Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Guillaume de Saint-Amour

In Dizionario degli Istituti de Perfeccione, 4, 1484-89 Roma ed Paoline (retraduit par l'auteur)

Texte intégral

I- Biographie

  • 1 Cf. M.M. DUFEIL, Polémique universitaire parisienne 1250-59, Picard 1972 avec bibliographie.

1La biographie de G. de St-A. offre peu de dates certaines. Il n'est donc pas question de traiter séparément de la polémique universitaire de Paris entre 1250 et 1260 dont il fut protagoniste1.

  • 2 DUFEIL o. c. 22.

2G. Dumont naquit dans la petite ville de Saint-Amour en Comté dans le Jura (France) au début du xiiième siècle. Il se distingua rapidement par ses dons d'intelligence et de caractère. Après avoir fréquenté les écoles élémentaires de Mâcon où il débuta aussi dans la carrière canoniale, il vint à Paris pour compléter ses études juridiques2. Ordonné sous-diacre, il obtint la dispense papale pour un cumul de bénéfice de la paroisse de Granville (Normandie) avec deux canonicats dont il jouissait déjà à Mâcon et Beauvais. Il put ainsi poursuivre ses études près la Faculté de théologie dont il devint beaucoup plus tard, entre 40 et 50 ans l'un des maîtres régents dans les années 1252-59.

A.- Polémique

  • 3 DUFEIL 50, 109.
  • 4 DUFEIL 91 sv. H. DENIFLE + E. CHATELAIN, Chartularium uniuersitatis parisiensis I, Paris 1889 n° 2 (...)
  • 5 ibid. 219, DUFEIL 94 sv.
  • 6 DUFEIL 100-13.
  • 7 DUFEIL 101.

3Il se place bientôt à la tête d'un parti d'universitaires séculiers en lutte contre les derniers arrivés, les trois professeurs des Mendiants (2 dominicains et 1 franciscain) qui occupaient trois chaires placées en dehors du circuit commercial. Les maîtres en effet exploitaient sans vergogne leur monopole d'enseignement et d'examens pour arrondir leurs profits3. Les Franciscains en outre étaient sur le point de conquérir aussi une seconde chaire à l'instar des Dominicains et leurs intrigues furent à point le prétexte pour déchaîner la lutte. Sur la base de l'autogestion universitaire, G. fit geler le nombre des chaires de religieux à une par Ordre, faisant ainsi perdre aux Dominicains leur seconde chaire conquise en paix vingt ans plus tôt. Au début de 1253, il manqua cependant sa tentative d'interdire aux Mendiants l'exercice du ministère, en particulier celui du sacrement de pénitence4. Après les graves turbulences de 12535, en 1254 suivirent procès, appels au pape, intrigues, tentatives de compromis6. G. fit chuter la proposition du légat Alberto da Parma de réduire les écoles dominicaines à une avec deux régents et ensuite jeta le discrédit sur toute la nouvelle religio, pureté de vie, valeur du message, régularité du droit des Mendiants7.

  • 8 DUFEIL 119-27.
  • 9 Chartularium n 236, 240 ; DUFEIL 114, 127 sv.

4En mai 1254, G. est à Rome comme procureur de l'université en son procès contre les Dominicains. Il a avec lui trois dossiers où il accuse les nouveaux Ordres de soustraire aux curés le ministère, les biens et les pouvoirs, d'usurper les chaires et les étudiants aux dépens des maîtres et enfin de propager des idées périlleuses et hérétiques comme dans l'Introduction de Gerardo da Borgo San Donnino, "introductoire" à un mythique évangile éternel8. Innocent IV examina longuement le troisième point, hésita sur le second, et sur le premier au contraire donna partiellement raison à G. en limitant les privilèges de quête, confession et prédication, aux frères concédés depuis environ un demi-siècle par ses prédécesseurs. Innocent mourut sur ces entrefaites et moins d'un mois plus tard son successeur Alexandre IV cassa cette bulle Etsi animarum9.

B.- Révolte

  • 10 DUFEIL 161-7, 171 sv.
  • 11 Radix amaritudinis, Chartularium n 256. DUFEIL 170.

