Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Perspectives morales

Prolégomènes à l’étude de l’Inde au XIIIème siècle

Carole Bercovici

Texte intégral

Trajet de retour de Marco polo d’après l’édition Yule -Cordier T.2 Londres.1903.

1Les principales régions indiennes (de l’est vers l’ouest)

2De nos jours, l’Inde représente encore pour les esprits occidentaux une source d’étonnement et de merveilleux en raison de son éloignement. Cela était encore plus vrai au 13ème siècle, lorsque les européens ont commencé à approcher une réalité qu’ils ne connaissaient auparavant que par les livres.

3Il nous faut d’abord essayer de délimiter notre domaine de recherche et nous nous heurtons à une première difficulté qui tient à l’imprécision des limites de l’Inde dans l’esprit médiéval.

  • 1 Voir les ouvrages généraux de Beazley : « Dawn of modem geography » 3 vol. New york,1949 et celui (...)

4Nous savons que le monde était divisé en trois parties inégales par les cartographes : L’Asie occupe la moitié du monde ; l’Europe et l’Afrique se partagent l’autre moitié. Cette représentation est restée la même pendant tout le Moyen Age et les progrès cartographiques ont été très lents dans ce domaine.1

  • 2 Ces zones recouvrent la presqu’île du Dekkan.

5Nous savons, d’autre part, d’après tous les récits encyclopédiques et les récits des voyageurs que l’Inde est la deuxième partie de l’Asie après le paradis Terrestre. Les « images du monde » sont toujours les mêmes. Enfin, la confusion fréquente entre l’Inde et l’ethiopie complique encore le problème. Aussi, pour faciliter notre étude, prendrons-nous comme référence le récit fait par Marco Polo et nous nous intéresserons aux régions de Maabar, de Melibar et de Guzerat ou Lar (région de Bombay).2

6Des références aux îles de l’Océan Indien (en particulier à Ceylan appelée alors Taprobane) viendront appuyer nos hypothèses car il est vain de vouloir séparer dans l’analyse des régions qui étaient constamment dans les esprits médiévaux.

7Si l’Inde apparait comme un terrain particulièrement favorable pour des recherches sur la mentalité médiévale, с’est qu’elle se trouve au carrefour de plusieurs influences :

8(1) L’Inde appartient à la fois au monde connu, réel et surréel .Jusqu’au 14ème s.il n’est pas rare de voir des auteurs chercher le jardin d’Adam aux alentours de Ceylan. La confusion se retrouve dans les noms des fleuves du Paradis : un des quatre fleuves étant le Gange !

9(2) L’Inde appartient à la fois à la réalité vécue et au monde des livres. La connaissance des Occidentaux est tributaire de la culture grecque et latine et de la découverte de ces pays lointain par les voyageurs et les missionnaires.

10C’est bien la l’originalité de la question indienne. En effet, ce n’est pas un monde inconnu qui est subitement découvert : с’est un monde trop bien connu grâce aux livres et aux légendes. Ce qu’on recherche alors, c’est l’adéquation entre le rêve et la réalité.

11(3) Par conséquent, l’Inde appartient aux domaines du mythe et de la science qui se côtoient et s’interpénètrent au 13ème S. Il semble que l’on puisse définir deux attitudes à la fois contradictoires et complémentaires : l’Occident a peur de l’inconnu, mais la curiosité le pousse toujours vers l’étranger. C’est la peur qui va développer le recours constant aux mythes, alors que la curiosité conduira les esprits à une vision plus « scientifique » de la réalité.

12Bien sûr, si les données du problème nous semblent résider dans ce couple antithétique, il nous faut immédiatement les nuancer : il n’y a pas de séparation nette entre la science et la légende au 13e s. et comme le montre le récit de M. Polo, le domaine scientifique apparait au lecteur moderne étrangement influencé par la fiction.

  • 3 On se réfère ici à ce qu’écrit Mr. le Goff dans « La civilisation de l’Occident Médiéval », Paris (...)

13L’importance des écrits du passé explique en partie l’influence du mythe sur la science. Aussi, toute étude sur l’Etranger passe-t-elle nécessairement par l’examen des sources antérieures au 13ème s. Ce qui pourrait n’être qu’une lacune pour toute autre période serait ici une véritable erreur de méthode qui trahirait les conceptions médiévales les plus profondes. Les deux démarches en diachronie et en synchronie sont également nécessaires pour l’étude d’une période où la tradition et les « autorités » sont essentielles.3

  • 4 On s’inspire ici des idées de Lévi Stauss dans « La Pensée Sauvage. » Paris, Plon, 1962, P. 21.

14Si la fable ne renseigne pas exactement sur la réalité extérieure qu’elle veut dépeindre, elle dévoile avant tout la mentalité, les craintes et les désirs de ceux qui élaborent ces chimères !4

15Dans le cadre très limité de cette étude, nous ne pouvons décrire les multiples aspects de la réalité indienne. Aussi nous bornerons-nous à esquisser quelques directions de recherche.

  • 5 Il faut insister sur deux études essentielles qui sont à l’origine des recherches présentes : cell (...)

16Il semble qu’il faille constituer des couples antithétiques qui rendront compte de la réalité de façon aussi exhaustive que possible.5

171°L’Inde est décrite comme un pays de grande richesse et de grande pauvreté, et cette vision contradictoire est la première conséquence de la double attitude (Peur-Attirance) mise en relief précédemment. L’Inde est présentée tantôt comme un pays aux productions extraordinaires tantôt comme une zone, de tristesse éloignée des bienfaits de la civilisation. La richesse peut se manifester par :

A) le peuplement important :

  • 6 Cela se trouve déjà dans Ctésias : édit. Buchon § I
  • 7 B. Latin edit. Chabaille, Paris, 1863, L.I ; P. iv P. 159.

18Certains renseignements se trouvent déjà dans Ctésias6.Les mêmes formules reviennent toujours : En Inde avoit v viles bien poplées et habitées de gent. « Entre toutes les régions du monde, Inde est la plus grande et la plus riche et la plus puissante et la plus peuplée »…7. On remarque que la forte population est souvent liée à un phénomène d’urbanisation. Cette vision est donc le calque de la situation des pays occidentaux des le 12ème s.

B) les productions multiples :

  • 8 Voir Solinus : « Polyhistor », ch.54.
  • 9 Menentillus : edit. Yule in « Cathay and the way thither, T. I, P. 212-13 »
  • 10 Mandeville : edit. Letts, Hackluyt Soc. T. 2 ; P. 403

19Les auteurs anciens voyaient déjà dans l’Inde le pays de l’abondance8 et les géographes du Moyen âge n’ont guère varié sur ce point. Les cynocéphales, monstres à tête de chien souvent représentés dans les miniatures seraient alors le dernier avatar du mythe de Cerbère gardant les portes d’un monde interdit ! Marco Polo parle des arbres aux productions multiples et le frère Menentillus les décrit en ces termes : Ils ont des arbres qui produisent du sucre, et d’autres qui produisent une liqueur, et d’autres qui produisent du miel...et ces trois choses peuvent être acquises à un prix tres modique »9 Au 14ème s. on retrouvera les mêmes clichés : en parlant d’une région indienne particulièrement favorisée : Ceylan, Mandeville écrit : « Il y a en ce pays Hestés et II, yvers et y moissone on les blés deux fois l’an. Et en toutes les saisons de l’an sont les jardins vers et flouris. » « La demeurent bones gens et raisonnables et pluseurs crestiens entre euls, qui sont si riches et plantureux qu’il ne scevent qu’il ont ».10

C) Un symbole de la richesse indienne : les pierres précieuses

  • 11 Le Goff : OI, P. 255.
  • 12 0doric de Pordenone : edit. Cordier, Leroux, P. 203.

20Comme le signale Monsieur Le Goff11, ce rêve de richesse est intimement lié à celui des îles fortunées dont parlaient déjà les auteurs grecs et latins. Marco Polo parle des topazes et des améthystes que l’on trouve à Ceylan (CH.XIV L.III) Le roi de ce pays posséderait le rubis « le plus beau et le plus gros du monde » (id.) Odoric semble reprendre ce récit au sujet du roi de l’île de Nychoneran (=Nicobar) : Ce roy porte en lieu de sceptre un grant ruby qui a une espaune de long et semble estre une flambe. C’est le plus noble ét le plus precieux qui soit en tout le monde »12. Sur ce point précis, nous pouvons vérifier le principe établi précedemment : les récits sur l’Inde nous renseignent avant tout sur les rêves de l’occident médiéval : les occidentaux trouveront en Inde les parures qui font la gloire des seigneurs de la cour !

D) Un indice particulier : l’aspect physique des indiens, un anti-réalisme

  • 13 Ctésias, op. cit. § IV.

21On ne peut s’empêcher d’être frappé par l’insistance avec laquelle tous nos auteurs décrivent la force et la bonne santé de ces populations. Ctésias insistait déjà sur ce fait.13 On voit ici comment on passe de la vérité scientifique à une vérité d’un autre ordre, à une réalité symbolique.

  • 14 M. Polo : edit. Hambis, Klincksieck, P. 290 ; en fr. Mod.
  • 15 T. de Cantimpré : « De naturis rerum » Berlin, 1933 p. 24
  • 16 B. L’Anglais : « le grand propriétaire des choses », edit. de 1656 par Corbichon, L. XV, ch. 72.

22M. Polo décrit ainsi les hommes de Canghibar : « Ils sont démesurement forts,car ils portent la charge de cinq hommes d’une autre contrée. »14 Thomas de Cantimpré donne une indication semblable : « (Autres homes) fort et hardi et combatant »15.B. l’Anglais enfin écrit : « Les hommes y ont six coudées de long et ne crachent, n’ont n’ont point de mal en la tête, es dentz ne es yeulx ne l’ardeur du soleil ne leur grieve point au corps mais les endurcist. »16

  • 17 Voir à Sens, Rouen ou Vézelay par exemple.

23La crainte peut même apparaître face à ces surhommes ! et l’imagination engendre alors tous les monstres qui hantent les murs des églises.17

  • 18 M. Polo ; op. cité. P. 300.
  • 19 Menentillus : op. cité. T. I. P. 215.

24En opposition avec ces rêves engendrés par le désir, on trouve dans les mêmes textes des détails qui prouveraient au contraire une vision plus objective car ils révèlent la pauvreté de ces régions. Nous nous bornerons ici à une simple remarque : il semble que ces détails soient plus nombreux dans les textes du 13ème et du 14ème s. M. Polo parle de la nourriture de certaines régions qui consiste en grande partie en dattes et en poissons, seules denrées, dit-il, qu’ils aient en abondance.18 Cette dualité matérielle se retrouve dans une lettre de J.de Montecorvino, rapportée par le frère Menentillus qui montre des régions sans industrie.19 Il faudra déterminer ultérieurement comment s’insèrent ces précisions dans le contexte idéalisé précédemment évoqué.

II) PURETE-PECHE :

25L’opposition entre la peur et la curiosité se reflète encore dans le domaine moral. Tous les auteurs médiévaux ont voulu donné un sens aux races fabuleuses tant de fois décrites. Tantôt ils montreront les Indiens comme des modèles de pureté et de vertu, tantôt ils en feront des exemples de grande barbarie constituant une menace pour la civilisation.

26Cette approche morale doit compléter les vues économiques et se présente comme une tentative de RECUPERATION de « l’autre ».Elle est fidèle à un projet général de la pensée médiévale où la description de toutes les parties devait contribuer à exprimer la beauté de tout l’univers.

A) Un idéal de pureté : les Brahmanes

  • 20 Cf. « Le cru et le cuit » de Levi Strauss.
  • 21 V. de Beauvais : edit dite de Douai 1624, L. IV, c.57
  • 22 R. Bacon : Opus Majus, edit. Bridges, Oxford, 1857, vol. I P. 353.

27La vie exemplaire des brahmanes est un lieu commun qui se trouve dans les récits de l’antiquité. Leur nourriture, composée essentiellement de viande crue et de miel, est l’indice d’une vie pure en accord avec le rythme de la nature.20 M. Polo ne manque pas de les mentionner tout en commettant une erreur sur leur fonction, puisqu’il en fait des marchands « Ils ne déroberaient rien à personne, n’abattant nul animal, bref ne feraient aucune chose dont ils estiment que c’est péché. » (ch. XX, L. IIl). « Plus que toute autre créature au monde, ils se gardent de faire une chose dont ils pensent qu’elle serait peché... (id) V. de Beauvais dans son Speculum Historial donne les mêmes détails.21 ainsi que R Bacon dans l’Opus Majus.22

  • 23 cf. Cocchiara : « Il mito del buon Selvaggio. Introduzione alla storia delle teorie etnologiche. » (...)

28On assiste à un véritable engouement pour ces « bons sauvages », et pour reprendre une formule d’un savant italien, on peut dire que les Brahmanes ont été inventés par les occidentaux à la mesure de leurs desirs avant d’être véritablement découverts au cours d’expéditions réelles.23

B) Une manifestation particulière : la nudité

  • 24 Ms grec anc. fonds BN 113, édité par Berger de Xivrey in les traditions tératologiques, Paris, 183 (...)
  • 25 M. Polo : op. cité. P. 269.

29La « Lettre d’Alexandre à Aristote » montrait déjà l’importance de ce détail.24 M. Polo laisse la parole aux Brahmanes « ...Nous vînmes en ce monde sans nul vêtement et nus ; et si nous n’avons pas honte de montrer notre membre, c’est parce qu’avec lui nous ne faisons nul peché.25

30Il faut sans doute voir dans ces descriptions, une réaction contre les lourds habits dont les ornements sont le symbole de toute une hiérarchie sociale. Ces détails semblent refléter la nostalgie de l’innocence primitive face au carcan donné par l’église.

C) Un rêve de liberté sexuelle

  • 26 Le Goff : op. cité OI P. 258.

31Ce rêve d’innocence s’accompagne dans les textes de la disparition de tous les tabous des sociétés constituées.26

  • 27 M Polo : op. cité. P. 254.
  • 28 M. Polo : op cité. P. 261.
  • 29 Formule empruntée à Levi Strauss : Anthropologie Structurale, Paris, Plon, 1956. P. 358.

32M. Polo décrit un roi : « qui a bien cinq cent femmes, je veux dire mariées, car, je vous le dis des qu’il voit une belle dame ou demoiselle.il la veut pour soi et la prend pour épouse. »27 « Ils ne tiennent pour péché charnel aucune luxure, ni aucun peche charnel et les mariages sont faits comme je vous dirai : car ils prennent pour épouse n’importe quelle femme, ne s’arrête devant aucune parente. »28 Il importe moins de savoir si les peuplades indiennes avaient réellement aboli les structures familiales et sociales, que d’appréhender par ces descriptions les conceptions des sociétés occidentales. C’est grace à l’étude de ces « écarts différentiels »29 que se marque le mieux le double caractère de la reflexion ethnographique : à la fois description de l’autre et approche indirecte des structures de l’Europe médiévale.

33TENTATION ET REFUS, telles sont les conclusions qui s’imposent à nous. Il semblerait donc qu’il faille étudier ces descriptions à la manière des textes utopiques en prenant soin de définir le discours utopique comme celui de la différence et de la ressemblance à la fois, celui de la dérobade et du reflet. Cette lecture permettrait de mettre en lumière le statut du désir et de la subversion dans un discours qui est celui de l’altérité.

34Pour ne prendre qu’un seul exemple, on peut examiner les reférences faites à la justice : Les descriptions idéalisées

  1. coexistent avec des traits jugés « bestiaux ».
  2. révèlent toujours un manque chez les occidentaux, qu’il soit conscient ou non.
  • 30 Voir en particulier Mandeville : op. cité T. 2 P. 330.

35Après Solinus et Ctésias, M. Polo parlera de la justice très grande au royaume de Maabar : là est institué le réglement judiciaire des dettes. Au 14ème s. on parlera même de la communauté des terres.30

36Mais si ces régions sont présentées comme des avatars du Paradis Terrestre, d’autres aperçus sur les races fabuleuses amènent à une autre série de conclusions.

D) L’Inde : un monde dégradé

37L’accent mis sur la dégradation met en lumière :

  1. un ordre économique (celui des indiens.)31
  2. un ordre figuratif (réactions de l’occident.) M. Polo semble parfois éprouver du dégoût : Pour Sumatra : « Les gens là sont de sauvages idôlâtres. »32 Pour le Tebet. Les gens sont idôlatres et tout à fait méchants, car ils tiennent pour nul peché de voler et de mal faire. »33 T. de Cantimpré dans le De Naturis Rerum fait alors une sorte de traduction des monstres. Les cannibales, très souvent mentionnés semblent être la forme ultime de la dégradation.34

38Le couple Pureté-Peché est donc très complexe et sans réduire ces oppositions, on approche alors les problèmes dont elles sont l’indice.

E) Le Problème fondamental : celui du rachat

39Nous arrivons ici à l’essentiel. Que représente pour l’Europe ce monde où sont perçus tour à tour un reflet idéalisé et une hideuse caricature.

40Le mal ou la laideur peuvent exister dans des cas isolés, mais ils participent à l’harmonie du monde qui retrouve une beauté supérieure au delà des contradictions. C’est ainsi qu’on peut comprendre la signification profonde une œuvre comme le tympan de la basilique de Vezelay. Il faut donc étudier la réalité indienne non pas comme une série de faits juxtaposés mais comme un système cohérent où les parties antithétiques sont indissolublement liées.

III) DU PROFANE AU SACRE

41Nous ne ferons qu’esquisser une dernière direction de recherche.

A) Hétérogénéité radicale du monde indien et occidental :

42Ce phénomène s’explique par la distance qui sépare ces deux mondes. L’étonnement des auteurs est un indice important car il montre cette différence radicale.

  • 35 Odoric de Pordenone : op. cité. P. 116.
  • 36 Voir le livre de M. Eliade : « Le sacré et le Profane » Paris, Gallimard, 1965.

43En 14ème s. Odoric de Pordenone s’étonnera ainsi devant la région de Gabar : « Autres pluseurs mervelles vis je en ce païs lesquelles je ne mets pas en escript car nulz ne voudroit croire ».35 L’expérience indienne a été vécue comme une rupture dans l’espace qui prépare une réflexion sur le monde.36

44On peut ainsi comprendre la hiérarchie établie dans tous les récits encyclopédiques du 13ème S. entre le paradis terrestre, première région de 1’Asie et l’Inde, deuxième grande subdivision.

В) Hétérogénéité à l’intérieur du monde indien

45L’inde est également ressentie comme une terre à la fois profane et sacrée. Elle est divisée en plusieurs zones : cette représentation est visible dans les miniatures du célèbre manuscrit 2810 de la BN dit « Livre des Merveilles », qui contient entre autres récits la relation de M. Polo. L’espace y est compartimenté et les êtres imaginaires sont protèges, par des rochers toujours identiques. Ces rochers ont une fonction particulière : ils sont l’indice d’une rupture.

  • 37 Celle d’H. Omont. Voir aussi de Wittkower : M. Polo and the pictural tradition of the marvels of t (...)

46Il existe une très bonne édition de ces miniatures37 ; il faudrait faire une étude complète de ces représentations, en étudiant le statut de l’imaginaire dans ces figures.

47L’Inde apparait ainsi comme « un univers mental » selon l’expression de monsieur le Gôff. Il est très difficile de rétablir les rapports exacts entre le repris et l’envie, entre l’admiration et la répulsion. Il faut toujours mettre en valeur la manière dont les divers mouvements s’articulent à l’intérieur des documents. Il faut que l’esprit de synthèse puisse résister à l’émiettement de l’analyse qui décompose dans un souci d’exhaustion au lieu de composer.

48Ces remarques appellent des études plus complètes. Elles viendront approfondir et corriger ces premières hypothèses qui ne sont qu’une introduction au problème de l’Autre.

DISCUSSION

49Monsieur TAVERA : Puis-je ajouter ceci (vous voyez combien votre communication a passionné son auditoire) : la vision qu’ont eue les Occidentaux des "brahmanes" ou « gymnosophistes » n’est pas univoque, ne va pas toujours dans le sens « Bon Sauvage » : G. BOAS, dans un chapitre de son Primitivism and related ideas in the Middle Ages, cite un passage de Tertullien faisant l’apologie du corps et, en somme, d’un certain hédonisme, ajoutant à peu près ceci : « Nous ne sommes pas (nous autres chrétiens) de ces brahmanes ascétiques... » Bref, c’est l’inverse !

50Madame KAPPLER : Que l’altérité soit ressentie par le voyageur comme un rapport antithétique entre lui-même et le pays étranger, cela est bien naturel et justifié. Mais il y a dans la communication de Mademoiselle BERCOVICI un glissement : l’antithétique, la contradiction interne, apparaît comme une caractéristique consubstancielle de l’Inde ; c’est-à-dire que le rapport antithétique n’est plus le fait du voyageur face à ses découvertes.

51Or je ne pense pas que l’Inde se prête, de préférence à tout autre pays à cette existence de contradictions internes. Exemple : récits très nuancés de Plan Carpin sur les Mongols qui sont à la fois des "démons" et un peuple très organisé, sobre, aux moeurs pures et Spartiates... du moins tant qu’ils restent chez eux. La contradiction n’est pas seulement en Inde. Un voyage offre inévitablement une vision contrastée du pays visité : Il n’y a rien là que de très naturel. Il me semble que le point de vue de Mademoiselle BERCOVICI serait plus propre à caractériser la vision du lecteur, médiéval ou moderne.

52Autre point : Mademoiselle BERCOVICI considère qu’Odoric de Pordenone est tout à fait de bonne foi lorsqu’il affirme qu’il renonce à écrire certaines merveilles car les lecteurs ne voudraient pas les croire. Je considère que ceci est plutôt une figure de style car elle se retrouve chez bien d’autres auteurs qui font preuve d’un désir manifeste de raconter les choses les plus incroyables et d’en rajouter plutôt que d’en passer sous silence (exemple : Mandeville).

53Monsieur MENARD fait observer que, dans ce type de littérature, les oeuvres d’imagination ont souvent précédé les récits de voyage. L’Historia de Praeliis dont il y a des traductions françaises magnifiquement enluminées, a été écrite par quelqu’un qui, apparemment, n’a jamais été en Inde. Plus tard, dans les textes des authentiques voyageurs, le réel et l’imaginaire se mêlent inextricablement. Il est très difficile de faire le départ entre les traditions littéraires et les choses vues.

54Mademoiselle BERCOVICI : Reconnaissant les limites de mon exposé (tant en ce qui concerne les sources que pour les conclusions), il me semble difficile du point de vue méthodologique de faire des séparations nettes entre les voyageurs qui ont vu les paysages indiens et ceux qui, sans les avoir parcourus, en ont parlé d’après le3 livres.

55La recherche de la justification des faits mentionnés étant (pour citer à nouveau l’Autorité qu’est Saint Augustin !) plus importante que l’appréciation de l’Authenticité des faits dans le domaine indien, il n’en va pas de même pour les autres régions asiatiques, celle des Mongols par exemple !

56D’autre part, l’indication donnée par Monsieur GOUTTEBROZE (sur le danger que représente l’emploi d’un langage subjectif et moralisant au sujet des Brahmanes) me paraît tout à fait intéressante dans les perspectives qu’elle ouvre pour notre sujet. Les rapports entre l’endogamie et l’anthropophagie d’une part, entre la nature et la culture d’autre part, doivent particulièrement attirer notre attention dans les textes, dans une perspective structurale de type objectif.

Notes

1 Voir les ouvrages généraux de Beazley : « Dawn of modem geography » 3 vol. New york,1949 et celui de Wright :« The Geographical Lore in the time of the Crusades », 2 vol. New York, 1925, par exemple.

2 Ces zones recouvrent la presqu’île du Dekkan.

3 On se réfère ici à ce qu’écrit Mr. le Goff dans « La civilisation de l’Occident Médiéval », Paris, Arthaud, 1965, P. 398.

4 On s’inspire ici des idées de Lévi Stauss dans « La Pensée Sauvage. » Paris, Plon, 1962, P. 21.

5 Il faut insister sur deux études essentielles qui sont à l’origine des recherches présentes : celle de Wittkower : « Marvels of the East » dans le Journal of the Warburg and Courtauld Institutes vol. 5, 1942 ; et l’article de Le Goff : « L’Occident Médiéval et l’Océan indien : un univers onirique », SEVPEM, 1970, P. 243 à 263. (noté ici OI)

6 Cela se trouve déjà dans Ctésias : édit. Buchon § I

7 B. Latin edit. Chabaille, Paris, 1863, L.I ; P. iv P. 159.

8 Voir Solinus : « Polyhistor », ch.54.

9 Menentillus : edit. Yule in « Cathay and the way thither, T. I, P. 212-13 »

10 Mandeville : edit. Letts, Hackluyt Soc. T. 2 ; P. 403

11 Le Goff : OI, P. 255.

12 0doric de Pordenone : edit. Cordier, Leroux, P. 203.

13 Ctésias, op. cit. § IV.

14 M. Polo : edit. Hambis, Klincksieck, P. 290 ; en fr. Mod.

15 T. de Cantimpré : « De naturis rerum » Berlin, 1933 p. 24

16 B. L’Anglais : « le grand propriétaire des choses », edit. de 1656 par Corbichon, L. XV, ch. 72.

17 Voir à Sens, Rouen ou Vézelay par exemple.

18 M. Polo ; op. cité. P. 300.

19 Menentillus : op. cité. T. I. P. 215.

20 Cf. « Le cru et le cuit » de Levi Strauss.

21 V. de Beauvais : edit dite de Douai 1624, L. IV, c.57

22 R. Bacon : Opus Majus, edit. Bridges, Oxford, 1857, vol. I P. 353.

23 cf. Cocchiara : « Il mito del buon Selvaggio. Introduzione alla storia delle teorie etnologiche. » Messine, 1948, P. 7.

24 Ms grec anc. fonds BN 113, édité par Berger de Xivrey in les traditions tératologiques, Paris, 1836 P. 334-335.

25 M. Polo : op. cité. P. 269.

26 Le Goff : op. cité OI P. 258.

27 M Polo : op. cité. P. 254.

28 M. Polo : op cité. P. 261.

29 Formule empruntée à Levi Strauss : Anthropologie Structurale, Paris, Plon, 1956. P. 358.

30 Voir en particulier Mandeville : op. cité T. 2 P. 330.

31 Nous employons ici la terminologie de P. Francastel cité par Duby dans Sa leçon inaugurale au Collège de France du 4 déc. 1970.

32 M. Polo : op. cité. P. 245.

33 ID : P. 164.

34 En particulier chez T. de Cantimpré, Odoric de Pordenone et Mandeville : « Les habitants sont des gens de diverse nature, car le père mangue son filz et le filz son père etc... (op. cité T. 2 P. 342)

35 Odoric de Pordenone : op. cité. P. 116.

36 Voir le livre de M. Eliade : « Le sacré et le Profane » Paris, Gallimard, 1965.

37 Celle d’H. Omont. Voir aussi de Wittkower : M. Polo and the pictural tradition of the marvels of the East. » Rome, 1957, P. 155-172.

Cynocéphales habitant les îles Angamamain (Andaman). L. III ; ch. XIII. B N. Ms fr. N° 2810

Image

Livre des Mandevilles, Marco Polo, f. 76 versoa.

Table des illustrations

Légende Trajet de retour de Marco polo d’après l’édition Yule -Cordier T.2 Londres.1903.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540