Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Perceval

L’itinéraire intérieur dans le Perceval de Chrétien de Troyes et la structure de la quête de Gauvain

Antoinette Saly

Texte intégral

1Perceval va donc se remettre en route, pour un nouvel itinéraire ; itinéraire qui se situe sur un plan différent de celui que M. Gouttebroze vient de lui faire parcourir avec tant d’originalité.

2Mon dessein est d’attirer l’attention sur quelques points qui touchent à la structure de la quête dans le Conte du Graal et, partant, à celle du roman.

3D’abord une question : est-il vrai que le roman de Chrétien soit une quête du Graal ? Dans la conception de l’auteur, certainement ; dans l’état d’inachèvement où il nous est parvenu, assurément non. Nous ne savons pas par quels moyens Perceval était destiné à redécouvrir le château du Roi Pêcheur et à réussir sa quête. La seule chose que nous connaissons, c’est le nouvel état d’esprit dans lequel il la continue après sa visite chez l’ermite et sa conversion. Tout ce qui constitue pour nous le Perceval est l’histoire de cette évolution ; cette histoire, prolégomènes de la quête du Graal, est celle d’un itinéraire qui mène Perceval de la gaste forêt native à la forêt de 1’ermitage. La grant forest oscure de son parcours est jalonnée d’étapes où se présente l’aventure.

  • 1 Ed. Roach, v. 79-80.

4Ce n’est pas l’aventure qui guette le héros, comme c’est le cas, par exemple, pour Lancelot ; l’aventure ne se produit ici que dans la mesure où Perceval est un itinérant et un itinérant voué à la quête solitaire d’un devenir. Le mouvement qui l’y porte est interne, dès le départ ; ce qui apparaît dans l’ouverture printaniere où Chrétien campe son personnage : il se lève,a l’idée d’aller voir les herseurs, prend ses trois javelots et tout issi Fors del manoir sa raere issi1. Le voilà en forêt pour y avoir la révélation fulgurante de la chevalerie, d’une chevalerie en quête, à la recherche d’une partie d’elle-même, comme l’a suggéré Jacques Ribard dans son bel article de Perspectives Médiévales (N°I).

5Cette rencontre est pour lui l’invitation au voyage : il ira au roi qui fait les chevaliers. C’est alors le départ tragique du manoir maternel, la tente de La pucelle, la cour du roi Arthur ; et puis le retour : château de Gornemant de Goort, château de Beaurepaire, château du Roi Pêcheur.

6Chacune de ces étapes d’un itinéraire spatial sur le plan romanesque correspond en fait à un stade d’évolution : Perceval se veut chevalier, se croit chevalier, devient chevalier, s’accomplit en tant que chevalier. Sortant de la gaste forest soutaine à l’état de nature, il cause le malheur de la pucelle sous la tente et fait couler ses larmes ; sortant chevalier de chez Gornemant de Goort, il essuie les larmes de Blanchefleur et la sauve avec toute la population de Beaurepaire. Le voyage est à la fois la condition et le symbole d’une transformation intérieure dans le temps.

7Ce premier itinéraire, dans l’esprit de Perceval, est un circuit fermé qui doit le ramener à sa mère ; c’est dans cette perspective qu’il presse Arthur de 1’adouber, qu’il quitte Gornemant de Goort, qu’il quitte Blanchefleur.

8Dans cette partie du recit où tout est mouvement, où tout est progression, tout motif devient leitmotiv, tout épisode est préfiguration. Le schéma de l’épisode de la cour d’Arthur dont Perceval restaure la souveraineté en lui rendant la coupe d’or, 1’épisode de Beaurepaire qu’il délivre des assiégeants, tandis que l’abondance succède à la disette, sont autant d’annonces du salut qui doit s’opérer grâce à lui au château du Roi Pêcheur. Le fil des aventures est un fil d’Ariane.

9Lorsque Perceval archive devant la rivière infranchissable où le Roi Pêcheur vient à sa rencontre, il est plongé dais la prière, obsédé par la pensée de sa mère, animé du seul désir de la retrouver. Cette eau lui apparaît comme l’obstacle entre sa mère et lui. Survient la nef du roi. Pour comprendre ce qui se passe alors, il apporte de considérer l’itinéraire de Gauvain.

10La quête de Gauvain ne développe en contrepoint de celle de Perceval, l’expression est do Jean Frappier. C’est la facture de ce contrepoint qu’il convient d’examiner :

  • 2 Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, Paris, Sedes, 1972, p. 62.

11Perceval entreprend la quête du Graal2, on impose à Gauvain celle de la lance, dont, comme pour celle du Graal, nous n’aurons ici que les prolégomènes. Sa carrière est l’inverse de celle de Perceval : Perceval parti du manoir de sa mère se dirige vers la cour d’Arthur pour aboutir au château du Roi Pêcheur où il retrouve un oncle et un cousin ; Gauvain parti de la cour arthurienne aboutit au château des reines où il retrouve une grand-mère, une mère et une soeur. Perceval échoue, Gauvain, apparemment du moins, réussit.

12La même construction se reconnaît au niveau des épisodes où, grâce à un subtil jeu d’inversions, chacune des aventures oui composent ce second itinéraire reprenu, dans une tonalité différente, le thème d’une aventure du premier.

13A l’entrée de Perceval à la cour du roi Arthur correspond l’épisode du château de Tintagel ; à l’épisode de Beaurepaire celui d’Escavalon ; à la rencontre de la germaine cousine, celle de la pucelle au chevalier blessé ; l’histoire de l’Orgueilleux de la Lande, celle de l’Orgueilleuse de Logres.

14Remarquons que seuls sont repris les épisodes porteurs de la "senefiance" ceux qui dans le premier itinéraire ont valeur de préfiguration, c’est-à-dire ceux où Perceval restaure et répare.

15Remarquons également la place de l’épisode de l’ermitage, qui coupe le récit des aventures de Gauvain à l’endroit précis qu’occupe dans le premier itinéraire l’épisode du Roi Pêcheur, rejetant ainsi plus loin, dans une sorte de chiasme, ce qui en sera l’équivalent dans cette seconde série, celui du château des reines.

16Le même système de correspondances et d’oppositions s’établit à l’intérieur de l’épisode, cette fois au niveau des personnages, des motifs, de l’action.

  • 3 Comparer notamment v.3691-3777 et 7158-7217.

17A la pucelle qui a ri de la cour d’Arthur, giflée par Keu pour avoir prédit la gloire de Perceval, correspond la pucelle aux manches petites, giflée par sa soeur aînée pour avoir pris le parti de Gauvain ; à Blanchefleur correspond la soeur du roi d’Escavalon. Mais la correspondance n’est pas toujours aussi directe, ceci en raison du principe d’inversion : à l’Orgueilleux de la Lande correspond l’Orgueilleuse de Logres ; au Roi Pêcheur revêtu de zibeline et de pourpes, la reine Ygerne tout de blanc vêtue. Si la femme prend ici la place de l’homme, on constate, non sans saisissement, que le rôle de la malheureuse amie de l’Orgueilleux est en fin de compte tenu par Gauvain lui-même3.

18Tantôt un personnage peut se dédoubler par dissociation de ses aspects ou de ses fonctions, tantôt deux personnages de la première série peuvent fusionner dans la seconde.

19Dans le premier cas, par exemple, au Roi Pêcheur guide hospitalier de Perceval correspond le nautonier qui hébergera Gauvain et le mènera au Lit de la Merveille ; au Roi Pêcheur riche et mehaignié correspond le riche eschacier, le mutilé à la jambe d’argent, dont on laisse entendre à Gauvain qu’il peut se montrer redoutable, tandis que le Roi Pêcheur, seigneur du château de l’Autre sonde, a fait place, nous l’avons vu, à la reine aux blanches tresses.

20Maintenant un exemple du second cas : si l’épisode de Beaurepaire débouche sur le rappel de la revanche promise à la pucelle qui a ri et se rattache par ce lien à la cour d’Arthur, la démarche de la pucelle aux petites manches auprès de Gauvain fait pendant à celle de Blanchefleur auprès de Perceval. La pucelle aux petites manches procède à la fois de la pucelle qui a ri et de Blanchefleur en tant que pucelle desconseillie.

21La dislocation des éléments du récit qui sans cesse se désagrègent pour former de nouvelles combinaisons, contribue à créer cette atmosphère onirique où baignent les aventures de Gauvain.

22Ces aventures, qui apparaisssent comme autant de metamorphoses de celles de Perceval, sont entraînées dans un processus de dégradation. Chez Tiébaut, par exemple, la contestation de la souveraineté a fait place à un tournoi, l’angoisse d’une jeune châtelaine assiégée dont on affame les gens au caprice d’une chipie. Si dans 1a sauvageon gallois monté sur son chaceor la cour d’Arthur discerne un futur chevalier, les sept destriers de Gauvain le font prendre par les dames de Tintagel pour un marchand de chevaux déguisé en chevalier pour frauder le péage.

  • 4 Comp. v.1706-1773 et 5754-5782.

23Le schéma de l’épisode de Beaurepaire se retrouve inversé dans celui d’Escavalon : Perceval débloque le château de Blanchefleur, Gauvain se fait assiéger par la commune et défendre, à coups d’échiquier, par la soeur du roi. Ces deux épisodes sont conçus ; comme les deux volets d’un diptyque : vision de désolation, vision de prosperité4. Perceval restaure ce que Gauvain compromet ; l’opposition est prophétique.

  • 5 Comp. v.3089 et 7915.
  • 6 v.7991-8024.
  • 7 Comp. v.3132-3I70 et 7911-7928.

24Au château des reines, Gauvain surmonte l’épreuve du Lit de la Merveille et devient le seigneur attendu des lieux, une réplique du Roi Pêcheur en quelque sorte. On lui apporte alors une robe dont le mantel de sebelin noir comme more5 n’est pas sans rappeler la sienne et il ne l’a pas plus tôt revêtue qu’il se voit signifier l’interdiction de sortir chassei6. Le don de la robe fait pendant à la remise à Perceval de l’épée de la sore pucelle7.

25Gauvain, pour finir, appelera à lui la cour d’Arthur qui s’était spontanément mise en quête de Perceval.

  • 8 v.8298-8300.

26C’est là jeu de virtuose ; un jeu dont le Créateur, somme toute, fournit au romancier le modèle, témoin le souhait pieux que les reines adressent à Gauvain : Cist jorz vos soit liez et joieus. Ce doinst, icil glorïeus pere Qui de sa fille fist sa mere8. La formule est singulièrement en accord avec ce monde à l’envers, ce monde "bes - tourné" où est entré Gauvain.

27Les aventures de Gauvain sont indissociables de celles de Perceval dont, par contraste, elles éclairent le sens. Je n’en donnerai qu’un exemple :

28Pour Gauvain, nous l’avons vu, le nautonier qui vient à sa rencontre et le transporte au château des reines, s’est substitué au Roi Pêcheur. Là encore un motif doit attirer 1’attention, celui du passage du cheval : le nautonier réclame le Gringalet et il l’embarquera en même temps que Gauvain. Le Roi Pêcheur déclare à Perceval que le passage est impossible et que surtout sa nef ne pourrait transporter de cheval. Rappelons-nous que, voyant la barque descendre le courant, Perceval la prend d’abord pour celle d’un passeur. Le Roi Pêcheur, en fait, refuse de faire office de passeur, il refuse à Perceval de lui faire franchir cette eau au-delà de laquelle il est persuade de retrouver sa mère ; il lui interdit la destinée de Gauvain. Il le dirigera vers sa propre demeure.

29Le récit est emporté dans un mouvement de fugato où le thème subit un certain nombre de mutations, la principale en étant l’inversion du sujet (la carrière de Perceval) en contre-sujet (la carrière de Gauvain).

30Cette composition relève d’une technique savante, apparentée à l’art de la fugue.

DISCUSSION

31Monsieur RIBARD : Vous avez dit que le Perceval n’était pas une quête du Graal ; il est vrai que le Graal y apparaît très peu.

32Madame SALY : Il y apparaît très peu, mais il est omniprésent car tout le récit nous ramène au Graal. Le thème en court à travers les différents épisodes grâce aux leitmotive, celui de la faim, par exemple, ou celui de la blessure, qui sont essentiels : qu’il s’agisse de la blessure du père de Perceval ou de la carence de la fonction royale entraînant la déchéance d’une famille et la ruine d’un pays. Ce monde est en attente d’un sauveur qui rétablira la fonction royale et le rassasiera Le prédestiné est bien l’affamé, le fils de la veve fame, dont le père, parmi la jambe navrez, mehaigna del cors. Le Graal donne au roman sa cohérence et son unité profonde, ce qui justifie le titre donné par le prologue : Li Contes del Graal.

33Monsieur GOUTTEBROZE : Vous avez dit que l’itinéraire de Perceval était un circuit fermé ; je le vois comme un circuit ouvert, au contraire.

34Madame SALY : J’ai parlé de circuit fermé dans l’esprit de Perceval, dans la première partie de son itinéraire, celle qui va jusqu’au château du Roi Pêcheur. Son désir se borne alors à revenir au manoir de sa mère, revêtu d’armes étincelantes. Le désir de retour à la mère se développe à partir de l’épisode de Gornemant de Goort pour atteindre son paroxysme juste avant la renoontre du Roi Pêcheur. Le cordon ombilical, si je puis dire, ne sera coupé qu’au v. 3630 (éd. Roach) : Les mors as mors, les vis a vis. C’est le circuit de Gauvain, le circuit fermé. Tout se passe comme si la carrière de Gauvain était le rêve avorté de Perceval, sa carrière virtuelle que la réalité l’a obligé à dépasser.

Notes

1 Ed. Roach, v. 79-80.

2 Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, Paris, Sedes, 1972, p. 62.

3 Comparer notamment v.3691-3777 et 7158-7217.

4 Comp. v.1706-1773 et 5754-5782.

5 Comp. v.3089 et 7915.

6 v.7991-8024.

7 Comp. v.3132-3I70 et 7911-7928.

8 v.8298-8300.

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540