Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Deux méthodes de composition : Guillaume de Saint-Amour et Thomas d’Aquin (1256). (26 novembre 1977)

Culture et travail intellectuel dans l'Occident médiéval, 1977

Texte intégral

1Sur les bases céréalières de solides néolithiques, des civilisations chalcolithiques, et chacune de leur côté ou parfois plusieurs, ont inventé pour le meilleur et pour le pire, l'écriture ; parce qu'au temps du fer le prime État en avait besoin pour diffuser ses ordres et ses contrôles. Depuis l'espèce des primates supérieurs sapiens-sapiens est, plus encore qu'avant, aux prises avec l'inextricable. En particulier quand l'écrit sert à transmettre la pensée sans la présence.

2Réfléchir, expliquer, diffuser, influer etc. passent désormais par l'acte de poser ensemble des signes, lettres ou idéogrammes, correspondant aux sons et aux idées : phonèmes, morphèmes, sèmes. Intégrés ou successifs, ces signes vont ensemble, se répètent, se renvoient : composer ; tout est écrit en sémèmique et le plus bref proverbe est un rébus, un champ de signifiances. De l'intuition à l'enchaînement et à la rédaction, nous savons assez mal comment nous composons nous-mêmes, héritiers de longues complexités tissant en schèmes divers procédés. Il y a bien quelques études disparates sur des procédés de composition plus ou moins célèbres de tel auteur ; mais c'est plus facile pour Voltaire ou Proust que pour Hegel, Marx ou Newton. Composer n'est pas un terme de taxinomie formalisée.

3Il demeure donc malaisément révélateur et délicat d'opposer deux structures mentales à travers deux "méthodes de composition", au cours d'une crise universitaire parisienne où sévissait la polémique (1252-1272).

I- Guillaume

  • 1 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-1259), Pari (...)

4L'examen des manuscrits et la familiarité avec eux, puis même par la suite avec les textes imprimés, permet de sentir et deviner puis étudier, parfois de formaliser les principaux linéaments du processus de rédaction et de composition chez Guillaume de Saint-Amour1.

  • 2 Dufeil (M.M.), Un universitaire réactionnaire, Actes du 95èmeCongrès des Soc. Savantes, Reims, 197 (...)
  • 3 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…. p. 85-86, 107 sq.
  • 4 Ibid., p. 124-127 ; Trois sens de l'histoire, Congrès des Soc. Savantes, 1974, à paraître.
  • 5 Dufeil(M.M.),Guillaume de Saint-Amour p. 101-103, 126, 139 (165).
  • 6 Ibid., p. 201,290.
  • 7 Ibid., p. 54, 102, 379, 1.28.
  • 8 Ibid, p. 93, 102-103, 136 (65), 138 (112), 378-379.
  • 9 Ibid, p. 167 sq.

5Le maître en question, assez célèbre polémiste, est à l'évidence d'abord un vivant, un passionné ; il n'écrivait que poussé par sa querelle et tout le reste de son enseignement, oral, est perdu, malgré la vigueur des passions qui fit conserver jusqu'à des broutilles. Ardent professeur qui n'écrivait guère, le voilà qui se bat pour des intérêts et donc des idées. Il se fâche en effet, quand, admirant les nouveaux maîtres pauvres, on veut appauvrir tous les maîtres2. Réfléchissant sur sa querelle, il se lance en disputes et se voit acculé à jeter sur le papier (parchemin) arguments et raisonnements. Dès 1252, il rédige de brefs textes contre les Mendiants3 et dresse probablement un syllabus de propositions (mal) extraites de l'œuvre d'un de ses adversaires, Gerardo da Borgo San Donnino, o.f.m. : Introductorius in euangelium eternum4. Il pratique souvent d'ailleurs l'interprétation tendancieuse : "quasi diceret5dixit6" et la glose tronquée7. Peut-être durant l'an 1254 a-t-il jeté quelques péricopes et citations d'Augustin, que les florilèges délivraient ensemble dans une questio disputata à laquelle répliquerait le texte conservé de fr. J. Pointlasne o.p.8. A moins que l'échange ne se soit déroulé en sens inverse de Pointlasne à Guillaume. Enfin, pendant les grandes vacances 1255 et vers la rentrée de cet octobre, en un secret bien gardé contre le malencontreux Grégoire, Guillaume rédige un premier état de son fameux libelle groupant contre les Mendiants une série d'auctoritates9.

  • 10 Ibid., p. 229.
  • 11 Ibid., p. 224-225.
  • 12 Ibid., p. 223.

6On peut noter dès maintenant que cette méthode n'est pas une technique, car elle est naturelle, viscérale même, et non systématique. Notre auteur est évidemment un passionnel, peut-être un peu bilieux ; en tout cas un verbo-moteur : dans son sermon de Pentecôte 1256, il débute par un paragraphe neutre partant du Theuma et sans annonce, au mot religiosus, un brusque accès de sa maladive passion l'emporte et son plan implose en une solide série vitupérante contre les Mendiants et le roi10. Son œuvre principale, que les hâtes de la même année lui bousculèrent souvent, le De periculis, présente les mêmes symptômes : le ch. 12 annonce six manières de repousser les périls des derniers temps. (Ceci déjà m'a toujours laissé inquiet et pantois, car les périls des derniers temps semblent par leur nature inéluctables, mais bast !). Ces six mesures anti-fin du monde une fois énumérées en 432 mots ou chiffres et six sigles de paragraphes, on croit le chapitre terminé. Mais non, un alinéa nous allèche d'une première reprise raboutée : "si autem breuiori manu". Et ce premier développement supplémentaire non annoncé est suivi de trois mini-questions : "si queratur-respondemus", "inquies-respondemus", "sed dicet quis-respondemus" entraînées par les mots petere et mendicare. Ainsi ravaudé, ce ch. 12 devient l'un des plus longs mais sans plan11. On saisit sur le vif le travail de Guillaume et de sa petite équipe dont il dit lui-même en ses défenses : "quedam addendo"12.

  • 13 Ibid., p. 179.
  • 14 Ibid., p. 177.

7Durant le même hiver 1255-1256 Saint-Amour dispute âprement contre Bonaventure et vient même finalement dans un faux pas célèbre contrer de vive voix le jeune maître franciscain en son école même, alors que notre Guillaume prétendait ne pas la reconnaître et qu'elle n'avait aucune valeur13. Les questions qu'il avait tenues juste avant, en ce premier trimestre, sont pour nous d'un grand intérêt, car on y détecte ses procédés de rédaction. La De valido mendicante et la De quantitate elemosyne allongent leurs péricopes en désordre et non dans la séquence ordinaire des livres bibliques, comme font les autres scolastiques ses adversaires. Mais le structuralisme nous a appris ou réappris qu'il n'y a pas de hasard ni d'absurde et qu'un désordre n'est qu'une structure différente. Il ne faut pas suivre des idées - idéélisme - mais le réel. L'ordre, austère et contraignant que suit, peut-être rigoureusement, Guillaume est celui du Decretum avec un florilège annexe qui reste à déterminer. Les péricopes ou citations qui tombent ensemble sont en réalité déjà ensemble dans le Canon14. Ainsi Chrysostome, Super Epistola ad Hebreos, obj. 17 du Mendiant valide est d. 42 c. 2 ; et une glose du Canon, Bibl. Nat. lat. 14. 317, du xiiième siècle, en son f° 31b (ht), renvoie de là à d. 86 c. 21, qui tombe chez Guillaume en cette questio à l'ad lu m puis à 16 q. 1 c. 5 qui apparaît à l'obj. 20 sous l'allure d'un Hieronimus ad Paulinum. Et tandis que notre auteur tenait les pages de son florilège glosant le Decretum, il y a rencontré aussi d. 86 c. 17 qui est l'opposition 2. Le réseau des citations est concrè-tement très serré autour de quelques pages.

8La série curieuse De quantitate elemosyne : Matth. 19, Mc. 10, Ps. 39, Matth. 5, Luc 2, Luc 14, Luc 16, Act 3, Jac. 2, Luc 5, Matth. 27 et parallèles, Eph. 3, Matth. 6, s'explique aussi par la d. 86 où Ambroise et Augustin apportent diverses péricopes. Cette méthode avérée de Guillaume lui est un procédé facile, convenant à un polémiste qui se bat contre le temps ; mais c'est un emploi logique de rangements déjà opérés par sujets. Simplement les adversaires, en reprenant apparemment toute la Bible dans l'ordre chronologique, ont à leur disposition soit des florilèges plus riches soit un réexamen récent et complet des thèmes de la question. Malheureusement pour Guillaume, la seconde méthode surclasse la sienne. Cet entassement "désordonné" était un ordre pauvre, car il y a toujours un ordre : pas d'absurde, tout s'explique. Mais cette signification cachée enfin découverte ne suffit pas à le rendre le pire de tous les scolastiques.

  • 15 Ibid., p. 195 (123) II B.
  • 16 Ibid., p. XXV (16).
  • 17 Ibid., p. 195 (126).
  • 18 Guillaume de Saint-Amour, Opera Omnia, Paris, 1632, p. 17-19, 71 ; Dufeil (M. M.), Guillaume de Sa (...)

9Si le lire est lassant, ce n'est pas seulement par l'avalanche monocorde et insane de péricopes rubriquées. Thomas d'Aquin en réalité en manœuvre, même simplement dans cette dite querelle, beaucoup plus que lui. Cet entassement certes paraît relâché, aléatoire, voire stupide ; mais nous venons de découvrir le secret caché par l'auteur de leur lien préalable dans le Canon. C'est surtout que ce déversement de blocaille n'est discipliné par aucun parement. Au Respondeo dicendum au moins, on attend une rémission du lancinement, un bref exposé de la thèse soutenue, un article, un essai. On se prend à souhaiter que Guillaume cesse de citer, écrive une phrase de lui. Mais justement, il n'y a jamais rien d'autre que des auctoritates. A cet endroit même il affirme que tout est citations "Respondeo secundum magistrum Gulielmum Altissiodo-rensem15. Seul maître récent nommé par notre farouche traditionaliste partisan des sancti patres, et dont Guillaume reprend une glose relativement rare sur Tharsis, Auxerre doit être le professeur sous lequel notre Guillaume parcourut sa carrière16. A la plus ancienne des deux questiones jumelles de cet automne 1255 des disputationes, Ualido Mendicante, le respondeo dicendum est encore plus intéressant : "respondeo sine preiudicio, ad primum17" "je réponds sans préjugé". Il y aurait selon lui preiudicium (préjugé…) à exposer rationnellement une thèse en d'autres termes que ceux des auctoritates. Aucun exposé personnel n'est tolérable en matière de foi ; et quand il poursuit de sa plume après ses citations, il ne fait qu'une paraphrase délayant les mots mêmes de l'auctoritas ou d'une autre voisine dans son florilège. Ce ressassement paysan à la Péguy finit par être chez lui hallucinant. Une enfilade baroque de citations appuyée par un faux texte bâti en trompe-l'œil de simples redondances écarte toute philosophie, toute théologie même, toute construction scientifique. Il est là en réalité parfaitement cohérent : c'est la méthode même qu'il affirme sans arrêt contre les grands penseurs auxquels il s'oppose, en particulier au prologue du De periculis18. Foin de rationibus logicis, pas un mot ne doit venir du maître, l'auctoritas seule toute nue mais assénée et répétée doit remplir tout le texte. Sinon il y aurait "préjugement".

  • 19 Dufeil (M. M.), Un universitaire réactionnaire, Actes du 95ème Congrès des Soc. Savantes, Reims, 1 (...)

10Bien entendu, la façon même dont Guillaume entend ses auctoritates est une manière implicite de raisonner et une thèse. Bonaventure lui a rendu le malin service, dans les objections de la disputata de mendicitate, de tirer des œuvres de Saint-Amour des rationes19. C'est qu'en effet rien n'est si raisonneur que la passion même. C'est bien par une débauche de logique passionnelle que Guillaume refuse toute logique ; avec un certain succès parfois, car il a des illogismes adorablement réussis, comme de vouloir repousser la fin du monde prophétisée par ces auctoritates intouchables.

  • 20 Dufeil (M. M.), Guillaume de Saint-Amour…, p. 328 sq.
  • 21 Guillaume de Saint-Amour, Opera Omnia, Paris, 1632, p. 22-24 et 145 ; Denifle (P.H.), éd. Chartula (...)

11Ce réflexe pulsionnel de compilateur est donc devenu chez lui un procédé systématique et qui empire jusqu'à sa dernière œuvre : les illisibles et délicieusement passionnantes Collectiones Canonice Scripture20, les parfaitement nommées, simple collection d'Écriture selon le Canon. Il vitupère, il adjure, il exorcise ainsi son Sathanas : la science. Cette méthode exécrable et tendancieuse est en réalité une structure merveilleusement cohérente. Pas d'ordre dans les citations, illustre adéquatement le ch. 2 du De Periculis, où il est déclaré que la hiérarchie ecclésiastique est seulement une copie de la hiérarchie angélique21. Peut-on mieux et plus radicalement s'opposer au courant naturaliste des aristotéliciens Mendiants ? à cette autonomie du temporel que Thomas d'Aquin développe en ce temps ?

  • 22 Chenu (M.D.), Saint Thomas d'Aquin et la théologie, Paris, 1959, p. 11-17.

12Refuser solennellement toute problématique et se cantonner en conséquence à cette thématique répétitive n'est que l'affirmation de sa problématique : pas de raisonnement, pas de logique philosophique, pas de développement de l'exposé. Si un méchant, en effet, explicite la problématique ainsi occultée, il s'agit de garder les structures des chaires universitaires de la pauvreté des Mendiants et de leurs quêtes, les avoirs des curés et chanoines. Guillaume était tout cela, comme on sait. Et réfugié dans l'indébusquable maquis du Droit pur contre tout évangélisme22.

II- A propos de Thomas d'Aquin

13Le jeune maître dominicain est en 1256 déjà un tout autre homme. Et une œuvre toute autre. On ne saurait résumer ni l'un ni l'autre en quelques éléments. Et si il affirme, lui, sa problématique en l'exposant, ses autres secrets sont mieux gardés : on ne saurait en le lisant définir ses réflexes ordinaires. Personne ne peut se vanter d'avoir pénétré et découvert Thomas d'Aquin. Plus vaste et plus complexe, Thomas est aussi plus mystérieux. Et si Guillaume, mal embusqué, en fait est vite explicité, est clair, Thomas même quand il est limpide garde cet éclat qui éblouit. Au reste il ne s'agit ici que de ce jeune Thomas qui s'opposait alors à Guillaume ; partie essentielle peut-être ou fondamentale, mais mince partie de son œuvre dont Guillaume âgé déjà et voué à sa seule polémique forcenée, n'a pu empêcher le déploiement.

  • 23 Thomas dAquin, Contra Impugnantes Dei cultum et religionem, éd. Léonine, Rome, 1970, p. 161, LL. 1 (...)
  • 24 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…, p. 212-213.
  • 25 Ibid., p. 254.

14Ce déséquilibre est la structure de notre exposé qu'il ne faut donc à aucun prix transformer en une comparaison de Guillaume à Thomas. Il ne s'agit que de leur contrepoint ; et Guillaume est entier dans ce point-là que son adversaire déborde totalement. Ils ont d'ailleurs des ressemblances plus ou moins révélatrices. Par exemple, le déversement des florilèges. Ils pratiquent l'un et l'autre la rétorquation, par laquelle on retire un argument chez l'adversaire en l'enchâssant chez soi dans une signification inverse23. Mais ce procédé scolastique typique n'est-il pas naturel en toute dispute ? C'est renvoyer la balle, ou la grenade même, de l'autre en l'autre camp pour qu'elle y explose. Une hâte semblable encore les rapproche. Ses supérieurs ont commandé à Thomas un ouvrage répliquant au De periculis tard déjà dans l'année 1256 comme Guillaume, grand lutteur et astucieux, avait soutiré une commande de son libelle aux évêques réunis à Paris le 1er mars pour dirimer le conflit24 : aussi un élément annoncé ne fut-il jamais écrit, car la précipitation empêcha Thomas de remplir son plan et l'une des parties est radicalement plus courte, n'ayant jamais été développée. La condamnation de Guillaume dès octobre à Rome fit mettre l'œuvre en réserve, et si elle servit d'arsenal d'arguments dans les reprises de conflit, elle ne fut jamais terminée25. C'est par ailleurs un trait de tempérament de Thomas d'Aquin : il préfère lancer un projectile que laquer une clausula ; nous autres professeurs, c'est-à-dire initiateurs, nous savons combien est rebutant de clore.

  • 26 Dufeil (M.M.) Un universitaire réactionnaire, Actes du 95ème Congrès des Soc. Savantes, Reims, 197 (...)

15Il ne faudrait pas oublier dans les ressemblances en cours de composition sinon de composition, entre nos deux auteurs de 1256, leurs mouvements de colère. Thomas n'a rien de tendre dans cette dure et grave affaire. Il pousse la rétorquation jusqu'à accuser son adversaire de joachimisme ; et il expose à cet endroit avec brusquerie, que ses ennemis tombent dans la fosse qu'ils ont creusée. Il écrit imperturbablement, religieusement : "plane mentiuntur ", ils mentent carrément ; même un jeune auteur entraîné en polémique peut être plus diplomate. J'ai d'ailleurs déjà attiré l'attention sur l'excès même de son exergue à ce Contra Impugnantes Dei cultum et religionem : "Ecce Inimici tui sonuerunt26…". Personne ne peut admettre ainsi que Guillaume était l'ennemi de Dieu tout cru. Vieux chanoine intéressé, médiocre professeur empêtré dans ses vitupérations monocordes, réactionnaire éclatant qui refuse tout mouvement de l'Église et de l'histoire, cela suffit évidemment. Ennemi de Dieu ? Thomas cette fois a frappé trop fort. Cela me plaît, je dois le dire, de révéler en ce jeune homme un être réel, vivant, à la place de l'andouille dévote souvent imaginée.

  • 27 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…., p. 222, 229.
  • 28 Dondaine (A.), Les Secrétaires de Saint Thomas, Rome, 1956.
  • 29 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…, p. 45-54, 221.
  • 30 Ibid., p. 213.
  • 31 Ibid., p. 263, 354.
  • 32 Ibid., p. 234-235.

16Mais l'important n'est pas là, dans ces aspects menus des procédés de composition. Il est davantage dans l'effet de masse. Thomas écrase régulièrement son adversaire et durant toute son œuvre il écrase de même, si l'on ose dire, tous les thèmes qu'il aborde, par une quantité impressionnante d'auctoritates par personne égalée. Même le compilateur qu'est Guillaume traîne loin derrière cette quantité industrielle. Le vrai mot est lâché : industrielle. Thomas a certes une mémoire, une capacité de travail, un sens de l'effort soutenu, des temps d'accumulation, une santé pour tout dire écrasante ; ne lui dénions pas, toute la documentation l'affirme et tout ce qui nous reste. Il ne faisait en un sens rien d'autre que prier et travailler, au sens le plus fort des deux verbes ; bien de ses adversaires ou amis ou épigones avaient besoin de récupérer plus souvent ou plus longtemps. Mais cette explication par le génie laisse la statistique insatisfaite. Il y a plus dans l'œuvre, et dès notre Contra Impugnantes, qu'un homme. Thomas a tout l'Ordre des Prêcheurs derrière lui. Et un peu le pape qui commande le travail et le soutient ; et le roi qui a saisi et livré les pecie de son adversaire27. L'équipe28 qui travaille sous sa direction est puissante, continue, régulière, approvisionnée en tous moyens, encadrée et soutenue. Elle a décidé de méthodes de travail neuves et vigoureuses. Le rangement des auctoritates par une logique simple à partir de florilèges plus nombreux, mieux maniés, mieux dominés, est éclatant par opposition au système de compilation pauvre, par entraînement ou proximité, que pratique Guillaume. Celui-ci certes a une équipe avec lui, de quelques jeunes disciples, mais médiocres et médiocrement entraînés, et certainement occupés davantage à leurs vies privées. Certes l'Université, ses stationarii et ses copistes ont fini par être à son service. Mais une Faculté de Paris, en butte à diverses jalousies et querelles peut avoir fait reculer évêques et chanoines à la fin du siècle précédent29. Elle ne fait cependant pas le poids devant un Ordre international, uni et appuyé par les plus grandes forces du temps, le roi, le pape, l'opinion. Oui. l'opinion. Guillaume au niveau des astuces et des excipations comme des roueries est un rude jouteur : on l'a vu avec sa société rompue et son piège de l'été 1255 pour soustraire son libelle aux ennemis en lui soutirant l'Euangelium eternum. Mais tout ce flair procédurier garde une allure artisanale, fleure le rustique30. Humbert de Romans peut, lui, au nom de saint Dominique, mouvoir non seulement roi et évêques mais toutes les couches de la société en face d'un groupuscule étudiant progressivement diminué par la colère même de son chef31 : c'est la solennelle et efficace réponse à toute accusation d'hérésie par l'entrée processionnelle, liturgique des reliques de saint Pierre martyr, à Paris. Faire venir à Paris seulement le cadavre d'un martyr tout frais en plein xiiième siècle est évidemment une politique ; elle a réussi32. Elle donne le la du véritable rapport des forces. Guillaume est un amuseur. Le génie de Thomas traduit en sa démarche la force de son esprit et aussi de son groupe. Ses procédés de composition sont en cohérence avec cette force : plus d'auctoritates et mieux utilisées, à dix contre un. La pertinence extraordinaire de son œuvre n'en est que mieux enchâssée.

  • 33 Ibid., p. 231.
  • 34 Ibid., p. 258 et 280 (209).

17Cette irréfutable analyse concrète, explication matérielle sans être d'un agressif matérialisme, montre la cohérence des structures, et que le camp de Thomas est le camp moderne, celui du progrès, et combien Guillaume est un arriéré. Toutefois le dernier aspect, le plus important, reste encore à exposer. En cohérence avec cette modernité, avec cette force qui est le sens de l'histoire, Thomas oppose comme jamais personne avant lui sa composition à celle rudimentaire de Guillaume : un exposé dense sépare toujours les auctoritates par une exploitation rationnelle, scientifique, de leur portée. Il n'y a pas deux mais quatre sens de l'Écriture ; on ne saurait raisonner sur le sens spirituel, qui pourrait être dangereux, mais seulement sur l'hebraica ueritas, le sens obvie33. Le mot société est plus riche et complexe que ne le sait Guillaume34. L'attention totale au terme, à ses connotations, à son contexte, s'oppose à une signification pieuse, traditionnelle, unique et indiscutable. Ici la distance de Thomas à Guillaume est celle qui sépare un philologue d'un psalmodieur de sacristie.

18D'où cet effet, induit mais logique, qu'on lit Thomas car il écrit et qu'on parcourt Guillaume en y reconnaissant les écrits des autres. On est conduit par Thomas dans le sens, dans le réseau du sens ; on débusque une signification incluse chez Guillaume. L'air des concepts circule dans le paragraphe thomasique face à l'assènement inexorable et moniste de Guillaume. Un paragraphe pris au hasard, le second du ch. 24 du Contra Impugnantes, nous offre cent quatre-vingt-sept mots, dont quarante-quatre de citations et sigles, et au moins cent porteurs de sèmes. Dans le ch. 12 du De periculis, un passage cohérent de quatre cents trente deux mots ne nous donne que cinquante cinq mots clés de sèmes autonomes et quatre-vingts seulement sont autres que sigles, chiffres ou citations répétées. Cette proportion n'est pas la pire, elle a même valeur d'ordinaire. Ainsi Guillaume ressasse, Thomas explique. La modernité du génie thomasique est en résonance avec la modernité de son camp, de son effort. Elle est aussi en résonance et en accord avec la modernité de son procédé de composition ; et avec cette méthode de l'exposé raisonné, s'inaugure l'essai philosophique réfléchi sur un thème traité au-delà des auctoritates.

  • 35 Dufeil (M.M.), Evolution ou fixité, dans Rev. Sciences Philos. Théol, 55 (1971), p. 472-474.

19En somme Guillaume construit une petite chapelle rustique par entassement de matériaux bruts, et sans beaucoup d'ouvertures ; c'est en fait ce que pour lui veut dire : composer. Bâtir un traité se compare en effet à élever un bâtiment. Et il n'y a nul arbitraire panofskien ou marxiste à cela35. Panofsky et Marx ont par ailleurs raison d'attirer notre attention sur la cohérence des structures contemporaines que notre idéalisme sépare arbitrairement. Le même groupe concret d'hommes vivant ensemble, mangeant, dormant, travaillant côte à côte, se payant les uns les autres, n'avaient pas à leur disposition des modèles mentaux hétérogènes. Le modèle mental de l'écrire, c'est alors attesté, est comme il est naturel, irréfutablement parent du modèle mental du bâtir. Componere et ordo s'emploient pour tant de choses au xiiième siècle ! L'art de bâtir était à l'un de ses apogées et servait ordinairement de comparaison à toute construction mentale, poétique ou théologique. Pourquoi nierions-nous ou tairions-nous un rapport alors affirmé et en soi certain ? Faut-il dire que c'est la nature humaine, la nature des choses, l'explication économique par le concret ou un fait de cohérence structurelle ? Qu'importe la langue scolastique, marxiste ou lévistrausienne dans laquelle vous préférez exprimer l'évidence ! La seule faute serait de la taire par séparatisme idéaliste.

20Thomas est donc l'architecte d'un chantier urbain, intellectuel, vaste et moderne où les soutènements s'écartent pour porter hardiment en hauteur un système d'ouverture et de lumière ; et l'utilité de Guillaume est, par son martèlement archaïque, de le souligner d'un trait épais et passionné : il est sa rubrique et sa base.

Notes

1 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-1259), Paris, 1972, p. 125-130, 145, 167, 170-172, 174-185, 194-195, 212-215, 221-229.

2 Dufeil (M.M.), Un universitaire réactionnaire, Actes du 95ème Congrès des Soc. Savantes, Reims, 1970, I. p. 239-274.

3 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…. p. 85-86, 107 sq.

4 Ibid., p. 124-127 ; Trois sens de l'histoire, Congrès des Soc. Savantes, 1974, à paraître.

5 Dufeil(M.M.),Guillaume de Saint-Amour p. 101-103, 126, 139 (165).

6 Ibid., p. 201,290.

7 Ibid., p. 54, 102, 379, 1.28.

8 Ibid, p. 93, 102-103, 136 (65), 138 (112), 378-379.

9 Ibid, p. 167 sq.

10 Ibid., p. 229.

11 Ibid., p. 224-225.

12 Ibid., p. 223.

13 Ibid., p. 179.

14 Ibid., p. 177.

15 Ibid., p. 195 (123) II B.

16 Ibid., p. XXV (16).

17 Ibid., p. 195 (126).

18 Guillaume de Saint-Amour, Opera Omnia, Paris, 1632, p. 17-19, 71 ; Dufeil (M. M.), Guillaume de Saint-Amour…, p. 53-54 : "philosophi…rationibus logicis… altercatio sophistica collectio catholica…".

19 Dufeil (M. M.), Un universitaire réactionnaire, Actes du 95ème Congrès des Soc. Savantes, Reims, 1970, I, p. 259.

20 Dufeil (M. M.), Guillaume de Saint-Amour…, p. 328 sq.

21 Guillaume de Saint-Amour, Opera Omnia, Paris, 1632, p. 22-24 et 145 ; Denifle (P.H.), éd. Chartularium Universitatis Parisiensis, I, Paris, 1889, p. 440.

22 Chenu (M.D.), Saint Thomas d'Aquin et la théologie, Paris, 1959, p. 11-17.

23 Thomas dAquin, Contra Impugnantes Dei cultum et religionem, éd. Léonine, Rome, 1970, p. 161, LL. 176-177 : "quam reprobant assentiunt ; Dufeil (M.M.), Un universitaire réactionnaire, Actes du 95ème Congrès des Soc. Savantes, Reims, 1970, I, p. 259 : "pane furato" ; Guillaume de Saint-Amour…, p. 181-184, 194-195, 258 : "alias non concordaret".

24 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…, p. 212-213.

25 Ibid., p. 254.

26 Dufeil (M.M.) Un universitaire réactionnaire, Actes du 95ème Congrès des Soc. Savantes, Reims, 1970, I, p. 239-247 ; Evolution ou fixité, dans Rev. Sciences Philos. Théol., 55 (1971), p. 467.

27 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…., p. 222, 229.

28 Dondaine (A.), Les Secrétaires de Saint Thomas, Rome, 1956.

29 Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour…, p. 45-54, 221.

30 Ibid., p. 213.

31 Ibid., p. 263, 354.

32 Ibid., p. 234-235.

33 Ibid., p. 231.

34 Ibid., p. 258 et 280 (209).

35 Dufeil (M.M.), Evolution ou fixité, dans Rev. Sciences Philos. Théol, 55 (1971), p. 472-474.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540