Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Pièces justificatives

Texte intégral

P.J.- 1. L'ombre portée de frate Gherardo

I- Extraits de l'Évangile éternel par les professeurs parisiens (c.v.p., 243 ; tr. fr)

1De la première partie du livre dénommé Évangile éternel, - cette première partie est appelee "Introduction" à cet Évangile - on peut extraire les erreurs suivantes :

  1. L'évangile éternel ou doctrine de Joachim surpasse la doctrine du Christ et tout l'ancien et le nouveau testament. (15 d et 17 a) (1).
  2. L'évangile du Christ n'est pas l'évangile du royaume et par conséquent ne fonde pas l'Église ni le sacerdoce (21f).
  3. Le Nouveau Testament doit être évacué comme a été évacué l'ancien (24 a).
  4. Le Nouveau Testament ne vaudra plus que pour les prochaines six années, c'est-à-dire jusqu'à 1260 (7 c).
  5. Ceux qui vivront au-delà de cette date ne seront pas tenus d'accepter le nouveau testament (24).
  6. A l'évangile du Christ succèdera un autre évangile et à son sacerdoce, un autre sacerdoce (15 d).
  7. Personne n'est proprement apte à instruire les hommes en spiritualité sauf ceux qui vont nu-pieds (13 fin).

II.- Protocole d'Anagni

2Voici ce que nous avons noté, extrait de l' "Introduction à l'Évangile éternel", envoyé au pape par l'évêque de Paris et par le même pape remis pour examen à nous trois cardinaux, à savoir : Eudes de Tusculum, Etienne de Préneste, évêques et Hugues de Sainte Sabine, cardinal-prêtre.

3Que vers l'an 1200 de l'incarnation du Seigneur, l'esprit de vie se retira des deux testaments pour passer à l'évangile éternel, est montré au chapitre 15 d. et 23 b. Que le livre des "Concordes" ou de la "Concorde de la vérité" soit nommé premier livre de l'évangile éternel est montré au chapitre 17 g et que ce livre de la "Concorde" soit de Joachim est donné dans tout le chapitre. Que ce livre dit nouvelle Apocalypse soit appelé second livre du même évangile est prouvé chapitre 20 c et surtout 20 g. De même que le livre dit "Psautier des 10 cordes" soit le troisième livre du même évangile est montré chapitre 21 a et g et dans tout le chapitre. De plus au chapitre 28 f sont écrits ces mots : "au premier livre dudit évangile éternel soit à la seconde partie du deuxième livre de la Concorde". Et les trois (livres) susdits sont montrés de même expressément au chapitre 31 b où l'on distingue ici un triple texte : "ils n'en forment qu'un", etc. Et de même avant la fin du dernier chapitre, où l'on dit "On doit y tendre", etc. De plus, au chapitre 24, avant la fin, on compare l'ancien testament au premier ciel, l'évangile du Christ au second ciel et l'évangile éternel au troisième. Et plus explicitement au chapitre 25, ou l'on compare l'ancien testament à la clarté des étoiles, le nouveau à celle de la lune et l'évangile éternel ou du Saint-Esprit à celle du soleil. De plus, au chapitre 27, on compare l'ancien testament au parvis, le nouveau au saint et l'éternel au saint des saints. De plus au chapitre 30 g, on compare l'ancien testament à la peau, le nouveau à la tête et l'évangile éternel au noyau. De plus au chapitre 29, on dit que l'évangile éternel est spirituel, celui du Christ littéral et que l'évangile éternel est celui dont Jérémie 31 (v. 33) affirme : Je donnerai ma loi, etc. De même c'est-à-dire que l'évangile du Christ soit littéral est exprimé au chapitre 21 f où l'on affirme même que l'évangile du royaume s'appelle évangile du Saint-Esprit et non évangile du Christ et l'on avance pour le prouver cet argument, selon la péricope de Matthieu 24 (v. 14), c'est-à-dire que quand l'évangile du Christ sera prêché dans le monde entier, alors viendra la consommation. De même au chapitre 28 a, on dit que la sainte Ecriture est divisée en trois parties : ancien testament, nouveau testament et évangile éternel ; tout ce chapitre est remarquable et doit être lu en entier. De même on le tient expressément au chapitre 30 où l'on dit : "ces trois livres sacrés".

4Au même chapitre § d, "autre est l'écriture divine qui est donnée aux fidèles pour ce temps où l'on dit qu'œuvre Dieu le Père, et autre celle qui est donnée aux chrétiens de ce temps où l'on dit œuvrer le Fils, et autre celle qui nous est donnée en ce temps où œuvre le Saint-Esprit par son mystère propre". De plus au chapitre 10 d, on dit que le troisième état du monde qui est plus proprement celui de l'Esprit-Saint sera sans énigme ni figure. D'où vers le milieu du même chapitre on pose ces termes : l'apôtre - I Cor. 13 (v. 2 sv.) -parlant de la foi et de la charité, distingue le statut de foi, soit le deuxième état du monde qui est énigmatique, du statut de charité qui est plus proprement de l'Esprit Saint et est sans énigme des figures des deux testaments, comme il appert d'ailleurs, et comparant l'un et l'autre, il dit nous connaissons d'une part et prophétisons de l'autre (v. 9-10) (et ceci porte sur le second état) quand viendra ce qui est parfait, à savoir le temps de la charité qui est le troisième état du monde, sera évacué ce qui est partiel. Comme s'il disait : alors cesseront toutes figures et la vérité des deux testaments apparaîtra sans voile. Et aussitôt il ajoute : nous voyons maintenant comme dans un miroir, etc. De plus au chapitre 8 on dit au commencement du premier état apparurent trois grands hommes, soit : Abraham, Isaac et Jacob dont le troisième, Jacob eut 12 (fils) ; et au début du deuxième état trois (autres) soit Zacharie, Jean-Baptiste et Jésus-Christ en tant qu'homme qui de même eut avec lui 12 (apôtres) ; ainsi aussi au début du troisième état (il y a) trois (hommes) semblables aux précédents, soit l'homme habillé de lin et un ange ayant une faucille aiguisée et un autre ange portant le signe du Dieu vivant. Et celui-là eut d'abord avec lui 12 (disciples) entre lesquels il fut lui-même ; comme Jacob avait eu 12 (fils) au premier état et le Christ (12 apôtres) au deuxième. De plus, que par l'homme vêtu de lin on entende Joachim, auteur de cet ouvrage, est montré au chapitre 22 vers le milieu par ces mots : "Des 5 intelligences générales et des 7 typiques" où l'on s'exprime ainsi "l'homme vêtu de lin, à l'ouverture des mystères du prophète Jérémie, le voici, dit-il, sans signification historique, morale ou tropologique" (2) etc. De plus au chapitre 23 vers le début, on s'exprime ainsi : "à quelle écriture est tenu le peuple du troisième état du monde comme le peuple du premier état l'était à l'ancien testament et le peuple du second au nouveau, étant donné que cela disconvient aux hommes de la présente génération".

5Que cet évangile éternel soit remis et confié spécialement à cet Ordre qui intègre l'Ordre des laïcs et celui des clercs et en procède également, est montré vers le milieu du chapitre 13 et cet Ordre s'appelle à la fin du chapitre 26 les Nu-pieds. Cela même est signalé en fin des chapitres 22, 27 et 28 c "§ ici beaucoup d'intellects spécieux" et à la fin du dernier chapitre "§ maintenant, par révérence", etc. De plus au chapitre 12 vers la fin, on place ces mots : "jusqu'à cet ange qui eut le signe du Dieu vivant et apparut vers l'an 1200 de l'incarnation du Seigneur". Et cet ange, frère Gérard le nomme et le proclame : saint François. Au chapitre 9, on place ces mots : "Le premier état fut sous la loi, le deuxième sous la grâce, le troisième sous une grâce plus grande dont parle Jean (I, v. 16) pour grâce, il nous donna", "Le premier (état) fut dans la crainte, le second dans la foi, le troisième (sera) dans la charité". De plus, au chapitre 3 vers le milieu, on dit : "Les œuvres que fit Dieu trinité depuis le début jusqu'à ce moment sont œuvres du Père seulement" et peu après "et ce temps dans lequel opère Dieu le Père est le début du temps où le premier temps est peut-être nommé premier état du monde", etc. De plus au chapitre 7 c vers la fin, on a ces mots : "Au sujet des générations du troisième état du monde, nous ne savons pas encore combien de mois ou d'années aura chaque génération mais nous savons seulement cela, par de nombreux témoignages des Ecritures, que ces générations seront très brèves, comme il apparaîtra plus bas en de nombreux passages" (3).

6Nous avons trouvé ces erreurs et billevesées dans ce livre et parce que tout ce livre en est plein et de choses semblables, nous n'avons pas voulu en écrire davantage car nous croyons que cela suffit à la connaissance de cet ouvrage.

III.- Gloses de frate Gherardo sur Joachim, rapportées dans la suite du Protocole (sur Joachim p. 109 (éd. Denifle) = Concordia, livre 5 ch. 58

7En ces jours sera l'abomination de la désolation (au Temple, Dan. 9, 27 ; 11, 31 ; 12, 11) (temps de l'antéchrist pire que son antétype, le séjour de 40 ans au désert), ce qu'exposant frère Gérard écrit :

8"Cette abomination sera un pseudo-pape, comme il est dit d'ailleurs" et cet ‘ailleurs' se rencontre loin après au livre 5 de la Concordia (ch. 104) à propos du prophète Zacharie, où l'on dit : dans l'évangile du Seigneur (Matth. 2 v. 15) quand vous verrez l'abomination de la désolation dite par le prophète Daniel, etc. De nouveau à cet endroit, frère Gérard :

9"Cette abomination sera un certain pape trempé de souillure simoniaque qui vers la fin du sixième âge accèdera au siège (de Pierre), comme l'écrit dans un autre petit livre l'auteur du présent ouvrage (4).

10p. 115 - : jusqu'ici, c'étaient les propres termes de Joachim et de frère Gérard. Sur quoi, il me semble (suivent des réflexions rangées en six thèmes sur les mêmes ouvrages).

11p. 123 - (à propos des deux antéchrists de Joachim du 2° et du 3° temps). En outre on a par une notule (5) de frère Gérard sur le début du même chapitre de Daniel (12, 6 : la question du prophète à l'homme vêtu de lin…) ou frère Gérard s'exprime ainsi :

12sur Concordia 5, c. 118 – "Cette tribulation qui sera telle qu'il n'y en eut jamais doit arriver, comme il apparaît en de multiples endroits de ce livre et d'autres ouvrages vers l'an 1260 de l'incarnation du Seigneur, après quoi sera révélé l'antéchrist. Cette tribulation sera corporelle et davantage encore spirituelle. Mais la plus grande tribulation qui suivra immédiatement un petit intervalle de paix, portera surtout sur les spirituels ; d'où elle sera plus dangereuse que la première".

13p. 126, Concordia, 2 tr. 1, c. 1 - sur le texte évangélique, ici les noces de Cana, Gérard glose (6) :

14"Dans ce mystère il appelle terre l'écriture du premier testament, eau celle du second et en vérité, feu, l'écriture de l'évangile éternel".

15- p. 127 Ibid. + Psalterion, 259 b - : le 3° ciel, fin de notre protection est celui de l'intelligence spirituelle qui procède des deux testaments. Là-dessus, glose du fr. Gérard :

16"Une déclaration de Joachim nomme l'évangile éternel, au livre 2 du "Psautier des 10 cordes ", soit ch. 19 qui débute par "Sainement au premier temps…" (7).

17- p. 131, Ibid. 4 c. 40 - : les hommes à venir seront à la similitude de Zacharie, de Jean-Baptiste et de l'homme Jésus. Et sur le début de ces mots (il y a) une notule de fr. Gérard :

18"En ce passage, l'homme vêtu de lin qui fut l'auteur de cet ouvrage (8), parle de lui et des deux qui suivirent immédiatement après l'an 1200 de l'incarnation du Seigneur et que Daniel dit avoir vu sur la rive du fleuve (12, 6). L'un est dit dans l'Apocalypse (7, 2 = 14, 14) ange ayant une faucille aiguisée ; et l'autre ange qui eut le signe du Dieu vivant par qui Dieu renouvela la vie apostolique.

19De même au même endroit sur le mot ‘évangile du royaume' Gérard dit aussi en notule :

20"Il appelle évangile du royaume, l'évangile spirituel que le bienheureux Jean appelle évangile éternel qu'il faut à l'arrivée d'Elie prêcher à toutes les nations, et alors viendra la consommation" (Cf Apoc. 11, 3).

21- p. 133, Ibid. 5, c. 84 - (Joachim sur le jour éternel de joie). Mais sur le même passage (Apoc. 9, 13) Au sixième ange sonnant de la trompette, frère Gérard dit :

22"Ce docteur ou ange apparut vers l'an 1200 de l'incarnation du Seigneur. Ceci est le livre dont on parle à cet endroit (Apoc. 10, 2-10) dans lequel les sept tonnerres font retentir leurs voix qui sont les mystères des sept sceaux ".

P.J.- 2. Anastylose de l'Introductorius

23- Ch. 1er et 2 : rien de conservé, même sous forme allusive.

24- Ch. 3 (mil.) - : "Les œuvres que fit Dieu trinité depuis le début jusqu à ce moment sont œuvres du Père seulement". (Et peu après) : "Ce temps où opéra Dieu le Père est le début du temps ou premier temps et peut être appelé premier état du monde".

25- Ch.4 - 5 - 6 - : rien.

26- Ch. 7 c- : "Or, des générations du troisième état du monde, nous ne savons pas encore combien de mois ou d'années aura chaque génération, mais nous savons seulement par de nombreux témoignages des Ecritures que ces générations seront très brèves comme il apparaîtra plus bas en de nombreux passages" (E.P. 4) (9).

27- Ch. 8 (début) - : le premier état comporte trois grands hommes, Abraham, Isaac et Jacob ; le troisième a eu 12 (fils). De même le deuxième état avec Zacharie, Jean et Jésus en tant qu'homme qui a eu 12 (apôtres). Ainsi le troisième état présente un homme vêtu de lin (qui est Joachim, ch. 22), un ange tenant une faucille aiguisée et un autre ange portant le signe du Dieu vivant et qui eut au départ 12 compagnons.

28- ch. 9 - : "Le premier état fut sous la loi dans la crainte, le second sous la grâce dans la foi, le troisième sous une plus grande dans la charité, cette grâce dont Jean (1, v. 16) écrit pour grâce, il nous donna…".

29- ch. 10 d - : Le troisième état du monde, celui du Saint-Esprit, sera sans énigme ni figure.

30- d. - (vers le mil.) - : "L'apôtre - I Cor. 13 (v. 2 sv.) -parlant de la foi et de la charité distingue le statut de foi, soit le second état du monde qui est énigmatique, du statut de charité qui est plus proprement de l'Esprit-Saint et est sans l'énigme des figures des deux testaments comme il appert d'ailleurs, et comparant l'un à l'autre, il dit : nous connaissons d'une part et prophétisons de l'autre (v. 9-10) (et ceci porte sur le second état) quand viendra ce qui est parfait, à savoir le temps de la charité qui est le troisième état du monde, sera évacué ce qui est partiel. Comme s'il disait : alors cesseront toutes figures et la vérité des deux testaments apparaîtra sans voile. Il ajoute aussitôt : nous voyons maintenant comme dans un miroir, etc.

31- Ch. 11 - : rien.

32- Ch. 12 (vers la fin- : "Jusqu'à cet ange qui eut le signe du Dieu vivant, apparu vers l'an 1200 de l'incarnation du Seigneur" (fr. Gérard proclame que c'est saint François).

33- Ch. 13 (mil.) - : l'évangile éternel est confié à un Ordre neuf qui procède également de l'Ordre des laïcs et de celui des clercs et les intègre (E.P.7) (9).

34- Ch. 14 - : rien.

35- Ch. 15 d - : l'esprit de vie s'est retiré des deux testaments pour qu'il y ait un évangile éternel (E.P. 1 et 6) (9).

36- Ch. 16 - : rien.

