Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

L'épopée

Le thème du voyage dans Les Enfances Guillaume

Bernard Guidot

Texte intégral

  • 1 M.de Riquer. Les Chansons de Geste Françaises. 2ème édit. trad. Paris. Nizet.1957. p. 1 60.
  • 2 Lire D.Mac Millan in Romania. 64.1938. p. 313.27 et 69.1946.p. 93.95.
  • 3 P. Henry. Les Enfances Guillaume. Paris. SATF. 1935, Introd. p. XXXVI. Nous citerons toujours d’ap (...)
  • 4 M.Tyssens. La Geste de Guillaume d’Orange dans les manuscrits cycliques. Paris. Les Belles Lettres (...)
  • 5 M. Tyssens. op. cité p. 75. J.Frappier écrivait -dans Les Chansons de Geste du Cycle de Guillaume (...)
  • 6 M. Tyssens. op. cité p. 49. A.Jeanroy -in Romania. 26.1897. p. 13- soulignait déjà le "caractère t (...)

1On sait que Les Enfances Guillaume - peut-être écrites dans l’intention de lier "le cycle des exploits de Guillaume à celui d’Aymeri de Narbonne"1 - présentent le même sujet que Les Narbonnais2. Patrice Henry - dont nous utilisons, pour cette étude l’édition parue en 1935 - pensait même que Les Enfances Guillaume et Les Narbonnais étaient "des remaniements d’un même poème plus ancien"3. Ce n’est pas l’avis de Melle M. Tyssens qui écrit dans sa thèse4 : "Ainsi Les Enfances Guillaume ne sont pas autre chose que la nouvelle mise en œuvre d’un thème qui était déjà contenu dans Les Narbonnais, et non pas l’une des deux refaçons - l’autre étant Les Narbonnais - d’un poème plus ancien"… Et telle M. Tyssens discerne quelques différences fondamentales entre les deux chansons5 : dans Les Enfances Guillaume le futur vainqueur de Corsolt est le véritable héros a lors que dans Les Narbonnais le lecteur s’intéresse aussi bien à ses frères qu’à lui-même. Le poème des Narbonnais "peut-être considéré comme un récit autonome", Les Enfances Guillaume ont un rôle cyclique évident6 : "chanson-prologue, nécessairement postérieure au Couronnement de Louis et à La Prise d’Orange… la chanson des Enfances Guillaume ne peut passer pour très ancienne"…

  • 7 Vers 1.3 et 16.22.
  • 8 Cité in édit. de P. Henry p. XXII.
  • 9 Il croit reconnaître, parmi les prétendants d’Hermenjart, une transposition épique du roi de Hongr (...)
  • 10 Op. cité p. 20.

2En ce qui concerne notre sujet la date de composition est importante. Dès l’abord il convient de rejeter l’opinion de P. A. Becker. Il considérait qu’un même auteur était à l’origine du Couronnement de Louis, du Charroi de Nîmes, de La Prise d’Orange et du Moniage Guillaume. C’était pour lui un "seul poème à quatre branches" ("eine vierteilige Branchendichtung"). Il pensait que le bref prologue7 des Enfances Guillaume avait figuré, à l’origine, au début au Couronnement de Louis. En d’autres termes, un moine de noble lignage aurait cherché, avant 1160, à compléter la biographie poétique de Guillaume. C’était hâtivement confondre la succession biographique (qu’illustre l’ordonnance cyclique) et l’âge réel des œuvres, tant il est vrai que les exploits juvéniles des héros ont été chantés en dernier lieu, ainsi que l’écrivait déjà J.Bédier8. Or le noyau principal déjà mentionné appartient au douzième siècle. Pour Les Enfances Guillaume, aucune indication, ni philologique ni littéraire, n’est véritablement probante. On peut se faire une idée approximative de la date de création d’après les autres chansons que connaît l’auteur de l’œuvre qui nous occupe. La plus tardive, Aymeri de Narbonne, est, selon L. Demaison son éditeur, postérieure à 12059. Comme le manuscrit de base de P. Henry (Ms D, B.N.fr. 1448) est du milieu du treizième siècle, Les Enfances Guillaume datent sans doute de la période 1205. l250. C’est ce que J. Frappier résumait en écrivant qu’elles pouvaient "être datées, sans plus de précision, de la première moitié du treizième siècle"10.

  • 11 Cf.P. Henry, édit.citée p. XLII et M. Tyssens op. cité p. 74 et 387.88.
  • 12 M. Tyssens. op. cité p. 74 note 2.

