Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

De uino apud tomam

Substance, mythe et signe : le vin selon Thomas d'Aquin

Texte intégral

Introduction

  • 1 WALZ (A), NOVARINA(P.), Saint Thomas d'Aquin, B. Nauwelaerts 1962 250/160 246p. ; pp. 65-66, 117, (...)
  • 2 SALIMBENE de ADAMO (Fra) o.f.m., Cronica, ed. O. Holder-Egger M.G.H ss 32, 1905-1913, p. 218: Beln

1Grandes sont les Bourgognes, comté, archicomté et duché, montagne, vignoble, forêt, plaines… aux quatre saisons où Tommaso les traverse : à la rentrée de 1248 quand, jeune religieux étudiant, il se rend de son Italie natale à Paris et à Köln ; puis en été 1260, quand il revient de Paris à la curie pontificale ; en hiver 1269 au retour à Paris ; enfin à Pâques 1272 pour réintégrer sa patrie1. En ces automnes, en ces printemps, il a pu voir verdir et roussir nos pampres qui inauguraient le plus prestigieux moment de leur carrière millénaire. Ce milieu du xiiième siècle est en effet le temps où fra Salimbene, chroniqueur et voyageur franciscain italien, témoigne qu'on remarquait la croissance des vins de Beaune2.

  • 3 Devise dominicaine

2Théologien dominicain, Thomas est par profession occupé de liturgie et de pédagogie, occupé d'enseigner aux autres l'évangile vécu et goûté, contemplata aliis tradere3. En traversant le vignoble en expansion et en progrès, il peut penser aux significations du vin. Ses voyages, comme les nôtres, l'amenèrent probablement à déguster, de la table du roi à l'autel du roi des rois ; et chacun sait combien déguster fait penser. C'est donc rendre un juste hommage à la théologie que de suivre la pensée de notre maître autour des vocables de la famille du vin ; et hommage également juste au vin que de l'intégrer aux concepts, à la messe, et à la vie de notre napolitain.

3Ce sera enfin juste hommage à la pensée directrice de notre colloque que d'en prendre un plan suggéré : substance, mythe et signe du vin secundum Thomam, en suivant Thomas de la table où il goûte, au scriptorium où il dicte et à l'autel où il consacre.

I.- Substantia

  • 4 3a q 74 a 5 ad 1 (grenades et mûres) = 4S d 11 q 2 a 3 qua 4. CG 4, 69.
  • 5 4 S d 11, texte du maître commenté, Pierre Lombard, Magister Sententiarum, év. Paris, 1160
  • 6 3a q 74 a 5 ad 2=4 S d 11 q 2 a qua 2
  • 7 4 S d 43 q 1 a 4 qua 1 corp.
  • 8 agresta = uia ad generationem ideo non habet speciem uini : 3a q 74 a 5 ad 3. CG 4, 69.
  • 9 mustum… ibid. = 4 S d 11 q2 a 3 qua 3.
  • 10 In Isa. 63.
  • 11 3a q 77 a 8 ad 1, 3 = 4 S d 12 ql a 2 qua 6.
  • 12 4 S d 11 q 2 a 2 : admixtio = Ab ou AB ou aB etc.
  • 13 Cf. supra n. 11.
  • 14 3a q 74 a 6 ad 3 et corrélats (supr. n. 8).
  • 15 Ut dicitur in Meteor. 4, lect. 3.
  • 16 4 S d 11 q 2 a 3 qua 2.

4Le vin est le fruit de la vigne. D'autres fermentations de jus de fruits se dénomment ainsi, par similitude seulement4. Dans cette Europe naissante et proche de ses origines, il y avait des jus de grenades et de mûres alcoolisés, comme aujourd'hui en Afrique ce que l'on dénomme vin de palme ou d'ananas. L'eau non plus n'est pas du vin, même quand on l'en sépare avec un jonc décortiqué5. Les savants théologiens nous révèlent ici une vieille technique pour améliorer un vin qui aurait souffert ; mais Thomas ajoute ici que cette eau vineuse n'est pas de l'eau pure comme celle qui pré-existait au mélange. Le vinaigre enfin n'est pas du vin6 et ne peut le redevenir qu'en repassant par la matière première. J'ai ouvertement peur que d'un vin aigri, le sous-développement, résiduel au Dugento, des collines italiennes n'ait fait une mixture étendue d'eau que l'on rajoutait au moût7. Quant au produit des sillons, agresta, il n'est pas du vin non plus mais route vers sa fabrication8. Thomas veut attirer, semble-t-il, l'attention sur le fait que vignoble, vigne, grappe, raisin, produits des champs, doivent faire l'objet d'un processus pour être consacrables ; il réserve les soins de la vinifications : mustum autem iam habet speciem uini… potest confici hoc sacramentum9. Ce châtelain n'ignore pas le pressoir et son rôle à produire le liquide des forts : de torcular i.e. de cruce christi fluxerunt… sanguis, uinum ad confor-tandum10. Les mélanges sont aussi un des objets de sa logique et de son langage11 et le mélange ne change pas la nature du vin s'il a lieu en très petites quantités comme une goutte d'eau dans une amphore de vin12. Sinon, la mixture suit les proportions de l'admixtio, par exemple depuis le vin étendu jusqu'à l'eau rougie. Le cocktail vin avec autres spiritueux se pratiquait, écrit expressément notre auteur qui indique, si j'ose dire, les ancêtres du kir ; mais son misceri cum aliis liquoribus est suivi d'un pénible mélange de blanc et rouge13. Seule la proportion du mélange importe au maintien de la qualité de vin ; ce qui la constitue, c'est dulcedo attestatur digestioni que est completio a naturali calore14. Cette douceur de la fermentation s'appuie sur l'autorité d'Aristote15. Si le vinaigre, issu de la vigne, n'est toutefois pas du vin, c'est qu'il est froid : uinum est calidum, acetum frigidum16. A en boire par erreur n'est-on pas "refroidi" ?

5Cette expression d'une langue naturelle à tort traitée d'argot ou méprisée, courante du xiiième siècle à nous, est celle même de la vérité. La scolastique ne cherche rien d'autre et, mieux que Pline et Isidore, atteint en cette recherche à la taxinomie que le xixème siècle eut tort de prendre pour de puériles définitions scolaires. Même en matière de consécration sacramentelle, une définition exacte est supérieure à l'approximation et la science est langue bien faite. Sortant du monde de l'à-peu-près, l'organisation des termes en système inaugure la modernité en la constituant. La scolastique est simplement la taxinomie la plus formalisée avant Gödel, et c'est reculer, aux siècles 16-19, que de s''en moquer par incompréhension. Les antiquités du riz, du blé, des tubercules, du maïs, avaient toutes créé des écoles où apprendre ; aucune n'avait imaginé ces assemblées illitchiennes de disputatio formalis pour atteindre un langage formalisé : c'est l'université qui vient de naître au printemps de l'Europe, elle en est la modernité même et la cause efficiente de développement.

  • 17 2a 2e q 149 a l.
  • 18 2a 2e q 147 a 8 ad 1 ; 149 a 3. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 2 ad 1.
  • 19 2a 2e q 149 a 3.
  • 20 De Uirtutibus q 1 a 4. 2a 2e q 143 a 1, a 4. Toute questio 149 = sobrietas. In 1 Tim 2, ii.
  • 21 la 2e q 40 a 6 ; q 45 a 3. 2a 2e, tte q 150 = ebrietas.
  • 22 4 S d 6 q 1 a 2 qua 1 ad 3.
  • 23 2a 2e q 150 a i.
  • 24 2a 2e q 147 a 6 ad 2 ; a 8. 4 S d 8 q 1 a 4 qua 2. d 15 q 3 a 4 qua 2.
  • 25 2a 2e q 150 a 1. In Isa 28, mil. LITTRE (E.), Dict. langue fr., II, ii, 2495-96.

6L'usage du vin, potus, comme l'admixtio est affaire de modération. Un faible excès lèse davantage que tout excès de nourriture17. Le vin réchauffe et réjouit ; on en donne aux faibles pour les conforter, mais pas aux malades enfièvrés18. On devine comment la comparaison s'étend au sacrement. L'usage du vin ne saurait être illicite que par accident, chez un buveur trop facilement troublé, soit par excès, vœu ou scandale19. La sobriété n'est pas abstinence mais tempérance, c'est la mesure de cette boisson ; elle est nécessaire chez les jeunes à cause de la concupiscence, chez les femmes vu leur faiblesse, chez les vieillards, évêques, ministres et rois en raison de leurs charges20. Chez les ivrognes, il y a comme chez les jeunes, un espoir inconsidéré dû à la chaleur et à la multiplication des esprits21 dont vient spiritueux. Parfois involontaire et alors non coupable, l'ivresse diminue la responsabilité mais non la gravité… un ivrogne peut être baptisé, sauf en état d'ivresse22. Le vin est si bien sacré qu'il ne rompt pas le jeûne23 et il n'y a qu'une ivresse pour notre maître mystique. Outre celle, matérielle qu'on risque avec le vin, defectus rationis ex nimio potu24, il faut compter celles de la délectation charnelle, de l'erreur spirituelle, de la punition divine ; à quoi répondent quatre saintes et belles ivresses : larmes de componction, calice de passion, incendie d'amour et torrent de divines délices25. Littré donne du vin la même définition, en prêche la même modération, en recommande la même qualité de remède tonique et attribue aussi à cette boisson de rendre disert le muet ; Littré ne parvient pas ainsi à la mystique.

7Thomas qui est certes le plus intelligent des philosophes en théologie, et il s'est trouvé des imbéciles pour lui en vouloir, n'en est pas moins plus saint que savant et contemple avec amour les vérités qu'il rationalise. Ainsi toute une vigueur des réseaux logiques et vivants de sa pensée débouche sur une cohérence et grammaticale et admirablement mythique.

  • 26 4S d l9c q 3 a 4.
  • 27 1a 2e q 45 a 3. corp. et ad 1.
  • 28 2a 2e q 149 a 3. In 1 Tim. 2 lect. 2 fin.
  • 29 2a 2e 60 a 3.
  • 30 Cf. sup. n. 20.
  • 31 4 S d 8 q l a 3 qua 2 ; d 9 a l q l.
  • 32 De sensu et sensato, lect. 9, 119-120.
  • 33 Cf. sup. n. 2, p. 219.

8Le vin n'est pas, en son œuvre, défini simplement comme jus fermenté de la vigne, mais comme cause de joie chaleureuse, comme multiplication des esprits qu'il engendre clairs et tempérés, qu'il condense menus et subtils26. Les hommes au poumon vif et amateurs de vin sont plus audacieux, car cette chaleur gonfle et grandit le cœur27. Cette mythique de joie et de courage est celle même de la société chevaleresque dont procède le fils du comte d'Aquin et ce serait minimiser Marx et l'Evangile que de ne pas déchiffrer dans le style, par certains prétendu sec de notre professeur, les paysages de la Terra di Lavoro et l'enthousiasme de sa caste. Les mythes des pures ascèses originelles interdisent donc aux femmes cette boisson de guerrier, comme l'écrit des anciennes dames romaines, Ualerius maximus28. De même, les vieux suspicieux de nature, aiment le vin contre la frigidité, et les vieilles davantage, que cela rend fabulose, soit presque sorcières29 ; en fait, sauf pour les analphabètes qui ne savent lire le xiiième siècle, Thomas écrit parfois au bord des Goliards : jeunes, ivrognes et sots sont ensemble pleins d'espoir par ignorance des difficultés30. Mais la mythique de l'universitaire dominicain est plus subtile et complexe que celle des tours de garde des castellani. Elle inclut les données mentales issues de profonds néolithiques européens et orientaux. L'Eucharistie ainsi s'assimile au goût et les autres sacrements au toucher tandis que l'ancienne loi convient aux autres sens31. Ce comparatisme qui compte sur les doigts d'une main entre le visible concret des cinq sens et le signifiant sacré, remonte à des millénaires et est très élaboré : entre tous les animaux, l'homme a le toucher (tactus, tact) le plus sûr et le goût est une sorte de toucher ; aussi parmi les hommes, celui du meilleurs toucher est-il de la plus haute aptitude mentale32. Salimbene aussi répète des proverbes français de dégustation parfaitement tactiles33 En avance de sept siècles sur notre priorité paléontologique main-cerveau, saint Thomas liait donc l'intelligence à la caresse. Que voulez-vous qu'il ait pensé de goûter le vin sinon que ce soit activité intellectuelle et, dans l'Eucharistie, spirituelle ?

  • 34 Sup. n. 25.
  • 35 2 S d 19 q 4. Opus 3, c. 161.
  • 36 2 S d 30 q 2 a 1 ad 5 ; 4 S d 11 q 2 a 2 qua 2.
  • 37 3a q 75 a 1 ad 3 et corrélats.
  • 38 1a 2e q 102 a 3 ad 13.
  • 39 In Isa. 55, 3.
  • 40 4 S d 23 q 1 a 3 qua 1.
  • 41 3a q 60 a 7 ad 2 ; 66 a 3 ; a 5 ad 7 ; 67 a 3 ; 74 a 1 et a 6 ad 2 ; 84 a 1 ad 1 ; 86 a 4 ad 3 et (...)

9A force de déguster le nectar de Dieu, on s'en divinise sur l'Olympe, passant loin de l'ivresse, à l'ivresse délectable du sacré34. Le mélange vin-eau n'est pas seulement affaire de définition mais symbole et le premier degré de cette mythique est naturel : ajouter sans cesse de l'eau rend le vin aqueux comme la nutrition rend humaines les molécules assumées à notre corps par l'intussusception35. Et le second degré en est liturgique : la goutte d'eau qu'au rite de l'offertoire, le célébrant ajoute au vin, se transforme et se perd en ce vin ; accès à la perfection qui représente la part de l'homme dans le geste de Dieu36. Hec admixtio non soluit speciem, ce petit rajout ne rompant pas la spécificité n'est que l'image du processus humain de divinisation. Thomas le raisonneur, l'intellectuel qui enseigne en classe à de jeunes gens, n'omet pas d'appuyer son discours conceptuel sur un discours de récits sacrés que nous appelons mythes ; il ne se fait pas faute non plus d'en marquer les limites concrètes : les accidents du pain et du vin demeurent dans le sacrement pour éviter l'horreur et la dérision de consommer chair humaine et boire sang37. La mythique la plus large, commune parfois à diverses civilisations vastes et profondes, nourrit d'une sève débordante le style de notre théologien. Les produits du travail humain, d'usage fondamental, sont avec leurs relations rangés dans un système mental : vin, pain, sel, huile, miel etc38. Les cinq fontaines des quatre éléments plus le ciel, donnent eau, doctrine et grâce et baptême. La doctrine divine est dite eau car elle soigne les malades, nettoie les salis et désaltère les assoiffés ; elle est dite lait pour sa beauté, son usage nécessaire, enfantin et facile. Elle est surtout vin car elle presse en arguant, incendie en enflammant, enivre en consolant39. Dans l'onction finale, extrême des mourants comme dans celles de la confirmation et de l'ordination, le vin, car il mordrait, se voit à sa morsure préférer l'huile onctueuse40. De même à sa place, l'eau domine le baptême et non le feu, l'air ou la terre, car fleuves et fontaines symbolisent larmes, grâce, sagesse et joie. Ni l'huile ni le vin ne fondent ce sacrement qui lave, guérit et désaltère sans confirmer ni conforter. On voit apparaître un système élaboré des quatre éléments et sept sacrements, sans expliciter d'autres corrélations. Le vin est réservé à l'eucharistie, sacrifice central et sacrement suprême, manducation de Dieu41.

  • 42 In Isa. 63.

10Le vin est ainsi le symbole du plus noble et du plus terrible et du plus sacré des liquides, le sang qui assure la continuité des lignages et la réalité de l'adoption des hommes dans le lignage de Dieu, liquide de la terre et du ciel : sanguis ad redimendum, uinum ad confortandum42. La mythique de la vigueur conflue à une mystique de la rédemption.

II- Signum

  • 43 1a 2e q 102 a 3 ad 3 ; 3a q 81 a 1 ; 84 a 7 ad 4. 4 S d 11 q 3 a 1. Cf 3a q 77 a 8.

11Le vin pour Thomas d'Aquin est d'abord le jus fermenté de la vigne, puis le lieu d'un champ mythique de symboles intégrés où le goût devient poésie ; enfin et surtout le sang du Christ43 dans l'Eucharistie. Les symboles devenus sacrés, les significations deviennent sens et le passage du concret au mythe finit au myste, tout le réel débouche en communion.

  • 44 3a q 73 a 2 ; 61 a 3 ad 3, 73 a 6. 4 S d 8 q 1 a 2 qua 3 ; 11 q 2 ad 1. Cf 3 q 76 a 1 ad 2 et corr (...)
  • 45 3a q 73 a 6 ; 74 a 6 ad 1. 4 S d 8 = q 1 a 1 qua 2.
  • 46 3a s 74 a 1. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 et 2.
  • 47 3a q 73 a 1 ad 2 et q 65 a 2 ad 3. 4 S d 2 q 1 a 3.
  • 48 2 S d 18 q 1 a 3 ad 4. 4 S d 17 q 1 a 5 qua 1.
  • 49 3a q 74 a 2. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 et 2.
  • 50 3a q 74 a 1 corp. et ad 2. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 ad 4 et qua 2 ; d 22 q 2 a 1 qua 2. d 23 q 1 a 1 (...)
  • 51 3a q 83 a 6 ad 1.
  • 52 Ibid. ad 7.
  • 53 3a q 74 a 1 ad 3 ; 80 a 12. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 ad 2 ; d 12 q 2 a 1 qua 1 ad 3 ; q 3 a 2 qua 3 (...)

12Bien que les deux soient chiasmatiquement sous les deux espèces du pain et du vin, le corps et le sang sont un seul sacrement où âme et divinité sont impliquées avec corps et sang du Christ44. L'oblation de Melchisedech en fut le premier anté-type et signe45 et le nouveau testament n'emploie comme l'ancien ni lait, ni viande, ni miel au sacrifice46 Du baptême à l'Eucharistie, le processus de progrès est le même que de l'eau au vin47, comme le marque le miracle de Cana48. Il suffit que les deux matières du pain et du vin soient devant le prêtre49 qui consacrerait validement mais non sans péché l'une des deux seulements50 Et si un consécrant meurt entre les deux, un autre prêtre lui doit succèder pour terminer51. Si ce sang jailli du côté du crucifié52 n'est pas, sous les apparences du vin, donné au peuple, ce n'est que précaution contre l'effusion du liquide53 : le rite, on le sait, a varié des origines au xiiième puis au xxème siècles.

  • 54 3a q 75 a 2 ad 3 ; a 5 ; q 76 a 1 ad 3. In 1 Cor 11 lect 5 mil.
  • 55 3a q 74 a 1, a 5 ad 2 et 3. q 78 a 3. 4 S d 8 q 2 a 2 qua 3. In 1 Cor 11 lect 6 mil. 2 S d 28 q 1 (...)
  • 56 3a q 74 a 6 et 7 ; 83 a 6 ad 4 et 6. 4 S d 11 q 2 a 4 qua 1 et 2. In 1 Cor 11 lect 6 fin.
  • 57 4 S d 24 q 2 a 1 qua 2 et A 2 ad 6 et 7.
  • 58 In 4 S d 9 a 2 qua 4 ad 2.
  • 59 In 4 S d 24 q 2 a 1 qua 2 mil., a 2 ad 6.
  • 60 4 S d 11 q 1 a 1 qua 2 ; d 12 q l a l qua.

13Les accidents apparents des espèces eucharistiques sont liés à la manducation par la foi54 car il convient de montrer le corporel pour initier à l'univers spirituel ; voilà qui renvoie dos à dos l'idéélisme spiritualisant et le matérialisme corporalisant des deux derniers siècles au profit du mystère de l'incarnation de l'esprit dans le corps, appuyé sur la thèse aristotélicienne de l'information du corps par l'esprit. Aussi l'aspect corporel est-il grave et sacré : à consacrer du moût, on commettrait péché55, utiliser l'eau serait hérésie comme péché serait d'omettre la goutte susdite à l'offertoire56. C'est pour cela que l'ordre mineur de l'acolyte utilise l'eau à laver les vases sacrés et que l'ordre majeur du sous-diacre les remplit de vin dans les mains du prêtre57. Ainsi vont les degrés du sacré ; de même, les pères de l'ancienne loi ne consommèrent pas spirituellement ce sacrement encore non institué, mais leur foi accèda à une manducation spirituelle du Christ58. Encore au dessus de la loi juive et du diaconat, le prêtre au rite de son ordination, reçoit en mains la patène avec pain et le calice avec vin59. Aucune autre boisson ne saurait aller avant ou après60. Un ordre naturel de l'univers se traduit dans un ordre mythique des rites qui, transmis par un ordre sacral des institutions, donne l'ordre mystique du réel secret.

  • 61 3a q 75 a 3 ; a 6 ad 2. 4 S d 11 q 1 ; a 2 ; a 3 qua 1 ; CG 4, c. 63 déb. Quodl 5 q 6 a 1

14La substance du vin, comme celle du pain, n'est pas annihilée mais convertie61 en celle du Christ, âme et corps et sang. C'est le fameux terme de transsubstantiation c'est-à-dire maintien des apparences du pain et du vin tandis que la réalité les soustendant, substantia, la substance du pain et du vin cesse de l'être, pour devenir corps et sang, âme et divinité et personne du Christ. Le transfert de phase de carbone à oxygène en est aujourd'hui la plus simple comparaison non mystérieuse. Au mot un peu lourd du xiième siècle, Thomas préféra de plus en plus celui de conuersio ; il écrit volontiers conficere Christum : faire le Christ, pour l'acte du prêtre. Les applications mystiques de ces mots sont évidentes.

15Ce n'est pas simplement la noblesse du vin qui est magnifiée dans cette manière de regarder le monde. C'est une lecture à tous niveaux d'un ordre universel sous les désordres, dont la consécration du vin est sacrifice, faire secret sacré, et sacrement, le sacré lui-même, pour effacer le désordre et participer à l'ordre du Christ reconstitué, en le buvant.

Conclusion

16Discours logique sur le vin réel, jus fermenté de la vigne ; univers mental intégré de pensers symboliques ; engagement intime et sacré de l'homme au sang du Christ… saint Thomas d'Aquin a traité et vécu tout le réel et tout le possible du vin.

17Cette structure solide et sublime à laquelle ne nous habitue guère l'esprit actuel, pseudo-moderne, de dissociation, est un univers complet où la poésie de la Bourgogne et du Bourgogne, du mot et de la dégustation, s'organisent en clartés grammaticales pour s'ouvrir à une vie. Uitis, Uita : la vigne, la vie, ces mots latins que Thomas manœuvre si superbement sont comme il l'écrivit, comme le déclare ce colloque, membre d'un système d'ensemble de l'homme, de ses actes et de ses pensées, de ses rêves et de ses dépassements. La rigueur scolastique est une sécurité pour que le plus intime ineffable de l'homme puisse jaillir sans tromperie jusqu'au ciel sans nous le faire tomber sur la tête. Comme aujourd'hui, sous la forme du laser et du nucléaire, c'est demain peut-être la veille de cette catastrophe… il faut convier tout homme au banquet sacré qui est sa vocation. A déguster l'intelligence de Thomas d'Aquin, à déguster le gouleayant d'un Beaune, chacun s'appelle au dessus de lui-même à déguster au-delà du sacrifice, le sacrement de la vraie vie du vin suprême.

Notes

1 WALZ (A), NOVARINA(P.), Saint Thomas d'Aquin, B. Nauwelaerts 1962 250/160 246p. ; pp. 65-66, 117, 151, 172-73.

2 SALIMBENE de ADAMO (Fra) o.f.m., Cronica, ed. O. Holder-Egger M.G.H ss 32, 1905-1913, p. 218: Belna

3 Devise dominicaine

4 3a q 74 a 5 ad 1 (grenades et mûres) = 4S d 11 q 2 a 3 qua 4. CG 4, 69.

5 4 S d 11, texte du maître commenté, Pierre Lombard, Magister Sententiarum, év. Paris, 1160

6 3a q 74 a 5 ad 2=4 S d 11 q 2 a qua 2

7 4 S d 43 q 1 a 4 qua 1 corp.

8 agresta = uia ad generationem ideo non habet speciem uini : 3a q 74 a 5 ad 3. CG 4, 69.

9 mustum… ibid. = 4 S d 11 q2 a 3 qua 3.

10 In Isa. 63.

11 3a q 77 a 8 ad 1, 3 = 4 S d 12 ql a 2 qua 6.

12 4 S d 11 q 2 a 2 : admixtio = Ab ou AB ou aB etc.

13 Cf. supra n. 11.

14 3a q 74 a 6 ad 3 et corrélats (supr. n. 8).

15 Ut dicitur in Meteor. 4, lect. 3.

16 4 S d 11 q 2 a 3 qua 2.

17 2a 2e q 149 a l.

18 2a 2e q 147 a 8 ad 1 ; 149 a 3. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 2 ad 1.

19 2a 2e q 149 a 3.

20 De Uirtutibus q 1 a 4. 2a 2e q 143 a 1, a 4. Toute questio 149 = sobrietas. In 1 Tim 2, ii.

21 la 2e q 40 a 6 ; q 45 a 3. 2a 2e, tte q 150 = ebrietas.

22 4 S d 6 q 1 a 2 qua 1 ad 3.

23 2a 2e q 150 a i.

24 2a 2e q 147 a 6 ad 2 ; a 8. 4 S d 8 q 1 a 4 qua 2. d 15 q 3 a 4 qua 2.

25 2a 2e q 150 a 1. In Isa 28, mil. LITTRE (E.), Dict. langue fr., II, ii, 2495-96.

26 4S d l9c q 3 a 4.

27 1a 2e q 45 a 3. corp. et ad 1.

28 2a 2e q 149 a 3. In 1 Tim. 2 lect. 2 fin.

29 2a 2e 60 a 3.

30 Cf. sup. n. 20.

31 4 S d 8 q l a 3 qua 2 ; d 9 a l q l.

32 De sensu et sensato, lect. 9, 119-120.

33 Cf. sup. n. 2, p. 219.

34 Sup. n. 25.

35 2 S d 19 q 4. Opus 3, c. 161.

36 2 S d 30 q 2 a 1 ad 5 ; 4 S d 11 q 2 a 2 qua 2.

37 3a q 75 a 1 ad 3 et corrélats.

38 1a 2e q 102 a 3 ad 13.

39 In Isa. 55, 3.

40 4 S d 23 q 1 a 3 qua 1.

41 3a q 60 a 7 ad 2 ; 66 a 3 ; a 5 ad 7 ; 67 a 3 ; 74 a 1 et a 6 ad 2 ; 84 a 1 ad 1 ; 86 a 4 ad 3 et a 6. 4 S d 1 q 2 a 3 qua 3 ad 1 ; 3 a 3 qua 1 ; d 5 q 2 a 1 qua 1 ad 3 ; 17 q 3 a 4 qua 3. CG 4, c. 59. Quodl 1 q 10 ; 10 q 3 fin.

42 In Isa. 63.

43 1a 2e q 102 a 3 ad 3 ; 3a q 81 a 1 ; 84 a 7 ad 4. 4 S d 11 q 3 a 1. Cf 3a q 77 a 8.

44 3a q 73 a 2 ; 61 a 3 ad 3, 73 a 6. 4 S d 8 q 1 a 2 qua 3 ; 11 q 2 ad 1. Cf 3 q 76 a 1 ad 2 et corrélats : CG, 63 fin. Quodl 7 q 8. In Io. 6, lect 7 déb. 1er Cor. 11, 16 déb.

45 3a q 73 a 6 ; 74 a 6 ad 1. 4 S d 8 = q 1 a 1 qua 2.

46 3a s 74 a 1. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 et 2.

47 3a q 73 a 1 ad 2 et q 65 a 2 ad 3. 4 S d 2 q 1 a 3.

48 2 S d 18 q 1 a 3 ad 4. 4 S d 17 q 1 a 5 qua 1.

49 3a q 74 a 2. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 et 2.

50 3a q 74 a 1 corp. et ad 2. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 ad 4 et qua 2 ; d 22 q 2 a 1 qua 2. d 23 q 1 a 1 qua 2. C G4, c. 61 à 68. In 1 Cor 11 lect 5 mil.

51 3a q 83 a 6 ad 1.

52 Ibid. ad 7.

53 3a q 74 a 1 ad 3 ; 80 a 12. 4 S d 11 q 2 a 1 qua 1 ad 2 ; d 12 q 2 a 1 qua 1 ad 3 ; q 3 a 2 qua 3 ad 3.

54 3a q 75 a 2 ad 3 ; a 5 ; q 76 a 1 ad 3. In 1 Cor 11 lect 5 mil.

55 3a q 74 a 1, a 5 ad 2 et 3. q 78 a 3. 4 S d 8 q 2 a 2 qua 3. In 1 Cor 11 lect 6 mil. 2 S d 28 q 1 a 1 ad 2.

56 3a q 74 a 6 et 7 ; 83 a 6 ad 4 et 6. 4 S d 11 q 2 a 4 qua 1 et 2. In 1 Cor 11 lect 6 fin.

57 4 S d 24 q 2 a 1 qua 2 et A 2 ad 6 et 7.

58 In 4 S d 9 a 2 qua 4 ad 2.

59 In 4 S d 24 q 2 a 1 qua 2 mil., a 2 ad 6.

60 4 S d 11 q 1 a 1 qua 2 ; d 12 q l a l qua.

61 3a q 75 a 3 ; a 6 ad 2. 4 S d 11 q 1 ; a 2 ; a 3 qua 1 ; CG 4, c. 63 déb. Quodl 5 q 6 a 1

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540