37- Ch. 17 - : il s'agit de la Concordia de Joachim de Flore (tout le ch.).

38- id - g - : cette concordia ueritatis est le premier livre de l'évangile éternel (E.P. 1) (9).

39- Ch. 18-19 - : rien.

40- Ch. 20 c - : le second livre de l'évangile éternel est l'Apocalypsis noua (nouvelle Apocalypse).

41- g - : le répète encore plus nettement.

42- Ch. 21 a - : le troisième livre de l'évangile éternel est le Psalterion decachordarum.

43- d. - f - : l'évangile du Christ n'est que littéral, celui du royaume est l'évangile éternel, celui du Saint-Esprit ; à preuve Matthieu 24 (v. 14) : quand l'évangile du Christ sera prêché partout, alors viendra la consommation.

44- d. - g - : répète tout le chapitre, à savoir que le troisième livre de l'évangile éternel est le Psalterion decachordarum (E.P. 2).

45- Ch. 22 (mil.) - : Joachim est l'homme vêtu de lin"§ des cinq intelligences générales et des 7 typiques…" l'homme vêtu de lin, à l'ouverture des mystères selon le prophète Jérémie le voici (en réalité) sans signification historique, morale ou tropologique (Daniel 10, 5) (fin ch.) : L'Ordre des Nu-Pieds.

46- Ch. 23 b - : l'esprit de vie s'est retiré des deux testaments pour qu'il y ait un évangile éternel (E.P. 1).

47- Ch. 24 (début) - : "A quelle écriture est tenu le peuple du troisième état du monde, comme le peuple du premier l'était à l'ancien testament et celui du deuxième au nouveau, d'autant que celui-ci déplaît aux hommes de cette génération" (E.P. 3-5).

48- id - (av. fin) : l'ancien testament ressemble au premier ciel, l'évangile du Christ au second, l'évangile éternel au troisième.

49- Ch. 25 - : l'ancien testament ressemble à la clarté des étoiles, le nouveau à celle de la lune et l'évangile éternel ou du Saint-Esprit à celle du soleil.

50- Ch. 26 (fin) - : L'Ordre du troisième état se nomme les Nu-Pieds.

51- Ch. 27 - : l'ancien testament est comme le parvis, le nouveau comme le saint et l'évangile éternel comme le saint des saints (du Temple de Jérusalem) (fin). Les Nu-Pieds.

52- Ch. 28 a - : L'Ecriture est divisée en trois parties, l'ancien testament, le nouveau et l'évangile éternel.

53- id. - c - : "§ Ici beaucoup d'intellects spéciaux" : Nu-Pieds.

54- id - f - : dans le premier livre de cet évangile éternel même, soit dans le second livre de la deuxième partie de la Concordia.

55- Ch. 29 - : l'évangile du Christ est littéral, l'évangile éternel est spirituel ; c'est celui dont Jérémie écrit en son chapitre 31 (v. 33) je donnerai ma loi, etc.

56- Ch. 30 - : "ces trois saints volumes".

57- id. - § d - : "autre est l'écriture divine donnée aux fidèles pour ce temps où l'on dit qu'opère Dieu le Père ; et autre celle qui est donnée aux Chrétiens pour ce temps où l'on dit qu'opère le Fils, et autre celle qui nous est donnée en ce temps où opère le Saint-Esprit en son système propre".

58- id. - g- : l'ancien testament est comme peau, le nouveau comme tête et l'évangile éternel comme noyau.

59- Ch. 31 b - : on distingue trois "lettre" (écriture) qui tendent à l'unité.

60- Dernier chapitre (av. fin) - : "tendant à cela…".

61- id.- fin) - : "§ or maintenant par respect…" : il s'agit des Nu-pieds. L'ouvrage ensuite devait être l'enfilade de la Concordia, de l'Apocalypsis noua et du Psalterion decachordarum de Joachim avec des notes et renvois marginaux de Gérard et quelques gloses plus fournies. Mais seule la Concordia est épluchée par le Protocole ; donc seule, probablement, elle fut rédigée. Le procès arrêta le volume 11.

P.J.- 3. Structure inférée de l'Introductorius

I. - Les trois états

62A. Présentation : les chapitres 1-2-3 parlent, peut-être, du premier état du monde. Les chapitres 4-5-6 du deuxième. Le chapitre 7 du troisième.

63B. Homologies : 8 et 9 = parallélisme de structures. 10-11-12 = prosopopée du troisième état, sans limites.

II.- L'Évangile éternel

64A. Nature : ch. 13-14 l'évangile éternel et le nouvel Ordre laïcoclérical. ch. 15-16 il succède aux testaments ancien et nouveau, périmés.

65B. Structure : 17-18-19 : le premier livre = la Concordia de Joachim. 20 : le deuxième livre = Apocalypsis noua du même. 21 : le troisième = Psalterion decachordarum.

III.- Le Surclassement

66A. La troisième marche : ch. 22 Joachim, l'homme vêtu de blanc et le nouvel Ordre. 23 nécessité d'une rupture avec le nouveau testament pour un nouvel esprit. 24-25 : l'Ecriture du troisième état surclasse les Ecritures des deux Etats précédents.

67B.Le nouvel Ordre : ch. 26-27 = le troisième état est celui des Nu-Pieds. 28-29-30 = les trois marches se dépassent et s'incluent comme les trois personnes de la Trinité.

68Conclusion : ch. 31 et 32 ou dernier = et donc tendent à l'unité, par l'Ordre des Nu-pieds.

P.J.- 4. Remarque sur le vocabulaire

69Les citations et allusions restées en notre possession sont très restreintes et les termes des reportatores s'y mêlent indiscernablement à ceux de l'auteur. Cependant un bref examen n'en est pas moins limpide :

70Dans la partie du Protocole d'Anagni qui pèse expressément sur Cérard, soit de la page 109 à partir de Quod circa jusqu'à la p. 102 avant Istos errores il y a 875 termes ou sigles. Si l'on ôte les chevilles (probetur, habetur…) sigles et chiffres (XVIII C…), les désignatifs (hic liber fine, medium…) et les particules (quod, in, et…) il reste 400 mots porteurs.

71Euangelium revient 18 fois sans compter les implicites (+ 9 testamentum et 5 scriptura = 32 Ecritures).

72Tres (et famille, tercius, triplex, etc.) 16 (2us,8 + lus, 10 fois = 34).

73Status, 14 ; Eternum, 12 ; Mundus, 8 ; Spiritus, 7 ; Christus, 7.

74Mais il faut noter les groupements signifiants : Tempus, 7 + nouum, 6 + uetus, 5 = 18, ce qui avec 10 expressions diverses de temporalité (ab initio…) donne 28 ; si l'on ajoute 3 generatio, 1 consumatio aux 12 eternum, on a le record de 44. 5 : uetus, Deus, gratia ; 4 : caritas, liber angelus, ordo ; 3 Pater, celum, generatio, fides, lacob ; 2 : Ioachim leremias, attendere, regnum, populus, vivus, Filius, misterium : 1.

P.J.- 5. Traduction du ch. 8 du de Periculis nouissimorum temporum. (Des périls des derniers temps ; éd. 1632)

75CHAPITRE 8. Ces périls des derniers temps ne sont pas très éloignés, il ne faut pas différer davantage leur recherche et leur refoulement.

76Comme dit l'Apôtre, 1 Cor. x (11) : "Nous touchons à la fin des siècles", glose "car nous sommes dans le dernier âge du monde". A la vérité après ce sixième âge qui est celui des combattants avec lequel court le septième, celui du repos, il n'en est plus d'autre à venir que le huitième, celui des ressuscités. Nous sommes donc dans le dernier âge du monde et il a déjà duré plus que les autres qui courent par millier d'années car celui-ci dura 1255 ans. Il est par conséquent vraisemblable que nous sommes près de la fin du monde et donc plus rapprochés des périls des derniers temps qui doivent précéder la venue de l'antichrist. Principalement puisqu'il est dit, Jac. v (9) : "voilà que le juge se tient devant la porte", glose : "il vient tout de suite rétribuer". De même Hebr. X (37) : "encore un peu de temps, celui qui doit venir viendra et ne tardera plus". De même 1 Jo. II (18) : "Nous savons que c'est la dernière heure" ; glose : "nous savons que sans délai vient le jour du jugement". De même, Matth. XX (6) : "Il sortit aux environs de l'onzième heure", glose : "c'est l'heure qui va de la venue du Seigneur à la fin du monde". Et il est certain que de cette onzième heure sont dejà passés 1255 ans. Il reste donc que nous sommes dans les derniers temps où que nous en sommes fort rapprochés.

