Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et morphématique

 | 
Christian Touratier

Introduction

Texte intégral

1L’analyse en morphèmes est un des fondements de l’analyse linguistique scientifique. Car le morphème est parfaitement définissable au point de vue théorique, tandis que le mot est une réalité apparemment floue et difficilement délimitable. Quand les dictionnaires en donnent une définition plus compréhensive et intéressante que la définition graphique traditionnelle d’unité comprise entre deux espaces, leur définition est assez comparable à celle du morphème, et elle a l’inconvénient de ne pas s’appliquer à toutes les sortes de mots graphiques.

2L’analyse en morphèmes a le gros avantage de permettre un renouvellement complet de la description grammaticale traditionnelle, précisément parce que le morphème est un concept définissable et défini. Mais il faut reconnaître que, même aujourd’hui, rares sont les grammaires d’une langue particulière qui utilisent vraiment la notion de morphème. Au mieux, comme la grammaire française récente de Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat et René Rioul, on fait un chapitre où l’on définit remarquablement le morphème et les problèmes d’analyse morphématique ; mais dans le reste de l’ouvrage, il n’est plus question que de mots. Et l’on justifie cette façon de faire pour ainsi dire en deux temps. D’abord on prétend que “le mot prototypique <est> un mot simple” (Riegel, Pellat, Rioul, 1994, 532) ; puis on observe qu’en français, “où le mot constitue incontestablement le signe de base” (558), “les mots simples <comme> table, rapide, lav(er), etc. <...> correspondent en fait à des morphèmes” (Riegel, Pellat, Rioul, 1994, 540). De là à penser que le morphème est le prototype du mot, et le tour est joué. Les difficultés de l’analyse en morphèmes sont escamotées ; et l’on peut travailler en toute quiétude sur les mots de la tradition.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540