Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

Sage folie, champs sémiques de thèmes et concepts d’Imago selon Thomas d’Aquin

Texte intégral

Introduction

  • 1 N. BOURBAKI, Théorie des Ensembles, xvii : loi, système, structure.
  • 2 Paradigme et syntagme : EU 20, 1570, 2019. Dictionnaire linguistique Larousse, 353, 480.

1Une série de choix heureux forme un paradigme réussi, filant un groupe en axe au long de sa loi linéaire puisqu'une série dessine un axe en ligne et qu'un groupe est un ensemble organisé par une loi1. Un recoupement de plusieurs chaînes paradigmatiques esquisse alors un modèle systémique en réseau, grille signifiante d'un code apte à déceler les cohérences syntagmatiques2 des structures étudiées. Les vocables et thèmes les plus fréquents de Thomas d'Aquin composent ainsi un système aléatoire qui convient aisément aux études littéraires et autres accomplies sur les sociomentalités créatrices de l'Europe en sa haute époque (11ème-15ème siècles) ; et d'autre part à la lecture bien codée de nous, les derniers européens à problèmes, comme de toute l'œuvre et pensée de notre auteur. On a choisi ici de faire résonner le terme non-rare mais somme toute peu étudié d'imago et on se propose d'explorer son champ sémique.

  • 3 D, 22 IRIS 1982.

2C'est précisément l'un des mots-clé de notre monde mental et, diversement, de celui du 13ème siècle. Depuis le miroir néolithico-antique dont on connaît la rareté, ce mot couvre de près la révolution technique du 12ème siècle et, par la banalisation du verre au 18ème siècle, s'achève dans la vitrification industrielle et la phénoménologie de la représentation3. Remontant vers le noumène, imago convient parfaitement à toute théologie, à toute scolastique et pertinemment à Thomas. Preuve s'il en était besoin de la cohérence significative entre le maître, même en ses questiones, et le vécu de son temps ; mais surtout -par dessus le marais baroque de la nonpensée bourgeoise (16ème-19ème siècles) - d'une pertinence de son interprétation du monde qui questionne toujours bien, en tout cas jusqu'à nous.

  • 4 Prov. 8, 30-31.
  • 5 1 Cor 1, 18-23 ; 2, 14 ; 3, 19.
  • 6 D 28 Amiens 1984.

3Notre maître est, en ses choix de mots, plein de sagesse, sage comme image. Or la Sagesse est dynamique et dès avant le monde joue devant Dieu4, folle5 puisance frémissante de joie vers le bonheur. Gravissons avec Thomas les degrés de cet autel des mots et concepts pour s'appliquer à l'extase de leur fruitio6.

I.- Uerit as

4Le premier élément à la base de notre échelle des degrés de l'image est celui du vrai. Il y a image et image et du virtuel au réel, évitons de confondre imaginer avec imaginaire, le procédé réflexif avec la métaphore littéraire ou le fantasme. Une théorie de la vision et de son élaboration, une théorie de la connaissance se niche ici dans l'implicite et du sensible, par la critique, dépasse l'abstrait et atteint à l'invisible duement trié de l'illusoire.

A. Uestigium

  • 7 1 S 3, 2 a 1 corp + ad 3 ; a 3 ad 1-2. B. de MARGERIE, Imagination, JPh 7 (1986), 116-33.
  • 8 1 S 3, 2 a 1 ad 4 ; a 2. 1 a 5, 5 et 45, 7 ad 1. Pot 9, 9. Appropriata, medium…
  • 9 1 S 3, 3. 1 a 45, 7 et 93 toute. CG 4, 6 et 20, 11.
  • 10 1 S 3, 2 a 1 ad 3 ; a 2 et 3, 3. 1 a 93, 2 ra 1 (Ps. -Denys). 2a 2e 103, 4.
  • 11 1 S 3, 2 a 2-3 ; 43, 2 a 1. 1 a 5, 5 ; 45, 7 ; 93, 2, sc + 7//. Totum uniuersum ad imaginem Dei.
  • 12 1 S 3, 2 a 1 ad 4 ; a 2-3. 1 a 5, 5 ; 45, 7 ; 93, 2 ra 3-4 et 6. CG 4, 25. Pot 9, 9.

5De la série des symboles et signes, le premier pas s'enracine dans le mode de production de la chasse : la sente, olfactive, du gibier ou, blessé, sa traînée, tracent le sentier. Le caché, le tapi, dénoncés et découverts, la vision d'un indice7 mènent à l'objectif. Ce plus bas niveau du signe, le vestige, pousse la réflexion à trouver le signifié. L'historien, pertinemment l'archéologue, raisonnent ainsi sur des résidus mécaniques et involontaires où l'intelligence trouve ce qu'elle cherche. Uestis, le vêtement qui cache, s'adjoint stig-, radical de souche et de timon, d'entraînement. Une appropriation8 correcte découvre la cause invisible et atteint au mystère tandis que l'image volontaire et intellectualisée offre une représentation9. Début, milieu et fin plutôt qu'essence, Dieu est ainsi repérable dans les créatures10 non rationnelles et bien que le monde entier soit sa figura, il ne ressemble en rien au bétail11. Chaque être en forme et ordre évoque sa perfection et marque sa bonté, rappel vers Lui12. Totum universum ad imaginent.

  • 13 Guillaume d'Auvergne, de uniuerso II, 3-13 et 34. éd. 17e s. p. 1043. S'imaginer être loup ; cf. L (...)
  • 14 2a 2e 94, 3-4 ; 1 se + ad 4 ; 96, 2. de Anima 21, 3 a 88, 6 ad 2 + 9//. Quodl 12, 4. Demonstr. 34. (...)
  • 15 De occultis operibus nature 69. Simulacres imaginaires.
  • 16 2 S 16, 1 a 4 corp + ad 4. Que deficit a ratione imaginis.
  • 17 1 a 27, 2 cf infra III B et conclusion.
  • 18 2a 2e 92, 2. CG 3, 120. 3 a 25, 3 ra 4 + 11//.
  • 19 But éducatif 1a 2e 102, 4 ad 6 ; 5 ad 3. Exod 3, 5. 2a 2e 94, 2 ra 1.
  • 20 2a 2e 94, 1 ; 122, 2 ad 2. CG 3, 120. Pot 6, 6. Sup Rom 1, 7 fin + 18//. Cf supra n 14.
  • 21 Gestalten, formes ; In metaph milieu cf n.15.
  • 22 2 S 15, 1 a 2. 2a 2e 92, 2 ; 110, 3 ad 6. Sup Iob 5. Vrai opposé à faux, figuré etc.
  • 23 Sup Col 3, 1. 3 S 9, 1 a 2 ad 2 (cf adorer : argent/image).
  • 24 3 a 25, 3 ra 3. Cf inf III.
  • 25 M. M. DUFEIL, Les deux ors, Senefiance 12(1982), 137-49.
  • 26 Pot 7, 10 corp.
  • 27 D 19 Amiens 1981.
  • 28 D 21 IRIS 1983 : destruction du concept de renaissance.
  • 29 Cf sup n. 27 et 28, ensemble.

