Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Le roi Louis dans la querelle des mendiants et des séculiers

Septième centenaire de la mort de Saint Louis Actes des colloques de Royaumont et de Paris (21-27 mai 1970) Les Belles Lettres, Paris, 1976

Texte intégral

  • 1 Decretum, C. 19, q. 2, c. 2.
  • 2 St. Thomas d'Aq. et la théologie, Paris, 1959, p. 15.

1Toutes les hiérarchies sociales, bonzes et commissaires du peuple, tous les clergés, sont plus ou moins constamment confrontés avec leur idéal. L'Église romaine en particulier fait face à son évangile, tantôt vers l'autel tantôt vers le peuple. Depuis Grégoire VII surtout cette exigence n'a guère cessé de tendre les rouages et les hommes de ses divers clergés. De quelques anciennes structures éclatées, non sans bruit de châtaigne, naissent de nouvelles poussées qui se terminent en institutions nouvelles. Corruptio illius generatio alterius : cette dialectique est à merveille exprimée par le Due sunt leges1 attribué à Urbain II, ce pape qui de Clermont en un geste inouï avait jeté l'Europe naissante dans son premier motus ad extra. Il y a donc deux lois, celle de la règle et celle de l'esprit, celle d'Antigone et celle de Créon et, comme disait presque un certain Napoléon, à la longue la règle est toujours battue par l'Esprit. L'homme qui depuis des années porte parmi nous le souffle de l'Esprit, ex ordine Predicatorum frère M.D. Chenu maître en théologie, a parfaitement fait sentir2 comment la naissance des Ordres Mendiants avait été le souffle de la Pentecôte qui fracasse les légalismes, bouscule les canons conciliaires et froisse les hiérarchies installées.

2Si bien que la querelle des Mendiants et des séculiers au xiiième siècle est une affaire exemplaire, non seulement en théologie ou en métaphysique pures mais en histoire. Il est inutile voire dangereux d'en montrer l'actualité où ne manque ni le prolétariat provincial des desservants ruraux, ni le désenchantement des cadres moyens - chanoines et archidiacres - ni le détonateur étudiant. Cet emploi de la méthode comparative risque d'être troublé par la proximité encore chaude de mai 68. Il est presque inutile, voire dangereux aussi, de raconter la querelle elle-même : seul le gros public en ignore la célébrité ; tous les treiziémistes et bien davantage la connaissent. Cependant, même en un temps très court, pour mieux y reconnaître le jeu du roi, il en faut esquisser comme un profil perdu.

I.- La fameuse querelle

A.- Les divers clergés ne se goûtent pas entre eux

  • 3 DENIFLE et CHATELAIN, Chartularium Universitatis Parisiensis, t. I, N° 34-42. (Sera dorénavant sig (...)
  • 4 1 Cor. 9, V. 14.
  • 5 Malgré MANDONNET, R.T., 4 (1896), p. 333-35.
  • 6 C.U.P 240, 21 novembre 1254.
  • 7 C.U.P 236, 10 mai 1254.
  • 8 Analecta Sacri Ord. Predicatorum, 17 (1925), 174-223 ; en 1246. Cf. C.U.P 125, 129 et P. ABATO, Mo (...)
  • 9 Monumenta Ordin. Predicatorum Historica, 3, p. 5, 11, 15, 21, 24, 26, 28, 36, 51, 63 etc. et t. 5, (...)
  • 10 Quanto studiosius et Ordinem uestrum, au chap. général de Metz, en 1254 (mai, Salimbene de Adam, C (...)

3C'est un fait que le heurt fondamental entre les nouveaux ordres et le clergé en place eut lieu dès le début, dans les paroisses. A chaque fondation, avant toute érection canonique, il faut soigneusement dédommager les recteurs, surtout quand le curé primitif est un puissant chapitre, comme à St. Jacques de Paris avec St. Benoît-le-Bétoumé3. La nouveauté et la pureté de vie des Mendiants leur assurent en effet une étonnante et rapide influence et les fidèles qui affluent aux prédications et confessions donnent largement à ceux qui répandent largement la grâce, conformément à la parole de saint Paul Qui euangelium annunciant de euangelio uiuere4. Quêtes, oblations à l'occasion des sacrements, aumônes, dons, legs, pénitences pécuniaires, sépultures et droits afférents… que le ministère implique sont autant de rentrées pour les couvents et donc de manque à gagner pour les paroisses. La générosité des fidèles est en effet commandée par leurs ressources et ce qu'un clergé prend, l'autre ne l'a pas, car la ponction a déjà atteint la limite. Variété des types et quantité des membres, l'homme du xiiième siècle ne manque nullement de clergés à entretenir et s'il porte son effort de don vers les nouveaux, les anciens se sentent lésés. Depuis 1220 dans toute l'Europe, tout est succès sous les pas des Mendiants du côté des foules, d'où tout est grincement, jalousies, querelles du côté des curés. Les évêques, las des plaintes de leurs plebani et recteurs, se laissent entraîner ; on en cite peu de clairement et constamment bienveillants5 et ce sont alors toujours des prélats connus pour leur activité réformatrice ; l'amitié à l'égard des Mendiants est même à mon sens un signe certain de haute densité spirituelle. Les papes s'emploient à la faire naître quand elle tarde au naturel. En 35 ans, 580 bulles dont 347 d'Innocent IV en témoignent. Alexandre IV, doublant le rythme de 15 à 30 l'an, en délivra 302. Si bien que le mouvement d'humeur du vieil Innocent IV avant de mourir, sa fameuse Etsi animarum6 à l'automne 1254, est une curiosité parfaitement isolée. Elle s'explique par l'influence de Guillaume de Saint- Amour, alors procureur de l'Université de Paris auprès de la Curie, sur un vieillard peut-être vexé. Elle n'avait été préparée que par une lecta coram7 concernant St. Quentin où précisément le légat Eudes de Châteauroux8 avait déjà dirimé le conflit par un arbitrage fort modéré et beaucoup moins favorable aux Prêcheurs que d'ordinaire selon toute la latitude et la teneur des privilèges. Le maître général, Johann von Wildeshausen - le "Teutonicus" - puis Humbert de Romans, exhorte toujours les siens à la concorde avec les curés9 tandis que, chez les Mineurs, Jean de Parme refuse purement et simplement certains privilèges10.

B.- Les nantis ne sont pas les moteurs

4Chacun sait comment la grande querelle qui secoue le xiiième siècle (et bien davantage) présente un deuxième aspect, au niveau universitaire. Le lien est direct en réalité entre le grave problème des quêtes et conflits dans les paroisses d'une part et l'amère polémique des penseurs professionnels. Au désespoir de passer pour le marxiste à gros sabots, il faut rappeler que la pensée est un phénomène humain et j'avoue ignorer ce que pourrait bien être un concept sans un porteur. Or l'homme n'est certes pas que cela mais il est toujours un paquet de tripes. Donc avant de peser ce que dit et écrit un professeur, l'historien doit connaître le champ de son expression, ses conditions concrètes.

  • 11 Canon 18, MANSI, Amplissima Collectio Conciliorum, 22 col. 227- 28.
  • 12 Decretum C. 6 q 3 c. 1 ; cf. d. 71 c. in fine : "hominem alterius plebis…".
  • 13 Innocent IV, C.U.P. 222 : "sine conniuentia sedis apostolice". Alexandre IV, C.U.P. 247. p. 284 : (...)

5Depuis le IIIème concile du Latran (1179) et le IVème, les intellectuels sont prébendés11. Les évêques doivent dégager des bénéfices, avec absentéisme statutaire, pour subvenir aux besoins des professeurs. Si bien qu'au milieu du xiiième siècle tous les maîtres en théologie de Paris sont recteurs, chanoines et archidiacres, à quelques jours de cheval le plus souvent. En prêchant, confessant et quêtant, les Mendiants par conséquent mettent leur faucille dans la moisson des maîtres12. Ceux-ci d'abord stupéfaits deviennent hargneux quand ils voient les mêmes nouveaux Ordres, humbles et pauvres, détacher de leurs membres dans des chaires de maîtres. Issus des studia de leurs propres couvents sautant le plus souvent les Facultés des Arts et de Décret, les Dominicains arrivés à Paris en 1218, et tout de suite élèves de maîtres en titre, ont dès 1229 conquis une chaire de théologie (Roland de Crémone). Deux maîtres ensuite, tout en gardant leur chaire, entrent l'un chez les Prêcheurs (Jean de St-Giles en 1230), l'autre chez les Mineurs (Alexandre de Haies, 1231). Membres du consortium et de leur Ordre à la fois, les trois maîtres Mendiants de l'Université de Paris ne laissent pas de poser les problèmes de la double appartenance. Et cela bien plus sévèrement que les maîtres-et-chanoines car les canonicats exigent beaucoup moins de vertu et de rigueur que la vie régulière, surtout en ces neuves obédiences. Jouant de façon larvaire et discutable contre la cessatio en 1229-1231, les Mendiants au vœu d'obéissance, les Mendiants trop obéissants, trop ductiles aux autorités, deviennent carrément briseurs de grève en 1253 et dans des circonstances inadmissibles. Ce geste déplacé s'excuse peut-être car des attitudes inamicales avaient déjà durement égratigné les Mendiants et menacé l'existence même de leurs chaires et de leurs Ordres. Elle leur coûta la tolérance des modérés et fut plusieurs fois désapprouvée par les papes les plus favorables13.

  • 14 MATTHIEU PARIS, Chronica Majora, éd. LUARD, t. 5, p. 361. Les reproches auxquels il est fait allus (...)

6Mais si les religieux avaient eu une déplorable attitude antigréviste ils n'en étaient pas moins les seuls progressistes de la Faculté de théologie. Les maîtres séculiers ont gloire, prébendes, maisons et mesnies et potationes ; les maîtres Mendiants laissent bien plus de sermons, d'épais travaux, des disputationes. Leurs méthodes (on le leur reproche !) sont neuves, évitent les indigentes enfilades d'auctoritates chères à Guillaume de Saint-Amour au profit de corps de raisonnement qui sont l'origine de l'essai philosophique. Leurs doctrines, non moins attaquées, sont à l'affût des problèmes et vont à la rencontre d'Aristote, autant dire du paganisme selon leurs contempteurs, en tout cas vers le rationalisme, le naturalisme, le réalisme. Les étudiants ne se trompent pas sur ces qualités et affluent. Aussi, comme à Socrate, reproche-t-on aux nouveaux maîtres Mendiants de corrompre la jeunesse14.

  • 15 La querelle du cumul, C.U.P. 108 (1235). Celle des licences épiscopales de Droit C.U.P. 115, 117, (...)
  • 16 C.U.P. 191, 200, 202, 216.
  • 17 C.U.P. 219, 220, 221 et 230.

7Toutefois malgré quelques tensions15, la querelle n'éclate pas du vivant de l'évêque de Paris Guillaume d'Auvergne (1249) ni de la régente Blanche, deux personnes énergiques et peu favorables aux maîtres séculiers. Mais le roi parti à la croisade, l'évêque et la régente disparus, le régent Alphonse de Poitiers et le nouvel évêque, Renaud Mignon, ne font plus le poids semble-t-il. La grande polémique n'est jamais le fait d'idées pures et ce n'est pas en rabaisser les problèmes que d'en apercevoir les conditions réelles. Elle couve en 1250-125216 et s'étale à partir de 1253 : Alphonse de Poitiers qui eût voulu défendre et les Ordres et l'Université ne sut pas trouver son assiette dans leur conflit17.

II.- Le flair du roi

A.- Son action discrète

8Tout change quand, débarqué à Hyères à son retour d'Orient, le roi rentre à Paris le 7 septembre 1254.

  • 18 ISAMBERT, Recueil des anciennes lois françaises, I, 252. Cf. E. BERGER, Saint Louis et Innocent IV (...)

9Dès le début, les laïcs sont tangentiellement mêlés à la querelle comme donateurs, marguilliers, utilisateurs des sacrements etc. Les princes surtout sont tous empêtrés dans le vigoureux combat d'arrière-garde du droit ecclésiastique ; qu'on se souvienne de la ligue des statutarii18. Les princes pour la plupart soutiennent les nouveaux Ordres ardents à prêcher l'évangile et souvent liés à l'esprit moderne en matière de politique urbaine et professionnelle ; leur système électoral et leur ouverture aux problèmes des marchands en font foi. Leur dynamisme et leur austérité accordent certainement aux investissements une rentabilité supérieure : pour moins de dons, plus de couvents, de confessions, de prédications, d'influence, un meilleur rendement social. Quel gouvernement serait indifférent à une amélioration des mœurs, à ces mouvements de paix sous les pas des Franciscains par exemple, à cette économie de police.

  • 19 A. Noël, le roi est à Royaumont (DIMIER, Saint Louis et Cîteaux) et délivre aux Cisterciens de Bea (...)
  • 20 2 Tim. 2, v. 4 ; ce verset tient une grande place dans la polémique, en particulier dans le De Per (...)
  • 21 C.U.P. 242, décembre 1254.
  • 22 Etude complète dans L.K. LITTLE, Saint Louis involvments with friars, New York, 1964.

10Le roi de France certes est l'ami des nouveaux Ordres, mais il est aussi celui des anciens19, favorable à l'Université, bienveillant à tous dans l'Église. Il préfère sans nul doute les Ordres les plus rigoureux, ceux dont les vœux ne sont pas encore ternis par le poids des ans et des secularia negotia20. Robert de Sorbon, maître séculier est, autant que les Mendiants, de son entourage ; et déjà ce maître se livre à des achats et échanges de maisons pour fonder un collège en faveur des pauvres étudiants séculiers en théologie21. La familiarité du roi a donc été ouverte à bien des clercs pieux et aux Mendiants par prédilection22. Mais il ne s'est pas immiscé dans la querelle, il y a été entraîné progressivement au cours de l'année 1255.

  • 23 WYSE o.f.m., The enqueteurs of saint Louis, dans Franciscan Studies, 4 (1944), 34-62. G. CAMPBELL (...)
  • 24 A l'abbaye des Prémontrés à Ste-Marie de Silly en Gouffern, du diocèse de Séez (sept. 1259, Musée (...)
  • 25 Y. RENOUARD, Routes…itinéraire d'Eudes Rigaud, dans Studi in… Fanfani, I (1962), 403-22.
  • 26 P. GLORIEUX, Répertoire des Maîtres en théologie, II, n° 303.
  • 27 Robert de Sorbon, les Savoie, quelques prélats d'un côté ; ses commensaux Mendiants de l'autre.
  • 28 "… de mandato domini regis paratam semper habent ad nutum suum multitudinem armatorum…" (C.U.P. 25 (...)

11Le roi Louis a été enfoui sous un tel monceau d'anecdotes pieuses que c'est à décourager de l'en tirer. Depuis les confesseurs et les souvenirs de grand-père de Joinville, en passant par les archivistes chrétiens contemporains de Puvis de Chavannes, sans compter les anticléricaux gênés qui caressent en égratignant… tout n'est que bondieuserie ; il est temps d'abandonner cette historie au bénéfice de la Geschichte concrète des actes politiques : les intentions réelles du personnage réel pourraient en émerger23. Par exemple cette déclaration de guerre aux monopoles locaux : "de plus en ces matières ou à cette occasion, les mêmes abbé et couvent ne pourront traîner qui que ce soit en procès devant un juge ecclésiastique mais seulement devant nous et nos baillis"24. A Pontoise en mai 1255 le roi défend fermement son droit de nommer l'archidiacre ; et ce, contre son ami le franciscain Eudes Rigaud, archevêque de Rouen qui alla vainement jusqu'à Rome soutenir sa prétention25. Enquêteur, conseiller et pour l'heure négociateur du roi avec l'Angleterre, cet Eudes est un ancien régent de la chaire franciscaine de théologie à Paris26. Pourvu de tous côtés de liens et de problèmes où l'Université apparaît, le roi ne transige donc pas, même avec ses amis mais évite de pousser un différend vers la hargne et la rupture. Homme de Droit, honnête, retenu et sûr, Louis ne s'est pas mêlé a priori d'une polémique intellectuelle et encore moins de façon partisane. A son retour d'Orient, il n'a donné à ce sujet aucun acte d'autorité, ce qui ne serait pas passé inaperçu. Il a des amis dans les deux camps27 et préférerait certainement ne se mêler de rien ou alors chercher, au-delà des pour et des contre, la conciliation. Il fut cependant entraîné dans le drame. Il n'est pas homme en effet à tolérer le trouble des esprits et des rues : persécutés par quelques étudiants amateurs d'action directe, les Dominicains obtiennent, probablement dès le printemps 1255, la protection régulière des troupes du roi28. Le pape va le pousser plus loin.

B.- Intervention progressive

  • 29 Etsi animarum, cf. n. 6.
  • 30 C.U.P. 244, cf. Xi 6 c. 20 Innotuit : un pape n'est pas lié par son prédécesseur. (Decretale Inn. (...)
  • 31 Quasi lignum uite, 14 avril 1255, C.U.P. 247.
  • 32 Sublime regnum Francie, 25 avril Bullarium romanum, éd COCQUELINES, 12, p. 356-357. Ni excommunica (...)

12Après avoir dans un mouvement d'humeur isolé et bizarre restreint les privilèges des Mendiants29, Innocent IV était mort muet et paralysé. La question des nouveaux Ordres, de leurs tendances neuves et de leur querelle parisienne brûlait alors les cœurs. Aussi, avec une rapidité exceptionnelle en ce siècle, un conclave immédiat avait élu le cardinal protecteur des Mineurs c'est-à-dire avait brusqué en quinze jours la reprise de cette politique favorable aux Ordres qu'Innocent venait à peine de briser. Etsi animarum est du 21 novembre, la mort de son auteur des premiers jours de décembre ; élu dès le 12 et couronné le dimanche 20, Alexandre IV aussitôt après la notification de son accession au souverain pontificat expédie, le 22, la bulle Nec insolitum qui casse la dernière décision de son prédécesseur30. Puis, au printemps, il donne à l'Université de Paris une nouvelle charte31 incluant les Frères dans le consortium. Il semble aussi solliciter l'appui du roi car il le couvre de faveurs ; mais la reine Marguerite explicitement désignée est probablement celle que le pape veut mettre dans son camp32.

  • 33 C.U.P. 174 e 1175.

13Le roi lui s'occupe de diverses affaires : en février il reçoit à Paris Marguerite, comtesse de Flandre, dont on connaît le double lit et la difficile succession. Un noblaillon bourguignon qui persécutait les clercs, Anséry de Montréal voit son cas passer alors au Parlement. Le 10 mars, le pape charge les Dominicains de la paix entre l'Église, le roi et le comte de Toulouse. Le 4 avril, Louis marie sa fille Isabelle à Thibaut de Champagne. Les sollicitations du pape et de la querelle ne sont évidemment pour lui qu'une affaire entre autres. Le 11, on fête l'anniversaire de la translation de la Couronne d'Épines, après avoir négocié le 7 le mariage de son héritier Louis avec Bérengère de Castille. La paix avec l'Angleterre pour laquelle le 18 mai Henri III lui envoie Simon de Montfort et Pierre de Savoie, l'intéresse par priorité. Mais des intrications vivantes existent avec toute l'actualité. Les Savoie en effet forment un clan, celui des deux reines sœurs, un clan d'intrigants et dont Guillaume de Saint-Amour, âme du parti universitaire, est l'ancien et fidèle client33. On conçoit l'inclination du pape à se concilier la reine.

  • 34 Le 22 sept., Layettes du Trésor des Chartes, 5, 220 ; le 10 oct. rééd. de Sublime.
  • 35 Pro cunctis mentis, Bullarium Predicatorum, I, 291, n° 52.
  • 36 C.U.P. 265 et 270.
  • 37 F. HAYWARD, Hist. de la maison de Savoie, I, 65-78.
  • 38 Gravement même : C.U.P. 273.

14Autour de la rentrée le pape couvre encore le roi de privilèges et d'indulgences34. Le roi en décembre demande au pape de désigner comme gardiens de la foi en France, le provincial dominicain et le custode parisien des Mineurs. Son amitié pour les Ordres attaqués ne se dément pas et il proclame hautement ne pas être de ceux qui les suspectent35. Cependant Alexandre IV est l'autorité la plus engagée : au début de 1256, il octroie, en dehors des maîtres, la licence au cistercien Gui de l'Aumône et la fait octroyer par le chancelier à Thomas d'Aquin36. Il a d'autre part travaillé les Savoie de près et fait libérer Thomas, prisonnier à Turin37, ce qui ôterait certainement au clan l'envie de protéger désormais Guillaume de Saint-Amour contre le pape. Celui-ci, le 20 mars accorde de nouvelles faveurs au roi, bras séculier dont il a certainement besoin car la querelle continue à troubler la Chrétienté et les rues du quartier de l'Université à Paris38.

  • 39 Promettant d'obliger les adversaires de son visiteur à respecter l'accord en vue, il aurait employ (...)
  • 40 C.U.P. 268.
  • 41 C.U.P. 275.
  • 42 C'est le moment de la lettre du général dominicain, C.U.P. 273, au début d'avril.
  • 43 Opéra omnia, éd. Quarrachi, t. 9, 222, 272.
  • 44 Opéra omnia, éd. Vivès, 15. p. 498 sv.
  • 45 Edité à Paris en 1632. Opera omnia, 17-72.

15Or le roi est, malgré son amitié nette et efficace à l'égard des Ordres, fort en retrait des exigences romaines. Il aurait, selon Rutebeuf, reçu Guillaume de Saint-Amour et lui aurait promis son appui pour obliger les Mendiants à tenir un compromis39. Cette tendance à l'arbitrage est bien dans la manière du roi. Le compromis en question est d'ailleurs signé le 1er mars au cours d'un synode interprovincial des évêques suffragants de Sens et Reims, à Paris40 Mais Louis IX n'a pas réussi tous ses arbitrages. Il a dû répéter sa décision dans l'affaire de l'héritage flamand ; il n'a pas convaincu les barons anglais et n'avait pas empêché le pire entre le pape et l'empereur. Le compromis le plus durable qu'il ait voulu est probablement le traité de 1258 avec Henri III. Cet accord entre Mendiants et séculiers créant en somme à Paris deux facultés de théologie mal séparées ne fonctionna jamais. La colère et la détestation rendaient l'apaisement impossible et le pape ne voulait nullement revenir sur ses décisions. Le 12 avril il demande officiellement au roi de soutenir sa politique par la force : "… inuocato… auxilio brachii secularis"41. Le roi était parti en pèlerinage au Mont-Saint- Michel et séjournait longuement à Rouen. A Paris les troubles ne s'apaisaient guère42. Bonaventure parlait ouvertement de persécution dans ses sermons publics et solennels de Carême et de Pâques43. Thomas d'Aquin soutenait son principium et, avec brio, une dispute quolibétique pleine d'allusions44. Surtout Guillaume de Saint-Amour dont quelques jeunes partisans pratiquaient toujours l'action directe, publiait au mépris de toute politique de modération son célèbre factum : le De periculis nouissimorum temporum45, pamphlet qui dénonce les Ordres comme fourriers de l'Antéchrist.

  • 46 C.U.P. 289.
  • 47 Edité par S. CLASEN, Kirchengeschichtlische.Studien, dans Mélanges Bihl., Colmar 1941, 80-95.
  • 48 C.U.P. 279, p. 319.
  • 49 Cupientes totis mentis, Lundi de Pentecôte, 5 juin 1256 (Archivum Franciscanum Historicum, 30, p. (...)
  • 50 Opera omnia, éd. Vivès, 15, col. 512-525.
  • 51 C.U.P. 280 et 281, 17 et 27 juin.
  • 52 C.U.P. 284, 1er juillet.
  • 53 C.U.P. 283, 29 juin.

16Aussi le roi à son retour de Normandie prend-il enfin une décision nette : il fait saisir le De periculis et le fait porter à la Curie romaine par deux de ses clercs maître Jean et maître Pierre46. Notons que ce parti n'est pas si entier : Louis IX n'a pas procédé purement et simplement contre Guillaume en "bras séculier". Le sermon de Guillaume de Saint-Amour pour la Pentecôte attaque directement le roi47 et l'on peut se demander si c'est une riposte à la saisie ou si la saisie à l'inverse était une réponse à ce faux pas du maître parisien. En tout cas les rapports du roi et du maître en théologie prennent des couleurs de vendetta. Louis IX est désormais installé dans le camp des Frères. Il va au chapitre général dominicain et assiste à l'entrée solennelle des reliques de Pierre de Vérone, saint Pierre martyr, au couvent de Saint-Jacques48. Les prélats, les grands, les bourgeois, les clercs, les étudiants ont été en ce siècle séduits par cette cérémonie où s'est pressée la foule. Les Prêcheurs ne pouvaient pas répondre de façon plus efficace aux attaques de leurs ennemis. Avoir un martyr, en plein xiiième siècle est une sorte d'aubaine publicitaire et Guillaume de Saint-Amour n'avait plus très bonne grâce à prétendre fourrier de l'Antéchrist cet Ordre dont un membre venait d'être assassiné par un hérétique. L'opération, comme tout déplacement de reliques ou transfert de corps saint, exige une permission pontificale et implique donc une organisation, une volonté politique. L'effet avait été voulu, qui fut atteint, de mettre d'un élan les masses et les autorités du côté des Mendiants. Les Franciscains, pour que la mesure soit complète, reçoivent alors le privilège de précieuses indulgences pour le pénitent confessé qui ira entendre prêcher dans leur église parisienne49. Les actes se multiplient de tous les côtés en faveur des couvents durant ces semaines où culmine la querelle. Au cours des solennités peut-être, Thomas d'Aquin a brillamment disputé du travail manuel auquel les Frères ne se sentent plus astreints50. Le roi pose la première pierre du couvent des Clarisses de Longchamp, fondé par sa sœur Isabelle. Le pape, toujours le plus entier, casse l'accord mort-né du 1er mars et réintègre une fois de plus les Frères dans la Faculté de théologie51. Il reproche même vertement aux Dominicains d'avoir cédé sur ce point52 et flatte les chanoines de Notre-Dame en leur confiant trois de ses neveux53.

  • 54 C.U.P. 282, 27 juin.
  • 55 Responsiones n° 15-38 et 39 (FARAL, dans Arch. d'histoire doctrinale et litt. M.A. 18, p. 346-354.
  • 56 Ibid., n° 39, p. 353-354.
  • 57 C.U.P. 287.
  • 58 Opera omnia 1632, p. 7-16.

17Alexandre IV qui ne se procure ainsi d'alliés que pour mieux poursuivre sa stratégie, demande au roi d'exiler ou d'emprisonner les meneurs du clan des séculiers54. Louis IX se contente d'expédier à Rome une liste d'erreurs tirée des sermons de Guillaume55. Le lundi 24 juillet 1256, Pierre de Lamballe, archevêque de Tours et maître en théologie, ancien régent de Paris, prêche contre Guillaume de Saint- Amour devant l'évêque et le roi, toujours impliqué dans le drame et comme défenseur des Frères ; le 30, Guillaume réplique, aux Innocents56. A nouveau réuni, le synode se contente d'entendre les deux sons de cloche et de renvoyer l'affaire à Rome57, Guillaume y part en effet, non sans avoir jeté sa bile dans un dernier sermon58.

  • 59 Gallia Christiana, 3, col. 219.
  • 60 Mre Jean d'Ully, chanoine de Meaux, Lay. du Trésor des Chartes, 5, 122 ; Mre Nicolas Hurcaud, Reg. (...)
  • 61 C.U.P. 288.
  • 62 C.U.P. 314 et 315.
  • 63 C.U.P. 317.
  • 64 Bullar. Predicat., I, 347, n° 175. Encore à Corbeil, Layettes Trés. Ch., 5, n° 4456, voir aussi n° (...)
  • 65 Dimier, Saint Louis et Cîteaux.
  • 66 C.U.P. 329, 345 a ; P. GLORIEUX, Robert de Sorbon.
  • 67 C.U.P. 347.
  • 68 C.U.P. 331, 332, 336. Inutile d'insister sur les fausses lettres, C.U.P. 355, 356 et 357, exercice (...)
  • 69 MELY, Rev. Archéol., I, 85. Arch. Nat. L 941 n° 4. FARAL, dans Rev. hist. Droit fr. étrange t. 26, (...)
  • 70 MICHAUD-QUENTIN, Moyen Age, 68, p. 137-151.
  • 71 Arch. Nat. L 941, n° 5. C.U.P. 430a.

18Libéré, Louis est parti vers le Nord, passe à Saint-Quentin pour la translation des reliques du saint patron, le 2 septembre59 et prononce à Péronne son second arbitrage flamand avant de revenir en octobre par Maubuisson. A Rome ses clercs ont obtenu quelques utiles faveurs personnelles60. Mais la sentence solennelle est tombée : la bulle Romanus Pontifex condamne le 5 octobre le De periculis61 ; écrasé, le parti se disperse. Désormais la question est réglée, Louis n'a plus qu'à interdire l'entrée du royaume à Guillaume banni62. Les autres, soumis, s'arrangent avec l'évêque63. Les poésies rancunières qui courent encore s'éteignent lentement au fil des ans qui s'écartent de la crise. Rutebeuf seul fut poussé dans ses derniers retranchements. Brusquement en 1263, le poète issu des arciens et défenseur des idées anciennes, retrouve les commandes de l'évêque (Théophile) et du roi (chanson de croisade). Il s'est donc fait relever de l'excommunication. Le pape n'a pas cessé de nourrir l'amitié du roi pour les Mendiants : il donne raison et pouvoir à Louis contre l'évêque de Soissons en faveur du couvent dominicain de Compiègne64. Le roi refuse par contre de s'immiscer dans la querelle scolaire de Cîteaux65 et revenu à la pacification avec Aragon et Angleterre n'oublie pas le collège de Sorbon66. C'est même lui et non maître Robert que le pape félicite d'avoir fondé ce collège pour les pauvres étudiants séculiers de théologie67. Mais Alexandre exhorte toujours Louis IX à la vigueur du bras séculier contre les perturbateurs comme Guillot68. Le roi rendit encore un magnifique service aux Mendiants en affectant à la terminaison de leurs constructions, la célèbre amende de Coucy69. Le parti de Guillaume ne désarma jamais totalement et garda sa froideur envers le roi. Gérard d'Abbeville, maître en théologie, disputa même du serment exigé par Louis de respecter les ordonnances monétaires70. Louis de son côté continua de donner aux Mendiants fort généreusement et jusque dans son testament71.

Conclusion

  • 72 Sur la culture du roi, anecdote de sa connaissance de saint Augustin, cf. Ch. V. LANGLOIS, Hist. F (...)

19Jamais le roi Louis en somme ne s'est départi d'une démarche réservée dans cette célèbre polémique. Son cœur est certainement donné aux Mendiants mais sa politique fut modérée. II n'adopta que progressivement l'attitude sévère de l'été 1256 et en revint aussitôt à une abstention prudente. Il n'a pas toléré le désordre de la rue et n'en a pas eu non plus une crainte exagérée. Loin d'avoir été un homme simplet, un âne de la forêt de Sénart72 comme l'insulta Rutebeuf, Louis IX fut un souple politique et limita les dégâts.

20On peut se demander pourquoi le roi Louis préférait en lui-même les Mendiants, non seulement à leurs adversaires mais encore aux autres Ordres religieux. Ces querelles d'idées et de tendances étaient alors de la chair vive des hommes et presque toute culture au xiiième siècle est sacrée. Or le roi penchait vers l'évangélisme le plus pur et les religieux les plus pauvres. Il aima aussi les idées neuves et mit lui-même la main à diverses nouveautés hardies en matière juridique et monétaire. Le genre de vie et les méthodes non traditionalistes des Mendiants lui plurent alors qu'elles déroutaient tant de contemporains. Contrairement à une imagerie trop connue, Louis IX eut le flair de ce qui était vraiment moderne en son temps.

Notes

1 Decretum, C. 19, q. 2, c. 2.

2 St. Thomas d'Aq. et la théologie, Paris, 1959, p. 15.

3 DENIFLE et CHATELAIN, Chartularium Universitatis Parisiensis, t. I, N° 34-42. (Sera dorénavant siglé C.U.P).

4 1 Cor. 9, V. 14.

5 Malgré MANDONNET, R.T., 4 (1896), p. 333-35.

6 C.U.P 240, 21 novembre 1254.

7 C.U.P 236, 10 mai 1254.

8 Analecta Sacri Ord. Predicatorum, 17 (1925), 174-223 ; en 1246. Cf. C.U.P 125, 129 et P. ABATO, Monum. Francisc., 55 (1955), 317-73, n° 163 et Reg. Greg. 9, L n° 1808 et 2307 ; Reg. Innocent 4, III, col. 8.

9 Monumenta Ordin. Predicatorum Historica, 3, p. 5, 11, 15, 21, 24, 26, 28, 36, 51, 63 etc. et t. 5, p. 8. Cf. C.U.P 250.

10 Quanto studiosius et Ordinem uestrum, au chap. général de Metz, en 1254 (mai, Salimbene de Adam, Cronica, éd. HOLDER-EGGER, M.G.H.S.S., 22, p. 330.

11 Canon 18, MANSI, Amplissima Collectio Conciliorum, 22 col. 227- 28.

12 Decretum C. 6 q 3 c. 1 ; cf. d. 71 c. in fine : "hominem alterius plebis…".

13 Innocent IV, C.U.P. 222 : "sine conniuentia sedis apostolice". Alexandre IV, C.U.P. 247. p. 284 : "mnes magistri tam regulares quam seculares ipsas suspendere teneantur" (ipsas = la grève).

14 MATTHIEU PARIS, Chronica Majora, éd. LUARD, t. 5, p. 361. Les reproches auxquels il est fait allusion ici sont le tissu même du De Periculis de Guillaume de St-Amour.

15 La querelle du cumul, C.U.P. 108 (1235). Celle des licences épiscopales de Droit C.U.P. 115, 117, 121 (1238). Celle de la vision de Dieu, C.U.P. 128 (1239-41).

16 C.U.P. 191, 200, 202, 216.

17 C.U.P. 219, 220, 221 et 230.

18 ISAMBERT, Recueil des anciennes lois françaises, I, 252. Cf. E. BERGER, Saint Louis et Innocent IV, p. 245-52.

19 A. Noël, le roi est à Royaumont (DIMIER, Saint Louis et Cîteaux) et délivre aux Cisterciens de Beaupré une exemption générale des péages royaux : Analecta Juris Pontif 16, 825, n° 30. Il accorde le même avantage aux Dominicains en septembre 1257 : Paris Arch. nat. L 945, n° 7 ; cet inédit sera publié avec ma thèse en pièce justificative et montre concrètement l'équivalence de traitement que le roi offre aux Ordres.

20 2 Tim. 2, v. 4 ; ce verset tient une grande place dans la polémique, en particulier dans le De Periculis nouissimorum temporum de Guillaume de St-Amour.

21 C.U.P. 242, décembre 1254.

22 Etude complète dans L.K. LITTLE, Saint Louis involvments with friars, New York, 1964.

23 WYSE o.f.m., The enqueteurs of saint Louis, dans Franciscan Studies, 4 (1944), 34-62. G. CAMPBELL s.j., The protest of saint Louis, dans Traditio, 15 (1959), 405-18 ; ID., The attitude of the Monarchy toward the use of ecclesiastical censures in the reign of saint Louis, dans Speculum, 35 (1960), 535-55.

24 A l'abbaye des Prémontrés à Ste-Marie de Silly en Gouffern, du diocèse de Séez (sept. 1259, Musée des archives départementales, n° 87).

25 Y. RENOUARD, Routes…itinéraire d'Eudes Rigaud, dans Studi in… Fanfani, I (1962), 403-22.

26 P. GLORIEUX, Répertoire des Maîtres en théologie, II, n° 303.

27 Robert de Sorbon, les Savoie, quelques prélats d'un côté ; ses commensaux Mendiants de l'autre.

28 "… de mandato domini regis paratam semper habent ad nutum suum multitudinem armatorum…" (C.U.P. 256, p. 294, le 2 octobre 1255).

29 Etsi animarum, cf. n. 6.

30 C.U.P. 244, cf. Xi 6 c. 20 Innotuit : un pape n'est pas lié par son prédécesseur. (Decretale Inn. 3).

31 Quasi lignum uite, 14 avril 1255, C.U.P. 247.

32 Sublime regnum Francie, 25 avril Bullarium romanum, éd COCQUELINES, 12, p. 356-357. Ni excommunication ni interdit pour le roi et la reine.

33 C.U.P. 174 e 1175.

34 Le 22 sept., Layettes du Trésor des Chartes, 5, 220 ; le 10 oct. rééd. de Sublime.

35 Pro cunctis mentis, Bullarium Predicatorum, I, 291, n° 52.

36 C.U.P. 265 et 270.

37 F. HAYWARD, Hist. de la maison de Savoie, I, 65-78.

38 Gravement même : C.U.P. 273.

39 Promettant d'obliger les adversaires de son visiteur à respecter l'accord en vue, il aurait employé son juron familier : "en nom de mi ! " (Li Diz de Maître Guillaume v. 75, Rutebeuf, Œuvres, éd. FARAL, I, 242-248.

40 C.U.P. 268.

41 C.U.P. 275.

42 C'est le moment de la lettre du général dominicain, C.U.P. 273, au début d'avril.

43 Opéra omnia, éd. Quarrachi, t. 9, 222, 272.

44 Opéra omnia, éd. Vivès, 15. p. 498 sv.

45 Edité à Paris en 1632. Opera omnia, 17-72.

46 C.U.P. 289.

47 Edité par S. CLASEN, Kirchengeschichtlische.Studien, dans Mélanges Bihl., Colmar 1941, 80-95.

48 C.U.P. 279, p. 319.

49 Cupientes totis mentis, Lundi de Pentecôte, 5 juin 1256 (Archivum Franciscanum Historicum, 30, p. 55).

50 Opera omnia, éd. Vivès, 15, col. 512-525.

51 C.U.P. 280 et 281, 17 et 27 juin.

52 C.U.P. 284, 1er juillet.

53 C.U.P. 283, 29 juin.

54 C.U.P. 282, 27 juin.

55 Responsiones n° 15-38 et 39 (FARAL, dans Arch. d'histoire doctrinale et litt. M.A. 18, p. 346-354.

56 Ibid., n° 39, p. 353-354.

57 C.U.P. 287.

58 Opera omnia 1632, p. 7-16.

59 Gallia Christiana, 3, col. 219.

60 Mre Jean d'Ully, chanoine de Meaux, Lay. du Trésor des Chartes, 5, 122 ; Mre Nicolas Hurcaud, Reg. Alexandre 4 n° 1506 ; les 10 et 11 octobre.

61 C.U.P. 288.

62 C.U.P. 314 et 315.

63 C.U.P. 317.

64 Bullar. Predicat., I, 347, n° 175. Encore à Corbeil, Layettes Trés. Ch., 5, n° 4456, voir aussi n° 4458.

65 Dimier, Saint Louis et Cîteaux.

66 C.U.P. 329, 345 a ; P. GLORIEUX, Robert de Sorbon.

67 C.U.P. 347.

68 C.U.P. 331, 332, 336. Inutile d'insister sur les fausses lettres, C.U.P. 355, 356 et 357, exercices d'école dépourvus de rapport avec la réalité.

69 MELY, Rev. Archéol., I, 85. Arch. Nat. L 941 n° 4. FARAL, dans Rev. hist. Droit fr. étrange t. 26, p. 213-258.

70 MICHAUD-QUENTIN, Moyen Age, 68, p. 137-151.

71 Arch. Nat. L 941, n° 5. C.U.P. 430a.

72 Sur la culture du roi, anecdote de sa connaissance de saint Augustin, cf. Ch. V. LANGLOIS, Hist. Fr. (Lavisse), III, 2, p. 27-28. Sur le vers de Rutebeuf, voir Renard le Bestourné (éd. FARAL, FLINN ou HAM).

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540