter celui d’unité morphologique, pour désigner une classe de segments morphologiques en distribution complémentaire - que Harris appelait, à tort, nous semble-t-il, morphème. Pour donner des exemples, les deux segments morphologiques -cep- et -cev- représentent en français une même unité morphologique, à laquelle la tradition grammaticale n’a pas donné de nom particulier. Par contre, les segments -i- et -ai-, ainsi que -ass, -iss- et -uss-, qui sont également en distribution complémentaire, constituent une unité morphologique que l’on peut désigner à l’aide du terme traditionnel d’Imparfait, en mettant toutefois une majuscule à l’initiale pour distinguer l’unité morphologique du temps (présentant justement cette unité morphologique) que la grammaire traditionnelle appelle imparfait : je chant-ai-s est en effet l’imparfait du verbe chanter. Et le temps ainsi dénommé a comme caractéristique formelle de contenir l’unité morphologique d’Imparfait (avec une majuscule), qui, en l’occurrence, est représentée par le segment morphologique -ai-.

181Les unités morphologiques ne correspondent donc pas à des unités significatives. Ce sont seulement des unités formelles que la langue utilisent, seules ou à plusieurs, pour former le signifiant de ses morphèmes, lesquels sont, eux, des unités significatives ou unités de première articulation minimales. Les concepts d’unité morphologique et de segment morphologique ont seulement l’intérêt de prendre acte et de rendre compte du fait qu’une suite de phonèmes puisse fort bien, tout en étant le signifiant inanalysable d’un morphème, être morphologiquement décomposable.

e. Destin des synthèmes

182Dans la mesure où ils sont l’équivalent fonctionnel d’un morphème unique, les synthèmes ont en quelque sorte vocation à devenir, à plus ou moins longue échéance, des unités significatives minimales, c’est-à-dire de simples morphèmes. Ceci explique pourquoi des mots composés comme pomme de terre ou fourchette sont maintenant inanalysables en unités significatives plus petites, alors qu’ils étaient, lors de leur création, d’authentiques synthèmes, c’est-à-dire des combinaisons de morphèmes. La pomme de terre était un « fruit de la terre », et la fourchette, une « petite fourche », alors que pour un locuteur français actuel, pomme de terre s’oppose globalement à carotte ou tomate, et fourchette à cuillère ou couteau. Ils sont devenus purement et simplement des lexèmes, aussi inanalysables que les lexèmes auxquels ils s’opposent.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540