Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome V

 | 
Georges Lote

Première section. Les ouvrages théoriques

Première section. Les ouvrages théoriques

Texte intégral

1Lorsque s'ouvre la période de la Renaissance, les Arts poétiques, on le sait déjà, ne sont pas chose nouvelle en France. Jusqu'alors pourtant, si l'on met à part les Leys d'Amors, ils se sont généralement signalés par une regrettable médiocrité. La clarté n'a pas été leur qualité principale ; le plus souvent arides et secs, mal rédigés, ils ont souvent négligé de discuter les questions fondamentales ou même de décrire les faits les plus importants. Leurs auteurs ont au contraire concentré toute leur attention sur ce qui retenait plus particulièrement l'intérêt de leurs contemporains, la technique de la rime et des poèmes à forme fixe. Il faudra vraiment attendre le milieu du xvie siècle pour trouver des ouvrages didactiques qui relèvent d'une conception plus judicieuse et qui nous apportent des renseignements plus détaillés. Les premiers en date témoignent encore de beaucoup de maladresse. On y constate du désordre, des insuffisances et de la confusion. Beaucoup d'entre eux d'ailleurs seront toujours incomplets et se borneront à traiter quelques points de la riche matière qui s'offre à eux. D'autres au contraire présenteront un exposé systématique des règles de la versification et s'efforceront de donner aux poètes d'utiles conseils en guidant leur goût et en leur montrant à quel point leur art est difficile. Pour quelques écrivains il s'agira d'illustrer un genre littéraire auquel ils consacreront le meilleur de leur talent.

2Cette dernière manière de voir a son origine dans le retour à l'Antiquité qui est la marque de la Renaissance et de l'époque classique. On trouve à Rome et en Grèce des modèles qu'on se propose d'imiter. Aristote, Longin, Denys d'Halicarnasse, Horace, Quintilien ont traité soit de la poésie, soit du style en général. Aristote a été le maître d'Horace ; Horace à son tour inspire les auteurs français, non seulement d'une façon directe, mais quelquefois aussi à travers quelques auteurs italiens qui ont recueilli ses leçons : Boileau est à la fois le meilleur et le plus fidèle de ses élèves. Aristote a enseigné que l'art ne devait pas être une copie servile de la réalité, et que la source de la poésie résidait dans ce besoin d'imiter qui est naturel à l'esprit humain, pourvu que l'imitation fût originale et idéalisée, ce qui est un des points fondamentaux de la doctrine classique. Horace a résumé les règles de la poésie latine et formulé les devoirs du poète. Il a proposé comme exemples à ses compatriotes les grandes œuvres qu'avait produites la Grèce et qu'il les invitait à égaler ; il leur a donné des préceptes au sujet de l'épopée et de la tragédie. C'est de son Art Poétique, type de bien d'autres traités semblables, que découlent celui de Vida, écrit en latin et publié à Rome en 1527, ainsi que l'Arte poetica de Girolamo Nunzio, daté de 1551, deux ouvrages que n'a pas ignorés Jacques Peletier du Mans. Vida propose à ses lecteurs l'imitation de Virgile et d'Horace et se déclare partisan de l'emploi des mythes antiques comme ornements littéraires. Girolamo Nunzio considère que pour écrire il est besoin de posséder des dons naturels, mais surtout qu'il y faut apporter beaucoup de travail et de patience : il enseigne aux poètes qu'ils doivent savoir se borner ; il leur donne enfin des conseils particuliers qui sont du domaine de la métrique, en traitant de la mesure des vers et des formes ; enfin il étudie les figures et les artifices du style. On reconnaît là les préoccupations qui ont été celles d'un Deimier ou d'un Boileau.

  • 1 G. Pellissier, De sexti decimi saeculi in Francia artibus poeticis, 1882.
  • 2 Il a été réédité il y a une trentaine d'années par F. Gaiffe dans la collection de la Société des (...)
  • 3 L'Art poëtique de Cl. de Boissière, dont l'ambition s'est bornée à écrire un simple résumé, n'en e (...)

3Les Arts poétiques du xvie siècle ont été étudiés il y a longtemps déjà par G. Pellissier qui en a fait l'objet d'une thèse latine1. Certains d'entre eux, depuis cette époque, ont été mieux connus, et il en est quelques-uns qui ont été tirés d'un oubli soit mérité, soit par trop injuste. Le premier en date, du moins pendant la période que nous étudions, est l'un des plus importants. Il a pour auteur Thomas Sebillet2, avocat au Parlement de Paris, qui le publia en 1548. Sebillet se propose d'être utile à ceux qui riment par simple passe-temps. Il représente l'école de Marot, à ce moment où la poétique des Grands Rhétoriqueurs est à peu près passée de mode, tandis que la Pléiade n'a pas encore formulé son programme : « Lira le novice des Muses françoises, s'écrie-t-il, Marot, Saingelais, Salel, Scève, et telz autres bons esprits, qui tous les jours se donnent et évertuent à l'exaltation de cete françoise poësie ». C'est un théoricien de transition. Il est l'ennemi des rondeaux, des lais et des virelais qui à ses yeux ont fait leur temps, et qu'il veut remplacer par de nouveaux genres, le sonnet, l'ode, la chanson et le cantique, mais il approuve encore la rime équivoquée et par endroits il ne sait pas rompre assez résolument avec le passé. Son exposition est en outre peu claire, lourde et imprécise. Ouvrage médiocre, à tout prendre, mais pourtant d'un très grand prix, parce que, par endroits, il est vraiment traversé d'un souffle nouveau, annonciateur d'une grande révolution littéraire. Le livre de Sebillet, malgré ses défauts, a eu plusieurs éditions du vivant de son auteur, et il a été jugé assez important pour qu'il ait suscité l'Art poëtique reduict en abregé en singulier ordre et souveraine methode, pour le soulas de l'aprehension et recreation des espritz, simple résumé que Claude de Boissière fit paraître en 1554, avec une déclaration liminaire où il indiquait quel avait été son modèle et déclarait qu'il l'avait fidèlement suivi sans y apporter aucune nouveauté3.