3Nous avons fondé notre étude sur le manuscrit D sans retrancher les huit dernières laisses appelées quelquefois "Le Département des Fils Aymeri" et qui peuvent être considérées comme un petit poème à part11. Melle M. Tyssens reconnaît d’ailleurs que dans le manuscrit "rien ne marque la limite entre ces huit laisses et Les Enfances Guillaume."12

4Sans être en lui-même d’une importance capitale le thème du voyage dans Les Enfances Guillaume est lié constamment au déroulement de l’action. Ce n’est pas nouveau dans le monde épique : Le Couronnement de Louis, pour ne citer qu’une chanson, entraînait le héros dans d’inlassables pérégrinations qui, d’Aix à Rome en passant par Montjeu, puis à Tours, Rouen, Bordeaux, Pierrelate, Andorre, lui faisaient "user sa jovente" au service de Dieu et de l’Empereur. Notre dessein est de caractériser le voyage dans notre chanson en faisant d’abord l’étude de la formulation épique le concernant, puis en déterminant quelle est sa place dans la structure du récit et son rôle dans la vie intellectuelle et affective des personnages de premier plan.

  • 13 Vers 2808.09. Cf, pour les deux autres voyages, vers 2006.07 et 2740.41.

5Aucun voyage dans la chanson n’est décrit avec précision ou recherche. Trois d’entre eux ne sont mentionnés que par le départ ou l’arrivée ou les deux, comme pour celui de Guillaume qui revient de Paris à Narbonne13 :

Vait s’an Guillames, li marchis Fierebraice ;
A trois luetes lor est la meirs salée…

6Voilà qui montre bien l’unique préoccupation de l’auteur : replacer au plus vite son héros au coeur des difficultés à Narbonne.

  • 14 Vers 587, 725, 779, 785, 835, 1322, 1427, 2011, 3318, 3400.01.

7Pour ce qui touche la manière dont s’effectue le voyage, Les Enfances Guillaume font preuve d’une sobriété à laquelle nous a, il est vrai, habitués le genre épique. Voici une série d’exemples significatifs14 :

Juc’ai Orange ne se vot atergier…
Juc’a Orange ne se vout aresteir…
Li mes s’an torne, ke n’i vot arester…
Ainz ne finait de broichier jusc’al treiz…
Li mes s’an torne, pluix n’i vot arester…
Tresc’ai Oranges ne firent arestee…
Jusc’ai Nerbone ne se vot atardier…
Dusc’ai Nerbone ne sessent ne ne fine…
A tant s’en tornent ke n’i ont terme quis…
Tant esploterent, sans nul delaiement
K’ai Commarci sont venu liemant…

  • 15 Vers 940, 2112, 2146, 3117, 3286.

8Le rapprochement de ces vers montre l’absence de diversité dans l’expression. Tous disent simplement la hâte de mener à son terme le déplacement entrepris. Les formules sont interchangeables, équivalentes, et c’est le deuxième hémistiche du décasyllabe qui fournit son cadre immuable ("Ne se vout aresteir", "pluix n’i vot arester", "ne sessent ne ne fine", "sans nul delaiement"). Tous les exemples proposés se rapportent à des voyages assez longs, mais quand il s’agit d’un simple déplacement dans un rayon limité (par exemple une "sortie" de combattants autour d’une cité) Les Enfances Guillaume ne s’expriment pas différemment15 :

Duscai as loges ne pristent onkes fin…
Tresc’ai Nerbone n’i ont raingne tenu…
Desci as loiges ne prirent onkes fin…
Tresc’a Nerbone n’i font aresteman…
Tresc’ai la vile arestee ne font…

  • 16 Vers 1738.

9Et il n’en va pas autrement pour Thiébaut et ses compagnons, qui, déjà dans Gloriette, vont rendre visite à Orable dans ses appartements16 :

10Dusc’a Orable ne sescent ne ne finent… Les personnages concernes n’ont aucune influence sur la façon dont le voyage est mentionné. Ils sont extrêmement différents les uns des autres par leur rang, leur personnalité, qu’il s’agisse des principaux Aymerides, de chefs sarrasins ou d’obscurs messagers.

  • 17 Vers 3239, 3242, 3241.
  • 18 J.Rychner. La Chanson de Geste. Essai sur l’art épique des jongleurs. Genève. Dros. Lille. Giard. (...)
  • 19 0n songe aux vers 269 et 1448 du Couronnement de Louis :
    De ses jornées ne sai que vos contasse…
    De (...)
  • 20 E. R. Curtius. La littérature européenne et le Moyen Age latin. trad. J. Brejoux. Paris. PU9. 1956 (...)

11Le style simple, dépouillé, formulaire - on note trois fois17 en huit vers "de niant ne s’atarge" - que M.J.Rychner avait étudié dans neuf chansons du douzième siècle,18 est encore une caractéristique des Enfances Guillaume comme nous le vérifions à propos du voyage. L’aveu d’insuffisance de l’auteur "De ses jornees ne vos sai conter mie"19 est un exemple de ce que M.Curtius appelle "topos de l’ineffable"20, c’est un procédé courant dans les chansons de geste.

  • 21 Les voyageurs, que ce soit à Paris, à Orange ou Brubant, descendent de cheval, le plus souvent, su (...)
  • 22 Vers 1619.20, 2265.66, 3279, 3319.20.
  • 23 Anseüne : "Aujourd’hui Ansérune, site archéologique non loin de Béziers". Cf.J. Frappier. op. cité (...)
  • 24 Géronde : Gérona en Catalogne (Cf. E. Langlois. Table des noms propres de toutes natures… Paris. B (...)

12Le paysage qui se profile à l’arrière-plan est peu caractérisé. La chanson énumère à quelques variantes près, les principaux accidents de terrain que tout voyageur pourrait rencontrer dans une nature de convention : tertres, vallées sauvages, forêts, gués, "puis" et autres "laris". Elle ajoute à ce catalogue certains types d’agglomérations médiévales : villes, cités, bourgs, sans oublier forteresses ni châteaux et ainsi se trouve campé un décor stylisé, qui n’a qu’un lointain rapport avec la réalité21 ainsi qu’en témoigne la mention22 de quatre voyages faits de Narbonne à Orange, de Montpellier à Paris, de Bavière à Anseüne23 et de Narbonne à Géronde24 :

Passe les tertes et les vais enhermie
Et les forés et les bors et les villes…
Et passent tertres et les plainz et les guez
Les bors, les viles, les chastels, les citeiz…
Passent les vals et les puis et les mons…
Tant chevaicherent per puis et per laris
Ke de Geronde voient les murs antis…

  • 25 I1 n’y a de précision, au moins apparente, que pour les préparatifs du seul voyage maritime des En (...)

13La technique épique dans la chanson semble bien exclure tout effet de pittoresque25.

  • 26 Vers 321.22.

14Le fameux problème de la géographie épique se pose aussi dans Les Enfances Guillaume dans la mesure où la bizarrerie distingue le seul itinéraire qui fournisse un nom de ville26 entre le point de départ (Narbonne) et le terme du voyage (Paris) :

Cuens Ainmeris, quant Tolouse ait pacey,
Droit vers Saint Gille ait son chamin torney..

  • 27 Pour la voie Narbonne-Bordeaux cf. W. Wilke. op. cité p. 76.78.
  • 28 Lire J. Ch. Payen. Encore le problème de la géographie épique. Studia Romanica. Heft 14.1969, p. 2 (...)
  • 29 L’expression est do M. J. Ch. Payen.

15Certes le manuscrit C a omis le vers 321 qui fait état d’un passage à Toulouse, mais si nous nous en tenons au texte D, nous restons perplexes. L’incohérence est totale d’autant plus qu’une seule voie conduit à cette époque de Saint Gilles à Toulouse, en passant par Nîmes, Montpellier, Béziers, Narbonne, Carcassonne27. Sans doute ne s’agit-il pas vraiment de mépris de la réalité28 mais de fantaisie que permet l’épopée et qu’accepte avec bienveillance l’auditoire des jongleurs qui ne refuse pas la possibilité d’une "poétisation du réel"29. En soumis ce qui caractérise l’évocation du voyage dans Les Enfances Guillaume c’est une stylisation très conventionnelle.

  • 30 Vers 192.
  • 31 Les quatre autres sont les suivants : 192,206. 10, 335.37, 1420.21.
  • 32 Vers 315.18, 701.04, 1394.97, 2259.62.

16Le voyage joue par ailleurs un rôle non négligeable dans la structure du récit. Celui du comte Aymeri et de quatre de ses fils en direction de Paris est un thème conducteur de l’action, et par là-même un facteur d’unité et de cohérence. Il est mentionné treize fois avant d’arriver à son terme et deux fois après. La présentation du voyage étant faite30 "Vai s’an Guillaumes et sa meire se paime" les rappels se succèdent périodiquement par groupes de deux vers (six fois), de trois vers (deux fois), de quatre vers (six fois). Ils agissent comme un refrain, comme un leitmotiv, peuvent appartenir à la narration proprement dite (huit fois sur quinze) ou etre des propos tenus par Guillaume (quatre fois), par Thiébaut (deux fois), par les chevaliers français restés a Narbonne (une fois). Examinons de plus près quatre des huit passages narratifs31. Ce sont des groupes de quatre vers32 qui reviennent de loin en loin dans le récit (l’écart entre chaque apparition est de 386 vers, 690 vers et 862 vers). La première occurrence se situe aux vers 315.318 :

Or redovons de Guillaume chanteir
Ki d’Ainmeri, lo viel chanut barbei,
Ki vait an France, a Paris la citei,
Ai Charlemainné ces anfans presanteir.

  • 33 "redovons" : deux graphies, "Ainmeri" : quatre graphies, "chanut" : trois graphies, "barbei" : qua (...)
  • 34 A remarquer que le vers "Ai Charlemainne ces amans presanteir" déjà textuellement repris trois foi (...)

17La transition qui nous ramène au thème du voyage s’effectue avec simplicité et netteté, sans complication ni raffinement particuliers. "Or redovons" : "Maintenant il nous faut…" Sur les trois autres passages, deux sont absolument identiques à quelques variantes graphiques près33, dans le troisième, le second hémistiche du dernier vers est modifié, "…ces anfans presanteir" devient "…le roi ke l’ait mandé". La quasi identité des quatre groupes de vers est structurellement très frappante34 car ceux-ci "relancent" l’intérêt des Enfances Guillaume, alors que s’achèvent quatre épisodes de premier plan : l’assaut de Thiébaut contre Narbonne, le retour à Orange du Sarrasin Aquillant qui rapporte, à Orable, l’épervier, premier cadeau de Guillaume, la remise à Orable du deuxième cadeau de Guillaume, l’anneau, gage d’amour, et enfin l’échange de Beuves prisonnier, contre le Sarrasin Apellart.

  • 35 Les passages complets sont les suivants : vers 556.57, 1052.53, 1399.1402, 2987.88.

18Quand le voyage est rappelé par des propos de Guillaume35 on ne constate pas de réelle identité formulaire :

Et vois an Franse, a Charlon a vis fier…
Ains vois an France, a Charle le menbré…
S’irons an France, a Paris la cité…
Et fui an France, a Charlemainne, aleiz…

19En revanche c’est le rappel, à chaque fois, de l’adoubement espéré qui joue le rôle de leitmotiv :

A Pantecouste doi astre chivelier…
A Pantecouste me doit faire adouber…
A Pantecouste me doi faire adouber…
Soie mercit si m’ait bien adoubey…

20Ainsi se trouve liée à la structure même de la chanson, cette constante préoccupation du héros, cet idéal, ce rêve qui doit devenir réalité, cette ambition généreuse qui jamais ne sera détournée à un profit purement personnel.

  • 36 Pour les chevaliers, vers 1524.27. Les propos de Thiébaut (vers 2204.05 et 2953.54) sont absolumen (...)

21Enfin le rappel de ce même voyage, d’abord dans deux harangues de Thiébaut, puis dans une sorte de discours collectif des chevaliers restés à Narbonne, participe également de ce lien thématique36, mais dans deux perspectives encore différentes : celle de l’ennemi et celle des preux qui espèrent des deniers et des marches.

  • 37 A ces trois épisodes qui voient s’éloigner de Narbonne Bernart, Garin et Hernaut, correspondent le (...)

22Aymeri et ses fils ayant réussi à vaincre les Sarrasins qui assiégeaient Narbonne, tous se retrouvent dans la bonne cité en liesse, mais très vite le comte décide le "département" de trois de ses fils. Trois épisodes analogues37 se succèdent alors et se correspondent structurellement. Le voyage en est le thème central.

23Le "département" de Bernart.

  • Aymeri fait part de sa décision : Bernart n’a rien à espérer à Narbonne ; qu’il aille à Brubant et demande en mariage la fille du duc (3125.36).
  • Bernart accepte (3137.38)
  • Préparatifs de départ (3162.71) - Le voyage et l’arrivée à Brubani, (3172.81) - Le duc et sa fille acceptent la requêtte de Bernart (3182.97) - Succession rapide d’événements : fiançailles le jour même et mariage le lendemain, en présence d’un évêque. Nuit de noces. Bertrand est engendré. (3198.3207)

24Dans la laisse suivante (LXXXIX) très brève, Aymeri apprend par un pèlerin que Bernart est marié.

25Le "département" de Garin.

  • Aymeri s’adresse maintenant à Garin en termes similaires : il n’obtiendra pas d’héritage à Narbonne ; il doit se rendre en Bavière pour demander en mariage la fille de Naimes et réclamer comme fief Anseüne encore sous domination sarrasine. (3221.36).
  • Garin accepte (3237).
  • Voyage et arrivée en Bavière (3238.46) - Naymes et sa fille accueillent favorablement la requêtte de Garin. (3247.67).
  • Fiançailles sur-le-champ, noces le lendemain en présence d’un archevêque. Vivien naquit de ce mariage (3268.73).

26Variante :

27Après huit jours de repos les jeunes mariés partent pour Anseüme avec une armée. Le voyage aboutit à la conquête de la cité (3273.97).

28Le "département" d’Hernaut Le Roux.

  • Aymeri s’adresse à Hernaut : il n’aura pas d’héritage à Narbonne ; il doit se rendre à Géronde assiégée par l’ennemi, et demander en mariage Biatrix la fille du comte (3300.10).
  • Hernaut accepte (3311).
  • Voyage et arrivée près de Géronde (3312.21).

29Variante :

30C’est à ce moment que se situent les combats pour la conquête de la cité. (3322.35).

31Puis les événements se succèdent comme dans les deux autres épisodes : -le comte Savaris accepte la requtte d’Hernaut (3336.43) - Fiançailles immédiates et noces le lendemain, en présence d’un évêque (3344.51)

  • 38 Vers 3354.79.
  • 39 Le fief de Commarchis est mal identifié. C’était primitivement le nom d’une marche "Conmarcensis p (...)

32Ces trois épisodes, fondés d’abord sur un voyage, permettaient à trois fils d’Aymeri d’accomplir leur destin. La chanson s’est faite insistante, presque pesante dans le parallélisme. Elle procède ensuite plus allusivement. Aymeri éloigne ensemble Guillaume Aÿmer et Beuves qui se rendent à Paris auprès de l’Empereur38. Cette arrivée à la cour correspond à la scène liminaire des Enfances Guillaume : Aymeri y souhaitait ne pas mourir sans voir ses enfants promis à un bel avenir. C’est la réalisation finale d’un vœu initial. En revanche les correspondances avec le destin des trois autres frères ne sont plus que fragmentaires. Ainsi le mariage Beuves-Elisant a lieu le lendemain de l’arrivée à Paris (il est célébré par un évêque) et les jeunes mariés partent pour Commarchis39, le neuvième jour comme l’avaient fait Garin et sa femme.

33La fin de la chanson survole allègrement une douzaine d’années. Une nouvelle génération de chevaliers va, elle aussi, s’épanouir grâce à un voyage. Beuves et Elisant envoient leurs fils Guielin et Gérard auprès de Guillaume resté à la cour, Bernard de Brubant en fait autant avec Bertrand, à une époque sans doute similaire. Les deux voyages sont parallèles entre eux et correspondent aux démarches qu’avait ordonnées Aymeri à ses fils.

  • 40 Vers 38.67.

34Cependant, en ce qui concerne le voyage, ce souci de la cohérence structurelle ne va pas sans coïncidences à caractère romanesque. Juste au moment où Aymeri souhaite que ses fils deviennent chevaliers, arrive le messager de Charlemagne proposant l’efficace protection de son maître40. Aymeri, Guillaume et leur armée se rendent à Saint-Gilles pour prier, ils rencontrent par hasard l’immense cortège que Thiébaut avait envoyé à orable. Pour la première fois Guillaume entendra parler de la belle Sarrasins. A la fin des Enfances Guillaume quand le héros, Beuves et Aÿmer se présentent devant Charles, Elisant vient précisément réclamer un mari, son père le roi Yon étant mort récemment. Ces divers concours de circonstances contribuent, eux aussi, à assigner au voyage une place de choix dans la structure de la chanson.

  • 41 Thiébaut lui-même décide deux voyages : l’un à Orange pour vérifier si Golias et Otran ont été vai (...)

35Contrairement à ce qui se passe dans La Prise d’Orange, les événements des Enfances Guillaume se déroulent à Narbonne, Paris, Montpellier, Orange, et même à Géronde et Anseüne. Les allées et venues sont nombreuses entre les armées et les cités41 et fréquemment d’obscurs messagers contribuent à infléchir le cours du destin. Les Français, comme les Sarrasins, profitent de ces interventions aussi bénéfiques qu’inattendues. Du point de vue narratif le procédé relève de la facilité, mais Les Enfances Guillaume, à cet égard, ne constituent pas une exception dans le monde épique.

  • 42 Vers 1146.52.
  • 43 Vers 2740.48.

36En ce qui concerne le camp chrétien, trois messagers anonymes jouent, à un moment donné, un rôle décisif : l’envoyé de Charlemagne qui provo que le départ, pour Paris, d’Aymeri et ses fils, le chevalier qui vient prévenir Bernart que Guillaume va être emmené prisonnier à Orange42, intervention qui permet la libération du comte, et enfin l’arrivée, sous Montmartre, d’un cavalier43, qui annonce le siège de Narbonne : une armée de secours est dépêchée en direction de la cité qui est délivrée. Chacun de ces voyages est l’amorce d’une péripétie dans Les Enfances Guillaume fertiles en rebondissements.

  • 44 Il semble bien que cette correspondance entre les trois messagers sarrasins et les trois messagers (...)
  • 45 Dans La Prise d’Orange aussi un espion venait avertir Arragon de la trahison d’Orable. (Edit. Cl.R (...)
  • 46 Vers 202.11.
  • 47 Vers 724.45.
  • 48 Vers 1425.51.
  • 49 Melle Tyssens -p. 64.66 de sa thèse- montre que la version x, modèle de AB, est "plus harmonieuse (...)

37A trois reprises également44, les Infidèles tirent profit de ces voyages éclair d’espions efficaces45 : Thiébaut apprend que Narbonne est privée de ses principaux défenseurs46, il ne tarde pas à l’attaquer, Clarion et Asereit sont prévenus que les Français sont installés près de Montpellier47, leur campement ne manque pas d’être assailli, enfin Thiébaut peut mettre le siège devant Narbonne quand il est certain que l’armée d’Aymeri est repartie de Montpellier pour Paris48. Seul le messager de 1’Empereur a été requis, les autres, chrétiens ou païens, sortent de l’ombre, a gissent et disparaissent à nouveau. Le messager anonyme est une sorte de "deus ex machina" de second rang, à l’efficacité provisoirement souveraine49.

  • 50 Dans le cycle de Guillaume d’Orange, La Prise d’Orange est la plus ancienne chanson (M.de Riquer. (...)
  • 51 Ke per amors baiseroit sa bouchete
    Ja mais n’avroit lo vertin an sa teste.
    Ces vers 519.20 sont repr (...)
  • 52 Vers 558.73.
  • 53 Pour cet "amour de loin" cf. Ph. Ménard. Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au (...)
  • 54 Vers 651.57, 689.95.
  • 55 Vers 764.78.
  • 56 Vers 1853.
  • 57 Vers 1120.23. Guillaume dira à Bernart sa déception d’être délivré avant d’arriver à Orange. (1266 (...)

38Influent dans le domaine guerrier, le voyage permet aussi la naissance et l’épanouissement d’un amour délicat entre Guillaume et Orable. Dans Les Enfances Guillaume les sentiments amoureux ne sont pas négligeables comme dans les plus anciennes chansons du cycle : La Chanson de Guillaume. Le Couronnement de Louis ou Le Charroi de Nîmes50. C’est le païen Aquillant qui, le premier, exalte la beauté d’Orable devant Guillaume. Avec enthousiasme, en termes très élogieux51, il s’applique à faire revivre la piquante personnalité de la jolie païenne. Et aussitôt, Guillaume charge Aquillant de transmettre un message à la jeune fille : eu homme bien élevé, il s’excuse de s’être approprié Bauçant, promet a Orable qu’il la fera baptiser et, en soupirant plein de prévenances, lui offre un épervier. Dans la chanson, Guillaume aura constamment une attitude de galant homme52. L’éloignement a sans doute aidé à la naissance de cet amour romanesque53, il joue un rôle plus certain encore dans le cas d’Orable. Elle s’évanouit d’abord mais, sensible à sa délicatesse, pare bientôt le comte de toutes les qualités54. Les messagers qui interviennent dans le conflit armé sont anonymes ; deux messagers seulement servent d’intermédiaires amoureux et ils ont une personnalité : A-quillant et le chambellan privé d’Orable. Ce dernier fait plusieurs fois la navette entre les deux héros qui ne se rencontreront jamais dans la chanson. Le voyage est un trait d’union entre eux. Guillaume peut ainsi transmettre un deuxième cadeau, plus significatif : un anneau, symbole de sentiments durables. Orable en sera enchantée. Elle-même prouve deux fois la qualité de son inclination en prévenant Guillaume d’une attaque surprise55 et, avant sa nuit de noces, en lui écrivant pour affirmer qu’elle n’a pas changé ; en même temps, elle lui fait remettre, geste courtois, une "enseigne de paile" et ajoute56 : "Por m’amistié la port an la bataile". Guillaume fait prisonnier, Quarriauz le harcèle, le menaçant des pires tourments à Orange, mais -plaisante surprise- voici que le prisonnier l’incite fougueusement à se hiter57 :

Gloz, dist Guillames, n’ai soig de ton plaidier.
Mais tien ta voie, panse de l’esploitier
Ke a Oranges puisons anuit maingier,
Deleiz Orable la bele au cors ligier.

39De pénible calvaire, -ce qu’imaginait naturellement Quarriauz- le voyage pour Orange s’est métamorphosé en équivalent du bonheur.

  • 58 Four les Bretons dans l’épopée médiévale. Cf. Ph. Ménard. op. cité p. 127 note 315.
  • 59 Vers 2635.52.

40Cette dernière remarque nous invite à constater que, pour les personnages, le voyage est conçu en fonction de son terme, du résultat que l’on peut en attendre. Au début des Enfances Guillaume, le héros est indigné à l’idée de se rendre a la cour de Charles, car cela lui semble une démarche humiliante qui permet d’escompter des honneurs en échange de servitudes. Il déclara sans ambages que, dès le lendemain, il partira pour les terres sarrasines à la conquête de possessions personnelles. Ce voyage est symbole de l’épanouissement et de l’établissement d’une personnalité, il est étroitement associé à la générosité, à la vaillance, à l’idéal du chevalier. Guillaume est sûr de ses conceptions, ce qui explique sa violente colère et quand, poussé par son père, il accepte le voyage parisien, il en modifie la nature et s’impose aux dépens d’un dignitaire insolent puis du Breton horrifique58. En revanche pour l’abbé de Saint-Denis une expédition en terre étrangère est un bon moyen d’écarter un être haï et redouté : c’est ce qu’il préconise pour Guillaume 59 en espérant bien qu’il ne reviendra pas. Il propose même les armes pour que l’adoubement et le départ aient lieu sans tarder. Ce qui, pour Guillaume, signifiait désintéressement est maintenant calcul, la générosité est transformée en mesquinerie.

41En définitive, l’étude du thème du voyage dans Les Enfances Guillaume prouve que la technique formulaire n’a pas varié depuis les plus anciennes chansons du cycle. Les voyages, longs ou brefs, accomplis pur des personnages secondaires ou des protagonistes, sont mentionnés laconiquement, d’une façon quasi identique, par des vers qui, de loin en loin, s’appellent et se répondent. On ne note aucune tentative de particularisation de paysages ou d’itinéraires, aucun détail véritablement significatif. Le voyage des Aymerides à la cour, leitmotiv structurel, est lié à un souci ancien dans le monde épique : l’adoubement du "bacheler" et son établissement. Les parallèles ou correspondances entre scènes de voyages relèvent aussi d’une technique éprouvée. C’est sur un autre plan que le thème de notre étude révèle une évolution : dans les plus anciennes épopées de la geste les voyages n’étaient que des missions militaires et collectives. Dans Les Enfances Guillaume, ce sont des personnages anonymes qui s’acquittent de cette tâche. En revanche, pour les héros Guillaume et Orable, le voyage est surtout utile sur un plan affectif, très personnel. Une nouvelle atmosphère est née -qu’avaient déjà illustrée, à la fin du douzième siècle, Le Siège de Barbastre et Folque de Candie-les sentiments amoureux y trouvent une place de choix. L.Gautier y voyait un abâtardissement du genre. En fait le visage de l’austère épopée est ainsi plus souriant et partant plus humain.

Notes

1 M.de Riquer. Les Chansons de Geste Françaises. 2ème édit. trad. Paris. Nizet.1957. p. 1 60.

2 Lire D.Mac Millan in Romania. 64.1938. p. 313.27 et 69.1946.p. 93.95.

3 P. Henry. Les Enfances Guillaume. Paris. SATF. 1935, Introd. p. XXXVI. Nous citerons toujours d’après cette édition.

4 M.Tyssens. La Geste de Guillaume d’Orange dans les manuscrits cycliques. Paris. Les Belles Lettres. 1967. p. 78.

5 M. Tyssens. op. cité p. 75. J.Frappier écrivait -dans Les Chansons de Geste du Cycle de Guillaume d’Orange, tome II. Paris. SEDES.1965.p. 19- "Les Enfances Guillaume, très proches, par leur sujet, du poème des Narbonnais ont été composées après coup pour constituer une introduction au cycle de Guillaume"…

6 M. Tyssens. op. cité p. 49. A.Jeanroy -in Romania. 26.1897. p. 13- soulignait déjà le "caractère tout moderne et artificiel" des Enfances Guillaume : "Ce sont là des inventions qui semblent faites pour des lecteurs de Chrétien de Troyes".

7 Vers 1.3 et 16.22.

8 Cité in édit. de P. Henry p. XXII.

9 Il croit reconnaître, parmi les prétendants d’Hermenjart, une transposition épique du roi de Hongrie, André II, monté sur le trône en 1205. (Aymeri de Narbonne. édit. L.Demaison. Paris. Didot. 1887. tome I. p. XC.)

10 Op. cité p. 20.

11 Cf.P. Henry, édit.citée p. XLII et M. Tyssens op. cité p. 74 et 387.88.

12 M. Tyssens. op. cité p. 74 note 2.

13 Vers 2808.09. Cf, pour les deux autres voyages, vers 2006.07 et 2740.41.

14 Vers 587, 725, 779, 785, 835, 1322, 1427, 2011, 3318, 3400.01.

15 Vers 940, 2112, 2146, 3117, 3286.

16 Vers 1738.

17 Vers 3239, 3242, 3241.

18 J.Rychner. La Chanson de Geste. Essai sur l’art épique des jongleurs. Genève. Dros. Lille. Giard. 1955. (ERP 53).

19 0n songe aux vers 269 et 1448 du Couronnement de Louis :
De ses jornées ne sai que vos contasse…
De lor jornées ne sai que vos contasse…

20 E. R. Curtius. La littérature européenne et le Moyen Age latin. trad. J. Brejoux. Paris. PU9. 1956. p. 196.99. Cette formule par laquelle l’auteur se déclare "incapable de traiter le sujet" existe à toutes les époques. Au Moyen Age, elle a été fréquente aussi dans les vies de saints. Elle s’explique par le désir de louange ou de concision. W. Wilke -dans Die französischen Verkehrsstrassen nach den chansons de geste. Halle. M. Niemayer. 1910. p. 6- commentait un vers tiré d’Aiol.

21 Les voyageurs, que ce soit à Paris, à Orange ou Brubant, descendent de cheval, le plus souvent, sur un "perron", à l’ombre d’un olivier.

22 Vers 1619.20, 2265.66, 3279, 3319.20.

23 Anseüne : "Aujourd’hui Ansérune, site archéologique non loin de Béziers". Cf.J. Frappier. op. cité p. 7 note 1.

24 Géronde : Gérona en Catalogne (Cf. E. Langlois. Table des noms propres de toutes natures… Paris. Bouillon. 1904. p. 286 et J. Prappier. op. cité p. 7)

25 I1 n’y a de précision, au moins apparente, que pour les préparatifs du seul voyage maritime des Enfances Guillaume (vers 215.38, laisse de reprise vers 239.48. et 271.86.) et pour l’arrivée de Sarrasins à Orange, ce qui donne lieu à un joyeux tumulte (vers 1623.26) :
Lai oïssiez tant cors, tantes busine,
Sonent cil graille, cil ollifant bondissent,
Cil mul rechaignent et cil vetre glatissent
Braient cil hours et cil destrier hainnissent.
En fait ces vers relèvent plus de la fantaisie ver baie, de l’imagination débridée que de la précision.

26 Vers 321.22.

27 Pour la voie Narbonne-Bordeaux cf. W. Wilke. op. cité p. 76.78.

28 Lire J. Ch. Payen. Encore le problème de la géographie épique. Studia Romanica. Heft 14.1969, p. 26l. 66.

29 L’expression est do M. J. Ch. Payen.

30 Vers 192.

31 Les quatre autres sont les suivants : 192,206. 10, 335.37, 1420.21.

32 Vers 315.18, 701.04, 1394.97, 2259.62.

33 "redovons" : deux graphies, "Ainmeri" : quatre graphies, "chanut" : trois graphies, "barbei" : quatre graphies, "citei" : trois graphies, "presanteir" : deux graphies. Relevé non exhaustif.

34 A remarquer que le vers "Ai Charlemainne ces amans presanteir" déjà textuellement repris trois fois, se retrouve encore dans les propos de Thiébaut, vers 2205 et 2954.

35 Les passages complets sont les suivants : vers 556.57, 1052.53, 1399.1402, 2987.88.

36 Pour les chevaliers, vers 1524.27. Les propos de Thiébaut (vers 2204.05 et 2953.54) sont absolument identiques, variantes graphiques mises à part :
Car Aymeris en est an France aleyz
A Charlemainne ses anfans presanter…

37 A ces trois épisodes qui voient s’éloigner de Narbonne Bernart, Garin et Hernaut, correspondent les trois scènes qui racontent leur adoubement°: vers 2548.55, 2556.70, 2571.89.

38 Vers 3354.79.

39 Le fief de Commarchis est mal identifié. C’était primitivement le nom d’une marche "Conmarcensis provincia". (Cf. Buevon de Conmarchis. édit. A. Henry. Bruges. De Tempel. 1953. p. 218.)

40 Vers 38.67.

41 Thiébaut lui-même décide deux voyages : l’un à Orange pour vérifier si Golias et Otran ont été vaincus par Guillaume (1596.1610) et l’autre à Narbonne pour reprendre le siège interrompu par une trêve. (1994.99)

42 Vers 1146.52.

43 Vers 2740.48.

44 Il semble bien que cette correspondance entre les trois messagers sarrasins et les trois messagers français, soit un effet du hasard.

45 Dans La Prise d’Orange aussi un espion venait avertir Arragon de la trahison d’Orable. (Edit. Cl.Régnier. Paris. Klincksieck. 1966. Rédact. AB. vers 1462.75.)

46 Vers 202.11.

47 Vers 724.45.

48 Vers 1425.51.

49 Melle Tyssens -p. 64.66 de sa thèse- montre que la version x, modèle de AB, est "plus harmonieuse ou plus logique" que C et D. En particulier les voyages de messagère s’y trouvent souvent annoncés ou justifiés. Pour C et D "…on voit non seulement que le narrateur crée un personnage de messager chaque fois que le besoin s’en fait sentir, mais encore que pour lui un messager est simplement un homme qui se met en route pour porter une nouvelle et non pas nécessairement l’envoyé de quelqu’un", (p. 67).

50 Dans le cycle de Guillaume d’Orange, La Prise d’Orange est la plus ancienne chanson (M.de Riquer. Les Chansons de Geste… p. 159 : "se date peu avant 1150" ; J. Prappier. Les destriers et leurs épithètes in La technique littéraire des chansons de geste. Liège.1959 : "vers 1165") qui fasse cas de l’amour.

51 Ke per amors baiseroit sa bouchete
Ja mais n’avroit lo vertin an sa teste.
Ces vers 519.20 sont repris, sous une autre forme, plus leste, aux vers 542.44.

52 Vers 558.73.

53 Pour cet "amour de loin" cf. Ph. Ménard. Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Age. Genève. Droz.1969. p. 67.88 et 189.

54 Vers 651.57, 689.95.

55 Vers 764.78.

56 Vers 1853.

57 Vers 1120.23. Guillaume dira à Bernart sa déception d’être délivré avant d’arriver à Orange. (1266.75)

58 Four les Bretons dans l’épopée médiévale. Cf. Ph. Ménard. op. cité p. 127 note 315.

59 Vers 2635.52.

Auteur

Université de Nancy

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540