77Or, en sus de ces susdites autorités, nous montrerons par huit signes que les périls déja prédits sont imminents.

78Le premier est qu'il y a cinquante-cinq ans que d'aucuns travaillent à changer l'évangile du Christ en un autre évangile qu'ils disent devoir être plus parfait, meilleur et plus digne ; ils l'appellent évangile du saint esprit ou évangile éternel. A son arrivée sera évacué, disent-ils, l'évangile du Christ ; nous sommes prêts à le montrer dans cet évangile maudit. Or ce signe manifeste que nous sommes près du temps de l'antichrist dont il est dit dans le psaume 9 (21) : "Seigneur, constitue sur eux un législateur" ; glose : "l'antéchrist porteur de la loi perverse". Et dans le même passage : "Tes jugements seront ôtés de sa face" soit de l'antichrist.

79Le second signe est que cette doctrine qui sera prêchée du temps de l'antichrist ou évangile éternel est déjà publiquement déposée pour édition à Paris où fleurit l'étude de l'Ecriture sacrée, l'an du Seigneur 1254. Donc il est certain qu'elle serait déjà prêchée s'il n'y avait autre chose qui en empêche : savez-vous ce qui la retient ? Le trop d'empire de Pierre et de ceux qui tiennent lieu d'apôtres c'est-à-dire les évêques. "Avant que ne vienne la rupture, ne sera pas révélé l'homme de péché, le fils de perdition" II Thess II (4). Que les évêques veillent à ce que les dits pseudo-prédicateurs ne procurent leur exclusion ou l'ablation de leur pouvoir, comme il est signifié dans l'évangile éternel.

80Le troisième signe est que, comme dans la Babylone réprouvée, après la vision de la main écrivant Mane techel pharès, tout de suite a suivi sa subversion, Daniel V (25) : "Ainsi dans la Babylone aimée du Seigneur", Isaïe XXI (tt. le chap.) soit dans l'Église. Comme on a déjà vu ladite écriture, il est évident que ces périls sont proches. Mais on a déjà vu écrits ces trois mots dans l'Église : ils le sont en effet dans ce maudit livre qu'ils appellent évangile éternel déjà propagé dans l'Église. C'est pourquoi on doit en craindre la subversion. Le premier mot est Mane c'est-à-dire "Dieu a dénombré ton règne et l'a conclu" comme l'expose Daniel. Ici aussi on mesure le règne de l'Église, soit celui de l'évangile du Christ et on l'arrête à 1 260 ans de l'incarnation. En outre ici on trouve Techel : "il a été pesé à la balance et trouvé trop léger" comme l'expose Daniel v (27). Ici en vérité on compare l'évangile du Christ à l'évangile éternel et on le trouve moins parfait et moins digne d'autant que la lune luit moins que le soleil, que la tête vaut moins que le noyau, et il y a ici beaucoup d'autres comparaisons prouvant que l'évangile du Christ vaut moins que l'évangile éternel. En outre dans cette écriture c'est-à-dire l'évangile éternel, on trouve Pharès ; ce mot s'interprète : "ton royaume a été divisé de toi" comme l'expose Daniel v (28). Car ici on trouve que le règne de l'Église sera séparé, au moment dit, de ceux qui tiennent l'évangile éternel. Ainsi donc il est écrit que cette écriture Mane Techel Pharès a été vue dans l'Église. D'où il ne reste rien d'autre aux princes de l'Église qui siègent à la table du Seigneur et semblablement aux docteurs qui siègent à la table de l'Ecriture sacrée, si ce n'est de se lever de table au devant des destructeurs de l'Église selon ce qu'ordonne le Seigneur par Isaïe XXI (5) où il parle de cette même table : "mangeant et buvant" ; glose : "la chair et le sang du Seigneur…" "Princes, levez-vous et saisissez le bouclier", glose : "prenez l'armure de l'apôtre et le glaive de l'esprit qui est la parole de Dieu, par laquelle vous pourrez éteindre les traits enflammés du diable". Rien ne reste aux sentinelles de l'Église c'est-à-dire aux prélats que de monter à leurs tours de guet pour annoncer tout ce qu'ils voient selon l'ordre du Seigneur déclarant un peu plus loin Isaïe XXI (6) : "Va et pose un guetteur, qu'il annonce tout ce qu'il verra" comme s'il disait : "excite les prélats à veiller".

81Le quatrième signe est que, à l'approche de la fin du monde et à l'arrivée de l'antichrist, certains qui apparaîtront dans l'Église plus saints, feront cependant ce qui déplaît au Christ et seront corrigés par quelques uns selon la vision de Jean sur la correction des Églises, Apoc. II et III. Or ils traduiront les correcteurs eux-mêmes en tribulations et procureront qu'ils soient en haine à tous et que quelques uns d'entre eux soient tués. C'est ce que dit Matth. XXIV (9) : "alors ils vous traîneront en tribulation et vous tueront et vous serez en haine à tous les hommes à cause de mon nom ; et alors viendra la fin du monde". Ce signe et les trois suivants sont des plus proches de la fin même et les débuts des douleurs qui marquent le temps de l'antichrist. D'où il dit ici : "Tout cela est le début des douleurs" soit celles du temps de l'antichrist.

82Le cinquième signe est que, à l'approche de la consommation du siècle, ceux qui paraissent les plus saints dans l'Église seront repris de leur fausse sainteté et de leur présomption. Pour cela beaucoup, eux-mêmes et leurs partisans, seront scandalisés. Matth. XXIV (5) dit cela ensuite : "Et alors beaucoup seront scandalisés".

83Le sixième signe est que, à l'approche de la consommation du siècle, surgiront dans l'Église quelques prédicateurs se reccommandant eux-mêmes contre l'Apôtre 2 Cor. X (12) : "Quant à nous n'ayons pas l'audace de nous égaler ou de nous comparer à ceux qui se font valoir", glose : "comme les pseudos qui se recommandent eux-mêmes au lieu de l'être par Dieu". "Et se mesurant et se glorifiant outre mesure outre la règle où Dieu les mesure" c'est-à-dire comme le déclare ici la glose : "Outre le peuple que Dieu leur a assigné" car ils se glorifiaient en prêchant à des populations qui ne leur étaient pas confiées. Ceux-ci sous couvert de sainteté en séduisent beaucoup c'est-à-dire les conduisent hors des avis des prélats vers leurs opinions et c'est ce que dit Matth. XXIV (11) : "Beaucoup de pseudo-prophètes surgiront et séduiront beaucoup".

84Le septième signe est qu'à l'approche de la consommation du siècle, certains qui paraissent dans l'Église les principaux zélateurs de la foi et les plus aimants du Christ quitteront son évangile et adhèreront à l'évangile éternel qui s'oppose totalement à la foi du Christ. D'où la charité se refroidit par laquelle est gardée la parole du Seigneur : Jo. XIV (15) "Si quelqu'un m'aime il gardera ma parole". Alors sera accompli le signe de Matth. XXIV (12) : "Parce qu'abondera l'iniquité" glose "l'infidélité", "se refroidira la charité de beaucoup".

85Le huitième signe est que à l'approche de la fin du monde, on annoncera dans l'Église les signes prochains de la consommation pour que comprennent son approche ceux qui craignent le Christ, et qu'ils comprennent la douleur du temps de l'antichrist selon cette péricope du psaume LIX (6) : "Tu as donné à ceux qui te craignent un signe pour fuir de devant l'arc". Après cette annonce viendra la fin ; aussi le Seigneur après avoir ordonné d'annoncer ajoute aussitôt, Matth. XXIV (14) "Cet évangile du royaume sera prêché sur toute la terre, alors viendra la fin".

86Comme donc déjà sont annoncés lesdits signes et qu'il est nécessaire qu'ils le soient car ils apparaissent déjà, il appert suffisamment par les paroles du Seigneur que rapidement viendra la fin. Celui qui ne voit pas que ces signes sont déjà dans l'Église paraît dormir ; il acquiesce au conseil de l'apôtre, I Thess. V (6) : "Ne dormons pas mais veillons ; veillez donc, justes" dit l'apôtre 1 Cor. XV (34). Par les signes susdits qui déjà apparaissent, vous verrez approcher la consommation du siècle et commencer la douleur du temps de l'antichrist.

87Il est donc évident qu'on ne peut davantage différer l'étude et le refoulement desdits périls ; surtout que dès le temps de l'Apôtre il prescrivit de les prêcher avec insistance à ceux qui veulent bien, comme à ceux qui refusent. Il ajoute la cause : parce que viendra que beaucoup refuseront la saine doctrine mais voudront qu'on leur prêche seulement ce qu'ils écoutent volontiers. Nous voyons cela en ces temps-ci car certains hommes ne peuvent supporter que la vérité desdits périls soit prêchée. C'est ce que dit l'apôtre II Tim. IV (3) : "Je témoigne devant Dieu et Jésus Christ" c'est-à-dire je t'adjure au témoignage de Dieu le Père et de Jésus Christ qui doit venir juger les vivants et les morts ; et par son avènement et son règne, prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, réfute, menace, exhorte en toute patience et doctrine (Cf glose supra, au prologue). "Il viendra un temps où ils ne souffriront plus la saine doctrine" glose : "comme un fardeau", "mais ils s'encombreront de maîtres à leur gré" ; glose : "nombreux et qui enseigneront ce qu'on désire". Et la glose dit ceci : "C'est la prophétie du saint apôtre qui eut prescience du futur en doctrine et prescrivit instamment de préparer l'Église contre cet avenir. Il annonce ceux qui voudront être enseignés à leur guise pour qu'on ne les détourne des maîtres fidèles et véraces vers ceux qui enseignent ce qu'ils écoutent volontiers ; car la vérité leur paraîtra âpre" en sorte que, lâchant la vraie doctrine, ils s'adonnent aux fables". Et plus bas : "Fasse le ciel qu'il s'agisse de maîtres chantant au théâtre et non de ceux qui ont osé contrefaire le Seigneur ; pleurons cette bêtise et tremblons de cette audace".

88Il appert ainsi de tout ce qui précède que lesdits périls ne sont pas éloignés mais proches et qu'on ne peut différer davantage leur étude, leur recherche et leur refoulement.

P.J.- 6. Traduction du ch. 24 du Contra Impugnantes

89Nous avons vu déjà comment ils imputent aux religieux les maux qu'on redoute pour l'Église finale, et comment ils les traitent d'envoyés de l'antichrist. Pour en persuader, ils s'efforcent de prouver deux choses :

  1. que maintenant, les temps de l'antichrist menacent comme de près.
  2. que les envoyés de l'antichrist sont spécialement les religieux qui prêchent et entendent les confessions. Traitons en dans l'ordre.

90Ils veulent prouver que les derniers temps ne seraient pas éloignés par ce dire de l'Apôtre, 1 Cor. X (11) : Nous sommes "dans la fin des siècles" ; et par 1 Jo. II (18) : "Fils, c'est la dernière heure" ; Hebr. X (37) : "Celui qui doit venir, vient et ne tardera pas" ; et par Jac. V (9) : "Voilà que le juge se tient devant la porte". De tout cela ils veulent conclure que depuis les temps des apôtres où l'on proférait ces choses, dejà tant de temps s'est écoulé que maintenant le temps de l'antichrist menace de près. S'ils entendent en vérité par ces expressions que le temps de l'antichrist est proche au sens où tout espace de temps a coutume, dans l'Ecriture sacrée, d'être pris pour bref en comparaison de l'éternité (Ainsi, 1 Cor. VII - 29 – "le temps est court") ; ils ne sont en rien répréhensibles mais alors cette assertion qui est leur, n'aura pas d'efficacité pour confirmer leur opinion : ils veulent en effet affirmer qu'on doit redouter maintenant ces périls prédits pour les temps les plus proches de l'antichrist ; et qu'ils arrivent par les religieux d'aujourd'hui dont ils veulent faire instruire le cas par les prélats. S'ils veulent par ce mot désigner un moment défini, la venue de l'antichrist par exemple dans sept ans ou cent ou mille, on les convaincra par de multiples autorités de très grande présomption.

91Le Seigneur en effet - Act. 1 (7) - aux disciples qui l'interrogeaient là-dessus, répondit : "Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a choisis en sa puissance". A partir de là, Augustin (10) argumentant, dans sa lettre à Hesychius dit que si ce n'est pas l'affaire des apôtres, encore bien moins est-ce celle des autres. Et Matth. XXIV (36) : "de ce jour et de cette heure, personne ne sait rien, pas même les anges des cieux". Et cela même se trouve dans Marc XIII (32). De même, II Thess, II (2) : "Ne bougez pas de votre opinion comme si arrivait le jour du Seigneur". Augustin à Hesychius : "Tu as dit, selon l'évangile, personne ne sait le jour ni l'heure, moi je déclare selon la capacité de mon intellect, ne pouvoir connaître ni le mois ni l'année de son avènement ; on ne peut savoir quelle année il viendra mais on peut savoir la semaine d'année ou la décade". Et plus bas : "Si cela non plus ne peut être compris, je cherche si de cette façon, on peut seulement définir le temps de son avènement, qu'il doit venir sous telle durée, par exemple soit cinquante, soit cent ans, soit peut-être un nombre d'années plus grand ou plus petit". Encore plus loin : "Si en vérité tu ne présumes pas de comprendre cela, je partage ton sentiment". Or, dans la primitive église, comme le raconte Jérôme en son livre Des Hommes Illustres et Eusèbe dans l'Histoire ecclésiastique, fut éprouvée la doctrine de quelques uns qui déclaraient proche l'avènement du Seigneur comme nous voyons maintenant ceux-ci l'affirmer. On ne peut donc déterminer un espace de temps petit ou grand, dans lequel on puisse attendre la fin du monde, l'antichrist, le Christ. Et pour cela, I Thess. V (2) dit que "le jour du Seigneur viendra comme un voleur". Et Matth. XXIV (37-39) : "Comme on ne sut dans les jours de Noé jusqu'à ce que vint le déluge, il vint et emporta tout le monde, ainsi sera l'avènement du fils de l'homme". D'où en vérité, Augustin dans sa lettre à Hésychius proposa trois types d'attente de l'avènement du Seigneur : l'une attend tôt, l'autre plus tard et la troisième confesse son ignorance ; il recommande cette dernière et réprouve surtout la première.

92Pour asseoir leur intention, ils usent de cette raison. Depuis la venue du Christ commence le dernier âge. Les autres ne durèrent pas outre mille ans ; comme déjà plus de mille ans ont passé depuis le Christ, le terme de celui-ci doit être attendu sous peu. A cette raison s'oppose Augustin au livre des 83 Questions, qu. LX : "La vieillesse a coutume de durer autant que tous les autres âges". Car il compare ce dernier âge à la vieillesse et conclut : "Or le dernier âge du genre humain qui commence à la venue du Seigneur et dure jusqu'à la fin du monde contient un nombre incertain de générations". Dieu a voulu utilement le cacher comme l'écrit l'évangile et comme en témoigne l'Apôtre disant que le jour du Seigneur viendra comme un voleur.

93Ils avancent au vrai huit signes pour montrer la proche venue de l'antichrist. Le premier semble tiré de ce que Daniel VII (25) dit de l'antichrist : "il méditera de changer les temps" ; glose : "gonflé de tant d'orgueil qu'il tentera de changer lois et rites". Comme d'aucuns déjà tentent de changer l'évangile du Christ en un autre quelconque qu'ils dénomment éternel ceux-là prétendent que menace manifestement le temps de l'antichrist. Or cet évangile dont ils parlent est une Introduction aux livres de Joachim réprouvés par l'Église ou à la doctrine même de Joachim par laquelle selon leur dire est changé l'évangile du Christ. Ceci admis, le signe est nul car aux temps apostoliques certains voulurent changer l'évangile du Christ comme il appert en Gal. I (6) : "Je m'étonne que si vite vous passiez de celui qui vous a appelés à un autre évangile".

94Ils tirent le second signe de ce que donne le Psaume (9, 21) : "Seigneur, constitue sur eux un législateur" ; glose : "l'antichrist, porteur de la loi perverse". D'où comme la doctrine susdite qu'ils appellent loi de l'antichrist, est publiée à Paris, c'est le signe que l'avènement de l'antichrist est imminent. Mais il est faux que la doctrine de Joachim ou de cette Introduction quoique elles contiennent diverses choses repréhensibles, soit celle que prêchera l'antichrist : il se dira Dieu en effet selon 2 Thess. II (41) : "Afin de s'asseoir au temple de Dieu comme s'il était Dieu" et que "il s'élèvera au-dessus de tout ce qui est nommé Dieu ou reçoit un culte". Si par doctrine de l'antichrist, ils entendent toute fausse doctrine comme tous les hérétiques sont dits antichrists, alors ce signe est nul car depuis la primitive église, aucun temps ne fut sans doctrine hérétique. D'où Jo. II (18) écrit : "Maintenant beaucoup deviennent antichrists" ; glose : "tous les hérétiques sont des antichrists".

95Le troisième signe est pris de ce que portent Daniel V (25) et Is. XXI (4) : On vit dans la Babylone réprouvée, une main écrivant "Mane Techel Pharès". Ils affirment que cette écriture est présente dans la Babylone aimée c'est-à-dire l'Église. Mais s'interprète : "Ton royaume a été mesuré et il se termine" c'est-à-dire s'arrête. Par l'écriture susdite on désigne le royaume du Christ : on y dit qu'il durera jusqu'à 1260 ans. Téchel s'expose : tu as été pesé à la balance et trouvé trop léger. Pharès : ton royaume a été divisé et donné aux Mèdes et aux Perses. De même ceux-ci soutiennent que le royaume de l'Église finira et passera à d'autres : comme la première écriture signifie la fin immédiate de Babylone, la seconde exprime la fin de l'Église. Mais ce signe apparaît frivole selon ce que dit Augustin au XVIII de la Cité de Dieu : certains dirent que le nom du Christ devait durer pendant 375 ans ; ensuite, ce chiffre atteint, viendrait la fin. Déjà donc avant le temps d'Augustin il y eut des gens pour compter le temps du Christ et ainsi cette écriture n'est pas neuve. On ne peut par elle prouver l'imminence prochaine de l'arrivée de l'antichrist. Au même endroit Augustin narre aussi que de son temps il y en eut qui comptaient les années de l'ascension du Christ jusqu'à son dernier avènement, certains quatre cents et certains mille. Il les confond tous par l'autorité du Seigneur : "Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments (Act. I, 7). Au même endroit encore, il réprouve cette manière d'argumenter dont ils usent en ceux qui voulaient prendre dans les dix plaies d'Egypte le nombre des persécutions que l'Église doit subir et il dit que ces conjectures humaines ne sont confortées d'aucune solide vérité. A l'évidence ils acceptent en ce signe l'écriture qu'ils réprouvent puisqu'eux-mêmes disent que la Babylone aimée doit être bientôt détruite comme l'affirmait le texte qu'ils rejettent. Il appert ainsi qu'il n'y a aucune ressemblance entre l'écriture vue à Babylone, montrée par Dieu et portant vrai jugement, et celle dont ils parlent, fabriquée par l'erreur et dont on ne peut tirer aucun argument.

96Les cinq autres signes sont pris dans l'évangile de Matthieu, là où le Seigneur expose les signes de son avènement.

97Le quatrième vient de Matth. XXIV (9) : "Ils vous tueront et vous serez en haine à tous les hommes à cause de mon nom". Ils prétendent que cela est maintenant accompli car certains dans l'Église, paraissant plus saints, ne souffrent aucune correction et traînent leurs correcteurs en épreuves vers la mort et la haine des hommes. A la vérité ce signe est absolument nul puisque ces sortes de tribulations des saints présentèrent leur maximum chez les apôtres et les martyrs de qui le Seigneur l'avait prédit ; et de semblables persécutions n'apparaissent pas encore. Cela donc n'est pas plus un signe de l'arrivée du Christ que ce ne fut alors.

98Le cinquième signe est pris de ce qui suit : "Et alors beaucoup se scandaliseront". Ce qu'ils déclarent maintenant accompli quand les religieux sont diffamés et que les hommes s'en scandalisent. Mais cette exposition est contraire à la glose qui dit ici : "Ils se scandaliseront c'est-à-dire abandonneront la foi par peur soit à cause de la férocité des tortures". D'où il appert que cela a été réalisé dès le temps des martyrs, et d'ailleurs cela n'est pas nouveau que les saints soient diffamés par les impies puisqu'il a été dit aux apôtres eux-mêmes, Matth. V (11) : "Bienheureux serez-vous quand les hommes vous maudiront et diront mensongèrement contre vous tout mal (imaginable) ". Dans l'Histoire ecclésiastique, on narre comment les tyrans s'arrangeaient pour faire accuser de vices honteux les fidèles du Christ.

99Le sixième signe est pris de ce qui suit : "Beaucoup de pseudo-prophètes surgiront et en séduiront beaucoup". Ils affirment que maintenant il en est ainsi quand certains religieux apparaissent qu'ils dénomment pseudo-prophètes car ils se recommandent eux-mêmes et pour plusieurs raisons du même type. Mais cette exposition qu'ils font est évidemment perverse selon la glose de Marc XIII (21) où les mêmes mots se lisent pour expliquer que pseudo-prophètes est à comprendre soit hérétiques soit ces séducteurs qui furent chez les juifs entre la passion du Christ et la destruction de la Jérusalem terrestre. A la ruine de cet argument suffit ce qui a été dit des pseudo-prophètes.

100Ils prennent le septième signe de ce qui suit : "Et parce qu'abondera l'iniquité, se refroidira la charité de beaucoup". Ils affirment cela accompli quand certains, principaux zélateurs de la foi dans l'Église, abandonnent l'évangile du Christ et adhèrent à l'évangile éternel en quoi est démontré que s'est refroidie la charité qu'ils doivent au Christ. Mais sur ce point, ils mentent carrément car ceux dont ils paraissent parler n'abandonnent pas l'évangile du Christ ni n'adhèrent à aucun autre. En outre, si cela était, est-ce que, depuis des temps très anciens, d'aucuns regardés comme parfaits, n'ont pas abandonné l'évangile du Christ et fabriqué de nouvelles hérésies, comme Pélage, Nestorius, Eutychès et beaucoup d'autres de ce genre ? Et en cela cependant, on ne démontre pas que la charité des religieux se soit refroidie si, ne suivant pas la doctrine susdite, ils ne la pourchassent pas pour autant : il ne manque à pourchasser ce qui n'a pas de défenseur. Ce serait même susciter des erreurs extirpées sous couvert de correction et les inculquer aux oreilles du peuple, ce qui est très dangereux. D'où Grégoire dit, au XIVe des Moralia, que à la mort de l'hérétique Eutychès comme il n'y avait presque personne à en suivre les dires, il dissimula les pourchasser pour ne pas avoir l'air de jeter des mots sur des cendres chaudes.

101Le huitième signe est tiré de la suite : "Cet évangile du royaume sera prêché sur toute la terre". Ils l'affirment accompli par eux-mêmes qui annoncent ces signes et ces périls et les voudraient annoncés par tous selon ce mot de l'Apôtre II Tim. IV (2) : "Prêche la parole, insiste à temps et à contretemps". Ceux qui ne prêchent pas les signes de ce type sont, prétendent-ils, de pseudo-apôtres dépourvus d'yeux devant et derrière (c'est-à-dire de la connaissance du passé et du futur) comme les animaux de l'Apocalypse, IV (8). Mais celui-là aussi de leurs signes est tout à fait nul. Certains en effet, semblables à eux en vanité, annonçaient depuis le temps de l'Église primitive de tels signes, fabriqués, que les autres catholiques et sérieux repoussaient, comme on lit dans l'Histoire ecclésiastique. Et Marc XIII (6) : "Beaucoup viennent en mon nom" dont la glose dit : "à l'imminence de la chute beaucoup vinrent qui se dirent Christs et mentirent en affirmant que c'était déjà le temps de la liberté". Beaucoup même dans l'Église au temps des apôtres entre autres ont agité la menace d'un imminent jour du Seigneur. Ainsi donc eux qui annoncent de tels signes ne sont pas comptés au nombre de ceux qui annoncent l'évangile mais au nombre des séducteurs. D'où ce que dit le Seigneur : "Cet évangile du royaume sera prêché" ne se rapporte pas à la prédication de ces vains signes, mais à celle de la foi chrétienne qui doit être annoncée sur toute la terre avant l'avènement du Christ. D'où encore Augustin, dans la lettre à Hésychius prouve que le jour du Seigneur n'approche pas encore puisque encore en son temps, il y avait des nations dans lesquelles très certainement l'évangile du Christ n'était pas prêché. Il appert que en ce signe, ils tombent dans la fosse qu'ils ont creusée quand ils attribuent aux autres une nouvelle doctrine dénommée évangile du royaume et qu'ici manifestement eux-mêmes dénomment évangile du royaume ces (prétendus) signes qu'ils affichent.

102Ces cinq derniers signes s'avèrent vains et nuls selon Augustin en sa lettre à Hésychius où il s'exprime ainsi : "Probablement tout ce qui est dit par les trois évangélistes de l'avènement du Christ, diligemment groupé et discuté, se trouve signifier que chaque jour il vient dans son corps, l'Église. De cet avènement il déclare : "Bientôt vous verrez le fils de l'homme assis", etc.

P.J.- 7. Bulle Romanus Pontifex (5 octobre 1256). (Texte latin. Chartularium Univ. parisiensis 288, p. 831-838)

103Alexandre, évêque, serf des serfs de Dieu, pour perpétuelle mémoire de cette affaire.

104- Arenga - De la tour de guet du plus haut apostolat, veillant par due fonction sur la Ville et le Monde, le pontife romain est saisi d'innombrables soucis et pressé d'infinies réflexions. Comme son siège est plus éminent que les autres, il accumule de plus impétueuses inquiétudes et son autorité plus forte lui multiplie de plus amples pensées. Comme il préside en effet de plus haut, il embrasse un panorama plus profond et plus vaste. Plus grand est son pouvoir, plus attentivement pèse-t-il le fardeau qui l'assaille. Car la sollicitude principale convient à la plus grande dignité et la charge la plus grave accompagne l'honneur le plus élevé tandis que le soin le plus généreux presse l'esprit d'aiguillons plus brûlants. Aussi lui et les autres pasteurs des peuples auxquels est particulièrement commis le troupeau du Seigneur, doivent-ils du haut de l'éminence de leurs églises, s'appliquer attentivement à leurs ouailles. Au prélat romain est crédité l'ensemble même du troupeau ; du haut du siège apostolique siège suprême des églises, il lui incombe donc de se pencher plus diligemment et d'examiner de plus pressante façon. En somme, comme ceux-ci président à leurs peuples particuliers, chacun à la vérité pour les siens, ce prélat est pontife pour tous sans distinction, gardien et responsable général de la vigne du Seigneur ; toute la bergerie catholique et de tous les pasteurs, pasteur suprême.

105Aussi pèse sur lui la sollicitude générale sur tous. Comme par là, il est tenu de jeter partout le coup d'œil de son intelligence, son esprit s'arrête assurément et vacille sous le poids d'une inquiétude si lourde et si malaisée que la force de sa déclinante vigueur (11) à peine espère pouvoir le soutenir comme il convient. Vers lui en effet de tous côtés confluent les affaires, parviennent les procès, sont déférés les doutes et adressés les problèmes irrésolus et embrouillés. Jamais ne cesse leur écoulement torrentiel ni ne s'apaisent les tempêtes puissantes et hostiles de cette haute mer. Au contraire : expédiées les choses imminentes, bientôt d'autres suivent. Et les nœuds de tant de questions entrelacées ne peuvent être dénoués par la décision apostolique sans que n'en surgissent d'autres, embarrassés et noueux, qu'il faut résoudre par une prudente délibération et une sentence réfléchie. Bien plus, qu'il ait dissipé par le verbe de sa décision la ténèbre de doutes urgents, difficiles et obscurs, aussitôt fondent des troubles nouveaux et récents à éclaircir par le verdict apostolique pour rasséréner les esprits flottants et incertains par la claire lumière d'un exposé.

106C'est pourquoi s'attachent à l'évêque de Rome la sollicitude sans loisir, le travail sans repos, les occupations sans vacance, l'exercice sans souffler, l'immense et diligente méditation et la veille sans sommeil. A peine même son instance quotidienne a-t-elle de relâche ; à aucun moment suspendue, elle ne s'arrête jamais elle-même et presse constamment car il y a toujours matière à penser et le gouffre du temps est sans fin. Mais, comme perdure son cours, les affaires ne manquent pas et dans la course des âges renaissent continuellement en leur succession.

107- Descriptio - Aux aguets à la vérité, l'ennemi antique et rusé, astucieux trompeur des âmes donne cause à un fort et brûlant souci car il est jaloux de la paix humaine, envieux de l'amour fraternel, auteur de divisions, dissipateur des unions et persécuteur chagrin du tranquille état des fidèles. Il sème les haines, accumule les rancunes, allume les meurtrissures, suscite les querelles, aigrit les tensions, attise les révoltes, et cultive les désaccords ; il retourne les cœurs de ceux mêmes qui paraissent plus fermes et plus parfaits. Il s'efforce d'installer les machines de guerre de son impiété et d'allumer les brandons de la méchanceté là où il estime devoir être le plus nuisible les efforts de sa malignité. Cet être inique cache des lacs, pose des pièges, tend des filets et intercepte et prend même les plus prudents. De là naissent les troubles, surgissent les inimitiés, prospèrent les discordes et s'engendrent les scandales. D'où ainsi le siècle, déjà glissa vers le mal, tant les méfaits grandissent et se renforcent en lui qu'à peine on y trouve place pour les choses salutaires et de là sont presque exclues les concordes comme si la discorde y avait stable résidence.

108C'est pourquoi il faut veiller d'un soin incessant que les torts et les corruptions dus à la malice soient réformés et rectifiés par la puissance de bonté, que les ruptures de la haine soient réparées par l'amour et que les ébranlements s'apaisent et s'arrêtent, que les troublés trouvent la tranquillité et que l'état des fidèles soit toujours en mieux renforcé.

109- Declaratio - Assurément, certains se vantant d'avoir l'intelligence de l'Ecriture sacrée mais se détournant du juste sens, méditèrent récemment leur malice et contre les innocents et les justes, profèrèrent une suprême iniquité, s'enflammèrent en leurs cœurs et leur langue médisante excita le dol et la méchanceté. Se dressant contre les frères ils s'en firent les détracteurs et firent paraître le scandale contre les fils chéris de notre mère l'Église. Ils s'avancèrent dis-je, et se déchaînèrent en de vicieuses fictions d'une excessive chaleur d'esprit ; ils osèrent composer un certain pamphlet très pernicieux et détestable, non raisonnable à la vérité mais répréhensible, issu non de la vérité mais du mensonge, non du savoir mais du désordre. Il n'avertit pas, il mord ; il n'instruit pas vraiment mais trompe. Ce libelle déféré au siège apostolique, nous l'avons confié pour examen à notre vénérable frère l'évêque de Tusculum et à nos chers Jean au titre de Saint-Laurent in Lucina, Hugues au titre de Sainte-Sabine, prêtres et Jean de Saint-Nicolas en la prison de Tullienne, diacre, tous cardinaux, afin qu'ils l'inspectent complètement et qu'ils regardent parfaitement et discutent diligemment tout ce qui est contenu. Ils le lurent en entier avec zèle et l'examinèrent rigoureusement et nous en firent rapport exhaustif. Nous avons découvert qu'il contient manifestement des expressions défectueuses et répréhensibles contre le pouvoir et l'autorité de pontife romain et de ses co-évêques ; et quelques unes contre ceux qui mendient pour Dieu dans la plus dure pauvreté et vainquent le monde et ses puissances par le dénuement volontaire ; d'autres encore contre ceux qui brûlent ardemment pour le salut des âmes et, s'acharnent aux études sacrées, opèrent de nombreux progrès spirituels dans l'Église de Dieu et y font beaucoup de fruit ; d'autres aussi contre le salutaire statut des pauvres ou religieux mendiants comme sont les chers fils Prêcheurs et Mineurs qui abandonnent la force de l'esprit du siècle avec ses richesses pour aspirer de toute leur application à la seule patrie céleste ; et encore plusieurs autres inconvenantes, dignes de réprobation et de mépris durable. Nous avons aussi découvert que ce pamphlet était la pépinière de grands scandales et la matière d'un grand trouble et qu'il menait à la perte des âmes. En effet, il écartait les fidèles de la dévotion accoutumée et habituelle, de la dispensation des aumônes et de la conversion vers l'entrée en religion.

110- Decisio - Ce libelle qui débute "Voici que les voyants clamèrent aux portes" et qui est appelé selon son propre titre "Bref traité des périls des derniers temps", selon le conseil de nos frères et par notre autorité apostolique, nous le réprouvons comme inique, scelérat et exécrable et nous réprouvons les enseigne-ments et arguments qu'il contient comme dépravés faux et impies. Nous le condamnons pour toujours, prescrivant sévèrement que quiconque le détiendrait, dans les huit jours après en avoir appris notre réprobation et condamnation, le fasse brûler et disparaître absolument dans sa totalité comme dans chacune de ses parties.

111- Sanctio - Et sur ceux qui mépriseraient notre ordre nous promulguons sentence d'excommunication, interdisant fermement en vertu de l'obéissance que personne n'ose approuver ledit libelle déjà condamné par le verbe apostolique, ou le défendre de quelque façon.

112Si quelqu'un l'osait, qu'il soit tenu par tous les fidèles comme révolté, désobéissant et rebelle à l'Église romaine et néanmoins d'ailleurs, nous, nous procédons contre lui de telle sorte que ce téméraire soit frappé d'une peine appropriée et que les autres ainsi apeurés soient détournés de pareilles attitudes.

113Que donc absolument aucun des hommes ne se permette d'enfreindre cette page de notre réprobation et le précepte de notre interdiction ni n'ose aller témérairement là contre. Si quelqu'un osait le tenter qu'il se mette en butte à l'indignation de la toute puissance de Dieu et de ses bienheureux apôtres Pierre et Paul.

114Donné à Anagni, le 3 des nones d'octobre, de notre pontificat, an II.

1151. - Ces chiffres renvoient à l'analyse par chapitre du Protocole d'Anagni qui suit ci-dessous.

1162. - L'évangile éternel était-il composé comme un commentaire universitaire d'alors, ou le texte de Joachim était, phrase à phrase, "exposé" en longs paragraphes de Gérard ?

117Une ou plusieurs générations de quelques mois ? Pressés de frémir à la fin du monde, les ternaristes raccourcissent le 3ème âge en un simple passage, ce qui détruit leurs homologies.

1184. - Cet autre livre de Joachim n'est pas précisé et on ne l'a pas identifié.

1195. - Semble indiquer que Gérard publie le texte de Joachim sans Commentarius scolastique, mais avec les ajouts marginaux en usage chez les scribes et professeurs.

1206. - Ajoute-t-il des interlinéaires ou paragraphes marginaux plus substantiels ? 11 ne semble pas ici que la glosa soit plus étoffée que la notula. Simple réflexion en marge et peut-être rare. En effet Gérard est peu présent dans cette étude thématique de la Commission Cardinalice.

1217. - Comme l'a vu Denifle par le manuscrit D, la suite est de Joachim. Gérard veut seulement lui attribuer l'expression "évangile éternel".

1228. - Ce présent ouvrage, la Concordia de Joachim.

1239. - Extracta de l'Introductorius par les professeurs parisiens.

12410. - P.L. 33, 906.

12511. - Dans l'insupportable rhétorique du scribe curial, percent outre la majesté du siège, la lassitude de son occupant.

Note écrite de M. Michel DUFEIL

126Après ce brillant après-midi sur l'histoire au xiiième siècle, demeure un problème : la distance entre historiens et théologiens, praxis et théôria.

1.- Abîme

127a) Les historiens professionnels contemporains ont tendance à quelque secret mépris pour les concepts scolastiques d'histoire, ou à propos de l'histoire, exposés par des théologiens et qui effectivement concernent au premier abord fort peu leur métier. Cela les concerne toutefois sur un point, radical, celui justement souligné en d'autres termes par Monsieur Vignaux : la nature des penseurs de l'époque fait partie de la connaissance qu'ils doivent en avoir et en donner. Il faut donc accepter cette vérité historique des concepts scolastiques sur le temps et le devenir.

128b) Mais que dire de ce sempiternel refrain des "thomistes" attardés qui délivrent au xxème siècle finissant des élaborations "modernes" de logiques scolaires d'il y a sept siècles ? Sinon que les historiens ont raison d'être las ! La théologie s'abâtardit en narration dès qu'on laisse la parole aux historiens et l'histoire s'évade et s'évapore dans des considérations mystiques ou absconses. Celui qui cherche dialectiquement le sens de l'histoire au xiiième siècle risque certainement de sombrer ou de paraître sombrer dans cet abîme qui divise les deux manières de réfléchir. Malentendu de sourds.

2.- Dialectique

129a) Historia pauvre. Pour que jaillisse la Aufhebung, il convient de rapprocher les deux pôles. Il n'y a pas histoire quand on déroule seulement une série temporelle racontée. Ce sens plat provient du lexique pauvre du xiiième siècle où le mot historia était exsangue ; il est curieux de constater que des historiens contemporains, par peur du concept abstrait, se réfugient dans cette médiocrité. Pour qu'il y ait histoire il faut parvenir à un concept universel et n'importe quelle idée facile et banale sur la durée et la succession risque au contraire d'évacuer l'histoire.

130b) Théologie pessimiste. Ainsi les narrations et élucubrations plus ou moins pieuses et missionnaires sur les âges et les empires ne font pas le compte. Malgré l'apparence, sont plus légers encore les systèmes de mépris et d'évacuation du temps, traditionnellement coincés contre l'exitus plotinien, entre la caverne de Platon et la notion de péché selon Augustin. Les historiens hélas ne sont pas les seuls à sombrer dans la première faute ni les théologiens dans la seconde.

3.- Concept

131a) La première démarche est pour nous d'exclure le concept de monde en devenir où l'accent est posé sur le monde, c'est-à-dire sur l'être, tandis qu'en référence seulement secondaire apparaît le devenir où s'insère l'histoire. Ce regard porte inéluctablement des considérations fixistes ensuite corrigées par l'entrée tardive du mouvement. Quelques historiens s'y retrouvent hélas avec bien des théologiens. La contemplation des essences n'est pas loin qui écarte définitivement l'histoire.

132b) Pour qu'on puisse parler au sein d'une philosophie ou d'une théologie de "sens de l'histoire", car il ne s'agit pas ici de Joinville ni de description mais d'histoire conceptuelle, il faut et il suffit que se présente un concept du devenir temporel de l'univers. C'est-à-dire qu'il faut à ce moment de la cogitatio porter le poids premier sur le devenir temporel et non sur ce qui devient, sur le processus et non sur l'objet ; et de noter que tout devenir n'est pas temporel…

Conclusion

133Simple est donc le secret de cette affaire. Thomas d'Aquin, grâce à Aristote certes et au fieri de la puissance vers l'acte, a ainsi élaboré un concept de ce type limpide et raffiné. Il semble qu'il soit le premier à l'avoir fait définitivement (au niveau de la définition et de manière à n'y pas revenir). La liaison est éclatante, contre tout platonisme, avec sa découverte personnelle de la consistance concrète de l'existant : le jeune théologien a découvert que l'univers réel, et tout être concret qui le compose, ont - essentiellement - dans leur exister vrai, de devenir dans le temps.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540