  • 4 H. Chamard en a publié une excellente édition critique en 1904 et lui a consacré une étude très no (...)

4Tout le monde pourtant fut loin de se montrer satisfait, et une vive opposition se manifesta parmi les jeunes poètes qui se groupaient déjà autour de Ronsard. Ils reprochaient à Sebillet d'avoir choisi tous ses exemples dans Marot, un écrivain qu'ils jugeaient sans culture, un amuseur mondain, et ils n'étaient pas animés de sentiments plus tendres à l'égard de son école, qui ne faisait pas à l'Antiquité une part assez grande. La riposte ne se fit pas attendre. Ce fut la Deffence et Illustration de la Langue françoise4, de Du Bellay, ouvrage brillant, mais encombré de digressions et dont l'ordre n'est certainement pas la qualité maîtresse. Il se divise en deux parties. Dans la première, l'auteur prend sous sa protection la langue française, que personne n'attaquait alors, et qui avait déjà conquis sa place aux dépens du latin ; il en montre la noblesse et traite de son enrichissement. Dans la seconde, qui est la plus importante, il invite le poète à « travailler longuement et demourer en sa chambre », en lui désignant les bons maîtres qu'il doit imiter. Ensuite il énumère les genres qu'il faut cultiver, et qui sont ceux qu'avaient pratiqués les Grecs et les Romains. Il montre aussi l'intérêt du vocabulaire, la faute que l'on a commise en abandonnant des mots autrefois en usage, et il revient sur cette question dans un autre chapitre, où il indique le moyen de créer des substantifs inédits et où il vante le charme de certaines périphrases nouvelles qui rajeuniront le style. De là il passe à la question de la rime. Enfin il consacre quelques lignes à la déclamation. Tout cela est entrecoupé de vains discours, de polémiques qui s'engagent à tout propos et souvent même sans raison. Du Bellay ne possède pas du tout la manière claire de Boileau et est loin d'écrire avec la même autorité. Son livre ne contient d'ailleurs pas tout ce qu'il avait à dire, car il lui a donné de nombreux compléments qu'il faut aller chercher dans l'Epistre au Lecteur, en tête de la seconde édition de l'Olive, dans l'Avertissement au Lecteur en tête des Vers lyriques, et dans l'Epistre au Seigneur Jean de Morel.

5Ici encore les réponses ne pouvaient manquer, d'autant plus que Marot conservait encore des disciples, entêtés à considérer la poésie comme un passe-temps agréable et bien décidés à n'en pas faire un exercice réservé aux savants. La Deffence est de 1549. L'année suivante Guillaume des Autelz publie à Lyon sa Replique aux furieuses defenses de Louis Meigret dont une quinzaine de pages sont consacrées à contredire Du Bellay. En 1550 également paraît dans la même ville le Quintil Horatian sur la Deffence et Illustration de la Langue française, opuscule qu'on a longtemps attribué à Charles Fontaine, mais qu'il a fallu restituer à Barthélemy Aneau, poète marotique et principal du Collège de la Trinité. Guillaume des Autelz et Barthélemy Aneau ne reprennent pas toujours leur adversaire sur les points fondamentaux de sa doctrine, mais lui cherchent bien souvent querelle sur sa langue, dont ils blâment les néologismes. Le Quin-til Horatian, qu'on désigne aussi sous le nom de Quintil Censeur, proteste contre l'abondance des figures qui obscurcissent le sens des poèmes, « auquel vice tombent coustumierement ceux qui toujours veulent metaphoriser, où il n'est besoing, et appliquer figures, où proprieté seroit mieux convenante ». Il prend aussi sous sa protection les rondeaux, les ballades, les chants royaux et les virelais, qu'il juge bien préférables aux sonnets et aux odes. Cependant il a le bon goût d'exiger la clarté et l'exactitude, que recommanderont à leur tour les théoriciens classiques.

  • 5 Je tiens à signaler que les notes de l'édition Boulanger sont très précieuses pour la compréhensio (...)

