Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Gulielmus de Sancto Amore, opera omnia (1252-70)

Miscellanea Mediaevalia, Band 10, die auseinandersetzungen an der panser universität IM XIII. Jahrhundert Walter de Gruyter, Berlin, 1976

Texte intégral

1Guillaume de Saint-Amour est fort connu, quoique pas toujours honorablement, par les spécialistes des polémiques universitaires du xiiième siècle. Il est le nom le plus fréquemment cité en cette occurrence ; dans la plus grande querelle et la plus amère du siècle, il est à la fois le premier et le protagoniste, illustrant "a contrario" les notions thomistes d'antériorité de nature et d'antériorité de temps.

  • 1 Alithophilus (=Valérien de Flavigny ?) éd. Gulielmi de Sancto Amore : Opera omnia. Paris (prétendu (...)
  • 2 Glorieux (P.) : Répertoire des maîtres en théologie de l'université de Paris au xiiième siècle, Pa (...)

2Aussi malgré la médiocrité de sa pensée théologique, sauvé par l'ampleur du sujet et l'authenticité de sa fougue, il n'a jamais été oublié ce qui est le sort d'un chef d'école. Les catalogues de ses œuvres se sont établis empiriquement au cours des xiv-xvième siècles. Partiellement imprimé par des protestants au cours du xvième siècle, il le fut surtout en 1632 : avec une copieuse et pesante préface qui lui est partialement favorable, un janséniste anonyme et ennemi des religieux publia alors ses Opera omnia1. Malheureusement, cette édition fautive et incomplète est de plus erronée, donnant à Guillaume des textes qui ne sont pas de lui. Le catalogue érudit de Mgr. Glorieux2 porte encore quelques "cauil-lationes" à corriger et à redresser, oublis et attributions inexactes.

  • 3 Dufeil (M.M) : Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1252-1259). Pari (...)

3Il peut donc être intéressant de rappeler une fois encore le catalogue des œuvres de Guillaume de Saint-Amour tel qu'il apparaît à la suite de ma thèse3 sur cet auteur, avec un aperçu des arguments utilisés pour inclure ou exclure tel titre…

I- Lettres et Sermons

A.- Lettres universitaires

  • 4 CUP 200 ; cf. P 85.
  • 5 CUP 219, 230, 243, 256 ; cf. P 94 sv, 107, 125, 127.
  • 6 P 85-86, 96-100, 107-112, 170-71, 351 avec notes et renvois afférents.

4La première fois qu'on croit reconnaître l'inimitable style de Guillaume, c'est en 1252 au premier document universitaire qui ouvrit la polémique4. Apparaissent d'un coup : mots, chevilles, idées, ton, style, tics, sentences, citations topiques qu'on ne trouve jamais organisés ainsi en un tel corps avant Guillaume et que ses disciples, adversaires et successeurs citent sans jamais parvenir à le pasticher. Jaillis tout armés, issus de son ire et de sa migraine, on suit ces termes, marques indéniables de sa personnalité, au travers de quatre documents publiés par l'université au cours de cette querelle5. Aucun de ces textes n'est entièrement de sa main ni même forcément principalement composé par lui ; mais sa griffe y scelle des passages typiques et ils sont essentiels6. Les Mendiants sont des loups ravisseurs déguisés en bergers, des violateurs de conscience, des voleurs de chaire, des inventeurs de doctrines pernicieuses et des hérétiques. On doit leur interdire l'enseignement, la prédication, la confession, la mendicité, l'existence ; ils sont les fourriers de l'antéchrist et il faut lutter contre ces périls de fin du monde qu'ils apportent. Personne n'avait réuni cet épais faisceau d'inimitié absolue et de termes cuisants ; personne n'en assumera plus l'insoutenable intégralité. Tout le monde désormais se bat pour ou contre, se range autour de ce verbe particulier. Guillaume est campé pour toujours au cœur de la littérature polémique du milieu du siècle.

B.- Divers. Bulles

  • 7 CUP 236 et 240 ;P 116 et 127-31.
  • 8 Vicaire (M.H.) o.p. : Histoire de saint Dominique de Caleruega, Paris 1957 2 vol. ici II, 373 ; cf (...)

5Pour les mêmes raisons de style total, on reconnaît la main de Guillaume dans deux bulles d'Innocent IV7. La chancellerie romaine en effet reprenait volontiers les termes de la supplique dans le libellé qu'elle accordait en retour8.

  • 9 CUP 243 ; P 125-27, 173.
  • 10 Op. 73-80, 80-87 ; éd. Dufeil (M.M). Dans : Congrès des Sociétés savantes. Reims 1970.Cf. P 174-85 (...)

6Excerpta. C'est aussi Guillaume qui dressa le catalogue9, plus fielleux qu'exact, des billevesées de l'lntroductorius ad evangelium eternum de fr. Gerardo da Borgo San Donnino ; la partialité orientée de ce "Syllabus" est orientée dans le sens anti-Mendiant susdécrit. Disputes. Le premier trimestre de l'année universitaire 1255-56 à la faculté de théologie de Paris vit une triple et ardente empoignade de questions disputées entre Bonaventure et Guillaume : de quantitate elemosine, de ualido mendicanti, "opponens ad" quoad mendicitatem10. La transmission de ces textes s'est faite sous le nom de notre auteur depuis des dates extrêmement proches du "terminus a quo", l'événement lui-même, comme le prouvent les écritures des manuscrits. Aucune dubitation n'est possible sur sa paternité.

C- Sermons

7Enfin, si tous les cours de notre maître sont perdus, certains sermons de la cruelle année 1256, canicule de la querelle où l'échange des coups ne s'arrête plus, ont servi de chef d'accusation et, récoltés à cette fin, sont par là connus ; et par l'auteur reconnus dans sa défense, avec de brefs extraits.

  • 11 P 201 et 351 (n. 8), 365 ; puis P 220, 228-30, 247-49, 251-52.
  • 12 Op. 491-506 et 7-16 (ordre chronologique inverse de celui des pages). Cf. Glorieux (Mgr P.) : Le c (...)
  • 13 Clasen (S.) o.f.m. : Die Kampfpredigten des Wilhelms von Saint-Amour gegen die Mendikanten Orden D (...)

8L'un de ces sermons est de février à Mâcon, les sept autres égrenés à Paris jusqu'en septembre11. Trois d'entre eux seulement nous sont parvenus entiers : ceux du 1er mai et du 13 août, jamais perdus et imprimés dès le xviième siècle12 ; et celui de la Pentecôte, retrouvé au xxème siècle13. Leur authenticité est évidente par cette tradition sans problèmes, par les désignations des manuscrits, comme par le style et la teneur.

II- Traités

A.- De periculis

9Son œuvre principale, le Tractatus de periculis nouissimorum temporum, ne pose non plus aucun problème quoique ce titre soit tardif, car il a été brûlé après condamnation, sans cesser d'être transmis avec délectation, la délectation du défendu, de gallicans en protestants et hérétiques sous le nom indiscuté de Guillaume qui en admit en somme la paternité lors de sa défense en Curie. Certains manuscrits portent son nom.

  • 14 P 167-69.
  • 15 Dans ses articuli cf. infra n. 17.
  • 16 P 215, 221-27, 229, 238, 241, 252-55, 260-64.

10La première rumeur sur sa composition remonte à l'été 125514. Puis dans le cours de l'an 56 se succèdent les cinq rédactions affirmées par l'auteur15 : mars, Pâques, mai, juillet, septembre. La tradition manuscrite permet de les retrouver probablement, fort peu différenciées16. Le style, les idées, les formules, la méthode de ce pamphlet fougueux et déséquilibré servent de référence à l'authenticité des autres textes.

  • 17 Faral, cf. supra n. 12 ; P 287-91.

11Accusé à Rome, Guillaume composa une série d'articuli pour sa défense que nous possédons aussi directement sous son nom et sans conteste possible. Les œuvres précédentes de Guillaume y sont pour une part citées tant en accusation qu'en défense et l'échafaudage des authenticités ici affirmées en est consolidé17.

B.- Dernières œuvres

  • 18 P168 (n. 83) et 330-31 avec renvois et notes.
  • 19 CUP 412 ; P 329.
  • 20 Delisle (L.) : Cabinet des manuscrits, III, 32.

12Enfin, après diverses hésitations d'historiens et commentateurs, on a rejeté le Liber de antichristo et eius ministris qui est de Nicolas de Lisieux18 comme œuvre de Guillaume, attesté par l'accusé de réception du pape Clément IV son ancien collègue parisien19. L'œuvre en cause est à l'évidence ces Collectiones catholice et canonice scripture qui répètent et délaient dans le fiel de l'échec le de periculis. Leur incaténation à la bibliothèque du roi, comme à celles du pape et de la Sorbonne, les fait authentifier sous le nom de Guillaume, grâce au mot initial du P2 et à celui de l'antépénultième f°20.

  • 21 CUP 440 ; P 329-30 (n 301).

13La dernière œuvre de Guillaume appartient toujours à la polémique : une lettre remercie Nicolas de Lisieux pour l'envoi de son ouvrage lors des reprises de querelles, le de antichristo ou le de preceptis et consiliis21.

  • 22 P XXI, 326, 28.

14Les originaux latins perdus du testament et du codicille nous laissent des traductions françaises du xviième siècle fort intéressantes ; elles marquent la continuité de l'opinion du vieux banni contre la mendicité volontaire et sont bâties comme les autres testaments bourguignons conservés du xiiième siècle. Après le siège et la destruction de la ville de Saint-Amour en 1636, on procéda au sauvetage de ces vieux parchemins détériorés et vieillis mais nécessaires à la bonne marche de l'hôpital que l'on reconstruisait. En effet, quatre siècles plus tôt, Guillaume qui avait déjà refondé cet hôpital, l'avait réglé et doté en ces actes testamentaires que l'on traduisit donc alors en français pour les faire servir à la reprise du nouveau réglement22.

C- Pseudépigraphes

  • 23 Grabmann (Mgr M.) : Mittelalterliche iateinische Aristoteles Ubersetzunger und Aristoteles-Komment (...)

15Outre le de antichristo, il faut rejeter du catalogue des œuvres de Guillaume, les commentaires des analytiques, la postille du psautier et un poème de "seconde rhétorique" à la Vierge. Le double commentaire in priora et posteriora analitica a été attribué par erreur de Mgr. Grabmann à notre Guillaume ; le manuscrit, Ripoll 109, porte en marge haute "GiAi", c'est-à-dire "Guilielmi Arnaldi" ou "Gerardi Alberti" ou toute autre résolution de ce type désignant un inconnu, mais nul ne saurait y lire "Gi S Ae, Gulielmi de Sancto Amore". Ce texte parfaitement aristotélicien, et ceci serait incohérent avec l'anti-philosophisme de Guillaume, cite l'œuvre homologue de Gilles de Rome et est donc à dater de la fin du siècle23.

  • 24 p 352 (n. 18).
  • 25 P 213 (n. 69).

16La postille du psautier a été placée, peut-être sur la foi d'un manuscrit incomplet et perdu, comme "principium" de Guillaume en tête des Opera de 1632, avec bien vite un "reliqua desunt" ; or cette suite ne manque nullement, on la trouve à la Postilla très largement répandue d'Hugues de Saint-Cher car ce n'en sont que les premières lignes24. Quant au poème à la Vierge, il pourrait être de Rutebeuf et a été attribué par un anonyme du xvème siècle qui semble avoir confondu maître Guillaume avec le poète qui le défendit25.

Conclusion

17En somme l'œuvre de Guillaume est fort cohérente, moniste et monocorde. Entièrement tourné vers la polémique, Guillaume n'a pas cessé dans quelques lettres, sermons, disputes et défenses et surtout en un pamphlet plus tard transformé en lourdes Collectiones de se battre contre les Mendiants. Il ne nous reste de lui que l'homme de la querelle.

SCHEMA CHRONOLOGIQUE

SCHEMA CHRONOLOGIQUE

Annexes

ABREVIATIONS

AHD Archives d'Histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age

cc circa

CUP Chartularium Universitatis Parisiensis (H. Denifle et E. Chatelain, t. I)

P Michel-Marie Dufeil : Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1252-59)

GSA Guillaume de Saint-Amour

KGS Kirchengeschichtliche Studien

Mgr Monseigneur

Ms manuscrit (Mss au pluriel)

o.p. ex ordine predicatorum, dominicain

o.f.m. ex ordine fratrum minoram, franciscain

Op. Opera omnia

RMT Répertoire des maîtres en théologie de Mgr. Glorieux

Notes

1 Alithophilus (=Valérien de Flavigny ?) éd. Gulielmi de Sancto Amore : Opera omnia. Paris (prétendument Constantiae, Coutanes), 1632, in-4° 506 p.

2 Glorieux (P.) : Répertoire des maîtres en théologie de l'université de Paris au xiiième siècle, Paris Vrin 2 vol. 1933-34.

3 Dufeil (M.M) : Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1252-1259). Paris Picard 1972. XXXII + 468 p.

4 CUP 200 ; cf. P 85.

5 CUP 219, 230, 243, 256 ; cf. P 94 sv, 107, 125, 127.

6 P 85-86, 96-100, 107-112, 170-71, 351 avec notes et renvois afférents.

7 CUP 236 et 240 ;P 116 et 127-31.

8 Vicaire (M.H.) o.p. : Histoire de saint Dominique de Caleruega, Paris 1957 2 vol. ici II, 373 ; cf. Tessier (G.) : Diplomatique, Paris 1967. p. 7, 53.

9 CUP 243 ; P 125-27, 173.

10 Op. 73-80, 80-87 ; éd. Dufeil (M.M). Dans : Congrès des Sociétés savantes. Reims 1970.Cf. P 174-85 et 351, renvois et notes.

11 P 201 et 351 (n. 8), 365 ; puis P 220, 228-30, 247-49, 251-52.

12 Op. 491-506 et 7-16 (ordre chronologique inverse de celui des pages). Cf. Glorieux (Mgr P.) : Le conflit de 1252-57 à la lumière du mémoire de G.S.A. Dans : Revue de théologie ancienne et médiévale 24 (1957) 364-72. Faral
(Edm.) éd. : Responsiones de Guillaume de Saint-Amour. Dans : Archives d'Histoire doctrinale et littéraire du Moyen-Age 18 (1951) 337-394.

13 Clasen (S.) o.f.m. : Die Kampfpredigten des Wilhelms von Saint-Amour gegen die Mendikanten Orden Dans : KGS (1941) 80-95.

14 P 167-69.

15 Dans ses articuli cf. infra n. 17.

16 P 215, 221-27, 229, 238, 241, 252-55, 260-64.

17 Faral, cf. supra n. 12 ; P 287-91.

18 P168 (n. 83) et 330-31 avec renvois et notes.

19 CUP 412 ; P 329.

20 Delisle (L.) : Cabinet des manuscrits, III, 32.

21 CUP 440 ; P 329-30 (n 301).

22 P XXI, 326, 28.

23 Grabmann (Mgr M.) : Mittelalterliche iateinische Aristoteles Ubersetzunger und Aristoteles-Kommentare in Handschriften spanischen Bibl. Dans : (Sitzungberichte Akad., der Wissenschaften philos. u. histor. Klasse) Wien 5 (1928) 51-62.

24 p 352 (n. 18).

25 P 213 (n. 69).

Table des illustrations

Titre SCHEMA CHRONOLOGIQUE
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540