Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

D’Aquin aux quatre de Quarton

Renouveau flamboyant du thomisme gothique, implicite aux quatre éléments et à tout le retable du Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton

Texte intégral

Introduction

  • 1 Apo 3, 1-12, 16. Dan 5, 27.

1Le martèlement fastidieux et envoûtant des mythes que se répètent les hommes et dont battent leurs cœurs, comporte des éléments fixes et une thématique réaliste. Les objets réels conceptualisables sommeillent à peine sous l'intériorisation de schèmes métaphoriques sur lesquels vibre tout le monde depuis dix millénaires, et chacun de nous. La grille de ces réseaux de vision, phantasmes et fantaisies, est d'ordinaire d'essence poétique, non rationnelle et non visible. C'est une arrière image et non une étude académique, une Gestalt et non une Bildung. Mais le mouvement du temps, le mouvement global de toute chose dans le temps que nous appelons histoire détermine une toute autre vibration ; et cette grille en frémissant avec irrégulière violence, devient le crible des hommes : elle les vanne et les trie, sélecteur par gravité. Quand un homme, un groupe, est trop léger à la balance de Daniel, souffle d'Apocalypse1 il est rejeté comme balle d'avoine au van de l'histoire où seul reste le grain lourd des riches nourritures, des espérances fondées.

2Les arrière-images à ce crible vannées, étaient images de quelque res, de quelque chose ; et les mots ou leurs phantasmes cryptaient, occultaient dans leur représentation, une présence réelle. Les baroques naïvetés de l'idéélisme nominaliste et capitaliste (17ème - 20ème siècles.) balayées par la sémiotique, on tend à décrypter la réalite présente sous l'apparence absente d'une représentation de mythe. Quel drame cache, en le décrivant, le théâtre de la messe sinon la croix d'une rédemption, le supplice qui sauve, le mort qui donne la vie ? Quel drame cache, en le parcourant, le théâtre tragique des comédies de l'histoire, sinon ces mystères douloureux qui jalonnent une marche au triomphe final du couronnement ? Quelle science masque et recouvre au pinceau, le délicieux frémissement d'une peinture parmi nos plus belles, sinon la théologie ?

  • 2 Prix-fait f° 48, éd. CHOBAUT p.vii : enguerrandus quarton diocesis laudunensis habitator auinionis
  • 3 STERLING, Le couronnement, 1939 ; Cité MONTAGNES EV 11.

3Ainsi le célèbre Couronnement de la Vierge du picard Enguerrand Quarton devenu prouvencau2, méditation par commande sur les Litanies des saints et l'histoire du salut depuis l'ancien testament jusqu'à la Parousie, est-il une représentation picturale implicite d'une Summa theologie3. Les lignes suivantes prétendent y retrouver et les mystères du rosaire et les quatre éléments du monde selon un thomisme quattrocentisto, et y retrouver jusqu'à la tête même de saint Thomas d'Aquin.

I - Présentation

  • 4 Id. Cf Bibliogr. 1939 et divers

4Au musée de l'hospice à Villeneuve-les Avignon, sitôt la porte poussée, le visiteur s'éblouit au Couronnement de la Vierge. Si le célèbre chevalet (de toile plâtrée sur bois) d'Enguerrand Quarton retient sa contemplation, il peut s'en irradier jusqu'au rêve. De soigneuses études en ont été dressées4 sans nous priver d'un regard personnel jamais terminé car l'objet est ineffable, sa signification, sa beauté.

  • 5 Ed. CHOBAUT cf Bibliogr.
  • 6 ALIQUOT etc., Bibliogr.
  • 7 Horace, Art poétique, 361 ; d'ordinaire détourné de son sens pour proclamer la peinture sœur de la (...)
  • 8 EU 6, 83-87, 87 b ; 5, 890-892 ; 6, 1051-55 ; 15, 979-80 (G. DURAND, Eaux, Feu, Terre). René ALLEA (...)

5Le décomposant pour le mieux savourer, on y rencontre sans peine les quatre éléments. Le plus grand pinceau avec Fouquet du quattrocento entre Eyck et Botticelli, Enguerrand nous a laissé le panneau le mieux documenté du milieu de ce siècle ; nous en possédons le contrat de commande, le prix-fait5 descriptif du mécène, Jean de Montagnac6. Les quatre éléments de la rudimentaire chimie du temps ne se trouvent en ce texte qu'implicitement. Or c'est la supériorite du pinceau sur la plumeut pictura poesis7, qu'il lui faut faire voir et vibrer les implicites. Notre bois porte peints les quatre éléments dont quelques mots du contrat portaient allusion : terre, mer, air des paysages et feux des enfers. Leur place d''ailleurs dans l'œuvre demeure absolument secondaire puisqu'elle effleure seulement la conception, l'anecdote et l'intention. Mais elle y est totalement naturelle et n'émane pas d'un choix académique, d'une artificielle allégorie comme à l'âge baroque. Enguerrand a peint les quatre éléments avec naturel parce que tout honnête homme à ce temps de culture profonde enracinée dans les traditions concevait sans y penser le monde sur leurs quatre bases8. Physique reconnue c'était la trame du cosmos comme pour nous, sous la table de Mendeleiev, l'univers des particules. Si bien que ce naturel secondaire devient à la réflexion parfaitement considérable. Les quatre éléments se démultiplient ici en profondeur à chaque niveau de l'espace et du mystère. Tous les mondes sont ici décrits ou évoqués à savoir Provence et Palestine, Rome, outremer et outrevie, ciel et terre, Enfer et Purgatoire et éternité ; chacun de ces mondes immenses présente, en plusieurs occurrences parfois, nos quatre éléments.

  • 9 La commande au prix-fait était de Rome et Jherusalem ; les paysages représentés sont de Villeneuve (...)
  • 10 Le Christ et l'Histoire : M.M. DUFEIL, Concepto de Historia segun Tomas de Aquino, Congreso mundia (...)
  • 11 Ecce mater tua, Io 19, 27
  • 12 Io 12, 32. Terre : Gen 1, 1-2, 9-10 et c 26 ; Cubaba, Anaximandre…
  • 13 Tabula smaragda EU 9, 180 b ; FESTUGIERE (sup.n.8). Air : atman, Spiritus, Gen 1, 1, 7, 10 et 2, 7 (...)
  • 14 Cf croquis l.CHIFFOLEAU EV 16. Eaux : Gen 1, 2-6 ; 26, 10. Thalès, Galatée…
  • 15 Ps 44, 14.
  • 16 Lc, 2, 19

6La terre bien entendu est représentée pour elle-même, en coupe de géologue mystique qui laisse apercevoir la structure profonde du purgatoire et de l'enfer. Elle est aussi notre terre qui vibre de la cornemuse d'un pâtre comme des clochers et des hommes présentés au panorama. Elle se mire à peine au dessus des eaux supérieures en une image de terre éternelle, faite d'un ourlet de petits nuages fixes qui portent les élus. Faite d'ocres et de verts sombres, elle s'y répercute dans les étoffes du paradis. Les airs qui gansent le haut des paysages de notre monde avec Rome-Villeneuve et Jérusalem-Avignon9, forment une bande simple au quart bas du tableau et séparent les deux mondes sublunaire et paradisiaque. Seule les traverse la croix dressée sur l'espace et l'histoire10 et qui est comme une flèche issue du centre inférieur : Jésus en somme montre sa Mère et dirige vers elle11. Exaltatus fuero a terra, omnia traham ad meipsum12. L'air manifeste, on le voit, cette utilisation involontaire et parfaite des éléments pseudo-chimiques de la science d'alors, dans un concept théologique et pastoral. Il est peint de blanc cassé et se réduplique dans les liserés immaculés qui persillent le ciel jusqu'au Paraclet. Il sépare enfin et réunit en table d'émeraude13, les eaux du timbre et de la mer et ces eaux supérieures où voguent mythiquement les esprits, comme le concrétisent, à peine visibles, les fines taches claires des anges et les rouges et grises des démons dans un lac de sombre turquoise et de bleu d'outre-mer en forme d'omêga évasé14. Plus haut encore que ces eaux supérieures, à l'origine par le Créateur séparées de celles que nous buvons pour vivre, il n'y a que l'indicible orient de perle des yeux de la Reine. Omnis gloria filie regis ab intus15 : leur eau méditative et insondable vous entraîne par envoûtement à contempler en votre cœur, conferens omnia hec in corde16, les mystères de son Père, de son Epoux et de son Fils. Si démultipliées que vous lisiez les eaux inférieures du Timbre-Rhône et de la Méditerranée, l'eau joue un rôle majeur en ne se présentant ici que trois fois, comme est Dieu.

  • 17 Quarton n'est peut-être pas, ou pas encore, allé en Italie ; Montagnac sûrement d'après sa précise (...)
  • 18 Messe de st Grégoire, miracle essentiel aux mentalités de ces siècles : DS, DTC 10, 981-83, 991-93 (...)
  • 19 Ex 3, 14. Xav. BARBIER de MONTAULT, Traité d'iconographie chrétienne, 1891. Saraf, brûler Is. 6, 2 (...)
  • 20 Prix-fait viii. Feu Gen 1, 3-5 et d'Héraclite à Empédocle. Les quatre éléments de Pythagore à Plat (...)
  • 21 Prix-fait xxiii.

7Les feux mystérieux de l'enfer et du purgatoire sont prolongés sur terre par les feux d'un four, de boulanger peut-être, dans ce paysage de Villeneuve où le peintre répond à la commande d'une Rome certainement visitée par Montagnac et que lui-même n'a probablement pas vue17. Feu concret encore cette lumière liturgique des cierges de cet autel où le Christ apparaît à saint Grégoire18, comme, juste à côté, il apparaît à Moïse dans le buisson ardent19. Feux enfin des séraphins - saraf, brûlant - enflammés d'amour par l'Esprit qui souffle le calme au sommet de la composition. Le rouge de ces anges de l'adoration amoureuse de Dieu est alors picturalement relayé par tous les rouges, roses, cinabre, laque, lie de vin, carmins, cramoisis et velours pourpre des riches vestemens20 commandés et peints : anges, prophète, papes, martyrs et rois, vierges et confesseurs de tous estas21 ; mais surtout aux velours des manteaux de Dieu.

