Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Trois "sens de l'histoire" affrontés vers 1250-60

Congrès CNRS, 1274 - année charnière, Lyon-Paris, 1974

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf ma récente thèse, DUFEIL, La Polémique.

1Il y eut dans la Chrétienté occidentale, au moment où elle achevait de naître en Europe, une crise de pensée qui s'irradiait depuis l'université de Paris jusqu'aux horizons lointains de la mission1.

2Représentant les intérêts immédiats et inconciliables de secteurs différents du clergé, pour lors à l'apogée de sa maîtrise sociale, des professeurs se disputèrent longuement, âprement, gravement sur des formules, des droits, des théories théologiques, en réalité sur des tendances et des mythes opposés. Les uns, chanoines traditionnels, cooptés ou népotiques, se sentaient agressés par les autres, maîtres religieux des nouveaux Ordres Mendiants, nommés ou élus. Les avoirs et prébendes statutaires des premiers, notables amis des notables - avoirs en terres, dîmes, fermages, patronages, revenus et maisons - étaient en somme surtout ruraux ou au moins paroissiaux et en quelque sorte, localisés, fixés. Les autres implantaient alors leurs couvents urbains dans l'insécurité foncière et la médiocrité immobilière, grâce cependant à la faveur des grands, rois, reines, princes, comtesses et puissants évêques ; ils s'appuyaient sur les jeunes, les femmes, les inquiets, les ascètes, les aristocrates éclairés, les marginaux et vivaient, alors concrètement, de mendicité, c'est-à-dire de liquidités immédiates issues des classes marchandes ou des piécettes d'un petit peuple de faubourgs en croissance. Deux économies, deux modes de vie, deux structures, deux mythiques impénétrables l'une à l'autre. Leurs querelles aboutirent forcément à opposer deux visions de l'évolution. Les nantis virent en ces nouveautés l'approche des catastrophes, une dégénérescence, une route de fin du monde ; leurs adversaires à l'inverse y contemplaient la porte étroite des persécutions grandioses vers un âge d'or du nouvel Esprit.

3Comme nous avons la chance de rencontrer aussi dans cette polémique un Thomas d'Aquin pour renvoyer dos à dos les deux mythiques et offrir un rudiment de construction rationnelle du sujet, c'est bien trois conceptions de l'évolution humaine, trois mythiques sur l'Histoire que la querelle nous offre.

I.- Frère Gérard, le visionnaire malencontreux

A.- Généralités

1. Biographie

  • 2 S. 236 et 455.
  • 3 Ibid.
  • 4 S. 237 et 459.
  • 5 S. 458 et 236.
  • 6 Cf Grundmann, Russo, Bondatti et les ouvrages précisés aux notes 182-234 des p. 120-127 de M.M. DU (...)
  • 7 Protocole, p. 111 mil. (Joachim : uiuificantem spiritum… ad predicandum euangelium regni in uniuer (...)
  • 8 Le Protocole n'étudie rien de plus.
  • 9 C.U.P. 272 n° 243, Cf n. 8.
  • 10 S. 237 et C.U.P. n° 257.
  • 11 S. 460.
  • 12 Angelo Clareno, éd. Ehrle A.L.K.G, II, 276-84.
  • 13 S. 238, pour un résumé, DUFEIL, Polémique, 124-27 et E. JORDAN D.T.C., 8, col. 1443-44.

4Gérard de Borgo San Donnino est né en Sicile2 et y fit ses premières études ès arts3. C'est comme son nom l'indique au Couvent de Fidenza, alors Borgo San Donnino, qu'on l'agrégea à l'Ordre de saint François mais c'est au titre de sa province natale qu'on l'envoya terminer ses études à Paris4 où nous le trouvons lecteur en théologie et bon religieux, intelligent, sociable et apprécié5. En 1254, il entreprit la publication, en série signifiante, de trois ouvrages du célèbre abbé calabrais Joachim de Flore6 : Concordia ueritatis, Lectura in apocalypsim, Psalterion decachordarum, qu'il faisait précéder d'un Introductorius de son cru en intitulant le tout Euangelium eternum ; cette expression de Joachim visait le suc spirituel de l'Evangile tandis que pour Gérard elle désignait un troisième testament sublimant et remplaçant le nouveau7. Seul le premier volume comprenant l'Introductorius et la Concordia eut le temps de paraître8. Immédiatement et furieusement pourchassé par le parti universitaire et canonial des maîtres séculiers qu'animait alors le célèbre Guillaume de Saint-Amour, ce premier tome fut saisi, traité par la méthode trop connue du Syllabus, c'est-à-dire condensé en damnables extraits9 et déféré à Rome par l'évêque de Paris Renaud III Mignon de Corbeil. Suspect à son Ordre et entêté, Gérard perdit son lectorat ainsi que le droit de prêcher et confesser et le provincial Maurice de Provins, dispersant les joachimites le relégua en Italie10, punition étrangement semblable à celle qui fut infligée bientôt à son principal ennemi, Guillaume de Saint-Amour. Il fut désormais interdit de publier chez les Mineurs sans l'avis préalable du ministre et des diffinitores au chapitre provincial11. L'Ordre entier gravement ébranlé par cette affaire car il était parcouru de courants joachimites, le général Jean de Parme fut démis et remplacé par Bonaventure en 1256-1257. Un des principaux socii du ministre général, frère Léonard fut accusé avec Gérard ; ils s'entêtèrent dans leur procès intérieur à l'Ordre à défendre Joachim et à soutenir le mouvement "spirituel" et l'approche de la fin du monde. Condamnés à la prison perpétuelle au pain et à l'eau, les deux illuminés vécurent en cantiques dans la joie12 que cette "persécution" procurait à leur cœur enfiévré de mythes et, privés de sépulture ecclésiastique, ils furent enterrés au coin d'un jardin conventuel13.

2. Destinées de l'Introductorius

  • 14 Ed. DENIFLE, A.L.K.G, I (1885), 99-142.
  • 15 Cf infra P.J. En raison de leur accessibilité en imprimé et en latin on a cru bon de les donner ic (...)

5Examiné par une commission de trois cardinaux, l'ouvrage fut condamné, et efficacement pourchassé et brûlé, il est entièrement perdu. Les extraits des professeurs parisiens et les renvois, avec quelques lignes textuelles, du Protocole d'Anagni, dressé par la commission cardinalice14 permettent cependant une reconstitution hypothétique, à la manière des archéologues du Borobudur et d'Angkor, par anastylose, en reprenant les bribes dans la succession des chapitres. On dessine ainsi de façon satisfaisante le plan d'ensemble de l'ouvrage15.

  • 16 canon 2.
  • 17 M.M. DUFEIL, Polémique 56 ; Cf index vision divine et bibliogr. notes afférentes.
  • 18 A.L.K.G, I, 101 ligne 10.
  • 19 S 456.

6Il y a peu d'idées de frate Gherardino qui ne soient à survoler, car leur densité métaphysique est celle d'une nébuleuse. Pneumatisme hellénisant et entêtement à défendre d'hérésie le naïf trithéisme de Joachim condamné au concile du Latran IV16 ne sont peut-être qu'un label de patriotisme régnicole, un immense amour de Fiore. Bien méditerranéen de même, apparaît ce goût pour le dénuement et la persécution, table d'émeraude mystique du bonheur, au lieu d'une simplette quiétude. Contre un Dieu incarné trop concret, le retour à l'inaccessibilité du Transcendant s'inscrit bien dans les querelles du temps17. Mais comment ne pas voir ici encore un rétrécissement et à la limite un infra-arianisme de village dans cette insistance sur l'homme dans le Christ homo christus Jesus18. Dans la conversation19, Gérard vaticinait ses prédictions catastrophistes en vue d'étayer ses rêves et son ascèse assoiffé d'absolu. Il a contribué à nourrir et à nommer le courant spirituel de l'ultra-franciscanisme déchaux. Mais ce qui nous importe dans son discours est sa vision de l'histoire.

B.- Visionnaire sur l'Histoire

1. Film

  • 20 Impossible de faire les renvois détaillés à l'anastylose jointe en P.J. Entre parenthèses, rajouts (...)

7L'histoire de l'humanité est un escalier qui monte (du péché d'origine)20 vers le bonheur, vers l'idéal rêvé ; trois marches se succèdent qui représentent chacune un progrès sur l'autre. (Après la chute d'Adam) Dieu le père dans un premier temps d'énigme et de crainte qui est comme terre, comme gangue, comme (obscure) clarté des étoiles, opère et crée un premier statut du peuple, celui de la loi. Il l"inaugure à travers trois grands hommes, Abraham, Isaac et Jacob entouré de ses douze fils. Comme mûrit cette première réparation (d'une nature faussée), ce qui ne tend pas au stade suivant, périme et est rejeté, euacuatur.

8A travers trois grands hommes alors, Zacharie, Jean-Baptiste et Jésus avec ses 12 apôtres, Dieu le Fils restaure l'humanité en un second statut avec un second sacerdoce ; c'est le temps de l'Eglise sous le nouveau testament, celui de la grâce. Ce temps de la foi est clarté lunaire, comme eau et tête. Au bout de son temps mystique arithmétiquement précisé de 1260 ans (sur la base d'Apoc. 12, 14, péricope issue elle-même de Dan. 7, 25 et 12, 7), l'esprit de vie se retire aussi du nouveau testament, évangile littéral de vérité partielle vue dans un miroir qui doit, conformément à 1 Cor. 13, 2 être évacué devant le parfait.

9Dieu le Saint-Esprit alors opère à son tour à travers la tribulation qui approche et suscite un Ordre de Nu-pieds qui prêche un homme spirituel et vit un troisième statut de plus grande grâce avec un troisième testament qui procède des deux premiers, les dépasse, les implique et les exclut. Cet Evangile éternel, ce sont les trois livres susdits de l'abbé Joachim, Concordia, Apocalypsis et Psalterion. Ce temps de charité et de vision directe est comme le noyau des deux autres, semblable au feu et au soleil. Les trois grands qui annoncent et préparent ce troisième statut apparaissent au sixième ange sonnant de la trompette (Apoc. 9, 13). Ce sont l'homme vêtu de lin aperçu par le prophète Daniel (12, 6) sur la rive du fleuve c'est-à-dire Joachim, auteur de l'évangile éternel ; puis l'ange ayant une faucille aiguisée (saint Dominique) et l'ange qui eut le signe du Dieu vivant, François le stigmatisé avec ses douze premiers compagnons. Les sept tonnerres ou mystère des sept sceaux de ce livre, l'évangile éternel, ouvrent le temps du retour d'Elie. Ce temps de générations brèves est celui de la prédication jusqu'aux extrémités de la terre devant les persécutions corporelles et spirituelles, devant l'abomination de la désolation (Dan. 9, 27 et Mat. 24, 15) qui est tout bonnement un pape simoniaque sur le siège de Pierre. Alors apparaîtra l'antéchrist et après un bref intervalle de paix, une persécution terrible précédera la consommation.

2. Commentaire

10La rigueur des parallélismes entre les temps de chacune des personnes de la Trinité serait par elle-même assez puérile et peu de lecteurs admettront cette simplification vaticinée des homologies de l'histoire réelle, ondoyante et diverse. Mais cette rigueur n'est qu'apparente et le pire déterministe rationaliste y trouverait au contraire des failles qui laissent rêveur : eau, terre et feu… où est passé l'air ? Deux antéchrists et deux fins du monde se chevauchent autour de 1260 avec la grande consommation, fin du monde à part entière que précède une fin du monde miniature. Si le Christ n'est pas l'homme définitif, pourquoi François porte-t-il les signes de sa passion ? Il eut fallu, en saine homologie, que le troisième homme du temps suprême fut supérieur à celui du second statut et que Jésus antétype de François en portât le signe. Les cardinaux d'Anagni insensibles au blasphème écrivirent fatuitates ! Le caractère contradictoire de cet hyperchristianisme exigeant qui minimise l'évangile et évacue l'incarné, le charnel au profit du pur spirituel est involontaire sarcasme de soi-même. Le trithéisme naïf de Joachim qui accusait Pierre Lombard de quaternarisme parce qu'il insistait sur l'unité divine, détruit la Trinité qu'il voulait magnifier. Cette façon de ramener la Trinité à une triade inspirant un univers où tout serait bâti sur une grille ternaire, révèle seulement un type d'esprit fermé à la transcendance et qui pollue assurément la métaphysique dans la banale superstition. Tout cet enthousiasme brûlant est en définitive littérature d'illuminé. Le troisième âge anticipe vulgairement sur le Paradis, sur l'état béatifique et se roule dans la commune ornière du millénarisme. On a envie de sourire. Joachim rêvait grandiosement à des billevesées insanes, Gérard ramène le rêve à l'art de l'apprenti bateleur qui ne sait même pas combien c'est un jeu.

11Dans son évidente pauvreté, il faut cependant définir ce "sens de l'histoire". Il est d'abord purement spiritualiste, écartant totalement le cosmos et ne donnant de ligne qu'à l'espèce humaine. Cette équivoque idéaliste toujours vive au xxème siècle ne mérite aucun commentaire. En second lieu, il faut noter l'unicité du processus : il ne se passe qu'une seule chose, il n'y a qu'une ligne, l'histoire est moniste, isotrope, univoque. Si bien que la procession des stades et des testaments, le premier et le second spirant ensemble le troisième - décalque trinitaire n'est absolument pas une Aufhebung dialectique. Enfin cette ligne en double baïonnette par coudes brusques quand le Père puis le Fils passent la main, connaît sa seule singularité dans la crise qui présage le ressaut. Pour rassurer les ratés, de même, les voyantes annoncent que le pire prépare le mieux. Il s'agit donc d'un désespoir vêtu d'illusions. L'action de l'homme mène à des chutes qui vont s'accélérant jusqu'au brusque miracle divin qui répare d'un coup l'histoire. Trois fusées divines suivies de trois décadences humaines. Il y a chez quelques soufis une vision comparable de la nullité de l'homme et des actes réparateurs de Dieu, à intervalles. Le style même de ces vaticinations évoque le sud de la Méditerranée ; la bande Indes-Antilles est en effet le lieu climatique et économique du vaudou et des cultes de possession. Gérard hélas apparaît bien comme un sous-développé.

II. - Guillaume de Saint-Amour

  • 21 M.M. DUFEIL, Polémique, 353-55.

12Ce célèbre maître, professeur de théologie à l'Université de Paris vers 1250-1252, cassé en 1256 comme chef de la querelle, n'a pas besoin d'être présenté21. Mais il convient de faire le tour rapide d'un "sens de l'histoire" dans ses écrits. A l'inverse de Gérard, l'œuvre entière n'est pas en cause : le frate ne pensait qu'à changer le devenir ; le chanoine se contente de défense corporative. L'autre adversaire, frère Thomas, est tout histoire et le plan de la Somme de théologie est celui d'un processus. Guillaume à l'inverse cherche à fixer des définitions ne varientur. Anhistorique doit cependant se plier au réel qui n'est pas fixe et des approches d'histoire s'imposent à plusieurs détours jusque dans les œuvres de Guillaume.

A.- Les écrits

  • 22 Ibid. 84-86 C.U.P. 200, statut sur les promotions aux chaires de théologie.
  • 23 In posterum, désormais ; opportuno tempore ; actualiter ; de cetero dorénavant ; presumpser princi (...)
  • 24 magisterium multiplicationem, plures magistri fieri, sequuntur ordine, consensum renouantes.
  • 25 SERITTI, 2 vol. éd. B. Boncompagni 1857-62.

13Dès la première restriction apportée à la présence des maîtres Mendiants dans l'Université, au moment où Guillaume paraît au consortium collégial des régents en exercice, en février 125222, le flux temporel, c'est-à-dire l'histoire, jaillit par les fissures mal étoupées de la pensée du polémiste. Outre les termes incluant la temporalité23, il y en a24 qui impliquent une attitude à l'égard de l'historicité, une inquiétude à l'égard du développement exponentiel, un demi-siècle pourtant après les considérations de Fibonacci sur les intérêts composés et la génération des lapins25. Surtout le cum grande fidei periculum immineat renferme une peur théologique et l'appréciation d'une crise de l'histoire qui approcherait.

  • 26 C.U.P. 219 et 230 : nos igitur ; pendente negocia ; Super transacta quadragesima ; porro tempore p (...)
  • 27 Exemple p. 257 in C.U.P. 230 : speculatores domui Israël (Ezech. 33, 7).

14Les documents universitaires de 1252 et 125426 sont des textes narratifs et bibliques, mais ils sont trop collectifs pour être attribués au seul Guillaume. D'ailleurs ce recours au bon samaritain -semiuiui - comporte une typologie morale allongée dans le temps, un exemplaire permanent de l'homme issu du nouveau testament. D'autre part, l'explication historiciste par une narration événementielle se met au service d'une thèse, d'une politique. Or, ces deux attitudes conceptuelles, extrêmement fréquentes encore au milieu du xxème siècle, sont celles de tout le monde au milieu du xiiième. La première, l'idée d'une typologie commune de l'espèce rattachée à un mythe moral est d'ailleurs métaphysiquement beaucoup moins naïve que la seconde. Le document de 1254 contient aussi davantage de passages donnant envie de les attribuer à Guillaume, que celui de 1252. Or, cette participation porte plus sur l'aigreur des réactions que sur une temporalité des concepts. Enfin les flots rhétoriques sont du même style méditerranéen que les bulles pontificales de ce milieu de siècle. L'argumentation à partir de péricopes scripturaires tronquées ou détournées27 est alors banale. Mais elle part aussi parfois du sens allégorique : ne pas labourer avec âne et bœuf ensemble (Deutéronome 22, 1O), signifie ne pas mettre Mendiants et chanoines dans la même université ; aujourd'hui on demanderait lequel de ces universitaires devait être pris pour un âne et lequel pour un eunuque. L'idée toutefois de veiller aux portes d'Israël et d'annoncer l'approche des dangers, est une idée chère à Guillaume et c'est en somme une idée prospectiviste sinon historielle.

  • 28 C.U.P. 236 et 240 ; Cf M.M. DUFEIL, Polémique 114-15 et 127-35.
  • 29 assidue pro etate, statim, temporibus congruis, petita prius, remota, prima diei parte, diebus dom (...)

15Dans cette certaine, incertaine, mesure où l'on peut attribuer à Guillaume les deux bulles aberrantes qu'Innocent IV lança en 1254 contre les privilèges des Mendiants en matière paroissiale28. Aucun flux historique n'en affecte les concepts ; seules quelques rares expressions ont une connotation de temporalité29. Le fond est juridique, partant statique : il ne s'agit même pas de fixer mais de restreindre, et le periculum à venir est lui-même ici édulcoré. Dans la mesure où un pape isolé et vieilli a soutenu l'une des opinions de Guillaume, un formalisme juridique, il a pour ce faire évacué sa vision de l'histoire. Celle-ci réapparaît par à-coups mais en pleine vigueur dans les disputationes et les sermones.

  • 30 Op., 87 haut.

16L'ordre chronologique probable30 nous présente d'abord le de quantitate elemosine. L'historialité, le lien à l'histoire, de ce texte est mince : des citations de Bible, d'Augustin, de Conciles, ne nous révèlent qu'un certain désordre dans l'emploi des auctoritates passées. Ce goût du temps est mieux formalisé, mieux temporalisé, et devient meilleur argument, d'ailleurs a temporel, chez les contemporains et surtout les adversaires de Guillaume. De même l'utilisation de l'anecdote du manteau de saint Martin ne dépasse pas l'usage banal d'un exemplum de prédicateur. Seul le Respondeo dicendum secundum magistrum Guillel-mum altissiodorensem qui veut camper l'opinion de notre disputeur présente un intérêt, mineur. Cette expression ne révèle pas un type de pensée ou de méthode mais un lien personnel, historiel, entre maître et disciple, nous découvre un événement secondaire. Rare était encore l'attribution d'autorité à un contemporain mort depuis peu, sauf à se proclamer son disciple.

17On rencontre ensuite la disputatio de ualido mendicanti où la catégorie de l'historique de même est absente, celle de l'historial aussi et celle de l'historiel toujours superficiellement représentée : saint Benoît, au 11e sed contra, l'anecdote de Giezi développée avec délices au 22e. Les pèlerins et étudiants, pauvres et faibles qui mendient exceptionnellement sans en faire une profession nous croquent rapidement un paysage d'actualité qui est le plus intéressant du texte pour notre domaine. Mais toujours rien ne concerne le mouvement temporel d'un phénomène, l'histoire.

  • 31 M.M. DUFEIL, Polémique, 180 sv. Texte sclérosé in Bonaventure op. 5, 134-80 ; vivante reportatio p (...)

18Dans la grande et amère disputatio de la fin de 1255 contre Bonaventure on trouve ces mêmes éléments, plus nombreux encore, repris des deux questiones précédentes : anecdotes bibliques, péricopes, citations, des Pères et des deux Droits, exempla des saints, brefs traits d'actualité constatant le recul de la famine. Mais une rapide empoignade y oppose en plus Guillaume et Bonaventure sur le joachimisme : vers la fin du monde le peuple chrétien en revient à l'ascèse initiale, affirme le Mineur ; l'histoire n'a pas de structure ternaire, c'est hérétique, hurle le séculier survolté et ravi d'une telle gaffe qui lui donne prétexte à un tendancieux amalgame31.

  • 32 Ed. FARAL, A.H.D., 18 (1951), 342, 344.
  • 33 Ibid. 347.
  • 34 344, 348, 350.

19La première moitié de 1256 fut occupée pour Guillaume de Saint-Amour par une série de sermones et de refontes successives de son œuvre polémique la plus importante, le de Periculis. Des sermons, la plupart ne nous sont connus que par de brèves allusions dans une cédule d'accusation au procès que Guillaume dut soutenir à partir de l'automne auprès de la Curie romaine. Rien de majeur n'en sort concernant l'histoire. Le sermon de février à Mâcon nous découvre la présence d'un puissant mouvement de pauvres, béguins et Sachets dans les villes du moment en France32. Le sermon des Rameaux avance seulement quelque erreur historielle sur saint Hilaire33. Le sermon du Jeudi-Saint semble n'avoir rien porté de plus que les auctoritates ordinaires et l'allusion à Joachim dans le sermon de l'Ascension est purement anecdotique et polémique, sans portée sur son sens de l'histoire. Il s'occupe surtout peut-on croire de la pauvreté et de la prédication ; à propos de Joachim, il évoque ses défenseurs romains34.

  • 35 Op. 491-506.
  • 36 Ibid.
  • 37 Op., 491-506 ; p. 493, 499, 500.
  • 38 493.
  • 39 497.
  • 40 501.
  • 41 502-506.
  • 42 506.

20Le sermon du lundi 1er mai par contre porte, non sur les saints apôtres Jacques et Philippe dont on omet expressément le panégyrique, mais sur le periculum35. Ce terme chez notre auteur est explicitement eschatologique. A travers l'hypocrisie, réputée lèpre principale de l'Eglise, Guillaume affirme l'arrivée des périls, les définit, désigne par élimination leurs fauteurs et évoque, bon publiciste, les martyrs et confesseurs éponymes des clergés qu'il veut séduire : Denis, Nicaise et Hilaire, goût historiel mineur déjà relevé chez lui. Peu après une incantation répétitive sur Iamnes et Mambres mages du Pharaon, il aboutit à vitupérer sa bête noire, l'Évangile éternel36. A cette époque du printemps 1256, Guillaume avait terminé la plus importante rédaction de son de Periculis, la troisième et ce sermon en est souvent un résumé limpide. Mais c'est aussi un appel général à toutes les conditions sociales, à tous les statuts, un véritable état du monde : princes, barons, chevaliers, bourgeois bene uestitos37, évêques38, magnats, nobles, clercs, religieux, séculiers, petits clercs39 en chapes rouges à manches ou dignes prêtres à manteau clos40. Aussi est-ce assez révélateur de constater que cette œuvre, le plan le plus complet et le mieux organisé des idées de Guillaume, se termine par Achitofel et l'Antéchrist41, par les signes des temps et la prétention attribuée aux Mendiants d'être un moment neuf de l'Eglise par eux illuminée comme jamais42.

  • 43 Prologue et ch. 1, p. 17, 18, 20.
  • 44 ch. 2-3, p. 21-27 et 29.
  • 45 ch. 4, p. 30 et ch. 5-7 ; et ch. 11, p. 45.
  • 46 ch.8, p.37.
  • 47 op., 44-45 Cf n. 99.et 71.
  • 48 p. 38-41.
  • 49 ch. 9-10, p. 42-44.
  • 50 ch. 12, p. 52-53.
  • 51 ch. 13, p. 53-56.
  • 52 p. 56.
  • 53 3° 15° 16° 18° 22° 28° 37°, pp. 58, 62, 64, 67, 70.

21L'œuvre principale de Guillaume est bien sûr ce pamphlet bien connu qu'il intitula "des périls des derniers temps". L'ambiguïté même du titre recouvre tout notre sujet. Le xiiième siècle était-il la fin du monde ? Guillaume part d'une opposition entre les philosophes païens qui refusent la vérité et les maîtres parisiens qui la détiennent et il annonce les périls du temps de l'Antéchrist43. Il décrit ensuite, à son goût, l'ordre définitif de l'Eglise et désigne la série historiale des persécutions qui l'assaillent44. Il dénonce les périls en faisant une homologie historiale entre les mages du pharaon45 et les porteurs des périls de son temps. Ceux-ci ne sont pas loin, il faut déjà lutter pour les repousser46. Cette contradiction, annoncer la fin du monde et la combattre, se dresser contre l'inéluctable, pourrait être une imprégnation de stoïcisme47. En tous cas Guillaume croit ergo nos sumus in ultima etate huius mundi et attend cette année dévoilée par ses adversaires et dont il accepte la valeur eschatologique. Une homologie encore entre les temps et les signes de Babylone et ceux de l'Eglise lui permet d'avancer que le Mane, Tekel, Fares est dès lors sur les murs ; et c'est la parution au parvis Notre-Dame, de l'Évangile éternel maudit48. Que les évêques qui guettent aux portes se réveillent49 ; qu'on prive les fauteurs de fin du monde du droit d'enseigner, de prêcher, de confesser, de mendier, d'exister. Ici Guillaume reprend partie de sa dispute contre Bonaventure en décembre dernier ; est-ce une fierté ou au contraire un aveu qu'il trouvait la questio mal réglée50 ? Ces fauteurs se trouvent aisément parmi les chrétiens, les religieux, les plus savants et apparemment les plus saints : pouvait-on, aveu encore, mieux désigner les Mendiants51 ? Ils sont devenus traîtres au Christ et membres de l'antéchrist : la disputatio de Guillaume est posément eschatologique52. Parmi les signes de l'énorme et dernier chapitre 14, la plupart sont statiques et résonnent des querelles du moment, parfois mauvaises querelles ; quelques-uns ont des connotations d'actualité ou d'évolution53 : quando, primo aduentu, le fréquentatif cursitandum. Mais surtout est historique l'homologie entre Jonas qui fuit Ninive et les Mendiants qui préfèreraient, selon Guillaume, ne pas aller prêcher aux musulmans.

  • 54 Ed. CLASEN, Cf DUFEIL Polémique, 229.
  • 55 Ibid. 248 sv.
  • 56 Ibid. 251. Cf texte Op. 7-16 ; 10-11 ; 12, 13, 16 (Oza).

22Trois sermons encore occupèrent l'été. Celui de juin54, pour la Pentecôte, attaque vivement le roi Louis en pleine actualité mais ne développe pas de thème spécifiquement historique. Celui de juillet, dont le texte est perdu et qui fut prononcé aux Innocents55 semble dans le même cas. Celui du 20 août enfin, le plus coléreux, est une virulente attaque des Mendiants croqués en pharisiens tandis que, prétexte pris dans l'évangile du jour, Guillaume n'hésite pas à déclarer les séculiers humbles pécheurs tel le publicain. Un exposé de quelques problèmes brûlants (travail manuel, chaires universitaires, prédication) et une allusion biblique au lévite Oza foudroyé par l'arche, encadrent deux marques d'un certain sens de l'histoire : les signes des hommes périlleux et la série, homologue, des périls anciens : Arius, Sabellius, Eutychès et Nestorius56.

  • 57 Ed. FARAL, A.H.D. 18 (1951) 358-59.
  • 58 Ibid. 353.

23Dans la défense de Guillaume durant son procès en Curie, il cherche à nuancer les violences verbales qu'on lui reproche mais les aggrave parfois. Des périls de fin du monde dont on veut lui faire sentir le ridicule vers 1256, il maintient la nécessité de les prêcher au peuple57 et qu'ils sont entamés par son propre martyre : et reuera quod uerebar accidit58.

  • 59 Op., 111-487.
  • 60 Prologue et Distinctio prima, 111-13 115, 124, 126, 129, 133, ; Iamnes et Mambres, 205 ; antéchris (...)
  • 61 130-31 sv.
  • 62 Cf DUFEIL Polémique, 329-31 ; éd. MARTENE, Amplissima Collectio ix, 1271-1476 ; voir col. 1283-89, (...)

24Enfin, dans l'amer venin répétitif distillé par le vieux banni, les Collectiones Catholice et Canonice Scripture59, apparaît la même doctrine. Tout le début déroule à nouveau et sans aucune invention les périls des derniers temps, ceux de l'Antéchrist60 ; on retrouve l'homologie des persécutions anciennes et des actuelles61 et, décuplée, la longue trainée des exempla et de péricopes démultipliées par glose, Droits et Pères. Enfin allusions à l'actualité et disputationes désormais factices puisqu'il n'y a plus d'adversaire présent, se terminent encore par des signes… Le même "sens de l'histoire", le même style, la même attitude et rien de neuf en somme, voilà ces Collectiones, simple amplification du De Periculis. Même un disciple fidèle et admiratif comme Nicolas de Lisieux, présente à peine plus tard, vers 1267, un style plus souple, une phrase plus fluide, une connaissance plus moderne des séries historiques62. Guillaume n'a pour sa part pas changé.

B.- Vision

1. Etat

25A travers ce rapide survol des points des œuvres où il émerge, est apparu le sens de l'histoire de Guillaume de Saint-Amour. B convient désormais d'en formaliser l'expression, de le saisir et de le caractériser comme doctrine. Il appert certes que l'indéniable existence d'une attention à l'histoire ne constitue pas pour autant une exceptionnelle densité intellectuelle. Mais les structures révélées par ces concepts et qu'il faudrait débusquer, ne peuvent nous être indifférentes en aucun cas. Même si la métaphysique est aussi faible ici qu'il y paraît à l'abordage, la tendance n'en sera que plus limpide. Si l'historien ne découvre pas un grand système universitaire, il lui reste un précieux témoin sociologique d'un type d'esprit. Et de toutes façons en face de Gérard.

  • 63 Mages du Pharaon, Babylone, fin du monde.
  • 64 M.M. DUFEIL Polémique, p. 28, 160, 211-212, 257.

26On ne déniera à Guillaume de Saint-Amour ni son sens des homologies, rapprochant les éléments semblables de deux périodes distinctes dans des structures différentes63, ni son intérêt pour l'histoire. On accordera encore que la place de ce deuxième élément, quasi permanent, n'est généralement qu'épisodique, abordé par le narratif ou surtout par la référence à une auctoritas. Car sa connaissance du passé est littéraire et mythique. Elle porte sur la lettre et les textes et demeure fixée à ce qui s'écrivait traditionnellement. Partant du besoin d'accumuler des arguments lus, souvent mal lus, et non d'un choix conceptuel, elle s'occupe du passé des textes et selon les scolies, non selon le réel. C'est une mythique enfin puisque c'est un passé projeté comme idéal et argument. Il y avait là, en face d'adversaires doués d'un flair, disons néocritique64, matière à infériorité.

  • 65 D.P., cap. 3 ; éd. op., 29. Sermon des SS. Philippe et Jacques 1er mai 1256 (p. 496) C.C.S., 129-3 (...)
  • 66 D.P., c. 2 = Op., 26. C.C.S., la dist., p. 186.
  • 67 D.P. fin c. 13 et C.C.S., Op., 56 et 136. Thomas d'Aquin est d'accord sur ce mythe ~membra eius (a (...)

27L'histoire pour Guillaume se présente en somme comme référenciée sinon à l'éternel du moins à l'immuable par origine, structure et finalité. Par ses origines, car l'écoulement dans la durée se passe à consommer Pères et autorité et à lutter contre les persécutions qui se succèdent en rythme65. Par sa structure, car la hiérarchie de l'Eglise est modelée ne uarietur sur celle des anges66. Par sa finalité, car après la crise terminale de l'antéchrist qui approche, la perfection copiée, pastiche, de l'Eglise va retrouver son modèle paradisiaque dans le bonheur éternel. Le mal lui-même n'est qu'une inversion et les mauvais sont des traîtres émoulus de l'Eglise, membres de l'antéchrist comme les fidèles sont membres du Christ67. L'idée baroque, et stupide, d'un anti-corps mystique de Satan, n'est pas loin ; elle apparaît dans cette direction.

28Le monisme de cette conception de l'historicité est total. Pourvue de peu de signification, l'historialité n'est que séries de mauvais moments à passer loin du sein douillet d'Abraham. Ajouté au tempérament vitupérateur et querelleur de Guillaume, ce trait eut levé chez les anciens psychologues du dernier demi-siècle le topos œdipien, aujourd'hui néantisé d'avoir collé à tout et à n'importe quoi. Le mouvement de l'histoire allant des pères (bibliques comme Job ou ecclésiastiques comme Jérôme) au Père, en gardant une église rivée sur son modèle céleste est à peu près dépourvu de sens, simple piétinement dans le même marais avant la délivrance. La progression des trois persécutions n'est qu'un alourdissement régulier de l'enlisement après chaque effort.

  • 68 D.P. deb. cap. 8 ; Op., 37.
  • 69 Ibid. p. 37.
  • 70 Toute l'œuvre ; opposer en particulier c. 8 et c. 2 du D.P.
  • 71 Remarque en conversation de ma collègue d'histoire ancienne de Dijon, Mlle Perrin. Cf. sup. n° 41.

29Le sens de l'histoire de Guillaume comporte le recouvrement des âges, le cinquième et le sixième vibrant ensemble "cum qua currit"68. Il paraît préférable de ne pas inférer ici une arithmétique surréaliste mais bien un seuil relais de deux stades, celui qui s'efface demeurant quelque temps survivant rémanent et donc contemporain du suivant déjà en cours de développement. Le dernier moment approche, "prope sumus finem mundi"69. Ce catastrophisme choisi70 s'accompagne aussi de triomphalisme, de la certitude répétée par Guillaume avec vigueur que son parti est la vérité, qu'il est l'Eglise intangible et invincible. Catastrophe et triomphe s'accompagnent même de si près qu'il faut lutter contre les inéluctables périls de la fin. La première tentation du chercheur moderne est de trouver là une contradiction héroï-comique. Ces périls dont on évitera difficilement, sept siècles plus tard, de celer l'inexistence sont annoncés et certains ; il faut pourtant lutter contre. Mais ne s'agirait-il pas d'une involontaire imprégnation stoïcienne, le mépris actif du sage devant le destin contraire71 ? Cette imprégnation osmotique et ce mépris qui durèrent jusqu'à un roseau trop connu, à la veille de la révolution industrielle, ne font sourire que nous. Inconnue de ceux qui y baignèrent structurellement, une telle imprégnation est indéniable au xiiième siècle, et il paraît plus scientifique de replacer Guillaume dans son milieu mental que de le rabaisser à un ridicule. Bien au-delà de l'ironie ou des cuisantes sarcastiques, la polémique enfumée d'outrances et d'incohérences atteignit, entre personnes passionnées, le niveau des trop douloureuses brûlures.

30Il faut pourtant savoir ce que recouvre tout ce théâtre pseudotranscendant, cette Eglise sans évolution, aux structures intouchables, aux institutions invariables. Car l'argument du chanoine issu de province rurale manque de subtilité. Le chapitre 2 de son De Periculis, dans une invraisemblable enfilade de répétitions et de citations lacérées de gloses, construit le pire passage de toute la scolastique en sa forme farcie comme en son étrange propos de fixisme.

  • 72 Sermon de la Pentecôte 1256, éd. S. CLASEN in Mélanges Bibl., 1941, p. 88-95 (= Kirchengeschichtli (...)
  • 73 Op., p. 71 par exemple.

31Cela recouvre tout simplement la lutte de classes telle qu'elle vibrait vers 1250 en zone francienne. Guillaume a parfaitement deviné le recouvrement des deux stades, le caractère inévitable de la victoire de la modernité et s'accroche farouchement à la défense du monde passé dont il est, dont il apprécie les biens et les services. Il défend d'abord l'économie terrienne en ses biens : les habitudes des cours féodales, par exemple le luxe des vêtements, le droit de gîte et les procurations de la tradition. Il en magnifie aussi les services et la hiérarchie, c'est-à-dire la société telle qu'elle fut. Il abhorre, dénonce, pourchasse le roi dévot qui abat les nobles et fait l'aumône aux petits en s'habillant sans éclat72. Il hait les mentalités nouvelles, l'invasion aristotélicienne en théologie73, les nouveaux habits, le nouveau style, les nouveaux Ordres, les nouvelles structures où les liquidités du peuple urbain au lieu d'être gîte, procurationes, oblation au recteur, deviennent aumônes offertes aux Mendiants. Il déteste tout ce qui diminue prestige et ressource du clergé traditionnel des recteurs et chanoines. La lutte de classes n'est pas ici le moteur du sens de l'histoire, car ce sont des personnes qui se battent pour des théologies. Le cas illustre simplement un type de priorité des suprastructures. Mais comme on se bat bel et bien sur des versements statutaires liés au monde rural contre aumônes urbaines, la lutte de classes demeure le quotidien topique de l'histoire et du sens où elle se meut. Il s'agit ici de monde traditionnel contre univers des Mendiants.

32Guillaume n'est donc pas dépourvu d'un certain "sens de l'histoire" il est simplement le traditionaliste qui lutte avec acharnement contre le sens concret que l'histoire suit en son temps. Sa résistance au mouvement, son humeur polémique sont, sous cet éclairage, une peur de vivre, un goût du choc par peur des courants d'air. Il s'agit seulement de retrouver l'ordre initial du temps où il faisait bon vivre du moins pour les maîtres et chanoines. Histoire coléreuse qui, à contre-sens, voudrait remonter le temps.

III.- Thomas d'Aquin

A.- La Polémique

1. Question préjudicielle

  • 74 M.D. CHENU, o.p, Saint Thomas el la théologie, 1959.

33Même si c'est à tort, frère Thomas est incommensurablement mieux apprécié de la postérité que les deux précédents auteurs. Sa célébrité est mondiale et universelle c'est-à-dire se rencontre en tous milieux de toute nation de façon continue depuis plusieurs générations. En quantité, il n'a cessé sept siècles durant de venir parmi les best-sellers tantôt à côté de l'Encyclopédie, tantôt juste après Staline mais plus continument et plus durablement. En qualité ses partisans demeurent nombreux, divers, inventifs, toujours dialoguant avec les temps neufs et les personnes vivantes74. Ceux qui affectent de le mépriser en réalité le haïssent et ne peuvent celer que la position de ce chef d'Ecole est un type cardinal de pensée. En effet, cohérent et structuré, il remplit une case clé dans la table des systèmes possibles chez les outre-primates ; il est l'une des pierres fondamentales du "mendeleiev" des philosophies, une des initiales du Gotha de la Tout-Pensée. Bien des bâtisseurs ont voulu rejeter cette pierre sans pouvoir cacher qu'elle demeure angulaire. Et les essayistes qui la gomment manifestent là une imprudence plutôt qu'une compétence. Des positions homologues se retrouvent dans les autres grandes civilisations antiques ou extrêmes orientales et en Occident même, avant lui, il manquait aux plus grands comme Augustin, Anselme ou Abélard, quelque chose d'assuré dans leur démarche mentale. Depuis, la plupart de ceux qui ne passent pas par lui, ou le combattent avec plus d'acharnement que de succès ou font mine de l'oublier, ce qui est encore d'un moindre bonheur.

  • 75 M.M. DUFEIL, Polémique, p. 123, 159-161, 211.

34Aussi l'outrecuidance qui consiste à l'aborder cavalièrement -mais la vue partielle et rapide ici impliquée ne saurait être que cavalière -est exponentiée par la médiocrité des deux adversaires ci-dessus étudiés. L'histoire n'est pas assez riche pour fournir toujours Luther à Erasme, Lu-Chiu à Chu-Hsi, Jérôme à Augustin, Aristote à Platon. L'importance d'une polémique consiste davantage dans l'enjeu et les méthodes et la dénivellation entre personnes ne désoblige que les médiocres. On peut être grand dans de grandes causes, dans de grands dangers, devant de grands adversaires ; on peut l'être seulement par sa consistance propre en surplombant toute banalité. Pourtant on peut aborder tranquillement l'étude du sens de l'histoire chez Thomas d'Aquin dans la polémique du milieu du siècle. Car un travail aussi étrange possède une irréfutable ratio : historiellement, cela s'est passé ainsi ; Thomas a réellement jouté contre les idées de Gérard et surtout contre Guillaume. C'est même dans cette conjoncture intellectuelle lors de la canicule polémique de 1256 qu'il a, tout jeune, conquis la maîtrise et assuré sa notoriété en réglant superbement quelques-uns des problèmes soulevés75.

  • 76 Ed. CAPELLE et ROLAND-GOSSELIN ; ET. GILSON, L'Etre et l'essence. Il faudrait voir aussi la dialec (...)
  • 77 M. SECKLER, Le Salut, p. 87.

35Son œuvre antérieure est mince - il atteignait la trentaine - elle ne comporte encore que des prémonitions, des radicaux indéveloppés du sens de l'histoire, au hasard des réflexions que permet le genre du commentaire scolastique. Son œuvre de polémiste et les travaux qui l'entourent dans le moment est au contraire incisive et décisive sur ce sujet. Par la suite, une petite vingtaine d'années lui reste, maître Thomas revint à plusieurs reprises là-dessus, mais jamais ex professo. Son travail de maîtrise en 1256, sa thèse dirions-nous, le de Ente et Essentia justement célèbre, a pu fournir à divers penseurs du xxème siècle, des découvertes insoupçonnées76. Thomas y affirme une position "existentielle" ; pour la première fois peut-être, en tous cas avec cette limpidité en Occident, face aux archétypes et aux essences platonico-plotiniennes qui évacuent le temps dans sa chute, face aussi au dramatisme augustinien qui tragifie subjectalement le temps du péché, Thomas pose la réalité objectale de l'être-là comme source de réflexion et d'action. Le discours temporel, bien qu'il n'en soit pas question, prit dès lors par une conséquence inéluctable la consistance d'un réel positif et dominateur ; celle même que nous modernes lui attribuons77. Le de Ente est en somme l'acte de décès des essentialismes et des idéélismes, des philosophies traditionnelles du sujet contemplant l'éternel, de l'anhistorisme. De par cette révolution einsteinienne, le fieri du Lycée devient l'un des axes de l'objet-univers, ce qui est en effet notre actuel regard.

  • 78 Op., 41 A, 1970. Cf DUFEIL Polémique, 253-260 et R. sc. philos. théol., 55 (1971), 467-79.
  • 79 D.,c. 6-7, p. 110-16 surt.
  • 80 D. 8, 127b His igitur. DUFEIL, Pol, 255 et note.
  • 81 D. 59 Adhuc.
  • 82 c. 5, p. 87 et éd. Vivès, 15, 516-25 ; Cf DUFEIL, Polémique, 232-33.
  • 83 D., 53 Ut autem religionis naturam cognoscere ualeamus huius nominis originem inquiramus. P. 65-66 (...)
  • 84 M.M. DUFEIL, Pol. 254, 329, 355-62.

36Dans le cours même de la polémique, l'été 1256, Thomas écrivit à la hâte son Contra Impugnantes non dépourvu de verdeur78. Toute la querelle y passe, les propos et les hommes, les sentiments et les hargnes. Un sens aigu de l'actualité, premier degré de l'historien, permet à Thomas d'embrasser presque aussi bien qu'un historien postérieur l'ampleur du champ. Et, de cette attitude, notre auteur colle au réel et traite drastiquement de la mendicité79, de vêtements80, de titulature des fonctions81 et de travail manuel82, de signification de vocables83, etc. Son essai hâtif et non terminé est demeuré l'arsenal imprenable de la résurgence de la polémique en 1266-1270 et de ses récurrences depuis la fin du xiiième siècle jusqu'au xviiième84.

  • 85 Sed quia rerum cognitiones interdum ex sua pensantur origine, predicte positionis ortum processum (...)
  • 86 M.M. DUFEIL, Pol. 28 n. 256-260. Sur le travail dominicain en équipe A. DONDAINE, Secrétaires de S (...)
  • 87 Quoddam introductorium (D. 160) ; scriptura… ex errore conficta (D. 161 a-b).
  • 88 Ex. des Chorévêques, D.P. c. 2, p. 24 ; CI. éd. D., p. 69 et 80 (obj. 7 et ad. 7). Ex. du texte de (...)
  • 89 D. 159-60.

37La connaissance du passé qui se manifeste dans cette œuvre comme en général dans tout écrit de Thomas d'Aquin est singulièrement plus large et plus précise que celle de tous les autres scolastiques85. Il n'y a pas là une affaire romantique de génie personnel car, sans écarter ici absolument une telle formulation, il y faut ajouter que la puissance collective de l'Ordre dominicain fabriquait systématiquement fiches et traductions. Nouveauté et modernisme que ce travail d'équipe et voulu comme tel ; nouveauté et modernisme du maître de l'œuvre sans nul doute. Nouveauté et modernisme collectif fondamental de l'Ordre intellectuel des Prêcheurs au désir de rationalisation. Déjà ses progrès dans l'exégèse avaient inauguré un moment dialectique du progrès de la critique86. Aussi le savoir altier et ramifié de Thomas écrase-t-il lourdement le fade Gérard et le bruyant Guillaume qui étaient deux isolés, méthodiquement peu armés de rêveries et de partisans sclérosés. Thomas néglige Gérard qu'il n'eut pas directement à affronter et dont il semble plaindre la pauvreté intellectuelle87. Mais il relève et corrige vertement les bévues historielles de Guillaume88, citations inexactes ou interprétations risquées. Quant au classement des âges à grands traits, Thomas d'Aquin qui ailleurs parfois y commet des allusions, le néglige ici avec prudence montrant même combien les utilisations mystiques d'une part et de l'autre l'ampleur de l'objet rendent précaire son assiette89.

  • 90 D. 160.
  • 91 Vana et nulla, p. 162 ; Fin c. 14 ; ridiculosum, p. 157, 1. 220.

38Le flair de l'avenir, troisième degré de l'historien, est d'une modération qui exclut tout détail imprudent, la prédiction vaticinante et tout ce que l'on reproche aux joachimites : Thomas exclut la proximité de la catastrophe, repousse la fin du monde dans l'inconnaissable ou plutôt dans le présentement indiscernable90. Il ridiculise ouvertement ses deux adversaires sur ce point comme sur quelques autres91. Par la suite, sans jamais reprendre de telles questions de front, Thomas les a frôlées plusieurs fois de trois manières.

  1. En retrouvant une polémique contre les mêmes clans ou tendances92.
  2. En rencontrant, au cours des exercices scolaires, des questions afférentes à ce vaste brassage d'idées de 1256 comme l'immédiateté de la vision divine, la supériorité de Pierre sur Jean93, l'accession des religieux à la maîtrise, etc.
  3. En abordant quelques hauts concepts et principes logiques de son "sens de l'histoire" ; par exemple dans le de Potentia, car le passage de la puissance à l'acte ou mouvement est la source du fieri et du temps, c'est-à-dire de l'histoire94.

B.- Son regard

1. Généralités

  • 95 M. SECKLER, p. 10.
  • 96 CHENU, R.T., 45 (1939), 93-107 et Introd. à l'étude de Saint Thomas, 1950.

39Quoi qu'il en soit d'un survol aussi incomplet, le seul permis par une telle œuvre, il faut pallier le déséquilibre ainsi constitué avec l'étude de Gérard nécessairement exhaustive et celle de Guillaume qui l'est presque. Sans prétendre faire comme des deux autres le tour de Thomas, il convient d'en résumer le concept d'histoire. Bien des commentateurs uniquement trompés par eux-mêmes en leur temps, ont cru à un fixisme thomasique. Cette opinion de l'ère baroque (xvième-xixème siècle) ne résiste pas à l'examen95. Thomas n'a écrit ni un de historia ni un de tempore ; mais il n'a pas davantage produit un de ecclesia. Faut-il conclure qu'il n'y croyait pas ou n'en apercevait pas l'intérêt ? Ou plutôt qu'en bain profond toute son œuvre est un de ecclesia, un de historia (au sens que ce mot aurait pour nous et non selon le lexique pauvre de 1250). Le plan même de la Somme n'est-il pas au vrai un de historia ecclesie ?96.

  • 97 Augustinienne modérée, c'est-à-dire tendue, critique mais sans angoisse tragique P. J. 7.

40Il faut éviter ici de dresser un concept général de l'histoire selon Thomas car malgré l'intérêt supérieur de cet angle de vue, il excède notre propos et réclame un tout autre travail. Il ne peut s'agir que du concept d'histoire thomasique tel qu'il émerge au ressort de la polémique. Il suffit de s'en tenir méthodiquement aux chapitres du Contra Impugnantes où notre auteur se penche sur le sens de l'histoire de Guillaume pour le réfuter. Mais pour faire ressortir l'originalité de Thomas en son propre temps, on a choisi de traduire aussi en pièce justificative l'Arenga solennelle et toute la bulle Romanus Pontifex (octobre 1256) où Alexandre IV tranchant au fond termina le conflit par un exposé de sa propre vision de l'histoire, bien différente en somme97.

  • 98 Ne in fauillas uideretur uerba iaculare (D. 162, 1. 255) ; ex coniectura humana procedere apparet (...)

41Précis comme nous l'avons vu, Thomas d'Aquin est, comme tout croyant, une sorte d'incrédule. Il convient en effet à ceux qui vivent une foi transcendante de la nettoyer de toute scorie occasionnelle. Aussi Thomas refuse-t-il les générations faciles et les imaginations traditionnelles sur le cours des âges, toujours entachées de subjectivité98. Jeune encore et uniquement occupé de polémique, il n'utilise pas de concepts historiques généraux comme fieri ou passage de la puissance à l'acte ni même numération du mouvement. Il n'aborde nullement les problèmes spécifiques de l'histoire comme la combinaison du mouvement circulaire et du mouvement rectiligne en une Aufhebung hélicoïdale. Il ne dessine pas même la série historiale du salut depuis la Création et la chute par les stades de la Promesse, de l'alliance, de la Loi, de la prophétie, de l'Incarnation, de la Résurrection, de l'Eglise ; venus de saint Paul, ces thèmes sont par ailleurs fondamentaux chez lui. Il se contente de réfuter vertement les stades imaginaires de ses adversaires non sans ironie et sarcasme : on apprend surtout qu'il n'y croit pas et pourquoi. Il débusque les homologies artificielles comme celle du refus de Jonas avec la prédication dominicaine ; les simplifications fallacieuses comme l'hypocrisie de tous les Mendiants ; les allégations infondées comme l'apparition d'un nouveau Mane, Tekel, Farès : les prophéties puériles comme la fin du monde pour 1260. Car son temps, le milieu du xiiième siècle ne lui apparaît pas plus qu'à nous, et il y avait davantage de mérite, un temps de catastrophe et de persécution. Il y en eut bien davantage au début de l'Eglise, donc la persécution n'est pas le signe de la fin. On pourrait prétendre, à première vue que Thomas nie en bloc les dire, stupides, de ses adversaires ; certes, il ne dessine en face aucune construction formelle d'une vision de l'histoire. Mais tout ce qu'il implique, infère, sous-entend logiquement ou simplement admet, est immense, positif, cohérent. Il admet de façon éclatante que Création, chute, incarnation, rédemption, Eglise, Parousie sont les points forts de l'histoire. D affirme avec vigueur que son temps est calme et décide avec tranquillité que la fin du monde n'est pas pour 1260 ni même pour bientôt, ce qui gênait une mode alors. Quant aux crises passionnées à la Gérard ou à la Guillaume, il les ramène avec désinvolture au rang de crises nerveuses ; n'a-t-il pas raison ? Il implique certainement qu'il y a trois temps dans l'histoire de l'Eglise : ecclesia primitiua apostolorum et patrum ; l'église contemporaine qui a pris sa vitesse de croisière avec des hérétiques et des persécutions, des succès et des problèmes ; et les futurs temps de l'antéchrist dont on ne peut avoir que des signes et dont aucun n'est commencé. En particulier, l'évangile n'est pas encore prêché à toutes les nations.

  • 99 D., p. 52, 1. 88 ; 70, 170 ; 73, 445 ; 89, 366 ; 93, 671 et 677 ; 111, 535-40.
  • 100 52, 104 ; 56, 124 ; 57, 145 ; 61, 507 ; 91, 526 ; 155 probatio non efficax ; 110, 437 ; 131, 85-86 (...)
  • 101 55, 30 ; 57, 144-160 ; 81, 1 120 et 1 155 ; 85, 1 481 ; 88, 217 ; 89, 366 ; 96, 187 et 200 ; 98, 4 (...)
  • 102 52, 102 ; 60, 462-63 ; 62, 650 ; 73, 445 ; 118-19 ; 129, 403 ; 162, 242-46 ; 164, 110 ; 166, 115.
  • 103 76, 637-38 ; 96, 236 ; 162, 244.
  • 104 52, 102 ; 53, 1- ; 65, 15 ; 158, 18 ; 160, 82 et 131 ; 161, 166.
  • 105 61, 563 ; 135, 85 ; 160, 131-132 ; 161, 157 et 166.
  • 106 55, 157-59 ; 135, 85 ; 156, 15 ; 158, 73 ; 159, 17 ; 160 tte page, 161, 153 et 159 etc.
  • 107 56, 127 ; 52, 888 ; 101, 670 ; 158, 105 ; 159, 120 ; 160, 106 et 121 ; 161, 164. Récent : 92, 660  (...)
  • 108 80, 1 030 ; 83, 1 297 ; 84, 1 358-60 ; 92,615 ; 96, 191 ; 99, 149 ; 100,533 ; 110, 533 ; 110, 420- (...)
  • 109 89 tte col. A ; 101, 674 et 678 ; 102, 715, 747 et 760 ; 106, 88-89 ; 111, 503 et 550-51 ; 112, 59 (...)
  • 110 56, 100 ; 87, 146 et 164 ; 158, 43 temporalia ; 159, 25 éternités Cf 121, 1422 et 1448.
  • 111 84, 1 375-77 ; 96,197-200.
  • 112 C'est, empruntée à saint Augustin, épitre à Hésychius c. 11, n. 45 (P.L., 33, 921) la conclusion m (...)

42Toujours dans le seul Contra Impugnantes de très nombreuses marques historielles, historiales ou historiques occupent le texte. Passons sur les temporalités occasionnelles du type semper paratos, uacare ou tempus liberum99 ou même sur les amples et nombreux textes, péricopes, citations : plus d'un millier de références en plus des 650 de la Bible. Toutes les auctoritates alléguées - toutes réfutées - par ses adversaires, sont là, écrasées au décuple. Thomas d'ailleurs aborde les termes non sans esprit critique : habito, ex malo intellectu, ut testatur100. Passons encore sur les allusions factuelles, historielles et les exempta101 sur tout ce déferlement de connaissances souvent incorrectes de l'ancien testament, de l'antiquité gréco-romaine, de la prédication apostolique, des pères de l'église primitive. Et passons même sur l'opposition permanente d'avant et d'après102 ou sur les séries ou successions103. Reste le sens de l'initial, celui du terminus a quo, de l'inchoauit104, celui de la durée105 et du terminus ad quem106, du présent, du récent, de l'actuel107 ; le sens bien sûr du stable et du variable108, celui du concret circonstanciel et celui du futur109 ; et surtout le sens de la dialectique temporelle110 et du progrès historial111. Parmi les choses qui ne se répètent pas, contre Gérard, il y a l'impossibilité d'inventer un nouvel évangile car la révélation close est un historique donné une fois pour toutes. Parmi les choses qui se répètent il y a hérésies, persécutions, apostasies partielles. Mais surtout parmi ce qui se répète et construit positivement l'Eglise et son histoire, il y a l'Eucharistie, la venue quotidienne du Christ à son corps pour le modeler vers la Parousie et l'éternité112.

Conclusion

  • 113 M.M. DUFEIL, Polémique, p. 245, une simple trace du joachimisme naïf et modéré au ch. 16 ; mais on (...)

43Une vaticination de fratello, une hargne de réactionnaire, une retenue d'universitaire sont les trois sens de l'histoire apparents au cours de la grande querelle qui secoue la pensée européenne de 1250 à 1256. On peut remarquer le silence gêné du franciscain Thomas d'York en son Manus que contra sur ce sujet : il valait mieux, après Gérard, ne pas attirer l'attention sur l'Ordre113.

44Si l'on peut, en toute impartialité, considérer que nous n'avons rien à retenir de Gérard ni de Guillaume et qu'il n'y a plus à s'en occuper désormais, il n'en est évidemment pas de même de Thomas. Un long travail collectif approfondi est nécessaire sur toute son œuvre pour y détecter les concepts relatifs à l'histoire. D'une part, leur prudence intellectuelle et leur complexité sont parentes des attitudes scientifiques contemporaines ; une civilisation de toute l'humanité a donc quelque chose de définitif à y gagner. D'autre part, il conviendrait d'éclairer ce mystérieux phénomène qui fait voisiner avec des rêveurs, en plein xiiième siècle, une attitude logicienne moderne. Quelles causes écologiques, du climat à l'économie, ont pu faciliter cette émergence, quelles forces sociales et politiques en accompagnent l'éclosion ; quelles mutations idéologiques au cœur de l'univers catholique y facilitent, technique et envolée, cette nouveauté. On n'a pas fini d'étudier saint Thomas.

Notes

1 Cf ma récente thèse, DUFEIL, La Polémique.

2 S. 236 et 455.

3 Ibid.

4 S. 237 et 459.

5 S. 458 et 236.

6 Cf Grundmann, Russo, Bondatti et les ouvrages précisés aux notes 182-234 des p. 120-127 de M.M. DUFEIL, Polémique.

7 Protocole, p. 111 mil. (Joachim : uiuificantem spiritum… ad predicandum euangelium regni in uniuersum mundum) contre p. 99 (Gérard : exiuit spiritus uite de duobus testamentis ut fieret euangelium eternum).

8 Le Protocole n'étudie rien de plus.

9 C.U.P. 272 n° 243, Cf n. 8.

10 S. 237 et C.U.P. n° 257.

11 S. 460.

12 Angelo Clareno, éd. Ehrle A.L.K.G, II, 276-84.

13 S. 238, pour un résumé, DUFEIL, Polémique, 124-27 et E. JORDAN D.T.C., 8, col. 1443-44.

14 Ed. DENIFLE, A.L.K.G, I (1885), 99-142.

15 Cf infra P.J. En raison de leur accessibilité en imprimé et en latin on a cru bon de les donner ici en traduction française.

16 canon 2.

17 M.M. DUFEIL, Polémique 56 ; Cf index vision divine et bibliogr. notes afférentes.

18 A.L.K.G, I, 101 ligne 10.

19 S 456.

20 Impossible de faire les renvois détaillés à l'anastylose jointe en P.J. Entre parenthèses, rajouts exigés par la logique ; le reste est de Gérard parfois en traduction littérale.

21 M.M. DUFEIL, Polémique, 353-55.

22 Ibid. 84-86 C.U.P. 200, statut sur les promotions aux chaires de théologie.

23 In posterum, désormais ; opportuno tempore ; actualiter ; de cetero dorénavant ; presumpser principiis.

24 magisterium multiplicationem, plures magistri fieri, sequuntur ordine, consensum renouantes.

25 SERITTI, 2 vol. éd. B. Boncompagni 1857-62.

26 C.U.P. 219 et 230 : nos igitur ; pendente negocia ; Super transacta quadragesima ; porro tempore procedente (narratifs). Biblique : dimissi sunt semiuiui (Luc 10 30) ; quatuor flumina (Gen. 2, 10).

27 Exemple p. 257 in C.U.P. 230 : speculatores domui Israël (Ezech. 33, 7).

28 C.U.P. 236 et 240 ; Cf M.M. DUFEIL, Polémique 114-15 et 127-35.

29 assidue pro etate, statim, temporibus congruis, petita prius, remota, prima diei parte, diebus dominicis, antiqua et moderna iura, conseruare, felicis recordacionis, bone memorie, duraturis, etc.

30 Op., 87 haut.

31 M.M. DUFEIL, Polémique, 180 sv. Texte sclérosé in Bonaventure op. 5, 134-80 ; vivante reportatio par un clerc parisien partisan de Guillaume ed. DUFEIL, Congrès des Soc. Savantes 1970, Reims.

32 Ed. FARAL, A.H.D., 18 (1951), 342, 344.

33 Ibid. 347.

34 344, 348, 350.

35 Op. 491-506.

36 Ibid.

37 Op., 491-506 ; p. 493, 499, 500.

38 493.

39 497.

40 501.

41 502-506.

42 506.

43 Prologue et ch. 1, p. 17, 18, 20.

44 ch. 2-3, p. 21-27 et 29.

45 ch. 4, p. 30 et ch. 5-7 ; et ch. 11, p. 45.

46 ch.8, p.37.

47 op., 44-45 Cf n. 99.et 71.

48 p. 38-41.

49 ch. 9-10, p. 42-44.

50 ch. 12, p. 52-53.

51 ch. 13, p. 53-56.

52 p. 56.

53 3° 15° 16° 18° 22° 28° 37°, pp. 58, 62, 64, 67, 70.

54 Ed. CLASEN, Cf DUFEIL Polémique, 229.

55 Ibid. 248 sv.

56 Ibid. 251. Cf texte Op. 7-16 ; 10-11 ; 12, 13, 16 (Oza).

57 Ed. FARAL, A.H.D. 18 (1951) 358-59.

58 Ibid. 353.

59 Op., 111-487.

60 Prologue et Distinctio prima, 111-13 115, 124, 126, 129, 133, ; Iamnes et Mambres, 205 ; antéchrist 208.

61 130-31 sv.

62 Cf DUFEIL Polémique, 329-31 ; éd. MARTENE, Amplissima Collectio ix, 1271-1476 ; voir col. 1283-89, la série des empires.

63 Mages du Pharaon, Babylone, fin du monde.

64 M.M. DUFEIL Polémique, p. 28, 160, 211-212, 257.

65 D.P., cap. 3 ; éd. op., 29. Sermon des SS. Philippe et Jacques 1er mai 1256 (p. 496) C.C.S., 129-300.

66 D.P., c. 2 = Op., 26. C.C.S., la dist., p. 186.

67 D.P. fin c. 13 et C.C.S., Op., 56 et 136. Thomas d'Aquin est d'accord sur ce mythe ~membra eius (antichristi) : CI. éd. D. p. 51, 1.45.

68 D.P. deb. cap. 8 ; Op., 37.

69 Ibid. p. 37.

70 Toute l'œuvre ; opposer en particulier c. 8 et c. 2 du D.P.

71 Remarque en conversation de ma collègue d'histoire ancienne de Dijon, Mlle Perrin. Cf. sup. n° 41.

72 Sermon de la Pentecôte 1256, éd. S. CLASEN in Mélanges Bibl., 1941, p. 88-95 (= Kirchengeschichtlichen Studien, Colmar).

73 Op., p. 71 par exemple.

74 M.D. CHENU, o.p, Saint Thomas el la théologie, 1959.

75 M.M. DUFEIL, Polémique, p. 123, 159-161, 211.

76 Ed. CAPELLE et ROLAND-GOSSELIN ; ET. GILSON, L'Etre et l'essence. Il faudrait voir aussi la dialectique des connaissances dites du soir et du matin c'est-à-dire en essence et en réalité. S. Th. la q. 58, a. 7 ; de verit. q. 8 a 16 ; de Pot. 14, a. 2. 76.

77 M. SECKLER, Le Salut, p. 87.

78 Op., 41 A, 1970. Cf DUFEIL Polémique, 253-260 et R. sc. philos. théol., 55 (1971), 467-79.

79 D.,c. 6-7, p. 110-16 surt.

80 D. 8, 127b His igitur. DUFEIL, Pol, 255 et note.

81 D. 59 Adhuc.

82 c. 5, p. 87 et éd. Vivès, 15, 516-25 ; Cf DUFEIL, Polémique, 232-33.

83 D., 53 Ut autem religionis naturam cognoscere ualeamus huius nominis originem inquiramus. P. 65-66. Est etiam : societas est employé univoquement par Guillaume.

84 M.M. DUFEIL, Pol. 254, 329, 355-62.

85 Sed quia rerum cognitiones interdum ex sua pensantur origine, predicte positionis ortum processum inuestigemus. D., 96 ; errorem predictum ostendemus a tempore primitiue ecclesie incepisse Ibid., 110.

86 M.M. DUFEIL, Pol. 28 n. 256-260. Sur le travail dominicain en équipe A. DONDAINE, Secrétaires de St Thomas.

87 Quoddam introductorium (D. 160) ; scriptura… ex errore conficta (D. 161 a-b).

88 Ex. des Chorévêques, D.P. c. 2, p. 24 ; CI. éd. D., p. 69 et 80 (obj. 7 et ad. 7). Ex. du texte de S. Grégoire tronqué par Guillaume pour l'ascèse aux religieux et qui, complété, porte sur séculiers, p. 183 b. Ex. des 8 moines enseignants célèbres, p. 57 a, 1. 146-61.

89 D. 159-60.

90 D. 160.

91 Vana et nulla, p. 162 ; Fin c. 14 ; ridiculosum, p. 157, 1. 220.

92 5. Th. IIa IIe q. 187-188.

93 S.Th. Ia, q. 20, a. 4 ad 3 ; DUFEIL, Polémique, p. 169.

94 De potentia, 9, 9 et 5. Th. Ia q. 93, a. 5 (Trinité et Histoire).

95 M. SECKLER, p. 10.

96 CHENU, R.T., 45 (1939), 93-107 et Introd. à l'étude de Saint Thomas, 1950.

97 Augustinienne modérée, c'est-à-dire tendue, critique mais sans angoisse tragique P. J. 7.

98 Ne in fauillas uideretur uerba iaculare (D. 162, 1. 255) ; ex coniectura humana procedere apparet (164, 1. 121) ; unde ex his condicionibus non potest iudicari de aliquo (165, 1. 201). Les autres idées de Thomas affirmées dans ce paragraphe sont directement issues du texte de P.J. 6 : on a donc délibérément allégé ici les notes en ne pratiquant aucun renvoi particulier.

99 D., p. 52, 1. 88 ; 70, 170 ; 73, 445 ; 89, 366 ; 93, 671 et 677 ; 111, 535-40.

100 52, 104 ; 56, 124 ; 57, 145 ; 61, 507 ; 91, 526 ; 155 probatio non efficax ; 110, 437 ; 131, 85-86 ; 136, 202 ; 145, 254 ; 156, 162, 238 ; 163, 58 ; 164, 121 et 144 ; 161, 123 et toute la page.

101 55, 30 ; 57, 144-160 ; 81, 1 120 et 1 155 ; 85, 1 481 ; 88, 217 ; 89, 366 ; 96, 187 et 200 ; 98, 418 ; tte p. 99 ; 103, 832 et 871 ; 104 et 105 ; 107, 132 ; 110, 420-440 et 465 ; 114, 789, 801, 810 etc. ; 118, 1 175 et 1 189 ; 125, 92 ; 126, 138 et 190 ; 128, 328 et 373 ; 130, 26 ; 134, 196 ; 135, 114 ; 136, 130 ; 139, 162 ; 143, 70 etc. ; 144, 120 ; 146, 340 ; 147, 64 ; 152, 50 sv ; 162, 245 ; 164, 100.

102 52, 102 ; 60, 462-63 ; 62, 650 ; 73, 445 ; 118-19 ; 129, 403 ; 162, 242-46 ; 164, 110 ; 166, 115.

103 76, 637-38 ; 96, 236 ; 162, 244.

104 52, 102 ; 53, 1- ; 65, 15 ; 158, 18 ; 160, 82 et 131 ; 161, 166.

105 61, 563 ; 135, 85 ; 160, 131-132 ; 161, 157 et 166.

106 55, 157-59 ; 135, 85 ; 156, 15 ; 158, 73 ; 159, 17 ; 160 tte page, 161, 153 et 159 etc.

107 56, 127 ; 52, 888 ; 101, 670 ; 158, 105 ; 159, 120 ; 160, 106 et 121 ; 161, 164. Récent : 92, 660 ; 96, 240 etc. Actuellement : 79, 630 ; 93, 673 ; 96, 237 ; 103, 835 ; 115, 835 ; 115, 230 ; 129, 400 à 422, 160, 107-110 ; 162, 238 et 292 ; 164, 153.

108 80, 1 030 ; 83, 1 297 ; 84, 1 358-60 ; 92,615 ; 96, 191 ; 99, 149 ; 100,533 ; 110, 533 ; 110, 420-22 ; 118, 1 154-55 ; 130, 25 ; 141, 110 ; 152,48 à 78 ; 156, 12 ; 162, 276 ; 163, 30 et 55. Variable : 58, 268, 102, 715.

109 89 tte col. A ; 101, 674 et 678 ; 102, 715, 747 et 760 ; 106, 88-89 ; 111, 503 et 550-51 ; 112, 591-93 ; 117, 1080-90 ; 120, 1295 ; 131, 5 ; 132, 33 ; 133, 115 et 178 sv. ; 143 ; 143 ; 148, 163 ; 151, 73-75 ; 152, 184, 155, 15-21 ; 158, 75-81 et 93, 101, 106 et 120 ; 159, 140 ; 160 tt, surt. 124 ; 161, 100 ; 162, 6 ; 163, 23 et 53 ; 166, 115.

110 56, 100 ; 87, 146 et 164 ; 158, 43 temporalia ; 159, 25 éternités Cf 121, 1422 et 1448.

111 84, 1 375-77 ; 96,197-200.

112 C'est, empruntée à saint Augustin, épitre à Hésychius c. 11, n. 45 (P.L., 33, 921) la conclusion même du chapitre 24, le chapitre historique, celui qui traite de l'histoire.

113 M.M. DUFEIL, Polémique, p. 245, une simple trace du joachimisme naïf et modéré au ch. 16 ; mais on ne traite vraiment que de pauvreté et de papauté.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540