6Il convient donc de tourner le dos aux démons13, aux idoles14. aux nécromants15, au factice (feitiçaô, fétiche), aux fantasmes et à la brume. Simulatio et simulacrum ne sont pas similitudo mais au contraire image fausse, sans ressemblance et signe de rien16, sans similitude spécifique de génération comme entre père et fils, humain ou trinitaire17. L'image qui est ici donnée dans l'imaginaire n'a pas la cause que l'on dit ; elle est vestige ou figure d'autre chose qu'une divinité et n'est que fantasme rêvé ou figure de style. Le non adorabis du Sinaï18 demeure donc absolu et aucune trace d'adoration d'image-simulacre n'existe ni en ancien testament ni autour du Christ. Les Séraphins du Temple, simple décor, n'étaient l'objet d'aucun culte19. L'idolâtrie est le départ des autres péchés : lâtrie civile d'une idole habitée d'un numen20, ou fabulatoire comme le culte des héros déifiés ou mythiques à la manière du panthéisme varronien et des formes idéelles platoniciennes (astres, intelligences supérieures, démons ou ancêtres)21. Plus grave que sodomie ou hérésie, l'idolâtrie peut s'excuser d'ignorance, désordre ou délectation mais, malgré Seneca, le mos uulgi ou la persécution limitent seulement la responsabilité. Communier à une hostie non consacrée et l'adorer, va si on l'ignore mais le faire sciemment est idolâtrie car il n'y a là ni présence ni image22. Adorer Jésus n'est pas adorer un homme conforme sous prétexte qu'il est image de Dieu23, mais adorer Dieu lui-même, l'image-en-soi24. Homo non habet realem relationem ad suam imaginem nec nummus ad pretium (on vient à peine de refrapper l'or que Thomas sait déjà la monnaie fiduciaire)25 sed e contrario Deus26. Notre théologien se défie de l'idolâtrie et du danger d'y glisser facilement27 comme l'apprend l'histoire anthropologique ; notre italien ne voyait-il pas devenir ambigu avant de virer au pire28, ce goût de l'antique, utile translatio jusqu'alors, dont frémissent en son temps poètes, baptistères et tribuns29 ?

B.- Uisio

  • 30 Lumen et Speculation cf sup n. 3. 1 S 16, 1 a 3 ra 1. la 12, 3 ra 1. In Is 1, 1 + 2//.
  • 31 CG 1, 100. 1 a 67, 1. 2a 2e 1, 4. In 1 Cor 9, 1. Anim 2, 15 ; 19, 18 + 81//. Eadem est species spe (...)
  • 32 Uer 12, 12 ad 4 ; 13, 4 sc 2. 2a 2e 175, 6. Imaginabilité des signes 3 a 174, 3 (Christ imagine se (...)
  • 33 L. MICCOLI, Il termine persona nelle dist. 23 dell'ordinatio di Occam JPh 1 (1985) 30-38. Sup n 27 (...)
  • 34 1a 2e 44, 4. Malo 16, 11 ad 4, ad 9 (mont d'or, espace infini).
  • 35 Ligne et cercle In Boet de Trin 2, 4 a 2 ad 3. Inst. 2. Phys 5, 6-4. CG 3, 10-4. Fantasia 1 a 78, (...)

7La lâtrie s'adresse à Dieu seul mais l'homo uiator utilise les icônes, non les idoles et la théorie thomasique de l'image repose ainsi sur une théorie de la connaissance. Abstraite du sensible, l'image-species imprimée dans l'intellect qui la comprend, dépend d'abord du rayon lumineux qui éclaire la vision30. Les "visions" occasionnées par les magiciens sont démoniaques ou artificielles et les fantasmes de rêves et rêveries sont "imaginaires" c'est-à-dire que des phénomènes lumineux sont interprétés à tort selon ce qui occupe l'esprit : Actio uidentis immanens31. Du regard actif à la vision reçue on touche toujours à la species qui renvoie d'une part aux spéculations sur le miroir et de l'autre à l'hylémorphisme ; d'une part à Lux, le visible et de l'autre à Lumen, le coloré, le signifiant, le sub quo ou le quod, ce qui constitue presque toute une épistémologie. Apparition humaine véridique, imagination humaine, corporelle ou intellectuelle, illusion au besoin diabolique, umbra et fantasme courent du faux à la brume du cerveau et débouchent sur la figure peinte, sculptée ou de rhétorique jusqu'au lumen prophétique où l'interprétation personnelle constitue une image ad libitum32. Ockam est le premier baroque (le dernier siècle appelait et croyait "modernes" ces anti-modernes) à avoir abandonné la science, vision de la chose, pour une connaissance idééliste du mot seulement, inaugurant ainsi sept siècles de régression ontologique33. Une poutre imaginaire donne douleur réelle, les aveugles imaginent les couleurs et les sourds les bruits34 fantasme n'est pas abstraction et l'image pousse à agir35.

C- Figura

  • 36 3 S 16, 2 a 1 ad 6. Figura signum speciei : sup Col 1,4. 1 a 93, 6 ra 3.
  • 37 2 S 14, 3 a 1 ad 4. Celo 2, 2-3 et 5. 4 S 10, 1 a 4 qua 1 ; 44, 2 qua 5. In ps 17. In Isa 14 mil. (...)
  • 38 ex : m = 3. Figure = dessin, type, signe. Certum signum in imitationem figure 3 a 46, 9 ad 2 fin. (...)
  • 39 Arguens in secunda figura peccat per fallacium Post Anal 22 mil.
  • 40 Urbs = Roma ; apostolus = Paul 2a 2e 141, 2 ; 188, 1. Rom 1, 1. Usur 1. 1a 2e 52, 1 ad 2, a 2.
  • 41 Ad similitudinem hominis irati Is 2. 1 S 27, 2 a 1. Main (fresque St Aventin pyrénées luchonaises) (...)
  • 42 3 S 16, 2 a 1 ad 1. 4 S 10, 3 qua 1 ; 11, 1 a 2 qua 1. 1 a 7 1, 1 ad 2. 2a 2e 96, 2 ad 2. 3 a 63, (...)
  • 43 Cf sup n 30. In Dyon Div Nom 4, 18.
  • 44 Jean RENART, Le roman de la rose de Guillaume de Dole éd. R. LEJEUNE.
  • 45 1 a 93, 2. 2a 2e 188, 5. CG 1, 20 fin. Spir Creat 5, déb. In Gal 4, 9.
  • 46 Culot d'arcature, portail abbatiale : tête du roi cf M.M. DUFEIL in CORON A de Aragon congrès sept (...)
  • 47 W. von WARTBURG, Franzosisches Etymologisches Wörterbuch II, 512-14.
  • 48 Chrétien, Cligès 5560 cc 1165. Et. BOILEAU, prévôt des marchands, cc 1265, Le livre des Mestiers é (...)
  • 49 Gossuin de Metz, travaux en cours de Mme Ch. BOURGNE.
  • 50 4 S 1, 1 a 1 ad 4. 1 a 35, 1 ad 2. Figuratio foetus 3 S, 5 a 2 ad 3 + 17//.
  • 51 Anim 18, 3 ; 20, 12. 4 S 3, 3 qua 2. Uercel 81. 1 a 93, 2 accidens proprium speciei et precipue se (...)

8Au dessus de la fantaisie, dans la théorie du signe l'image devient représentation et passe de l'umbra à la figura, notion clé fort complexe : figura alicuius rei est signum ipsius sicut patet in imaginibus36. Tout signe comme ligne géométrique37 ou lettre-chiffre de cet âge proto-algébrique38 et la figure de style issue des alexandrins39, est figura : antonomase40 ou cet anthropospatos qui fait dire narines de Dieu ou, si fréquente en art roman, main de Dieu41. De la fiction (fingere) à la faction, on atteint l'objet quantifié porteur de qualification42 qui est plus que le dessin d'un concept. On rencontre encore species et miroir ; partis de gestalt on en est à bildung43. La fonction imaginaire de l'esprit (eïdô, je vois, idole) est remplacée désormais par l'image-icone (eïkô, je suis semblable). Du portrait littéraire semi-réel de Konrad44, on arrive au portrait réfléchi hominis imago dicitur esse in cupro45 ou sculpté comme celui de Louis IX à Valmagne46. Attesté dès Benoît de Sainte-Maure47, le mot figure ne signifie visage qu'au temps de l'hégémonie culturelle des Espagnes au trop riche castillan (cara, rostro…) et "figurant" au ballet du 18ème siècle chez Chrestien existe l'hymagène comme chez Villart de Honnecourt ou comme dans l'"ymaigier"-sculpteur du Livre des Mestiers48 ; personne n'omettra l'imago mundi comme représentation49. Figura, sorte d'image inachevée et forma, image d'espèce délivrant spécificité, sont proches50. L'espèce figurée, finie en acte voire rare, est matériellement puissance infinie de formes et figures51.

  • 52 Lex uetus sicut umbra, noua… imago… bona futura sc. celestia Sup Heb 10, 1. la 2e 60, 2 ad 2-3 ; 6 (...)
  • 53 2a 2e 88, 2 ad 2. In Isa 6 déb. Le ps-Denys distingue clairement sens littéral et spirituel.
  • 54 Uer 15 a 2 ad 8. Jugement intellect sur espèces sensibles élaborées puis impresses. Usur 9. Uetust (...)
  • 55 1a 2e 102, 4 ad 6. In Iob 3, 1 mil. Stylus ornatus : figure + Métaphores = imago.
  • 56 1a 2e 67, 1 ad 3 ; 107, 1 + 25// figures vétérotestamentaires cf Tableau ci-joint.

9L'ancien testament, figura indéfinie du nouveau52, non de style mais de théologie et d'histoire, donne ici plus de 300 textes sans sortir des sensus de la Bible et porte, (même métaphoriquement en péché)53 l'esquisse de l'antétype, la signification spirituelle et historique des figures sensibles ou métaphoriques ; thesaurus formarum, mystérieux aux contemporains et postdécrypté par spéculations patristiques54. La grâce produite est réelle et non plus image ; mais toutes les rhétoriques de l'ornatus et toutes les images du sens "figuré" signifient le sens littéral et aboutissent à l'anagogique dès Job55. Le testament d'Israël débouche sur l'Eglise qui réalisant ce qu'il préfigurait, lui est "antérieur" sauf dans le temps : l'histoire coule vers ce qui la surplombe et aboutit au "temps" de la gloire56.

II- Ui et Uita : l'histoire

  • 57 4 S 1, 1 a 1 ad 2.

10Notre échelle grammaticale des types d'images est devenue le fleuve du temps qui monte vers Dieu en jouant du virtuel au réel grâce à l''analogie. Mutationem figure57.

A.- Uox

  • 58 1 a 84, 6 Démocrite per imaginem deflexiones. Miroir brisé 4 S 10, 1. Honestas (externe, figurativ (...)
  • 59 1 S 27, 2 al.
  • 60 D 23, 263.
  • 61 Gen 1, 26 Tzelem réservé à archaïsme = ad imaginem. Demut = mot féminin = ressembler à, apparence, (...)
  • 62 In ps 34 ; cf St Aug, Confessions 7 x 16 = PL 6, 377 recedere ab illo dissimile etc. (Concordance (...)
  • 63 P. COURCELLE, Région de dissemblance AHDLMA 24 (1958), 5-33. Omet nos références des notes 62, 66 (...)
  • 64 PL 7, 55. Opif. Dei 12 utero et concepto : similitudines in corporibus.
  • 65 PL 25, 269. In Ezech (Gen 1, 26 ; Ps 34, 10 etc). aliud similitudo = equalitas.
  • 66 PL 10, 737-100 Libellus = epist 848-78, Dissert. 3 a imago, similitudo.
  • 67 EADMER, Liber Anselmi de similitudinibus PL 159, 605-708. EU 2, 20-24.
  • 68 1 a 93, 1 ra 3.
  • 69 2 S 16, 1 a 4. 1 a 93, 9 utrum similitudo ab imagine conuenienter distinguatur.
  • 70 Uer 12, 12 ra 12 ad 11-12. 1 a 3 (, 1 expressa secundum figura. 1 a 93, 9 deficit.
  • 71 de Natura Uerbi, 2. de differentia uerbi diuini et humani. B. LONERGAN, La notion de verbe chez st (...)

11Les incises pluridisciplinaires du professeur cultivé présentent bien des strapontins à côté des barreaux de cette ascension58 ; mais il faut distinguer les images-mots des réalités : uerbum uocis et quod habet imaginem uocis non potest dici in diuinis nisi metaforice sed uerbum coris "metonimice" complète un lévistraussien59. Notre structuraliste scolastique place imago à côté de uox, phonème et vocable ; honni soit qui hasard y pense. La parfaite rigueur de ce langage60 ne gêne pas Thomas pour passer d'une signification à l'autre sans signal : la réflexion justifiant cette surprenante inflexion est ailleurs dans l'immense œuvre ; les glossaires secundum ordinem alfabeti abondent aux studia ; le cours oral perdu explicitait ce qui nous déroute. Il arrive ainsi que le vrai latin biblico-patristique dont la scolastique taxinomisante faisait son ambroisie, brave la cohérence en polysémie désinvolte. Similitudo traduit tantôt tzalem, tantôt demut61 : à 80 péricopes à valeurs diverses la Vulgate n'en peut mais et omoïôsis non plus ni les 300 occurrences directes chez Thomas. Ce mot est en fait, dès la Genèse, en constellation avec imago et 50 autres, dans une difficile méditation sur sicut pendant deux millénaires. Notre ère néo-critique a dépassé l'hypercritique germano-romantique et sait incompressible le niveau de variation de l'emploi des mots car la langue virtuelle devient acte personnel, à la parole, uerbum. Augustin62 procède de Platon63 et buissonnièrement Lactance64 et Jérôme65 mais Hilaire disserte net66 concessit etiam ut homo Dei imaginem portaret in terris daturus postmodum similitudinem si imago seruatur illesa. Il affirme la non différence comme exactitude de l'image : species indifferens, indiscreta similitudo et prépare ainsi Anselme où naît la scolastique67. Thomas le cite et le suit68 ; et, entre une dizaine de réflexions, en traite ex professo dans un article exprès69 : antérieure, la similitude est le genre dont l'image est spécifiée ; mais "postérieure" la ressemblance est la perfection de l'image. Grâce au doublet, le français est cette fois plus à l'aise : similitude, dont image est précision, et ressemblance qui qualifie l'exactitude de l'image70. Species qui informe l'intellect et engendre la connaissance expresse, uerbum humain, similitudo devient notion axiale71. Ses deux acceptions (similitude puis ressemblance) sont la route de l'image à la chose.

B.- Ad imaginem

  • 72 Decem chordis 1 a 35, 2 ra 3. Report, ined. 3, 11-7. In 2 Cor 4, 2. 1 a 93, 1 ad 2 ; 6 ad 1 + 11//
  • 73 1 a 93, 1 In Col 1, 15 (20 fois cité). In Io 14, 9 (23 fois). 1 a 35, 2 ra 3. Rep Ined 3, 11-7. CG (...)
  • 74 In Ethic 10, 7 n 2. Sup Hebr 1, 2. In Jerem 13, 3. In 1 Cor 11, 2 Uer 3, 1 corp.
  • 75 Anim 2, 24-4. In Dyon Div Nom 4, 18 ; 11, 2. In Rom 3, 4. 1 S 27, 2 a 3 ;28, 2 a 1.
  • 76 Pot 9, 9. Uer 12, 7-12. Sup Matth 3, 2 : voir sa belle image au milieu du miroir. In quantum non s (...)
  • 77 Sup Hebr 10, 1. 3 S 16, 1 a 4 ra 6. 1a 2e 101, 2. 1 a 93, 9.
  • 78 2 S 16, 1 a 2 ra 4. 1 a 93, 2 ad 2.
  • 79 Sup 2 Cor 4, 2. Mène au Verbe, Dieu le Fils.
  • 80 Georg RABUSE, Saturne et l'échelle de Jacob AHDLMA 45 (1978), 7-31 : somnium Scipionis. Divine Com (...)
  • 81 Cf sup n 63. Ajouter saint Grégoire. 1 a 93, 3 se.
  • 82 E. PANOFSKY, Gothic architecture and Scholasticism NY 1951 trad. fr. BOURDIEU 1967. EU 2, 318.

12La théorie ascendante des imagines, idoliques puis iconiques, dépasse la disparité d'avec le signifié - effigie du roi au denier - dans la communauté de nature, l'image vivante du roi en son fils. Usée de toutes antiquités et transmise par saint Augustin72 cette comparaison montre comment saint Thomas mute la tradition spirituelle en procès rationnel, et donc historique, de l'imparfait au parfait : capax dei, l'homme est ad imaginem, en marche vers Imago73. Les images peintes sur parois ou étendards car Thomas est contemporain des fresques et vitraux comme de l'héraldique74 ou le sceau imprimé dans la cire - il est aussi du temps de développement excessif des grandes chancelleries et de l'écriture marchande attestée - sont comme miroirs ou comme hercules et mercures sculptés, coulés ou moulés75 ; ne constituent pas une similitudo naturalis76, seulement des signa ad res. L'ombre représente en bloc in communi, l'image par contre représente en détail indiuidui77. La lumière joue donc, mi-intentionnelle mi-réelle et le rayon solaire est image de Dieu78. La fontaine lumineuse décrit une image de lumière et évoque encore Dieu le Fils79. Professionnel de l'intelligence de la foi à l'apogée classique de la scolastique gothique, soit de la rationalisation de l'expression, notre théologien gravit l'échelle analogique de Jacob, jusqu'à la mystique. L'ange, pur esprit, est meilleure image de Dieu mais il est moins image car il ne reproduit pas son semblable tandis que l'amour humain rappelle la génération éternelle et la spiration trinitaires80. Sauf s'il gomme volontairement sa ressemblance abiens in regionem dissimilitudinis81, l'homme par vocation et par nature, structure, est en itinerarium ad deum. Opposé à l'itinerarium mentis par les trois facultés platonisantes d'Augustin, le Lycée exclut la mémoire et la solitude de l'esprit : pour Thomas tout l'homme va à la ressemblance spécifiée de Dieu. Panofsky lut dans l'emboîtement des arcatures de fenêtre gothique un raisonnement per similitudines82. C'est l'âme-lumière avec son fragile corps de vitrail qui se prend pour objet et rencontre Dieu, cause et objet premier : du lexical au mystère, de l'image aimée de soi à aimer la cause de soi stoppe la méditation du sicuti aux portes de la RES. La métaphore de l'effigie au denier et la métonymie de la filiation coulent au Uerbum réel en atteinte concrète d'une Imago encore plus poiétique.

III.- Uerbum

  • 83 Libera me Domine, prose de la messe du Repos.

13L'homme est appelé à devenir membre du référent interne qui porte le signifié même, loin des premiers signes extérieurs. Sed signifer sanctus Michaël83, le porte-étendard est le premier du peuple dont il ouvre la marche, premier des élus après leur Reine, signe princier du prince des signifiés, Michel est déjà déisé au paradis ; superbe image de Dieu-Imago le Parfait. Mais la plus haute image s'efface devant Dieu-Imago.

A.- Filiatio

  • 84 1 S 5, 3 a 1 ra 5 ; 28, 2 a 2. 3 S 91 a 2. In Col 1, 4. 1 a 93, 6. CG 4, 26-8.
  • 85 Sup n 118. 2 S 16, 1 a 2 ; 2 S 9, 9 a 2 ad 2. 1 a 93, 2. CG 3, 105-12.
  • 86 1a 2e 100, 5 ad 4. 2a 2e 102, 1 ; 106, 1 ; 6 ad 1. Sup Hebr 11, 4 fin.
  • 87 3 S 4, 1 ad 2 ; 8, 1 ad 5 ; 10, 2 a 2 qua 1. 3 a 32, 3 ; 35, 3 ad 1 + 15//.
  • 88 1 S 12, 1 a 3 ad 4 ; 28, 2 a 1 ; 31, 2 a 1 ; 3 S 1, 2 a 2 ; 4 S 7, 2 a 1 ad 1. 1 a 27, 2 ; 28, 2 r (...)
  • 89 3 S 9, 1 a 2 qua 5 ad 3. 1 a 51, 3 ad 3.
  • 90 R. KALKA, Personne, JPh II, 1 (janv 1986), 1-30. E. GILSON, St Aug III, 4. 3 a 35, 5. Quodl 1, 2.
  • 91 1 S 26, 2 a 3 ad 3 ; 28, 2 a 2 ; 31, 1 a 1. 1 a 28, 4 ad 4 ; 35, 1 ad 1 ; 42, 1 ad 4. Ps 38, 5 + 5 (...)
  • 92 Sup Io 3, 1. 1 S 1, 2 a 1 ad 4 ; 2 S 16, 1 a 1-2-3 ; 17, 1 a 1 ; 3 S 1, 1-2 a 4 ; 30, 1 a 1 sc 3 1 (...)
  • 93 1 S 19, 1 a 1 ; 27, 1 a 3 ; 28, 2 a 3 ; 29, 3 a 3 ; 31, 3 a 2. 1 Cor 14, 6. 1 a 39, 8 ; 93 ; CEG 1 (...)
  • 94 1 S 4, 1 a 1 ad 3 ; 12, 1 a 3 ad 3 ; 28, 2 ad 3 3 S 11, 1. 1 a 27, 2 ; 47, 4 ; 88, 3 ; 93, 1. In 1 (...)
  • 95 1 S 7, 2 a 2 ; 4 S 2, 1 qua 2 ad 1. 1 a 27, 5 ad 3 ; 41, 6 ; 93, 5. CG 4, 13 et 36. Uer 2, 1. Pot (...)
  • 96 Exposition sur le Symbole engendré non pas créé Io 13, 26.
  • 97 Phil 2, 11.

14Tout peut être image de Dieu au moins en vestige84. Mieux que les représentations fabriquées, la lumière, soleil ou uis celestis85, joue ce rôle. La filiation aussi qui diffère du cheval à l'homme car elle porte moins sur la nature que sur la personne, un peu comme en Dieu ; et moins sur la seule procréation que sur nourriture, éducation et liberté86. Toute filiation de vivants produit une similitudo speciei87. Autre est la nativité divine éternelle sans fabrication, similitudo specifica ; il n'y a pas de préséance en Dieu, d'ordo in diuinis, cependant malgré telle formule des Pères grecs, l'Esprit-Saint n'est image que figuratiue in quantum manifestet88. L'apparition in corporibus des trois anges qu'Abraham adora comme un seul était une image de la Trinité89 et la nativité historique de Jésus, vrai homme fils de sa mère une réalité de la personne90. Dans l'homme ordinaire l'image de Dieu est essentialiter non personnaliter91, une histoire à construire et qui doit résister à la vanité ; il est donc inconvenant que l'homme image de Dieu par participation soit soustrait à son règne92. La filiation divine, radicalement différente, ne distingue plus égalité, ressemblance, identité que secundum rationem tantum93 ; elle dépasse les essentialia et inclut relations personnelles et unité de l'essence. Le Fils alors est Uerbe de Dieu. Dieu exprimé divinement en son essence et communiqué en sa nature qu'il possède entièrement. Il y a identité de l'imago à l'exemplar ; c'est l'Imago Perfecta94 et bien sûr unique95. Philippe qui me voit, voit aussi le Père, ce célèbre texte de saint Jean dans le discours du jeudi saint, est commenté par saint Thomas dans son Exposition sur le Symbole pour exprimer l'Imago transcendante du Uerbe96, engendrée et non pas créée, splendeur du Père manifestant le nom qui est au dessus de tout nom97.

B.- Formulation

  • 98 L. KUC, Acte intellectuel JPh 5 (1985), 243-53. G. ROSSO ibid. 256. J.C. LAVAUD, ibid. II, 1 (janv (...)
  • 99 D 17. D 30. M. SECKLER, Das Heil und die geschichte, trad. fr. éd Cerf 1968.
  • 100 D 25 Amiens 1984. D 26 bis IRIS Bobbio.
  • 101 16e-18e ss ; de cet imiter-répéter l'Ecriture propose la comparaison avec le "vomi" du chien.
  • 102 D 28 et D11.
  • 103 CEG entier. 1 a 93, 6 ad 2.

15La triple originalité de Thomas est complète et sa connaissance de toute tradition va jusqu'à l'avancer vivante en l'inversant parfois. Thomas ne répète pas la tradition, il la possède et la manœuvre à son gré. Sémiologue du concret, il repart de l''objet pour affiner le concept porté aux divers sens du mot et abandonner un en-soi magique du vocable. Un platonisme récurrent issu des cultures idéationelles néolithico-antiques donnait au terme un numen et les écrivains sacrés ou monastiques dont sort l'Ecole, l'université gothique, lui vouaient un culte. Dernier cri de l'anti-modernité, le nominalisme refuse au nom de signifier objet, type, fait et chose : la querelle des universaux est la rupture vers la modernité. Par son sens grammatical et péripatéticien du réel, Thomas le scientifique utilise le processus augustinisant à se détruire98 et cette construction structurée lui fait apercevoir l'évolution temporelle. Fondateur de l'histoire épistémologique à partir de la potentialité du Lycée99, il monte du vestige à l'effigie et de l'ad imaginem à l'imago : perficere décrit le mouvement de l'Eglise construite dans l'histoire. L'exemplarisme d'un exitus, sous-pastiche de divinité décalquée, brûlé aux charismes de Saint-Victor100, cèda au fieri, au devenir du devoir-faire, actif au travail. Après le recul des copies d'antique101 et du trompe-l'œil baroque, Thomas présage le vouloir marxien du faire l'histoire : ne plus deviner le mystère mais transformer le monde en construction de bonheur102. Quels Grecs décadents, au mépris de leur propre sémantique, ont pu confondre culte des icones avec culte des idoles103 puisque le Dieu-Homme est seul objet de lâtrie et que la représentation cède à la présence réelle ? Mais l'ignorance de la scolastique mène à de bien pires incompréhensions.

  • 104 3 a 45, 2 ad 2.
  • 105 Rep. ined 3, 11, 7. 1 a 34, 2 ad 3 ; 42, 2 ad 1 etc. 1 a 93, 1 ra 2 = Col 1, 15.

16Triple originalité du concret, de l'hylémorphisme et de l'histoire vont avec la triple imago : image naturelle de la création que même le péché n'efface pas et re-création de grâce, miroir de gloire gratia imago dei sicut corpus figuratum ab alio. Cette ressemblance spéculaire mène à la similitudinem glorie104 : au sommet de l'immanence, l'abîme de la transcendance que Yintuitus discursif de l'homme n'atteint pas sauf analogiquement en statut mystique de fils, bienheureuse imago de l'aîné parfait primogenitus105. Assumé au partage de la vie divine et enfin ressemblant à l'expression du Verbe et au vouloir d'Amour, l'homme achève son perfectionnement. Aussi mystique que le plus grand augustinien Bonaventure, Thomas ne se limite pas au spirituel mais embrasse toute l'ampleur ontique. La foison des péricopes et citations, à la pléiade des textes thomasiques, interdit la domination d'un champ où le style s'enflamme sans se déstructurer, froid diamant aux vives facettes éblouissantes du soleil de Dieu.

Conclusion

17Imago n'est pas mot indifférent à saint Thomas d'Aquin puisque c'est un de ceux, issu d'une réflexion sur le signe et la lumière, avec lesquels il atteint aux confins numimeux de la très sainte Trinité et de la représentation à la Présence.

  • 106 J.P. SARTRE, Le diable et le bon dieu nrf 1951, 75.
  • 107 d 24 et sup n 3 et 100.
  • 108 Introït de la Pentecôte : Sap 1, 17.
  • 109 Sage folie Rom 8, 22.
  • 110 Phil 2, 3-11.
  • 111 Eph 1.10.

18Par sa cascade typique de significations analogiques, Thomas reprend et commente le texte connu : "Dieu a fait l'homme à son image et ressemblance" où il retrouve saint Augustin, dans l'histoire de la pensée son meilleur ami adverse car il est antique là où Thomas fonde la modernité : l'homme qui s'écarte vers la dissemblance devient étranger à sa propre définition. Il croit inventer en faisant le mal, Dieu s'étant déjà chargé du Bien c'est-à-dire de l'existence106. Pastichant l'orgueilleux ange déchu, il ne "réussit" son bricolage de lui-même qu'au niveau de caricature. Loin de la similitude originelle, originale, constitutive, au désert des pas-perdus, le pécheur se dirige vers le déformé, laid, absent et moins soi, le moins-être. Sartre jouant sur le mode demandait la direction du néant qui n'a pas d'adresse. A partir du rayon, Thomas délivre à l'inverse l'échelle des signifiants et distingue le virtuel du réel, le saint du vitrail ; ce qui recoupe idole et icone, fantasme et photo, gestalt et bildung. Thomas en a dessiné avant nous la aufhebung dialectique et ses esquisses géniales valent mieux que les achevés laborieux d'intellectuels ordinaires pour écrire le profil fondamental. Outre dépassement, l'Imago est le Uerbe, Dieu-transcendant, Personne vivante en lumière et sagesse hoc quod habet uocis107, présence réelle. A partir de l'immanente lumière concrète, règle thomaso-einsteinienne du cosmos108, l'analogie trouve sa source en haut, des significations d'un seul sens. Paulinien, Thomas connaît la folie de la croix, l'invraisemblable mort torturée du créateur de la vie et du monde. Abîmée, la création ingemiscit109 mais le Uerbe devenu librement homme et habitu inuentus ut homo110 engendre la grâce par sa mort, propos fou et dialectiquement historique autant qu'éternel. La folle sagesse remet tout en place, anakepha-laïôsastaï111. Lavés au Siloë de la mortification, sages comme images nous n'avons plus besoin de nos sacrifices pour ressembler enfin à l'unique modèle d'homme. Nous serons bientôt à l'image de Dieu-Homme, messie et sagesse, imago et logos, histoire et éternité qui follement nous aime, Jésus de Nazareth.

Remarques épistémologiques (pour discussion)

19L'Index Thomisticus du P. Busa (éd. Frommam) nous propose, sur 11 nos 4 058 occurrences, à l'ordinateur, d'Imago et sa famille, conjuguée et déclinée. Certaines répétitions proches, purement phrastiques ou stylistiques, ou encore le piège informatique des objections offrant l'inverse de la pensée d'auteur que l'on trouve en fin d'article à la solution qui y riposte permettent, passant de la mécanique à l'intellexion, de réduire à 3 311 les émergences réelles jumelées ou dédoublées. D'autre part une centaine d'apparitions de nos termes a pour substrat la Bible, mille ans de livres divers, que Thomas fait résonner en plus de 50 citations enrobées dans des dizaines d'autres péricopes à son choix reliées ; tout en citant des vingtaines de fois une dizaine de Pères qui se réfèrent eux-mêmes à la sacra pagina et se répètent ou se citent entre eux. Hilaire ou le Damascène viennent 2 fois à la la93, Augustin 31 fois. Ces emboîtements anastomosés rendent impossible l'étude sinon exhaustive du moins systématique des 3 ou 4 000 occurrences en 12 pages. L'indifférence mathématique n'offre guère à l'ordinateur de différencier le poids des apparitions en auctoritas de celles en potestas de raisonnement. Mais dix mots-clé voisins (similitudo, figura etc.) ajoutent au contraire leur force stylistique, linguistique, logique, scripturaire, théologique, mystique. Damier, interférence et macles changeantes de concepts au miroir d'une colonie ramifiée de coraux ou d'un cristal complexe voilà la meilleure approche de ce système mental qui fut celui de l'université gothique. Citations, objections, répliques et essais ne forment pas des bribes mais un réseau. Si l'on omet de l'œuvre immense tel livre, In Sententias avant et le Contra Gentiles après, on perd l'évolution temporelle de la pensée ; sans le de Potentia ou le de Ueritate, on perd de la substance d'intelligence et sans la 3a, on perd l'aufhebung vers l'éternel. Cependant, en se contentant ainsi de la la93 où Thomas traite ex professo notre thème et sa grammaire, il y emploie déjà en 9 articles plus de 6 000 mots, 78 citations ouvertes, une bonne vingtaine d'implicites ou répétititves et de renvois où 312 fois surgissent imago et sa constellation.

20Il ne s'agit donc pas ici d'une saisie même résumée, mais d'un simple survol aléatoire.

FILIUS UERBUM (Transcendance)

FILIUS UERBUM (Transcendance)

SIMILITUDO 1
Macle de termes Constellation de thèmes Cristal de concepts

TABLEAU DES FIGURES Ueteris Testamenti ad Nouum

21Prohibition arbre bien/mal 1 a 102, 1 ad 4. Rat. Fid. 1 a 4

22Expulsion du Paradis terrestre 4 S 14, 1 a 5 qua 2 ; la 2e 102, 5

23(purgatio néolithique = Pénitence) ad 6

24Arche l a 2e 102, 4 ad 6

25Apparition d'anges 2 S 8,3 a 3 ; 10,4 a 1.

26Prophètes (ex. Isaac, cf. lumen) Uer 12, 12 ra 8 sc 7

27Prêtre (Samuel) 2a 2e 74, 5 ad 4 + //

28Juge (cf. chef, ex. Jephte) 2a 2e 88, 2 ad 2 + 3//. 1a 2e 102, 4 ad

29l. Antétype, métaphore ; foi, métonyme 3a 32, 3 doctrina occulte figuraliter.

30Tabernacle 1 a 2e 102, 4 ad 6 + 30//.

31Serpent-diable (cf. Hérode) 1 a 2e 102, 3 ad 2 + 8//.

32Serpent d'airain (ambiguité du serpent) 1 a 2e 102, 3 et In Rom 12 début.

33Mouton (id. ambivalent d'idole à agneau 1 a 2e 102, 3 ad 2 ; sup. Col. 2 ; In Hebr

34pascal) 12, 4.

35Sacerdoce 1 a 2e 103, 1 ad 3. 3a 22, 1 ad 1 ; 31, 2.

36Oblations 4 S 1, 1 a 2 qua 3 ; 2, 1 a 2 ad 4.

37Dauid (triple onction : roi, grâce, gloire =

38toute l'Histoire Sup. Ps 26 début.

39Sabbat 1 a 2e 99, 3 ad 2 ; 100, 5 ; 101 + 10//, 3 ; 104, 1 ad 10

40Organum (musique, lèpre, figura 1 a 2e 102, 5 ad 1. 2a 2e 91, 2 ad 4.

41mystique) Quodl 3, 6 in Ps 2 début + 35//.

42Virginité = Eglise 4 S 25, 1 a 1 et 38, 1 a 5 ad 1 + 10//.

43Beauté du Christ, figure de son union Sup Is 63 milieu.

44Tout est divin en lui, même figuraliter son corps 3a 42, 8 ad 2.

45Sacrements (rites de grâce en Ancien 4S 1, la 3 ;2, la 2 ; a 4 qua 4 ;8,2 a 2

46Testament ; ex opere operato qua 3 ad 2 ; 17, 3a 1 qua 2 ; 23, la 2

47seulement dans le Nouveau) qua 1 + 15//.

48Circoncision = Baptême (figura 4 S 1, 1 a 2 qua 3 ; 2 a 4 qua 2-3 ; 2, 1

49ablationis, peccati ; dîmes, passage mer a 2 ad 4 2 a 1 qua 1 ad 1 ; a 2-3 ; a 4

50rouge, baptêmede Jean etc). qua 2-3 ; a 3 qu 6 ad 2. la 2e 103, 3 ad 1.3 a 66, 11 +98//.

51Consécration d'Aaron = Ordre 1 a 2e 102, 5 ad 3- ad 8.

52Résurrection de Lazare = Confession 4 S 17, 3 a 1 qua 5 ad 2 ; a 3 qua 1.

53Onction aux mourants = Extrême-Onction 1 a 2e 102, 5 ad 3 + 9//.

54Nota : aucune figure de confirmation

55(car c'est un rite de passage d'âge) 2a 2e 102, 5 ad 3 + 7//.

56Mariage (droit naturel et biblique) cf. D 25 (Amiens 1984).

57mystique paulinienne d'amour développée en fresques au xiiième siècle ex. en Autriche à Göss ou Gurk pée en (O. DEMUS Peinture murale romane)

58Eucharistie, analogué principal de tous les sacrements des deux lois 2a 2e 102, 3 ad 14. 3 a 61, 3 ad 3 ; 73, 2 ad 3 ; 81, 4.

59Sanctification en général 1 a 2e 102, 4 ad 9. 3a 27, 6 significandum.

Annexes

ABREVIATIONS

A Annales, Economies, Sociétés, Civilisations

AHDLMA Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age

AUG Saint Augustin

Cc circa, environ, à peu près

Cf confert, renvoi, semblable à…

CEG Contra Errores Grecorum

CG Contra Gentiles

Corp in corpore articuli

déb au début du passage

D 1, 2, 3… M. M. DUFEIL, œuvre de ce numéro 1, 2 etc cf tableau joint

EI Encyclopédie de l'Islam

EU Encyclopaedia universalis

ex exemple

inf infra, plus bas en ce texte même

IRIS International Research on Imagery and Sight (colloque annuel, association)

JPh Journal Philosophique

m milieu du passage

n note

PL Patrologia Latina

Psa psaume

qua questiuncula, subdivision d'un article dans le Commentaire sur les Sentences

Quodl Quodlibet

ra raison, ration, argument

RSPT Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques

sc sed contra sc. scilicet

sup supra, plus haut dans le même texte

Ta saint Thomas d'Aquin

+ // et encore tant de passages parallèles de notre auteur

Uer Pot Mal de Ueritate, de Potentia, de Malo (œuvres de TA)

Notes

1 N. BOURBAKI, Théorie des Ensembles, xvii : loi, système, structure.

2 Paradigme et syntagme : EU 20, 1570, 2019. Dictionnaire linguistique Larousse, 353, 480.

3 D, 22 IRIS 1982.

4 Prov. 8, 30-31.

5 1 Cor 1, 18-23 ; 2, 14 ; 3, 19.

6 D 28 Amiens 1984.

7 1 S 3, 2 a 1 corp + ad 3 ; a 3 ad 1-2. B. de MARGERIE, Imagination, JPh 7 (1986), 116-33.

8 1 S 3, 2 a 1 ad 4 ; a 2. 1 a 5, 5 et 45, 7 ad 1. Pot 9, 9. Appropriata, medium…

9 1 S 3, 3. 1 a 45, 7 et 93 toute. CG 4, 6 et 20, 11.

10 1 S 3, 2 a 1 ad 3 ; a 2 et 3, 3. 1 a 93, 2 ra 1 (Ps. -Denys). 2a 2e 103, 4.

11 1 S 3, 2 a 2-3 ; 43, 2 a 1. 1 a 5, 5 ; 45, 7 ; 93, 2, sc + 7//. Totum uniuersum ad imaginem Dei.

12 1 S 3, 2 a 1 ad 4 ; a 2-3. 1 a 5, 5 ; 45, 7 ; 93, 2 ra 3-4 et 6. CG 4, 25. Pot 9, 9.

13 Guillaume d'Auvergne, de uniuerso II, 3-13 et 34. éd. 17e s. p. 1043. S'imaginer être loup ; cf. L. HARF-LANCNER, métamorphose illusoire, A 40-1 (1985), 208-221 = 1 a 46, 1 ad 4 = Dan 4, 23. 2 S 15, 1 a 2. 2a 2e 94, 4. CG 3, 103 et 120 ; 4, 90-4. Pot 3, 4 + 5//.

14 2a 2e 94, 3-4 ; 1 se + ad 4 ; 96, 2. de Anima 21, 3 a 88, 6 ad 2 + 9//. Quodl 12, 4. Demonstr. 34. Malo 16, 9 ad 2-3 ; 11 ra 5 ; Quodl 2, 7 a 1 et 5 et 10, 1.

15 De occultis operibus nature 69. Simulacres imaginaires.

16 2 S 16, 1 a 4 corp + ad 4. Que deficit a ratione imaginis.

17 1 a 27, 2 cf infra III B et conclusion.

18 2a 2e 92, 2. CG 3, 120. 3 a 25, 3 ra 4 + 11//.

19 But éducatif 1a 2e 102, 4 ad 6 ; 5 ad 3. Exod 3, 5. 2a 2e 94, 2 ra 1.

20 2a 2e 94, 1 ; 122, 2 ad 2. CG 3, 120. Pot 6, 6. Sup Rom 1, 7 fin + 18//. Cf supra n 14.

21 Gestalten, formes ; In metaph milieu cf n.15.

22 2 S 15, 1 a 2. 2a 2e 92, 2 ; 110, 3 ad 6. Sup Iob 5. Vrai opposé à faux, figuré etc.

23 Sup Col 3, 1. 3 S 9, 1 a 2 ad 2 (cf adorer : argent/image).

24 3 a 25, 3 ra 3. Cf inf III.

25 M. M. DUFEIL, Les deux ors, Senefiance 12(1982), 137-49.

26 Pot 7, 10 corp.

27 D 19 Amiens 1981.

28 D 21 IRIS 1983 : destruction du concept de renaissance.

29 Cf sup n. 27 et 28, ensemble.

30 Lumen et Speculation cf sup n. 3. 1 S 16, 1 a 3 ra 1. la 12, 3 ra 1. In Is 1, 1 + 2//.

31 CG 1, 100. 1 a 67, 1. 2a 2e 1, 4. In 1 Cor 9, 1. Anim 2, 15 ; 19, 18 + 81//. Eadem est species speculi in uidente et rei uise in speculo. Cf D, 16.

32 Uer 12, 12 ad 4 ; 13, 4 sc 2. 2a 2e 175, 6. Imaginabilité des signes 3 a 174, 3 (Christ imagine ses douleurs sup Matt 4, 1) Cf D inédit Profetia 1982. Uer 12, 13 + 150//.

33 L. MICCOLI, Il termine persona nelle dist. 23 dell'ordinatio di Occam JPh 1 (1985) 30-38. Sup n 27-28.

34 1a 2e 44, 4. Malo 16, 11 ad 4, ad 9 (mont d'or, espace infini).

35 Ligne et cercle In Boet de Trin 2, 4 a 2 ad 3. Inst. 2. Phys 5, 6-4. CG 3, 10-4. Fantasia 1 a 78, 4 ; 84, 6. 2a 2e 174, 2 ad 4 + 15//. MARGERIE cf sup n 7.

36 3 S 16, 2 a 1 ad 6. Figura signum speciei : sup Col 1,4. 1 a 93, 6 ra 3.

37 2 S 14, 3 a 1 ad 4. Celo 2, 2-3 et 5. 4 S 10, 1 a 4 qua 1 ; 44, 2 qua 5. In ps 17. In Isa 14 mil. 3 a 36, 7. Metaph, 8 mil et 12 + 21//. Denier, cercle, ciel, étoiles, sfera et non angle. Air dense dessinable : 4 S 11, 1 ad 4.

38 ex : m = 3. Figure = dessin, type, signe. Certum signum in imitationem figure 3 a 46, 9 ad 2 fin. 1 a 5 1, 2 ad 3. Forma quanti 3 S 16, 2 a 1 ad 1.

39 Arguens in secunda figura peccat per fallacium Post Anal 22 mil.

40 Urbs = Roma ; apostolus = Paul 2a 2e 141, 2 ; 188, 1. Rom 1, 1. Usur 1. 1a 2e 52, 1 ad 2, a 2.

41 Ad similitudinem hominis irati Is 2. 1 S 27, 2 a 1. Main (fresque St Aventin pyrénées luchonaises). Cilice figuré du Christ In ps 29 fin. MARGERIE (cf sup n 7), 119 et n 27-28.

42 3 S 16, 2 a 1 ad 1. 4 S 10, 3 qua 1 ; 11, 1 a 2 qua 1. 1 a 7 1, 1 ad 2. 2a 2e 96, 2 ad 2. 3 a 63, 2 ad 1 ; 74, 3 ad 2. CG 2, 105-5.

43 Cf sup n 30. In Dyon Div Nom 4, 18.

44 Jean RENART, Le roman de la rose de Guillaume de Dole éd. R. LEJEUNE.

45 1 a 93, 2. 2a 2e 188, 5. CG 1, 20 fin. Spir Creat 5, déb. In Gal 4, 9.

46 Culot d'arcature, portail abbatiale : tête du roi cf M.M. DUFEIL in CORON A de Aragon congrès sept 1985 Montpellier sous presse.

47 W. von WARTBURG, Franzosisches Etymologisches Wörterbuch II, 512-14.

48 Chrétien, Cligès 5560 cc 1165. Et. BOILEAU, prévôt des marchands, cc 1265, Le livre des Mestiers éd. Lespinasse et Bonnardot 1879. K. MICHAELSSON éd. Le livre de la taille de Paris de 1292 ; id. de 1296, Gôteborg 1958.

49 Gossuin de Metz, travaux en cours de Mme Ch. BOURGNE.

50 4 S 1, 1 a 1 ad 4. 1 a 35, 1 ad 2. Figuratio foetus 3 S, 5 a 2 ad 3 + 17//.

51 Anim 18, 3 ; 20, 12. 4 S 3, 3 qua 2. Uercel 81. 1 a 93, 2 accidens proprium speciei et precipue secundum figuras. Imago attenditur secundum potentias. 1 a 93, 7 ra 3.

52 Lex uetus sicut umbra, noua… imago… bona futura sc. celestia Sup Heb 10, 1. la 2e 60, 2 ad 2-3 ; 6 ad 3. 101 à 103 + (102, 5 ad 1) ; 114, 10 ad 4. 3 a 50-60. ThAq le souligne.

53 2a 2e 88, 2 ad 2. In Isa 6 déb. Le ps-Denys distingue clairement sens littéral et spirituel.

54 Uer 15 a 2 ad 8. Jugement intellect sur espèces sensibles élaborées puis impresses. Usur 9. Uetustas, figura la 2e 102-103 ; 2a 2e 10, 3 ad 4.

55 1a 2e 102, 4 ad 6. In Iob 3, 1 mil. Stylus ornatus : figure + Métaphores = imago.

56 1a 2e 67, 1 ad 3 ; 107, 1 + 25// figures vétérotestamentaires cf Tableau ci-joint.

57 4 S 1, 1 a 1 ad 2.

58 1 a 84, 6 Démocrite per imaginem deflexiones. Miroir brisé 4 S 10, 1. Honestas (externe, figurative 2a 2e 145, 1 ad 3). Auréole in ps 5. Usur 73, 19. 4 S 5 L. 1 a 35, 1. Quod 5, 5. 2a 2e 99, 3. Image peinte par st Luc au roi Abga 3 S 9, 1 a 2 ad 3. 4 S 44, 3 a 3 ad 3 + 4//.

59 1 S 27, 2 al.

60 D 23, 263.

61 Gen 1, 26 Tzelem réservé à archaïsme = ad imaginem. Demut = mot féminin = ressembler à, apparence, portrait. Communication orale de Mr le prof. Carol IANCU univ. Paul-Valéry. H. D. GARDEIL, Notes in trad. PATFOORT 1 a 93 éd. Cerf 1963, 81-136 ; 303-19, 380-421. H. CROUZET, Théol. de l'image de Dieu chez Origène 1956. Th. CAMELOT, RSPT 1956, 443.

62 In ps 34 ; cf St Aug, Confessions 7 x 16 = PL 6, 377 recedere ab illo dissimile etc. (Concordance Lenfant).

63 P. COURCELLE, Région de dissemblance AHDLMA 24 (1958), 5-33. Omet nos références des notes 62, 66 et 1 S 3, 4 a 1 ra 7. L'homme qui gomme sa ressemblance avec Dieu comme Esaü et le fils prodigue devient étranger à sa propre définition.

64 PL 7, 55. Opif. Dei 12 utero et concepto : similitudines in corporibus.

65 PL 25, 269. In Ezech (Gen 1, 26 ; Ps 34, 10 etc). aliud similitudo = equalitas.

66 PL 10, 737-100 Libellus = epist 848-78, Dissert. 3 a imago, similitudo.

67 EADMER, Liber Anselmi de similitudinibus PL 159, 605-708. EU 2, 20-24.

68 1 a 93, 1 ra 3.

69 2 S 16, 1 a 4. 1 a 93, 9 utrum similitudo ab imagine conuenienter distinguatur.

70 Uer 12, 12 ra 12 ad 11-12. 1 a 3 (, 1 expressa secundum figura. 1 a 93, 9 deficit.

71 de Natura Uerbi, 2. de differentia uerbi diuini et humani. B. LONERGAN, La notion de verbe chez st. Th. d'Aq. 1966.

72 Decem chordis 1 a 35, 2 ra 3. Report, ined. 3, 11-7. In 2 Cor 4, 2. 1 a 93, 1 ad 2 ; 6 ad 1 + 11//.

73 1 a 93, 1 In Col 1, 15 (20 fois cité). In Io 14, 9 (23 fois). 1 a 35, 2 ra 3. Rep Ined 3, 11-7. CG 4, 11 et 16 + //.

74 In Ethic 10, 7 n 2. Sup Hebr 1, 2. In Jerem 13, 3. In 1 Cor 11, 2 Uer 3, 1 corp.

75 Anim 2, 24-4. In Dyon Div Nom 4, 18 ; 11, 2. In Rom 3, 4. 1 S 27, 2 a 3 ;28, 2 a 1.

76 Pot 9, 9. Uer 12, 7-12. Sup Matth 3, 2 : voir sa belle image au milieu du miroir. In quantum non subsunt res quarum habent similitudinem : In ps 113, 7.

77 Sup Hebr 10, 1. 3 S 16, 1 a 4 ra 6. 1a 2e 101, 2. 1 a 93, 9.

78 2 S 16, 1 a 2 ra 4. 1 a 93, 2 ad 2.

79 Sup 2 Cor 4, 2. Mène au Verbe, Dieu le Fils.

80 Georg RABUSE, Saturne et l'échelle de Jacob AHDLMA 45 (1978), 7-31 : somnium Scipionis. Divine Comédie, Paradiso 31 : mars et croix cosmique.

81 Cf sup n 63. Ajouter saint Grégoire. 1 a 93, 3 se.

82 E. PANOFSKY, Gothic architecture and Scholasticism NY 1951 trad. fr. BOURDIEU 1967. EU 2, 318.

83 Libera me Domine, prose de la messe du Repos.

84 1 S 5, 3 a 1 ra 5 ; 28, 2 a 2. 3 S 91 a 2. In Col 1, 4. 1 a 93, 6. CG 4, 26-8.

85 Sup n 118. 2 S 16, 1 a 2 ; 2 S 9, 9 a 2 ad 2. 1 a 93, 2. CG 3, 105-12.

86 1a 2e 100, 5 ad 4. 2a 2e 102, 1 ; 106, 1 ; 6 ad 1. Sup Hebr 11, 4 fin.

87 3 S 4, 1 ad 2 ; 8, 1 ad 5 ; 10, 2 a 2 qua 1. 3 a 32, 3 ; 35, 3 ad 1 + 15//.

88 1 S 12, 1 a 3 ad 4 ; 28, 2 a 1 ; 31, 2 a 1 ; 3 S 1, 2 a 2 ; 4 S 7, 2 a 1 ad 1. 1 a 27, 2 ; 28, 2 ra 2 ; 35, 1 ra 1-3 ad 1 ; 36, 4 ad 3 ; 42, 4 ad 2 ; 93, 5. Pot 9, 9 ad 16 + 21//.

89 3 S 9, 1 a 2 qua 5 ad 3. 1 a 51, 3 ad 3.

90 R. KALKA, Personne, JPh II, 1 (janv 1986), 1-30. E. GILSON, St Aug III, 4. 3 a 35, 5. Quodl 1, 2.

91 1 S 26, 2 a 3 ad 3 ; 28, 2 a 2 ; 31, 1 a 1. 1 a 28, 4 ad 4 ; 35, 1 ad 1 ; 42, 1 ad 4. Ps 38, 5 + 5//.

92 Sup Io 3, 1. 1 S 1, 2 a 1 ad 4 ; 2 S 16, 1 a 1-2-3 ; 17, 1 a 1 ; 3 S 1, 1-2 a 4 ; 30, 1 a 1 sc 3 10, 1 a 1 ; 4 S 15, 1 a 2 ; 49, 1 a 2 sc 5 ; 49, 4. In Gen 1. Imago omnis trinitatis 1 S 28 2 a 3 ; 53, 3 a 1 ad 5 ; 2 S 16, 1 a 1 ra 4. Sup 1 Cor 11, 2. Pot 5, 2 ra 3.

93 1 S 19, 1 a 1 ; 27, 1 a 3 ; 28, 2 a 3 ; 29, 3 a 3 ; 31, 3 a 2. 1 Cor 14, 6. 1 a 39, 8 ; 93 ; CEG 1, 10, 1 ad 2.

94 1 S 4, 1 a 1 ad 3 ; 12, 1 a 3 ad 3 ; 28, 2 ad 3 3 S 11, 1. 1 a 27, 2 ; 47, 4 ; 88, 3 ; 93, 1. In 1 Cor 11, 2 ; In 2 Cor 4, 2. CG 4, 11-16. Sup Phil 2, 2.

95 1 S 7, 2 a 2 ; 4 S 2, 1 qua 2 ad 1. 1 a 27, 5 ad 3 ; 41, 6 ; 93, 5. CG 4, 13 et 36. Uer 2, 1. Pot 2, 1. Anim 7 ra 12.

96 Exposition sur le Symbole engendré non pas créé Io 13, 26.

97 Phil 2, 11.

98 L. KUC, Acte intellectuel JPh 5 (1985), 243-53. G. ROSSO ibid. 256. J.C. LAVAUD, ibid. II, 1 (janv. 1986), 51-54, surtout 52 verbe intérieur proféré, géniteur. R. KALKA (sup n. 90).

99 D 17. D 30. M. SECKLER, Das Heil und die geschichte, trad. fr. éd Cerf 1968.

100 D 25 Amiens 1984. D 26 bis IRIS Bobbio.

101 16e-18e ss ; de cet imiter-répéter l'Ecriture propose la comparaison avec le "vomi" du chien.

102 D 28 et D11.

103 CEG entier. 1 a 93, 6 ad 2.

104 3 a 45, 2 ad 2.

105 Rep. ined 3, 11, 7. 1 a 34, 2 ad 3 ; 42, 2 ad 1 etc. 1 a 93, 1 ra 2 = Col 1, 15.

106 J.P. SARTRE, Le diable et le bon dieu nrf 1951, 75.

107 d 24 et sup n 3 et 100.

108 Introït de la Pentecôte : Sap 1, 17.

109 Sage folie Rom 8, 22.

110 Phil 2, 3-11.

111 Eph 1.10.

Table des illustrations

Titre FILIUS UERBUM (Transcendance)
Légende SIMILITUDO 1Macle de termes Constellation de thèmes Cristal de concepts
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540