Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Littérature arthurienne et courtoise

Merveilleux et voyage dans le lai de Guigemar

Pierre Jonin

Texte intégral

1Ce titre demande à être éclairé, notamment par l’explication du terme voyage. Qu’appellerai-je voyage dans les Lais ? Un déplacement important qui soit au centre même de l’action ou en représente une des principales sources d’intérêt. Mais il s’y ajoute aussi un critère topographique plus précis : celui de la distance parcourue. Autrement dit il y aura voyage lorsque l’action supposera le passage d’une province à une autre, d’un pays à un autre.

2Et ce sont les éléments surnaturels présents dans ce conte qui retiendront essentiellement notre attention. Pour nous il y a merveilleux et surnaturel lorsque des personnes ou des actions se trouvent soustraites aux lais de notre monde. Le merveilleux de Marie de France est d’ordinaire considéré comme un merveilleux celtique, mais ce n’est pas ici le lieu d’en discuter Nous nous bornerons dans un premier temps à relever des éléments merveilleux du conte de Guigemar qui sont en rapport avec son voyage et à mieux les situer en ajoutant chaque fois un autre exemple du même type. Dans un second temps, nous essayerons de montrer la nature et le rôle du merveilleux dans le déroulement du voyage et du récit.

3Guigemar chevalier incomparable possède néanmoins ce défaut d’être résolument rebelle à l’amour. Mais il en sera bien puni, comme le lui révèle une biche blanche à bois de cerf mortellement blessée par lui au cours d’une chasse. En effet, la flèche après avoir atteint son but revient sur Guigemar gravement touché à son tour :

  • 1 Les Lais de Marie de France, publiés par Jean Rychner, Paris, Champion, 1966, V. 106-118.

"Oï ! Lasse ! Jo sui occise !
E tu vassal, ki m’as nafrée,
Tel seit la tue destinee :
Jamais n’aies tu medecine,
Ne par herbe, ne par racine !
Ne par mire, ne par pois un
N’avras tu jamés garisun
De la plaie k’as en la quisse,
De si ke cele te guarisse
Ki suffera pur tue amur
Issi grant peine et tel dolur
K’unques femme taunt ne suffri,
E tu referas taunt pur li ;"1

  • 2 Les lais de Marie de France, traduits de l’ancien français par P. Jonin, Paris, Champion 1972, p.  (...)

4c’est-à-dire : "Hélas ! Je vais mourir. Mais toi, jeune homme qui m’as blessée que ta destinée soit telle que jamais te préservent ni herbes ni racines ! Ni médecin, ni breuvage ne guériront la plaie de ta cuisse avant que le salut ne te vienne de celle qui endurera pour ton amour peine et douleur si grande que jamais femme n’en supportera de telles. Mais toi, de ton côté, tu en souffriras autant pour elle".2

  • 3 Ces rapprochements ont été faits par Madame Jeanne Wathelet-Wilem dans son excellent article "Le m (...)

5C’est le thème de la chasse à la biche ou au cerf. Il n’y a rien de surprenant, pensons-nous, à ce que Guigemar rencontre un tel animal merveilleux cerf ou biche. Cette biche du lai de Marie de France est une proche parente des cerfs ou biches de Graelent, de Guigamor, d’Erec et Enide ou de la Quête du Graal3. Ainsi blessé à la cuisse Guigemar se trouve lancé à l’aventure. Après avoir bandé sa plaie il erre à travers la campagne jusqu’au moment où il voit sur le rivage un navire inattendu puisque jamais aucun autre n’avait abordé en ce lieu. Sans avoir vu personne, ni passagers, ni équipage, Guigemar monte à bord de ce navire étrange dépourvu â la fois de rames et de pilote :

  • 4 J. Rychner, o.c. v. 161-69.

"Li chivaliers fu mult pensis
En la cuntree nel païs
N’ont unque mes oï parler
Ke nefs i peüst ariver…
A graunt anguisse munta sus.
Dedans, quida hummes truver,
Ki la nef deüssent garder ;
N’i aveit nul, ne nul ne vit".4
"Le chevalier demeure perplexe car, ni dans la région, ni dans le pays il n’avait jamais entendu dire qu’un navire n’ait eu la possibilité d’aborder… Tout anxieux il monte sur le navire. Il s’attendait à y trouver des hommes d’équipages chargés de sa garde. Or il n’y en avait pas et il ne vit personne".

6Après avoir débarqué Guigemar tombe amoureux de la femme du seigneur de l’endroit. Il se cache dans la chambre de son amie où il finit par être découvert. Il est menacé et chassé par le mari qui lui laisse la vie sauve, mais à une condition : il devra s’embarquer à nouveau sur la nef qui l’avait amené. Accompagné du mari, il descend jusqu’au port.

  • 5 J. Rychner o.c, v. 618-620.

"Al hafne sunt ensemble alé
La barge trovent, enz l’unt mis :
Od lui s’en vet en sun païs"5
"Ils descendent ensemble au port. Ils trouvent le navire où on fait monter Guigemar qui est emporté vers son pays."

  • 6 J. Rychner, o.c. : Asez sofre travail et peine
    La nef s’en vait, ki tost l’en meine v.687-88.

7Ce navire merveilleux s’était déjà trouvé à point nommé pour emporter Guigemar au loin et lui permettre de se faire soigner par une femme aimée. Il vient maintenant de le soustraire miraculeusement à la vengeance du mari jaloux. Peu après il va jouer le même rôle étonnamment providentiel vis à vis de l’amie de Guigemar. Une fois ce dernier parti, elle est désespérée au point de vouloir se noyer. Dans cette intention elle se rend à la mer mais elle trouve la nef merveilleuse. Elle y monte et le navire quitte immédiatement le port.6

  • 7 Les aventures d’Art, fils de Conn dans J. Markale, L’épopée celtique d’Irlande – 1971 – p. 186-87.

8Voilà pour nous un navire bien extraordinaire. Il est à la fois doué de conscience et de préscience puisqu’il sait, avant nous, où et quand se trouver pour venir en aide aux amants malheureux. Mais ce genre de navire ne saurait surprendre outre mesure les lecteurs des œuvres celtiques. Un seul exemple : Une barque enchantée et sans pilote Se présente à Art fils de Conn. Il y monte et elle l’emporte, sans qu’il intervienne, jusqu’à une île merveilleuse.7

9Nous nous attarderons à un dernier passage en rapport direct avec le voyage de Guigemar. Son amie et lui avant de se quitter se sont laissés de signes de reconnaissance. Elle a fait un noeud à la tunique de son amant en lui faisant promettre de n’aimer que la femme qui sera capable de défaire ce noeud en s’aidant seulement de ses mains :

  • 8 J. Rychner, o.c. v.557-62

"Amis, de ceo m’aseürez !
Vostre chemise me livrez ;
El pan desuz ferai un plait :
Cungié vus doins u ke ceo seit,
D’amer cele kil le defferat
E ki despleier le savrat"8
"Ami, donnez-moi une garantie sur ce point ! Confiez-moi votre tunique. Au pan de dessous je ferai un noeud. Je vous permets, où que ce soit d’aimer celle qui le défera et qui sera donc capable de déplier la tunique".

10De son côté Guigemar entoure la taille de la jeune femme d’une ceinture à laquelle il fait une boucle. Après quoi il la prie instamment de se plier elle aussi à une obligation :

  • 9 J. Rychner, o.c. v.570-75.

"Par une ceinture autresi
Dunt a sa char nue la ceint
Parmi le flanc aukes l’estreint :
Ki la bucle purrat ovrir
Sanz depescier et sanz partir,
Il la prie que celui aint".9
"De son côté avec une ceinture dont il entoure sa chair nue, il serre un peu ses flancs. Celui qui pourra desserrer la boucle sans briser ni couper, celui-là, il la prie de l’aimer".

11Dans cette double défense il est possible de voir une "geis" celtique c’est-à-dire l’obligation fatale d’appliquer une règle ou de se soumettre à une défense magique. On en trouve plusieurs exemples dans Perceval dont celui-ci :

12Il est annoncé qu’une jeune fille est condamnée à demeurer morne et morose jusqu’au moment où elle rencontrera le meilleur des chevaliers :

  • 10 F. Lecoy, Le conte du Graal (Perceval) – Paris, Champion 1973, v. 1057-60.

"Ceste pucele ne rira
Jusque tant que ele verra
Celui qui de la chevalerie
Avra tote la seignorie".10

  • 11 F. Lecoy – o.c, v. 1035-36.

13Effectivement, elle se mettra à rire dès qu’elle rencontrera Perceval11. Nous sommes dans une situation voisine. La jeune fille de Perceval restera sans joie jusqu’au moment où elle trouvera le plus brave des chevaliers. Guigemar et son amie resteront sans amour jusqu’au moment où ils se retrouveront grâce au noeud et à la boucle.

14Tels sont les éléments de merveilleux qui sont étroitement liés au voyage dans Guigemar. Avant d’examiner leur rôle dans le déroulement du récit, il convient de préciser la nature de ce merveilleux et principalement le merveilleux hyperbolique, le merveilleux instrumental et le merveilleux de dépaysement. Ce dernier, schématiquement se présente sous trois formes. Une des plus connues est le voyage dans l’autre monde, le monde l’au-delà. Cet autre monde, même si l’imagination nous aide fortement, nous ne pouvons guère le pressentir dans Guigemar, malgré la présence de ses deux envoyés possibles, la biche et le navire. Mais ni l’une, ni l’autre, ne révèlent quoique ce soit sur le monde d’où ils viennent. La biche isolée et mourante ne nous ouvre pas de nouvelles perspectives. Le navire, sans rames ni pilote, aborde et repart sans que nous sachions rien de son point de départ.

15Nous sommes très loin d’un vrai dépaysement où nous avancerions dans l’étrange. Hors de ce dépaysement du voyage céleste ou infernal Marie avait encore d’autres possibilités. Elle pouvait nous offrir des spectacles affligeants ou, à l’opposé, réjouissants. Dans le premier cas on pense au malheureux pays de la Chanson de Roland, dont le possesseur est Chernuble de Munigre :

  • 12 La Chanson de Roland. Texte et traduction par Gérard Moignet, Paris, Bordas, 1969, v.979-82. La tr (...)

"Icele tere, ço dit, d’un il esteit
Soleill n’i luist, ne blet n’i poet creistre
Pluie n’i chet, rusee n’i adeset.
Piere n’i ad que tute ne seit neire"12

  • 13 La tradition du pays merveilleux triste et désolé s’est maintenue et développée dans les Chansons (...)
  • 14 Aucassin et Nicolette, éd. critique par J. Dufournet, Paris, Garnier-Flammarion, 1973, XXX, 15-18, (...)

16"La terre dont il est, dit-il, le soleil ni luit pas et le blé ni peut pas croître. La pluie n’y tombe pas, la rosée ne s’y pose pas, il n’y a pas de pierre qui ne soit toute noire"13. Le merveilleux d’Aucassin lui fait contraste. Au pays de Turelure le roi accouche tandis que sa femme dirige la guerre qui se fait à coups d’œufs et de fromages frais14. Marie de France n’a pas sombré dans le premier genre et ne s’est pas amusé du second.

  • 15 J. Rychner, o.c. v. 152-186

17Restent les deux autres formes de merveilleux auxquelles l’auteur des Lais a cette fois fait appel. D’abord le merveilleux hyperbolique. Il s’apparente à l’amplification épique : il déforme mais surtout grossit et multiplie. Le navire de Guigemar, dans la mesure où Marie de France insiste avec une complaisance particulière sur son luxe et son faste exceptionnels appartient à cette catégorie15. Mais c’est le seul exemple et il faut savoir apprécier sa soliture. Sachons gré à l’auteur de Guigemar de nous avoir épargné les géants qui peuplent les légendes celtiques, antiques et orientales. Remercions-le d’avoir su éviter les effets de masse, en dimensions ou en chiffres. En dimensions : les serpents de Sindbad le marin, serpents si gros et si longs qu’il n’y en avait pas un qui n’eût englouti un éléphant. En chiffres : la pamoison collective de vingt mille guerriers apprenant la mort de Roland :

  • 16 G. Moignet, v. 2415-16.

"Florent des oilz si baron chevaler
Encontre tere se pasment XX milers"16.

18Marie de France est-elle aussi discrète dans le recours à la dernière forme de merveilleux qui nous reste à voir : le merveilleux instrumental ? Là se classent tous les objets et outils de toutes dimensions, de fabrication humaine ou magique, qui produisent des effets surnaturels. Le seul exemple vraiment net à tirer de cet arsenal est le coussin magique de la nef qui emportera Guigemar :

  • 17 J. Rychner, o.c. V. 178-80

"Mes tant vos di de l’oreillier :
Ki sus eüst son chief tenu
Jamais le peil n’avreit chanu"17.

19"Mais je vous dirai seulement à propos de l’oreiller que celui qui y aurait posé sa tête n’aurait jamais eu les cheveux blancs". Cet oreiller magique n’apparaît qu’une seule fois pour nous apporter un élément supplémentaire d’émerveillement mais ne joue aucun rôle dans le récit.

20D’un niveau bien différent sont la nef et les noeuds que l’on peut apparenter au merveilleux instrumental. La nef est grandie par l’importance affective qu’elle joue dans l’histoire et par le fait qu’elle est constamment au service d’un destin éclairé. Le noeud et la ceinture méritent également un sort tout particulier. D’abord ils ne sont pas isolés et pris séparément mais ils présentent un symbolisme qui n’est pas tellement courant : un symbolisme couplé. Ensuite par leur association même ils renforcent et approfondissent l’usage de la fidélité. Avec eux nous sommes bien loin du bric a brac forain que présentent trop souvent les Mille et Une Nuits. Dès le début de l’histoire du prince Ahmed nous avons à notre disposition un tapis volant, une pomme qui guérit et un tuyau de longue vue. Ailleurs, ce sera toute une collection de bagues, d’anneaux, de baguettes magiques, de lampes merveilleuses, de mots de passe, etc. Avec Guigemar nous ne trouvons rien de tel. L’oreiller magique est seul à pouvoir entrer dans un merveilleux de gadgets et c’est aussitôt pour être oublié. Cela prouve qu’avec Guigemar, Marie de France ne prend pas le merveilleux comme un panier à provisions où puiser sans discernement.

  • 18 "Començat sei a purpenser
    En quel terre purrat aler
    Pur sa plaie faire guarir" –
    J. Rychner, o.c. v. (...)

21Il en est ainsi parce qu’elle semble bien avoir, au moins dans Guigemar, sa conception personnelle de l’usage des différents éléments du conte. Chez elle le merveilleux s’intègre au récit et nous le trouvons présent à tous les moments clefs du récit. Au début d’abord la nature particulière de Guigemar rebelle à l’amour est la cause indirecte du voyage. Comme sa conduite est contre nature et qu’il faut la faire rentrer dans l’ordre naturel des choses il y a intervention et prédiction de la biche merveilleuse. Elle blesse Guigemar et cette blessure provoquée par des moyens également merveilleux (retour de la flèche) est la cause directe du voyage. Marie le précise nettement : "Il se demande bien dans quel pays il pourra se rendre pour faire guérir sa plaie"18. Nous voilà avertis de son projet de voyage. Le merveilleux a été la force motrice qui a lancé directement le conte dans l’aventure. Cette atmosphère de mystère s’accroît grâce à la nef sans rames ni pilote qui emmène Guigemar au loin. Le premier voyage entrepris en dehors de la volonté du héros s’achève de même. Le navire accoste et c’est l’aventure terrestre qui commence dans un climat familier : Le chevalier découvre une femme belle et malheureuse mariée à un vieillard jaloux. Les deux jeunes gens s’éprennent l’un de l’autre sans oser se l’avouer. Et ce sont les étapes habituelles si bien connues depuis le Roman d’Enéas : Interrogations inquiètes sur la réciprocité de la passion, considérations sur les rapports de l’amour et de la nature, soupirs, tourments, nuits d’insomnie, recours à Dieu et inflation des prières. Tout cela jusqu’au moment où l’amour est enfin avoué et partagé. Les deux amants continuent à s’aimer longtemps ainsi. Le roman pourrait en mourir de langueur et nous d’ennui. Mais une heureuse inquiétude, envoyée aux amants par le destin, nous enlève à cette mortelle félicité. Prévoyant leur séparation prochaine, Guigemar et son amie se laissent des signes de reconnaissance : le noeud de la tunique et la boucle de la ceinture. C’est le retour du merveilleux qui amène avec lui la nef qui relance le récit. Sans elle l’action s’enlisait et l’histoire s’épuisait. Mais le deuxième voyage de Guigemar sur la nef mystérieuse ranime l’intérêt. Aussi longtemps que les amants vivaient heureux le lecteur n’avait aucune question à se poser. Maintenant qu’ils sont séparés, l’un à terre, l’autre sur mer, la curiosité renaît : Qu’arrivera-t-il à Guigemar sur son bateau sans rames ? Que deviendra son amie demeurée auprès du mari jaloux et furieux ?

22Cependant le retour de la nef au pays de Guigemar nous ramènent à deux situations bien connues : la pression des amis du chevalier pour qu’il se marie, le désespoir éperdu de l’amie qui veut se noyer. L’action revenue dans un climat fana lier ralentit à nouveau. Il y aurait un moyen pour la faire repartir, ce serait de conduire la dame à la mer où elle mettrait son projet à exécution. Ce serait donc sa mort mais également celle du récit. Marie de France le sait bien. Aussi quand la jeune femme arrive au rivage ce n’est pas la mort mais le bâteau qui l’attend. Elle y entre poussée par la même force irrésistible qui y avait fait monter Guigemar. C’est un troisième voyage et le navire repart en même temps que l’action. Les questions réapparaissent multiples et serrées à l’esprit du lecteur : Ou débarquera-t-elle ? Que deviendra-t-elle ? Retrouvera-t-elle Guigemar. Or elle aborde en une terre dont le seigneur Mériaduc tombe amoureux d’elle. Mais il ne peut ni dénouer la ceinture ni la faire dénouer. Quant à la jeune femme, elle ne peut ni aimer Mériaduc, ni retrouver Guigemar. Voilà la situation qui s’enlise à nouveau. Marie le remarque elle même : "Issi remest bien longuement", c’est-à-dire : "Les choses en restèrent là bien longtemps". Qui donc pourra faire sortir le récit de sa longueur et de sa lenteur ? Encore le merveilleux ! Guigemar à la faveur d’un tournoi vient auprès de Mériaduc. Son amie et lui peuvent se retrouver grâce au noeud et à la ceinture.

23Le merveilleux a donc ouvert le récit, provoqué le premier et le second voyage de Guigemar, puis celui de son amie. Dans le cours du lai, chaque fois que l’action faiblit et ralentit, il intervient pour lui donner un souffle nouveau et une poussée nouvelle. Enfin il termine le voyage et clôt le récit en provoquant la reconnaissance des amants. Marie de France a su donner au merveilleux une place singulière en en faisant un élément moteur du récit.

  • 19 Rychner, o.c. v. 82-86.
  • 20 J. Rychner, o.c.
    "De sa chemise estreitement
    Sa plaie bende fermement".
    v.139-40.
  • 21 J. Rychner "Une grosse perche de sap,
    U suleient pendre li drap
    Prist en ses mains…" v. 595-97.

24Mais cette force motrice a ses limites et l’auteur des Lais a su les fixer. Le voyage de Guigemar se fait dans le merveilleux et pourtant son héros garde sur terre de multiples et solides points d’attache. Le récit se déroule en stimulantes alternances de réel et d’irréel. C’est une scène de chasse bien vécue que celle de Guigemar. Aucun détail n’y manque. Je cite : "Les chiens sont lâchés, les veneurs courent devant et le jeune homme reste en arrière. Un serviteur lui porte en croupe son arc, son couteau et son chien de chasse".19. Mais soudain la situation pivote : La biche qu’on croyait proie muette et anonyme pour chasseur normal devient aussitôt un être mystérieux et prophétique. La flèche qui devait rester fichée dans le flanc de l’animal retourne sur le chasseur perplexe et angoissé. L’animal parle et l’homme reste sans voix. Nous sommes en plein merveilleux. Nous y sommes mais nous n’y demeurons pas. La blessure est magique mais Guigemar emploie pour la soigner un moyen naturel pratique et connu : "Avec un pan de sa chemise très serré il bande étroitement sa plaie"20. Marie, peu après, nous embarque bien avec Guigemar sur son navire mystérieux, mais elle ne nous abandonne jamais à la dérive. Chaque évasion, toute échappée chargée d’inconnue est suivie d’une reprise de contact avec la terre. Et cette terre, on la sent d’autant plus ferme, d’autant plus vraie aussi qu’on y reconnaît des scènes humaines et terrestres. Guigemar après avoir quitté son étrange navire s’éprend d’une jeune femme gardée et surveillée par un vieux mari jaloux. Naturellement l’amoureux est surpris et dénoncé. Le mari survient avec trois serviteurs chargés d’assommer Guigemar. Mais il ne se laissera pas faire : "Il s’empare d’une grosse perche de sapin sur laquelle on faisait sécher le linge"21. Avec cette perche à linge nous voilà plongé à la fois en pleine vie médiévale et en pleine vie domestique. Et pourtant le vaisseau magique n’est pas loin.

25Ainsi nous voyons que Guigemar ne vit pas constamment de merveilleux quoique le récit en soit pénétré. Il nous offre une large zone de merveilleux celtique mais lui-même n’est qu’un aspect du symbolisme universel, il ne faut pas le perdre de vue. Chez Marie en tout cas pas de symbolisme de pacotille qui surgisse pour provoquer la surprise et l’admiration. Il est parfaitement adapté au récit du voyage qu’il provoque, entretient ou arrête. Il est profond aussi. C’est un navire qui ouvre le conte. Un navire, symbole de voyage et des vicissitudes imposées à l’homme par le destin. Mais c’est un noeud qui met fin à ce même conte. Un noeud symbole de la fixité que l’homme voudrait imposer au destin, symbole aussi de la fidélité en amour. On voit le rôle important du symbolisme et du merveilleux. Il serait primordial s’il n’avait pas sa contrepartie : la multiprésence du réel. Car la réalité apparaît partout entre les zones de merveilleux et elle donne au récit son équilibre. Le génie de Marie de France dans Guigemar est d’avoir su créer un monde qui batte en brèche le réel quotidien sans pourtant le faire disparaître. Elle a su nous soustraire à la tyrannie des réalités immédiates sans pourtant nous les faire oublier.

DISCUSSION

26Monsieur RIBARD : Oui, "le merveilleux s’intègre au récit", oui, il en constitue "l’élément moteur". Mais dans quel esprit ?

27A mon sens, il ne s’agit pas de "ranimer 1’intérêt", de "faire renaître la curiosité", d’éviter "l’enlisement du récit" ou de "le relancer".

28Ces éléments merveilleux, ou mieux symboliques, confèrent au récit son dynamisme fonda -mental et sa signification profonde car ils sont ordonnés à un projet d’ensemble. Ce sont comme les mots qui donnent son sens à la phrase, mais qui n’existeraient pas sans elle, et ne prennent leur sens précis qu’en fonction de cette phrase.

29C’est le sens de cette "phrase" – de cette quête croisés de Guigemar et de sa dame – qu’il faudrait essayer de dégager à l’aide des "mots", des symboles, rencontrés. Mouvement dialectique à opérer constamment des "mots" à la "phrase", des éléments symboliques à la double quête – et inversement.

Notes

1 Les Lais de Marie de France, publiés par Jean Rychner, Paris, Champion, 1966, V. 106-118.

2 Les lais de Marie de France, traduits de l’ancien français par P. Jonin, Paris, Champion 1972, p. 4.

3 Ces rapprochements ont été faits par Madame Jeanne Wathelet-Wilem dans son excellent article "Le mystère chez Marie de France" in Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. XXXIX, 1961, n°3, p. 667-68.

4 J. Rychner, o.c. v. 161-69.

5 J. Rychner o.c, v. 618-620.

6 J. Rychner, o.c. : Asez sofre travail et peine
La nef s’en vait, ki tost l’en meine v.687-88.

7 Les aventures d’Art, fils de Conn dans J. Markale, L’épopée celtique d’Irlande – 1971 – p. 186-87.

8 J. Rychner, o.c. v.557-62

9 J. Rychner, o.c. v.570-75.

10 F. Lecoy, Le conte du Graal (Perceval) – Paris, Champion 1973, v. 1057-60.

11 F. Lecoy – o.c, v. 1035-36.

12 La Chanson de Roland. Texte et traduction par Gérard Moignet, Paris, Bordas, 1969, v.979-82. La traduction reproduite ici est celle de G. Moignet.

13 La tradition du pays merveilleux triste et désolé s’est maintenue et développée dans les Chansons de Geste. Huon de Bordeaux en donne un bon exemple avec la terre de Féménie, "pays où le soleil ne lui pas, où les chiens n’aboient pas, où les coqs ne chantent pas" dans Huon de Bordeaux édité par P. Ruelle, Paris. P.U.F. 1960, v.2911-13. Cf. Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, Paris, Champion 1975. Voir le chapitre : L’aventure dans Huon de Bordeaux, p. 382-422 et notamment p. 388.

14 Aucassin et Nicolette, éd. critique par J. Dufournet, Paris, Garnier-Flammarion, 1973, XXX, 15-18, p. 134.

15 J. Rychner, o.c. v. 152-186

16 G. Moignet, v. 2415-16.

17 J. Rychner, o.c. V. 178-80

18 "Començat sei a purpenser
En quel terre purrat aler
Pur sa plaie faire guarir" –
J. Rychner, o.c. v. 125-127.

19 Rychner, o.c. v. 82-86.

20 J. Rychner, o.c.
"De sa chemise estreitement
Sa plaie bende fermement".
v.139-40.

21 J. Rychner "Une grosse perche de sap,
U suleient pendre li drap
Prist en ses mains…" v. 595-97.

Auteur

Centre universitaire d’Avignon

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540