Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Traces d’Orient à Paris au xiiie siècle

Texte intégral

  • 1 Paris, Bibliothèque Nationale, manuscrits latins n° 14952, f° 32.

1"Sicut mercatores de Africa et Lombardia et aliis villis, Parisius portant merces suas viles ut melius vendantur et sustententur in terris suis1". ("De même que les marchands d'Afrique, de Lombardie et d'autres lieux portent à Paris leurs marchandises médiocres pour les vendre à meilleur prix et s'en retourner nantis en leurs pays").

2Ainsi s'exprime au passage un prédicateur dominicain, sermonnant un quatrième dimanche après l'octave de l'Épiphanie, Barthélémy de Tours, connu entre 1258 et 1272 comme maître en théologie. Le plus gros marché de l'Europe d'alors offrait donc un beau débouché aux basses qualités ; il doit s'agir de textiles ou de bijoux, car les denrées périssables ou ordinaires ne supporteraient guère ce type d'opération. Draps de second choix, pierres à crapauds, armes solides affectées de quelque défaut ou rugosité, difficiles à écouler, trouvent ici acquéreur plus alléchant qu'ailleurs ; le profit ne doit pas être négligeable pour qu'on vienne de si loin. La longueur de ce rayon d'action contredit l'impression de sous-développement laissée par le "viles". S'agirait-il d'ateliers capables de reprendre un objet mal conformé, de le conditionner à nouveau ? Les "capitalistes" qui auraient alors inventé cette récupération de la marchandise, pour la revendre avec un coquet bénéfice, auraient donc précisément tablé sur l'ampleur du marché. C'est malheureusement ce que les prédicateurs, dans leurs brefs regards de comparaison vers la vie quotidienne, omettent de préciser.

***

  • 2 Gaston Paris a déjà signalé, en 1880, la transmission de cet on-dit édifiant à travers le Coran et (...)

3On ne retravaille pas à Paris que les marchandises ; le conditionnement s'étend aux biens culturels. Vers 1250 encore, puisqu'une allusion à la reprise de Jérusalem par les "Infidèles" (1244) indique cette époque, on note une touche d'Orient dans un poème du célèbre trouvère picard Huon d'Arras surnommé, à la suite d'une victoire dans un concours littéraire, le roi de Cambrai. L'antique légende indienne et judéo-arabe de l'ange et de l'ermite est ici présente sous une forme occidentale. Jésus et ses apôtres, revenus sur terre pour un soir et trop pauvres, sont chassés de partout et accueillis seulement par une vieille femme qui n'a qu'une vache. Pierre propose de punir un riche outrecuidant et de récompenser la pauvresse charitable. Jésus refuse et tandis que les riches deviennent plus riches et plus "heureux", la vieille perd le lendemain, sa maison, sa vache et la vie. La signification évidente de cette fable de prédestination dont on pourrait déceler l'origine hindoue (vache, misère, catastrophe, avatar d'un dieu sur terre et insignifiance de ce monde-ci), est que les pauvres sont en ce monde pour éprouver les hommes ; et que les insondables décrets de Dieu ne portent pas sur le succès en cette vie mais dans l'autre, au seuil de laquelle s'arrête le bonheur des méchants2.

***

  • 3 Chartularium Universitatis Parisiensis, éd. Denifle et Châtelain, t. I, n° 180, 181,182, 324 et 52 (...)

4"… Quosdam pueros" (une fois "clericos") "tam in arabica quam in aliis linguis orientalium partium peritos… pueri qui jam sunt decem parisius…"3.

5L'Université de Paris, à partir de 1248 au moins, eut un embryon de collège d'étudiants orientaux puisque, dans les termes susdits, les papes s'emploient à procurer vivre, couvert et bourse de dix livres parisis annuelles à dix écoliers d'outre-mer "connaisseurs tant en langue arabe qu'en d'autres langues orientales". Ces dix intellectuels sont venus étudier la théologie pour l'enseigner plus tard en leur pays : "… Parisius mitti, disposuimus ad studendum ut in sacra pagina docente vias mandatorum Dei, eruditi, alios in ultramarinis partibus erudiant ad salutem…" ("Ces enfants envoyés à Paris, nous les avons dirigés vers l'étude pour que, apprenant la Page Sacrée - Sainte Écriture, Théologie -ils deviennent savants dans les voies des commandements de Dieu et qu'en vue du salut, ils enseignent les autres dans les pays d'outre-mer").

6Il s'agit probablement de chrétiens du Proche-Orient, Maronites, Melchites, Chaldéens etc… qui se destinent au sacerdoce. En 1258, Alexandre IV insiste pour subvenir aux besoins de tous les étudiants issus de ces pays, même s'ils apprennent d'autres matières. Paris au xiiième siècle, travaille déjà les hommes.

Notes

1 Paris, Bibliothèque Nationale, manuscrits latins n° 14952, f° 32.

2 Gaston Paris a déjà signalé, en 1880, la transmission de cet on-dit édifiant à travers le Coran et les "Vitae Patrum". Cf. Israël LEVI, revue des études juives 8 (1884), p. 64 sv. ; HUON LE ROI, Li Regrès Notre-Dame, éd. Langfors, pp. CXXXI-CXXXVIII (la légende), CXXXIX (datation par prise de Jérusalem), pp. 120, str. 134 (Jérusalem) et pp. 124-140, str. 238 à 267 (légende).

3 Chartularium Universitatis Parisiensis, éd. Denifle et Châtelain, t. I, n° 180, 181,182, 324 et 527.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540