6Beaucoup plus intéressant que ces deux ouvrages est l'Art Poétique de Jacques Peletier du Mans. Celui-ci, esprit original, à la fois mathématicien et poète, depuis quelques années en relations avec Ronsard, expose en 1555 les idées de la Pléiade, tout comme avait déjà tenté de le faire Du Bellay. Mais il apporte dans sa tâche beaucoup plus de sérénité et de sang-froid que Du Bellay, parce qu'il procède d'une manière beaucoup plus objective, tout en se proposant le même but, qui est de confondre et de réfuter Sebillet. Son traité est composé avec un ordre auquel ses prédécesseurs n'avaient pas habitué leur public. Dans son premier livre, il formule des préceptes généraux : tout en affirmant l'origine divine et l'éminente dignité de la poésie, il s'efforce de marquer la part qui revient à la nature et la part qui revient à l'art dans la formation du poète, et il indique que la juste observation des règles de la rhétorique permet à l'écrivain de bien exprimer ses idées. Il étudie ensuite ce que doit être l'imitation et ne néglige pas de parler du vocabulaire ni des procédés par lesquels il convient de l'enrichir. Le second livre est consacré aux questions qui concernent la versification proprement dite. J. Peletier examine successivement la rime, les mètres, puis les genres, qui sont l'épigramme, le sonnet, l'ode, l'épître, l'élégie et la satire, la comédie et la tragédie, le poème épique ; il dit aussi quelques mots des licences. « La conclusion, écrit son récent éditeur A. Boulanger, est une sorte d'éthique où sont exaltées les qualités d'esprit, de cœur et de volonté que doit se proposer quiconque veut se mêler de poésie ». Ce traité est l'un des meilleurs parmi ceux que nous a laissés le xvie siècle. En somme J. Peletier conseille aux poètes d'imiter les Anciens, mais d'une manière originale, d'observer la nature, de cultiver les grands genres, qui sont justement ceux qu'a nommés Du Bellay, enfin d'enrichir la langue. Telles sont les idées fondamentales qui font le prix de son livre.5

7Ronsard, chef de la Pléiade et maître incontesté d'innombrables disciples, est resté longtemps silencieux, sans doute parce qu'il estimait que Du Bellay et J. Peletier avaient dit ce qui était nécessaire. C'est à peine si, dans la préface des quatre premiers livres de ses Odes, en 1550, il avait traité quelques points de technique assez particuliers. En 1565, il résolut de faire mieux et publia un très court opuscule, l'Abrégé de l'Art poëtique, retouché en 1567, dans lequel il entreprit de montrer aux poètes la voie qu'ils devaient suivre. Il y parle tour à tour « de l'invention ; de la disposition ; de l'élocution ; de la poésie en général ; de la rime ; de la voyelle e ; de l'h ; des vers alexandrins ; des vers communs ; des autres vers en général ; des personnes du vers français et de l'orthographie » : ce sont là autant de titres sous lesquels prennent place de brefs chapitres qui contiennent quelques indications intéressantes, présentées pour la plupart d'une manière assez décousue, et sans que l'auteur se soit donné beaucoup de peine pour développer son sujet. Il y revient quelques années plus tard, en 1572, dans la préface des quatre premiers livres de la Franciade. Mais, cette fois encore, il n'abuse pas de la patience de ses lecteurs : sept ou huit pages lui suffisent pour en terminer avec ce qu'il lui semble nécessaire de dire. C'est seulement en 1587, dans la préface du tome troisième de ses œuvres, en tête de la Franciade encore, qu'a trouvé place un écrit posthume assez important, où il dit son mot sur diverses questions intéressantes. Il y explique pourquoi il n'a pas écrit ce poème en alexandrins ; il indique quelles figures conviennent à la magnificence de la poésie, et spécialement de la poésie épique ; il prend en outre la défense de l'enjambement, puis définit le vocabulaire dont il convient d'écrire en vers et l'harmonie des sons qui existent dans la langue ; enfin il consacre quelques pages au vocabulaire, autorisant les mots nouveaux et les emprunts aux dialectes, mais interdisant qu'on écorche le grec et le latin pour enrichir le lexique. Il y a dans l'œuvre de Ronsard la matière d'un grand traité qu'il n'a pas écrit, si l'on ajoute encore à ce qui précède la préface du Livre des Melanges de 1560. Il lui aurait suffi de rassembler en un seul ouvrage les observations qu'il a ainsi dispersées, et de les présenter avec ordre. Le temps lui a sans doute manqué pour accomplir ce travail dont on doit regretter qu'il n'ait jamais été rédigé, mais dont nous possédons du moins presque tous les éléments essentiels.

  • 6 Je renvoie à la thèse de G. Choptrayanovitch, Etienne Tabourot des Accords, Dijon, 1935.

8On ne saurait dire que Tabourot des Accords6, échevin et avocat de la ville de Dijon, mais en même temps poète, ait réussi à remplir son programme, qui était de publier un ouvrage où on trouverait exposées toutes les difficultés de la métrique et de la versification. Les Bigarrures et les Touches qu'il a fait paraître par fragments successifs à partir de 1582 et qui n'ont été réunies en une édition complète qu'en 1585, ont été avant tout un divertissement de son esprit, qui était très original et fort indépendant. Il n'a pris la plume, nous dit-il, que « pour se chatouiller soi-même et se faire rire le premier, et ensuite les autres » ; alors, en dépit de son intention première, il n'a pu qu'entasser pêle-mêle des exemples, au gré d'une imagination vagabonde qui le faisait sauter d'une question à l'autre. Ami de Pontus de Tyard, lié avec J. Peletier du Mans et avec E. Pasquier, Tabourot ne s'est pas laissé entraîner par le mouvement de la Pléiade et Ronsard n'est pas son maître. Bien au contraire, il a appris son art dans Sebillet, ce qui fait de lui un retardataire. Ce qui l'intéresse, ce sont les raffinements de facture, comme on en voit chez les Grands Rhétoriqueurs et comme on en trouve encore chez Marot. Il les pratique pour son propre compte quand il lui arrive d'écrire des vers, et il en décrit la technique à la première occasion venue. Les rimes en écho, couronnées ou emperières, l'enchantent. Il entretient ses lecteurs des anagrammes, des vers rétrogrades et lettrisés, des acrostiches, des vers léonins, tout cela avec des digressions infinies, en jetant sur le papier tout ce qui lui passe par la tête ou lui remonte à la mémoire. Malgré cette dispersion, son ouvrage est utile à connaître, à cause de la curiosité d'esprit qu'il nous révèle et des renseignements qu'il nous apporte.

  • 7 À consulter : J. G. Espiner-Scott, Claude Fauchet, sa Vie, son Œuvre, 1938.
  • 8 On se reportera à la thèse de M. J. Moore, Estienne Pasquier, Historien de la Poésie et de la Lang (...)

9Ce ne sont pas non plus des Arts poétiques, bien loin de là, que nous ont laissés Claude Fauchet7 et Étienne Pasquier8. Le premier, qui est essentiellement un érudit, a publié en 1581 le Recueil de l'Origine de la Langue et Poesie françoise, rymes et romans, travail d'une documentation très remarquable et qui représente le résultat d'énormes lectures. Historien de notre ancienne littérature, Fauchet s'attaque sur sa route à quelques-uns des problèmes les plus difficiles de la métrique et s'efforce de les résoudre. On peut le consulter, mais avec prudence, sur un certain nombre de questions importantes, sur l'idée qu'on se faisait au xvie siècle de l'origine de notre poésie et de celle de la rime. Plus riches encore sont les Recherches de la France d'E. Pasquier. Il a commencé cet ouvrage en historien, l'a continué en linguiste, et ne lui a joint qu'assez tard les parties qui concernent la littérature et la métrique. Les chapitres où il traite de la versification forment le livre VII ; on a des raisons de croire qu'il l'a commencé vers 1580, mais tout l'ensemble n'a vu le jour qu'en 1596, bien après la mort de Ronsard et comme le déclin de son école s'affirmait déjà. Pasquier lui aussi est un savant. Son tableau de la poésie française, bien qu'il abonde en lacunes, fait preuve de connaissances très sérieuses. Comme métricien, il est au courant de l'ancienne versification et il a consulté ses prédécesseurs, parmi lesquels Molinet. Loin de se borner à décrire les faits, il essaie de les expliquer, et parfois avec bonheur, toujours en donnant des exemples à propos de ce qu'il avance. Il expose en détail les règles de son temps ; il examine tour à tour les mètres, la césure, la disposition et l'alternance des rimes. Il proclame la supériorité du vers rimé sur le vers mesuré à l'antique. Bien qu'il énumère les formes poétiques en usage avant la Pléiade, ses préférences vont à l'art de Du Bellay et de Ronsard, du "grand Ronsard", dont il dit qu'« on ne peut assez louër la mémoire », et qui à ses yeux n'est inférieur qu'aux Anciens, surtout à Virgile. Il ne s'occupe du style que pour quelques détails d'harmonie, et ne manifeste nullement l'intention de donner, à ceux de ses contemporains qui écrivent en vers, des leçons d'esthétique. À cause de sa haute conscience et de sa pénétration d'esprit, il n'est jamais inutile de se reporter à ce qu'il a écrit.

10L'Art poëtique françois, de Pierre de Laudun d'Aigaliers, relève au contraire du genre illustré par Boileau. Ce mince volume, publié en 1597, a été récemment réédité, avec un commentaire substantiel, par J. Dedieu. Il est loin d'avoir la valeur des Recherches de Pasquier, mais pourtant il n'est pas dépourvu d'intérêt, bien que son auteur l'ait construit de pièces et de morceaux, en s'inspirant à la fois de Th. Sebillet et de J. Peletier du Mans. Bien qu'il préfère les genres imités des Latins et des Grecs, de Laudun d'Aigaliers, lui-même poète, n'est pas hostile aux vieilles formes littéraires. Épris de l'Antiquité, il défend déjà quelques idées classiques, se déclare l'ennemi de la facilité et veut un style clair. Il tient que la beauté consiste « dans le choix et élégance des paroles, graves sentences, descriptions et comparaisons qui embellissent tout le poème et sont l'âme de la poésie françoise ». Au point de vue du vocabulaire, il prend une attitude opposée à celle de Ronsard, proteste contre l'emploi de mots dialectaux, contre la création de termes nouveaux, contre les emprunts au grec et au latin. Comme métricien proprement dit, il interdit les licences si fréquentes au xvie siècle ; mais on ne trouve pas chez lui de vues originales, et ses définitions, la plupart du temps, n'offrent rien qui doivent retenir l'attention.

11Beaucoup plus connu est l'Art poëtique françois de Vauquelin de la Fresnaye, commencé vers 1574, publié seulement en 1605, sans qu'on puisse savoir à quelle époque remontent les diverses parties de cet ouvrage. L'influence d'Horace s'y fait très fortement sentir, et s'atteste d'abord par ce fait qu'il est écrit en vers, ce qui rend l'exposition forcément assez vague, puisque la versification est un obstacle à la précision qu'on désirerait trouver chez un technicien. Les trois chants qui composent le poème de Vauquelin sont assez développés, mais pèchent par l'insuffisance de la langue et par l'embarras du style. Il a emprunté à son modèle latin beaucoup de ses idées : par exemple il exige un ton approprié au sujet qu'on traite et il se prononce contre l'obscurité ; il veut aussi qu'on évite les digressions et qu'on mette de l'ordre dans ses développements. Mais parfois il défend au contraire des idées qui sont peu courantes à son époque : c'est ainsi que, tout en étant grand admirateur de l'Antiquité, et tout en conseillant aux poètes de reprendre les genres qu'avaient mis en honneur les Grecs et les Romains, il se déclare l'adversaire d'ornements pris à la mythologie païenne. Au sujet de la langue qui convient aux vers, il adopte les théories de la Pléiade, mais seulement jusqu'à un certain point : il pousse à l'emploi des vocabulaires techniques, souhaite qu'on emprunte des mots à la vénerie, à l'architecture, à la marine, à la guerre, au blason, approuve Du Bellay, Ronsard et Baïf d'avoir fait appel au grec, au latin et à l'italien, mais repousse les néologismes, sauf exception, et interdit les mots dialectaux.

  • 9 F. Brunot, La Doctrine de Malherbe.

12On trouve tous les éléments d'un art poétique dans le Commentaire sur Desportes de Malherbe, qui avait sur le métier de poète des idées bien arrêtées. Mais Malherbe n'a laissé pour ainsi dire que les notes dont il aurait pu se servir pour rédiger un tel ouvrage, notes auxquelles on doit encore ajouter tout ce que ses amis et disciples ont pu recueillir au cours de leurs entretiens avec lui. C'est F. Brunot, pourrait-on dire, qui a été son exécuteur testamentaire et qui a utilisé ses papiers9. L'art poétique de Malherbe apparaît ainsi dans toute son ampleur, très minutieux et très complet. Vocabulaire, style, syntaxe, métrique, rien n'y est négligé. Malherbe continue Vauquelin dans les parties où Vauquelin marque une réaction contre les idées de la Pléiade. Surtout il l'aggrave en s'écartant, beaucoup plus encore que celui-ci ne l'a fait, des théories de Du Bellay et de Ronsard. C'est lui qui est le véritable fondateur du classicisme, dont le xvie siècle ne nous apporte encore que quelques signes avant-coureurs. Il ramène la décence dans la langue ; il émonde toutes les végétations luxuriantes qui risquaient de la corrompre, mais en même temps il la dessèche et l'appauvrit. Il interdit qu'on mette la syntaxe à la torture pour arriver à la rime. Il proscrit l'hyperbole et le mauvais goût. Il a courbé les poètes sous sa férule et il est certainement le plus sévère des maîtres dont ils aient jamais subi les leçons. Jamais non plus les licences et les chevilles n'ont eu d'ennemi plus farouche que lui.

  • 10 Id., dans l'Hist. de la L. et de la Litt. franç. de Petit de Julleville, T. IV, p. 688.
  • 11 Deimier, p. 456.

13Ses remarques sont longtemps restées ensevelies dans un exemplaire du Desportes dont son écriture avait rempli les marges, et il a surtout agi par son exemple et par son enseignement oral. Mais il y a un homme qui a donné à ses contemporains le livre dont il les a privés. Il en a sans doute approuvé l'esprit. Cet homme est un poète avignonnais, Pierre de Deimier, qui a publié en 1610 un assez volumineux traité, l'Académie de l'Art poëtique. « Un des premiers qui l'aient suivi, a écrit F. Brunot en parlant de Malherbe10, est ce Pierre de Deimier, arrivé de Provence peu de temps après Malherbe, dont l'Art poétique a paru en 1610. J'y retrouve, avec quelques divergences, beaucoup de règles chères à Malherbe ... J'y reconnais aussi sa haine, quoique atténuée, du néologisme, des mots composés, des archaïsmes, son sentiment que le français est suffisamment riche. Mais, ce qui est plus significatif que ces rencontres de détail, c'est l'idée même d'introduire toutes ces règles dans un livre de cette nature, et le soin pris pour limiter la liberté du poète en matière de vocabulaire et de grammaire. Des chapitres entiers, le sixième et le septième, sont consacrés à combattre la licence et les prétendus droits des poètes. Bref, ce livre est en tel contraste avec ceux qui l'ont précédé qu'on est amené à se demander, bien qu'il ne nous reste aucun indice que des rapports étroits aient existé entre l'auteur et Malherbe, si le premier a seulement adopté des idées qui commençaient à se généraliser, ou s'il n'a pas reçu l'inspiration du maître ». Ce qu'il y a de certain, c'est que Deimier écrit avec une extraordinaire autorité, en critique sûr de lui, et que tout le monde doit écouter : « Il n'y a que l'usage et la raison, dit-il11, qui doivent servir de loy au maniement d'une langue : lesquels usage et raison doivent estre cherchez aux discours de ceux qui sont en reputation de parler parfaictement le langage, et en l'exacte speculation et jugement de ceux qui, s'y estant estudiez beaucoup de temps, en peuvent parler avec preuves et demonstrations infaillibles ». Son ouvrage devrait être réédité, avec un minutieux commentaire, car il marque une date dans l'histoire littéraire et dans celle de notre versification.

14Tout autre est le traité de Du Gardin, les Addresses du Chemin de Parnasse, paru à Douai en 1620. Du Gardin est une espèce de franc-tireur qui fait une incursion dans un domaine étranger, car de son métier il était docteur et professeur de médecine à l'université de cette même ville. Il faut le considérer comme une espèce de bel-esprit provincial dont la poésie était sans doute le violon d'Ingres. Son livre a été très peu consulté et très peu utilisé par la critique contemporaine. Thurot, historien de la prononciation française, l'a eu en mains, mais s'est borné à y prendre, comme il est naturel, les renseignements utiles à son sujet. H. Potez, en 1897, ne l'a analysé que d'une façon très superficielle dans sa thèse latine, Qualis floreret apud Duacenses res poetica, gallice scripta, quum universa schola a Philippo secundo vigere inciperet, 1576-1633, où il ne lui a consacré que six pages. En somme, presque tout le monde l'ignore, alors qu'il est loin d'être dépourvu d'intérêt. Cependant, à le lire, on sent tout de suite que son auteur reste en dehors du mouvement d'idées le plus récent, qu'il n'a pas lu Deimier et qu'il ne sait rien de la lutte entreprise par Malherbe. En d'autres termes il retarde, et fortement. Il est d'ailleurs lourd, confus et assez mauvais écrivain, ce qui ne l'empêche pas de traiter consciencieusement tous les problèmes que soulève la versification et d'en exposer les règles. Il parle même quelque peu de la façon de lire les poèmes, et nous pouvons voir, grâce à lui, que loin de la capitale on faisait déjà preuve de quelque indépendance en matière de déclamation, et que la négligence dans le débit des vers était poussée assez loin.

15Après lui, les arts poétiques deviennent beaucoup plus rares, bien que le xviie siècle n'en condamne point la mode. On peut citer d'abord celui de Guillaume Colleter, publié en 1658, un an avant la mort de son auteur, et qui est à peu près dépourvu d'originalité. Colletet en effet, sous ce titre prometteur, se contente de réunir des traités qu'il a écrits antérieurement sur le sonnet, l'épigramme, la poésie bucolique, la pastorale, et la poésie morale. Son Escole des Muses, qui date de 1652, a au contraire le mérite de discuter quelques questions techniques. Mais le chef-d'œuvre du genre est l'Art poétique que Boileau composa entre les années 1669 et 1674. Il transporta d'admiration tous les contemporains, comme on peut s'en rendre compte par de nombreux témoignages : les lettres de Mme de Sévigné par exemple nous attestent la grande impression qu'il produisit sur les esprits les plus distingués du temps, parce qu'ils y retrouvaient les idées littéraires auxquelles ils étaient le plus chèrement attachés.

  • 12 Il a trouvé des censeurs sévères. Récemment R. Bray (Boileau, l'Homme et l'Œuvre, 1941, p. 79 sq.) (...)

16Ce n'est point que ces idées aient en elle-même quelque chose de très élevé. Boileau défend le bon sens, la raison, la noblesse simple. Il exige la suite logique des phrases et des épisodes, la clarté, la correction du style, le soin des détails. Il est l'adversaire du désordre, de la diffusion, de la monotonie, de la bassesse et de l'enflure. Il enseigne aussi tout le prix d'un travail patient, qui est la condition d'un succès durable. Imitateur d'Horace, il retient les leçons qu'a données ce poète, parce qu'elles lui semblent exprimer des vérités immortelles. Pour lui toute la poésie est bien évidemment dans la forme et dans le juste arrangement des mots. Certes ce point de vue est étroit, bien qu'il ait été partagé par toute son époque. Quelques critiques pourtant qu'on puisse opposer aux conceptions de Boileau12, il n'en est pas moins vrai que son Art poétique brille par des qualités qui le mettent hors de pair. D'abord il s'impose à l'attention par sa stricte ordonnance et par sa belle composition. Nous sommes bien loin des développements désordonnés, des digressions et des redites de Du Bellay. En quatre chants, le poète épuise son sujet. Dans le premier, il expose les règles générales, qui consistent à suivre la raison et à observer la langue. Dans le second, il traite des petits genres, qui sont ceux que les Anciens ont cultivés et que leur a repris le classicisme. Le troisième est consacré à la tragédie, à la comédie et à l'épopée, qui forment le groupe des productions littéraires les plus hautes. Le quatrième ne contient que des préceptes moraux et se termine par quelques allusions à la gloire du roi. Avec cela, l'ouvrage est complet, et l'auteur n'y a rien oublié d'essentiel. Chemin faisant, du reste avec bien des erreurs, il a esquissé une histoire de la poésie française, défini les règles de la versification, donné une classification des genres littéraires, mentionné les poèmes à forme fixe et indiqué les modèles qu'il faut imiter. Aucun autre traité n'a plus heureusement rempli son but que celui-ci, sauf que sa forme versifiée est une gêne pour l'exposition et limite parfois des développements qu'on voudrait plus détaillés. Si la doctrine de Boileau est depuis longtemps périmée et ne rencontre plus de sectateurs, du moins peut-on comprendre que son livre ait mérité les plus grands éloges et que Voltaire ait pu dire que « l'Art poétique de Despréaux est sans contredit le poème qui fait le plus d'honneur à la langue française ».

17À côté de cet ouvrage devenu classique, le xviie siècle nous offre encore quelques manuels dont il faut tenir compte. Les Règles de la Poésie françoise de Port-Royal, opuscule très court, et généralement joint aux diverses grammaires qu'a publiées l'illustre maison, n'ont que la modeste ambition de faire connaître les lois de la versification ; c'est un travail qui se circonscrit à la « forme de notre poésie », ainsi que le déclare l'avertissement au lecteur, mais qui n'en examine ni la matière, ni les sujets. Beaucoup plus amples sont les deux traités de P. Richelet et du P. Mourgues. Pierre Richelet a signé le Dictionnaire des Rimes, paru en 1667, mais qui aurait été composé par Frémont d'Ablancourt, neveu de Perrot d'Ablan-court ; il en aurait seulement assuré les rééditions successives et y aurait introduit une Lettre à M***, qui est bien sortie de sa plume et où il a présenté une histoire de la rime. Il a joint à cet ouvrage, en 1672, un Abrégé de la Versification et des Remarques sur le nombre des syllabes de quelques mots difficiles. Tout cela compte pour peu de chose au point de vue du sujet qui m'occupe présentement — car les rimes seront examinées ailleurs — ; mais il est également l'auteur de La Versification françoise, ou l'Art de bien faire et tourner les vers, un livre qui a vu le jour en 1671 et qui a été fort lu. Richelet connaît ses prédécesseurs, Sebillet, Du Bellay, Ch. Fontaine (B. Aneau), Gracien du Pont, de Laudun d'Aigaliers, Vauquelin, Deimier, Colletet, Boileau, Lancelot. Tels sont les noms qu'il cite parmi plusieurs autres. Il s'est donc documenté avec soin. Son volume contient une brève histoire de la poésie française et un exposé des règles de la versification. Il étudie également les divers mètres ; mais en outre il examine des questions de style importantes, il signale les mots qui rendent les vers rudes et languissants, ceux qui n'entrent pas ou n'entrent que rarement dans les vers ; enfin, il définit le bon et le méchant vers. Son traité est donc bien loin d'avoir l'ampleur de l'Art poétique de Boileau, parce qu'il y fait une part beaucoup moins grande aux problèmes d'esthétique générale. En revanche il est d'un tour plus précis et plus technique.

18On peut en dire autant du Traité de la Poësie françoise du P. Mourgues, poète et professeur, qui enseigna à Toulouse les belles-lettres et les mathématiques. Cet ouvrage, publié en 1685, augmenté en 1697, a été réédité en 1724 par les soins du P. Brumoy. Comme Richelet, le P. Mourgues est surtout un métricien, qui enseigna avec conscience et quelquefois avec goût. Il s'est documenté soigneusement, a fait de sérieuses recherches et donne de nombreux exemples tirés des œuvres de ses contemporains. Son livre a joui d'une réputation méritée, encore qu'il ait commis quelques erreurs. Beaucoup moins estimables sont L'Art de la Poësie françoise, ou la Méthode de connoître et de faire toute sorte de vers, par A.-Ph. de la Croix, paru à Lyon en 1675, puis augmenté et remanié en 1694 sous ce titre : L'Art de la Poésie françoise et latine, ainsi que les Règles de la Poésie françoise qui a pour auteur De Chalons et a été publié en 1716. Ces deux écrivains ont trop souvent pillé sans vergogne ce que d'autres avaient écrit avant eux, si bien que leur apport personnel reste assez faible, quoique, çà et là, ils ne soient pas incapables de présenter quelque observation originale.

  • 13 La Pratique du Théâtre a été rééditée en 1927 par P. Martino, avec une importante préface et des n (...)

19À toute cette masse d'ouvrages s'en ajoutent encore d'autres qui sont d'un intérêt plus restreint, ou qui se bornent à des considérations purement littéraires sur ce que doit être l'art du poète. Il y a beaucoup à tirer de la Rhétorique françoise d'Antoine Foclin, ou Fouquelin, qui est un contemporain du grand mouvement de la Pléiade. Certaines œuvres critiques, comme les Sentiments de l'Académie sur le Cid, la Poétique de La Mesnardière, les Discours sur le Poème dramatique de Corneille, la Pratique du Théâtre13 de l'abbé Aubignac, consacrées à un seul genre, qui est la tragédie, ne fournissent que quelques remarques utiles pour l'histoire du vers, si même parfois on y peut trouver des indications qu'on puisse retenir, sauf qu'elles nous attestent à quel point les écrivains du xviie siècle s'étaient imprégnés des leçons d'Aristote et d'Horace, dont le prestige était immense. Il reste pourtant que d'Aubignac a consacré sept chapitres de son quatrième livre à discuter des questions de forme et de style. Quelques pages de Mlle de Gournay ne sont pas indifférentes. Il y en a d'autres dans les Réflexions sur la Poëtique du P. Rapin et dans les Nouvelles Réflexions sur l'Art Poétique du P. Bernard Lamy, un oratorien lettré. Enfin les ouvrages des grammairiens, les commentaires sur les poètes, dont les Observations sur Malherbe, de Ménage, sont le modèle, ne sont pas à dédaigner, car on y rencontre des renseignements très précieux. Telle est la masse énorme de documents qui nous renseignent sur le goût littéraire et sur son évolution pendant la longue période qui embrasse la seconde moitié du xvie siècle et le xviie. Il n'y a plus qu'à en tirer parti pour montrer quelle idée les Français se sont faite de la poésie et du beau vers pendant ces cent cinquante années, de quel point sont partis les poètes et où ils sont arrivés. C'est de cette tâche que nous nous efforcerons de venir à bout dans les chapitres qui vont suivre.

Notes

1 G. Pellissier, De sexti decimi saeculi in Francia artibus poeticis, 1882.

2 Il a été réédité il y a une trentaine d'années par F. Gaiffe dans la collection de la Société des Textes français modernes. H. Chamard, dans son Histoire de la Pléiade, T. I, p. 162, lui a consacré quelques lignes

3 L'Art poëtique de Cl. de Boissière, dont l'ambition s'est bornée à écrire un simple résumé, n'en est pas pour cela méprisable. F. Gaiffe l'a étudié dans un article des Mélanges Picot (1913). « On ne saurait trop insister, a-t-il dit, sur la netteté frappante de ce résumé, sur le don de la formule brève et synthétique, que Boissière possède à un tout autre degré que son modèle... Il apporte une clarté inattendue sur mainte question où son devancier se perd en distinctions subtiles, en digressions oiseuses, en définitions approximatives et contradictoires ».

4 H. Chamard en a publié une excellente édition critique en 1904 et lui a consacré une étude très nourrie dans son Histoire de la Pléiade (T. I, p. 160-221). La Deffence doit beaucoup aux théoriciens italiens, en particulier à Sperone Speroni, dont les Dialogues intitulés De la Rhétorique et surtout Des Langues ont été largement exploités par Du Bellay (cf. P. Villey, Les Sources italiennes de la Deffence et Illustration de la Langue françoise, 1908).

5 Je tiens à signaler que les notes de l'édition Boulanger sont très précieuses pour la compréhension du texte. On se reportera en outre à l'étude détaillée que H. Chamard a faite de l'ouvrage de J. Peletier dans son Histoire de la Pléiade, T. II, p. 96-123.

6 Je renvoie à la thèse de G. Choptrayanovitch, Etienne Tabourot des Accords, Dijon, 1935.

7 À consulter : J. G. Espiner-Scott, Claude Fauchet, sa Vie, son Œuvre, 1938.

8 On se reportera à la thèse de M. J. Moore, Estienne Pasquier, Historien de la Poésie et de la Langue françaises, Poitiers, 1934.

9 F. Brunot, La Doctrine de Malherbe.

10 Id., dans l'Hist. de la L. et de la Litt. franç. de Petit de Julleville, T. IV, p. 688.

11 Deimier, p. 456.

12 Il a trouvé des censeurs sévères. Récemment R. Bray (Boileau, l'Homme et l'Œuvre, 1941, p. 79 sq.) s'est montré très dur à son égard. Il a relevé les graves lacunes de l'Art Poétique, où le ”législateur du Parnasse” n'a rien dit de certains genres, ni de l'utilisation des divers mètres, ni de l'alternance des rimes. Il lui a reproché d'être resté superficiel, d'avoir abdiqué toute indépendance de jugement, d'avoir obéi à de regrettables préjugés, comme celui de la séparation des genres et celui de la nécessité du style noble, enfin d'avoir choisi un plan peu satisfaisant. Quelques-uns de ces griefs sont justes, mais d'autres portent à faux : par exemple faut-il blâmer Boileau d'avoir pensé en bon classique ?

13 La Pratique du Théâtre a été rééditée en 1927 par P. Martino, avec une importante préface et des notes, dans les Publications de la Faculté des Lettres d'Alger.

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter