Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome V

 | 
Georges Lote

Première section. Les mètres

Première section. Les mètres

Texte intégral

  • 1 Les vers en écho, prétend E. Pasquier (III, 11) ont été inventés par Jean Second.

1Il est assez rare que les théoriciens, de 1550 environ à 1715, admettent la légitimité de tous les mètres syllabiques employés au Moyen Âge ou catalogués par leurs prédécesseurs. Ils tendent à réduire à quelques types la série des vers autorisés, ce qui ne veut pas dire qu'ils y réussissent complètement. Il est clair que pour eux et pour les poètes les mètres très courts ne jouissent que d'un très mince prestige. Le vers d'une syllabe n'a jamais été très employé. Du moins tenait-il sa place dans la plupart des nomenclatures, tandis qu'au xvie siècle, depuis la Pléiade, et au xviie, il est généralement éliminé. Th. Sebillet, J. Peletier du Mans, A. Fouquelin, G. Colletet n'en parlent pas. Richelet au contraire consent à le mentionner, ainsi que Châlons. Mais Richelet fait remarquer qu'on ne peut s'en servir que dans des pièces familières et mélangé avec d'autres. Autant que j'aie pu le vérifier, on ne le rencontre plus en formations autonomes : il figure seulement comme écho aux rimes d'un poème en décasyllabes de Du Bellay intitulé Dialogue d'un Amoureux et d'Echo1 et il apparaît de ci, de là, mais très rarement, au milieu de vers libres classiques. Son rôle est à peu près nul.

  • 2 Sebillet, I, 5.

2Les techniciens dont j'ai cité les noms, sauf Richelet et Châlons, ne font commencer qu'avec le vers de deux syllabes la série des mètres autori-sés. Mais ce vers de deux syllabes est lui-même d'un emploi peu fréquent. Sebillet2 en donne comme exemple une épigramme de Marot, où il est accompagné de loin en loin d'un vers plus long. Mais Ronsard n'en a pas écrit un seul, et, sauf erreur, on ne le trouve au xviie siècle qu'au milieu des vers libres. La Fontaine n'en fait qu'un usage très parcimonieux. On peut citer :

  • Ami, reprit le coq, je ne pouvais jamais
    Apprendre une plus douce et meilleure nouvelle
    Que celle
    De cette paix. (Fables, II, 15)
  • C'est promettre beaucoup, mais qu'en sort-il souvent ?
    Du vent. (ibid., V, 10)
  • L'homme au trésor arrive et trouve son argent
    Absent. (ibid., IX, 15)

3Le vers de trois syllabes est naturellement un peu moins rare. Marot l'avait encore employé seul, en une pièce assez gracieuse que transcrit Sebillet :

Ma mignonne
Je vous donne
Le bon jour :
Le sejour
C'est prison;
Guerison
Recouvrez,
Puis ouvrez
Vostre porte,
Et qu'on sorte
Vistement.
Car Clement
Le vous mande ... (Epistres, XXXIX)

  • 3 J. Peletier, II, 2; Boulanger, p. 153.

4La Pléiade manifeste peu d'enthousiasme pour ces jeux de versification, comme on peut s'en rendre compte en se reportant à l'Art poétique de J. Peletier3. Elle n'admet le vers de trois syllabes qu'en liaison avec d'autres plus longs. Ronsard et Baïf le combinent avec des vers de sept, qu'on rencontre dans les Amours de Marie et dans les Amours de Meline. En voici un exemple pris au premier de ces recueils :

Quand ce beau printemps je voy,
J'apperçoy
Rajeunir la terre et l'onde,
Et me semble que le jour
Et l'amour
Comme enfans naissent au monde.
Le jour qui plus beau se fait,
Nous refait
Plus belle et verde la terre;
Et Amour, armé de traits
Et d'attraits,
En nos cœurs nous fait la guerre. (II, Chanson)

5Lui et d'autres poètes l'ont fait servir de clausule à des strophes composées en vers de huit, sept, six ou cinq syllabes.

6Les vers de quatre syllabes ne se rencontrent pas souvent en suite continue. Sebillet cite une Epître de Marot écrite dans ce mètre. Mais, après Marot, il semble bien qu'on ne fasse plus appel à lui qu'en le mélangeant avec d'autres mesures. Olivier de Magny l'a utilisé pour terminer des strophes en quatrains qui débutent par trois hexasyllabes :

Alon, je voi Castaigne
Qui jaunissant se baigne
A se fondre en pitié
Pour sa moitié. (Fantasia)

  • 4 P. Richelet, Versif. fr., 1672, p. 66.
  • 5 Deimier, p. 31 sq.
  • 6 De Chalons, p. 20 sq.

7Ronsard, R. Belleau, N. Denizot, Jodelle, R. Garnier en ont fait autant. Benserade l'a joint comme clausule de strophe à des vers de douze syllabes; Baïf à des vers de dix; Voiture, Tristan et plus tard Maucroix à des vers de huit. On l'a aussi croisé avec tous ces mètres. Au xviie siècle, il se montre également dans les vers libres, mais, ici encore, sans aucune espèce d'abus : « On mesle presque toujours les vers de quatre syllabes avec des vers d'une differente mesure, dit Richelet4, et l'on s'en sert aux Chansons et aux autres jolies bagatelles ». En somme, tous ces mètres brefs sont l'objet d'un dédain général. J. Peletier fait observer qu'ils sont rares, et que c'est à partir de cinq syllabes seulement qu'ils ont « un commencement de grace », ce qui est aussi l'avis de Deimier5. De Chalons ne leur reconnaît que « tres peu ou point du tout d'harmonie »; à son avis, ils « ont bien moins l'air ou la cadence des vers qu'ils ont la marche d'une veritable prose »6.

8Les vers de cinq et de six syllabes sont eux-mêmes parfois discutés et sont bien loin de plaire à tout le monde. Les premiers, comme les précédents, ont été pratiqués par Marot, dont Sebillet mentionne une Epitaphe écrite tout entière dans ce mètre. Une pièce de Baïf, Amour derobant le miel, pourra servir ici d'exemple :

9Le larron Amour Deroboit un jour Le miel aux ruchettes Des blondes avettes, Qui leurs piquans drois En ses tendres doigs Aigrement ficherent.

10Ses doigs s'en enflerent; etc. (Passetemps, I)

  • 7 P. Richelet, p. 63.

11« On fait des pieces entieres de vers de cinq syllabes, dit Richelet7, comme des chansons, des epigrammes et autres petits ouvrages ». Mais on profite fort peu de la permission qu'il donne ainsi généreusement. Pourtant Mme Deshoulières, en un morceau célèbre, a repris ce mètre au xviie siècle :

Dans ces prés fleuris
Qu'arrose la Seine,
Cherchez qui vous mène,
Mes chères brebis.
J'ai fait, pour vous rendre
Le destin plus doux,
Ce qu'on peut attendre
D'une amitié tendre ...

12Le plus souvent, le pentasyllabe ne joue qu'un rôle complémentaire, soit comme clausule de strophes écrites en vers de onze, dix et sept syllabes, soit qu'on l'ait croisé avec tous ces mètres, surtout avec le dernier.

13Les vers de six syllabes sont un peu plus répandus. On s'en est servi pour écrire des poèmes entiers. Ronsard, entre autres pièces semblables, en a fait une Chanson qui figure dans les Amours de Marie, en sixains :

Douce maistresse, touche,
Pour soulager mon mal,
Mes levres de ta bouche
µPlus rouge que coral;
Que mon col soit pressé
De ton bras enlassé.
Puis, face dessus face,
Regarde-moi les yeux,
Afin que ton trait passe
En mon coeur soucieux,
Cœur qui ne vit sinon
D'amour et de ton nom ...

  • 8 Il peut aussi terminer des strophes de décasyllabes ou d'octosyllabes, ou se croiser avec ces mètr (...)
  • 9 Richelet, p. 60.

14Il a trouvé un rival en Baïf, qui a écrit dans ce mètre plusieurs pièces, notamment dans les Amours de Francine, L'Amour qui me tourmente, en huitains, et O ma belle rebelle, qui n'a pas la forme strophique, ainsi qu'un morceau des Poëmes, intitulé l'Aurore. Le vers de six syllabes a sur celui de cinq cette supériorité qu'il se mélange plus facilement avec d'autres mesures et en particulier qu'il termine fort bien des stances d'alexandrins8. Mais, employé seul, on le trouve assez gauche et on lui reproche de n'être que la moitié d'un grand vers. Les poètes peu à peu le délaissent et les critiques en font peu de cas. Richelet reconnaît qu'il a servi à composer des Odes et des Epigrammes : peut-être même sait-il que Melin de Saint Gelays en a usé. Mais il constate que la mode a changé et pris un autre cours : « A la reserve des chansons et autres petites pièces, dit-il9, je ne trouve presque point d'ouvrages où les vers soient tous de six syllabes ».

15À l'autre extrémité de la série, d'autres vers sont également rares. Ce sont ceux qui excèdent la dimension de l'alexandrin, puis ceux qui sont de onze et de neuf syllabes. Le plus long est le vers baïfin. Il compte quinze syllabes et est toujours césuré à la septième. Comme son nom l'indique, il a été créé par J.-A. de Baïf. En voici un exemple :

Muse, reine d'Helicon, fille de Memoire, ô déesse,
O des poëtes l'appuy, favorise ma hardiesse.
Je veux donner aux Françoyx un vers de plus libre accordance
Pour le joindre au luth sonné d'une moins contrainte cadence ...
(Poèmes, II, L'Hippocrene)

  • 10 Augé-Chiquet, p. 299.

16Il n'a guère survécu à son inventeur, qui ne l'a employé que trois fois, d'abord dans la pièce dont je viens de citer le début et qui comprend 264 vers, puis, beaucoup plus timidement, dans une épode d'Antigone qui ne dépasse pas 4 vers, et dans une épigramme des Passetems, qui en a 8, toujours en rimes plates féminines, avec une césure septième10.

17Les vers de quatorze syllabes paraissent se réduire à ceux qu'a écrits Scarron dans une de ses Chansons à boire, mélangés avec d'autres mètres et dispersés à de longs intervalles, toujours césurés à la septième :

Si l'on me voit devant Mardic,
Me puisse venir la teigne ou le tic.
Bon à faire à Gassion d'être friand de batailles;
Un coup de canon
N'est ma foi ni beau ni bon.
Il vaut mieux dedans Paris manger perdreaux et cailles,
Que d'aller aux Païs-Bas,
Et de n'en revenir pas.
Alors qu'on a le bras cassé,
On ne vaut guère mieux qu'un trépassé.
Devant Mardic, me dit-on, bien souvent des bras on casse,
Des cuisses aussi;
Il fait bien meilleur ici,
Il fait meilleur à Paris, où l'on boit avec la glace,
Que d'aller aux Païs-Bas
Et d'en revenir sans bras ... etc.

18Le même poète a composé également des vers de treize syllabes, à peine un peu plus nombreux, et qui figurent dans les strophes hétérométriques d'une autre Chanson à boire où ils s'allient avec des vers de six. Ici la coupe est cinquième :

Que de biens sur la table
Où nous allons manger.
O le vin délectable
Dont on nous va gorger !
Sobres, loin d'ici ! loin d'ici, buveurs d'eau bouillie;
Si vous y venez, vous nous ferez faire folie.
Que je sois fourbu, châtré, tondu, bègue, cornu,
Que je sois perclus alors que je ne boirai plus.

Montrons notre courage,
Buvons jusques au cou.
Que de nous le plus sage
Se montre le plus fou !
Vous qui les oisons imitez en votre breuvage, Puissiez-vous aussi leur ressembler par le visage ! Que je sois fourbu, etc.

  • 11 Cf. Th. Gerold, L'Art du Chant, p. 19 : « En ce qui concerne les vers, on en rencontre de toute so (...)

19Ce sont là des fantaisies sans conséquence. Tous ces mètres ont partagé le discrédit des mètres courts. Quelques vers de quinze syllabes se rencontrent dans les Airs de Cour du xviiesiècle11, et l'on pourrait peut-être y découvrir aussi d'autres vers de quatorze et de treize syllabes. Mais ce ne seraient là que des libertés excusées par la musique, qui dissimule les extravagances et atténue les bizarreries. D'ailleurs ces types se placent hors série, puisque les critiques ne connaissent aucune mesure qui dépasse celle de l'alexandrin.

  • 12 E. Pasquier, Recherches, VII, 7. Un peu plus loin (VII, 11), il a cité des hendécasyllabes dont il (...)

20Au contraire les hendécasyllabes et les ennéasyllabes rentrent bien dans les bornes fixées par les métriciens. Mais on juge leur valeur suspecte, et même souvent on les proscrit, pour cette raison que la césure les divise en deux moitiés fort différentes, l'un des hémistiches comportant un nombre pair de syllabes, et l'autre un nombre impair. E. Pasquier, bien qu'il s'y soit lui-même essayé, les juge très sévèrement : « Et est une chose, dit-il12, qu'il nous faut grandement noter, que jamais l'aureille françoise ne peut porter des vers de neuf syllabes, dont la derniere finit en rime masculine, comme qui diroit :

Je respecte sur tous mon Ronsard,
Car je le treuve plein de grand art.

  • 13 Sebillet, I, 5; J. Peletier, II, 1; G. Colletet, Escole des Muses, p. 2; P. Richelet, Vers. fr., p (...)

21Y ayant en cecy je ne sais quelle discordance de voix, qui ne peut estre mesnagée par nous. Sur l'avenement du roi Charles neufiesme, y eut un certain homme que l'on nommoit en françois de Poëiz, et en latin Podius, lequel ne pouvant atteindre à leur parangon, voulut par un esprit particulier escrire en cette enjance de vers, mais il y perdit son françois. Le semblable est-il entre nous du vers d'onze syllabes. Car combien que la beauté de la poësie italienne gise en ces vers, empruntés des hendecasyllabes latins, esquelles Catulle s'est fait appeler le Maistre : mesmes que l'italien les emploie ordinairement en ses œuvres heroïques, comme nous voyons Arioste l'avoir fait en son Roland le furieux, et Tasso en sa Hierusalem rescousse, toutefois nous n'en avons jamais peu faire notre profit en France ». Sebillet ne compte que neuf sortes de vers, de deux à douze syllabes, sans mentionner ceux de neuf et de onze. Jacques Peletier du Mans ne parle pas de ces derniers, mais dit que l'ennéasyllabe n'existe pas. A. Fouquelin ne mentionne ni l'une ni l'autre de ces deux mesures. G. Colletet passe sous silence les hendécasyllabes, et abandonne les vers de neuf aux Chansons. P. Richelet ne tolère ces deux mètres que dans les pièces destinées à être mises en musique13. Partout se manifeste la même opposition.

  • 14 Éd. Blanchemain, T. II, p. 376-78.

22Pourtant l'hendécasyllabe ne disparaît pas complètement, bien qu'il soit très rare. Ronsard a écrit deux odes saphiques14 quantitatives, à l'imitation des Anciens. Ce sont des strophes composées de trois vers de onze syllabes, avec, comme clausule, un vers de cinq, sur des rimes masculines :

Belle dont les yeux doucement m'ont tué
Par un doux regard qu'au cœur ils m'ont rué,
Et m'ont en un roc insensible mué
En mon poil grison.

Que j'estois heureux en ma jeune saison,
Avant qu'avoir beu l'amoureuse poison !
Bien loin de souspirs, de pleurs et de prison,
Libre je vivois.

