Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

Autour du terme et du concept de prophétie chez Saint Thomas d’Aquin

Texte intégral

1Monsieur de Boulainvilliers, historien, ignorait le passé, astrologue, ignorait l'avenir et époux d'une jeune femme, ignorait le présent. Ainsi allait plaisantant notre 18ème siècle des salons. Laissant pour le moment astres et vieux maris, reconnaissons que l'historien, traînant le passé, est attelé à l'impossible. L'histoire est science difficile voire la plus difficile de toutes. Il est plus noble au philosophe de contempler l'être qu'à nous de courir après le devenir ; à Contempler l'Être au sommet, la théologie laisse, elle, se traîner un sublunaire et même un surlunaire, du cosmos temporel où, minusculement, s'agite l'homme.

2L'historien ignore tout ce que regarde le métaphysicien. Mais deux concepts métaphysiques se définissent et se distinguent aisément ; leurs recoupements et recouvrements dialectiques sont depuis longtemps explorés, voire une fois pour toutes entre Aristote et Marx, balisés dans leur taxinomie. Tandis que nous autres, pauvres hommes du devenir, ne savons pas encore de quoi le temps est fait ni même où il convient de le couper. Le stock incohérent des termes romantiques à nous transmis par causeries, manuels et media, est nul et pourtant éculé : Clovis et l'Angèlico vont en un même sac appelé "moyenage" et qui ne veut rien dire ; nous ignorons le passé sans savoir même le nommer. Alors quelle monstrueuse prétention à s'approcher de la prophétie : pro fari, proférer, annoncer devant, c'est-à-dire soit parler face au peuple, soit annoncer le futur. Cela paraît interdit à celui qui ne sait rien sans même savoir le dire. Ce blasphème pourtant de l'historien à parler prophétie, appuyé à vrai dire sur le plus grand des théologiens, mérite d'être solennellement proféré, pourvu qu'on l'insère dans le temps du milieu du 13ème siècle. Que le philosophe s'humilie avec nous à ne plus définir le concept en son en-soi mais à le reconnaître plutôt dans le flux même du temps concret des hommes.

3Selon cette lecture, il y aurait un transfert, non du terme et de son sens premier mais des réalités de civilisation qu'il évoque et recouvre, un vaste transfert du messianisme prophétique, autour de Thomas d'Aquin : on passe de vaticiner à enseigner.

I.- Encore Gerardo

A.- Type

4Bien que ce célèbre franciscain n'emploie pas une seule fois le vocable de prophétie dans les quelques dizaines de mots qui, en citation, nous restent de lui, il est baigné d'un sens prophétique ; il indique même l'une des définitions du terme.

  • 1 Profeta… uocabatur olim uidens, 1 Reg 9, 9 ; citée par Saint Amour à l'introduction de son de Peri (...)
  • 2 Les nebiim ne sont pas des sages mais des visionnaires qui écument en transe : 1 S am 10, 9-13 et (...)

5Il y eut toujours en effet des prophètes, d'Adam à Marble Arch ; l'Europe du 13ème siècle eut les siens et Gerardo en est l'exemple type, l'exemple d'un type. Car il y eut toujours tension entre les deux pôles de la prophétie : vaticiner et encadrer. L'Europe du 13ème s. connut les deux types mais - et ceci est neuf - en décrivit rationnellement à ses écoles, les deux profils. L'un est le mystérieux, l'autre le professeur. Le premier, échevelé, tremble d'inspiration et fait trembler les foules en ses imprécations. Il dénonce les fautes secrètes et graves, annonce leur punition et prône une reprise des mœurs pour écarter le châtiment. L'autre développe grammaticalement, scolastiquement, une vision du monde, de l'instant, de l'avenir qui dépasse l'entendement et entraîne les hommes à se convertir au surhumain. Les deux sont ensemble des prédicateurs religieux, promoteurs de progrès et créateurs, mais l'un est surréel et l'autre politique. Les deux définissent le sens de l'histoire et offrent un nouveau stade, supérieur, d'humanisme et d'humanité. Le risque du premier est de virer au bateleur : le second peut banaliser son message en fonctionnariat. Entre le fou et l'ordinaire naviguent donc ces deux prophètes, le uidens1 et le rabbi, le voyant et le maître, le nabi2 et le roeh, lemahdi et lerasul.

6Naturellement l'anthropologie des structures se croise difficilement, périlleusement, avec la succession temporelle des stades, le solide avec le flux. On ne saurait d'ailleurs confondre a priori deux types avec deux moments. Toutefois un mouvement simple du premier au second pourrait être l'histoire même de la prophétie, et un certain 13ème siècle alors présenterait leur coupure. Les sociétés traditionnelles qui s'arrêtent alors en ville, affectionnent en effet le premier modèle, celui qui éructe au carrefour de menaçants inaudita. Les modèles actuels qui débutent à ce siècle préfèrent le prophète froid, le fonctionnaire idéologique, le commissaire du peuple.

B.- Homme

  • 3 M.M. DUFEIL, Trois sens de l'histoire in Congrès CNRS : 1274 année charnière, 814 sv. Id., Guillau (...)
  • 4 J. LE GOFF, Le temps du marchand.
  • 5 M.M. DUFEIL, Signification historique de la querelle… Medievalia, Thomas Institut (Köln) 10 (1976) (...)

7Gerardo da Borgo San Donnino fut un de ces hommes brûlants qui répondent au premier type et l'achèvent. Ce jeune sicilien qui prend en Emilia l'habit des Mineurs3, vit au moment où triomphe le premier capitalisme. Les vieux univers ruraux et liturgiques déroulent le temps des saisons qui, dans le culte même des blés et vins se muent en eschatologie. Ils sont alors en quelque sorte ridiculisés par le temps neuf du marchand4 qui, au risque en partie double, attend de la durée le retour de ses nefs et des profits qu'elles ne portent pas mais comportent. Gerardo dès son jeune âge engagé dans le francescanesimo brûle de ce mouvement généreux et confus qui parcourait alors le printemps de sa deuxième génération. On se faisait visiblement franciscain comme on se faisait ermite ou pélerin, par dédain d'une société qui allait s'engluant dans l'argent5 ; les gauchistes de mai 68 au moins comprennent cela et l'illustrent en Ardèche et montagnes pauvres, auprès de Lanza del Vasto. Ils sont à la révolution industrielle en son troisième âge manqué, ce que furent les purs et pauvres de ce premier capitalisme vieux déjà de presque deux siècles au milieu du 13ème, et quelque peu manqué lui aussi. Se déshabiller dans les rues d'Assisi contre les lourdes et belles étoffes que papa vend au loin et de plus en plus cher, c'est afficher la révolution.

  • 6 Ed. HOLDER-EGGER, M.G.H. 32 (1905-1913).
  • 7 M.M. DUFEIL, Polémique (sup. n. 3), 1-6 etc.
  • 8 11, 6-7 ; 65, 25.
  • 9 M.M. DUFEIL, Polémique, 119-127, 160 etc. Universalité de l'eschatologisme millénarisant au milieu (...)

8Gerardo rencontre dans l'ordre, volontiers en désordre et connaissant en cas limite quelques désordres mentaux, cet esprit d'aventure intérieure. Même un fra Salimbene tranquille nous l'écrit avec sympathie6. Les études n'étaient pas encore à la mode sauf aux pointes poussées par l'ordre vers Oxford et Paris7. Dans les custodies italiennes on pratiquait plutôt la concordia eschatologique entre Capulet et Montaigu de village, après vibrante prêcherie ; et rentrant au couvent, on rêvait de cette prophétie d'Isaïe où pait le lion paisible aux côtés de l'agneau8. Et l'on rêvait comme on rêve d'usage chez l'homme depuis qu'il pait les agneaux, que ces temps eschatologiques étaient venus, qu'ils allaient éclater demain. Un vieil homme qui venait de mourir avait écrit que ce dernier âge, ce troisième âge, était à nos portes ; son ange allait paraître, marqué du signe du Dieu vivant. Gioacchino da Fiore le moine calabrais avait à l'évidence prophétisé les stigmates de Francesco l'illuminé, pensèrent tous ceux qui le voulurent. L'abbé de Fiore à vrai dire, disparu depuis quelque temps, n'est pas responsable de ce que l'on dit alors de lui9.

  • 10 M.M. DUFEIL, Trois sens (sup.n.3), 817-818, 836-941.
  • 11 12, 14.

9Reprenant cette œuvre mystérieuse et zébrée d'éclairs, Gerardo en un style élégant semble-t-il, y esquissa une trace superlogique. Toute l'œuvre du vieil abbé, qui ayant commis beaucoup de choses n'est pour rien dans celle-ci, et avec elle toute l'histoire humaine devient lisible d'une seule lecture. L'Introduction de Gerardo à la lettre de Gioacchino y déchiffre un sens simplifié, limpide et décisif10. L'an 1260, devait se produire une première "fin du monde", celle même que l'on attendait vainement depuis le premier millénaire de la passion du Christ. Les calculs sur 1 000 et 1 033 n'avaient pas assez tenu compte de l'Apocalypse11, mère et maîtresse de toute littérature prophétique et de ses coalescences variées avec les millénarismes. C'est en règle pythagorique selon les numérations sexagésimales qui dédaignent du haut de la haute protohistoire les banalités par 5 et 10, qu'il faut déchiffrer : 360.2 + 360 + 360/2 ; comme il est écrit : deux temps, un temps et la moitié d'un temps.

C- Dire

  • 12 M.M. DUFEIL, Trois sens (sup.n.3), 817, 938-41.

10Des origines jusqu'au Christ, le règne du Père avait marqué le premier testament ; depuis l'âge du Verbe on attendait l'âge de l'Esprit et déjà Montan en avait fait hérésie. Gioacchino en avait élaboré un ternarisme un peu simplet et comique selon nous, mais dont la verve pleine révélait aux hommes de ce temps, leurs tensions et leurs peurs. Profond, obscur, martelant d'ardents poèmes biblistes, il hanta toute l'époque, bulles et papes compris. Gerardo l'avait clarifié hélas aux esprits simples et hélas avec succès. En tirant le peu qui reste de ses phrases dans les citations qu'en donne pour le condamner le protocole à'Anagni, on a tenté12 de dresser comme par anastylose le plan de cet Introductorius pour en inférer la structure probable :

1.- Les trois états.

11a) Présentation : les chapitres 1-2-3 parlent, peut-être, du 1er état du monde. Les chapitres 4-5-6 du deuxième. Le chapitre 7 du troisième.

12b) Homologies : 8 et 9 = parallélisme de structures. 10-11-12 = prosopopée du troisième état, sans limites.

2.- L'Evangile éternel

13a) Nature : Ch. 13-14 : l'évangile éternel et le nouvel Ordre laïcoclérical. Ch. 15-16 : il succède aux testaments ancien et nouveau, périmés.

14b) Structure : 17-18-19 : le premier livre = la Concordia de Joachim. 20 : le deuxième livre = Apocalypsis nova du même. 21 : le troisième = Psalterion decachordarum.

3.- Le Surclassement.

15a) La troisième marche : Ch. 22 : Joachim, l'homme vêtu de blanc et le nouvel Ordre. 23 : nécessité d'une rupture avec le nouveau testament pour un nouvel esprit. 24-25 : l'Écriture du troisième état surclasse les Écritures des deux États précédents.

16b) Le nouvel Ordre : Ch. 26-27 = le troisième état est celui des Nu-Pieds. 28-29-30 = les trois marches se dépassent et s'incluent comme les trois personnes de la Trinité…

17Conclusion. Ch. 31 et 32 ou dernier = et donc tendent à l'unité, par l'Ordre des Nu-Pieds.

18Cet introductorius perdu et ainsi reconstitué organisait sûrement un plan de ternarismes répétés et systématiques. Rien ne résiste à de tels simplismes, limpides et affligeants. Ce monde mental cohérent fonctionne comme un bain, comme un lavage de cerveau qui impose une manière de regarder l'absolu. Les termes de prophétie et messianisme peuvent ne pas apparaître, il s'agit cependant de prophétie messianisante, eschatologique et proche d'un millénarisme corrigé par 260. Pas tout à fait nouvelle religion, ce troisième âge de l'Esprit se présente comme un revival démotiste et populiste digne des témoins de Jehovah et qui n'a donc cure de garanties rationnelles puisqu'il est prégnant sur les cœurs.

19Les dires, traditions, institutions de l'actuelle Église sont périmées, inutiles voire nuisibles et pourquoi pas démoniaques. En souffrir le martyre est comme le signe des nouveaux apôtres du nouveau messianisme d'un nouvel âge. Ce troisième âge de l'esprit qui allait débuter par une catastrophe en 1260, reposait à l'évidence sur les spirituels, les gens de l'esprit et ils allaient déchaux, nudipedes. Gioacchino qui l'avait annoncé était donc habité par l'esprit de prophétie et dans ces pauvres volontaires du nouvel âge avait donc annoncé les franciscains. La Babylone des clercs simoniaques approchait de sa ruine et la persécution même, fût-elle par l'Ordre de saint François, en était la preuve. Bientôt tout le monde aurait l'honneur d'être pauvre et d'entrer dans le royaume de l'esprit, dans les morales ardentes et exigeantes de l'euangelium eternum. Foin des ambigüités de cet évangile atténué et abâtardi que les clercs ordinaires mettaient au service des puissances d'argent. Foin d'une Église incarnée qui a besoin de sous à sa quête ; les assoiffés d'absolu allaient vivre leur rêve de parfaite pureté. On frémit à l'idée que les moins ardents à cette sainte pauvreté d'un usus sans faille auraient pu en un tel monde de certitude idéologique, se trouver légèrement contraints de céder leur aisance et leur argent ; à la limite, de travailler pour nourrir de leur gain confisqué les nouveaux apôtres. Plus un messianisme est pur et simplet, plus il va droit au camp de travail ou d'extermination.

20Les réalistes du capitalisme naissant, encore modeste en ce temps-là ce qui le différencie nettement du nôtre, gagnèrent heureusement. Ou plutôt se levèrent contre ces billevesées et permirent ainsi l'arbitrage dialectique d'une troisième théorie, tertia gaudens.

II- Toujours Guillaume

A.- Présentation

  • 13 Id., Polémique, introd. etc.

21Ce trop célèbre inconnu13 est né au pied du Jura, à Saint-Amour ; il eut une carrière longue, laborieuse et ne se découvrit que dans son âge avancé au grand jour des modes parisiennes et européennes. Il n'est ainsi connu qu'en finale, par son obstination et pour sa perte. Il est davantage présent dans le souvenir d'une amère querelle que dans celui d'une doctrine. E poi, même à tourner mal, c'est bien une doctrine qui tournait alors dans les têtes et fit même tourner quelques têtes jusqu'à nos jours. Des auteurs divers en effet prendraient en pitié ce vaincu comme une victime et chercheraient à lui donner raison. Il fut en réalité vaincu par son entêtement démesuré, par la trop vive différence entre son entêtement et son entendement.

22Notre habitude des manuels et des "grands" auteurs nous fait omettre les "petits" qui, entendus par tous, eurent le plus grand rôle dans l'histoire réelle. Les carmes mal scolarisés et capucins mal lavés qui encadrèrent le "petit" peuple de toute l'Europe depuis le 13ème siècle, depuis surtout la peste jusqu'à la récente Sicile, sont plus importants non seulement que Thomas d'Aquin mais que Voltaire. Encadreurs de chef-lieu de canton, ces tout-petits Mendiants ont en effet encadré en chaque chef-lieu de canton d'Europe plus de 100 millions d'hommes sur sept siècles. Ils en ont confessé de temps en temps presque le quart un peu partout, tandis que Thomas ou Arouet touchent par lecture quelques milliers d'individus par an au mieux, et toujours de la même classe élitiste, sans poids sur les lourdes mentalités réelles des peuples. Si Thomas à l'évidence est plus utile que Voltaire, c'est qu'il fut relayé par les petits Mendiants ; pour Voltaire, l'école de Ferry avait essayé. Le phénomène n'est ridicule que parce qu'il a réussi : Tommaso et François ont à se plaindre de leurs amis.

23Oui, Guillaume eut une doctrine, serait-elle ridicule ; l'est-elle d'ailleurs sinon pour quelques intellectuels spécialistes à rapides lectures ? Elle est surtout signifiante, révélant une structure mentale puissante, prégnante, partagée : le ridicule, entier, se trouve là stoppé net à bien y réfléchir. Doctrine nulle en raison, à déraciner et non à apprendre en classe, certes ! elle est toutefois le réflexe mental de l'instinct commun. A déraciner donc évidemment ; or cette éradication a le charme de l'impossible : l'idiotie naturelle renaît toute seule chez les hommes. Cette doctrine glorieuse consiste à soutenir : ce qui est à moi est à moi et puisque c'est à moi, c'est bien. Le poujadisme n'est que l'adaptation de la même construction non-universitaire à des situations professionnelles plus récentes.

B.- Théologie

  • 14 Id. Ierarchia, Medievalia (Köln) 12 (1979), 61-65. Signification (sup.n.5) 10 (1976), 98. Id. Polé (...)
  • 15 Œuvres Complètes Gennier 1877, 10, 85-88 (1736), La défense du mondain, 91-95.

24La "théologie" de Guillaume consiste donc à déclarer avec force agressive que les grands de l'Église et ses institutions doivent être riches14. Contredire ainsi l'évangile n'est pas toutefois contredire la nature humaine. Les grands et les institutions d'une autre église prêchant un autre évangile lui donnent raison. Voltaire en son Mondain rétorque à sa lourde éducation jésuite exactement cette doctrine-là. La légitime joie de posséder aux dépens des autres ces richesses débordant des navires venus des Indes où les produisent des miséreux qui en meurent, méritait d'être proclamée par le second capitalisme au siècle sans philosophie15. Si Guillaume n'eut à pressurer sans les faire périr que quelques rustres d'Europe en leur meilleure période de production, celà ne lui est pas imputable : le capitalisme du 13ème siècle n'était pas celui du colonialisme triomphant.

  • 16 M.M. DUFEIL, Polémique, 174-185, 195, 224-226 etc., lerarchia, 63 n. 51. C. Imp. p. 95, 104 : 12

25La théologie de Guillaume sert Mammon avec franchise. Il eut le courage de le proclamer, d'en faire cours, dispute et sermon ; de passer de la questio à la polémique et à secouer l'Europe du siècle à partir de l'université de Paris. Négligeable dans une histoire de la philosophie en Bréhier, Gilson ou Que-sais-je, la philosophie des intérêts dans une histoire réelle ne se couvre pas de mots. Allons d'ailleurs au bout des concepts aux prises avec l'administration directe du vécu quotidien. Évangile, Église, papes, Mendiants, professeurs et prédicateurs prêchent la pauvreté ; mais comment doit manger le druide, le prêtre qui assure la diffusion concrète de cette idéologie ? Expedit ecclesie facultates possideri ; ce canon d'un prétendu Prosper interdit d'aventurer sans ressources un projet de fondation nouvelle, paroisse ou institution. Guillaume à contre-sens lui prétend faire signifier que l'Église doit être riche16. Mais cela marque bien la nécessité d'une incarnation de la sainteté dans la gestion. L'usus pauper exige un procurator pour porter et régir le maudit argent des bons franciscains. L'historien reconnaît que ces billevesées du paupérisme de luxe se rabougrirent rapidement.

  • 17 18, 23.

26Guillaume commet les impardonnables abus de se tromper sur Prosper, d'attaquer bêtement le sermon sur la montagne, de se mettre du côté du jeune riche attaché à ses biens17 en contradiction ouverte avec l'Église de Jésus pour en défendre les cadres. Cette insoutenable contradiction fit sa chute, plus spectaculaire que regrettée. Mais cette doctrine tient sa logique et attend encore réponse à son impertinente, pertinente, interrogation : de quoi vivront les cadres de l'Église pauvre, comment acheter au marché de quoi vivre ? Le message de Jésus est aussi facile à incarner dans une institution que le mouvement de l'inspiré d'Assisi. Nos socialismes à cette questio continuée du 13ème au 20ème siècle, n'ont répondu que par le plus clair des fonctionnariats.

  • 18 M.M. DUFEIL, Polémique, 228-229, 274 n. 117.

27Sotte doctrine, et irréfutable : chanoines, recteurs, maîtres ont besoin d'argent ; autant que chevaliers réussis, riches bourgeois et gens du roi ces nouveaux maîtres. Dans l'Église naïve telle que la présente sans naïveté Guillaume argumentant, les prêtres à cape rouge sont plus gradés et mieux crus que les débutants clergeons de noir vêtus18. Un sermon en plein Paris un dimanche de fête en grande église, par un magister in actu regens, pour n'être pas rare n'en était pas moins grande affaire et le bon peuple y croyait. Au milieu du 13ème siècle, bien des gens, y compris grognards et éloignés, allaient à la messe et donnaient aux curés et religieux ; et volontiers à la mode, donnaient aux Ordres frais récents. Les anciens : clergés vexés, décontenancés, appauvris, protestèrent. Pas doctrinale en histoire dite des idées, cette doctrine spontanée d'instinct humain est la vraie doctrine de Guillaume.

C- Prophétie

28De nouveaux gauchistes mal capés prêchent à neuf dans l'Église et sont écoutés jusqu'aux princes et papes. Ils envahissent sermons, quêtes, et fructueuses chaires d'enseignement et prendront bientôt mesnie et soutanes. Où allons-nous, messire, à ce train ? Nouveaux rapports humains, nouvel évangile, nouvelle société, neuve Église ne ressemblent pas à cette bonne mère maternante et rustique dont on a été le dévot enfant de chœur, l'escholier sage, le carriériste lent et distingué. Il faut arrêter cette catastrophe, dénoncer ce démon, prophétiser cette nouvelle apocalypse, en décalquant l'ancienne, ses traces et ses formules.

  • 19 33, 7.
  • 20 3, 17 ; 33, 2-7.
  • 21 Cf. infra trad. p. 9 ; M.M. DUFEIL, Polémique, 125-127. Prophète qui interprète vision des autres  (...)
  • 22 M.M. DUFEIL, Polémique, 227. Id., Ierarchia, 63 n. 48 et 49.

29Ecce uidentes clamabunt foris hurle Guillaume avec Isaïe19 à l'exergue de son œuvre principale, ce de Periculis qui prophétise les derniers temps, paru au pire de la querelle, de mars à juillet 1256. Uidens est le prophète poursuit-il, bible en mains. A l'évêque épiscopos de veiller aux remparts de la cité de Dieu, speculator domui israel poursuit selon Ezechiel20 le même prologue et ouvrage. Mais nos igitur diuine scripture professores sommes uidentes aussi, prophètes en ce jour. Guillaume a le premier exprimé ce passage du prophète au professeur qui faisant l'axe du siècle accule au plan du présent exposé. De cours en sermons, disputes et traité, Guillaume prophétise que l'antéchrist est apparu aux portes de l'Église. Daniel interpréta la main qui écrivait condamnation aux murs de la Babylone antique21. Guillaume interprète la main sacrilège, celle de Gerardo, qui vient d'écrire au parvis Notre-Dame la condamnation des actuels clergés et des mœurs coutumières au nom de son euangelium eternum. Attaquer clergé, chanoines et maîtres, est ruiner l'Église. Il ne saurait y avoir d'Église sans clergé, sans statuts, sans argent, sans biens. Attaquer les biens du clergé c'est attaquer sa perfection, son rôle, son honneur, son existence, son message. Attaquer le charnel de l'Église de l'Incarnation, c'est attaquer son Esprit. L'inintellectuel Guillaume est irréfutable, cohérent à lui-même et au réel. La conclusion du de Periculis, eschatocole eschatologique, est bien que les prélats négligents de ces nouveaux dangers, perdront non seulement leur pouvoir spirituel devant ces neuf prédicants, mais leurs biens ; pour Guillaume, c'est l'apocalypse22

  • 23 Id., Polémique, 359-62.
  • 24 Guillaume de Saint-Amour, de Periculis cap. 8, p. 37 in éd. 1632.

30Gerardo et les siens ont effectivement écrit ces fadaises paupéristes qu'attaque Guillaume avec la lourde solennité d'un chanoine jurassien dont on menace les avoirs et les droits. Trutanni, truands sont ces nouveaux apôtres qui défient le solide bon sens du franc-comtois défendant ses terres, ses piécettes, ses maisons, sa besace, et son pouvoir. Solidement campé dans son réel, notre inoubliable chef d'école à la solide doctrine tint dix ans contre Mendiants, rois et papes ; et, comme une peste, sa doctrine connut bien des récurrences depuis sa rémission de 125623. Un cabaretier peut s'acharner à protéger son tiroir-caisse, un sous-diacre ses troncs fructueux, un chanoine sa prébende. La bizarrerie de Guillaume fut d'y voir la fin du monde. Il avait défini les faux prophètes et il s'abandonna aux mêmes prédictions, pour la même date, et dans la même atmosphère aux mêmes vaticinations. Son style est même plus échevelé et plus dur : ses adversaires élucubraient, il éructe. Et pour être furieusement dressé contre eux, il n'en dit pas moins la même chose. Il trouve que le sixième et dernier âge est déjà relayé par le septième, celui de la résurrection. Ergo sumus in ultima etate huius mundi… cum qua currit septima etas que est resurgentium24. On ne saurait être davantage engoncé dans la superstition "pré-logique" et moins universitaire au temps de la scolastique rationnelle.

  • 25 Contra Impugnantes éd. DONDAINE (Léonine récente) 41 (1970) p. 2, 162 lignes 238e et 292.

31Là est son erreur. Ce ne fut pas l'absence d'une doctrine, il en a une après tout. Ni qu'elle soit nulle : il arrive au plus éclairé des universitaires d'être minable en passant. Ce n'est même pas d'avoir prophétisé, cela peut arriver au plus indigne et chacun peut s'y tromper en prenant son élan pour une inspiration. Bien plus simple, plus grave, son erreur est d'avoir prophétisé dans le même style, cela même qu'il reprochait aux faux prophètes d'en face. Plane mentiuntur25 attaque Thomas ; cela arrive à d'autres. Mais tomber dans la fosse qu'il avait creusée le ridiculise. Le serpent n'est plus rusé parmi les animaux et quand il mord, c'est sa propre queue. Quos uult… ; et quand le serpent est malchanceux, le voilà plus simplet qu'une colombe.

III.- Saint Thomas d'Aquin

A.- Concept de prophétie

  • 26 Ex. Moïse 2a 2e q 174 a 6 sc. Samson a 3. Elisée q 171 a 2. Sybilles 172 a 6. Caïphe 10 11, 51 2a (...)

32Notre prêcheur théologien n'est pas à chercher entre l'écorce des rêveries de Gerardo et l'arbre des avoirs de Guillaume. Près de 400 occurrences directes du terme et du concept se dispersent dans toute l'œuvre sur vingt ans et se regroupent volontiers autour de personnages d'Adam à Moïse et Jean-Baptiste et de Madeleine à Paul26. Les études sur le fond se rencontrent aisément dans les commentaires scripturaires sur Isaïe ou les épîtres aux Corinthiens et aux Hébreux où le thème étant dans le texte passe donc dans la lectio. Mais aussi dans les Quodlibeta, le de Ueritate, le de Potentia et le de Malo. Enfin et surtout, les manuels comme le Contra Gentiles et la Summa theologie en traitent ex professo : essence, cause, mode, division, par exemple en 4 questions, 171-174, de la secunda secunde. Quantitativement dix fois supérieur à ces deux adversaires, Gerardo et Guillaume, Thomas leur est scientifiquement incommensurable.

1.- Via negatiua

  • 27 2a 2e q 96 a 2 ad 3 ; q 172 a 4. 3a q 7 a 8 ad 1. de Uerit. q 12 a 14 ad 5m. DTC.
  • 28 On se permet ici d'interférer des résonances historiales implicites dans le texte et la pensée exp (...)

33La prophétie n'est pas une vertu27 et n'a rien de nécessaire au salut. Elle est charisme utile au salut certes mais surtout à la société. L'amour courtois pourrait-on dire28 en sens inverse est de même un utile raffinement historique qui se jette volontiers dans l'hyperdulie de Notre Dame et dont il nous reste quelques beaux vers et belles pierres ; cela peut aider au salut qui veut mais n'en est pas la route. L'amour transcendé par la vocation des clercs est l'inverse de la prophétie, ce charisme qui, lui, dépasse la vocation des clercs et dont chaque clerc n'a pas à être pourvu. Voilà renversé le nos autem professores de Guillaume : le sacré de ce qui est à dire n'entraîne pas le sacré du dire et encore moins du disant ; operatio est opus, operator non. Aucun ex opere operantis n'existe en théologie ; pour que les professeurs soient prophètes il convient que les prophètes deviennent professeurs.

  • 29 In 3 Sent d 23 q 2 a 4 qua 1 ad 4. 2a 2e q 171 a 2 et 3 ; a 6 ad 2.
  • 30 1a q 19 a 7 ad 2. la 2e q 68 a 3 ad 3m. C.G. 3, 154. Cf. sup. n.27.
  • 31 2a 2e q 172 a 1 ; q 174 a 2. de Uerit. q 12 a 3. In Heb. 1 mil.
  • 32 De Uerit. ibid. In Isa 1 déb. In 2 Sent d 23 q 2 a 4 ; 3 Sent d 23 q 2 a 4 qua 1 ad 4. 2a 2e q 173 (...)

34La prophétie n'est pas un habitus29 comme science ou grâce, n'est pas qualité permanente d'un homme mais au contraire passio transiens30, un don provisoire de l'Esprit. Le tremblement nerveux qui fait deviner parfois des choses étranges et vraies, la prophétie naturelle31, Thomas en admet l'existence mais tout aussitôt s'en désintéresse : la parapsychologie l'intéresse moins que la valeur commune de la nature sociale sur quoi seul résonne l'appel de Dieu. Le tremblement qui prend un homme et lui fait entendre des choses au dessus de l'entendement humain n'est pas à vie et, plus proche du songe ou du sommeil que de l'apparition32, est une sorte d'audition sans vue et qui reste à interpréter ; les anges, bons ou mauvais, savent ainsi persuader les hommes.

2.- Quid sit

  • 33 2a 2e q 171 prol. et a 1-2-3. 1a 2e q 68 a 3. 3a q 7 a 8.
  • 34 3a q 7 a 8.
  • 35 1a q 19 a 7 ad 2. 2a 2e q 171 a 2 ad 3, a 3 ou aussi de preterito, in Genesim. q 172 a 1. C.G. 3, (...)
  • 36 Prou. 31, 10. De regimine Principum 4, 6.

35Procul fans ou procul uidens33, tout ce qui est procul a uotitia nostra est prophétie : de spatio il y a prophétie à révéler en Gaule ce qui est en train de se passer en Syrie34 ; de theumato à révéler des inconnaissables ; de tempore à annoncer ce qui est loin dans le temps, principaliter de futuris35. On a donc envie d'ajouter la femme parfaite : procul et de ultimis finibus ueniet36, prophète donc qui la trouve ! Et ceci nous ramènerait à l'amour courtois. Mais Dieu ne s'intéresse qu'au progrès de l'homme et ne fait prophétiser que sur son salut et son avenir, histoire et éternité.

  • 37 Cf. sup. n. 27. 2a 2e q 171 a 1 fin corp. et ad 1 ; 173 a 2 ; 178 a 1-2.
  • 38 2a 2e q 171 a 4-5-6. 173 a 4. 174 al.
  • 39 "q 173 a 1 ad 1 ad 2m. In Isa prol. 2.
  • 40 "q 172 a 2 et nombreux corrélats et parallèles.

36Cette passio, transiens au gré de Dieu n'a donc besoin d'aucune prédisposition naturelle et même pas de l'état de grâce ; elle peut tomber sur le pécheur. Cependant la bonté des mœurs qu'elle vise à produire lui est utile en son dépositaire ; et lui sied aussi en manière de preuve, le miracle37. De même le prophète peut se tromper en son déchiffrement du message, l'Esprit corrige, car il ne saurait y avoir d'erreur en la prophétie même, qu'elle soit de conversion ou de prédestination38. Et si les prophètes sont difficiles à comprendre, c'est précisément parce qu'ils lisent in speculo eternitatis et non formaliter39, ce que Dieu leur fait apercevoir et non ce qu'il y a en Dieu. Prophétie n'est pas vision béatifique mais utilité sociale ; le prophète ne voit pas Dieu mais du divin mediantibus angelis40. Ainsi manœuvré par Dieu, il ne peut ni ne doit manœuvrer Dieu.

3.- Quid erit ?

  • 41 In 2 Sent d 17 q 2 a 2 ; q 3 a 2 ; q 15 a 1, a 3 ad 4. In Isa 2, 3, 8. In Gal. 4, 4 mil. la q 64 a (...)
  • 42 1 Reg 28. 2a 2e q 174 a 5 ad 4. La q 89 a 8 ad 2 ; 117 a 4 ad 2. de Malo q 16 a 1.
  • 43 2a 2e q 95 a 3, a 8. In Eph. 3-4. In Col. 3. Quodl. 12 q 36 etc. In 4 Sent d 30 q2 a 1.
  • 44 P.M. SCHULH, Le Dominateur et les possibles, Paris 1960. Cf. M.M. DUFEIL, Evolution ou fixité Rev. (...)

37Tommaso réprouve ici pertinemment la sors et la diuinatio41 qui soumettraient Dieu aux choses inférieures. Les astres, la chance au jeu et le devin de devinette blasphèment le divin. A la limite, ils passent au démon comme cette nécromancienne d'Endor qui évoqua Samuel pour Saül affamé de se rassurer. Cette narration biblique permet à Thomas d'élaborer sa foi, sa croyance et son incrédulité42 : peut-être pure illusion de charlatane ou manœuvre fausse ou vraie d'un cadavre par un démon, cette histoire indique exactement ce qu'il ne faut pas pratiquer. Aux sorcières méditerranéennes que le jeune d'Aquin a peut-être connues, le savant professeur préfère Fibonacci : ce pisan cultivé fréquentait aux chasses courtoises de Federico II et rapproche la multiplication des lapins des intérêts composés dont les notaires en partie double de sa ville natale connaissaient le calcul. Il en inventa l'exponentiation rationnelle et toute cette Italie progressiste explique Thomas. Le hasard est vain sors ex stellis uana et falsa43 et il faudrait un calcul aléatoire ; ceci renverrait du premier capitalisme de son temps au second qui est du nôtre. Car jouer au sort non mala secundum se, le devient si on tente Dieu en particulier en matière d'élections ecclésiastiques qui étaient alors comme nos concours de Polytechnique ou d'agrégation. Seulement tout alea jeté aux dés, la sors diuisoria dont il nous reste le goût des boniments zodiacaux, ne saurait conjurer le fatum ni le découvrir. Vingt émergences en clair aux textes de notre auteur nous le déclarent et indiquent son goût pour ce calcul futur. Dix-sept fois en sus, il lie la chance au jeu de l'usure qui traînait alors devant les balbutiements de la science prospective et l'économie rationnelle. Gagner sur tous les tableaux même sur le destin et Dieu, est un rêve païen des hommes que Thomas ne refuse pas tant qu'il le réfute : l'homme n'est pas un Kurios qui domine les possibles44.

B.- Terme : 1260

1.- Messianisme

  • 45 M.M. DUFEIL, Encycl. Universalis, éd. 1971, 19, 88-89.
  • 46 Ps. 102, 27-28. Hebr. 1, 11-12.

38Le lien à sa querelle avec Guillaume est évident. Gioacchino, son compatriote régnicole n'a pas séduit Tommaso, et Gerardo lui est suspect, comme Guillaume. L'Église de l'Incarnation a besoin de faire vibrer son évangile de pauvreté dans le réel quotidien et de domestiquer la monnaie courante, sans cracher ni trafiquer. Thomas s'en occupe avec son étude des lois du marché et ce juste prix que le pouvoir doit protéger contre toute manœuvre monopolistique et les règles nouvelles du nouveau prêt au neuf investissement. Un monde neuf en effet est né qui exige neuve philosophie de l'unique Église. Au temps de Grégoire VII l'inspiré, Anselme45 le réfléchi avait vu la brèche du monde ancien ; Abélard le breton s'y était engouffré malgré le recul peu compréhensif de saint Bernard. Aristote en survie l'occupe et l'élargit après 1190-1230. Thomas s'installe au nouveau monde et l'organise : en 1260 en effet cesse tout tremblement quand on entre dans son nouveau discours du mystère. Dans notre dernière semaine de millénaires, voilà entre 1070 et 1280, le plus grand renversement de l'histoire. Omnia ueterascunt, tu solus Deus46 : à la révolution économique que médiatise la nouvelle société incomprise des rêveurs précédents, répond en son speculum, le plus grand speculator.

  • 47 2a 2e q 171 a 1 ad 3.
  • 48 M.M. DUFEIL, Trois sens… (cf. sup. n.3). Id., Concepto de Historia in Congreso mundial de Filosofi (...)
  • 49 2a 2e q 174 a 4 ad 3m. a 6 ad 3.
  • 50 Gen 49, 10.
  • 51 2a 2e q 175 a 3-4-5-6.
  • 52 e 174 a 6 circa fin corp. : Pierre. Jean : 172 a 4 obj 2 ad 2. Matth. 16, 18, q 174 a 6 fi.
  • 53 2a 2e q 174 a 6 fin corp.Dict.

39Aussi notre jeune maître et constructeur n'a-t-il que faire d'un lien abusif et usé et d'un saut puéril à la fin du monde et à sa prédiction maniaque. Non, la fin du monde ne se devine pas en grimoire ni grimace et le vaticineur énervé est un faux prophète47. Utilité sociale, la prophétie est donc un phénomène historique. Non seulement Thomas est essentiellement l'inventeur du sens de l'histoire ; non seulement il porte toujours son regard sur le devenir temporel des objets, conceptuels et réels, qu'il aborde48. Mais cette fois, il a consacré un article entier, le dernier de son traité, au problème de l'histoire de la prophétie. Compte tenu du sens faible que revêtait le mot historia, narration, en ce siècle, il refuse une variation linéaire uniforme et simplette de la prophétie dans le temps. Il esquisse une périodisation paulinienne de promesse, loi et grâce où se rangent personnages et importances d'Adam à Caïphe : Abraham, Jacob, David, Salomon, Isaïe et les autres professionnels nebiim autour d'Elie. Le plus grand de ceux-là fut Moïse qui vit Dieu face à face. Toutefois Jean le Baptiste est encore plus grand car il eut l'insigne privilège de désigner du doigt le Messie49. Ce triple temps inscrit au phéno-texte est encore plus vigoureux dans l'implicite du discours, au géno-texte. Les patriarches eurent la certitude de Siloh celui qui doit venir50 ; les juges et les rois qui réalisèrent l'autonomie d'Israel firent fleurir les prophètes proprie dictu. Moïse avait clôt le premier temps, le Baptiste le second. Mais après l'Incarnation, nouveau renversement : après Paul qui fut ravi au ciel51, Pierre le fondateur et Jean l'ami52, tout autre ternit. La prophétie n'est plus qa'ad directionem humanorum actuum et sa variation historique désormais dépend de l'utilité de chaque affaire ou événement secundum conditionem negotiorum53.

2.- Eschaton.

  • 54 Ibid. exactement mêmes passages fin corp.
  • 55 2a 2e q 171 a 4 ad 2. In Hebr. 12, 27. I Cor 13, 8-10.
  • 56 M.M. DUFEIL, Mirabilia descripta de Jordan Catala, Cah. Fanjeaux, 16 (1981), 155-80 ; 175-76.
  • 57 2 Cor 11, 14. Comm. de st Th. lect. 3 fin. Cf. M.M. DUFEIL, Polémique, 329, 347 (n. 290).

40Au texte tranquillement massif ante legem sub lege et sub gratia, le ternarisme gioacchimita est remplacé par un ternarisme paulinien. Cela implique de refuser une série mécanique proportionnelle au temps et donc tout calcul sur 1260 ou quelque date que cela soit. Cependant quanto… Christo propinquiores… plenius… post tamen plenius quam ante54. En refusant le simplisme, Thomas décrypte un historique plus complexe et parfaitement raffiné ; et qui se termine eschato-logiquement non en 1260 mais au ciel55. La missio de l'Église56 n'est pas de rêver mais de livrer aux peuples les vérités de la foi selon le contemplata aliis tradere. Là est la prophétie des temps modernes, du dernier temps de la grâce, pour conduire les hommes au salut pleinement révélé. Il n'y a pas à frémir nerveusement d'une nouvelle révélation cachée et supérieure ; ce séduisant délire est faux. Satan se transfigure en ange de lumière57, qui paraît apporter du neuf, mais seul le bon ange est beau à la fin, le mauvais se découvre ce qu'il est, horrible et fétide.

41L'ensemble de la littérature messianique et apocalyptique du 13ème siècle tourne ainsi autour de cette doctrine scolastique au point que Thomas écrivit en son manuel aux étudiants dénommé summa pour débutants. Mais cette sagesse est tardive par rapport au déclenchement historiel brûlant de 1256. Ma reconnaissance va sur ce point à Guillaume. Son inutile hargne et sa furie, désespérante au niveau théorique, expriment le réflexe d'une classe cléricale aux prises avec l'histoire dont elle avait perdu le sens. Or cette imprudente, impudente - et faible -violence a donné au jeune Tommaso l'occasion de nous délivrer une doctrine qu'il n'eut peut-être sans cela jamais tirée au clair. Cette vieille occasion de Guillaume attaquait sa vie, sa vocation, son Ordre, sa chaire et sa personne ; en ripostant, les réflexes thomasiques sont devenus le dire du maître. L'Ange de l'Ecole s'est servi de l'eau claire d'une doctrine nulle pour le béton bien pris du Doctor communis dont le gioacchimismo n'était que sable.

3.- Ratio-nalitas

  • 58 Ed. Léonine H.F. DONDAINE 41 (1970).
  • 59 MANSI, Amplissima Collectio Conciliorum, 21, 1001-1002. SARAYANA (sup. n.9), 42-47.
  • 60 20, 9.
  • 61 M.M. DUFEIL, Polémique, 235.

42L'étincelant brandon de la réplique sévère de Tommaso en 1256 se lit aux chapitres 24 et 25 de son Contra Impugnantes58 Dès l'exergue de cet opuscule polémique, le jeune maître dominicain charge avec une vigueur de commando : Ecce inimici sonuerunt. Guillaume prétendait prophétiser les Mendiants comme fin de l'Église ; Thomas le gifle comme faux prophète et ennemi de Dieu. Non, 1260 ne sera pas la fin du monde. Cet imprudent jeune homme déclamait ainsi quatre ans d'avance en 1256. Le synode provincial d'Arles attendit prudemment 1263 pour condamner Gioacchino et interdire la lecture de ses textes59. Le professeur débutant prophétise, lui, sans balbutier, comme Jérémie ignis exestuans60 : votre 1260 de l'un et l'autre camp est fausse annonce et vous êtes tous faux prophètes. Nous savons qu'il avait raison, qu'il eut raison ; en 1256, c'était plus courageux qu'évident. Seul le martyr Piero da Verona accomplit par l'entrée de ses reliques à Paris lors du chapitre dominicain de juin, le miracle de renverser définitivement l'opinion contre le petit clan turbulent de Guillaume61.

  • 62 Ibid. 255 et n. 196 ; référence à corriger in éd. Léonine, p. 99 (cf. Evolution, 471, n.49).
  • 63 2a 2e q 95 a 2 ad 3 ; 174 a 6, ad 2. in Rom. 2 début.
  • 64 "174 a 6 fin. Christo propinquiores.
  • 65 Ibid. a 6 ad 3 ; 171 a 1 ad 3. q 172 a 4.

43Ainsi Thomas ne s'arrête pas au coup d'éclat d'avoir refusé la richesse comme vertu de l'Église de Jésus, ni à ce résultat d'avoir rentré dans la gorge des vaticineurs leurs menteries. L'Église ne va pas cesser, ne cesserait pas si un tyran lui arrachait ses biens62. Persécutée et pauvre, l'Église de Jésus est elle-même dans sa vocation depuis le début jusqu'à la fin. Et le martyre qu'invoque l'adversaire est d'un humour déplacé en face de Piero da Verona. Ils mentent certes en traitant les Mendiants de fourriers d'antichrist ; et ils acceptent l'écrit qu'ils prétendent réprouver en annonçant la fin du monde pour 1260, ce qui est tomber en sa propre fosse. Mais surtout Thomas inaugure une nouvelle définition du prophète. La prophétie était liée à l'annonce de Jésus et change de sens depuis, ce qui fait bien les trois temps, autrement comptés que chez tous les autres. Contre Gioacchino, Gerardo et Guillaume, mais avec Paul, Thomas déclare qu'il y a toujours des prophètes ; mais qu'au temps où Rome était fondée63, Israël libérée par ses rois en institua la fonction au grand style : Samuel, Elie, Elisée, Isaïe, Jérémie, Ezechiel, Daniel et les 12 "petits". Mais après le Christ, en s'éloignant de lui, tout change et s'inverse, idée thomasique originale64. Et maintenant, un nouveau type est nécessaire ; maintenant que s'ouvre ce dernier âge, le calme sied aux nouveaux prêcheurs. L'histoire des hommes est définitivement assise sur la révélation, aucun Esprit n'est à attendre après la Pentecôte. Il y a seulement à insuffler aux hommes un projet de société compatible avec leur vocation. Une nouvelle définition de l'homme dans le temporel est en effet nécessaire pour déboucher sur l'Eternel. Le nouveau prophète de cette nouvelle affaire doit être sage, savant, modéré65. Le profil que Thomas esquisse brièvement après son historique de la "grande" prophétie, pour les temps nouveaux est en fait celui du prêcheur, du professeur, de l'universitaire scolastique.

44Une histoire rationnelle paisible se déroule désormais sans nebiim l'écume aux lèvres. Renvoyant dos à dos divers attardés, Thomas ainsi nous interpelle et nous met, intellectuels, en demeure de prophétiser pour construire un monde humain.

Conclusion

45Gerardo illustre parfaitement le type traditionnel du vaticineur illuminé dont il prolonge volontairement au 13ème siècle les dernières adhérences néolithiques. Guillaume, ambigu, attaque chez l'autre exactement ce qu'il se permet et montre en définitive comment périme ce type ancien : en annonçant selon sa logique une catastrophe non ratifiée par les faits. Thomas fustige ces demeurés de sa jeune colère et chasse le marchand du temple de l'intellection. Un des plus beaux de toute son œuvre, ce chapitre agressif est construit comme une travée gothique

46Loin des rêveurs impénitents, foin soit de ratisser les prébendes et les citations sans connaître Aristote ; et d'exciper d'Église sans comprendre Domingo ni accepter Francesco : comment se réclamer de l'évangile de Jésus sans en connaître les extases en son temps ? Thomas qui étudie les lois du marché et cherche derrière l'alea la mathématique de notre siècle ne saurait s'amuser aux éclats de passion ou de sorcellerie d'un village d'autrefois. Il inaugure le prophète calme des nouveaux temps, le professeur. La sagesse guerrière d'Athêna frémit aux lèvres du campanien ; il dose la fougue de Dionusos qu'il boit à la messe chaque matin, dans la lumière de Phoïbos qui fait mûrir le blé eucharistique. Le monde moderne peut commencer, va commencer, commence en lui ; des prédicants archaïseront encore mais il a définitivement déplacé la prophétie vers l'université, son encadrement de la société et son projet sur l'homme. Le lumen prophétique n'est pour autant ni mort ni réservé. Il m'a semblé entendre qu'un de ses plus grands charismes peut-être depuis Thomas courait encore, en prophétie pour nous, dans le grave et joyeux Requiem de Mozart. Tandis que le grondement tumultueux de la basse exprime les séismes civaïques de la vie et de la mort, la déchirure della soprana, arbitrée à l'aufhebung de la trompette, fait enfler et rouler notre tremblement dans l'espérance, jusqu'au frémissement délicieux où s'apaise déjà notre éternité.

Notes

1 Profeta… uocabatur olim uidens, 1 Reg 9, 9 ; citée par Saint Amour à l'introduction de son de Periculis, cette péricope est réinsérée en sa pure logique au traité de Thomas 2a 2e q 171 a 1 sc.

2 Les nebiim ne sont pas des sages mais des visionnaires qui écument en transe : 1 S am 10, 9-13 et Osée 9, 7.

3 M.M. DUFEIL, Trois sens de l'histoire in Congrès CNRS : 1274 année charnière, 814 sv. Id., Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-1259), Picard 1972 ; prophétie, plus de 20 fois à l'index, en part. 224-25 soit in de Periculis.

4 J. LE GOFF, Le temps du marchand.

5 M.M. DUFEIL, Signification historique de la querelle… Medievalia, Thomas Institut (Köln) 10 (1976), 89-105 ; part. 97.

6 Ed. HOLDER-EGGER, M.G.H. 32 (1905-1913).

7 M.M. DUFEIL, Polémique (sup. n. 3), 1-6 etc.

8 11, 6-7 ; 65, 25.

9 M.M. DUFEIL, Polémique, 119-127, 160 etc. Universalité de l'eschatologisme millénarisant au milieu du 13ème siècle (cf. index). REEVES (M.), The abbot Joachim's Sense of History in Congrès 1274 (sup. n.3), 781-796. José Ignacio SARAYABA, Joaquin de Fiore y Tomas de Aquino, Pamplona 1979 237/155, 174 p.

10 M.M. DUFEIL, Trois sens (sup.n.3), 817-818, 836-941.

11 12, 14.

12 M.M. DUFEIL, Trois sens (sup.n.3), 817, 938-41.

13 Id., Polémique, introd. etc.

14 Id. Ierarchia, Medievalia (Köln) 12 (1979), 61-65. Signification (sup.n.5) 10 (1976), 98. Id. Polémique, 227.

15 Œuvres Complètes Gennier 1877, 10, 85-88 (1736), La défense du mondain, 91-95.

16 M.M. DUFEIL, Polémique, 174-185, 195, 224-226 etc., lerarchia, 63 n. 51. C. Imp. p. 95, 104 : 12

17 18, 23.

18 M.M. DUFEIL, Polémique, 228-229, 274 n. 117.

19 33, 7.

20 3, 17 ; 33, 2-7.

21 Cf. infra trad. p. 9 ; M.M. DUFEIL, Polémique, 125-127. Prophète qui interprète vision des autres : Joseph, Daniel Gen 6 et Dan 5, 17 etc. 2a 2e q 173 a 2.

22 M.M. DUFEIL, Polémique, 227. Id., Ierarchia, 63 n. 48 et 49.

23 Id., Polémique, 359-62.

24 Guillaume de Saint-Amour, de Periculis cap. 8, p. 37 in éd. 1632.

25 Contra Impugnantes éd. DONDAINE (Léonine récente) 41 (1970) p. 2, 162 lignes 238e et 292.

26 Ex. Moïse 2a 2e q 174 a 6 sc. Samson a 3. Elisée q 171 a 2. Sybilles 172 a 6. Caïphe 10 11, 51 2a 2e q 173 a 4 sc etc. (Cf. infra n.49). Jérôme, Origène, Chrysostome et Cassiodore interviennent mais surtout Augustin et Grégoire. Cf. in Isa prol. 2.

27 2a 2e q 96 a 2 ad 3 ; q 172 a 4. 3a q 7 a 8 ad 1. de Uerit. q 12 a 14 ad 5m. DTC.

28 On se permet ici d'interférer des résonances historiales implicites dans le texte et la pensée explicite du théologien : dilectio sufficiens ad salutem et perfecta cum detrimento In Matth. lect. 19 mil. Cf. amantis ad amatum 1a 2e q 25 a 2 ad 2m, q 21 a 1, q 26 a 3 Amor ut passio 2a 2e q 27 a 2. In 3 Sent d 27 q 2 a 1. Cf. La q 20 a 1 etc.

29 In 3 Sent d 23 q 2 a 4 qua 1 ad 4. 2a 2e q 171 a 2 et 3 ; a 6 ad 2.

30 1a q 19 a 7 ad 2. la 2e q 68 a 3 ad 3m. C.G. 3, 154. Cf. sup. n.27.

31 2a 2e q 172 a 1 ; q 174 a 2. de Uerit. q 12 a 3. In Heb. 1 mil.

32 De Uerit. ibid. In Isa 1 déb. In 2 Sent d 23 q 2 a 4 ; 3 Sent d 23 q 2 a 4 qua 1 ad 4. 2a 2e q 173 a 2 ; q 174 a 1 ad 3 etc.

33 2a 2e q 171 prol. et a 1-2-3. 1a 2e q 68 a 3. 3a q 7 a 8.

34 3a q 7 a 8.

35 1a q 19 a 7 ad 2. 2a 2e q 171 a 2 ad 3, a 3 ou aussi de preterito, in Genesim. q 172 a 1. C.G. 3, 154. nombreux parallèles.

36 Prou. 31, 10. De regimine Principum 4, 6.

37 Cf. sup. n. 27. 2a 2e q 171 a 1 fin corp. et ad 1 ; 173 a 2 ; 178 a 1-2.

38 2a 2e q 171 a 4-5-6. 173 a 4. 174 al.

39 "q 173 a 1 ad 1 ad 2m. In Isa prol. 2.

40 "q 172 a 2 et nombreux corrélats et parallèles.

41 In 2 Sent d 17 q 2 a 2 ; q 3 a 2 ; q 15 a 1, a 3 ad 4. In Isa 2, 3, 8. In Gal. 4, 4 mil. la q 64 a 1 ad 5 ; 2a 2e q 175 a 6 ad 1 ad 5m etc. et q 95 a 1 ad 1, ad 3 ; a 2 sc ad 1 etc.

42 1 Reg 28. 2a 2e q 174 a 5 ad 4. La q 89 a 8 ad 2 ; 117 a 4 ad 2. de Malo q 16 a 1.

43 2a 2e q 95 a 3, a 8. In Eph. 3-4. In Col. 3. Quodl. 12 q 36 etc. In 4 Sent d 30 q2 a 1.

44 P.M. SCHULH, Le Dominateur et les possibles, Paris 1960. Cf. M.M. DUFEIL, Evolution ou fixité Rev. Sc. Phil. et Théol. 4-3 (1971), 466-67 et n. 13 à 15. Cf. Gen 2, 17 arbre de science…

45 M.M. DUFEIL, Encycl. Universalis, éd. 1971, 19, 88-89.

46 Ps. 102, 27-28. Hebr. 1, 11-12.

47 2a 2e q 171 a 1 ad 3.

48 M.M. DUFEIL, Trois sens… (cf. sup. n.3). Id., Concepto de Historia in Congreso mundial de Filosofia Cordoba Argentina oct. 1979, IV.

49 2a 2e q 174 a 4 ad 3m. a 6 ad 3.

50 Gen 49, 10.

51 2a 2e q 175 a 3-4-5-6.

52 e 174 a 6 circa fin corp. : Pierre. Jean : 172 a 4 obj 2 ad 2. Matth. 16, 18, q 174 a 6 fi.

53 2a 2e q 174 a 6 fin corp.Dict.

54 Ibid. exactement mêmes passages fin corp.

55 2a 2e q 171 a 4 ad 2. In Hebr. 12, 27. I Cor 13, 8-10.

56 M.M. DUFEIL, Mirabilia descripta de Jordan Catala, Cah. Fanjeaux, 16 (1981), 155-80 ; 175-76.

57 2 Cor 11, 14. Comm. de st Th. lect. 3 fin. Cf. M.M. DUFEIL, Polémique, 329, 347 (n. 290).

58 Ed. Léonine H.F. DONDAINE 41 (1970).

59 MANSI, Amplissima Collectio Conciliorum, 21, 1001-1002. SARAYANA (sup. n.9), 42-47.

60 20, 9.

61 M.M. DUFEIL, Polémique, 235.

62 Ibid. 255 et n. 196 ; référence à corriger in éd. Léonine, p. 99 (cf. Evolution, 471, n.49).

63 2a 2e q 95 a 2 ad 3 ; 174 a 6, ad 2. in Rom. 2 début.

64 "174 a 6 fin. Christo propinquiores.

65 Ibid. a 6 ad 3 ; 171 a 1 ad 3. q 172 a 4.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540