Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome V

 | 
Georges Lote

Troisième section. La technique de la rime

Chapitre VI. Les vers sans rime

Texte intégral

1On les appelle aujourd'hui vers blancs; mais c'est Voltaire qui semble avoir fait usage le premier de cette dénomination, inconnue au xvie siècle et au xviie. Le nom de vers libres, que Du Bellay leur avait donné, n'a pas réussi à s'établir, parce qu'il a servi à désigner un mode de versification spéciale, qui a été précédemment étudié. Ils ne sont pas une création française, mais une importation d'origine étrangère, qui s'est introduite chez nous grâce au puissant mouvement de retour à l'antique qui a marqué la Renaissance. Ils auraient été inventés par Brunetto Latini peu après 1250, s'il est vraiment l'auteur d'une épître d'amour qu'on lui attribue et où ils apparaissent pour la première fois. Un siècle après, un Vénitien, auteur d'un Vago Filogeo, les employa de nouveau dans une autre épître d'amour, sans qu'on soit bien renseigné sur les motifs qui l'avaient poussé, ainsi que Brunetto Latini, à choisir ce mode d'expression. Pétrarque de son côté composa neuf sextines d'une technique assez particulière : les fins de vers n'y présentaient pas les accords de timbres qu'on y rencontre habituellement; cependant les répétitions de sons prévues à certaines places dans ses sixains pouvaient en tenir lieu jusqu'à un certain point. Mais l'histoire moderne des vers sans rime ne commence qu'au début du xvie siècle. En 1502, Galeotto del Carretto glissa des hendécasyllabes blancs dans les chœurs de sa Sophonisba, qu'il avait dédiée à Isabelle de Gonzague. Treize années plus tard, en 1515, cet essai fut renouvelé d'une manière beaucoup plus décisive par le Trissin dans une autre Sofonisba, pièce d'une importance historique parce qu'elle est vraiment la première tragédie moderne, et qui suscita le plus vif intérêt, bien qu'elle ait obtenu seulement en 1556 les honneurs de la scène. Son ami Rucellai, pris d'émulation, écrivit peu après et dans la même forme une Rosmonda qu'il fut assez heureux pour faire représenter à Florence en 1516. Puisque la poésie latine, avaient pensé ces deux écrivains, pouvait se passer de la rime, pourquoi devrait-il être interdit à la poésie italienne d'en faire autant ? La rime était-elle donc aussi indispensable au vers qu'on voulait bien se le figurer ? Et d'ailleurs était-il vraisemblable qu'un roi à la tête de son armée, ou une princesse qui pleurait le départ de son amant rimassent les discours qu'ils tenaient sur la scène dans les instants les plus pathétiques des tragédies où ils jouaient un rôle ? Ainsi il parut tout naturel que les vers sans rime fussent désignés pour la poésie dramatique, où ils se firent une large place. Parmi ceux qui les utilisèrent au théâtre après le Trissin et Rucellai, il faut citer l'Arioste dans ses comédies. D'une manière générale, on peut dire que les vers blancs ont été d'un emploi régulier dans la tragédie italienne du xvie siècle, à peine coupés ça et là, comme dans la Sofonisba, de quelques strophes lyriques.

2Mais ils poussèrent plus loin leurs conquêtes. Rucellai, non content de l'essai qu'il avait tenté dans sa Rosmonda, les transporta dans un poème didactique et d'inspiration virgilienne, Le Api, dont le point de départ se trouve dans les Géorgiques. Il y proclame fièrement qu'il s'était résolu à écrire

Con verso etrusco dalle rime sciolto,

  • 1 Voici les vers dans lesquels Rucellai expose les raisons pour lesquelles il a choisi ce moyen d'ex (...)
  • 2 G. Carducci, Studi su Giuseppe Parini, Bologne, 1907.

3c'est-à-dire en vers ”étrusques” dégagés du joug de la rime, si bien que ces vers reçurent désormais en italien le nom de versi sciolti1. Il fut imité en 1546 par Luigi Alamanni dans un autre poème didactique, La Coltiva-zione. Le Trissin à son tour donna à ce nouveau mode d'expression la consécration suprême en lui accordant les honneurs de l'épopée, ce qu'il fit en 1547 dans son Italia liberata. Les écrivains italiens qui ont usé des versi sciolti sont très nombreux. Il faut citer au xvie siècle Firenzuola, Grazzini, Bernardo Tasso, Dolce, Muzio, Bernardino Baldi, au XVIIIe Maffei, Bentivoglio, Spolverini, Parini, les abbés Carlo Frugoni et Bettinelli, le comte Francesco Algarotti2.

4Le succès de cette innovation fut si vif, et l'idée qui avait présidé à son adoption parut si juste qu'elle trouva des imitateurs hors de la péninsule, dans toutes les grandes littératures européennes. On fit des vers blancs en Espagne, à la fin du xvie siècle, sur le modèle de ceux qu'avaient écrits le Trissin et Rucellai. Ils furent introduits en Angleterre sous le règne de Henri VIII, et on en fit l'essai dans des décasyllabes, par ailleurs très réguliers, coupés à la française, par une césure quatrième : Shakespeare ne dédaigna pas de s'en servir. Ils s'imposèrent en Allemagne au début du xviie siècle sous l'influence anglaise, mais ils n'y obtinrent pas grand succès jusqu'à Lessing.

  • 3 Th. Sebillet, II, 15; Gaiffe, p. 192 sq.

5C'est grâce à l'exemple de l'Italie que les Français ont eu l'idée d'en écrire. Le premier qui en composa fut Bonaventure Despériers, qui traduisit ainsi, en vers octosyllabes, une satire d'Horace, qu'il n'osa pourtant présenter à ses lecteurs selon la disposition typographique ordinaire. Th. Sebillet, dans un important passage de son Art poétique, a signalé cette tentative et pris position à l'égard de la poésie privée de rimes, une nouveauté qu'il est bien loin d'approuver chaleureusement et à laquelle il ne consent qu'avec une prudente réserve : « Note donc, dit-il3, que tu trouveras des vers mesurez autrement du nombre de leurs syllabes, mais sans parité de son en leurs fins et sans rymes. Qui est chose autant estrange en nostre poésie françoise, comme seroit en la gréque et latine lire dés vers sans observation de syllabes longues et brève, c'est à dire sans la quantité des temps, qui soutiennent la modulation et musique du carme en cés deus langues, tout ainsy que fait en la nostre, la ryme. Peu de pöétes françois liras-tu, qui ayent osé faire vers sans ryme : toutesfois, afin que tu ne me penses parler par cœur, tu liras aus œuvres de Bonaventure dés Périers, la satyre d'Horace qui commence :

Qui fit, Mœcenas, ut nemo quam sibi sortem etc.

  • 4 Bon. Despériers, éd. L. Lacour, T. I, p. 97. Voici les premières lignes de cette traduction d'Hora (...)

6tourné en vers de huit syllabes non ryméz : lesquelz sont impriméz en forme de prose sans lineale distinction dés vers, quasi comme non meritans le nom de Carmes4. Petrarque devant luy en avoit fait, comme tu pourras voir aus sizains dés neuf sestines de sa premiere et seconde partie : mais avec autre analogie. Car, si tu y avises, lés derniers mots de chaque vers répétéz proportionnéement au long dés sizains donnent modulation tele, qu'elle peut aiséement supplir la rime defaillante au sizain. Si tu veus faire des vers non ryméz, et t'aider de l'exemple de Petrarque, fay lés en sestines comme luy. Car l'authorité de Bonaventure dés Périers seroit basse pour faire trouver hors sestine bons cés vers, qui sans ryme demeurent autant froys, comme un corps sans sang et sans ame ».

  • 5 Du Bellay, Deffence, II, 7.

7À ce moment les vers blancs paraissent bel et bien condamnés. Mais un an après le livre de Sebillet, en 1549, Du Bellay, s'inspirant non seulement de l'exemple de Pétrarque, mais encore de celui qu'a donné Luigi Alamanni dans sa Coltivazione, déclare qu'ils auraient sans doute des chances d'être bien accueillis en français. La Pléiade en effet travaille avec ardeur à la résurrection de l'Antiquité; elle est convaincue que tous les procédés artistiques dont les Grecs et les Latins ont usé, que toutes les particularités de leur versification sont applicables à notre langue. Donc Du Bellay, sans y mettre pourtant une insistance particulière, autorise les poètes que gênent les difficultés de notre métrique à ne pas faire s'accorder entre elles les finales de leurs vers : si l'on rime mal, déclare-t-il5, « il vaudroit beaucoup mieux ne rymer point, mais faire des vers libres, comme a fait Petrarque en quelque endroit, et de notre tens le seigneur Loys Aleman, en sa non moins docte que plaisante Agriculture ».

8Bientôt l'apparition de la poésie mesurée à l'antique va multiplier le nombre des poèmes dépourvus de rimes, car le système prosodique des Anciens, avec ses longues et ses brèves, n'a pas besoin d'autre secours. Il en sera ainsi jusqu'au moment où le syllabisme, la césure et la rime seront réintroduits dans la versification quantitative. On peut donc distinguer deux groupes de vers blancs : d'une part ceux qui appartiennent à la poésie mesurée et sur lesquels nous n'avons pas besoin de revenir; d'autre part ceux qui sont fidèles à la métrique ordinaire, sauf quant à ce point particulier, et dont les auteurs, soutenus par l'exemple de nombreux novateurs italiens, se bornent à n'imiter de la versification des Anciens que l'absence des homophonies traditionnelles.

9C'est à ce dernier genre qu'appartient un des sonnets de l'Olive, dans lequel Du Bellay a voulu démontrer la valeur de son précepte :

Arriere, arriere, ô mechant Populaire !
O que je hays ce faulx peuple ignorant !
Doctes esprits, favorisez les vers
Que veult chanter l'humble prestre des Muses.

Te plaise donc, ma Roine, ma Déesse,
De ton sainct nom les immortalizer,
Avec celuy qui au temple d'Amour
Baize les piez de ta divine image.

O toy, qui tiens le vol de mon esprit,
Aveugle oiseau, dessile un peu tes yeux,
Pour mieulx tracer l'obscur chemin des nues.

Et vous, mes vers, delivres et legers;
Pour mieulx atteindre aux celestes beautez,
Courez par l'air d'une aele inusitée. (CXIV)

10Ronsard lui aussi, dans l'Ode sur la Naissance de François de Valois, dauphin de France, qui est antérieure de cinq années à la Deffence et de six au sonnet de Du Bellay, a mis à l'épreuve le même système :

En quel bois le plus separé
Du populaire et en quel autre
Pren tu plaisir de me guider
O Muse ma douce folie.
Afin qu'ardent de ta fureur,
Et du tout hors de moi je chante
L'honneur de ce roial enfant
Qui doit commander à la France ?
Je crirai des vers non tantés
Et non sonnés de nul poëte,
Plus hautement que sur le mont
Le prestre Thracien n'entonne
Le cor à Baccus dedié,
Alors qu'il a l'ame remplie
De sa violente fureur.

  • 6 E. Pasquier, Recherches, VII, 7.

11Cette pièce comprend trente-quatre vers. Le fragment qu'on vient de lire a été cité avec éloge par E. Pasquier6; selon lui, nous voyons ces octosyllabes « nous succer l'oreille par leur douceur », ce qui ne l'empêche pas de déclarer que la principale beauté de notre poésie réside dans la rime. Son admiration semble donc bien trouver sa cause dans le respect qu'il ressent pour l'Antiquité et pour Ronsard. Ni celui-ci, ni Du Bellay n'ont d'ailleurs recommencé leur tentative, sans doute parce qu'elle leur donnait peu de satisfaction.

  • 7 J. Peletier, II, 2; Boulanger, p. 159.
  • 8 P. Deimier, p. 307.
  • 9 De Laudun d'Aigaliers, II, 15.

12Cependant nous possédons encore d'autres témoignages qui vont de la tiédeur jusqu'à l'opposition décidée. Jacques Peletier du Mans n'ose pas condamner absolument cette nouveauté, mais se garde bien de l'approuver : « Je n'ignore pas, dit-il7, que quelques-uns de notre temps n'aient voulu introduire des vers sans rime : chose que je ne reçois grandement, ni ne rejette aussi. Mais je dis bien, que suffisant tant seulement la césure et le nombre de syllabes pour faire un vers, il y aura peu de différence entre les vers et la prose ». En 1610, Deimier répète à peu près ce qu'a écrit Sebillet, formule les mêmes objections et renvoie comme lui à la sextine de Pétrarque8. Au contraire De Laudun d'Aigaliers, qui mentionne les vers sans rime, prononce que « ce ne sont que lignes de prose »9. En somme, l'apologie la moins timide est encore celle de Du Bellay, et tout le monde conviendra qu'elle ne brille point par un enthousiasme exagéré.

  • 10 Biaise de Vigenère, Des Prières et Oraisons qui se doivent conformer toutes à l'Ecriture sainte, s (...)

13Malgré tout, quelques poètes continueront de se laisser séduire. Vers 1595, Biaise de Vigenère10 compose ces tercets en vers blancs :

Mon Dieu, mon Dieu, entends à moi :
Pourquoi m'as-tu laissé ? mes plaintes
Sont bien loin d'obtenir secours.

J'ai crié toute la journée
A toi mon Dieu, la nuit aussi
Et exaucé je ne puis être.

Mais toi, louange d'Israël,
Tu es celui à qui nos pères
Adressèrent jadis leurs vœux. (Psaumes, XXI)

  • 11 Tobler, V.Fr., p. 21.
  • 12 Le P Menestrier, Des Représentations en Musique anc. et mod., p. 137.

14On sait déjà que plus tard H. d'Urfé, à l'exemple des Italiens, en particulier de Guarini et de l'Arioste, crut avoir trouvé dans les vers blancs la forme qui convenait à la pastorale dramatique et qu'il écrivit ainsi sa Sylvanire. Tobler signale11 qu'au milieu du xviie siècle l'académicien Méziriac en fit à son tour. Bientôt la campagne contre la rime prit à l'étranger un nouvel essor et provoqua en 1681 la protestation du P. Menestier : « Vossius, remarque-t-il12, en son Traité du Chant des Poëmes et de la Force du Nombre et de la Cadence des Vers, pretend que la rime à laquelle nos vers sont necessairement assujettis, est un grand défaut dans les vers par les assonnances continuelles qu'elle y fait, ce qu'il dit être un effet des langues barbares qui, n'ayant pas les mesures et les distinctions des pieds des vers grecs et latins, ont voulu frapper l'oreille par la rencontre de ces sons ». Une telle façon de penser répugne à l'esprit du P. Menestier, qui est strictement traditionaliste, ainsi que tous les classiques. Mais l'argument de Vossius fait impression sur d'autres, et on le verra reparaître, repris par les ennemis de la forme poétique, au cours des débats que suscitera la violente campagne menée par La Motte, et qui se prolongeront très loin pendant le xviiie siècle. Mais la rime sortira victorieuse de cette nouvelle offensive dirigée contre elle, comme elle a échappé aux embûches que lui avaient préparées pendant le xvie siècle les admirateurs de l'Antiquité.

Notes

1 Voici les vers dans lesquels Rucellai expose les raisons pour lesquelles il a choisi ce moyen d'expression :
Mentr'era per cantare i vostri doni
Con alte rime, o Verginette coste,
Vaghe Angelette delle erbose rive,
Preso del sonno in su'l spuntar dell'alba,
M'apparve un coro della vostra gente,
E dalla lingua, onde s'accoglie il mele,
Sciolsero in chiara voce este parole :
« O spirto amico, che, dopo mill'anni
E cinquecento, rinnovar ti piace
E le nostre fatiche, e i nostri studi,
Fuggi le rime, e l rimbombar sonoro.
Tu sai pur, che l'immagin della voce
Che risponde dai sassi, ov' Eco alberga,
Sempre nemica fu del nostro regno.
Non sai tu, ch'ella fu conversa in pietra,
E fu inventrice délie prime rime ?
F dei saper. ch'ove abita costei,
Null' Ape abitar può, per l'importuno
Ed imperfetto suo parlar loquace »
Così diss'egli, e poi tra labbro e labbro
Mi pose un favo di soave mele,
E lieto se n'andò volando al cielo.
Ond'io, da tal divinità spirato,
Non tenerò cantare i vostri onori
Con verso etrusco dalle rime sciolto.
E canterò come il soave mele,
Celeste don, sopra i fioretti e l'erba
L'aere distilli liquido e sereno;
E corne l'Api industriose e coste
L'adunino, e con studio e con ingegno
Dappoi compongan l'odorate cere.
Per onorar l'immagine di Dio :
Spettacoli ed affetti vaghi e rari.
Di meraviglie pieni e di bellezze, etc.

2 G. Carducci, Studi su Giuseppe Parini, Bologne, 1907.

3 Th. Sebillet, II, 15; Gaiffe, p. 192 sq.

4 Bon. Despériers, éd. L. Lacour, T. I, p. 97. Voici les premières lignes de cette traduction d'Horace : « D'ont vient cela, mon amy Pierre, que jamais nul ne se contente de son estat soit que Fortune le luy ayt offert et donné, ou que luy mesmes l'ayt choisi pour certaine cause et raison ? ”Que les marchans sont heureux”, dict le vieil souldart qui se sent tout rompu de peine et de coups. Et, au rebours, celuy qui est dessus la mer, en marchandise, dict ainsi quand il faict tormente : ”Il faict bien meilleur à la guerre; qu'il ne soit vray, on s'y escarmouche de sorte qu'en un moment vient ou mort ou joyeuse victoire”. » Ce sont des vers de huit syllabes, d'une gaucherie assez notable :
D'où vient cela, mon amy Pierre,
Que jamais nul ne se contente
De son estat, soit que Fortune
Le luy ayt offert et donné,
Ou que luy mesmes l'ayt choisi
Pour certaine cause et raison ?
”Que les marchans sont heureux”,
Dict le vieil souldart qui se sent
Tout rompu de peine et de coups.
Et au rebours, celuy qui est
Dessus la mer, en marchandise,
Dict ainsi quand il faict tourmente :
”Il faict bien meilleur à la guerre;
Qu'il ne soit vray, on s'y escarmouche
De sorte qu'en un moment vient
Ou mort ou joyeuse victoire”.

5 Du Bellay, Deffence, II, 7.

6 E. Pasquier, Recherches, VII, 7.

7 J. Peletier, II, 2; Boulanger, p. 159.

8 P. Deimier, p. 307.

9 De Laudun d'Aigaliers, II, 15.

10 Biaise de Vigenère, Des Prières et Oraisons qui se doivent conformer toutes à l'Ecriture sainte, selon que l'Eglise catholique les règle et ordonne.

11 Tobler, V.Fr., p. 21.

12 Le P Menestrier, Des Représentations en Musique anc. et mod., p. 137.

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter