Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Première partie. Théorie

Chapitre I. Notions théoriques de base pour procéder à l’analyse en morphèmes d’un énoncé

Texte intégral

1. Axe syntagmatique et axe paradigmatique

1Ferdinand de Saussure a montré que tout signe linguistique entrait dans deux sortes de rapports qu’il appelait “les rapports syntagmatiques” et “les rapports associatifs”.

a. Rapports syntagmatiques et rapports associatifs

2Les rapports syntagmatiques sont ceux que “dans le discours, les mots (sic ; mais ceci n’enlève rien à la pertinence de l’observation !) contractent entre eux, en vertu de leur enchaînement” (Saussure, 1967, 170). Ils sont “fondés sur le caractère linéaire de la langue, qui exclut la possibilité de prononcer deux éléments à la fois” (Saussure, 1967, 170) et contraint par conséquent les unités linguistiques à se présenter les unes après les autres dans la chaîne parlée. Ferdinand de Saussure appelait syntagmes les combinaisons “de deux ou plusieurs unités consécutives” (Saussure, 1967, 170), “combinaisons qui ont pour support l’étendue” (Saussure, 1967, 170) et qui se font par conséquent sur l’axe horizontal de la chaîne parlée.

3Les rapports associatifs se définissent eux par le fait que, “en dehors du discours, les mots offrant quelque chose de commun s’associent dans la mémoire” (Saussure, 1967, 171) du locuteur et de l’auditeur. Pour reprendre un des exemples de Ferdinand de Saussure, le mot enseignement est impliqué dans une série associative qui a en commun le radical enseign-, à savoir enseignement, enseigner, enseignons, renseigner, etc., et dans une autre série associative qui a en commun le suffixe -ment, à savoir enseignement, changement, armement, etc. Ces deux séries associatives ont, chacune, en commun un élément qui est une unité significative, c’est-à-dire un élément formel et sémantique. Mais le même mot enseignement est aussi impliqué dans une série associative où l’élément commun est seulement phonétique, à savoir enseignement, clément, justement, etc., et dans une série associative qui repose “sur la seule analogie des signifiés” (Saussure, 1967, 174), à savoir enseignement, instruction, apprentissage, éducation. Ces différents rapports associatifs peuvent être représentés par la figure 1.

4Ferdinand de Saussure oppose clairement les rapports associatifs et les rapports syntagmatiques en les caractérisant de la façon suivante :

“Le rapport syntagmatique est in praesentia : il repose sur deux ou plusieurs termes également présents dans une série effective. Au contraire le rapport associatif unit des termes in absentia dans une série mnémonique virtuelle” (Saussure, 1967, 171).

fig. 1 : rapports associatifs

b. Rapports paradigmatiques

5“Pour éviter le psychologisme adopté dans le Cours de F. de Saussure <Hjelmslev a substitué> le terme de ‘rapport paradigmatique’ à celui de ‘rapport associatif’” (Hjelmslev, 1938, 161, note 3). Mais par ce nouveau terme, il désigne seulement la relation (qu’il nommait du reste ‘corrélation’) existant “entre les membres d’une catégorie” (Hjelmslev, 1938, 162) ou de ce qu’il appelle un paradigme, c’est-à-dire d’“une classe d’éléments qui peuvent être placés à une même place d’une chaîne” (Hjelmslev, 1966, 56). C’est donc les rapports paradigmatiques que maintenant on oppose aux rapports syntagmatiques, les rapports syntagmatiques étant les rapports dans l’énoncé entre des unités qui y sont effectivement mises en œuvre, et les rapports paradigmatiques les rapports “entre des unités qui peuvent figurer dans un même contexte et qui, dans ce contexte, s’excluent mutuellement” (Martinet, 19672,27).

6Voici les définitions que l’on peut trouver dans le Dictionnaire de linguistique de Jean Dubois :

“On appelle rapport syntagmatique tout rapport existant entre deux ou plusieurs unités apparaissant effectivement dans la chaîne parlée” (Dubois, et alii, 1973,477).
“En linguistique moderne, un paradigme est constitué par l’ensemble des unités entretenant entre elles un rapport virtuel de substituabilité” (Dubois et alii, 1973,353).

c. Liens entre ces deux sortes de rapports

7Une fois bien distingués l’axe syntagmatique, c’est-à-dire l’axe horizontal de la chaîne parlée, et l’axe paradigmatique, c’est-à-dire l’axe vertical par rapport à la chaîne parlée, il importe de ne pas les séparer et de bien voir qu’ils fonctionnent en s’appuyant pour ainsi dire l’un sur l’autre. Hjelmslev disait justement que “le mécanisme de la langue est établi sur un réseau de rapports syntagmatiques et paradigmatiques qui se conditionnent mutuellement” (Hjelmslev, 1938, 161). De fait si Ferdinand de Saussure est tenté de voir dans le mot enseignement une combinaison syntagmatique (ou un syntagme) formée de deux unités linguistiques, c’est parce qu’il est impliqué dans deux séries paradigmatiques différentes, à savoir d’une part enseignement, enseignant, enseigné, qui correspond au paradigme des suffixes -ment, -ant, -é, et d’autre part enseignement, changement, armement, qui correspond au paradigme des radicaux verbaux enseign-er, chang-er, arm-er. Certes l’existence de ces deux séries paradigmatiques n’apprend rien sur la nature du rapport syntagmatique qui unit enseign- et -ment, mais elle met en évidence l’existence d’une combinaison sur l’axe syntagmatique. En cela donc le paradigmatique et le syntagmatique sont liés entre eux et se conditionnent bien mutuellement.

2. Le morphème

8Pour la linguistique moderne, l’unité minimale significative est le morphème (ou le monème).

a. Définition

9Le morphème est un signe linguistique minimal, le signe linguistique étant défini depuis Saussure comme l’association d’un signifié et d’un signifiant, c’est-à-dire, pour reprendre les propres mots de Saussure, que

“le signe linguistique unit non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique” (Saussure, 1967,98).

10Les morphèmes sont donc fondamentalement d’une part des unités à deux faces, c’est-à-dire des unités qui conjoignent un sens et une forme phonique ou des “unités douées d’un contenu sémantique et d’une expression phonique” (Martinet, 19672, 20), et d’autre part des unités minimales, c’est-à-dire des unités significatives qui ne peuvent pas être segmentées en unités à deux faces plus petites.

11On peut regretter cette appellation de morphème, en prétextant que dans morphème, il y a le mot grec µoρφή, qui veut dire « forme », et qu’il serait donc préférable de limiter le sens de ce mot à la morphologie, c’est-à-dire à ce qui est purement formel. Mais signalons que, dans la tradition linguistique préstructuraliste, le mot morphème n’était déjà pas limité à du formel. Marouzeau le définissait en effet ainsi :

Elément de formation (gr. morphê = forme) propre à conférer un aspect grammatical aux éléments de signification, et qui sert ainsi à définir l’espèce du mot (nom, verbe, etc.), la catégorie grammaticale (genre, nombre, personne), la relation syntaxique (sujet, régime)” (Marouzeau, 196933, 148).

12La première partie de la définition indique bien qu’il s’agit de forme ; mais la seconde partie précise que cette forme joue un rôle grammatical. Il s’agit donc de quelque chose de plus que d’un simple élément formel.

13Quoi qu’il en soit, l’usage du terme de morphème est maintenant bien établi, dans les différentes écoles linguistiques modernes, comme le remarque le Dictionnaire de linguistique de Jean Dubois :

Dans la terminologie de la grammaire distributionnelle et dans l’analyse en constituants immédiats, le terme de morphème désigne le plus petit élément significatif individualisé dans un énoncé, que l’on ne peut diviser en unités plus petites sans passer au niveau phonologique. C’est donc l’unité minimale de la première articulation, la première unité porteuse de sens ; à ce titre, il s’oppose au phonème, unité minimale de la deuxième articulation (Dubois et alii, 1973,324).

14Les grands manuels de langue anglaise disent en général la même chose :

les morphèmes sont les plus petits éléments individuellement significatifs (the smallest individually meaningfull éléments) dans les énoncés d’une langue (d’après Hockett, 196914, 123)
Une des premières tâches qu’affronte le linguiste qui examine une nouvelle langue <..> est l’identification des unités significatives minimales (the minimal meaningfull units) dont cette langue est formée. Ces unités minimales sont appelées « morphèmes » (d’après Nida, 19699,6). le morphème est la plus petite unité qui soit grammaticalement pertinente (Gleason, 1969, 46).

b. Le monème de Martinet

15Une terminologie divergente est utilisée par les fonctionnalistes français qui se rattachent à André Martinet. Celui-ci appelle en effet monème l’unité significative minimale, et distingue deux sortes de monèmes, à savoir les monèmes grammaticaux ou morphèmes, qui relèvent de la grammaire, et les monèmes lexicaux ou lexèmes, “qui trouvent leur place dans le lexique, et non dans la grammaire” (Martinet, 19672, 16). Ce faisant, Martinet se rapproche de la tradition européenne préstructuraliste, qui voyait dans le morphème un composant formel du mot doté d’un rôle grammatical, tout en s’en distinguant expressément : il préfère opposer le morphème au lexème, alors que Marouzeau opposait le morphème au sémantème. Sa notion de morphème a donc une extension moindre que celle des autres linguistes, puisqu’elle embrasse une partie seulement des unités significatives minimales que les autres linguistes appellent morphèmes. Une telle divergence terminologique peut certes créer quelques confusions ; mais il faut bien reconnaître qu’elle n’est pas trop grave, dans la mesure où chez Martinet, le morphème est malgré tout une unité significative minimale.

16Pour comprendre la portée plus large de l’usage non-martinettien du morphème, il faut partir du fondateur de la linguistique structuraliste américaine, Léonard Bloomfield. Dans son maître-livre Language, il appelle “forme linguistique” toute “forme phonétique qui a un sens” (Bloomfield, 1990, 31), c’est-à-dire aussi bien une phrase, un syntagme ou un mot. Bref sa “forme linguistique” correspond au “signe linguistique” de Saussure. Et il définit en ces termes le morphème :

Une forme linguistique qui ne possède pas de ressemblance phonétique et sémantique partielle avec une autre forme, est une forme simple ou un morphème. <..> Des morphèmes peuvent présenter des ressemblances phonétiques partielles, comme le font par exemple bird « oiseau » [bƏ : d] et burr « halo » [bƏ : ], ou même des homonymies comme air, aire, haire, hère, mais cette ressemblance est purement phonétique et non sémantique (Bloomfield, 1970,153).

17Le morphème est donc, dès les origines de la linguistique moderne américaine, plus qu’une pure forme ; c’est une forme linguistique, c’est-à-dire finalement une forme qui signifie quelque chose.

c. Le courant harrissien et chomskyen

18La linguistique américaine a proposé une autre conception du morphème, qui repose non pas sur une simple différence terminologique, comme dans le cas du fonctionnalisme martinettien, mais sur une véritable divergence théorique, puisqu’elle définit le morphème sans la moindre référence à la signification. Telle est par exemple la position du distributionnalisme de Harris.

19Pour analyser une suite de la chaîne parlée, Harris en effet recherche d’abord ce qu’il appelle des segments morphémiques -morphemic segments—, lesquels sont définis premièrement comme des “séquences phonémiques indépendantes” (d’après Harris, 19604, 157), c’est-à-dire des séquences qui peuvent commuter dans un contexte donné, et dont le contexte peut commuter, et deuxièmement comme des “séquences phonémiques indépendantes qui ont des similarités distributionnelles avec d’autres séquences phonémiques indépendantes” (d’après Harris, 19604, 179). Puis il réunit en une seule unité qu’il appelle précisément morphème les segments morphémiques qui sont en distribution complémentaire, le morphème étant dans ces conditions “une classe d’un ou de plusieurs éléments morphémiques complémentaires” (d’après Harris, 19604, 212-213).

20Avec de tels principes on peut segmenter la suite formée par le mot récepteur en trois morphèmes, en vertu des trois séries de commutations :

ré-cepteur / per-cepteur / con-cepteur / ac-cepteur ré-cep-teur / ré-docteur / ré-flec-teur /ré-frac-teur / ré-duc-teur récep-teur / récep-tion / récep-tivité /récep-tacle.

21La première série de commutations montre que ré- est un segment phonémique indépendant de son environnement, la deuxième que -cep-, et la troisième que -teur le sont également. Il n’est pas possible de leur attribuer un signifié quelconque. Mais cela ne les empêche pas de commuter, et donc d’être des unités linguistiques minimales.

22La linguistique chomskyenne va dans le même sens. Elle relève “des contre-exemples à <l’hypothèse> qui définit les morphèmes comme des éléments porteurs de sens” (Chomsky, 1969, 110), tels, en anglais, que le “« to » dans « I want to go » ou le support postiche « do » dans « did he corne ? »” (Chomsky, 1969, 109). “Le morphème est alors défini, ainsi que le précise Manfred Bierwisch, simplement par sa place à l’intérieur de l’ensemble du modèle, et non par sa capacité d’avoir une signification propre” (d’après Bierwisch, 1967, 53). Le morphème n’est plus dans ces conditions une unité objective, mais, selon le mot même de Manfred Bierwisch, une “unité de théorie”. Toutefois la terminologie standard du générativisme préfère donner à cette unité de la description syntaxique le nom de “formant” (en angl. formative). Noam Chomsky appelle en effet formants les “unités syntaxiques minimales” (Chomsky, 1971, 12), subdivisant même ces dernières en deux classes, à savoir les formants lexicaux et les formants grammaticaux (Chomsky, 1971, 93-94).

23Quoi qu’il en soit, la terminologie chomskyenne a l’avantage d’éviter les risques de confusion. Elle permet de laisser au terme morphème une seule signification, à savoir celle qui correspond à sa définition majoritaire d’unité significative minimale. Mais il est alors important de bien définir le morphème comme l’association d’un signifié et d’un signifiant, et non pas seulement d’un sens et d’une forme phonique ou d’un contenu et de son expression, à moins de ne pas donner au mot sens uniquement l’acception de contenu sémantique correspondant à un concept logique ou à une réalité objective, et d’admettre que l’on puisse aussi parler de sens grammatical. Car le signifié d’un morphème peut être ou sémantique ou grammatical. Voilà pourquoi Martinet donne des précisions qui paraissent redondantes, mais ne le sont nullement, quand il définit ainsi le monème :

Comme tout signe linguistique, le monème est une unité à deux faces, une face signifiée, son sens ou sa valeur, et une face signifiante qui la manifeste sous forme phonique et qui est composée d’unités de deuxième articulation (Martinet, 19672,16).

24Mais attention, cela ne veut pas dire que toutes les catégories morphologico-sémantiques de la grammaire traditionnelle correspondent forcément à une valeur, c’est-à-dire à un signifié de morphème. On pourrait montrer par exemple que ce que les grammaires scolaires appellent présent ou singulier n’est nullement un morphème. Le temps dit présent est en fait le nom que les grammaires donnent à la forme verbale comme nous chant-Ø-ons, qui n’a aucun morphème de temps là où un imparfait comme nous chant-i-ons contient un morphème de signifiant /i/ et de signifié « non actuel ». Contrairement à ce que donne à penser son nom, le présent ne signifie pas plus par lui-même l’actuel que le passé ou l’avenir. De la même façon on verra que le prétendu singulier n’est que l’absence d’un morphème de « pluralité », et non pas un morphème signifiant l’« unicité ».

d. Deux sortes de morphèmes

25Il peut être utile de distinguer deux classes différentes de morphèmes, comme le fait Martinet, quand il distingue “entre des monèmes grammaticaux (morphèmes) et des monèmes lexicaux (lexèmes)” (Martinet, 19672, 119). Mais on parlera de morphèmes lexicaux (ou lexèmes), et de morphèmes grammaticaux. Certains utilisent alors l’appellation simple de grammèmes ; car si les morphèmes lexicaux sont ceux “qui trouvent leur place dans le lexique” (Martinet, 19672, 16), les morphèmes grammaticaux sont “ceux qui <..> apparaissent dans les grammaires” (Martinet, 19672, 16). Mais il faut bien reconnaître que ce terme de grammème n’est pas vraiment entré dans l’usage.

26On définit généralement les lexèmes comme des morphèmes “qui appartiennent à des inventaires illimités” (Martinet, 19672, 119), et les morphèmes grammaticaux comme des morphèmes qui font partie de paradigmes dont les membres sont en “nombre relativement réduit“ (Martinet, 19672, 119). Ceci est peut-être une façon plus heureuse de les définir que de rattacher les premiers au lexique et les seconds à la grammaire. Car même des morphèmes grammaticaux comme les articles définis ou indéfinis, qui appartiennent au paradigme très réduit des déterminants, ou comme les prépositions, qui appartiennent, elles, à un paradigme plus nombreux, mais incontestablement moins ouvert que celui des noms communs, sont couramment mentionnés dans les dictionnaires.

3. La commutation

27Pour identifier les morphèmes, la linguistique moderne dite structuraliste a proposé d’utiliser une procédure qui s’appelle la commutation, et dont la justification théorique est à chercher dans le fait que les relations syntagmatiques et les relations paradigmatiques se conditionnent mutuellement. Comme nous l’avons observé précédemment, la séquence syntagmatique enseignement est analysable en deux unités significatives parce qu’elle combine deux segments syntagmatiques plus petits qui appartiennent à deux séries paradigmatiques différentes, à savoir les radicaux verbaux enseign-er, chang-er, arm-er (qui sont des morphèmes lexicaux), et les suffixes -ment, -ant, -é (qui sont des morphèmes grammaticaux).

a. Définition

28Mettre en œuvre la commutation pour identifier des unités significatives “consiste à comparer des paires ou des groupes d’énoncés qui présentent une opposition partielle à la fois dans l’expression et dans le contenu ; si l’opposition n’est pas partielle (autrement dit, s’il n’y a pas une identité manifeste à un endroit ou à un autre des énoncés) et si cette opposition n’existe pas à la fois dans l’expression et dans le contenu, la comparaison est sans intérêt” (Gleason, 1969, 56) pour l’analyse en morphèmes. Par contre s’il y a une différence partielle et au niveau de la forme et au niveau du sens, il est raisonnable de supposer que la différence partielle de forme est le support de la différence partielle de sens, qu’elle est associable à la différence de sens, et donc que ces deux différences partielles sont les deux faces d’un signe linguistique, lequel ne sera un morphème, que s’il est minimal, c’est-à-dire s’il n’est pas lui-même décomposable en associations de différence partielle de forme et de différence partielle de sens plus petites.

29Si par exemple on oppose les deux énoncés :

/ty ∫ãtε tuʒuR/ « tu chantais toujours » ~ /ʒə∫ãtє tuʒuR/ « je chantais toujours »

30On voit qu’en remplaçant /ty/ par /ʒə/, cela change partiellement la signification, et remplace la deuxième personne « tu » par la première personne « je ». On pourra donc faire l’hypothèse que le segment phonique /ty/ est le signifiant d’un morphème dont le signifié est « tu » ou « l’interlocuteur », et du même coup que le signifiant /ʒə/ est probablement à associer au signifié « je » ou « le locuteur », dans la mesure où ces unités significatives ne semblent pas décomposables en unités significatives plus petites.

b. Particularités de cette commutation

31Depuis le structuralisme, les linguistes utilisent beaucoup la procédure de la commutation pour justifier leurs analyses. C’est à l’aide de la commutation qu’ils isolent les phonèmes d’une langue. Et c’est aussi à l’aide de la commutation que les linguistes américains au moins identifient les constituants immédiats d’une construction syntaxique ou montrent que des unités significatives entrent directement dans une construction. Mais il importe de bien voir qu’on n’emploie pas cette procédure de la même façon suivant que l’on veut obtenir des unités de première articulation comme les morphèmes ou des unités de seconde articulation comme les phonèmes.

32Pour identifier des phonèmes, on cherche “la plus petite différence possible dans l’expression en même temps qu’une quelconque différence dans le contenu” (Gleason, 1969, 54). Si dans la séquence phonique

/ʒə vwa yn tεt « je vois une tête »

33on fait commuter le segment /tεt/ avec le segment /fij/, une partie seulement de la signification a changé, puisqu’on obtient alors le sens « je vois une fille » au lieu de « je vois une tête », avec maintien de la partie de signification « je vois une ». Il est donc permis de penser que la différence de signifiant /fij/ est à associer à la différence de signifié « fille », et que l’association du signifiant /fij/ et du signifié « fille » forme un signe linguistique, qui, ayant toute chance d’être minimal, est un morphème, et qu’il en est de même de l’association du signifiant /tєt/ et du signifié « tête ». Si maintenant, dans le signifiant / tεt / de ce morphème, on fait commuter le segment /t/ avec le segment /b/ ou /f/, on obtient le morphème bête ou fête, qui n’ont absolument rien de commun avec le sens du morphème tête. La différence de sens, cette fois, n’est pas partielle, mais totale, le remplacement de /t/ par /b/ ou /f/ n’ayant pas fait apparaître un élément de sens que l’on ne retrouverait pas dans le signifié « tête », et un élément de sens qui serait une partie du signifié « tête ». On dira donc que /t/, /b/ et /f/ sont des phonèmes français, c’est-à-dire des unités distincives qui, n’étant pas associables à un signifié, permettent de distinguer l’unité significative minimale tête de l’unité significative minimale bête ou fête.

34On montrerait de la même façon que le signifiant du lexème tête contient deux autres phonèmes, à savoir /є/ et /t/, en faisant commuter le premier de ces segments avec /ã/ ou /ε/, et le second avec /R/, ce qui donnerait respectivement tante ou teinte, et terre, dont les signifiés n’ont absolument rien de commun avec le sens de « tête ». Il faut donc que la commutation d’un segment formel entraîne une différence de sens partielle, et non pas quelconque ou totale, pour que ce segment formel puisse être considéré comme le signifiant d’une unité significative, laquelle représentera un morphème, s’il s’avère qu’elle est minimale.

c. Remarques sur cette commutation

35La commutation qui permet d’identifier des morphèmes n’est pas une procédure artificielle. C’est “la procédure même par laquelle le petit enfant qui apprend à parler acquiert la délimitation exacte des unités qu’il cherche à manier, par essais et erreurs” (Mounin, 1968, 64). A son père qui lui a dit : “Tu as vu l’p’tit âne”, un enfant qui se souvient de l’expression “l’p’tit garçon” répondra : “Oh ! l’beau tâne ! ”.

Si maintenant on lui fait remarquer qu’on ne dit pas un tâne, mais un âne, il se reprendra et dira : “l’beau nâne” ; et cela jusqu’à ce qu’il ait saisi la segmentation correcte, c’est-à-dire l’unité structurale et fonctionnelle réelle du code français (Mounin, 1968,64).

36Par ailleurs la commutation n’est pas une procédure infaillible ni une procédure toujours facilement applicable. Mais ce n’est pas pour autant une procédure inutile et démodée, maintenant que le structuralisme qui l’a promue semble dépassé. C’est un moyen de prouver la pertinence linguistique d’une analyse et de ne pas dire n’importe quoi, sans tenir compte de la façon dont les choses fonctionnent dans la langue sur laquelle on travaille. Il est certain que l’on peut proposer des découpages en unités grammaticales reposant sur des intuitions ou sur des rapprochements ingénieux, comme l’analyse philologique de lat. monebas « tu avertissais » en 5 segments :

mon- : racine indo-européenne *men « penser »
-e- : suffixe causatif
-b- : racine *bhew « être », employée comme auxiliaire
-a- : suffixe d’optatif dans les langues italo-celtiques
-s : désinence de 2e personne du singulier.

37Ce découpage, fondé sur des rapprochements comparatistes, a probablement une pertinence historique. Mais il est clair qu’il ne fonctionne pas en latin classique, où mone- et -ba- ne sont pas segmentables et représentent, chacun, le signifiant d’une unité minimale, mone- étant le support du signifié « avertir », comme le montre son remplacement par ama- dans amabas « tu aimais », et -ba- celui du signifié « imparfait », ou mieux « non actuel », comme le montre sa disparition dans mones « tu avertis ».

38Si on se place au point de vue de la forme, c’est-à-dire au point de vue morphologique, on peut découper fr. nous avions chanté en 6 éléments morphologiques :

nous : pronom de 1e personne du pluriel
av- : radical du verbe auxiliaire
avoir -i- : suffixe temporel d’imparfait
-ons : désinence de 1e personne du pluriel
chant- : radical du verbe chanter
 : suffixe de participe passé.

39Mais quelle théorie cohérente peut-on donner de ces prétendus éléments morphologiques ? Certains, comme le suffixe -i- et le radical chant-, sont associables à un élément de significatíon, et correspondent donc à des signifiants de morphèmes. Le statut des autres est pour le moins disparate. L’un ressemble au verbe avoir, mais n’a pas le sens de ce verbe. Ce n’est qu’un moyen de former avec le prétendu suffixe de participe passé, qui, lui non plus, n’a pas le sens du participe passé, le temps appelé passé composé, temps que l’adjonction du morphème d’imparfait transforme en un temps appelé plus-que-parfait. Quant à la désinence -ons, c’est un autre type d’élément morphologique, à savoir une désinence, à laquelle s’ajoute le plus souvent, mais pas toujours le pronom personnel nous, pour signifier la première personne du pluriel. Il paraît donc impossible de donner une définition quelque peu unitaire des six prétendus éléments morphologiques que les grammaires aiment à reconnaître dans la forme verbale nous avions chanté.

4. Le mot

40Si le morphème doit être l’unité minimale de la description linguistique, qu’en est-il du mot, que les grammaires ont l’habitude d’utiliser pour décrire et analyser les langues ? Lorsqu’il n’est pas défini simplement comme un segment graphique, c’est-à-dire comme un

“élément de la langue constitué d’un ou de plusieurs phonèmes et susceptible d’une transcription graphique comprise entre deux blancs” (Le Petit Larousse Illustré, 1992,657),

41il reçoit des définitions tout à fait comparables à celle du morphème :

“son monosyllabique ou polysyllabique, composé de plusieurs articulations, qui a un sens” (Littré)
“chacun des sons ou groupe de sons correspondant à un sens, entre lesquels se distribue le langage” (Le Nouveau Petit Robert, 1993,1443).

42Le mot aurait donc un son et un sens, bref un signifiant et un signifié, comme le morphème !

43Les dictionnaires de linguistique tiennent ordinairement le même langage, mais en signalant les difficultés d’une définition rigoureuse du mot :

“« Un mot résulte de l’association d’un sens donné à un ensemble de sons susceptible d’un emploi grammatical donné ».
Cette formule (A. Meillet), conçue en termes assez généraux pour pouvoir s’appliquer à toute langue, fait apparaître la difficulté de proposer une définition précise du mot. L’unité même du mot n’est pas aisément reconnaissable” (Marouzeau, 19693.3, 149-150)
“1. En linguistique traditionnelle, le mot est un élément linguistique significatif composé d’un ou de plusieurs phonèmes ; cette séquence est susceptible d’une transcription écrite (idéogrammatique, syllabaire ou alphabétique) comprise entre deux blancs ; <..>
2. En linguistique structurale, la notion de mot est souvent évitée en raison de son manque de rigueur” (Dubois et alii, 1973,327).

44La présentation nuancée de Marouzeau correspond assez bien à la position de la linguistique dominante de l’époque, que l’on retrouve dans le manuel de Vendryès intitulé Le langage, en des termes peut-être encore plus clairs :

“La variété des procédés morphologiques fait que la définition du mot varie suivant les langues” (Vendryès, 19682,106).
“Le mot ne comporte donc pas de définition générale applicable à toutes les langues, si ce n’est celle qu’a proposée M. Meillet, et qui laisse précisément indécise la façon dont s’exprime l’emploi grammatical : « Un mot résulte de l’association d’un sens donné à un ensemble donné de sons susceptible d’un emploi grammatical donné » (Revue de métaphysique et de morale, Paris, 1913, p. 11)” (Vendryès, 19682,108).

45Tout ceci revient bien à voir malgré tout dans le mot une unité significative plus ou moins assimilable au morphème.

a. Différences d’avec le morphème

46Mais contrairement à ce que disent les lexicographes et à ce que souhaiteraient les linguistes et les grammairiens, on ne peut pas identifier même approximativement le mot et le morphème, en considérant par exemple que le morphème est le prototype du mot, ou, ce qui revient à peu près au même, en admettant d’une part que “le mot prototypique <est> un mot simple” (Riegel, Pellat, Rioul, 1994,532), et d’autre part que “les mots simples table, rapide, lav(er), etc. <..> correspondent en fait à des morphèmes” (Riegel, Pellat, Rioul, 1994, 540).

47Dans une phrase formée de trois mots comme

48Il recommencerait volontiers [il RəkƆmãsəRƐ vƆlƆtje]

49on a en réalité six morphèmes, à savoir

  1. /il/ « il », à cause de la paire minimale Il recommencerait volontiers ~ Tu recommencerais volontiers, où la différence dans l’orthographe du verbe n’est pas pertinente, puisqu’elle ne correspond à aucune différence de prononciation,
  2. /Rə/ « de nouveau », à cause de la commutation avec zéro de /il Rə/ØkƆmãsӘRε vƆlƆtje/,
  3. /kØmãs/ « commencer », à cause de la paire /il Rə-kƆmãs-/-ãt-əRε
  4. vƆlƆtje/,
  5. /əR/ « prospectif », à cause de la paire Il recommencerait volontiers ~ Il recommençait volontiers,
  6. /ε/ « non actuel », à cause de la paire Il recommencerait volontiers ~ Il recommencera volontiers,
  7. /vƆlƆtje/ « de bon gré », à cause de la commutation avec peut-être, qui signifie quelque chose comme « probablement » au lieu de « avec plaisir, de bon gré ». Seuls les deux mots il et volontiers correspondent chacun à un morphème, alors que l’unique mot verbal recommencerait combine, lui, quatre morphèmes.

50Mais l’inverse peut aussi se produire. C’est ainsi que la locution “au fur et à mesure (bien que l’orthographe incite à y voir cinq mots) fonctionne comme un seul monème en français, car les cinq segments ne peuvent commuter qu’en bloc, - ce qu’a bien saisi le Canard enchaîné, comme l’observait malicieusement Georges Mounin, quand il segmente exprès erronément et ironiquement la locution en écrivant : au fur de la chose, selon le fur du processus, etc.” (Mounin, 1968, 66). Il arrive même que le découpage en morphèmes n’ait rien à voir avec le découpage en mots. Par exemple la forme verbale

Nous avons parlé [nuz avƆ paRle]

51est constituée de trois mots et aussi, nous le verrons, de trois morphèmes, lesquels semblent se moquer du découpage en mots, puisque aucun des trois ne correspond à un mot. Il y a d’une part le lexème pari-, qui est une partie du mot que constitue le participe passé parlé, et les deux morphèmes grammaticaux que sont le morphème de personne nous...-ons, et le morphème aspectuel av-...-é. Le premier a pour signifiant un mot et une partie de mots, le second deux parties de mots.

52Faut-il dans ces conditions rejeter le mot hors d’une description linguistique proprement scientifique ?

b. Rejet du mot ?

53C’est ce que sont tentés de penser des théoriciens comme Martinet qui préfèrent se passer du mot :

“puisqu’il n’y a pas moyen, écrivit Martinet, de définir simplement le terme ‘mot’ de façon à faire concorder cette définition avec l’usage ordinaire que l’on en fait, les structuralistes font de ce terme un usage aussi restreint que possible, et sont enclins à refuser de définir une unité linguistique universellement valable qui se situerait entre le monème et la phrase” (Martinet, 1969,110).

54ou même le récuser de façon catégorique :

“Notre conclusion est, évidemment, que ce terme <de mot> est inutilisable, aussi bien dans une recherche syntaxique sérieuse que dans la présentation de ses résultats” (Martinet, 1965, 84)

55dans la mesure où il fait double emploi avec le morphème, sans pouvoir être défini de façon générale.

56Mais cette condamnation théorique est en contradiction, comme nous l’avons remarqué, avec la pratique des grammairiens - et même des linguistes -qui décrivent les langues tant écrites qu’orales, ce qui est pour le moins fâcheux. Comme le dit d’une façon quelque peu polémique Maurice Pergnier,

“si le ‘mot’ orthographique ne fait pas partie des unités retenues par les linguistes dans leurs théories et leurs méthodologies explicites, il en est par contre fort peu qui s’en passent dans leur pratique implicite, même s’ils sont opposés à la reconnaissance de l’existence du mot” (Pergnier, 1986, 16, note 1).

57Et il faut reconnaître que les linguistes qui ont exploré des domaines nouveaux comme la sociolinguistique, l’oralité ou l’interaction ne se sont guère souciés du conflit théorique entre le morphème et le mot, et en sont assez spontanément revenus aux mots.

58Si les praticiens ont incontestablement tort d’oublier ainsi le morphème au profit du mot, il est permis de penser que les théoriciens ont tort de récuser le mot au nom du morphème. Car le mot et le morphème, tout en ayant des propriétés apparemment communes, ne sont peut-être pas des unités linguistiques de même niveau. On sait que Tesnière, qui ne travaillait pas que sur des langues comme le français ou l’anglais, où l’ordre des mots est le plus souvent ce qui indique les fonctions syntaxiques, postulait deux sortes d’organisation des unités de la phrase, qu’il appelait “l’ordre structural” et “l’ordre linéaire”. Pour Tesnière, qui n’utilisait pas la notion de morphème, “l’ordre structural des mots est celui selon lequel s’établissent les connexions” syntaxiques (Tesnière, 19662, 16), c’est-à-dire, en fait, les relations syntaxiques qui organisent et hiérarchisent les uns par rapport aux autres les différents morphèmes mis en œuvre dans la phrase. Et il appelait “ordre linéaire celui d’après lequel les mots viennent se ranger sur la chaîne parlée” (Tesnière, 19662, 18), c’est-à-dire l’ordre où, à cause du caractère vocal et par conséquent linéaire du langage, les éléments se succèdent forcément les uns aux autres. Il est dans ces conditions possible de postuler que les morphèmes sont certes les unités minimales de l’ordre structural ou syntaxique, mais que les mots sont les unités minimales de l’ordre linéaire ou syntagmatique, qui se caractérisent par leur déplaçabilité et leur séparabilité dans la chaîne, c’est-à-dire par leur autonomie non pas syntaxique, mais linéaire (cf. Touratier, 1998, 45-49). Mais si ces deux ordres de faits sont différents, ils n’en sont pas moins liés ; car la suite des mots de la chaîne parlée n’est que la présentation linéaire de l’organisation syntaxique des morphèmes de la phrase, ou, comme le dit expressément Tesnière, “la transposition de l’ordre syntaxique en ordre linéaire” (Tesnière, 19662, 20). Il n’est donc pas surprenant que les mots et les morphèmes présentent certaines ressemblances ou certaines correspondances. Mais si les mots sont bien des agencements linéaires ou des présentations syntagmatiques de signifiants de morphèmes, ce ne sont pas pour autant forcément des unités significatives, et encore moins des unités significatives minimales ou morphèmes.

Table des illustrations

Légende fig. 1 : rapports associatifs
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540