  • 22 J LE GOFF, La naissance du Purgatoire, Gallimard 1980. CHIFFOLEAU.
  • 23 Ibid. imaginaires antiques 42, 39, 37 hors ordre chronol. bien qu'il faille dater dans la longue d (...)
  • 24 2 Macch 12, 44. EU 6, 239. Ps 10, 7 ; Prov 10, 2 ; 12, 46. Mat 16, 18 ; 25, 46 ; etc.
  • 25 Sermo de suffragiis mortuorum, st Jean Damascène ; et toute la liturgie : de his qui in (lieu) fid (...)
  • 26 G. DUMEZIL, La religion romaine archaïque, Paris 1966.
  • 27 R. ONZE, Typologie des Ikwe (ancêtres), trav. inédits école hist. de Brazzaville, à paraître.
  • 28 Aristote, Peri Ouranoû, Budé, 145 = iv, 3 et 4 : ton auton topon lieu propre. Thomas d'Aquin la q (...)
  • 29 Supra n.8 et 13. DIELSCH (H.), Die Fragmente der VorSokratiken et W. KRAUS, Berlin 1954. G.P. CONG (...)
  • 30 P. BARGUET, Le livre des Morts des anciens Egyptiens, Paris 1967. Cf 1 Reg 31, 13 ; 2 Reg 1, 12 ; (...)
  • 31 Stromata, 3, 16 in LE GOFF, 52, 79-86.
  • 32 Patr. Grecque 12, 519 et 13, 334 ; 46, 97-101 et 95, 256. Cf. Th. d'Aq. Summa theologie Suppl. q 7 (...)
  • 33 LE GOFF, 74-77. Cf Nemesios d'Ephèse, Contra Grecos 4 que Thomas d'Aq. prend pour Grégoire de Nyss (...)
  • 34 P.L. 77, 357… Dialog. 4, 40 et 55 ; 19, 34. DTC 13, 1163 sv. Ps.-Denys ; Eccles. hier. c. 7.
  • 35 Et de ore leonis, Libera, a porta inferi erue… Paroissien romain Desclées St J. 1926, pp. 1171, 11 (...)

8L'élément Feu base le panneau aux enfers, Limbes, Purgatoire et Enfer en succession horizontale. On a beauconp spéculé sur cette représentation du Purgatoire et même prétendu que c'était la première. On ne peut cependant traiter ce sujet, brûlant, dans l'actuelle réalité historique de la recherche, sans nommer, critiquer, corriger, magnifier le récent et célèbre ouvrage de J. LE GOFF sur sa prétendue naissance du Purgatoire au 12ème siècle22. Depuis le néolithique en effet, appelé ici nuit des temps (p.9), cette croyance palpitait, préexistant à son émergence dans la ratio scolastique (pp. 13-14). L'auteur fait donc naître le purgatoire bien avant et son évidence va contre son dire (p. 12 etc.). Il reconnaît donc la survie des morts, leur rachat éventuel et la prière pour eux comme datant de loin ; mais le feu de leur purgation - ne laisserait au vocable purgatoire qu'un rôle d'épithète et seulement vers 1150 serait née la notion d'un lieu substantif avec majuscule. Cette formulation précise et quelque peu spécieuse, que je crois fallacieuse, comporte l'avantage d'indiquer l'extrême importance et la nouveauté radicale de la formalisation scolastique, universitaire, de la foi. Toutefois le texte même du dossier ici diligemment réuni montre sans appel que c'était un lieu depuis fort longtemps et peut-être depuis toujours. On ne saurait écrire "la vie du croyant change quand il pense que tout n'est pas joué à la mort" (p. 10) puisque de Gilgames à Enée et Platon, cités dans le désordre23 et surtout bien entendu depuis Judas Macchabée24 et la prière liturgique pro mortuis25 des origines paléochrétiennes, cette croyance était enracinée au cœur de l'homme. Le culte chinois des ancêtres comme le cursus de l'outre-vie dans les croyances romaines26 ou africaines27 nous montrent le caractère lignager de cette religiosité ; et ce mode de production, au 12ème siècle, offre déjà au moins cinq millénaires. Aucune naissance de la notion ni du concept ne sont donc tolérables à cette époque. Le concept de lieu n'apparaît pas davantage et nulle spatialisation de la structure mentale ne date de ce moment. La notion et le terme de lieu naturel du feu ou de l'eau par exemple sont au contraire formalisés dès le Lycée28 et remontent sûrement à une rêverie néolithico-anthique29. Même les expressions in igne ou per ignem postulent et impliquent localisme et localisation. Tous les imaginaires antiques depuis le Livre égyptien des morts sont locatifs30 car tout statut est toujours un lieu. D'ailleurs Clément d'Alexandrie31, Origène32, Augustin surtout dans sa uita perpetue33 avant même les rencontres de Grégoire 1er et de ses exempla dans les thermes de Capua34, exigent avec fermeté localisme et localisation du Purgatoire, comme le démontre au fil de son texte ce livre honnête. Des expressions, datant au plus tard des débuts du christianisme, comme habitacula, mansiones, refrigerium, requies eterna, sans compter le de profundo lacu de la liturgie35 sur fond biblique, impliquent absolument de même.

  • 36 SICARD sup. n. 25 Memento des morts de liturgie classique.
  • 37 D'Autun à Brioude les tympans, fresques et enluminures romano-gothiques sont réveils pour jugement (...)
  • 38 BN lat 1023 f° 49 ; 1052 P 556 v° et Seo Vieja de Salamanca, 258, 494-95.
  • 39 LE GOFF, Purg. 306. DUFEIL, Signification hist. de la querelle des Mendiants, Miscellanea Mediaeva (...)
  • 40 CHAUNU (P.), L'expansion européenne du xiiième au xvième siècles nvelle Clio n° 26, p. 307-311. Cf (...)

9Cet ouvrage honnête prouve sans appel la thèse inverse de celle qu'il exprime en réunissant un admirable faisceau de textes preuves depuis la Genèse et les traditions profondes jusqu'au paléochristianisme36. Naturellement toute représentation des enfers est par ce pluriel même suspecte d'inclure un implicite purgatoire en ce lieu37. Mais l'ouvrage signale trois représentations des 13ème-14ème siècles. et réfute l'affirmation éculée que la nôtre serait première38. Naturellement, en cherchant, on en trouvera d'autres. Si bien que l'erreur, simple erreur de formulation entêtée, est corrigée par le texte du livre. Quelque chose est nouveau, et forcément en ce temps parfaitement neuf du 12ème siècle dans la vieille croyance au Purgatoire localisé : c'est la nouvelle formulation "capitaliste" d'une comptabilité, en partie double du monde actuel à l'autre. Tous les éléments de la naissante Europe viennent d'avant et d'ailleurs, c'est la structure au moins du dire qui est neuve à cette neuve civilisation39. Avec les nouveaux procédés du capitalisme à l'italienne où naît toute modernité40, le trop savant calcul des indulgences pécuniaires s'est répandu comme la poudre avec la prédication des Mendiants.

  • 41 LE GOFF, Purg. 14.

10L'investissement productiviste passe par la confession, la pénitence et débouche en l'autre monde. Loin d'être une "première représentation" Enguerrand atteste en somme le versant, final avant l'implosion luthérienne, du phénomène né au 12ème siècle : cette reviviscence flamboyante de la nouveauté gothique court jusqu'à la révolution industrielle "en long moyen-âge"41 dans cet ennoyage d'un pauvre et lourd baroque dénommé contreréforme.

  • 42 Cf.supra n. 13.
  • 43 cf supra n. 13 43.- n. 19 Exode 3, 14. Symbolisme des couleurs cf STERLING, 1939 n. 51.

11Depuis longtemps donc nous devons compter trois enfers qui sont, ici de gauche à droite, limbes, purgatoires et enfer définitif. Mais pour un purgatoire nous avons de 2 à 3 Terre, 3-4 Air, 6-7 Feux et trois fois notre sœur l'Eau. Nos quatre éléments qui apparaissent ainsi vingt fois en tous les mondes, servent encore à balancer la composition par leurs divers exemplaires à tous les niveaux. Ils balancent enfin les significations théologiques en les soulignant d'une couleur majeure vert, blanc, rouge, bleu ; et en se laissant typer par toutes leurs nuances. Leurs diverses mentions apparaissent ainsi dès le purgatoire délivrer une thématique sacrée. L'élément de base qu'est la Terre, marque en quelque sorte tous les solides et, depuis le sous-terre, par le sol, la pierre des bâtiments ou les costumes sombres comme celui, terreux, de saint Antoine, nous mène en paradis jusqu'aux somptueuses étoffes et aux nettes chairs innocentes ou divines. L'élément central qu'est l'air sert de table d'émeraude42 où le petit monde visible se renverse dans la vibration du vaste invisible. Il se purifie - pûr - au feu de Dieu dans les célestes ourlets blancs de nuages et manteaux, jusqu'à peindre Spiritus Sanctus lui-même. Le feu sert de tonique à cette psalmodie car le silence du retable fini chante liturgiquement sans fin en notre chœur mystique. Les rouges et ors des brocarts et fermoirs, des chapes et auréoles, le font brûler du buisson ardent43 jusqu'aux séraphins qui entourent Dieu. Dominante de ses bleus et turquoises, l'eau ternaire nous donne l'image même, avec sa Fille-Epouse et Mère, de la Trinité.

  • 44 Cant 7, 1.

12Cette "présentation" de l'œuvre était bien, on le voit, une démarche de Notre Dame - quam pulchre graditur44 et de son Fils unique, muée en quatrième mystère joyeux.

II.- Epiphanie45

  • 45 Epi, sur ; phaneia apparition ; fête liturgique du 6 janvier. Il s'agit de l'étoile des Mages, Mat (...)
  • 46 Matt. 17, 1-9. 2e dim. de carême et fête du 6 août. Jésus, habitu inuentus ut homo (Phil 3, 8), se (...)
  • 47 Croquis 1 et 2.
  • 48 Expression classique des pères grecs autour des conciles d'Ephèse et Chalcédoine, DTC 9, 2351-55.

13La Transfiguration46 qui laisse apparaître le Dieu caché de l'homme Jésus et la théotokos, est une manifestation du mystère occulté par le péché qui couvre de son ombre notre monde ordinaire. Cette épiphanie nous est clamée par Enguerrand avec le purgatoire, la miséricorde et la Vierge, à travers les équilibres de ses masses colorées. La structure axiale de la composition ne doit pas être prise depuis cette sorte de prédelle intégrée qu'est l'univers sublunaire du quart inférieur. Là en effet, la base est peinte sur bandes horizontales minces, se succédant verticalement : enfers, coupe de terre, villes et paysages, atmosphères. Cette prédelle autrefois séparée du tableau principal, passe ici sur le même bois, à la principale vision, celle du ciel. La ligne maîtresse devient dès lors un X dont se gauchissent diversement les branches arrondies47. Contenue entre ces branches, chaque coupe inverse, inférieure et supérieure, de l'X peut aussi laisser lire un signe plus secret. Le centre du tableau se rencontre alors au premier lys rouge de la tunique d'or qu'entre les bords de son manteau laisse apercevoir notre courtoise Dame. Comme le chantent les litanies des saints en ce samedi de veillée pour la résurrection, c'est autant la uirgo uirginum que la théotokos, Dei genitrix48 qui est ici couronnée. Cet acte majeur, anecdote et finalité de l'œuvre, est dès lors assis, comme en la Création Myriam de Nazareth elle-même, non pas au centre mais au sommet.

  • 49 Trait à la sanguine (fausse terre de Sinope) sur le fond arricio programmant le dessin avant le pl (...)
  • 50 EU 7, 843-44 ; A. FAUGERE, Les sources orientales du Graal, Göttingen 1979.

14Les formes ainsi lues délivrent comme une synopia49 de leur construction. Tandis que les bleus et verts atténués se pressent au demi-cercle des scènes du monde inférieur, des ors légers dominent les échelons latéraux de saints personnages. Et les oranges et cramoisis moirent de leurs flammes contrastées la coupe supérieure. La scène principale en effet s'inscrit dans la nette forme d'une coupe. La vision mystique sommitale est grandie comme un gros plan dans cette coupe, sans commune mesure ni avec les petits saints des côtés ni avec les minuscules phénomènes d'ici-bas. Ce Graal50 évident est de bleus, rouges et ors, gansé de blanc et contient et résume à soi seul nos quatre élements. Solide de métal ou cristal, il est d'abord du côté de la terre ; il tient aussi le symbole de l'Eau la plus haute, le sang du christ. Et, soulevé dans les airs d'une vision puisqu'il est objet de symbole et de rêve, le Graal y étincelle de tous les feux de l'éternité, de l'amour et de Dieu.

  • 51 Prix-fait x.
  • 52 Ibid. xiv et ix, x, xi, xiii adviz ; viii selon qu'il semblera mieux audit maître.

15Même s'il est d'usage que les commentateurs découvrent dans toute œuvre d'art ce que l'auteur n'a pas su qu'il y mettait, il paraît difficile que maître Enguerrand ait dessiné une coupe si nette comme ensemble de son tableau sans la voir ni la vouloir ne serait-ce qu'a posteriori. Même s'il a respecté, en le transformant, le texte du contrat de commande, il a su probablement pourquoi il supprimait l'adoration, triple et une, d'Abraham au bas gauche, près du buisson ardent. Il a su aussi pourquoi il ne donnait pas Marie-Madeleine en tête des femmes saintes ni ne faisait tellement apparaître les deux Marie Jacobi et Salome51. D'autant qu'il remplace délibérément la scène du prix-fait par une personne âgée, du type classique des veuves, en tête des saintes femmes au quatrième rang droit des saints du ciel. Il y met d'ailleurs ouvertement une distinction entre un groupe avant de cinq dont trois voilées tandis qu'un peu à l'arrière du rang, trois jeunes, en cheveux, prient à part. Et ce pape martyr dont un ange tiendrait la tiare qu'il a carrément supprimé, nous renvoie nécessairement pour la septième fois à un modèle mental différent du prix-fait. Il n'est pas nécessaire de le chercher loin : ce sont les litanies des saints déjà nommées ; et chacun des commentateurs les a d'autant plus facilement reconnues qu'elles sont de facto en implicite dans la commande même de Jean de Montagnac. Elles y étaient simplement déformées par des idées rapides sur la constitution de cette peinture et par ses dévotions personnelles. Mais mission expresse était donnée "selon l'adviz dudit maître Enguerrand" qui "monstrera toute sa science… et du demeurant selon sa conscience52" de logiser la théologie du retable. A travers sa commande trop précise où s'explicitent son intérêt et sa dévotion, Montagnac a fait confiance au savoir faire du maître dont le savoir théologique a redressé l'unité mentale et picturale. Quarton par conséquent a fait changer de côté plusieurs scènes commandées et réalisées ; et il a supprimé sept détails majeurs du prix-fait, en plaçant à sa guise des objets non prévus, en particulier chez les saints. Il l'a fait sans arbitraire hasardeux mais en suivant simplement, savamment, les litanies susdites. Il montre là, selon sa conscience, une indéniable compétence théolologique à base liturgique, lex orandi lex credendi.

  • 53 Croquis 2, liturgie du Samedi-saint et des rogations.
  • 54 Prix-fait viii.
  • 55 Spiritus uiuificat 2 Cor 3, 8.
  • 56 ROQUES (R.), L'univers dionysien, Paris 1954 ; id, EU 5, 435-36.
  • 57 Is. 6, 6-7 ; en haut et à gauche du tableau.

16Numérotant donc, une à une, les invocations de ces litanies53, nous découvrons sans conteste une séquence conforme entre tableau et chant : 1-2-3-4 sont la Trinité, sur l'autier54 de qui se plaça le retable et qui demeure Dieu et maître direct de l'intention, comme de l'univers. 4-5-6-7 sont la Vierge et Mère, maîtresse et sommet de la Création qui, entrée aux confins de la Trinité même, y est comme telle peinte ici au cœur des trois Personnes. Et là, du coup, sont remplis les paragraphes I et II du prix-fait. Toujours fidèle au sens du contrat plus qu'à son mot-à-mot car la lettre tue et l'esprit vivifie55, maître Enguerrand suit en science et conscience théologie du prix-fait et texte du chant en peignant Michel à gauche et Gabriel à droite avec un autre ange non expressément commandé mais expressément peint à part, et lui seul. Celui-ci ne peut être que Raphaël, nommé au texte litanique. A cinq et quatre têtes visibles en sus, nous avons les neuf chœurs de la tradition pseudo-dionysienne56. Les auréoles d'appoint forment les omnes angeli d'un côté et les spirituum ordines de l'autre. Ce qui n'est ni en litanies ni en commande, ce sont ces anges musiciens de droite et cet ange thuriféraire aux charbons ardents57 de l''autre ; ils appartiennent d'une part à toutes les traditions mythiques et liturgiques et de l'autre sûrement à la culture et à l'émulation picturale d'un Enguerrand fort cultivé et soucieux d'égaler les maîtres célèbres.

  • 58 DTC 6, 24-50, surt. 35, (41 purgatoire…). EV 12. Denzinger 193. Cf 2e conc. Lyon 1274 c. 39-43 et (...)
  • 59 MENGIN (Urb.), B. Gozzoli, Plon 1909.
  • 60 M.M. DUFEIL, Polémique universitaire parisienne (1252-1259), Picard 1972 pp. 359-62 et index : apô (...)

17Les paragraphes IV et V du prix-fait correspondent aux invocations 13-16 et 17-22 du texte litanique ; on les trouve l'un à gauche et le suivant à droite du panneau avec une triple fidélité au chant et à la commande et à la culture théologique de l'auteur en son temps. Aussi se permet-il clairement d'ajouter saint Joseph, avec les litanies, au saint Jean-Baptiste des deux sources ; c'est nécessairement le personnage net, beau et discret qui succède au précurseur. Sur ce même rang senestre, le deuxième, un magnifique barbu à turban doré paraît devoir représenter les prophètes car son geste de main droite, unique en tout le tableau, est celui d'une parole au peuple. Comme ses yeux sont les seuls qui soient tournés vers le spectateur il est dans le rôle même de celui qui profère devant tous, le rôle du prophète. Le dernier peint dont passe à peine le turban blanc est alors le lointain patriarche cité au texte comme au prix-fait. Les apôtres de droite, à l'emplacement prévu par le contrat, sont aisés à reconnaître : Pierre et Pol. En léger retrait perspectif apparaît aussitôt sur un plan plus profond, celui qui ne saurait être qu'André : non nommé au prix-fait, il est depuis l'âge roman au moins, l'apôtre symbolique de l'Église grecque dont le concile de Firenze vient de célébrer la réconciliation. Montagnac pourrait y avoir été présent et le retable entretient sans nul doute un riche rapport avec cet événement d'époque58. Le Gozzoli59 n'en a-t-il pas pour sa part et peu après, peint la procession solennelle dans la ville même aux fresques de la chapelle des Medici en leur palais Riccardi ? Saint Jean non plus n'est pas cité au contrat mais aux litanies et le voilà donc derrière André, en avant, marqué comme d'usage de jeunesse et de douceur charmante. Le compte des Apôtres ne saurait y être, faute de place. D'ailleurs, le texte ajoute les évangélistes au groupe chanté ensemble et la taille choisie ne saurait faire apparaître tant de saints sur ce rang. Attribuons enfin à un autre propos mental la remarquable absence des discipuli des litanies, tant au prix-fait qu'au retable : sucesseurs traditionnels des 72, les prêtres avaient occasionné depuis le 13ème siècle60 quelques crises presbytériennes. Avant d'éclater en fin de quattrocento, elles couvaient alors, déterminant un repli des théologiens. Près d'Avignon, la hiérarchiste et la papaliste, Enguerrand se défausse en gommant le sujet. Montagnac avait évité même les diacres ; Enguerrand préfère suivre les litanies sans sauter Etienne, homme de pierre ni Laurent qui passa au feu, ni Vincent patron des vignerons ; l'air ne saurait manquer et ce sont les martyrs qui l'évoquent avec l'effet de foule au second plan de ce troisième rang gauche (23-26). Mais, en cohérence toujours avec ses choix théologiques, Quarton omet l'invocation 36, sacerdotes et leuite.

18La même ambiguïté des querelles du temps, fait apparaître hors de leur place les confesseurs, omis au prix-fait, ici versés aux laïcs du dernier rang de droite, simple estas du monde. Par contre, en plein système cléricaliste grégorien, les docteurs sont en mélange avec les pontifes (30-31) et ceux-ci ne se présentent nullement comme au prix-fait. Toujours logique avec sa théologie et les litanies, notre peintre choisit non pas un pape martyr qu''un ange couronnerait d'une tiare comme le demandait Montagnac, mais seulement papes et cardinaux ou évêques docteurs. Il évite même saint Sylvestre (27) et arrange a son adviz les paragraphes VI et VII du contrat : saint Grégoire évident en tête au troisieme rang droite du ciel est suivi d'un cardinal vieil rentré et d'un cardinal jeune comme demandé, qu'il coupe d'un évêque au premier plan. Il présente donc les quatre docteurs majeurs de l'Église latine : Grégoire, Augustin à l'habit noir, Jérôme (cardinal vieil) et Ambroise revêtu de l'habit blanc des chartreux puisque la commande porte saint Hugues. Avant la méthode simpliste des difficultés divisées une à une, le recouvrement de deux thèmes ou personnages en une seule présentation paraissait aussi naturelle qu'à la sémiotique le recouvrement actant-sujet, non numérique. Le cardinal jeune en second plan et rang est Basile et les trois autres mitres à visages sont naturellement Athanase dont on ne peut se passer avec la théotokos Nazianze et Chrysostome. L'Église grecque réconciliée à Firenze en 1439 est ainsi intégrée. Avec un Basile cardinal, c'est toute la tradition, même puérile des 12ème et 13ème siècles, qui sous l'Église avignonnaise apparaît ici en vigueur dans le temps et l'esprit du peintre. Que vient dans cette liste équilibrée si soigneusement, faire une seule tête non mitrée qui termine discrètement le bord du cadre ? Une tête latine au nez busqué sous cagoule blanche, du seul docteur non pontife célèbre en 1453… ce ne peut être que le dominicain fra Tommaso d'Aquino.

III - Mystères glorieux

  • 61 STERLING, 1939 et EV 1 et 41-43.

19Certes le tableau est chartreux et chartreux qui prie seul au pied de la croix et chartreux qui entourent saint Grégoire à sa messe ; mais on n'y voit pas saint Bruno le fondateur si ce n'est le priant. Certes le panneau était : destiné, et fut posé sur l'autel de la Trinité, à l'église des Chartreux de Villeneuve. Certes le mécène en avait voulu ainsi car, Montagnac, chanoine de Saint-Agricol61 d'Avignon avait précisé que l'un des évêques serait ce patron et avait aussi choisi de se faire enterrer chez ces Chartreux. Dévot de la Trinité, il avait précisément choisi cet autel en cette église et commandé les chartreux du pied de la croix comme de l'entourage de saint Grégoire ; et placé parmi les pontifes cet évêque chartreux, saint Hugues, dont la logique du peintre a fait un docteur qui doit être Ambroise. Enguerrand a joué sur plusieurs tableaux, comme banal en mentalité normale, avant le simplisme idééliste de la dissociation. Il lui est de même aisé d'avoir ici tous estas et de rédupliquer symboles et fonctions, voire de délivrer plusieurs fois Jésus ou Grégoire. L'anecdote est unique et il n'y a qu'un seul couronnement ; et Dominique, François et Thomas sont réels. Mais les papes des enfers et les acteurs du pouvoir au dernier rang de gauche sont davantage statuts que personnes. Ainsi Hugues peut être Ambroise et les chartreux thomistes.

  • 62 Encyclique Fausto Appetente die, 1921 (29 juin).
  • 63 DS 2,723-62 ; 731.
  • 64 DTC 2, 2303.
  • 65 Petit Larousse 1979 articles humanistes (l'homme explique tout) et hurluberlu (écervelé) sont proc (...)
  • 66 CHAUNU (P.), L'expansion, (cf. sup. n. 40) p. 7 : insignifiant humanisme.
  • 67 DTC 2, 2303.
  • 68 M.M. DUFEIL, Concept sur champ, Mél de Gandillac 1982
  • 69 Id., La vision de l'historien, IRIS 1981.

20Un tableau chartreux n'a aucune peine à présenter un certain thomisme. D'autres Ordres comme les franciscains, scotistes ou spirituels, ou comme les jésuites, suaréziens et molinistes, ont pu prétendre avoir leurs propres docteurs et philosophie et, qui pis est l'égaler à celle de l'Aquinate. Comme Pie X avait déclaré liturgique ce chant qu'en allant vite nous appelons grégorien, musique propre de l'Église ; de même doctrinam diui Tome ecclesiam suam propriam edixit esse déclara Benoît 1562. Les Carmes et les Chartreux quant à eux n'ont jamais fait difficulté pour pratiquer cette attitude. Ces contemplatifs silencieux laissèrent toujours à d'autres le soin de formaliser la philosophie de leur profession, de leur adhésion mystique au Christ. Leur but est l'intimité ininterrompue avec Dieu63 et ceux d'entre eux qui font des études, enseignent ou publient, laissent varier les opinions de l'Ordre avec une totale liberté64. Rarement furent-ils nominalistes c'est-à-dire en pratique on le sait, anti-pontificaux. Réalistes au contraire dans l'Ecole et donc papalistes en politique, ils tiennent d'ordinaire pour le thomisme dès le 14ème siècle, comme la plus grande partie et, il faut bien le dire, la plus grande mode dans l'Église. Notre culture ordinaire magnifie, du 17ème au 19ème siècle, quelques hurluberlus65 qui sous le nom d'humanistes s'écrivaient entre eux en oubliant que des milliers de Mendiants encadraient le peuple réel jusqu'aux bourgades et prédications itinérantes, et qu'ils occupaient mitres et chaires. L'insignifiant humanisme66 n'eut d'influence que dans les manuels tardifs (1680-1920), éculés en 1982. Le thomisme sans hargne des Chartreux est celui de l'Église envers le Doctor Communis et il est en rapport direct avec le magnifique renouveau italien. C'est un chartreux de Montrieux qui obtint la "conversion" de Francesco Petrarca, son propre frère Gerardo. Dégoûté de la lettre et de l'esprit d'un antiquisme paganisant, le poète en effet y renonça et en renia solennellement la voie67. Mais après la peste, les dominicains essentiellement, à Firenze surtout prirent la tête d'une attitude dialectique qui récupère ces manières à l'antique qui traînaient depuis le 12ème siècle68. Et de San Marco à Santa Maria Novella, l'Ordre joue le premier rôle dans la redéfinition de l'art italien et du renouveau flamboyant. La philosophie esthétique de l'Italie quattrocentista fut Mendiante et thomiste69. Après Jean Capriol princeps thomistarum que nous ignorons allègrement aujourd'hui alors qu'il fut le théologien du siècle, notre peintre exprime ce courant mental et pictural italisé.

  • 70 STERLING, EV.
  • 71 FRANCASTEL (P.), La figure et le lieu, ordre visuel du quattrocento Paris 1967. Voir le Couronneme (...)
  • 72 M. GORCE op, La scolastique courtoise. R. BRANNER, St Louis and the Court Style. Erwin PANOFSKY, G (...)

21Notre Picard bourré de méthodes et paysages à la flamande est italisé comme Fouquet et constitue, avec toute l'école d'Avignon, l'unité du renouveau flamboyant70. Les minimalistes américains de1960, même en posant un point noir d'effet prétentieux sur tout un tableau blanc n'ont jamais réussi un millimètre carré comme Van Eyck où chaque fleur est si précise qu'on lui donne son nom latin. Cet équilibre inspiré des taches de couleur que nous appelons peinture atteint peut-être son apogée vers 1450 en trois Europes. L'italianisme de notre nordique frémit dans la douce lumière des nets paysages de Provence comme dans la tradition toscane des bleus et ors qui baignent l'Annunziazione de Simone Martini. Gentile da Fabriano résuma toute l'Italie dans ce jeune roi de son Adorazione dei Magi71 qui va si bien auprès de notre retable franco-flamand et rhodanien, auprès de notre Royale couronnée. La phusis aristotélicienne détaille chaque élément du réel, que l'on résume alors en quatre, avec un soin amoureux où s'inscrivent à l'aise les poses et les étoffes de cour, courtoisie et couronnement. Loin d'être renaissance d'une quelconque antiquité, le quattrocento est le renouveau de la scolastique courtoise72. Trop unique pour en dépendre, ce tableau qui contient et les courants italiens et les savoirs flamands, manifeste et magnifie l'unité du siècle pictural et ce panneau chartreux est un retable thomiste.

  • 73 EI 33 tavole 118, 866-67. STERLING, Peint, fr. 98-120 compare avec divers paradis et assemblées de (...)
  • 74 EI 20, 876 ; cf. n. précéd. et M. M. DUFEIL, Vision de l'historien IRIS, sup. n. 68.
  • 75 STERLING, 1939, 19 et 30 n. 49 ; EV 3 (R. Campin, réel et iconique).
  • 76 Ibid., p. 17 et notes afférentes : les "bourguignons" de Dijon et Champmol à l'esthétique italo-fl (...)
  • 77 H. DECKER, L'Italie gothique, 20 et 111. 46-50.
  • 78 STERLING Peinture fr. L. PRESSOUYRE, Crypte d'Anagni.

22Le paradiso du Tintoretto73 ou de tout autre baroque italianiste souffre d'un académisme maniérisé et sans conteste le cède en charme à notre couronnement. Mais ne poussons pas la cruauté jusqu'à mettre le sonrizo de cour d'une gioconda triste, retenue et noiraude74 à côté de la joie méditative et profonde de notre Vierge. Le comparatisme fonctionne mieux avec la messe de Van der Weyden où la grâce du sang75 atteint l'Église comme ici les anges vont au feu ou avec l'Adoration de Saint-Bavon76 dont nos concepts même parfois s'inspirent et où les quatre éléments jouent leur rôle. C'est toujours en anamnèse que s'explique le quattrocento et il faut remonter jusqu'à la source gothique, internationale. L'Italie antiquisante des baptistères pisans77 et celle, platonisante, de la crypte d'Anagni78 nous démontrent cet humanisme plein et répandu qui est la source de toute modernité. Cette crypte assaillie des quatre saisons, des quatre âges et des quatre tempéraments, ne manque pas des quatre éléments. Enguerrand l'ignorait et n'a pas décalqué une culture scolaire mais épanoui une logique et une mentalité. Le thomisme de sa physique expose sans peine les quatre éléments traditionnels dans leur redondance péripatéticienne.

  • 79 B. MONTAGNES op, EV, 13.

23Un saint Dominique surprenant et non conforme à l'iconographie déjà académisée79 renforce cette impression de "thomisme". Domingo est à la tête des Mendiants, devant le stigmatisé Francesco, ce qui est rare ; et devant tous les religieux : Antoine l'ermite et Benoît le fondateur sont relégués au bord de la composition, ce qui est encore plus rare. L'ordre chronologique, comme celui des litanies, s'en trouvent inversés (34-32-33), et le maître des Prêcheurs devient ainsi le premier personnage de la loi nouvelle après Etienne. Cet ordre unique et pertinent est surtout la cohérence même du peintre. Thomasisch n'est pas thomistisch mais mentalité n'est pas artifice et ce thomisme de peintre est un vrai courant du siècle et qui ne trahit ni le souffle ni l'espérance ni la beauté.

  • 80 L. BATAILLON op, Sermon, Rev Sc Phil. Theol., 58 (1974), 456. M M. DUFEIL, La prière implicite uni (...)
  • 81 Id., Concepto de historia segun s. Tomas de Aq.
  • 82 3 a q 25 a 5 ad 1. Vierge symbole de l'Eglise : CHIFFOLEAU EV 16 ; mais date plutôt du 13ème que d (...)

24Saint Thomas, le dernier des Pères et des Docteurs, le maître de toute scolastique et de toute université, demeure le plus étrange et le plus beau charisme donné par l'Esprit à son Église. Il a formalisé tout le mouvement de naissance de l'Europe de 1077 à 1215, de la révolution grégorienne à l'ordonnancement du Latran 4. La piété Mendiante au Christ réel, au Jésus historique, Dieu transcendant certes mais aussi homme de chair, de souffrance et sentiment vécu a emporté le 13ème siècle et trouve son expression suprême dans la Summa theologie de frère Thomas, centrée sur la Vie de Jésus. Comme ce Jésus miraculeux à la fois céleste et proche a choisi de rester amoureusement parmi les hommes dans l'Eucharistie, le siècle invente cette fête du Saint-Sacrement, cette Fête-Dieu, dont l'Office est rédigé par Thomas d'Aquin80. La logique naturelle entraîne une telle dévotion à être mariale. Aucune Notre-Dame, ni courtoise en poésie, ni gothique en bâtiment,, ni réfléchie en Summa scolastica ne saurait manquer à notre italien de Paris, au plus savant des saints, le plus saint des savants, le plus grand des professeurs, maître des concepts et de l'histoire81. Malgré des bruits jaloux, la mariologie de saint Thomas est la première en théologie et ce manteau de miséricorde que peignit ailleurs Enguerrand est au texte de notre maître deux siècles plus tôt82 : (jesum) pariendo quodammodo gratiam ad omnes deriuaret, en accouchant Jésus, elle dérive la grâce pour tous.

  • 83 Ibid. 3a q 25 a 5 ad 1.
  • 84 3a q 31 a 2 ad 2. Elizabeth de Hongrie, Thuringe, Portugal, saintes franciscaines : M.M. DUFEIL, P (...)
  • 85 Sap. 2, 8 ; Eccli 24, 12 ; 39, 17 ; 50, 8 etc.
  • 86 Prix-fait xi.
  • 87 Luc 1, 35.
  • 88 Jacques BOUSQUET, Les Nimbes et Anagrammes, Cah St Michel Cuxa 11 (1980), 101-122.

25Le présent panneau du Couronnement aborde en direct la glorification de Myriam et illustre en sa dévotion une vérité thomiste simple : Marie fut élevée au dessus des anges même et doit être traîtée comme mère du roi debetur matri regis honor consimilis et cette mère de roi est mater Dei83. La dévotion typiquement dominicaine au rosaire, inventée et répandue par le bienheureux Dominique de Prusse à la fin du 13ème siècle est un des secrets de la construction mentale de notre superbe retable. Chacun des quinze mystères est ici au moins signalé, l'annonciation par Gabriel, la Vierge et l'Esprit. La Visitation exige la présence de sainte Elizabeth si typique du 13ème siècle84. Or c'est la seule explication de cette sainte femme âgée en tête du groupe qui n'est ni la Magdelene des litanies et du prix-fait ni la Catherine du contrat. La nativité est moins nette : Paysages, bergers et rois : mais surtout Mère et Fils l'impliquent sans la dessiner, car alors on y pense sans l'expliciter. Le Temple de la présentation et du recouvrement est en bas à droite et les cinq mystères joyeux sont dans l'indéniable atmosphère des scènes charmantes de la vie et du paradis, gai savoir de miel aux lèvres de la Sagesse85. Les cinq mystères douloureux s'égrènent du mont olivet de l'Agonie par les plaies de la flagellation marquées au corps du supplicié à la croix centrale et à l'Ecce Homo de la messe de saint Grégoire "en forme de pitié"86 où apparaît aussi la couronne d'épines. Un alignement de passants aux rues de Jérusalem évoque le portement de croix et la mort du sauveur s'inscrit au cœur du système. Suivent sans peine les cinq mystères glorieux : le tombeau vide de la résurrection sous le priant chartreux ; le mont est celui de l'ascension et l'Esprit qui obumbrat87 la Vierge est celui qui vint aux Apôtres déjà autour d''elle réunis à la pentecôte. L'assomption est ouvertement donnée au tombeau vide de la Vierge, au dessus de l'enfer ; un ange et l'inscription88 assumpta est l'attestent. Le dernier mystère est le thème du tableau.

  • 89 Liturgie de la Vierge Marie.

26Davantage inscrit à droite et en bas, le rosaire est balancé à gauche par la primauté de saint Dominique ; seul il permet de placer la série finale des litanies (45-70) : incarnation, tentation manifestée par le diablotin perché sur une tour de Jérusalem, ecclesiam (62) et fructus terre (68) sis au paysage. Un chapelet, petit chapel, n'a de sens qu'en moyen francais, couronne de roses qu'on tressait aux têtes jeunes et belles pour les honorer et admirer aux festivités et le rosaire n'est que le triplement de ce chapelet à la reine suprême, belle, Vierge et Mère. Les nuances roses dans l'œuvre comme les roses-fleurs au manteau et les roses-pierreries à la couronne sont le jeu normal de cette langue et de cette mentalité. Le Couronnement est le sujet même du retable et de la méditation sacrée qu'il communique. La cohérence d'ensemble a de quoi faire trembler nos esprits après trois siècles d'idéélisme, de dissociation individualiste, de manie analytique liée au calcul capitaliste : ici toute signification est intégrée integra et casta89. Chaque élément étaie, implique, rappelle tous les autres et tous renvoient à l'ensemble sans que cette lectio spiritualis puisse s'arrêter car l'œuvre pénètre la vie et fait vibrer aux vérités suprêmes.

  • 90 R. ALLEAU, Alchimie EU 1, 587-98. Suzanne CONORT-BODET, Eau de vie logique et "banqueroutiers du s (...)
  • 91 In 4 S d 47 q 2 a 1 qua 1 ad 3.
  • 92 In 2 S d 18 q 3 a 2 ad 2.
  • 93 CG 2, 88. 3 a q 84 a 1 ad 1. de Anima 2, 3. de Celo 4, 2. La q 66 a 1 ad 5.
  • 94 1a q 51 a 2 ad 3 ;q 71 a 3. In 1 S d 17 q 2 a 4 ; 4 S d 1 q 1 a qua 2 et 4.
  • 95 Environ 150 occurrences dont par ex. 1a q 18 a 1 ad 3 ; 3 a q 86 a 3. Isa 12.
  • 96 Gen 1, 2.
  • 97 de Celo 2, 20-26. In Ps 23 ; Ps 36. La 2e q 54 a 2.
  • 98 In 4 S d 47 q 2 a 1 qua 3. La q 66 a 1 ad 5 ; 67 a 2 ad 2. La 2e q 35 a 8. 2a 2e a 47 a 5 ad 2. Su (...)
  • 99 Purgatoire, Enfer, lumières autel st Grég., buisson ardent, four à "Romme", Séraphins rouges, Espr (...)

27Le thomisme des quatre éléments est l'une de ses routes. L'annonciation est du côté de l'air autant que crucifixion, ascension, assomption, Visitation, temple, agonie au jardin, portement de croix se réfèrent à la terre ; le feu sous-tend purification, tortures de la flagellation et d'épines mais surtout la Pentecôte et la lumière de la nativité, de la résurrection et du couronnement… La rose centrale des alchimistes90 qui conformément à la mentalité pré-industrielle réunit en systèmes les éléments divers, n'est pas étrangère à la structure mentale de l'analogie thomiste. Réalisme modéré qui lit des universaux dans les choses et rationalisme raisonné débouchant sur la mystique, la doctrine de l'ange de l'école se plaît assez à ces intégrations picturales signifiantes sur base liturgique. En rivalité avec la sémiologie contemporaine, cette plus haute formalisation du langage avant Gödel, la scolastique, s'exprime volontiers en décryptement du texte et de l'objet par un génotexte, un sens profond caché dans des significations dont aucune n'est rejetée comme elle le serait dans la méthode du découpage des séparatistes pseudo-modernes de l'infralogique. Les quatre éléments viennent à mixion par amour et non par violence91 ; les saveurs subtiles de leurs vertus92 sont structurées en paires de contrariétés93 : après ces termes de Thomas d'Aquin, on ne pourra soutenir qu'il refusait ce système. Si tel baroque remplace cette lecture par de pâles allégories, il n'en faut accuser ni la haute époque ni les hauts concepts ni cette haute langue. Enguerrand et Thomas communient avec tout leur temps en ce jeu dialectique. L'air des oiseaux et des prédestinés qui passe du firmament au ciel94 importe à notre théologien et à son texte. Déluge, pluie, rosée, bénédiction, baptême développent plusieurs eaux. Humide, froide, diaphane, abondante et pourtant sans prix, vive ou morte, image de doctrine qui coule et vivifie, l'eau sort du côté du Christ en croix et se mêle au vin dans la vie mystique comme dans la liturgie ; elle joue aux textes de Thomas95 le même rôle qu'au retable d'Enguerrand. De même la terre inanimée et unique inanis et uacua96 dont les diverses parties signifient le centre pythagoricien et renvoient de sphère (sic) à soleil et à la patrie céleste, notre nouvelle terre : 120 occurrences directes chez Thomas97 comme les couleurs d'Enguerrand disent ce jeu. C'est toutefois le feu, charbon, salamandre, flamme, purgatoire et lumière qui s'engendre le mieux au soleil et dont l'ardeur même est la meilleure image de Dieu dans 140 mentions chez l'Aquinate98 comme aux 20 allusions et 7 apparitions99 en notre tableau.

  • 100 EU, 6, 83 sv. oublie notre origine chaldéenne voir plutôt à Zodiaque.
  • 101 EU, 6, 84-85.
  • 102 EU tous articles de G. DURAND ici notés. Cf supra n. 8.
  • 103 Ibid. FESTUGIERE.
  • 104 J. VIRET, Le quaternaire des éléments et l'harmonie cosmique d'ap. Is Séville, Réception 4 élém, A (...)

28Cette science analogiste où l'occulte sinon l'occultisme se mixte à la ratio est alors science commune. Les renvois à des décryptements des quatre éléments de la vieille civilisation chaldéenne100 et de ses parallèles chinois101 jusqu'à l'œuvre de Bachelard102 seraient trop abondants. Le tâtonnement des Grecs avait abouti au contact des Orients à toute une symbolique hellénistique élaborée dans le corpus hermeticum du trismégiste103 et dont les alexandrinismes et les ésotérismes durent un millénaire entier. Isodore demeure le plus puissant de ces méditerranéens104. Passées à l'Islam avec le vieux zodiaque qui décore nos cathédrales d'avant Thomas jusqu'après Enguerrand, ces mentalités communes atteignent jusqu'au calendrier solaire aztèque. Cette élaboration annuaire et astrale des rythmes agraires de la production de nourriture subit justement depuis le 12ème siècle sa plus grande variation historique. Alchimie, occultisme et philosophie en sont inépuisable thématique.

  • 105 1a q 27 à 43 surt. 29 et 39 a 2 a 3 ; q 31 a 2 ad 3-4. 4 S d 13 : Jérôme, Augustin de Trin 1, 3 et (...)
  • 106 Dom DENNY (Bibliogr.) Ps 109, 1 ; Heb 1, 13 ; 12, 2. Matt. 22, 4 ; 26, 64 ; Mc 12, 36 ; 14, 62 ; 1 (...)
  • 107 Credo liturgique latin classique en question à Firenze en 1435-39.

29La théologie aussi bien thomiste que circonstancielle avec le concile pro-grec de Firenze sont simplement l'un des sommets de ce massif alpestre des mentalités. La parfaite ressemblance, voulue par Montagnac à sa commande, a été peinte par Enguerrand comme une correspondance d'éléments, entre le Père et le Fils. Cette remarquable et nicéenne unité des Personnes se rencontre surtout au texte de Thomas105. Une même structure code courtoisement la haute scolastique gothique et la vibrante peinture quattrocentista : sede a dextris meis106 va jusqu'à celui qui a patre filioque procedit107.

Conclusion

30Les quatre chez Quarton ne sont pas tant les huit, neuf ou douze éléments, ni les quinze mystères ou les 12 000 saints. Les quatre de Quarton sont la Trinité et la Vierge Marie. Air, Terre, Feu, Eau, ville, d'en bas, du milieu ou d'en haut, comme les trois chapelets, joyeux, douloureux et glorieux du rosaire dominicain ; toute cette croyance et toute cette expression lui viennent de saint Thomas d'Aquin. Ils lui ont été transmis par l'encadrement des Prêcheurs qui caractérise tout le renouveau du Quattrocento. Issus de toute l'Europe, les peintres de Prouvençau travaillent dans la lumière d'une seconde capitale des Etats pontificaux. Au moment où se découvre l'Afrique, où s'ouvre la planète, Enguerrand peint en cette capitale italienne d'Avignon, ce que depuis la peste les dominicains ont prêché à Siena et à Firenze ; il peint un homme thomiste et, comme Cézanne ou Van Gogh plus tard, notre nordique a su mieux que tous rendre la lumière de méditerrannée et la lumière de Tommaso. Comme l'y menait son génie propre et mieux que tous, Enguerrand a su clarifier et glorifier au pinceau cette théologie que Domingo a fait exprimer par Thomas et répéter au peuple par tout l'Ordre. Contemplata aliis trader. e. Comme aux écrits récents de Capriol, princeps thomistarum, comme aux fresques de Santa Maria Novella, Enguerrand a su peindre au 15° siècle cette renaissance flamboyante de l'apogée gothique et courtoise des 12°-13° siècles où naquirent et s'inventèrent l'Europe, les Mendiants et la peinture. Si le peintre nous touche davantage et nous fait immédiatement vibrer à la beauté de son art, à la lumière d'or et d'azur de son pinceau, il faut reconnaître et proclamer qu'aucun thomiste, aucun thomisme ne vaut Thomas et que Thomas l'emporte d'avoir tout formulé et tout formalisé et tout vécu. D'autant que l'emportera toujours sur une peinture, la théologie et sur toute théologie, Celui qu'elle contemple.

  • 108 Expression dévote à base biblique mince : Eccli 26, 15 ; Jérém 14, 8.
  • 109 P. NOVARINA, st. Thomas d'Aquin, p 190 n. 102.
  • 110 E. GILSON, Ultima thulê de la métaph., in L'Etre et l'Essence.

31Quarton, avec en son cortège trois fois les quatre éléments. est le signe d'une philosophie cosmique et surtout d'une foi dont Thomas est l'expression, aussi parfaite que le peut homo uiator108. Uidetur109 ut palea, comme les quatre éléments d'une physique périmée, à celui qui contemple directement dans la vraie vie le Signifié Ultime. Cette ultima thule qui passe110 métaphysique et théologie dans une vivante mystique de l'outre-vie est l'omega qui parfois déjà nous caresse du rayon violet de son Amour.

LITANIES DES SAINTS

321. Pater de caelis Deus, Miserere nobis

332. Filii Redemptor mundi Deus, miserere nobis

343. Spiritus Sancte Deus miserére nobis

354. Sancta Trinitas unus Deus, miserére nobis

365. Sancta Maria, ora pro nobis

376. Sancta Dei Génitrix, ora pro nobis

387. Sancta Virgo, virginum, ora pro nobis

398. Sancte Michaël, ora pro nobis

409. Sancte Gabriel,ora pro nobis

4110. Sancte Raphaël, ora pro nobis.

4211. Omnes sancti Angeli et Archangeli, orate pro nobis.

4312. Omnes sancti beatorum Spirituum ordines.orate pro nobis

4413. Sancte Joannes Baptista, ora pronobis.

4514. Sancte Joseph, ora.

4615. Omnes sancti Patriarchae

4716. et Prophetae, orate pro nobis

4817. Sancte Petre, ora

4918. Sancte Paule, ora

5019. Sancte Andrea, ora

5120. Sancte Joannes, ora

5221. Omnes sancti Apostoli et Evangelistae, orate pro nobis

5322. Omnes sancti Discipuli DominI orate pro nobis.

5423. Sancte Stephane, ora

5524. Sancte Laurenti, ora

5625. Sancte Vincenti, ora

5726. Omnes sancti Martyres, ora pro nobis

5827. Sancte Silvester, ora

5928. Sancte Gregori, ora

6029. Sancte Augustine, ora.

6130. Omnes sancti Pontifices et Confessores, orate pro nobis

6231. Omnes sancti Doctores orate pro nobis

6332. Sancte Antoni, ora.

6433. Sante Benedicte, ora.

6534. Sancte Dominice, ora.

6635. Sante Francisce, ora.

6736. Omnes sancti Sacerdotes et Levitae, orate pro nobis.

6837. Omnes sancti Monachi et Eremitae, orate pro nobis

6938. Sancta Maria Magdalena, ora pro nobis

7039. Sancta Agnes, ora.

7140. Sancta Caecilia, ora.

7241. Sancta Agatha, ora

7342. Sancta Anastasia ora

7443. Omnes sanctac Virgines et Viduae, orate pro nobis

7544. Omnes Sancti et Sanctte Dei, intercedite pro nobis

7645. Propitius esto, parce nobis Domine

7746. Propitius esto, exaudi nos Domine

7847. Ab omni malo, libera nos

7948. Ab omni peccato, libera nos, Domine

8049. A morte perpetua, libera nos, Domine

8150. Per mysterium sanctae incarna onis, tuae, libera nos, Domine

8251. Per adventum tuum, libera nos, Domine

8352. Per nativitatem tuam, libera nos Domine.

8453. Per baptismum et sanctum jeju-nium tuum, libera nos, Domine

8554 Per crucem et passionem tuam, libera nos, Domine

8655. Per mortem et sepulturam tuam, libera nos, Domine

8756. Per sanctam resurrectionem. tuem libera nos, Domine

8857. Per admirabilem ascensionem tuam, libera nos, Domine

8958. Per adventum Spiritus Sancti Paracliti, libera nos, Domine

9059. In die judicii, libera nos, Domine

9160. Peccatores, te rogamus, audi nos

9261. Ut nobis parcas, te rogamus, audi nos

9362. Ut ecclesiam tuam sanctam regere et conservare digneris, te rogamus, audi nos

9463. Ut dominum apostolicum, et omnes ecclesiasticos ordines in sancta religione conservare digneris, te rogamus, audi nos

9564 Ut inimicos sanctae. Ecclesia humiliare digneris, te rogamus audi nos

9665. Ut regibus et principibus christianis pacem et veram concordiam donare digneris, te rogamus. ausi nos

9766. Ut nosmetipsos in tuo sancto servitio confortare et conservare digneris, te rogamus, audi nos

9867. Ut omnibus benefactoribus sempitema bona retribuas, te rogamus, audi nos

9968. Ut fructus terrae dare et conservare digneris, te rogamus audi nos

10069. Ut omnibus fidelibus defunctis requiem aeternam donare digneris, te rogamus, audi nos

10170. Ut nos exaudire digneris, te rogamus, audi nos Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, parce nobis, Domine Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, exaudi nos Domine Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis Christe, audi nos Christe, exaudi nos

102(22)

103(27)

104(36) (42)

105absents suppléments

Place sur le tableau

Chérubins bleus
Grégoire
Jérôme
Augustin
Grecs
Basile
Hugues-Ambroise
Thomas d'Aquin
Cécile
Agnès Agathe

Chérubins bleusGrégoireJérômeAugustinGrecsBasileHugues-AmbroiseThomas d'AquinCécileAgnès Agathe

Diacres Vincent-Laurent-Etienne
Courbes de chérubins bleus
Saints Benoît, Antoine…
Simon, françois, Nicolas de Talentino, Dominique.

Diacres Vincent-Laurent-EtienneCourbes de chérubins bleusSaints Benoît, Antoine…Simon, françois, Nicolas de Talentino, Dominique.

Ordonnance et Eléments

Ordonnance et Eléments

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE BREVE

ALIQUOT (Hervé) + MERCERON (Pierrette et René), Les deux écus du Couronnement, Et. Vaucl. 24-25 (1980-81), 34-43.

AUBERT (Lucien), Rapport de restauration du couronnement, Bull. Mon. historiques France 1939 fasc. 2, 52-56.

AVRIL (Francois), Eng. Quarton peintre de mss, Rev. Art, 35 (1977), 9-40.

BERTELLI (Carlo), Image of Pity, Sta Croce Gerus., Essays Witkower, 1967.

CHAMSON (Lucie), Nic. Froment et l'école avignonnaise, xve s. Rieder, 1931.

CHATELET (Alb.), Primitifs septentrionaux, Genève 1979 (226-227).

CHEVALIER (Bern.), Jérusalem vue par EQ., E V. 24-25, 33-37.

CHIFFOLEAU (Jac.), Croyance et image, ibid., 15-24.

CHOBAUT (Hyac), Catal. Expos. primitifs fr. Louvre-BN 1904, 32-33, 40.

"éd. du Prix-fait, Mém. Acad. Vaucl., 4 (1939 paru 1940) 142-45.

"Prix-fait du Couronnement EQ (trad. S. CORNUT), Villeneuve 1974.

"Doc. Inéd. sur peintres et verriers d'Avignon, Mém. Acad. Vaucl. 4."

CORDIER (Mme Cl.), Bibliogr. du Crnmt EV, 38.

DEINHARD (Hanna), Meaning and Expression, toward a Sociology of Art Beacon press Boston 1970, pp. 4-24 (texte fautif de HOLT).

DENNY (Don), The Trinity in Eng. Quarton's Coronation of th Virgin Art Bull., 45 (mars 1963), 48-52.

DIMIER (L.), Primitifs français iii, Gaz. Bx Arts, nov. 1937, 223-277.

Etudes art fr. off. à Ch. STIERLING, 1975 (LACLOTTE, 145-49).

Etudes Vauclusiennes, 24-25 (1980-1981), recueil d'art. sur EQ, Crnmt

GIRARD (Alain), Le Crnmt de la V., œuvre du musée Villeneuve !. A. EV, 7-10.

GRAVA (Yves), Editorial, ibid. p. 0 revers couverture

GUY (Marg.), le Crnmt de ia V. in Zodiaque, 1906 (1975), 2-15.

HOLT (G.), A documentary History of Art, Princeton univ. pr., 297-302.

LABANDE (L-H), Primitifs fr. : peintres et p. verriers Provence occid. Marseille, Tacussel 1932, 2 vol. ; 1, 77, 212-14, 45-57.

" l'œuvre d'E Q., Gaz. Bx Arts, avr. 1939, 253-57.

LACLOTTE (Michel), L'Ecole d'Avignon : la peinture en Provence xiv-xv Seghers 1960, 77-86.

" Un retable d'E Q, Revue de l'Art, 9 (1970), 7-14.

MARIGNANE (M.), Le maître de la Pietà de Villeneuve, de l'Annonciation d'Aix… révélé : E Q, Paris, Povolozky, 1938.

MONTAGNES (Bern.), o.p., Théologie d'E. Q, EV 11-14.

Notes Brèves J. MORELLI 1453 ff 48-51 Etude Martin 805, Prix-fait C.

PANSIER (P.), Peintres Avig. xix-xv, Av. 1934 (frag. testam. Montagnac A.D. Vaucluse extr. minutes Jacques Girard, étude Beaulieu 723, ff 156-159 ; bibliographies et doc. p. 77-79).

REQUIN (abbé Henri), Doc. inéd. peintres, p. verriers et enlumineurs au xvème siècle., Plon 1889, p. 14-16, notice 20 pièce justif.

RICKERT (Marg.), Painting in Great Britain M. Ages, Pelican Hy Art 1954 pl. 99c illustr. Ps 109 Psautier Pierpont Morgan Libr. 283, 126.

RING (Grete), A Century of French Painting 1400-1500, Lond. 1949, 32, 17-18.

ROQUES (Marg.), Les apports néerlandais de la peinture sud-est France, xiv-xvèmes siècles, Bordeaux Inst. Hist. art médieval, 1963.

STERLING (Ch.), Cézanne et les maîtres d'autrefois, La Renaissance (mai-juin 1936), 12 fig. 15-16, Crmt Vierge EQ pl. 40 fig. 19-20.

" Catalogue Expos. Chefs d'œuvre art fr., Paris 1937

" La peinture française, les primitifs, Paris Floury 1938, 101-108.

" Le Crmt de la Vierge par EQ, ibid. 1939. ouvrage essentiel.

" Les peintres du M.Age, Paris Tisné 1941, 50-54. Rép. 28, n'° 51.

" Un chef d'œuvre sur la route du midi : Crmt, Plaisir de Fr. (avr.1960) 2-15.

" L'auteur de la Pietà d'Avignon, Paris Klinclsieck, 1961.

" Propyläen Kunstgeschichte, 7 (1972), 193.

" Pour Jean Changenet et Juan de Nalda, l'Oeil, 217-18 (at-sep, 1973), p. 4-19.

" Larousse des grands peintres, 1976, p. 326.

" Petit Larousse de la peinture, 1979, 2, 1522

" Le Crnmt de la Vierge par EQ, EV 1-6.

" La peinture sur panneau picarde et son rayonnement au xvème siècle, Bull Soc. Hist. de l'art français, 1981.

VOVELLE (M.), Quelques images du Purgatoire du temps d'EQ, EV25-32.

Annexes

PRINCIPALES ABREVIATIONS

AD Archives départementales

Crmt Couronnement de la Vierge (le panneau en cause)

DS Dictionnaire de Spiritualité

DTC Dictionnaire de théologie catholique

EI Encyclopaedia Italiana

EQ Enguerrand QUARTON (le peintre, auteur du tableau)

EV Etudes Vauclusiennes, numéro spécial cf. Bibliogr.

EU Encyclopaedia Universalis

Gaz. Bx Gazette des Beaux Arts

o p ex ordine predicatorum = dominicain

Notes

1 Apo 3, 1-12, 16. Dan 5, 27.

2 Prix-fait f° 48, éd. CHOBAUT p.vii : enguerrandus quarton diocesis laudunensis habitator auinionis

3 STERLING, Le couronnement, 1939 ; Cité MONTAGNES EV 11.

4 Id. Cf Bibliogr. 1939 et divers

5 Ed. CHOBAUT cf Bibliogr.

6 ALIQUOT etc., Bibliogr.

7 Horace, Art poétique, 361 ; d'ordinaire détourné de son sens pour proclamer la peinture sœur de la poésie, ce vers signifie que le poème doit être étudié comme un tableau et vice-versa.

8 EU 6, 83-87, 87 b ; 5, 890-892 ; 6, 1051-55 ; 15, 979-80 (G. DURAND, Eaux, Feu, Terre). René ALLEAU, EU 1, 587-98, cf 9, 180 b. FESTUGIERE (G.), op, Corpus hermeticum, Budé 1945 ; 1, c 2 § 4-11, pp. 7-10.

9 La commande au prix-fait était de Rome et Jherusalem ; les paysages représentés sont de Villeneuve et Avignon : x-xii ; STERLING 1939.

10 Le Christ et l'Histoire : M.M. DUFEIL, Concepto de Historia segun Tomas de Aquino, Congreso mundial de filosofia christiana, Cordoba, 1979 (Arg.)

11 Ecce mater tua, Io 19, 27

12 Io 12, 32. Terre : Gen 1, 1-2, 9-10 et c 26 ; Cubaba, Anaximandre…

13 Tabula smaragda EU 9, 180 b ; FESTUGIERE (sup.n.8). Air : atman, Spiritus, Gen 1, 1, 7, 10 et 2, 7 etc.

14 Cf croquis l.CHIFFOLEAU EV 16. Eaux : Gen 1, 2-6 ; 26, 10. Thalès, Galatée…

15 Ps 44, 14.

16 Lc, 2, 19

17 Quarton n'est peut-être pas, ou pas encore, allé en Italie ; Montagnac sûrement d'après sa précise description d'une pomme de ping de cuivre au sommet de l'ancien Saint-Pierre ; et probablement à Jérusalem, voire au concile de Firenze : STERLING.

18 Messe de st Grégoire, miracle essentiel aux mentalités de ces siècles : DS, DTC 10, 981-83, 991-93 ; 13, 1235-36 ; 6, 1780.

19 Ex 3, 14. Xav. BARBIER de MONTAULT, Traité d'iconographie chrétienne, 1891. Saraf, brûler Is. 6, 2, 6. Rharub, garde : Ps 17, 11 ; gen 3, 24 ; Num 7, 89 ; 1 Reg 13, 6 ; 3 Reg 7, 9. Ezech 10, 2-6-7 ; 16 ; 41, 25.

20 Prix-fait viii. Feu Gen 1, 3-5 et d'Héraclite à Empédocle. Les quatre éléments de Pythagore à Platon et Aristote : EU 6, 83 sv.

21 Prix-fait xxiii.

22 J LE GOFF, La naissance du Purgatoire, Gallimard 1980. CHIFFOLEAU.

23 Ibid. imaginaires antiques 42, 39, 37 hors ordre chronol. bien qu'il faille dater dans la longue durée (p. 13)

24 2 Macch 12, 44. EU 6, 239. Ps 10, 7 ; Prov 10, 2 ; 12, 46. Mat 16, 18 ; 25, 46 ; etc.

25 Sermo de suffragiis mortuorum, st Jean Damascène ; et toute la liturgie : de his qui in (lieu) fide dormierunt… cf canon C 13 q 2 c 9 à c 32. D. SICARD, La liturgie de la mort dans l'église latine des or. à la réforme carolingienne, Maria Laach Aschendorff Münster i. Westfalen 1978 230/155 440 p. en part. 34, 256, 353, 396, 402, 409, 411-18/

26 G. DUMEZIL, La religion romaine archaïque, Paris 1966.

27 R. ONZE, Typologie des Ikwe (ancêtres), trav. inédits école hist. de Brazzaville, à paraître.

28 Aristote, Peri Ouranoû, Budé, 145 = iv, 3 et 4 : ton auton topon lieu propre. Thomas d'Aquin la q 71 a 3 ; In Col 2, 20-26 ; in Ps 23. Th. d'Aq. et le Purgatoire (contre LE GOFF qui minimise, index) : une bonne cinquantaine d'occurrences pour environ 25 apparitions dans diverses œuvres (4 S d 17 à 21 et 44 à 46 surtout).

29 Supra n.8 et 13. DIELSCH (H.), Die Fragmente der VorSokratiken et W. KRAUS, Berlin 1954. G.P. CONGER, Theories of Macrocosmos and microcosmos in the Hy of Philosophy NY 1922. Zach 9, 11.

30 P. BARGUET, Le livre des Morts des anciens Egyptiens, Paris 1967. Cf 1 Reg 31, 13 ; 2 Reg 1, 12 ; 3, 25. Ps 65, 7 ; Lc 16. 9 ; 23, 42 ; Phil 2, 10 etc.

31 Stromata, 3, 16 in LE GOFF, 52, 79-86.

32 Patr. Grecque 12, 519 et 13, 334 ; 46, 97-101 et 95, 256. Cf. Th. d'Aq. Summa theologie Suppl. q 71 a 5 ad 5.

33 LE GOFF, 74-77. Cf Nemesios d'Ephèse, Contra Grecos 4 que Thomas d'Aq. prend pour Grégoire de Nysse : 4 S d 14 q 2 a 1 qua 2.

34 P.L. 77, 357… Dialog. 4, 40 et 55 ; 19, 34. DTC 13, 1163 sv. Ps.-Denys ; Eccles. hier. c. 7.

35 Et de ore leonis, Libera, a porta inferi erue… Paroissien romain Desclées St J. 1926, pp. 1171, 1175, 1186. Gen 40, 25, Ps 21, 22 ; 39, 7 ; 87, 7 ; Isa 14, 15 et 19.

36 SICARD sup. n. 25 Memento des morts de liturgie classique.

37 D'Autun à Brioude les tympans, fresques et enluminures romano-gothiques sont réveils pour jugement dernier et les âmes dont on attend le jugement étaient "en purgatoire" dans leurs tombes indécises. Toute la théorie qui réfute le sinu abrahe comme purgatoire est a priori.

38 BN lat 1023 f° 49 ; 1052 P 556 v° et Seo Vieja de Salamanca, 258, 494-95.

39 LE GOFF, Purg. 306. DUFEIL, Signification hist. de la querelle des Mendiants, Miscellanea Mediaevalia, 10 (1976), 95-105. Id., Concept sur champ Mél de Gandillac, 1982 Jordan Catala Cah. Fanjeaux 16 (1980), 155-80. Id., La vision de l'historien, IRIS 1981.

40 CHAUNU (P.), L'expansion européenne du xiiième au xvième siècles nvelle Clio n° 26, p. 307-311. Cf M.M. DUFEIL, Catala, cf sup n. 39.

41 LE GOFF, Purg. 14.

42 Cf.supra n. 13.

43 cf supra n. 13 43.- n. 19 Exode 3, 14. Symbolisme des couleurs cf STERLING, 1939 n. 51.

44 Cant 7, 1.

45 Epi, sur ; phaneia apparition ; fête liturgique du 6 janvier. Il s'agit de l'étoile des Mages, Matt. 2, 1-16, qui révèle Dieu et de tout mythe de décryptement où l'apparence révèle un géno-objet sous le phéno.

46 Matt. 17, 1-9. 2e dim. de carême et fête du 6 août. Jésus, habitu inuentus ut homo (Phil 3, 8), se révèle avec l'éclat de sa béatitude aux trois apôtres Pierre, Jacques et Jean.

47 Croquis 1 et 2.

48 Expression classique des pères grecs autour des conciles d'Ephèse et Chalcédoine, DTC 9, 2351-55.

49 Trait à la sanguine (fausse terre de Sinope) sur le fond arricio programmant le dessin avant le plâtre EU 7, 381.

50 EU 7, 843-44 ; A. FAUGERE, Les sources orientales du Graal, Göttingen 1979.

51 Prix-fait x.

52 Ibid. xiv et ix, x, xi, xiii adviz ; viii selon qu'il semblera mieux audit maître.

53 Croquis 2, liturgie du Samedi-saint et des rogations.

54 Prix-fait viii.

55 Spiritus uiuificat 2 Cor 3, 8.

56 ROQUES (R.), L'univers dionysien, Paris 1954 ; id, EU 5, 435-36.

57 Is. 6, 6-7 ; en haut et à gauche du tableau.

58 DTC 6, 24-50, surt. 35, (41 purgatoire…). EV 12. Denzinger 193. Cf 2e conc. Lyon 1274 c. 39-43 et Trente, 6e session can. 25 et 30.

59 MENGIN (Urb.), B. Gozzoli, Plon 1909.

60 M.M. DUFEIL, Polémique universitaire parisienne (1252-1259), Picard 1972 pp. 359-62 et index : apôtres, archidiacres, prêtres… Id., lerarchia, Miscellanea mediaevalia (Köln) 12 (1979), 56-83.

61 STERLING, 1939 et EV 1 et 41-43.

62 Encyclique Fausto Appetente die, 1921 (29 juin).

63 DS 2,723-62 ; 731.

64 DTC 2, 2303.

65 Petit Larousse 1979 articles humanistes (l'homme explique tout) et hurluberlu (écervelé) sont proches : 522-523.

66 CHAUNU (P.), L'expansion, (cf. sup. n. 40) p. 7 : insignifiant humanisme.

67 DTC 2, 2303.

68 M.M. DUFEIL, Concept sur champ, Mél de Gandillac 1982

69 Id., La vision de l'historien, IRIS 1981.

70 STERLING, EV.

71 FRANCASTEL (P.), La figure et le lieu, ordre visuel du quattrocento Paris 1967. Voir le Couronnement de la Vierge de fra Angelico au Louvre, STERLING 1939, 14 cf supra n. 69.

72 M. GORCE op, La scolastique courtoise. R. BRANNER, St Louis and the Court Style. Erwin PANOFSKY, Gothic Architecture and Scholasticism, Latrobe 1951.

73 EI 33 tavole 118, 866-67. STERLING, Peint, fr. 98-120 compare avec divers paradis et assemblées de dieux et saints.

74 EI 20, 876 ; cf. n. précéd. et M. M. DUFEIL, Vision de l'historien IRIS, sup. n. 68.

75 STERLING, 1939, 19 et 30 n. 49 ; EV 3 (R. Campin, réel et iconique).

76 Ibid., p. 17 et notes afférentes : les "bourguignons" de Dijon et Champmol à l'esthétique italo-flamande. Van PUYVELDE (Leo), Van Eyck, L'Agneau mystique, éd. Meddens 1963 275/245 134 p.

77 H. DECKER, L'Italie gothique, 20 et 111. 46-50.

78 STERLING Peinture fr. L. PRESSOUYRE, Crypte d'Anagni.

79 B. MONTAGNES op, EV, 13.

80 L. BATAILLON op, Sermon, Rev Sc Phil. Theol., 58 (1974), 456. M M. DUFEIL, La prière implicite universitaire, Sénéfiance 10 (1981),

81 Id., Concepto de historia segun s. Tomas de Aq.

82 3 a q 25 a 5 ad 1. Vierge symbole de l'Eglise : CHIFFOLEAU EV 16 ; mais date plutôt du 13ème que du 15ème où se vulgarise ; la notion de "Notre-Dame" et la mythologie sacrale de la "Rose" portent dès 1230.

83 Ibid. 3a q 25 a 5 ad 1.

84 3a q 31 a 2 ad 2. Elizabeth de Hongrie, Thuringe, Portugal, saintes franciscaines : M.M. DUFEIL, Polémique, 178. STERLING, 1939 pl. 25.

85 Sap. 2, 8 ; Eccli 24, 12 ; 39, 17 ; 50, 8 etc.

86 Prix-fait xi.

87 Luc 1, 35.

88 Jacques BOUSQUET, Les Nimbes et Anagrammes, Cah St Michel Cuxa 11 (1980), 101-122.

89 Liturgie de la Vierge Marie.

90 R. ALLEAU, Alchimie EU 1, 587-98. Suzanne CONORT-BODET, Eau de vie logique et "banqueroutiers du st Esprit", Mél. Morazé, 297-336, surt. p. 301. Cl. LEVI-STRAUSS, toute œuvre en part. Le cru et le cuit (index) : Anthrop. Struct., 170, 172 ; ii, 217-18, 293 etc.

91 In 4 S d 47 q 2 a 1 qua 1 ad 3.

92 In 2 S d 18 q 3 a 2 ad 2.

93 CG 2, 88. 3 a q 84 a 1 ad 1. de Anima 2, 3. de Celo 4, 2. La q 66 a 1 ad 5.

94 1a q 51 a 2 ad 3 ;q 71 a 3. In 1 S d 17 q 2 a 4 ; 4 S d 1 q 1 a qua 2 et 4.

95 Environ 150 occurrences dont par ex. 1a q 18 a 1 ad 3 ; 3 a q 86 a 3. Isa 12.

96 Gen 1, 2.

97 de Celo 2, 20-26. In Ps 23 ; Ps 36. La 2e q 54 a 2.

98 In 4 S d 47 q 2 a 1 qua 3. La q 66 a 1 ad 5 ; 67 a 2 ad 2. La 2e q 35 a 8. 2a 2e a 47 a 5 ad 2. Super Dionys. de Divin. Nom. 4, 3 etc.

99 Purgatoire, Enfer, lumières autel st Grég., buisson ardent, four à "Romme", Séraphins rouges, Esprit.

100 EU, 6, 83 sv. oublie notre origine chaldéenne voir plutôt à Zodiaque.

101 EU, 6, 84-85.

102 EU tous articles de G. DURAND ici notés. Cf supra n. 8.

103 Ibid. FESTUGIERE.

104 J. VIRET, Le quaternaire des éléments et l'harmonie cosmique d'ap. Is Séville, Réception 4 élém, Amiens 1982 = ce même colloque.

105 1a q 27 à 43 surt. 29 et 39 a 2 a 3 ; q 31 a 2 ad 3-4. 4 S d 13 : Jérôme, Augustin de Trin 1, 3 et 6, 2. Athanase. Cf Io 10, 30-38 ; 14, 10 ; 17, 26 ; 16, 14-15. Col 1, 25 ; Heb 1, 3. Thomas utilise pluriel et singulier en opposant Père et Fils alii sed non aliud.

106 Dom DENNY (Bibliogr.) Ps 109, 1 ; Heb 1, 13 ; 12, 2. Matt. 22, 4 ; 26, 64 ; Mc 12, 36 ; 14, 62 ; 16,19. Lc 20, 42 ; 22, 69 ; Act 2, 34 ; 7, 55, Efes 1, 20. Cf. Ps 109 5 ; 109, 6 et d'autre part 109, 4, 7 et 9 aussi illustrés à notre retable Comme109, 8 exaltabit caput = Jud 7, 5 ; Io 18, 1 ; Phil 2, 10.

107 Credo liturgique latin classique en question à Firenze en 1435-39.

108 Expression dévote à base biblique mince : Eccli 26, 15 ; Jérém 14, 8.

109 P. NOVARINA, st. Thomas d'Aquin, p 190 n. 102.

110 E. GILSON, Ultima thulê de la métaph., in L'Etre et l'Essence.

Table des illustrations

Légende Place sur le tableau
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende CROQUIS N°1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende CROQUIS N°2
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Chérubins bleusGrégoireJérômeAugustinGrecsBasileHugues-AmbroiseThomas d'AquinCécileAgnès Agathe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Diacres Vincent-Laurent-EtienneCourbes de chérubins bleusSaints Benoît, Antoine…Simon, françois, Nicolas de Talentino, Dominique.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Ordonnance et Eléments
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540