5Pendant que Rutebeuf raille les Ordres et soutient G. près les jeunes étudiants des Arts, le pape dirige le conflit parisien initial en faveur des Mendiants. C'est alors que G. entreprit une série de manœuvres durant toute l'année 1255 pour faire tomber la décision pontificale et la réintégration des trois maîtres Mendiants dans le consortium des régents de théologie dont les séculiers les avaient chassés. Sa finesse juridique et la subtile tactique d'un esprit inventif le menèrent à la dissolution de ce consortium pour ainsi éliminer le champ d'application de cette réintégration abhorrée et de l'excommunication qui en punissait le refus10. Mais, exaspérant la situation, G. finit par mécontenter beaucoup de gens et par perdre ses propres soutiens. Vers la fin de 1255, il subit la purgatio canonica sur une accusation sans preuves faite par un certain chapelain Grégoire d'avoir écrit des opuscules contre les frères. Il passa ensuite à une lettre collective des maîtres du consortium pour exposer au pape les 'raisons de leur amertume'11.

6Le pape condamna l'introduction de frère Gérard repoussant explicitement les extraits tendancieux de G. et tenant secrète la condamnation pour ne pas humilier l'Ordre des Mineurs. Au premier trimestre, la dispute se concentra vraiment à Paris entre G. et Bonaventure. Le conflit toucha à son apogée en 1256. Le pape imposa deux nouveaux maîtres religieux comme régents : Gui de l'Aumône et Thomas d'Aquin. G. abandonna l'enseignement, aggrava ultérieurement son insubordination en prêchant à Mâcon contre les Mendiants. Commencèrent à apparaître les œuvres polémiques. G. débuta avec son célèbre de Periculis nouissimorum temporum qui de mars à octobre de cette même année se présenta en cinq rédactions successives, peu différentes de l'une à l'autre. La plus connue est la troisième, saisie par le roi en mai-juin et envoyée à Rome.

C- Chute

7Empêtré dans sa colère, G. n'a plus désormais que peu de partisans quand les Mineurs publient, en réplique au de periculis, le traité polémique de Thomas d'York Manus que contra omnipotentem tenditur ; Thomas d'Aquin met la main à sa riposte dominicaine Contra impugnantes Dei cultum et religionem, jamais achevé. G. put se défendre devant un nouveau synode épiscopal à Paris des accusations dominicaines et en appela à un concile général. En trois sermons, il attaqua directement le pape hâtant ainsi la menace des excommunications et sanctions pontificales. Pour éviter d'être livré au bras séculier, il ne lui resta que d'aller à Rome en préparant les quatrième et cinquième rédactions de son de periculis. Après un bref séjour à Saint-Amour en septembre, il atteignit Rome à la mi-octobre. L'inexorable mécanisme de l'accusation avait cependant déjà achevé son cours : le 5 octobre par la bulle Romanus Pontifex, Alexandre IV condamna le livre, son auteur, ses idées, ses arguments. Dans le cours de deux semaines, ses collègues se soumirent pendant que G. était retenu à Rome en accusé. Il eut beau faire pour démontrer qu'il n'avait pas voulu dire ce qu'on lui reprochait et pour minimiser la portée de ses actes, de ses paroles, de sa révolte mais en réalité ne céda pas sur les questions de fond et alla seulement à la recherche de subterfuges. Personne cependant ne tomba en cette illusion. Il avait vraiment accusé les frères d'être précurseurs de l'antéchrist, qualifiant d'erreurs anti-ecclésiastiques et anti-apostoliques les privilèges concédés par les papes. Il donnait ainsi des verges pour se faire battre. Tous l'abandonnèrent ; seule une poignée d'étudiants et de maîtres réunis autour de Gérard d'Abbeville lui resta fidèle. De fait il est isolé et abandonné. Malade et vaincu, il revient d'Italie en octobre 1257. Dégradé, privé de titres et bénéfices, interdit d'enseignement et de prédication et aussi de séjour au royaume de France, il est banni en sa cité natale de Saint-Amour où il vit de la fortune précédemment accumulée. Il écrit les Collectiones Scripture toutes tissées de citations du de periculis et les envoie à un collègue devenu entre temps le pape Clément IV. Mais personne ne lui prête plus attention. G. passa ainsi le reste de sa vie loin de Paris et complètement isolé de la vie universitaire. Il mourut à Saint-Amour le 13-9-1272.

II- Motifs

  • 12 1 Cor 9, 13.

8Les motifs, volontaires, qui ont poussé G. à son attaque contre les Mendiants sont passablement confus, en conformité avec l'œuvre même où on les trouve : mais en outre, ils sont beaucoup moins importants et intéressants que les mobiles, instinctifs, qui en sont l'origine. Plus qu'un caractère, sa personnalité révèle son tempérament. Chanoine rural, lentement parvenu au sommet de la hiérarchie universitaire, G. trouve toute normale la jouissance des avantages matériels que peut lui procurer surtout le cumul des prébendes et bénéfices sine cura. Il est troublé par la prédication d'un nouveau style de vie, austère et pauvre, selon lequel ses habitudes et ses goûts de posséder maisons, livres, objets etc. se révèlent anti-évangéliques. Il s'obstine à confondre Mendiants et mendiants : mendier serait toujours mal, quasiment le mal absolu, avec l'hypocrisie de rares ascètes et des faux frères. Il tonne contre cette religion désincarnée au nom du réalisme par lequel comme dit saint Paul12 et comme rapporte le Decretum : 'on ne peut instituer une église si elle n'est pas dotée'. L'Église a besoin de ressources pour que les ministres du culte puissent vivre de l'autel. Aucune fondation n'est licite si l'on n'en a pas assuré la dotation. En un tel spiritualisme, il voit la corne du démon, la fausse pureté qui annonce les faux prophètes, les faux frères, les plus graves persécutions, comme le cheval pâle de l'Apocalypse, c'est-à-dire du troisième groupe, celui de la fin du monde. Cela met en vedette que G. est victime de la manie ternaire qu'il réprouve chez ses adversaires.

A.- Mobiles

9Les nouveaux Ordres selon lui se présentent comme illégaux, anticanoniques, antibibliques, fourriers de l'antéchrist, loups rapaces déguisés en brebis. Très probablement était-il convaincu de ce qu'il disait et a-t-il cru à cette fin du monde dont les Mendiants seraient les hérétiques topiques, dangereux annonciateurs des dernières douleurs. Puisqu'une centaine d'actes émanés de bien cinq papes attestent le contraire, il les a niés spontanément après certaines hésitations qui ont manifesté un progrès de la colère qui l'aveuglait et l'amène à accuser d'hérésie le pape lui-même.

10La seule véritable Église lui semblait celle qui était apparue à ses yeux d'enfant à Saint-Amour : odeur d'encens cérémonial et de hiérarchie traditionnaliste dans laquelle le clerc devait être assuré de pouvoir vivre dignement, dans un groupe social aisé, du travail des autres. La folie de la croix, l'enthousiasme pour les idées neuves et les structures révolutionnaires, l'ardeur mystique pour une pauvreté et une pureté ardentes lui sont complètement étrangères, incompréhensibles, suspectes.

11Quand il se résoud à construire un système d'exposé des motifs, en réalité il demeure toujours vague ; la foi court un grand péril. Le choix de ses arguments n'est pas réussi : le moine primitif, pénitent laïc ne pouvait enseigner ni participer au service du culte ni à la hiérarchie. Mais un millénaire d'histoire ecclésiastique ductile et variée et surtout le dernier siècle ont proclamé le contraire. G. l'ignore et s'obstine à ne pas vouloir qu'on lui ouvre les yeux. Il invente, sans les étudier, des rapports entre le joachimisme vaticinant dont il sent lui-même la tentation en tant qu'obsédé par les périls des derniers temps, et l'aristotélisme naturaliste et rationaliste. Avec brio et l'appui des apparences qui séduisent provisoirement les foules incultes, il accuse l'un et l'autre d'être l'œuvre des Mendiants et de détruire l'Église. Si ses bêtes noires semblent pures, il traite d'hypocrisie ; si elles inventent de nouvelles méthodes, d'hérésie ; si elles soulèvent et convertissent les masses, c'est fait diabolique. La nécessité d'un apostolat nouveau adapté à la nouvelle marée urbaine ? sombres toquades ! G. ignore et ne voit pas, il affirme que l'Église est vérité et donc ne doit jamais changer. Dans ses argumentations n'apparaît même pas un schéma de connaissance du passé dont il ne parle sinon de façon erronée par citations hallucinantes ; ni de sens de son temps qu'il ramène ingénument au passé ; ni une vision lucide du futur qu'il remplace par un prophétisme catastrophique toujours agréable aux esprits simples. G. n'a pas le sens de l'Histoire. Et il se refuse viscéralement à l'avoir et c'est un mobile qu'il transforme mal en motif : le médiocre respect des situations acquises.

B.- Réactions

  • 13 2 Tim, 3.
  • 14 Omnis utriusque sexus c 21 du concile de Latran IV.
  • 15 17, 11.

12A l'approche de la fin du monde, comme l'a prédit saint Paul à Timothée13, un type d'hommes vicieux fera peser sur l'Église une grave menace. L'Église s'est trouvée dans cette situation vers le milieu du xiiième siècle : des personnes hypocrites se vantant d'une sainteté illusoire violaient les consciences et séduisaient les petites femmes par des paroles captieuses et des prodiges fallacieux. Ils n'ont aucune mission de Dieu ou de l'Église et s'immiscent dans le ministère sans avoir aucune charge paroissiale. Seulement le proprius sacerdos, le curé, prêtre en charge a droit sur les consciences de sa bergerie14. Ainsi ils se disent religieux mais vivent en ville au milieu du peuple auquel ils prêchent, dont ils écoutent les confessions, qu'ils séduisent. L'Église primitive, norme du Droit, exige du moine pénitent laïc, une fuite du monde, de s'enfermer dans l'ascèse, de se consacrer au travail manuel dans une campagne isolée, pourvu du nécessaire pour n'avoir pas à peser sur les autres. Qui est autre est au contraire un gyrovague et un goliard. Dans l'Écriture, règle absolue de toute vérité et chez les Pères, interprétation correcte des canons, on n'en trouve aucun qui permette un tel genre de vie qui est quelque chose de nouveau, signe de Satan. Leur religion simulée, leur surprenante austérité n'est qu'hypocrisie de faux frères semblables aux mages du pharaon, à l'insipiens perdrix de Jérémie15. Ils détruisent la paix, agitent l'Église avec leurs continuels déplacements contraires à la stabilité monastique et avec leurs paroles inédites (inouïes inaudita), avec leurs quêtes qui détournent les aumônes des fidèles de leur destination légitime, le clergé paroissial.

  • 16 Trutannos, DUFEIL 201, 289 etc.
  • 17 Loca, DUFEIL 13, 313.

13Ils ont inventé une nouvelle rigueur, mensongère puisqu'on ne la trouve pas dans les textes apostoliques : au lieu de vivre de leurs mains dans la solitude d'un grand monastère, doté comme le réclame la tradition et le droit, ils mendient comme des truands16 par les rues des villes et construisent des maisons17 invraisemblablement contre les canons qui exigent que toute fondation, même un simple oratoire soit suffisamment doté. Ils pratiquent donc une pauvreté non seulement personnelle par vœu mais collective, commune selon la langue du temps, c'est-à-dire que leur institut même est dépourvu de moyens et cette nouveauté destructrice de l'ordre et de la hiérarchie dionysienne de l'Église, non conforme à l'ordre paradisiaque des catégories angéliques éternelles, est par définition ultrasuspecte et en même temps apporte la preuve de leur mensonge fondamental, de l'hypocrisie de leur statut.

C- Intérêts

  • 18 2 Tim 3, 11.

14Ce serait une erreur historique fondamentale d'attribuer à G. comme cela a parfois été fait, de magnifier le travail. Il insiste, c'est vrai, sur qui ne travaille pas ne mange pas18. Mais dans son cas, il ne s'agit pas d'autre chose que de contraindre Dominicains et Franciscains à abandonner la carrière universitaire pour les réduire à travailler de leurs mains. A G. n'importe aucun mouvement ouvrier, urbain ou bourgeois ; paysan et professeur, il n'y adhère jamais. Au contraire, roi et princes, magnats, prélats, maîtres, respectables prêtres à cape close et aussi les bourgeois bien vêtus qui vivent du travail d'autrui, les membres d'une catégorie sociale dominante, ne doivent pas travailler de leurs mains. Le petit peuple à l'inverse et les religieux, simples pénitents, n'ont pas fonction d'enseigner mais de pleurer.

  • 19 DUFEIL 184, 202.

15Quand on fait remarquer à G. que bien cinq papes ont approuvé, soutenu, promu pour raison évangélique, les nouveaux Ordres et qu'il traite de l'adaptation même de l'Église au rythme des nouveaux temps, il se révolte : je ne crois pas le pape contre l'apôtre19. Il n'y a pas ici une anticipation de Luther. G. défend encore l'autonomie des églises locales contre le progrès du centralisme romain. Il manque là, vers le milieu du siècle, la compréhension de la modernité de son propre temps. De fait, il organise la résistance. Les collègues, réunis, limitent et suppriment les chaires des religieux ; les étudiants regroupés autour de lui persécutent concrètement les Mendiants ; les curés exaspérés par les pertes pécuniaires causées par les quêtes des nouveaux Ordres s'agitent pour tarir la source de ces aumônes dans l'opinion publique ; diverses instances surtout canoniales et universitaires assiègent les prélats et la Curie et finissent en cette tension par faire pencher la balance en faveur des Mendiants.

Conclusion

16Déjà entrés en sourdine, les ennemis intimes du christianisme, chefs de ces nouveaux religieux, enseignent des méthodes neuves et scandaleuses et finalement de nouvelles doctrines. Sans aucun respect pour le caractère sacré de l'Écriture, ils appliquent le sytème aristotélicien de la raison, la logique humaine et païenne à l'étude du sens des versets révélés. Ils proposent un type de monde naturel à côté du surnaturel, explication en somme non directement providentialiste, non ramenée à Dieu et à l'Église. Dialecticiens, ils permettent ainsi la discussion comme méthode ruinant la paix persuasive qui doit régner entre les chrétiens. Mais la preuve la plus éclatante de leur hérésie est que ces fourriers de l'antéchrist ont écrit aussi leur Mane Tekel Fares au parvis de Notre-Dame, publiant un libelle dans lequel ils osent annoncer la fin de l'Église, des sacrements, de la nouvelle loi et de la sainte hiérarchie. Un Mineur sicilien, frère Gérard de Borgo San-Donnino, a effectivement publié à Paris en 1254, un Introductorius ad euangelium eternum. Le pape Alexandre IV l'a fait condamner après un examen complet par une commission de cardinaux dont faisaient partie le dominicain Hugues de Saint-Cher et Eudes de Châteauroux adversaires déclarés de G. Leur analyse est cependant bien éloignée de celle des Excerpta tendancieux que G. en avait tirés pour démontrer sa propre thèse, que la commission a examinés et réprouvés avec le livre incriminé.

17Comme il est vain de tenter une synthèse des motifs de G., il en résulte qu'il est de même impossible de décrire sa doctrine car il n'en a proprement aucune.

Notes

1 Cf. M.M. DUFEIL, Polémique universitaire parisienne 1250-59, Picard 1972 avec bibliographie.

2 DUFEIL o. c. 22.

3 DUFEIL 50, 109.

4 DUFEIL 91 sv. H. DENIFLE + E. CHATELAIN, Chartularium uniuersitatis parisiensis I, Paris 1889 n° 216.

5 ibid. 219, DUFEIL 94 sv.

6 DUFEIL 100-13.

7 DUFEIL 101.

8 DUFEIL 119-27.

9 Chartularium n 236, 240 ; DUFEIL 114, 127 sv.

10 DUFEIL 161-7, 171 sv.

11 Radix amaritudinis, Chartularium n 256. DUFEIL 170.

12 1 Cor 9, 13.

13 2 Tim, 3.

14 Omnis utriusque sexus c 21 du concile de Latran IV.

15 17, 11.

16 Trutannos, DUFEIL 201, 289 etc.

17 Loca, DUFEIL 13, 313.

18 2 Tim 3, 11.

19 DUFEIL 184, 202.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540