Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Divers

Le sens de l’errance dans la plus ancienne version française de la vie de Saint Julien l’hospitalier

Jean-Pierre Perrot

Texte intégral

  • 1 La version en vers a été éditée par A. TOBLER, dans Archiv für das Studium der neueren Sprachen un (...)
  • 2 Paul MEYER, "Légendes Hagiographiques en Français", dans Histoire Littéraire de la France, t. XXXI (...)

1Les deux plus anciennes versions françaises de la légende de saint Julien l’Hospitalier sont, l’une, une vie en vers octosyllabiques, du commencement du xiii° siècle, l’autre, une vie en prose, du milieu du xiii°1. Rudolf TOBLER avait cherché à prouver que la version en prose était l’original du poème. Pour Paul MEYER au contraire, elle en aurait été librement translatée2.

  • 3 Cf. ma thèse en préparation sur les légendes hagiographiques en prose française aux xiii° et xiv° (...)

2J’ai été amené à reposer le problème3, et J’ai acquis la certitude que ces deux versions dérivent en fait d’un original commun, à savoir un poème octosyllabique, aujourd’hui perdu, qui remonterait au tout début du xiii° siècle, sinon à la fin du xii°, et qui serait peut-être le plus ancien témoin narratif de la légende.

3Fort heureusement, la version en prose se présente comme le résultat d’un dérimage fidèle de ce poème perdu, ce qui va nous permettre de dégager les grandes lignes de la version primitive et nous interroger sur le sens d’une errance qui, de la forêt Mancelle aux bords du Gardon, en passant par Rome, Jérusalem, Saint-Gilles et Saint-Jacques, mêle étrangement pèlerinage, aventure et amour.

4On ne peut manquer en effet d’être frappé par cette version qui, en bien des points, s’apparente au roman courtois et qui, plus précisément, fait intervenir comme lui des récurrences de situations et de motifs qui donnent, à première lecture, l’impression que les épisodes s’y enchaînent selon une progression extrêmement logique - je dirais même démonstrative - sans pour autant que, d’emblée, se révèle nettement le but de cette démonstration.

  • 4 Pierre GALLAIS, "L’Hexagone Logique et le roman médiéval", dans Cahiers de Civilisation Médiévale,(...)

5Aussi ai-je pensé pouvoir utiliser l’instrument d’analyse que M. Pierre GALLAIS a expérimenté sur le roman courtois, et qui permet d’inscrire celui-ci dans ce qu’il nomme "l’hexagone logique" à l’intérieur duquel le récit se déroule en plusieurs spires qui répètent le schéma suivant : le héros, insatisfait d’un monde(A) qui révèle des manques et des menaces, le quitte (U : disjonction) pour parvenir dans un autre-monde (E) où il subit une épreuve (0 : combat) qui lui permet de faire reconnaître sa valeur (Y : conjonction) et d’y conquérir la femme (I : contrat) en compagnie de laquelle il se retrouve dans un monde (A2) analogue à celui qu’il avait quitté mais dont il a liquidé tous les manques.4

***

6Cette Vie de s. Julien commence bien par une situation initiale caractéristique (A1) : au Mans, dans un château, une famille noble menait une existence apparemment sans histoire. Le comte et la comtesse d’Anjou avaient un fils, Julien, qui leur donnait entière satisfaction et qui passait le plus clair de son temps à chasser dans la forêt toute proche. Du sein de cette famille heureuse, le bonheur s’était répandu sur le pays tout entier, qui connaissait la prospérité et la paix.

7Mais des manques étaient apparus, des menaces s’étaient précisées. La nuit où elle avait conçu son fils, la comtesse avait rêvé qu’une bête lui sortait du ventre pour la dévorer, ainsi que son mari ; elle ne cessait, depuis, d’être tourmentée par ce rêve. Quant à Julien, dès l’âge de sept ans la chasse était pour lui une véritable passion, qui le laissait toujours insatisfait.

8Un jour, il refuse de rentrer avec ses compagnons et, resté seul dans le bois, il bande son arc : quelque chose venait de bouger dans un fourré. Il en fait le tour, quand la bête qui s’y tapissait lui crie par trois fois : "Enfes, ne m’oci mie ! je te dirai ta destinée ki t’avendra : tu ocirras ton pere et ta mere a. i. seul colp !"

9Paralysé par la surprise et par la peur Julien ne put décocher sa flèche sur la bête. Suant d’angoisse, souhaitant la mort, jurant ne plus jamais aller là où il saurait trouver son père et sa mère, l’enfant brise son arc et ses flèches, abandonne ses bottes et ses éperons et, hurlant préférer l’exil définitif au risque de commettre un crime aussi abominable, il s’enfuit à travers bois, comme un fou. Ses parents le font chercher, en vain : la disjonction (U1) d’avec le poste A1 est totale.

10L’entrée dans l’autre-monde (E1) a été commandée par une première épreuve. Julien s’était rendu directement à Rome et s’était confié au Pape. Celui-ci lui avait conseillé de retourner chez lui, mais devant la détermination de l’enfant il a dû consentir à le croiser, lui a montré la voie du Bien et lui a promis de prier pour lui. La tentative de dissuasion a été retournée en encouragements : l’opposant est devenu adjuvant. Il s’agit bien là de l’épreuve qualifiante, au sortir de laquelle le héros est irrémédiablement engage sur la voie de l’action décisive. Il sait maintenant pourquoi il fuit le poste A1, le Pape le lui a dit : "eskiver pechié" ; il sait ce qu’il veut, ce qu’il va chercher en E1 : Dieu.

11Quant à ce poste E1, il s’agit bien d’un autre-monde, aux antipodes du poste A1 : le bel enfant blond, couvé par sa mère, élevé dans la douce quiétude du château familial, le jeune noble qui se divertissait à la chasse est devenu un obscur pélerin, que les privations et les souffrances ont rendu absolument méconnaissable, et qui, s’étant mis au service des Hospitaliers de Jérusalem, y effectue les corvées les plus rebutantes et y soigne les lépreux. A sept ans, il n’avait qu’une passion : la chasse ; pendant sept ans il n’a eu qu’un but : Dieu.

12Et puis, un jour, il part en pélerinage pour Saint-Jacques. Il s’embarque a Acre, séjourne deux mois à Saint-Gilles, se remet en route pour parvenir bientôt dans une ville en guerre. Là, il entre au service d’un chevalier, se trouve engagé dans une série de batailles où il ne tarde pas à s’illustrer (01), est bientôt armé chevalier, couvert d’honneurs (Y1) et, le comte dont il était devenu le vassal ayant été tué, il en épouse, au milieu des réjouissances, la jeune et charmante veuve (I1). Après avoir totalement pacifié le pays, Julien, jeune comte dont l’autorité est reconnue de tous et qui file le parfait amour, s’adonne à son ancienne passion : la chasse.

13La boucle est bouclée : Julien est parvenu à un poste A2, différent du poste A1 et pourtant analogue. Rien d’étonnant à ce que ses parents, partis à leur tour de A1 pour un long et douloureux pélerinage à Saint-Jacques, retrouvent en A2 la trace de leur fils. Ils se font connaître de la femme de Julien qui, après les avoir restaurés et accueillis comme ses propres parents, les a couchés dans le lit le plus confortable du château, le lit conjugal. On connaît la suite : Julien, comme tous les matins, était à la chasse. Vers midi, il abandonne ses compagnons et ses chiens, parvient au château, monte dans la chambre dont les volets avaient été tirés, s’avance dans la pénombre, à tâtons, jusqu’au lit où sa main, soudain, rencontre une barbe. Croyant alors avoir affaire à quelque amant de sa femme, aveuglé par la jalousie, il tire son épée et tranche, d’un seul coup, la tête des deux dormeurs. La prédiction de la bête, au terme de A1, est réalisée au terme de A2.

14Il serait bon de s’arrêter un instant. Nous venons de voir Julien passer par les six postes qui jalonnent généralement la quête du héros courtois. Mais, contrairement à celui-ci qui, au terme de sa quête, connaît la gloire et les sommets du bonheur, et dispense dans le monde où il revient la joie et la vie, Julien, au terme de son errance, rencontre le crime, atteint le fond du désespoir et répand autour de lui la douleur et la mort. Que s’est-il donc passé ?

15Reprenons les faits, et souvenons-nous d’abord que lorsque Julien, après sa rencontre avec la bête, s’était enfui à travers bois, il avait choisi l’exil définitif. Contrairement donc au héros courtois qui quitte un monde A pour y revenir après avoir conquis, dans un autre-monde E, un bien qui manquait à A, Julien quitte un monde A pour n’y jamais revenir, espérant se débarrasser, dans un autre-monde E, d’un mal qui pesait sur A. Refusant d’emblée la trajectoire cyclique du héros de roman, qui l’aurait inévitablement ramené à son point de départ, il désirait s’immobiliser dans l’autre-monde, le plus loin possible ; ce qui s’était traduit par les sept années qu’il avait consacrées aux Hospitaliers de Jérusalem. Il s’efforçait alors - passez-moi l’expression -de prendre la tangente.

16Nous l’avons vu ensuite se remettre en route pour Saint-Jacques, ce qui était déjà une manière de retour. L’immobilisme s’avérait impossible : Julien ne pouvait séjourner impunément dans l’autre-monde sans qu’un jour il lui fallût subir l’épreuve pour laquelle, en fait, il était venu.

17Ce pélerinage s’était en effet trouvé bientôt compromis, parce que tous les ponts avaient été détruits par la guerre. Ses compagnons de route avaient alors décidé de rebrousser chemin. Lui, pensant n’avoir rien à perdre, s’était dirigé vers la cité proche. Et voilà que, pour la première fois au cours de son pélerinage, on avait refusé de lui faire l’aumône et de l’héberger ; pis, on s’était moqué de lui et on l’avait durement chassé ; un chevalier avait enfin accepté de le loger, mais ce fut pour lui reprocher sans ménagements sa misérable existence de vagabond et lui proposer de le prendre à. son service. Toute la nuit, Julien avait balancé entre rester et partir. Au matin, il avait renoncé à son pélerinage, avait décidé de "maintenir chevalerie ensi con [si] parent firent", et s’était mis à la solde du chevalier.

18Engagé le jour même dans un premier combat, en tenue de pélerin, il s’était empressé de jeter au loin son bâton pour se saisir, sur un mort, des plus belles armes qu’il pût trouver ; puis il avait tiré, hors du bourbier où il s’enlisait, un puissant destrier sur lequel, lance au poing, il avait traversé le gué et s’était enfoncé dans la mêlée. C’est ce bref épisode, dont le symbolisme ne peut échapper à personne, qui a consacré le revirement de Julien.

19Plus précisément, tout s’est passé comme si, en voulant oublier tant d’années de jeunesse gaspillées dans la boue d’un pélerinage sans but, en jetant loin de lui le bâton du pélerin comme il avait jeté l’arc et les flèches du chasseur, en négligeant les sages recommandations du Pape (opposant devenu adjuvant) pour se montrer sensible aux arguments fallacieux du chevalier (adjuvant devenu opposant), bref, en mettant en doute la prédiction, il effaçait d’un coup sa rencontre avec la bête et le long pélerinage qui l’avait suivie. Lorsque Julien, sur la route de Saint-Jacques, abandonnait ses compagnons de voyage qui rebroussaient chemin, il s’était brusquement trouvé ramené au moment où, dans la forêt, il se séparait de ses compagnons de chasse qui avaient décidé de rentrer. Il leur avait alors déclaré : "Je ne m’en irai pas encore, ains irai querant aventure par ce bois". L’aventure, il venait de la trouver : l’autre-monde n’était plus qu’une ville en guerre, l’épreuve était réduite à une succession de batailles. Voilà sept ans de pélerinage qui n’avaient servi à rien : Julien venait de se tromper de combat.

20C’est donc en 01 que tout s’est joué, et que s’est inversé, pour Julien, le sens de son errance : elle a rejoint la trajectoire cyclique du héros romanesque, sur laquelle elle ne va cesser de se calquer jusqu’en A2, dont le sens bien connu est celui de l’aventure et de l’amour, et dont la progression, de la même logique implacable qui amène le héros courtois à augmenter le Bien, a entraîné Julien à aggraver le Mal.

*

21Voilà une première spire, qui est celle de l’échec. Le récit en entame une seconde, qui devra être celle du rachat, parallèle à la première qu’elle reprend point par point.

22Un fois commis le double meurtre, c’est de nouveau la fuite folle à travers bois, l’exil, les privations, les souffrances, qui consacrent une disjonction totale (U2) d’avec le monde A2. Mais, alors quen U1 Julien avait fui seul la perspective du parricide, en U2 il est accompagné par sa femme qui, persuadée qu’elle avait une part de responsabilité dans la mort de ses beaux-parents, a tenu coûte que coûte à partager le sort de son mari. La première errance avait été solitaire, la seconde est celle du couple.

23Dans l’autre-monde E1, tout avait été perdu, pour Julien, à partir du moment où il avait renoncé à son pélerinage à Saint-Jacques ; aussi le premier souci du couple, qui vient d’entrer dans l’autre-monde E2, est-il de se rendre à Saint-Jacques. De même que Julien avait confié au Pape la prédiction de la bête, et avait reçu de lui des encouragements, le couple, qui s’est ensuite rendu à Rome, confesse son crime au Pape qui leur accorde sa bénédiction. Puis, de même que Dieu avait été, pendant sept ans, le seul but de Julien, Dieu est, pendant sept ans, l’unique but du couple.

24Et voilà celui-ci, après ces sept années de vagabondage, parvenu au bord du Gardon, une rivière torrentueuse, profonde, dangereuse ; voilà que son errance, comme la première errance de Julien, est soudain stoppée ; voilà qu’est revenu le moment de l’épreuve décisive (02). Celle-ci va être subie en deux étapes.

25Dans un premier temps, l’épreuve se présente comme la répétition exacte de 01 : Julien s’était trouvé devant des ponts coupés, des gués impraticables ; aucun pont, aucun gué ne permet au couple de franchir le Gardon. Les gens de la ville avaient refusé d’héberger Julien et de lui faire l’aumône ; des passeurs refusent de prendre à leur bord le couple qui ne peut les payer. On s’était moqué de Julien ; le couple essuie les sarcasmes des passeurs. Mais, alors qu’en 01 Julien s’était soudain révolté, en 02 il accepte tout, il subit tout avec douceur, patience, humilité. On avait refusé de l’héberger ? Il se fera hospitalier. On refuse de le passer ? Il deviendra passeur. Julien, cette fois-ci, a tourné le dos à l’aventure. Il vient de racheter, en 02, l’échec qu’il avait subi en 01.

26Le couple, pendant sept ans, se consacre à son nouveau rôle : Julien passe gratuitement les pélerins, sa femme les héberge. Voilà donc leur errance définitivement stoppée : Julien a, enfin, arrêté le cycle.

  • 5 Gustave FLAUBERT, Trois Contes.

27Vient alors le moment, pour le couple, de subir la seconde partie de l’épreuve. Parce qu’elle est trop connue - ne serait-ce que par Flaubert5, sinon par la Légende Dorée - je ne m’étendrai pas sur l’évocation de cette nuit d’orage au cours de laquelle Julien, dans sa frêle embarcation, avait affronté la tempête pour porter chez lui un lépreux demi-mort, immonde loque humaine à qui le couple avait aussitôt prodigué tous ses soins. Par contre, je ne peux faire sans rapporter en entier la courte scène qui a lieu lorsque le lépreux, que rien n’avait pu soulager et que le froid gagnait, demanda soudain :

  • "Dame, il me covenist char de feme por moi escaufer, u autrement n’escauferai jou ja mais por aise ke je eusse. Juliien, por Deu, vos pri ke vos me prestes vostre feme, si girra huimais avoec moi por moi escaufer. Ja l’avés vos tantes nuis eue, bien le me poez huimais prester ! Je ne demorrai anuit çaiens se je ne l’ai, car por li sui je ça venus."
  • Juliiens l’ot, si le regarde :
  • "Frère, fait il, je ne l’ai mie en garde por prester. Je ai eut molt d’ostes et si ne m’en requist onques mais nus ce ke vos me requerés, ne je ne quit ke ele le feist por moi.
  • Sire, por Deu, dist la dame, ne l’escon dites mie. J’ai mise toute ma vie en Deu servir : je n’escondit mie a faire cest service por Lui. Ma char a la soie atouchera, se il doit por tant escaufer. Mai alés coucier tost, et je me coucerai avoec lui par amistié et par charité.
  • Dame, fait il, je ne l’osoie creanter por vos. Mais quant vos le creantés, je le voel bien."

28Mais voilà que la femme de Julien, au moment de s’étendre aux côtés du lépreux qu’elle avait installé dans son lit, n’y trouve personne : il avait disparu. Julien se lève d’un bond, cherche partout, en vain sa femme fond en larmes quand, de dehors, la voix du lépreux se fait entendre : "Feme, ne pleure mie ! Je sui Cris, vers cui nule cose n’est couverte. Por ta grant mérite et por la foi de ton signor vos est pardonés li pechiés de l’omecide ke vos feistes."

29La seconde partie de l’épreuve 02 a ainsi racheté le double crime prédit en A1 et perpétré en A2. Or, quand on se souvient que Julien avait tué ses parents par jalousie, parce qu’il croyait que sa femme le trompait avec un amant, cette réponse grâce à laquelle le couple s’est définitivement sauvé prend tout son sens, voire son double sens en fonction de la demande du lépreux qui joue sur l’ambiguïté du verbe "escaufer". Nul doute que lorsque Julien accepte, par charité, que sa femme se couche aux côtés d’un lépreux pour le "réchauffer", il accepte aussi et surtout que sa femme partage sa couche, pour l’"échauffer", avec un homme qui, tout comme il est rongé par la lèpre du corps, ne peut qu’être rongé par la luxure, cette lèpre de l’âme. La décision de Julien s’est située bien au-delà de l’amour.

30Julien n’a donc pu réaliser son premier projet, qui était de briser cet enchaînement de l’errance et du mal, qu’au cours d’une seconde pérégrination qui, l’ayant amené à passer dans les mêmes lieux et à se retrouver dans des situations identiques, lui a permis d’exorciser l’échec de la première et de racheter ses erreurs. Une fois revenu au moment de l’épreuve, il a renoncé à l’aventure par humilité, puis il a dépassé l’amour par charité. Cette fois-ci, il ne s’est pas trompé d’ennemi : le combat, c’est contre lui-même qu’il l’a livré, accomplissant une véritable conversion. Enfin arrachés, grâce à elle, au cycle proprement diabolique, Julien et sa femme n’auront plus qu’à subir le martyre qui consacrera dans la gloire leur entrée définitive dans l’Autre-monde, le vrai, celui dont on ne revient pas : ils seront, sept ans plus tard, tués dans leur sommeil d’un seul coup d’épée.

***

31La version en prose commence par ces mots : "Uns preudom nos raconte la vie monsignor saint Juliien (…) et dist ke tuit cil ki l’escouteront volentiers i auront molt grant preu". Peut-être sommes-nous désormais en mesure de définir le "profit" que l’auteur de la version rimée primitive entendait faire retirer de la lecture de son récit.

32Ce récit, nous avons vu qu’il l’avait calqué sur le modèle du roman courtois, mais qu’il l’avait placé d’emblée dans une perspective chrétienne : la menace qui pèse sur ce monde-ci (A), c’est le péché ; le manque qu’il s’agit de combler, c’est l’absence de Dieu. Dans un premier temps, il a fait revenir son héros à son point de départ, mais ce fut pour l’y faire échouer à écarter la menace et à combler le manque initial. En présentant ce malheureux retour comme la conséquence du fait que son héros, en cours de route, et plus précisément au moment de l’épreuve (01), avait oublié ce pour quoi il était parti et, traversant le gué en tenue de chevalier, avait abandonné son pélerinage pour rencontrer l’aventure et l’amour l’auteur a démontré l’inanité d’une quête de type courtois, qui fait appel à un autre-monde trompeur dans la mesure où il n’est pas fondamentalement différent de ce monde-ci, l’un et l’autre étant soumis au Mal.

33La seconde leçon que l’auteur a pu vouloir donner en racontant à sa manière la vie d’un saint qu’invoquaient les pélerins, c’en qu’un pélerinage quel qu’il soit, si loin mène-t-il, si longtemps dure-t-il, si pénible soit-il, ne sert à rien s’il ne s’accompagne d’une conversion totale de l’individu. Le monde qu’il faut fuir, c’est soi-même ; l’ennemi qu’il faut combattre, et qu’il faut tuer, c’est soi-même ; alors seulement on a échappé au monde du péché, alors seulement on est parvenu dans l’autre-monde, cet autre-monde qui n’est pas le monde du voyage, mais qui est tout intérieur : soi-même illuminé de la présence de Dieu.

34C’est la raison pour laquelle si Julien dès le début, avait tué la bête - c’est à dire lui-même en état de péché- il n’aurait pas eu à partir. Il n’y aurait pas eu de récit.

35C’est la raison pour laquelle, aussi, Julien ne s’éloignait jamais autant de son point de départ que lorsque, fixé sur la route des pélerinages, accroché à une rive du Gardon, il effectuait ce voyage dérisoire qui consistait à faire la navette entre les deux bords, et qui lui a permis d’atteindre l’autre-monde quand il a passé le lépreux.

  • 6 Les contemporains ne s’y sont pas trompés. Voici par exemple comment l’auteur d’une règle de reclu (...)

36Le seul vrai voyage, c’est le cheminement intérieur qui, de l’"Humilitas" jusqu’à la "Caritas", conduit au renoncement total et à la perfection chrétienne. Le seul vrai voyageur, parce qu’il a accompli ce voyage, c’est le passeur - et aussi l’ermite -, immobile, dont le rôle est de se trouver sur le passage des autres, de ceux qui sont encore en train de cheminer, entraînés dans un pélerinage ou une quête fallacieuse qui les fait tourner en rond et les enfonce toujours davantage dans le monde du mal ; de se trouver là et d’arrêter un instant leur errance pour les aider à passer le gué6.

DISCUSSION

37Monsieur KAPPLER : Le schéma de Monsieur PERROT éclaire d’une manière remarquable la légende médiévale de Saint Julien. Il appelle naturellement un rapprochement avec le conte de Flaubert. L’épure de la spirale y perd de sa belle régularité, mais elle laisse des traces très perceptibles, altérées par la complexité due au jeu des trois prédiotions, et par le choix d’un dénouement différent. Il serait intéressant de voir dans quelle mesure cette spirale garde un rôle structurant dans la création de Flaubert.

38Monsieur PERROT ; J’ignore si les panneaux des vitraux représentant la vie de Saint Julien reprennent cette structure en spirale et jouent sur des rappels de motifs et de situations. De toute façon, les maîtres-verriers s’inspiraient généralement de la Legenda Aurea, dont le récit quelque peu résumé et beaucoup moins structuré présente des différences notables avec les deux versions françaises du xiiie siècle. Voyez la fin, par exemple, où le lèpreux est couché dans le lit conjugal, mais entre Julien et sa femme, ce qui atténue le côté peut-être un peu scabreux de la version primitive. Quant à Flaubert, il a éliminé la femme avant la fin : Julien se sauve seul.

39A une question de Monsieur GALLEY, Monsieur PERROT répond : Nous retrouvons ce rapprochement lèpre-luxure dans le Tristan, lorsqu’Yseut, dont on vient de connaître l’adultère, est livrée à Yvain, le chef des lépreux, qui l’avait réclamée au roi Marc en ces termes :

"Se la donez a nos meseaus,
Qant el verra nos bas bordeaus (…)
Et l’estovra a nos couchier (…)
Dont voudroit miex morir que vivre."
(v.1204-1213)

Notes

1 La version en vers a été éditée par A. TOBLER, dans Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Litteraturen, t.CII (1899), p. 109-178 ; la version en prose par R. TOBLER, id., t. CVII (1901), p. 79-102.

2 Paul MEYER, "Légendes Hagiographiques en Français", dans Histoire Littéraire de la France, t. XXXIII, p. 388.

3 Cf. ma thèse en préparation sur les légendes hagiographiques en prose française aux xiii° et xiv° siècles. Sur l’origine, la diffusion et les principaux témoins de ce thème légendaire, voir G.de GAIFFIER, "La Légende de s. Julien l’hospitalier", dans Analecta Bollandiana, t.63 (1945), P-144-219.

4 Pierre GALLAIS, "L’Hexagone Logique et le roman médiéval", dans Cahiers de Civilisation Médiévale, (1975), p. 1-14, 133-148.

5 Gustave FLAUBERT, Trois Contes.

6 Les contemporains ne s’y sont pas trompés. Voici par exemple comment l’auteur d’une règle de recluses, l’Ancren Riwle, appartenant à la fin du xii° ou au début du xiii° s., interprétait la légende de s. Julien : "Et ils (les pélerins du ciel) méritent bien de l’obtenir (le ciel) ; car tandis que les pélerins de la terre se donnent du mal pour aller vénérer très loin des ossements sacrés - comme ceux de s.Jacques ou de s.Gilles -les pélerins dont je parle se rendent au ciel pour devenir eux-mêmes des saints (…) Sans aucun doute, ils trouvent sur leur chemin l’hôtellerie de s.Julien que les voyageurs recherchent avec tant de soin."
D’autre part, d’après la Vision de Thurkill, de Raoul de Coggeshall, qui relate un fait qui se serait passé en 1202, s.Julien semble avoir été invoqué pour obtenir un bon gîte non seulement par les voyageurs du temps, mais aussi pour les voyageurs de l’éternité ; il y apparaît comme le guide bienveillant qui connaît le chemin qui conduit aux éternelles demeures, (cf. de Gaiffier, o.c)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

Auteur

Université de Besançon

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540