23Des vers de onze syllabes, avec césure cinquième, se rencontrent chez Jodelle et chez Passerat. Il y en a aussi chez Baïf, dans les chœurs d'Anti-gone. On en connaît encore de La Fontaine, dans Daphné :

J'ai vu le temps qu'une jeune fillette
Pouvait, sans peur, aller au bois seulette.
Maintenant, maintenant les bergers sont loups :
Je vous dis, je vous dis : « Filles, gardez-vous. »

24M. Souriau en a découvert un chez Molière. On en trouverait certainement d'autres dans les recueils destinés au chant.

25L'ennéasyllabe est un peu plus fréquent. Malherbe l'a employé en liaison avec des vers de dix :

Sus, debout, la merveille des belles !
Allons voir sur les herbes nouvelles
Luire un émail dont la vive peinture
Défend à l'art d'imiter la nature.

L'air est plein d'une haleine de roses,
Tous les vents tiennent leurs bouches closes,
Et le soleil semble sortir de l'onde
Pour quelque amour, plus que pour luire au monde ... (Chanson, CXXIII)

26Les opéras de Quinault, en vers libres, en présentent un certain nombre. D'autres poètes s'en sont servi en suites continues, dans des strophes isométriques, comme l'a fait La Fontaine dans l'exemple suivant :

On languit, on meurt près de Sylvie.
C'est un sort dont les rois sont jaloux.
Si les dieux pouvoient perdre la vie,
Dans nos fers ils mourroient comme nous ...

L'autre jour, assis sur l'herbe tendre,
Je chantais son beau nom dans ces lieux,
Les Zéphirs, accourant pour l'entendre,
Les portaient aux oreilles des Dieux ...

  • 15 P. de Deimier, p. 27.
  • 16 A.-Ph. de la Croix, p. 133.
  • 17 E. Pasquier, Lettres, VIII, 12.

27Voilà qui donne un singulier démenti à Deimier qui, parmi tant d'autres critiques, proclame que « les graces du vers françois repugnent à ceste forme de vers »15. Il reste entendu que l'ennéasyllabe, l'hendécasyllabe et les autres grands mètres impairs ne peuvent être acceptés par l'oreille que s'ils sont accompagnés de musique : « On doit entendre par les Chansons, notera encore A.-Ph. de la Croix en 169416, une espece de vers irreguliers, qui ne sont propres qu'à chanter, à cause qu'ils ont un nombre de sillabes diferent de celui des vers reguliers; ou bien parce que souvant ils n'ont de la poësie que la rime, de sorte que les vers à chanter sont des vers masculins de neuf, de onze et de treize sillabes, ou des vers feminins de dix, de douze, de quatorze et quelquefois de quinze sillabes ». Évidemment quelques poètes en écrivent, mais par simple passe-temps, comme ils font usage de mètres très courts, alors qu'ils pourraient choisir des formes moins artificielles. Ce ne sont là que des amusements auxquels il serait vain d'attacher quelque importance : « Il n'est pas dict, observe E. Pasquier17, assez curieux pour son compte de bagatelles semblables, qu'il faille tousjours mettre la main à œuvres graves et sérieuses. Tout ainsi que le corps s'alimente et nourrit de viandes solides, et neantmoins reprend quelquesfois goust, par des salades et herbages qui sont de peu de substance : ainsi est-il de nos esprits, lesquels il est bien seant d'assortir de fois à autre d'un doux entremets de gayetez et gaillardises, pour leur estre puis apres un acheminement à discours bons et serieux ».

  • 18 E. Faguet, Essai sur la Trag. fr., p. 289.

28Les mètres utiles, ceux qui sont constamment pratiqués par les poètes, se réduisent donc à un tout petit nombre : les vers de sept, de huit, de dix et de douze syllabes. Ils ont été étudiés aux xvie et xviie siècles par divers critiques, et surtout par Th. Sebillet, qui s'est efforcé de préciser les genres auxquels ils pouvaient convenir. Son enseignement, auquel ne contredit aucun de ses successeurs, peut se résumer dans cette règle, que plus le sujet qu'on traite est élevé, plus les grands vers sont à leur place, que plus la matière est légère et plaisante, plus il convient d'employer des vers courts. Cependant, par une singulière faute de goût, les indications qu'il a données n'ont pas toujours été observées : « Est-il rien de plus impertinent, a fort justement noté E. Faguet à propos de Garnier18, que cette grande pensée enfermée dans cette strophe étriquée :

O rigoureux amour
Dont la fleche poignante,
Sans repos, nuit et jour,
Toutes ames tourmente.
Tu domptes glorieux
Les hommes et les dieux.

29... Ne trouvez-vous pas un contraste insupportable entre le mouvement agile du rythme et la gravité de l'idée dans les strophes suivantes :

L'aime foi n'habite pas
Ici-bas.
La fraude victorieuse,
L'ayant bannie à son tour,
Fait séjour
Sur la terre vicieuse. »

30Sebillet parle assez peu de l'heptasyllabe, fort usité cependant par la Pléiade, mais qui n'a pas d'affectation spéciale. Il est bon pour le cantique, l'ode et la chanson, qui supportent des mètres assez divers. C'est une mesure lyrique, dont Ronsard s'est servi bien souvent dans des pièces d'une inspiration sérieuse, et qu'on retrouve un peu partout, en concurrence avec l'octosyllabe, qui est très voisin de lui. On le rencontre en suites continues, dans des strophes qui vont du quatrain au dizain, rarement au-delà. En voici un exemple emprunté à une Ode de Racan écrite pour M. de Termes :

Enfin, Termes, les ombrages
Reverdissent dans les bois.
L'Hyver, et tous ses orages
Sont en prison pour neuf mois.
Enfin la neige, et la glace
Font à la verdure place;
Enfin le beau temps reluit,
Et Philomele, asseurée
De la fureur de Terée,
Chante aux forêts jour et nuit.

Des-ja les fleurs qui bourgeonnent
Rajeunissent les vergers,
Tous les Echos ne resonnent
Que de chansons de bergers.
Les jeux, les ris et la dance
Sont partout en abondance,
Les delices ont leur tour,
La tristesse se retire,
Et personne ne souspire

S'il ne souspire d'amour. (La Venue du Printemps)

31Mais il peut aussi figurer dans des strophes hétérométriques, comme dans ce chœur d'Athalie :

O bienheureux mille fois (7)
L'enfant que le Seigneur aime, (7)
Qui de bonne heure entend sa voix (8)
Et que ce Dieu daigne instruire luy-même ! (10)
Loin du monde élevé, de tous les dons des cieux (12)
Il est orné dès sa naissance, (8)
Et du méchant l'abord contagieux (10)
N'altère point son innocence. (8) (II, 9)

  • 19 P. Richelet, Versif. fr., p. 55.

32Les vers de sept syllabes, dit Richelet19, « ont de l'harmonie, et ils sont propres à exprimer les choses très vivement, c'est pourquoi ils servent à composer de fort belles odes ». Cependant leur vogue diminue au xviie siècle, ce que constate Port-Royal.

  • 20 Th. Sebillet, II, 8.
  • 21 Racan, Poésies, éd. L. Arnould, T. I, p. 239 : Il n'est plus temps de lanterner ...

33L'octosyllabe est très employé. Sebillet a indiqué les genres auxquels il pouvait convenir. Il le juge bon pour l'épigramme légère; pour le rondeau-triolet, qui admet aussi des mètres de moindre longueur; pour la ballade, quand elle est d'un caractère facile; pour l'épître, qui peut supporter aussi, selon l'inspiration du poète, des vers plus amples ou plus brefs; pour le coq-à-l'âne et le blason. Il le désigne spécialement pour la farce : « A quoy exprimer, déclare-t-il20, tu ne doutes point que les vers de huit syllabes ne soient plus plaisans, et la rime platte plus coulante ». Les autres critiques ne lui contredisent point, et se contentent d'ajouter à son catalogue quelques genres qui étaient à peine nés ou ne l'étaient pas encore lorsqu'il écrivait son Art poétique. Deimier range l'octosyllabe parmi les vers lyriques, comme le fera encore G. Colletet en 1651. Richelet le déclare excellent pour les odes, les épîtres, les épigrammes, les chansons, mais dit qu'il est beaucoup plus rare dans les ballades et dans les sonnets. Si l'on considère l'usage des poètes, on voit que Ronsard et ses amis l'ont très souvent employé dans l'ode, où il est en concurrence avec l'heptasyllabe. On l'y rencontre en strophes de six, huit et dix vers, qui sont les formations où il est le plus répandu, et où il se présente en successions suivies. Mais il peut entrer aussi dans la composition de strophes hétérométriques, ainsi qu'on l'a vu ci-dessus dans un exemple emprunté aux chœurs d'Athalie. Il est très largement représenté dans les vers libres de l'Amphitryon de Molière et dans ceux de La Fontaine. On ne l'utilise au contraire que par exception dans le sonnet, comme l'a fait Racan dans une pièce assez légère21. Mais il est au xvie siècle le mètre spécifique du théâtre comique avant la Pléiade et après 1550. Le Jeu du Prince des Sots et Mère Sotte, de Gringore, est écrit en octosyllabes : Eugène, de Jodelle, La Trésorière de J. Grévin, La Reconnue de R. Belleau, Le Brave de Baïf, le sont également, ce qui revient à dire que la Renaissance, sous ce rapport, ne change rien à ce qu'on avait fait avant elle. On voit même l'octosyllabe pénétrer dans la tragédie, puisque certaines parties de l'Abraham sacrifiant, de Théodore de Bèze, sont composés selon ce mètre; mais il ne peut s'établir dans ce domaine, qui n'est pas le sien.

34Le décasyllabe, lorsque Sebillet compose son ouvrage, est à l'apogée de sa gloire. On le considère alors comme le vers noble, le grand vers, qui convient aux sujets les plus élevés. Il est donc bon pour une foule de genres qui supportent aussi d'autres mesures, mais auxquels il s'impose dès que l'inspiration du poète prend un tour grave et solennel. C'est sous cette condition que Sebillet l'autorise dans l'épigramme, la ballade, l'épître, le blason, l'énigme et la complainte. Il inclinerait à le conseiller pour les moralités dramatiques, qui sont des œuvres sérieuses. Il l'exige pour l'élégie, pour le chant royal et pour le sonnet, qui appartiennent au groupe des poèmes lyriques. À ses yeux le décasyllabe est le vers héroïque, celui dont on doit se servir quand on chante les hauts faits que rapportent l'histoire et la légende. Il s'oppose donc ainsi à l'heptasyllabe et à l'octosyllabe, qui sont réservés à des productions d'un ton beaucoup moins grave, et il semble qu'il se trouve dans une position inexpugnable, quand il se heurte à un rival dont personne n'aurait pu prévoir au xve siècle la prodigieuse fortune : il entre en lutte avec l'alexandrin, qui va bientôt lui ravir toutes ses prérogatives.

  • 22 Sebillet, I, 5.
  • 23 E. Pasquier, Recherches, VII, 7.
  • 24 J. Peletier, II, 2; Boulanger, p. 155.

35On sait déjà comment l'alexandrin, à peu près abandonné après qu'il avait connu au Moyen Âge quelques périodes brillantes, avait été repris, d'une façon encore assez timide, par J. Lemaire de Belges, à qui s'étaient joints, mais sans grand enthousiasme, Jean Marot, Coquillart, Roger de Collerye et Guillaume Cretin. C'est évidemment Jehan Lemaire de Belges qui avait montré la valeur de ce mètre à Marot, et c'est à son exemple que celui-ci s'en était servi pour écrire quelques épigrammes et quelques épitaphes, en tout une dizaine de pièces, ce qui n'est pas très considérable. Cependant Du Bellay, dans sa Deffence, n'en parle pas, tandis que Sebillet se montre assez défiant : « Cette espèce, dit-il22, est moins fréquente que les autres ... et ne se peut proprement appliquer qu'à des choses fort graves, comme aussi au pois de l'aureille se trouve pesante ». En 1550, rien n'est encore décidé, bien que Lazare de Baïf ait assez largement usé de l'alexandrin dans son Electra, en 1537, et dans son Hecuba, en 1544. Plus tard E. Pasquier remarquera que l'influence de Marot ne pouvait guère avoir été déterminante : « Lorsque Marot, observe-t-il23, en insère quelques-uns dans ses épigrammes ou tombeaux, c'est avec ceste souscription vers alexandrins, comme si c'eust esté chose nouvelle et inaccoutumée d'en user, pour ce qu'à toutes les autres il ne baille point ceste touche ». J. Peletier, qui l'a employé en 1547 pour traduire une ode d'Horace, ne le désigne encore que pour l'épopée dans son Art poëtique de 1555 : fort rare jusqu'à ce moment, on le considère depuis peu de temps comme le véritable vers héroïque, car le décasyllabe est trop court, avec des rimes trop rapprochées, tandis que l'alexandrin convient aux matières les plus graves : « Il a puis naguères été reçu comme héroïque : qui est son vrai et propre usage »24.

  • 25 H. Franchet, p. 293 sq.; H. Chamard, T. IV, p. 118; M. Augé-Chiquet, p. 269.
  • 26 J'ai réfuté cette opinion, assez répandue.

36La menace se précise donc contre le vers de dix syllabes, qui se voit déjà enlever une partie de son domaine, par une opération à laquelle Ronsard applaudira dans son traité de 1565. Cependant, sur d'autres terrains encore, le grand vers fait des progrès sensibles. Jodelle l'utilise en 1553 pour écrire deux actes de sa tragédie de Cléopâtre. Il pénètre aussi dans la poésie lyrique. Ronsard, à partir de 1549, l'a admis dans ses Odes, sans doute poussé par l'exemple que lui a donné J. Peletier en 1547. Le sonnet paraît d'abord devoir lui être refusé : lorsque Vasquin Philleul, en 1548, a traduit 196 sonnets de Pétrarque, il ne s'est servi de l'alexandrin que pour deux d'entre eux, qui semblent être les premiers à avoir été écrits dans ce mètre, et l'Olive, de J. Du Bellay, ne contient en 1549 que des décasyllabes. À qui donc faut-il attribuer le mérite d'avoir ouvert au grand vers un champ d'action immense en lui donnant accès dans le sonnet, qui a été cultivé par tous les poètes du xvie siècle ? À Ronsard ? ou à Baïf ? Les titres du premier ont été exposés par H. Franchet, à l'opinion de qui se rallie H. Chamard; les titres du second ont été défendus par M. Augé-Chiquet25. Selon celui-ci, Baïf, qui avait commencé par employer le décasyllabe, l'a abandonné peu à peu à partir de 1552, sauf dans ses comédies. Mais c'est en 1555, lors de la publication des Amours de Francine, que le pas décisif a été accompli : « Des 248 sonnets qui composent les deux premiers livres, 23 seulement usent du décasyllabe. Il semblait que le mètre du sonnet dût rester longtemps chez nous le décasyllabe, qui est de même coupe que ce vers, et, lorsque la rime est féminine, de tout point identique à l'hendécasyllabe italien »26. « Le sonnet, dit Sebillet, n'admet suivant son pois autres vers que de dix syllabes ». Or c'est précisément dans le sonnet que s'affirme d'abord la victoire de l'alexandrin et les Amours de Francine sont assurément le premier livre imprimé qui contienne une forte proportion de vers de douze syllabes ».

  • 27 Ronsard, éd. L.-L., T. VII, p. 59.
  • 28 Id., ibid., p. 75.
  • 29 Voici le témoignage de Pasquier (Recherches, VII, 7) : « Et quant aux vers de douze syllabes, que (...)

37Augé-Chiquet avoue que Ronsard, par la publication de ses Hymnes en 1555, a beaucoup fait pour le succès de ce mètre, mais il indique que Baïf a commencé son recueil en 1554. À l'en croire, si le chef de la Pléiade avait été tellement persuadé de la supériorité de l'alexandrin, il n'aurait pas consenti si facilement à écrire sa Franciade en décasyllabes. À ce sujet il y a deux textes importants. Le premier se trouve dans l'Abbrégé de l'Art poëtique françois27, en 1565 : « Si je n'ay commencé ma Franciade en vers alexandrins, lesquels j'ay mis (comme tu sçais), en vogue et en honneur, il faut s'en prendre à ceux qui ont puissance de me commander et non à ma volonté : car cela est fait contre mon gré, esperant un jour la faire marcher à la cadance alexandrine : mais pour cette fois il faut obeyr ». Le second est une déclaration qui précède la Franciade, dans l'édition posthume de 158728 : « Il ne faut t'emerveiller, lecteur, dequoy je n'ay composé ma Franciade en vers alexandrins, qu'autrefois en ma jeunesse, par ignorance, je pensois tenir en nostre langue le rang des carmes heroïques, encores qu'ils respondent plus aux senaires des tragiques qu'aux magnanimes vers vers d'Homere et de Virgile, les estimant pour lors plus convenables aux magnifiques argumens et aux plus excellentes conceptions de l'esprit que les autres vers communs. Depuis j'ay veu, cogneu, et pratiqué par longue experience que je m'estois abusé : car ils sentent trop la prose tres facile, et sont trop enervez et flaques, si ce n'est pour les traductions, auxquelles à cause de leur longueur ils servent de beaucoup pour interpreter le sens de l'auteur qu'on entreprend de traduire. Au reste, ils ont trop de caquet, s'ils ne sont bastis de la main d'un bon artisan, qui les face autant que il lui sera possible hausser, comme les peintures relevées, et quasi separer du langage commun, les ornant et enrichissant de figures, schemes, tropes, metaphores et periphrases eslongnées presque du tout, ou pour le moins separées de la prose triviale et vulgaire (car le style prosaïque est ennemy capital de l'eloquence poëtique) et les illustrant de comparaisons bien adaptées, de descriptions florides, c'est à dire enrichies de passemens, broderies, tapisseries et entrelassements de fleurs poëtiques, tant pour representer la chose, que pour l'ornement et splendeur des vers ». Qu'est-ce à dire, sinon que Ronsard a bien senti le défaut du vers alexandrin selon la diction syllabique de son époque, qui était de ne présenter des repos qu'à des intervalles trop espacés, ce qui nécessitait un grand effort de la voix, seulement possible quand le lecteur y était invité par la solennité du sujet. C'est à cela que se rapportent les mots ”enervez et flaques” dont se sert le poète. Augé-Chiquet a beau jeu pour écrire, en considérant ce texte, que Ronsard n'a pas montré une foi exagérée dans la vertu de ce mètre, et d'ailleurs E. Pasquier a désigné Baïf comme celui qui a ressuscité l'alexandrin29.

  • 30 Je rappelle qu'il a été précédé par Vasquin Philleul.

38Ces raisons n'ont pas convaincu H. Franchet, qui a riposté par des arguments auxquels on peut joindre ceux qu'a invoqués H. Chamard. Il rappelle que Ronsard s'est vanté à deux reprises d'avoir remis en vigueur le grand vers, d'abord dans un passage ajouté à l'Art poëtique en 1567, ensuite par la première préface à la Franciade, en 1572; mais à la vérité ces protestations ne sont pas très convaincantes, car ce n'est pas la première fois qu'un écrivain aurait revendiqué à tort une initiative dont un autre était l'auteur. Poursuivons cependant. « Les Amours de Francine, écrit H. Franchet, peuvent être le premier livre imprimé qui contienne une forte proportion de sonnets en vers de douze syllabes », mais ils ne renferment nullement les premiers sonnets écrits selon ce mètre. Ronsard lui-même en a mis trois dans ses Amours de 1553, onze dans son Bocage de 1554, et deux dans ses Meslanges, au début de 1555, enfin cinquante-huit sur soixante-dix dans ses Amours de Marie, qui datent à peu près du milieu de 1555. Il a d'autre part employé le dodécasyllabe à rimes plates dès 1553, dans la Harangue que fit Mgr le duc de Guise aus soudars de Mez et, en 1554, dans six autres pièces. Le premier sonnet composé dans ce mètre par Baïf30 est de 1552, mais cette priorité ne compte pas, si l'on considère la masse de vers semblables que Ronsard a composés avant les Hymnes. C'est au contraire ce dernier recueil qu'il ne faut pas perdre de vue, car il y publie en 1555 des décasyllabes qu'il désigne sous le nom de ”vers communs”, tandis que les alexandrins qui y sont contenus portent la mention ”vers héroïques”, dont il s'est déjà servi dans ses Meslanges, en tête de l'Hinne de Bacus et qu'il supprimera plus tard. Sur 316 poèmes publiés par lui de 1573 à février 1586, entre ses deux préfaces de la Franciade, 249, c'est-à-dire près des cinq sixièmes sont écrits selon cette mesure.

  • 31 Je signale cette remarque de Ph. Martinon, Les Strophes, p. 43 : « Il est même surprenant qu'ayant (...)

39Telles sont les pièces du procès, sur lequel il est bien difficile de prononcer un verdict équitable. Il est certain qu'Augé-Chiquet et H. Franchet ont prêché chacun pour leur saint, avec le préjugé qui pousse tout critique à pencher en faveur de l'écrivain qu'il étudie. Après tout l'important n'est peut-être pas de savoir si c'est Baïf ou Ronsard qui a fait incliner la balance du côté de l'alexandrin et qui en a assuré le triomphe. Il est au contraire capital de constater que le dodécasyllabe, qui gagnait du terrain depuis 1552, a triomphé définitivement en 1555 grâce à l'effort conjugué de deux grands poètes, qui ne s'ignoraient pas l'un l'autre et qui ont bien pu être d'accord pour mettre à exécution un programme commun. Il s'agissait de donner à la langue française un vers qui serait l'équivalent de l'hexamètre latin. L'idée était dans l'air et l'on ne saurait être surpris qu'ils se soient attachés tous les deux à la réaliser. S'étant mis en route, Ronsard a persisté et même s'est vanté de s'être lancé dans cette entreprise, tandis qu'au fond de lui-même il lui restait un doute31, qui allait parfois jusqu'au remords, ainsi que nous pouvons nous en convaincre par cette préface posthume de la Franciade où il a fait amende honorable, tout en indiquant la manière de donner à l'imposant alexandrin la noblesse et la majesté dont il avait besoin pour vivre. Il a été de ces inventeurs qui ne croient pas toujours à l'efficacité de leurs inventions, mais qui obtiennent pourtant de merveilleux résultats et qui finissent par rencontrer un assentiment général. Baïf tout seul n'aurait peut-être pas eu victoire gagnée. Le grand nom de Ronsard au contraire devait déterminer le triomphe de l'alexandrin.

40Les faits sont les suivants. Le décasyllabe, dans la seconde moitié du xvie siècle, a perdu son rang et n'est plus considéré comme le vers héroïque : c'est pour cette raison que l'auteur de la Franciade se croit obligé de s'excuser d'avoir encore eu recours à lui. Au contraire Du Bartas emploie sans hésitation le dodécasyllabe, et d'Aubigné en fait autant dans ses Tragiques. Le décasyllabe n'est plus que le ”vers commun”, selon l'expression dont se servira encore G. Colletet. Sous la protection de quelques auteurs dramatiques, il essaie de se réserver une place dans la tragédie. Mais c'est en vain qu'il figure à côté de son rival dans la Cléopâtre de Jodelle (1551), dans la Médée de Bastier de la Péruse (vers 1555), dans La Mort de Daire, de Jacques de la Taille (1560), dans la Sultane de G. Bounin (1561), dans la Famine, de Jean de la Taille (1571), et, à côté de l'octosyllabe, dans l'Abraham sacrifiant de Th. de Bèze (1551); plus tard A. Hardy en fait le mètre de ses pastorales : malgré ces tentatives, il est obligé de battre en retraite et s'éloigner pour toujours.

  • 32 Éd. L.-L., T. VII, p. 59.
  • 33 P. Richelet, Versif. franç., p. 37; De Chalons, p. 44; celui-ci se range manifestement à l'opinion (...)

41Ronsard avait pensé qu'il pourrait se maintenir dans la poésie lyrique et bucolique : « Or comme les alexandrins sont propres pour les sujets heroïques, écrit-il en 1565 dans son Art poëtique32, ceux cy sont proprement nays pour les Amours, bien que les alexandrins reçoyvent quelquesfois un sujet amoureux, et mesmement en élégies et aiglogues, où ils ont assez bonne grace, quand ils sont bien composez ... Telle maniere de carmes ont esté fort usitez entre les vieux poëtes françois. Je te conseille de t'y amuser quelque peu de temps, avant de passer aux alexandrins ». Cependant, là aussi, il est évincé. Du Bellay, qui s'est servi de lui dans son Olive et dans ses Amours, l'abandonne dans ses Regrets. O. de Magny, sur 176 pièces qui composent ses Souspirs, ne lui en accorde que 30. Au xviie siècle, il entre naturellement dans la composition des vers libres, mais ailleurs son rôle diminue sans cesse. P. Richelet33 le reconnaît bon pour les épîtres, les ballades, les rondeaux et les contes, où pourtant il ne règne pas tout seul; mais il déclare qu'il devient rare dans les poèmes, les odes, les élégies, les sonnets et les épigrammes. Châlons, après avoir dit que les vers de dix syllabes sont beaux, s'empresse d'ajouter qu'ils n'ont pas la pompe et l'harmonie de ceux de douze.

  • 34 Vauquelin, Art poëtique, II; De Laudun, I, 7.

42Ceux-ci, pendant la même période, poursuivent leur marche conquérante. Après la Franciade, ils s'imposent dans l'épopée, et c'est à eux que font appel Chapelain, le P. Lemoyne et Desmarets de St Sorlin. Dès la fin du xvie siècle, personne d'ailleurs ne peut plus concevoir qu'un poème épique puisse être écrit autrement : on s'en aperçoit bien par le blâme que décernent à Ronsard, pour n'avoir pas observé cette règle, Vauquelin de la Fresnaye et De Laudun d'Aigaliers34. Plus tard G. Colletet, dans sa Vie de Hugues Salel, déclarera qu'il a peu de goût pour la traduction des dix premiers chants de l'Iliade, faite par Salel en décasyllabes, et qu'il lui préfère la continuation qu'en a donnée Amadis Jamyn, pour la raison que ce dernier y a fait usage du grand vers héroïque.

43Dans la tragédie, l'alexandrin est pendant un moment en lutte avec le décasyllabe : les deux mètres sont, comme on vient de le voir, employés conjointement dans la Cléopâtre de Jodelle et le Davie de Jacques de la Taille; mais il a déjà une belle part dans le premier de ces ouvrages où il s'attribue les deux actes les plus dramatiques, le premier et le quatrième. Jodelle bientôt se montre tellement convaincu de son excellence qu'il le choisit, à l'exclusion du décasyllabe, pour composer ensuite sa Didon se sacrifiant. C'est à lui qu'a recours J. Grévin dans son Jules César en 1561. Garnier ne se sert que de lui; il le lègue à Montchrestien, à Hardy, dans ses tragédies, à Corneille et à Racine, et l'installe dans une inébranlable royauté. Dans la comédie, ses progrès sont plus lents, ainsi qu'en font foi ces vers de Vauquelin en son Art poëtique :

Mais nostre vers d'huict sied bien aux comédies,
Comme celuy de douze aux graves tragédies.

  • 35 Richelet, Versif. franç., p. 31.

44Ce n'est qu'avec Corneille qu'il s'annexera ce nouveau domaine, où il se consolidera grâce à Molière. Dans la poésie lyrique il se fera une large place. Bertaut, au lieu des strophes légères de Ronsard et de son école, écrira des quatrains d'alexandrins et le xviie siècle, comme il aime les formes nobles, fera de ce vers la base de ses grandes strophes hétéro-métriques, ou bien en construira les strophes de ses stances isométriques : on sait l'usage qu'en a fait Corneille dans sa traduction de l'Imitation de Jésus-Christ. Lorsque Richelet, en 1672, voudra dresser le tableau de ses emplois possibles35, il le tolérera dans les épîtres enjouées, les ballades, les rondeaux, les épigrammes, et l'exigera dans les poèmes épiques et dramatiques, les satires, les églogues, les élégies et les sonnets; en d'autres termes, l'alexandrin est devenu un vers universel, et on peut s'attendre à le rencontrer dans tous les genres.

45En somme, bien que les traités énumèrent onze à douze espèces de mètres, ceux-ci se réduisent dans la pratique à quatre principaux, l'hepta-syllabe, l'octosyllabe, le décasyllabe et l'alexandrin. Grâce à eux, et en les choisissant selon le genre qu'on traite et la gravité de l'inspiration, ce que n'a pas toujours su faire Ronsard, qui n'a point partout réalisé le juste accord du fond et de la forme, on peut construire des poèmes entiers. Les autres n'ont guère qu'un rôle complémentaire, ils entrent souvent dans la composition des strophes hétérométriques, mais il est bien rare qu'on les construise en formations continues. Il convient d'observer ici que les mètres fondamentaux peuvent s'unir les uns aux autres, comme c'est le cas dans les stances et dans les vers libres. Avant d'en venir à ceux-ci, il faut bien noter que le strict syllabisme qui régit alors notre poésie permet de juxtaposer des mètres qui nous semblent aujourd'hui peu faits pour aller ensemble, ce qui revient à dire que le xvie siècle et le xviie ont conservé les habitudes du Moyen Âge. À l'époque romantique, nul poète n'aurait l'idée de mettre l'un auprès de l'autre des vers auxquels il ne s'en faut que d'une syllabe pour qu'ils soient parfaitement semblables. Les poètes de la Renaissance et ceux du classicisme n'hésitent pas à mélanger, dans un contact immédiat, les heptasyllabes et les octosyllabes. On en peut citer comme exemples deux pièces de Ronsard publiées en 1550, mais qui furent supprimées dans l'édition posthume de 1587, Dedans ce grand monde où nous sommes, et Telle fin que tu vouldras mettre. Voici la première :

Dedans ce grand monde où nous sommes
Enclos generallement,
Il n'y a tant seulement
Qu'un genre de dieux, et des hommes.
Eus et nous n'avons mere qu'une.
Tous par elle nous vivons,
Et par heritage avons
Cette grand lumiere commune. (Odes, L. IV, 11)

  • 36 Le mélange est fréquent dans les livrets d'opéra; Quinault, dans le Prologue d'Amadis, a juxtaposé (...)

46D'autres poètes en ont fait autant : comme on l'a vu, Racine a fait voisiner ces mêmes mètres dans les chœurs polymétriques d'Athalie et Malherbe a mélangé dans une même strophe des vers de cinq, six, sept et huit syllabes36.

  • 37 J'en donne plus loin un exemple, cf. infra, p. 213.

47En règle générale, un poème commencé selon une mesure donnée la conserve jusqu'à sa fin, au contraire de ce qu'ont souvent fait les romantiques. Ceci veut dire qu'une satire dont le début est en dodécasyllabes n'abandonne pas ce mètre pour se continuer en octosyllabes, que les décasyllabes d'une épître ne peuvent tout à coup céder la place à des alexandrins, que de pareils changements sont inadmissibles dans un rondeau ou dans un sonnet. De même, si plusieurs types de strophes se succèdent dans une ode, il y a du moins, sauf dans des cas tout à fait exceptionnels37, répétition symétrique de ces strophes : par exemple la pièce que Ronsard, dans son Bocage de 1550, a dédiée à Gaspar d'Auvergne, Soyon constants, et ne prenon souci... commence par deux strophes composées chacune de trois décasyllabes accompagnés d'un octosyllabe formant clausule; à ces deux strophes fait suite une strophe de six hexasyllabes; or ce dessin se répète sept fois en ordre régulier jusqu'à la fin du poème, où manque seulement la dernière strophe de petits vers. C'est seulement au xviie siècle, mais assez rarement encore, que les poètes désobéissent volontiers à cette règle : certains chapitres des Entretiens solitaires de Brébeuf sont formés d'une suite de fragments dont les uns sont brefs et les autres longs, et dont aucun n'est semblable à l'autre; telle pièce de l'Imitation de Jésus-Christ (III, 18), de Pierre Corneille, débute par quatre grandes strophes dont chacune est constituée par deux octosyllabes suivis de sept alexandrins auxquels succède un octosyllabe, puis elle se continue par une longue série de quatrains d'alexandrins; dans un genre plus familier, la Chanson bachique d'Adam Billaut commence par trois strophes de huit vers heptasyllabes auxquelles viennent se joindre trois strophes de huit hexasyllabes, le tout se terminant par une strophe semblable aux trois premières. Mais la grande exception, conforme à la tradition médiévale, est longtemps constituée par le théâtre, où des chœurs et des stances interrompent fréquemment la longue suite des alexandrins tragiques. De même le sonnet d'Oronte, dans le Misanthrope et celui de Trissotin, dans les Femmes savantes, brisent la monotonie des grands vers. Enfin, les vers libres ne sont soumis à aucune loi de continuité. C'est d'eux que nous allons maintenant nous occuper.

  • 38 Ph.-A. Becker, Zur Geschichte der Vers libres. Je ne fais guère ici que résumer ce travail magistr (...)

48Le vers libre, dont l'histoire a été écrite par Ph.-A. Becker38, est une nouveauté. Il est caractérisé par la présence de mètres divers, ordonnés ad libitum, selon des formations non strophiques, avec des rimes disposées au gré du poète. Son apparition a été préparée au xve siècle et au début du xvie par des poèmes où l'ordre des rimes n'est pas du tout strict, comme il s'en trouve chez Coquillart, en particulier dans son Monologue du Puys, et, à un moindre degré dans les œuvres de R. de Collerye et même parfois de Marot. Mais c'est l'exemple des Italiens qui a fourni aux Français leur point de départ. Bembo en effet, au second livre de ses Prose, parues en 1525, mentionne des « rimes libere che non hanno alcuna legge o nel numero de' versi, o nella maniera del rimargli; ma ciascuno, siccome ad esso piace, cosi le forma; e queste universalmente sono tutte madriali chia-mate ». Il faut croire que c'est le madrigal ainsi défini qui a ouvert la voix aux mètres libres. Déjà le Trissin avait écrit en 1515 sa tragédie de Sophonisbe en mélangeant des vers de onze et sept syllabes, par ailleurs sciolti, c'est-à-dire dépourvus de rimes. Sperone Speroni continua ce qu'il avait commencé en écrivant sa Canace, jouée à Padoue en 1542, et où les mêmes mètres voisinent, avec adjonction de quelques pentasyllabes. Ces deux tentatives ouvrirent la scène au vers libre, qui bientôt se répandit dans la pastorale, puis dans les églogues, les épithalames, les dithyrambes et les épîtres, sans aucune rigueur dans la succession des rimes.

49En France, c'est Melin de Saint-Gelais, mort en 1558, qui, sous le titre de Madrigal et de Pasquin, composa les deux premières pièces en vers libres, des hexasyllabes et des décasyllabes rimes et rangés dans un ordre irrégulier. Le Madrigal répond au schéma 6-10-10-6-10-6-10-10-10-6-10-6-10-10-10-6-10. Le Pasquin à la formule 10-10-10-10-10-10-10-10-10-10-10-10-10-6-10-10-6-10-10. Le titre seul de ces deux morceaux suffit à nous renseigner sur leur origine italienne. Bientôt cependant ces hardiesses se font encore plus vives. Baïf, dans le deuxième livre de ses Diverses Amours, publie neuf poèmes qui ne portent aucune désignation spéciale, mais qui entrent dans la catégorie des madrigaux. Ils se composent de neuf à douze vers de douze, dix, huit, sept, six et cinq syllabes, les alexandrins ou les décasyllabes étant toujours les premiers vers et le dernier de chaque pièce. Voici l'un de ces poèmes :

Yeux trop mal-advisez ! par vostre trahison
Ce doux venin mortel vint troubler ma raison.
Par vous dedans ma poitrine
Jusqu'au cœur s'écoula
Le poison qui le mine.
Et sur ma langue de là
Elle remonte cherchant
De sortir par mon triste chant.
Mais la langue recruë,
Sous le fais abbattue,
Ne suffit à vomir tel amas de poison. (Éd. M.-L., T. I, p. 337)

50Lors de la fête d'Arcueil, où Ronsard et ses amis, en février 1553, enguirlandèrent un bouc pour célébrer le succès obtenu par la Cléopâtre de Jodelle, les poètes déclamèrent des dithyrambes en vers de mesures diverses. Celui de Ronsard présente des rimes plates :

51Evan, Pere, ou je me trompe,
Ou je voy la pompe
D'un bouc aux cornes dorées,
De lierre decorées,
Et qui vraiyement a le teint
Teinct
De la couleur d'un Sylene,
Quand tout rouge il perd l'aleine
D'avoir d'un coup evidé son flacon
Plein d'un vin Tholozan ou bien d'un vin Gascon.
Iach ïach Evoé,
Evoé ïach ïach. (Folastries, Dithyrambe, v. 113-124)
Celui de Baïf est écrit au contraire en rimes libres :

Au Dieu Bacchieu sacron ceste feste.
Bachique brigade.
Qu'en gaye gambade
Le lierre on secouë
Qui nous ceint la teste :
Qu'on jouë,
Qu'on trepigne,
Qu'on face maint tour
Alentour
Du bouc qui nous guigne,
Se voyant environné
De nostre essaim couronné
Du lierre amy des vineuses carolles.
(Poëmes, L. III, éd. M.-L., T. II, p. 210)

  • 39 Ce recueil est intitulé Epigrammes.

52Au début du xviie siècle, le domaine d'élection du vers libre est le madrigal, dont Ph.-A. Becker étudie le développement. L'Astrée, de H. d'Urfé, contient vingt madrigaux d'une longueur de quatre à treize vers. Dans ce nombre, treize sont hétérométriques, avec, çà et là, quelques vers blancs. Le genre s'épanouit sous l'influence italienne et rencontre à l'Hôtel de Rambouillet une faveur extraordinaire. Il y triomphe en 1642 avec la plus fameuse galanterie du siècle, la Guirlande de Julie, un bouquet de fleurs peintes sur vélin, et accompagné de soixante-dix-neuf madrigaux dus à vingt poètes différents. Soixante-quatre d'entre eux n'ont pas plus de quatre à dix vers, les quinze autres en comptent de onze à trente-deux; vingt-cinq sont isométriques, les autres sont composés de mètres divers, de telle sorte que les formes irrégulières prédominent. Un autre rimeur, A. de la Sablière, écrit cent cinquante-trois madrigaux dont vingt-deux seulement sont isométriques, tandis qu'il entremêle dans les autres des vers de quatre, six, huit, dix et douze syllabes, surtout des octosyllabes et des alexandrins. Mais le vers libre continue ses progrès et il envahit l'épigramme, comme on peut le constater dans le recueil que publie Colletet en 167239, et où l'on note une confusion des deux genres. Voiture à son tour l'étend à quatre estrennes, dont l'une comprend soixante-neuf vers et est de caractère narratif. Des poètes de ruelles écrivent ainsi, en mètres variés, et dans une forme non strophique, d'autres étrennes, des épîtres et des placets. Viennent ensuite, vers 1660, des Eglogues de Segrais, des Idylles de Mme Deshoulières, des Elégies du marquis de Villènes, les Lettres morales et poétiques du P. Le Moyne.

  • 40 Molière s'est surtout servi des alexandrins, des décasyllabes et des octosyllabes, et il est en ce (...)
  • 41 Sur le vers libre de La Fontaine, plus varié encore que celui de Molière, parce qu'il fait appel à (...)

53Le vers libre serait aujourd'hui peut-être oublié s'il n'avait servi à La Fontaine, qui n'en est pas l'inventeur, dans ses Fables et dans ses Contes, ainsi qu'à divers écrivains de renom. On sait que Corneille, en ayant recours à lui dans Agésilas, a voulu lui ouvrir l'accès de la tragédie. Depuis 1622, on l'utilisait déjà dans les programmes de ballets, écrits en forme de madrigaux. La comédie lui fit accueil, Molière l'éprouva avec succès dans Amphitryon, puis dans Psyché, où il eut pour collaborateurs P. Corneille et Quinault, ainsi que dans certains prologues et intermèdes de ses comédies40; après lui d'autres l'imitèrent, parmi lesquels on peut citer Boursault, dont le Phaëton est de 1691, Dancourt, qui fit jouer La Famille à la mode en 1699, de la Font, auteur d'une Danaé représentée en 1707. La Fontaine, dans l'”Avertissement” qui précède ses Contes, nous a dit le motif qui l'avait poussé à faire choix de ce mode d'expression : lassé du grand vers majestueux et monotone, il trouvait de la sorte l'instrument souple et discret, confinant presque à la prose, dont il avait besoin pour donner leur juste ton à des récits familiers41. C'est à cause de sa flexibilité et de son allure naturelle et vive que les auteurs de livrets d'opéra, au premier rang desquels il faut nommer Quinault, adoptèrent le vers libre et le proposèrent à l'inspiration des musiciens : ceux-ci lui assurèrent une brillante carrière. Timidement mis à l'essai par les poètes de la Renaissance, on peut le considérer comme une création du classicisme, grâce auquel il a joui d'une vie longue et féconde. Mais, ainsi que le remarque Ph.-A. Becker, il n'a jamais occupé dans la hiérarchie littéraire, au xviie siècle, qu'un rang tout à fait subalterne. Il convenait pour les compositions rustiques, les fables et le chant. Au contraire, Boileau et Racine ne s'en sont jamais servi que par accident, car il ne pouvait soutenir une lutte avantageuse contre la noblesse solennelle du grand alexandrin.

Notes

1 Les vers en écho, prétend E. Pasquier (III, 11) ont été inventés par Jean Second.

2 Sebillet, I, 5.

3 J. Peletier, II, 2; Boulanger, p. 153.

4 P. Richelet, Versif. fr., 1672, p. 66.

5 Deimier, p. 31 sq.

6 De Chalons, p. 20 sq.

7 P. Richelet, p. 63.

8 Il peut aussi terminer des strophes de décasyllabes ou d'octosyllabes, ou se croiser avec ces mètres.

9 Richelet, p. 60.

10 Augé-Chiquet, p. 299.

11 Cf. Th. Gerold, L'Art du Chant, p. 19 : « En ce qui concerne les vers, on en rencontre de toute sorte, depuis le vers de trois syllabes jusqu'à celui de quinze syllabes. Sebillet et Ronsard avaient posé comme principe que les vers courts étaient plus appropriés à la musique que les longs. L'alexandrin et le décasyllabe ne sont pourtant pas rares dans les Airs de Cour. Le vers de neuf syllabes y est aussi parfois employé. »

12 E. Pasquier, Recherches, VII, 7. Un peu plus loin (VII, 11), il a cité des hendécasyllabes dont il était l'auteur, rimés et mesurés.

13 Sebillet, I, 5; J. Peletier, II, 1; G. Colletet, Escole des Muses, p. 2; P. Richelet, Vers. fr., p. 30 sq.

14 Éd. Blanchemain, T. II, p. 376-78.

15 P. de Deimier, p. 27.

16 A.-Ph. de la Croix, p. 133.

17 E. Pasquier, Lettres, VIII, 12.

18 E. Faguet, Essai sur la Trag. fr., p. 289.

19 P. Richelet, Versif. fr., p. 55.

20 Th. Sebillet, II, 8.

21 Racan, Poésies, éd. L. Arnould, T. I, p. 239 : Il n'est plus temps de lanterner ...

22 Sebillet, I, 5.

23 E. Pasquier, Recherches, VII, 7.

24 J. Peletier, II, 2; Boulanger, p. 155.

25 H. Franchet, p. 293 sq.; H. Chamard, T. IV, p. 118; M. Augé-Chiquet, p. 269.

26 J'ai réfuté cette opinion, assez répandue.

27 Ronsard, éd. L.-L., T. VII, p. 59.

28 Id., ibid., p. 75.

29 Voici le témoignage de Pasquier (Recherches, VII, 7) : « Et quant aux vers de douze syllabes, que nous appelons alexandrins, combien qu'ils proviennent d'une longue ancienneté, toutesfois en avions perdu l'usage... Le premier des nostres qui les remit en credit fut Baïf, en ses Amours de Francine, suivy depuis par Du Bellay, au livre de ses Regrets, et par Ronsard dans ses Hymnes, et finalement par Du Bar-tas, qui semble l'avoir voulu renvier sur tous les autres en ses deux Sepmaines ».

30 Je rappelle qu'il a été précédé par Vasquin Philleul.

31 Je signale cette remarque de Ph. Martinon, Les Strophes, p. 43 : « Il est même surprenant qu'ayant tant usé de l'alexandrin, dans ses Hymnes, ses Poèmes, ses Eglogues, ses Sonnets, ses Discours, il en ait fait si peu d'usage dans ses pièces lyriques : deux ou trois fois dans la première édition de ses Odes, une douzaine de fois depuis, et jamais longuement : c'est peu pour une œuvre si considérable ».

32 Éd. L.-L., T. VII, p. 59.

33 P. Richelet, Versif. franç., p. 37; De Chalons, p. 44; celui-ci se range manifestement à l'opinion de Port-Royal : « Mais quoique ces vers aient quelque gravité, avait écrit Lancelot, il s'en faut néanmoins qu'ils soient si beaux, ni si pompeux ni si magnifiques que ceux de douze syllabes. Et il n'y a personne maintenant qui ne condamne le jugement de Ronsard, qui a cru que ces vers de dix syllabes étoient les vrais heroïques et qui répondoient aux hexamètres des Latins ».

34 Vauquelin, Art poëtique, II; De Laudun, I, 7.

35 Richelet, Versif. franç., p. 31.

36 Le mélange est fréquent dans les livrets d'opéra; Quinault, dans le Prologue d'Amadis, a juxtaposé des vers de neuf et de dix syllabes.

37 J'en donne plus loin un exemple, cf. infra, p. 213.

38 Ph.-A. Becker, Zur Geschichte der Vers libres. Je ne fais guère ici que résumer ce travail magistral. J'ai déjà parlé précédemment du vers libre au point de vue de la déclamation; cf. t. IV, p. 288.

39 Ce recueil est intitulé Epigrammes.

40 Molière s'est surtout servi des alexandrins, des décasyllabes et des octosyllabes, et il est en cela déjà plus riche que Corneille, qui n'a fait usage dans Agésilas que d'alexandrins et d'octosyllabes. Je renvoie à l'étude de H. Chatelain, « Le Vers libre de Molière dans Amphitryon », dans les Mélanges Brunot.

41 Sur le vers libre de La Fontaine, plus varié encore que celui de Molière, parce qu'il fait appel à des mètres très courts, on consultera le livre de F. Gohin, L'Art de La Fontaine dans ses Fables, et les excellentes analyses qu'a données M. Grammont dans un article de la revue Le Français moderne, en octobre 1933, « L'art de La Fontaine ».

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter