Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

L’œuvre d'une vie rythmée : chronographie de Rutebeuf

"Musique, Littérature et Société au Moyen Age", Colloque des 24 et 29 mars 1980, Champion, 1980

Texte intégral

1Rutebeuf est un des premiers ménestriers du dit sans musique et aurait pu sans danger être exclu de ce colloque comme le roi Louis lui avait en 1261 fermé les portes de l'hôtel. Madame Buschinger n'a pas repris cette croisade et me voilà m'époumonnant sans vièler à vous remercier d'être au milieu de vous, Belles Dames et Nobles Sires. Le seul rythme dont il me reste à vous entretenir est la musique même de cette vie, musique de complainte souvent, avec des éclats de rage et de rire, voire de gros rire. Il n'y manque toutefois pas le rythme du rimer à quoi pourrait se raccrocher votre sentiment esthétique, si je n'avais choisi par une erreur aussi outrecuidante qu'irréversible de vous entraîner loin de là. La beauté, l'indéniable séduction de Rutebeuf vous sont connues mais j'ai tramé dans le plus noir complot d'érudition de ne pas même vous en parler.

2Appliquant une des intuitions larvaires de mon illisible thèse, je souhaite déployer une note chronographique ; une simple note rangeant en série temporelle continue et un peu raisonnée la liste des œuvres de notre poète. Ceci ne comporte heureusement pas que s'étale une bibliographie sur cet auteur : l'édition Faral-Bastin suffit à notre présent bonheur, avec ses longs et parfois judicieux questionnements sur la date de chaque pièce. On se permet de partir d'une certitude intime : la biographie et les vers de Rutebeuf sont en profonde communion, même si l'auteur n'est, ni en principe ni ici, l'explication du texte : l'unité entre l'élan d'un écrivain et son texte, et c'est notre cas, n'écarte pas en effet cette donnée première que le texte doit être pris pour lui-même, en objet diégétique. A en expliciter le génotexte, on ne rencontre ni un auteur ni un homme, mais une structure socio-mentale où se meut indifféremment génie et médiocrité.

3Simplement la problématique de Faral, pièce à pièce ou par catégorie, refusait ce semble de lire une évidence : la vie de Rutebeuf est une belle trajectoire rompue par une épreuve qui se termine par une conversion. Cela n'explique ni génie ni charme ni texte mais offre un classement par avant, pendant et après où il devient aisé de couler la place de bien des poèmes en séquence chronique : ainsi le pensé, senti et composé permet de saisir le rythme temporel du vécu.

4Abréviations : P = Michel-Marie Dufeil, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-59) Picard 1972, 245/155 xxxii suivi de numéros de pages et de notes.

5F = Rutebeuf, Œuvres complètes, éd. Faral (E.) + Bastin (J.), Picard 1969, 250/160, 582 + 350. Les numéros renvoient aux pages initiales de chaque étude ou à page particulière, du premier volume sauf si le t. II est précisé.

RUTEBEUF, hypothèse chronographique

I.- Débuts et querelle

A.- Jeunesse et hargne

61229 env. : naissance F 42 en Champagne prob.

71249 Dit des Cordeliers P, 11, 64 (87), 148,

81250 F, 230 ; donc il est déjà poète.

91251 Certainement quelques pièces à rire, puisque professionnel,

101252 commandé ; perdues ? ou de débutant, par ex. le Pet au vilain, FII, 305, grossière farce classique, sans doctrine et où l'auteur ne se met pas, contrairement à toute son œuvre.

11Le Testament de l'âne, où il se nomme sans s'engager, publicité d'un comique que rien ne menace, est de même une farce épaisse, une satire classique sans conséquence ; il y attaque le clergé séculier, comme il ne le fait guère, avec indifférence, en motif traditionnel de fableau. FII, 298. Enfin traditionnel et peu engagé aussi sont Plaies du monde, F 377, où ne se rencontrent guère que des généralités sans querelle sur le clergé, l'escolier pauvre que Rutebeuf est peut-être devenu, chevalerie qui est "si grant chose" : la gent d'Ordre (v. 69) qui donne de mauvais souliers pour jouer à l'aumône généreuse "por ce c'on le sache" (v. 71) est évidemment celle des moines classiques et l'innocente égratignure est bien molle en comparaison de la tradition ou des prochaines colères de l'auteur. Pendant la grande querelle autre est son ire ; après, il n'attaque plus mais prêche plutôt. Tout sent la jeunesse et le ton d'avant la crise. C'est si vrai que le sujet est bientôt repris sur un ton au-dessus, plus dur quoique pas encore amer dans l'Etat du monde, F 381, où émerge la première attaque contre les Mendiants, donc du début de la querelle (v. 31-46). L'esquisse concrète, très parisienne, de l'étudiant poète "Après si sont li Mendiant

Qui par la vile vont criant
'Donez por Dieu du pain aux Freres'
Plus en i a de vint manieres

12ne débouche que sur une critique de leurs querelles entre eux sur les couvents qui s'entre-gênent ; et seuls les Trinitaires semblent vaguement visés (v. 36). Ces Mendiants sont convoitex, convoiteux, et leur excessive ascèse de pauvreté apparaît comme un déguisement et un mensonge, une robe qui couvre au vrai un larron. Les Sachets ou Mineurs spirituels à la pauvreté spectaculaire sont en cause, non les Jacobins bientôt les plus détestés. Nous sommes bien au début de la crise où la précision et l'amertume s'installent à peine. Vers 1252 (P, 83-86).

13A la même époque, Rutebeuf, lié à chevalerie, "si grant chose", a commencé son œuvre de croisade, sa première déploration d'un grand mort De monseigneur Anseau de l'Isle, F, 510. Tout encore y est d'un débutant qui cherche son écriture et son style, à la rencontre de son public et de l'un de ses sujets. Car quel mécène choisir sinon la chevalerie effective qui se bat réellement pour la plus noble des causes, forme un groupe sérieux et pourvu de ressources en même temps que chargé d'un besoin de propagande. Le ménestrel y est en sa place naturelle, mais pas encore à son aise. 1252 est la bonne date (F, 513 bas). Le jeu (V. 52 : 5-7-9-10) n'est pas encore un travers, seulement une évocation.

141255 février : Descorde de l'Université et des Jacobins, F 238 date approximative ; P 149-50 + 189 (11-12) date après Mgr Glorieux, au plus serré.

15Ici tout change. La dete des Jacobins est cette curieuse, abominable, procédurière, prétention de leur adversaire Guillaume de Saint-Amour de leur faire payer les frais du procès qu'il leur intente, de la 'mauvaise' querelle qu'il leur cherche. Rutebeuf cette fois est "partifié", a choisi son camp, est à la fois sincère et payé par les siens, le clan "étudiant" (c'est cela qui l'a séduit) des séculiers, contre la deuxième chaire des Franciscains en Théologie à Paris et prétendant même remettre en cause et supprimer la deuxième chaire dominicaine qui date de la génération précédente, qui a plus de vingt ans. La description est soignée, renseignée, décidée et le ton d'un polémiste achevé, avec toutes les qualités du genre de l'humour à la perfection dans la mauvaise foi amère et agressive. Partifié est le mot !

B.- La Grogne

161256 Cette prise de position met Rutebeuf, qui ne l'avait pas prévu, dans la clique progressivement de plus en plus étroite (P 354) de Guillaume de Saint-Amour et en difficultés, forcément, avec diverses autorités. Il donne alors nécessairement dans ses deux autres sujets, ses deux autres clientèles : l'amusement ou musardise et muse, et la croisade ; soit la ville et la cour dont l'apparition est une structure des 12-13ème siècles et non du 17ème siècle. L'aristocratie des gens du roi qui jouent (de la vielle, aux dés, à plaisanter et fleureter) dans la chambre des dames est chevalerie ou haute bourgeoisie. Ne passe-t-on pas de l'une à l'autre ? Si, instituionnellement, on ne saurait passer par l'anoblissement que dans le sens bourgeoisie à chevalerie (et l'anoblissement est dès lors toujours royal), il n'en est pas moins vrai que dans la société réelle la promotion d'un chevalier rustique que ses prouesses signalent, consiste à descendre de cheval pour entrer en Cour et Hôtel et y vivre "marchandement", aussi largement qu'un marchand. Il y a donc un passage concret de la chevalerie à la "bourgeoisie" !

17On saisit le lien entre le monde de la fête où dit le poète et celui de la croisade : la fête est entr'autres publicité de croisade ; et la croisade est fête supérieure dont la récompense au retour est aussi grande fête.

181256 par conséquent pourrait être la date de La Griesche d'Yver, F 519, où se sent encore la jeunesse, l'avant-crise. La grande et célèbre tristesse de Rutebeuf dont personne n'a jamais douté qu'elle fût au moins en partie vécue et dont le poignant nous émeut toujours, n'est pas encore passée. La doctrine de la versification et de l'écriture n'a pas encore non plus fermeté et consistance (F 520). De monseigneur Gefroy de Sargines, F 411, est la première grande pièce de croisade et ceci est indiscuté parce qu'indiscutable : 1256 lui convient (F, 412).

19Diz des Ribaux de Greive, F, 531 (et 519-20) se place peu après la Griesche d'hiver, donc vers 1256. Rutebeuf y décrit avec détachement et très vite sans se mettre dans ces malheureux. Brichemer, pièce brève et indatable par manque d'éléments décisifs, peut remonter jusque là, sans qu'une toute autre datation, jusqu'à 1272, puisse être écartée. La cour de France vers 1271-72 conviendrait même probablement mieux à un poème dont l'auteur est assez connu pour recevoir promesses et se moquer de qui, assez puissant pourtant, ne les tient pas ; F, 579.

207-3-1257 Dou Pharisian, P 297 (295-98) + 338 (80-88) ; F 249. Cette pièce montre Rutebeuf revenant à la commande circonstancielle par son clan des séculiers universitaires et à la colère personnelle qu'il y met. Un incipit biblique issu d'une liturgie permet de préciser un jour de Carême comme date : il a fallu que composition et parution soient calculées net pour que l'allusion porte. La teneur du texte s'insère d'ailleurs à ce moment précis de la campagne quasi militaire entre textes de Guillaume et textes des autorités papales et autres : mars 1257.

21De maistre Guillaume de Saint-Amour : P ; 307-308 + 340 (135-133) ; f, 242.

22probablement dans la seconde moitié de l'année, Rutebeuf compose encore à la demande du parti mené maintenant par Gérard d'Abbeville puisque Guillaume est banni, contre cette exclusion même qu'il confond avec un exil, "escillier" (v. 8). Le rythme de la double parution annuelle coïncide avec celui de la crise et tout simplement avec celui des activités universitaires et des rentrées ou des quodlibeta solennels. La teneur du texte est en relation avec la manière dont les nouvelles parviennent à Paris.

231258 Pâques : Complainte de maistre G. de St-Amour, f, 256 ; P, 311-12 + 341 (144-147).

24Certainement de 1258 vu la désespérance qui s'est emparée du clan au non-retour de Guillaume, cette pièce démarre sur la citation de Jérémie, Thren., 1, 13, que contient la liturgie des Lamentations du Vendredi saint ; le blasphème de prendre Guillaume pour Jésus porte seulement si l'allusion est sentie en milieu escolier au moment du chant de ce passage. Les nouvelles précisions de faits et décisions sont claires aussi par rapport à la pièce précédente.

C- La Rogne

25Comme il manque ici une parution du semestre suivant, la clique vaincue où Rutebeuf se débat, n'y ayant plus le cœur, on pourrait suggérer que

26La Griesche d'esté date des grandes vacances de cette année. Le style est au point, l'allusion à la griesche d'yver exige de ne pas trop retarder la seconde utilisation de ce titre ; et la plainte devient plus vive : il ne s'agit plus de povreté d'yver mais de folie, d'esbahiz et d'avoir œuvré pour rien (v. 1, 7, 10 etc.). Faut-il compter la Grèce (croisade) et la Bourgogne-piège (de Guillaume) comme allusions circonstanciées ?

271259 Des regles, P, 317 + 342 (182) ; F, 267.

28La datation printanière ne pose aucun problème car ce dit contient une nouvelle nouvelle, l'obligation papale de garder le silence et de ne plus composer en matière de cette ténébreuse et sinistre affaire Guillaume. Or les bulles explicitant cette obligation sont parvenues à Paris après Qusimodo. Le "tumulte de la composition" (F, 268) provient à la fois de la hâte et d'une crainte à proprement violer cette interdiction par cette pièce même d'un petit samizdat. Rutebeuf désormais est coincé dans une clique amère dont il se fait poète maudit ; et sait désormais qu'il faut payer : crucefier (v. 58) par pereilleuse vie (v. 182 et dernier).

291259 rentrée d'octobre : De sainte Esglise, P, 319 + 344 (205) ; F, 277. Cette seconde mouture des Regles parue au printemps est écrite dans la même foulée, mais avec plus de crainte encore à parler de ce sujet bloqué ; et surtout avec plus de colère et d'amertume, cuer… plain d'ire (5). On n'ose guère traiter le détail du sujet, mais un appel aux maîtres, aux prélats, au peuple et au roi brosse une véritable fresque doctrinale à quoi en est alors réduit le maître de la clique, Gérard d'Abbeville ; avec ce vague espoir d'une reprise d'enquête, très dans la manière juriste de la bande.

301260 Rutebeuf est désormais trop marqué par son appartenance violente au clan vaincu ; il ne trouve guère à composer pour d'autres et multiplie, en rupture de droit ses œuvres, même probablement non commandées, sur cette amère affaire. Il croque férocement ses adversaires et les insulte.

31La Bataille des Vices contre les Vertus, F, 299 ; P, 320, 324, 344 (216-219) + 345 (252), est très aisée à dater de la mort de Chrétien de Beauvais et non de celle du pape Alexandre IV comme l'a cru à tort et sans preuves Faral (304) ; de l'amende aussi de Couci et des nouvelles entreprises de construction de couvents par les Frères ; du siège de Liège (v. 105) enfin (P, 344 n. 218). Par rapport à d'autres Psychomachies ou à divers états du monde déguisés en telle bataille, cette pièce est exclusivement marquée par la querelle. Et dans sa teneur des années 1259-60.

32Des Jacobins, D, 312 ; P, 320 etc. Ces seize quatrains d'alexandrins font un effet très moderne. Leur teneur les met dans le fil de la Descorde, mais au plus près de la Bataille. Cela pourrait aisément constituer une de ces œuvres non commandées, issue de la passion personnelle et datant d'un peu après la Bataille justement ; son doublet privé en quelque sorte, donc du printemps 1260. Les bâtiments (27) et les vertus retournées suivent en effet la thématique de la Bataille.

33Les Ordres de Paris, P, 321 ; F, 318 sont de la rentrée d'octobre 126 et de commande car on y désigne Guillaume de Saint-Amour (v. 154). La description humoriste de l'encerclement de la capitale dans le sens des aiguilles d'une montre par les nouveaux couvents protégés du roi date les choix et constructions plutôt que les fins de campagnes. L'intérêt historique et topographique est pour nous considérable. La pièce hors commande où l'auteur soulage sa bile à la même saison est alors probablement : les Béguines.

341260 oct. Les Béguines. Brève bluette nettement grivoise et prestement enlevée en vingt vers, la pièce se termine en botte au roi. Nous sommes au moment où Rutebeuf en veut le plus à Louis IX de sa politique pieuse, anti-universitaire croit-il et anti-chansonnier. Le poète y perd effectivement son gagne-pain ! Et c'est alors la mélopée des "poèmes personnels".

II- L'Infortune et la conversion

A.- La misère

35l-l-61 Le Mariage Rustebeuf, P, 321 + 345 (228) ; F, 545.

36Huit jours après Noël de l'année joachimite soissante Rutebeuf se met en ménage avec une femme pauvre, vieille et laide. Il est réduit à la misère et souffre le martyre, plus qu'un homme exilé en Égypte ; sa pièce ne le désignant à aucune vindicte - et c'est la première depuis quelque temps employée uniquement à désobéir aux bulles - le poète se nomme (v. 45) et se réfugie dans l'imploration de Dieu et de Marie sa mère. Détruit comme Troie, il n'a plus qu'un peu d'espérance à manger (v. 81 sv. + 111-115) et fait par son étrange malheur se signer les gens comme s'il chantait évangile (117-118). Pas une attaque ici, ni des Frères, ni des hypocrites, ni du roi : Rutebeuf n'en est plus à la colère, ni à l'amertume, mais est parvenu à la pure plainte. Motifs et convention tant qu'on voudra, le réel est là, au moins en ce ton neuf et poignant.

371261 Printemps : Renart le Bestourné, P, 321, 345 (229-30) ; F, 532. En son conseil du 4 avril le roi Noble a décidé d'appliquer un synode tourné vers la croisade en réservant toute ressource à cette fin et par exemple en fermant par austérité et dégagement d'argent l'hôtel aux poètes et amuseurs. Rutebeuf plus appauvri par là que jamais se venge par cette insultante satire de l'hôtel, de ses comptes et administrateurs, des conseils des Mendiants et de leur jeu à retenir l'argent du roi pour eux. Il y a peu de chances pour que cet été là notre auteur, encombré de ses problèmes quotidiens ait beaucoup composé ; cependant si nos datations hypothétiques des Griesche ou des Béguines devaient être retardées, il ne faudrait pas dépasser ce moment.

381261 Rentrée d'automne, F, 286 ; P, 322, 345 (283) : l'pocresie et Umilitei frémit d'espoir à la nouvelle de la mort du pape Alexandre si ennemi du clan de Guillaume pour qui composait et militait Rutebeuf, mort survenue le 25 mai, connue donc à Paris en juin. Le publiciste a été saisi d'une commande certainement par Gérard d'Abbeville et se nomme tranquillement en son œuvre (45-47) qu'il travaille en octobre (1-13) après l'élection de Courtois c'est-à-dire Urbain IV (311-20 et ult.) intervenue le 29 août. Cela nous fait mesurer la vitesse de travail ordinaire typique de l'auteur : cinq mois sur le premier événement, un sur le second et la commande ; ou deux à trois mois sur la première commande et dans les deux semaines sur une évidente seconde incitation liée à l'élection. Cette remarque aide à soutenir les datations précédentes comme suivantes par rapport aux événements clé utilisés et à limiter la prétention de notre hypothèse chronologique à une précision maximale d'une saison.

391262 Nous en arrivons ainsi à l'hiver 1261-62 où se place incontestablement la complainte Rutebeuf, F, 552 ; P, 323, 345 (245). Un an après son malencontreux Mariage, Rutebeuf est au pire avec Job (20), un bébé (53), un œil perdu (23 sv.), un cheval à la patte cassée (54), sans feu (71) ni amis qu'emporta le vent (122-24). Cette très célèbre pièce pourrait l'être davantage qui émeut depuis sept siècles et parle de vrai au travers de toutes conventions, thèmes et commande (11).

40La Repentance Rutebeuf, F, 573 ; P, 323 ; annonce que vaincu, le poète se reconnaît coupable (37-42), renonce à composer (1) et envisage le suicide (49-52). Il a l'âme lasse (60) et après avoir cru tromper Renart soit cacher son samizdat anti-Mendiants (79) veut partir du siècle (83). Mais il prie comme tout pécheur en repentance et comme l'Egyptienne (15, 57). C'est donc le moment de son repli vers un couvent, celui des Victorins, le seul qui l'ait accueilli ou entendu. Rutebeuf est réellement abandonné et malheureux et les seuls qui l'aident, religieux, vont lui conseiller une attitude moins raide à l'encontre des autorités. Les religieux qu'il avait cruellement brocardés, le roi et l'évêque qu'il avait bravés avaient quelque reluctance à recevoir et écouter ce pauvre, réduit à l'aumône faute de commandes. C'est ce qu'il nous écrit à la (v. 1) mi-mars…

B.- Le revirement

411262 mi-mars : La Voie de Paradis, F, 336 ; P, 345 (248, 249) ; dont la teneur et la composition s'inscrivent entre la Bataille et le Sagrestain. On y lit sans doute possible l'amorce d'un renversement (683-91) : les Victorins (716-38) qui l'aident l'ont poussé à la pénitence et à la voie de droite pour son pélerinage au paradis qu'un songe lui résume (21, 17, 69, 73). Quand son clan l'abandonne, quant la gent de moi dessambla (29), débute ce pelerinage (31) qui pousse à confesse (145, 519, 899) pour atteindre cité de repentance (871, 889). Rutebeuf reste en colère sourde contre tout ce qu'il a attaqué et qui lui a fait si mal (36-68 ; 118-39) ; mais il écoute les Victorins, neutres bienveillants qui le soutiennent à la fin de son malheur et se confesse à Pâques (851, 899). Sa bataille de vices et vertus le laisse, meurtri, et encore grondant, venir à résipiscence près de l'Église sa mère qui l'a excommunié pour avoir contre toute bulle, autorité et bon sens griffé les Mendiants (allusion favorable aux Cordeliers, 562-65), le roi et tout leur camp en soutenant une clique condamnée. Trop fier pour trahir (allusion favorable à Guillaume, 67 à 78), Rutebeuf passe au for interne et à la ré-conciliation sacramentelle avec la vie ecclésiale et la discipline ecclésiastique. Mais il ne veut pas pour autant avoir l'air de changer de camp et de sentiment. Il n'attaquera jamais ses anciens amis et garde encore quelque écho de la grande et amère querelle où il fut aussi sincère que malheureux. Toutefois son retournement n'est pas discutable (P, 323 bas). En

421262 octobre paraît La Complainte de Constantinople, P, 322, 345 n. 234 ; F, 419. Rutebeuf reproche aux Mendiants de dilapider l'argent de la croisade et attaque les joachimites franciscains (103 sv., 41-48) ce qui est à la fois rester fidèle à soi-même et aux interdictions de rimer sur la querelle. Mais il a déjà plus changé de côté qu'il ne le croit car il démarque une lettre d'Urbain IV aux Mineurs (13-20, F, 420) datant du 21 mai. S''il attaque le roi, c'est pour le presser à se croiser au lieu de protéger les béguines (150) et c'est donc encore garder le ton rude et inamical pour rejoindre la politique officielle, et réelle d'ailleurs, de toutes les autorités. Sûrement Rutebeuf, poète attachant, est-il gêné de ce qu'il ne veut pas transformer en volte-face et reste-t-il lié à d'anciens amis de la clique à Guillaume et Gérard d'Abbeville. Car il laisse passer alors deux compositions contre les Frères qui sont ses dernières du type, quand "l'auteur en était encore à mal contenir ses sentiments d'hostilité" (F, II, 282).

43Frère Denise, F, 280 ; P, 323, 345 n. 238) est en effet un fableau scabreux et cruel aux Mineurs et au Tiers-Ordre (145). Il est lié à l'interdiction des menesterez (261) et composé au plus près de la Complainte de Constantinople (102 sv. ici 258-61). Mais, comme cette pièce, l'attaque ne porte plus sur le côté négatif, seulement sur la nécessité de rester fidèle à sa vraie profession et à une vraie politique de croisade. Saint François est même bien traité et appelé à jauger ses mauvais fils (265) ce qui est la plus élégante manière de changer de camp sans trahir ni changer de propos ; exactement comme la complainte qui est du même âge.

44Des Ordres, F, 330 ; P, 323, 345 n. 240-243 ; relève de la même attitude et de la même époque du renversement délicat d'opinion et de camp. Les nouveaux Ordres y sont lestement brocardés selon la verve licencieuse et grivoise chère à notre homme comme à beaucoup ; mais l'attaque ne porte plus du tout sur la crise universitaire ni sur la doctrine. La datation par les Luminon des Sachier (49-50 et par le nouveau droit des Trinitaires à chevaucher roncins au lieu d'ânes (40) est fort correcte après mai 1263. Mais une pratique reconnue en mai 63 peut dater effectivement d'un peu avant ; voire même, un poème construit en hiver 1262 a pu être remanié au dernier moment pour parution. Et si le mouvement bien enlevé autour de la ritournelle présente un seul jet bref, il a pu être enrichi d'une strophe facile au jour de la nouvelle.

C- La Conversion

45Cette période de virage est évidente dans les pièces mêmes qui l'expriment avec un repentir explicite, une émouvante rentrée dans la discipline et une touchante fidélité à l'essentiel de son idéal de pauvreté, franchise et pureté. La prière du pécheur repentant et la dévotion aux saints du repentir accompagne, exprime et démontre cette mentalité dont l'époque est à l'évidence 1263-64.

46La Vie de sainte Marie l'Égyptienne, F, II, 9 ; P, 323 ; où le mot frère est pour la première fois employé favorablement (549, 649, 711), vient bien sûr juste après la Repentance et à peu près en même temps que la Voie de Paradis. Si cette dernière se centre sur la confession de Pâques (v. 1, 899), notre pièce fait état d'une illumination de conversion pour l'Ascension (183). Il ne faut pas forcer les précisions et remonter l'Égyptienne à l'ascension précédant la confession pascale, mais au contraire laisser jouer la dilatation littéraire et placer en mai suivant, mai 1262, cette pièce d'ascension. Mieux, la fête de la "Jussienne" tombant le 2 avril, en période pascale, il convient en imagination concrète de supposer le poète conseillé par les Victorins composant sa Voie de Paradis pour marquer sa confession et développant du même mouvement sa dévotion à l'Égyptienne, modèle avec Madeleine de tous les repentis. Puis, pour l'aider concrètement, les Victorins eurent une idée qui mena le poète à une seconde composition, vers l'Ascension pourquoi pas ? La confrérie des Drapiers de Paris avait grand poids alors comme le montrent le Livre des Métiers et les bas-reliefs en cours de ciselage au portail sud de Notre-Dame (P, 415). Sainte nue, puis couverte va parfaitement à l'Egyptienne (791, 803) ; et même s'il ne lui ont élevé chapelle qu'en 1309, son patronage date comme toujours sûrement d'avant. Si bien qu'une commande de cette profession, non attestée est vraisemblable : une analyse de probabilité structurelle, anthropologique, est supérieure à une preuve écrite, où se glisse si aisément le faux (contre F, II, 15). C'est l'ère de la dévotion eucharistique où s'illustrèrent Thomas d'Aquin et le pape Urbain dont Rutebeuf a fait l'un de ses espoirs et le tremplin de sa conversion. Aussi le cors Jesucrist prend-il brusquement une importance auparavant ignorée de notre poète : (401, 997, 1040, 1049, 1084). Il termine en prière pour lui-même, ce qui est exactement notre interprétation et base de datation (1301-06).

47Dou Sagrestain, F, II, 204 ; P, 323, 345 n. 248 ; succède certainement à bref intervalle (F, II, 210). C'est un exemplum comme l'Égyptienne et un pardon d'évêque comme Théophile (701) sur le thème du pardon miraculeux par la Vierge Marie. Comment mieux dire que Rutebeuf, confessé, a obtenu d'être relevé de l'excommunication qui le frappait du chef de toutes les bulles de 1256-59 (P, 260-319) ? En tout cas c'est du côté des bénédictins que regarde alors notre auteur et de leurs chants (173-175) ; le Benoît de la commande ne serait-il pas un Ordre plutôt qu'un individu ?

48La vie de sainte Elysabel, F, II, 60 ; P, 345 n. 248, commandée par Erart de Lezinnes, chanoine champenois, pour Isabelle, épouse de Thibaut de Champagne et fille pieuse du roi Louis, prouve irréfutablement que Rutebeuf repenti public était rentré en grâce et en cour. Il chante l'ascèse et la vertu (580 etc.), le repentir (255 sv. 1393) et même les Cordeliers (433, 1074, 1635) et le pape Grégoire IX qui tant les choya (41-48, 98-102, 233). Cette politique franciscaine d'Élisabeth est celle même de la cour de France (P, 178).

498-9-63 Le Miracle de Théophile, F, II, 167 ; P, 323-24, 345-46 n. 251, clôt et couronne le processus de conversion. Rutebeuf totalement retourné reçoit une commande officielle de l'évêque et est joué au parvis de Notre-Dame pour la Nativité du 8 septembre 1263 ou au plus tard 1264. Les set anz pendant lesquels il déclare avoir tenu le sentier de Satan (404), courent ainsi exactement de février 1255, la Descorde, à mars 1262, Voie de Paradis qui date sa réintégration dans la communion de l'Église ; sans laquelle ni Isabelle, ni Renaud l'évêque, ni même peut-être Alphonse de Poitiers ou les Drapiers ne lui eussent jamais rien commandé. Le thème même de l'œuvre est sa propre conversion miraculeuse par sa prière à Marie ; cela dut faire la plus forte impression sur le peuple et les escoliers, comme le voulait évidemment l'évêque. En retournant ainsi solennellement, spectaculairement en représentation, le plus célèbre publiciste du clan Guillaume, le seul influent probablement, les Mendiants qui sont derrière roi, évêque et Victorins venaient vraiment de gagner (P, 324, 357).

III.- Après 1264

50Cette hypothèse de base d'une conversion vers 1262 rythmant toute la vie et l'œuvre de Rutebeuf doit être poussée jusqu'à notre plaisir disputatio-desputizon avec Jean-Charles PAYEN qui retarde la Rose de Meun d'une vingtaine d'années. J'entends toujours à l'inverse que le chef de la clique des séculiers en Théologie parisienne, Gérard d'Abbeville a dû remplacer son publiciste, poète et polémiste si efficace, dès 1264-65 et qu'il a réellement remplacé Rutebeuf par Jean de Meun en 1265 au plus tard. Car cil de Saint-Amour ne ment convient à un vivant, donc avant 1272. Car Jean cite constamment le De Periculis et la querelle de 1250-59, jamais les Collectiones de 1266 ni les événements de la troisième grande crise universitaire parisienne du siècle, celle de 1268-72. Car le terminus ad quem de 1274 posé par M.F. LECOY est irréfutable (P, 366 n. 25 + 352 et 324). Car l'essentiel de Faux Semblant est écrit avant 1266-68 et eût été impubliable après les condamnations de 1274-77, du naturalisme en particulier. Et ceci m'amène à rappeler un processus général des études historiques : en recherche des genèses vraies, on s'écarte aujourd'hui de l'hypercritique textualisante et l'on place les débuts, origines et genèses presque toujours plus haut dans le temps que ne le voyaient nos érudits prédécesseurs. Précieux sang issu des Mechtilde, deuotio moderna de la crèche, du rosaire, des Mendiants ; ars noua et flamboyant ou naturalisme et logicisme en layettes dans la Sainte-Chapelle et les quodllbeta vers 1250… presque toutes les caractéristiques classiques des 14ème-15ème siècles remontent au 13ème siècle. Ne sommes-nous pas d'accord pour remonter l'émergence de la modernité qui traîne encore en nos manuels à la fin du 15ème siècle jusqu'à celle du 11ème siècle ?

A.- Divers

51Nous trouvons donc en 1262-63, Rutebeuf en changement de style et de mentalité, négociant son virage à travers un maintien d'attaques bénignes ou banales proches parfois du genre fin de banquet, genre à vrai dire professionnel chez un rimeur de ce milieu du 13ème siècle (P, 323, 345, 243). La commande de cour et de ville a pu reprendre dès que, confessé, le poète n'était plus excommunié ; certaines pièces à rire, indatables, sont peut-être de cette période justement : 1264 et après.

52La Dame qui fit trois tours entour le moustier n'est ni une pièce de débutant, ni un remâchement de fin de carrière, ni une pièce amère : elle ne saurait commodément dater ni d'avant la crise quand le poète trop jeune cherchait son écriture, ni de l'âge tardif et pieux d'après 1270, ni de la crise. Elle se loge mieux entre 1262 et 1268 et présente l'aisance, le style, la versification et la composition des années du Renart ou de la Voie de Paradis. Elle attaque le clergé sur le mode traditionnel, voire éculé, antérieur à Théophile ou à Elysabel. Vers 1263-65 lui convient assez bien (F, II, 292).

53Le Diz de l'Erberie, F, II, 266, indatable aussi absolument présente des caractères comparables d'aisance et de tranquillité avec des allusions à la Puille (21) comme à l'estront de la putain (84) et à la vitalité de la rue de Paris ouverte sur une géographie nationale (F, II, 278), orientale et italo-angevine (12, 17, 21, 29, 50 etc.). C'est l'atmosphère même de Rutebeuf dans les années 1263-68. Parmi ces cris de paris quand voisinaient herbes, friperie et pierres (34, 58, 60 etc.) au milieu des Métiers d'Etienne Boileau on traite presque amicalement les pauvres dominicains prêchant à même la rue (F, II, 276 povres prescheurs). Rutebeuf progresse dans sa conversion (p, 352).

54La Desputoison de Challot et du Barbier, F, II, 260, est de veine comparable et suppose une époque où le poète, libre de sa manière et de sa démarche se nomme tranquillement comme bien assis et réputé (81-84) à Paris, allant jouer sans se plaindre de malchance vers Saint-Germain l'Auxerrois (1-2). Il faut encore que les enfants du roi aient assez d'âge pour avoir une mesnie et pas trop, qu'elle leur soit commune ; qu'il s'offrent poètes enfin (58). Même si la prétention de Challot est infondée, il est nécessaire qu'elle soit possible. L'ensemble de ces réflexions, hypothétiques mais convergentes, préfère les années 1263-66 environ.

55Chariot le juif qui chia en la pel dou lievre, F, II, n. 255, se présente alors comme l'aggravation d'une rude et grossière moquerie de ce juif converti et devenu menestreil. Moqué en la première pièce, Challot a réagi peut-être et a voulu engignier, soit "entuber", ses confrères qui l'accueillaient médiocrement et le traitaient au fond de mal converti et de métier inférieur. Il faut que Rutebeuf ait retrouvé la faveur du comte de Poitiers, à Vincennes (12-17) et que les aristocrates aient repris à s'offrir des menestreil (1) avec feste et joie (52) ; il faut tout simplement que l'interdiction de ces fêtes en 1261 soit périmée par la croisade de Pouille et les nouvelles commandes aux publicistes, soit 1264 environ.

56Les pièces de dévotion à Notre-Dame sont par nature indatables ; mais il dut y en avoir plusieurs qui tournèrent sous la plume du poète à cette ère de sa conversion. E serait trop commode et trop hardi d'affirmer sur quelques rencontres d'écriture que Un Dist Notre-Dame, F, II, 236, par Égypte (49) et Ascension (94), correspond à l'Égyptienne c'est-à-dire au début de la conversion de 1262.

57L'Ave Maria Rustebuef, ruisselant de contrition heureuse (F, II, 236) et citant Théophile (37) de la représentation de réconciliation de 1263. Et

58C'est de Notre-Dame F, II, 245, ou Les Neuf Joies Nostre Dame, (ibid. 247), des années immédiatement postérieures. Si l'écriture exige une période avancée de l'aisance du maître (d'ailleurs publierait-on un Ave Maria de débutant que le parchemin n'y suffirait plus) ce style et ce sentiment conviennent autant aux années tardives 1270 et postérieures. On peut toutefois y ajouter des vers 'de seconde rhétorique' en l'honneur de Marie, à tort attribués à Guillaume de Saint-Amour et que Rutebeuf patronnerait mieux (P ; 269 note 69).

B.- Grandes pièces

591264 mai, La Chanson de Puille, F, 431, est un sermon bien dans la nouvelle manière de notre auteur pour appeler à la croisade de Naples en faveur d'Anjou, que le 4 mai, avait ordonnée Urbain IV. Rutebeuf est désormais inséré dans la politique royale et papale, il en est le chantre officiel.

601265 juillet, Diz de Puille, F, 435, continue à suivre en publiciste de commande sincère les événements de cette "croisade" franco-papale du roi Charles, en quinze quatrains d'alexandrins. Mais c'est l'Orient qui est le vrai but de la croisade comme le demande en juillet 1265, le pape Clément IV, d'où, à côté du général dominicain Humbert de Romans, Rutebeuf en automne 1265, écrit La Complainte d'Outremer, F. 440.

611266 automne, La Complainte dou conte Huede de Nevers, F, 451, déploration sur la mort, le 7 août 1266, de ce haut personnage à Acre. Le roi prépare enfin sa deuxième croisade que le poète accompagne par

621267 été, La Voie de Tunes, F, 461, où l'on retrouve en quatrains d'alexandrins bien des idées chères à notre homme et reprises même du temps de la crise universitaire : par exemple que le martyre de croisade est un but correct de vie. Il ose se plaindre du manque de générosité de certains princes du sang ; ce qui permet de dater sinon Brichemer ou Chariot, du moins la période de la vie de Rutebeuf où les idées de ces pièces vont toutes seules (65-66)… Mais Rutebeuf continue à publier de la propagande en faveur de la croisade et cette fois en forme de dispute universitaire : veut-il cumuler clientèles et mécènes ? Il nous démontre de toute façon, l'étendue de ses réconciliations de chevalerie à clergé de ville à cour et à université. C'est la

631268 Desputizons dou Croisié et dou Descroizié, F, 469. Cette même année, il est obligé de rimer à nouveau, mais avec quel calme, sur les désordres étudiants, et contre eux dans une pièce peut-être commandée par lui-même, Rimer me convient (1 ; F, 370 ; P, 148). C'est li Diz de l'Universitei de Paris, très probablement de la rentrée de 1268 où repart la troisième grande querelle du siècle à Paris entre séculiers et Mendiants.

64Perdue la guerre de Tunis, Rutebeuf doit pleurer

651271 Le roi de Navarre, mort le 4-12-70 (F, 479). Cette complainte date donc des premiers mois de 1271 et de l'octobre

661271 La Complainte dou conte de Poitiers, F, 486, mort le 21 août. Sur un autre ton, il a un peu à se plaindre de l'indifférence d'un protecteur quasiment occasionnel ou irrégulier, le nouveau roi Philippe III, un Alexandre dont il se présente en Aristote soit en Mentor (1).

671272 Dit d'Aristotle, F, 559. Brichemer ne saurait être plus tardif et c'est la dernière date pour cette petite pièce. Comme pour une autre à placer entre 1267 et fin 1272.

68Paiz de Rutebuef, F, 565, écrite aussi sur l'oubli où le laisse un grand mécène et prometteur. L'écriture et le ton ne vont qu'avec les textes de croisade et courtoisie des ans 1266-72. Tandis que La povretei Rutebeuf, F, 569, montre l'aggravation de la situation matérielle de l'auteur qui retrouve un ton de plainte pour apostropher Philippe III Granz rois (25). Selon l'interprétation des deux "voiages" (20) en croisades et expéditions diverses, l'œuvre se rapporte à 1272 ou 1276, plus probablement à l'hiver 1276-77.

69la Nouvelle Complainte d'Outremeir, F, 492, forcément composée au début de 1277 (F, 493) montre que Rutebeuf poursuit son rêve de croisade et pense que ses mécènes doivent l'en faire vivre. Peut-être le poète a-t-il vécu encore quelques années pour composer

701285 La Complainte de Sainte Eglize dite Vie du monde, F 389, qui serait ainsi son dernier poème sur ses thèmes préférés : Église, croisade, vertu etc. Mais la facture est plutôt un pastiche que de sa main. L'attaque vague, renouvelée contre les Mendiants (129-32) est agrémentée de la position inverse, pro-Mendiants et antiprélats (133-36). Cela est difficile à rattacher à l'évolution de Rutebeuf.

Conclusion

71Si l'on accepte le fonctionnement de notre système, tous les poèmes connus de Rutebeuf se placent en séquence continue dans une saison d'une année déterminée. Les cas de doute sont désignés par la méthode même qui propose un balancement de deux ou trois solutions sur quatre ou cinq ans, sans jamais toutefois passer de l'une à l'autre de ces trois périodes majeures de cette œuvre-vie.

72La méthode en question est à l'évidence dépourvue de toute prétention savante ; elle est composée, sans éclectisme, de simple bon sens banal. Trouver dans le texte événements, allusions, factures qui se réfèrent à l'une des périodes définies par l'intuition première, voilà le jeu. Le contrôle par les textes voisins permet de consolider cette typologie temporelle rudimentaire. Il s'agit donc d'une lecture globalisante des textes et des contextes selon toute la société, selon toute l'histoire ; d'une lecture non textuelle ni littéraire, mais générale c'est-à-dire historique. Si par hasard ou par aventure vous acceptiez cette pratique de typologie temporalisée, cela ne signifierait nullement qu'elle puisse jouer aussi bien dans un autre cas, avec une autre œuvre. Cela signifierait cependant que l'écrivain et ses textes sont, non les produits l'un de l'autre, mais tous les deux le produit d'une structure : d'un milieu, d'un type d'homme, d'une économie ; d'une société et de son fonctionnement politique ; de son idéologie et de ses élans ; et de ses trois éléments infra -, médio - et supra - dans leur ensemble. Cela signifie en somme qu'il n'y a pas d'histoire sérielle, écologique, économique, sociale, politique, littéraire ou religieuse : mais que seule est réelle l'histoire totale.

***

73Les vocables des textes de Rutebeuf se rapportant à la MUSIQUE sont rares, quelconques et ne jouent pas de rôle décisif.

74Dit des Cordeliers : abesse clochant clocher (str. xiv.)

75Griesche d'Yver : en este chante en yver pleure (36-37)

76Complainte Guillaume de Saint-Amour : assez pueent chanter et lire (v. 17)

77Griesche d'été :

mi marz que li froiz est passez
notent et chantent (50-51)

78Voie de Paradis :

Sachiez qu'ele ne rit ne chante (610)
qui d'amors ont chançon chante (637)
le chant de Dieu et les chançons (779) ; cloche (383)

79Complainte de Constantinople : Chante pleure (172)

80Frere Denise :

Et ele sot tout son sautier
Et fu bien de chanter aprise
O les autres chante en l'Église (52-54)

81Des Ordres : Du siecle vueil chanter / que je voi eschanter (1-2)

82Egipciane : cloche au cou du fou (170)

83Sagrestain : cil chantait Salue sancta
Li parens estoit oubliez (174-75)

84Elysabel : carole (747)

85Theophile :

Chantons tuit por ceste novele (661-3)
or levez sus
Disons "Te Deum Laudamus" (ult.)

86Dit de Notre-Dame : Amen final (id. Neuf joies etc.)

87C'est de Notre-Dame :

Chanson m'estuet chanter de la meilleure
Qui onques fust ne qui jamais sera
Li siens douz chanz garit tote doleur (1-3)

88Tunes : si que bones en soient et notes et conduit (136).

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable