Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Voyages imaginaires et allégoriques

Le voyage d’Adam de la Halle à Paris d’après le Jeu de la Feuillée

Claude Mauron

Texte intégral

  • 1 Rappelons que, malgré les probabilités, il n’est pas certain qu’Adam de la Halle soit l’auteur du (...)
  • 2 cf. aussi la remarque de Croquesot(v. 655).
  • 3 v. 5-6 : "maintenant, certains ne pourront pas dire que je me sois vanté en vain d’aller à Paris".
  • 4 J. Dufournet, Adam de la Halle à la recherche de lui-même ou le Jeu dramatique de la Feuillée, SED (...)
  • 5 qui Fait sourire, à l’opéra, lorsqu’un air entraînant ("marchons, courons, volons !") est chanté p (...)
  • 6 L’emploi des alexandrins dans le prologue accentue évidemment cette solennité comique. Cf. aussi l (...)

1Quand le personnage1 d’Adam de la Halle, ouvrant le Jeu de la Feuillée, proclama qu’il partait pour Paris (v. 12), il ne dut étonner personne, bien au contraire. Ce projet de voyage du poète était certainement connu de tous, et lui avait sans doute procuré une sorte d’"image de marque", chargée à la fois d’admiration envieuse et d’incrédulité narquoise. Cette cape des étudiants parisiens, que le Fou remarque et que son père, un simple potier, interprète sans hésiter comme la marque d’un "Parisien" (v. 422-423) était-elle déjà un sujet de moqueries ? Toujours est-il que sa mention brutale, au premier vers de la pièce, sent la caricature, cristallisée sur un détail typique2. De même, faut-il voir dans le cliquetis des remarques acerbes ("on ne vit pas pour rien à Paris", v. 187 ; "les autres font-ils ainsi, à Paris ?", v. 962) le prolongement de plaisanteries ayant cours dans un quartier, ou dans un cénacle, sur le départ du poète ? Pour le supposer, point n’est besoin de céder à des réminiscences de Tartarin de Tarascon, puisqu’Adam lui-même faisait allusion à certaines appréciations ironiques sur son incapacité à s’en aller3. Lorsque donc le personnage d’Adam de la Halle, drapé dans sa belle cape, déclara : "je m’en vais à Paris", peut-être clouait-il ironiquement le bec à ses détracteurs. Peut-être aussi allait-il, malignement ou humoristiquement, dans le sens de leurs quolibets. Car, sur scène, Adam ne cessait de répéter qu’il partait, qu’il s’en allait à Paris, qu’il quittait Arras. Jean Dufournet, qui a bien vu cette étrange insistance, l’interprète au premier degré, comme des exhortations à soi-même d’un velléitaire4 ; nous y reconnaissons, pour notre part, le procédé comique du "sur-place"5, d’autant plus réussi ici qu’il se doublait d’un style ampoulé6 et que l’assistance devait y voir la confirmation de ses plaisanteries familières : cette fois-là, c’était juré, Adam de la Halle partait, et une demi-heure plus tard on le retrouvait, comme d’habitude, à la taverne de Ravelet, reconstituée sur la scène ! Si la Feuillée était, ainsi que nous en sommes persuadé, une pièce comique et satirique – plutôt que le bilan déprimant d’une quête avortée –, c’est en ce sens qu’il faut en interpréter le début, ce qui, du reste, ne préjuge en rien des événements réels.

2On ne saurait cependant nier que, dans la Feuillée, l’accent soit mis davantage sur ce qui entrave le départ que sur ce qui le facilite. Faut-il pour autant conclure au récit d’un échec ? Non, car trois séries d’explications, sans doute coexistantes et complémentaires, sont à envisager :

  1. D’abord la mise en œuvre d’effets comiques, par exemple celui des "tuiles" systématiques et successives, qui prolonge d’ailleurs à point nommé le "sur-place" du prologue. Les compagnons d’Adam, en effet, prennent un malin plaisir à énumérer tous les empêchements possibles à son voyage. Mais nous sommes là dans un "jeu", et le jeu comique consiste, par essence, à affronter des obstacles semés par la nature, le hasard ou les parents, pour les vaincre enfin, plus ou moins magiquement. La façon dont la Feuillée présente Adam de la Halle tentant de quitter Arras correspond en tout cas assez bien aux multiples tentatives d’un certain savant Cosinus pour sortir de Paris.
  2. Ensuite l’existence de difficultés matérielles réelles, d’hésitations personnelles véritables, dont la Feuillée donnerait une image ou bien perfidement satirique (et par là, dans une certaine mesure, libératrice) ou bien secrètement triomphale (par réévocation de difficultés déjà surmontées). Ainsi pourrait s’expliquer une partie -mais une partie seulement- des allusions au père du poète, à sa femme et aux notables d’Arras.
  3. Enfin la permanence des hantises profondes, inconscientes, de l’auteur du Jeu7, qui interviennent dans la présentation d’une épouse possessive, enlaidie et lubrique, ou dans le voeu de la méchante fée Maglore, souhaitant que le fameux voyage soit ajourné et qu’Adam, justement, retombe dans les bras de sa femme8.
  • 9 où le souhait de la méchante fée ne peut être annulé ; d’ailleurs les bonnes fées ne formulent pas (...)
  • 10 dont participent d’une part les obstacles au départ pour Paris, d’autre part les imperfections et (...)
  • 11 peut-être celui de "l’amour de loin", en tout cas celui de la femme repoussée, très fréquent dans (...)
  • 12 Cf. Charles Mauron, Psychocritique du genre comique, Paris, 1964, p. 57-64.

3Ce serait une grave erreur que d’omettre ou de privilégier à l’excès l’une de ces trois composantes. Si les hantises inconscientes existent, si elles justifient certains détails (spécialement dans un passage de caractère onirique comme la "féerie"9 et plus largement une tonalité générale d’insécurité10, elles ne constituent nullement, à nos yeux, le "message" de la pièce, à supposer qu’il y en ait un. Qu’apercevons-nous derrière le personnage de Maroie, qui fait obstacle au départ ? Peut-être une simple donnée de fait, difficile à confirmer ou à infirmer en l’absence de témoignage non littéraire ; probablement une vieille image inconsciente de mère mauvaise et dangereuse ; à coup sûr une élaboration comique à laquelle l’esprit licencieux du Moyen Age n’est pas indifférent, non plus que la parodie de thèmes littéraires à la mode11. La même multiplicité d’explications apparaît si l’on considère le second obstacle, qui est le refus d’argent opposé par Maître Henri de la Halle à son fils. Là encore, nous n’avons pas les moyens d’affirmer l’existence sous-jacente d’un conflit réel – ni de la nier d’ailleurs. Quant à une composante inconsciente, elle ne semble pas devoir être cherchée du côté d’une obsession personnelle (comme c’est le cas pour Nerval, fasciné par la figure du père et en constante révolte contre elle) mais dans une fantaisie fondamentale du genre comique12. Cet affrontement avec la réalité paternelle contraignante, dans la Feuillée, combine donc à la fois une possible expérience individuelle (contre Maître Henri), une situation psychologique archétypique (contre le père et le "principe de réalité") et un motif classique du théâtre depuis Ménandre (évocation d’un durus pater). De tout cela, les interprétations tendancieuses que donne la Feuillée du voyage d’Adam fournissent l’exact corollaire.

  • 13 abandon d’Arras et de ses plaisirs, v. 29 ; désir pathétique de rattraper le temps perdu, v. 180 ; (...)
  • 14 Comme son nom l’indique et comme les fées le lui souhaitent (v. 660).
  • 15 il est prêt à prendre Maroie, il est accusé d’avoir engrossé Dame Douche.
  • 16 la formule figure dans la pièce VII des Chansons et dits artésiens du xiiième siècle (éd. par A. J (...)
  • 17 Plaute, Mercator.
  • 18 Térence, Adelphes. Cf. aussi dans le Phormion les voyages répétés de Démiphon à Lemnos, pour retro (...)
  • 19 sur "Paris-Babylone", cf. J. Le Goff, Les intellectuels au Moyen Age, Paris. 1962. p. 24.

4En effet, si jamais Adam partait, il en faudrait davantage pour désarmer les mauvaises langues de la "compagnie", et les personnages du Jeu semblent avoir tout prévu. Aux graves intentions du poète13 « ils opposent une série d’insinuations : d’abord, Adam est muavles, c’est-à-dire instable (v. 21) et volage (v. 75) ensuite il s’en va, de toute évidence, parce qu’il est rassasié des charmes de son épouse (v. 78) ; et d’ailleurs il court tout droit à un échec (v. 13-23). Alors, "que fera-t-il à Paris ?"(v. 12). Or le petit peuple de la Feuillée, que nous voyons s’égayer au cabaret après avoir fait l’apologie de la bigamie, a des idées bien précises sur la vie des "escoliers" parisiens. Comment en irait-il autrement lorsque l’on a pour meneur de jeu un Riquier Auri fortuné14, amateur de femmes15 et visiblement partisan du "bon clerc moyen ignare"16 ? Si Adam veut aller à Paris et abandonner sa femme, c’est pour faire la fête ! "On ne vit pas pour rien à Paris", dit Gillot le Petit (v. 197) et Hane le Mercier renchérit quand Adam entre à la taverne : "Ah ! Dieu ! Quel bel écolier ! Voilà des deniers bien employés ! Les autres font ainsi, à Paris ?"(v. 960-962). Et reconnaissons que le personnage d’Adam de la Halle, dans la pièce, malgré un certain nombre de dénégations hautaines (sans doute comique par leur côté "vertu outragée" -cf. le v. 427, où le Fou accuse Adam de "faire le fier"), apporte de l’eau à ce moulin : 1e portrait de Maroie, maintenant peu appétissante et que l’on quitte vite avant de l’avoir rendue enceinte (v. 172) est là pour en témoigner. Et la façon grossière dont Adam s’indigne devant le refus d’argent de son père (v. 194-195), puis ses bassesses pour l’amadouer (qui ne trompent personne, cf. les v. 949-950), l’évocation de son passé à la taverne, l’allusion à une bigamie mal niée, tout cela, on en conviendra, plaide plutôt en faveur d’une interprétation "joyeuse" du voyage à Paris. En était-il réellement ainsi ? Nous n’en savons rien. Faut-il supposer, là encore, une reprise de plaisanteries ou de médisances ? C’est fort possible. Le Jeu de la Feuillée, en tout cas, nous donne cette version tendancieuse, relevant plutôt de la taquinerie que du reproche moralisateur – la seule finalement qui s’accorde avec les lois profondes du genre en faisant du héros, comme d’habitude, un adepte du "principe de plaisir". De tout temps, le motif du voyage s’est prêté, pour les besoins du trait d’esprit, à ce gauchissement plaisant : "Ulysse, ta femme t’attend !" tel fut un jour, dans les Nouvelles Littéraires, le titre d’un article quelque peu paradoxal d’Antoine Blondin sur l’Odyssée. Pour revenir au théâtre, nous trouvons chez Plaute un adulescens parti pour affaires et ramenant une splendide maîtresse17, chez Térence un esclave affirmant au père de son jeune maître que ce dernier s’en est retourné à la campagne – lieu de labeur et de vertu – alors qu’il est en train de faire la noce en ville18. Pour revenir au Moyen Age, comment oublier ces voyages à but officiel guerrier, à intentions secrètes sentimentales, depuis celui de Guillaume vers la reine Orable, dans La prise d’Orange, jusqu’à celui de Roland vers la princesse sarrasine, dans Roland à Saragosse ? La coloration très particulière que les amis d’Adam donnent à son voyage n’a donc rien d’étonnant dans le cadre d’une pièce comique médiévale ; ajoutons qu’elle devait être amplement corroborée par la réputation des étudiants parisiens de l’époque19.

  • 20 sauf si l’on pense que la Feuillée est le compte-rendu d’un voyage manqué, ce qui, comme on l’a vu (...)
  • 21 cf. C. Mauron. op. cit., p. 120-122.
  • 22 sous-entendus qui se déploient au contraire dans la Feuillée par nécessité comique – ou, si Adam n (...)

5Trois motifs comiques s’entrelacent donc, à notre avis, dans ce joyeux charivari autour du départ d’Adam, qu’est le Jeu de la Feuillée : le voyageur qui ne part jamais, le voyageur qui n’arrive pas à partir ; enfin le voyageur qui, sous couvert d’obligations sérieuses (ici les études), se dirige vers la dolce vita. Nous croyons avoir assez insisté sur l’énorme difficulté qu’il y a à établir dans tout cela la part de la réalité – à moins que l’on n’entende par "réalité" celle des on-dit et des plaisanteries, qui constituent déjà, à l’état embryonnaire, une élaboration satirique et comique. Adam alla-t-il ou non à Paris ? Pour qui s’intéresse à l’oeuvre littéraire du Jeu de la Feuillée, centrée sur le premier pas (le seul qui coûte), la question n’a qu’un intérêt tout à fait anecdotique20. Il en est de même pour le Congé d’Adam de la Halle, à propos duquel nous voudrions simplement faire remarquer ici qu’il n’y est nullement question d’un voyage à Paris. Adam se contente de dire qu’il va "ailleurs" (v. 23), "autre part" (v. 66). Il se peut donc que le Congé ne se rapporte pas au même voyage que la Feuillée, encore que d’étroites parentés de thèmes rendent cette hypothèse assez improbable. Il se peut aussi qu’il s’agisse dans les deux œuvres du même voyage et que, le Congé étant selon nous légèrement postérieur21, ou bien Adam ait changé de destination "au sortir d’Artois", ou bien qu’il ait, dans cette pièce destinée en partie à ses protecteurs, écarté volontairement l’image de Paris, trop chargée de sous-entendus joyeux22.

  • 23 tel est le sens donné par G. Mayer dans son Lexique des œuvres d’Adam de la Halle, Paris, 1940, P. (...)
  • 24 cf. J. Le Goff, op. cit., p. 35-37.
  • 25 Sur cette thématique du parti de Guillaume de Saint-Amour, cf. l’édition Faral-Bastin des Œuvres C (...)
  • 26 cf. J. Ribard, Un ménestrel du xiv° siècle, Jean de Condé, Genève, 1969, p. 126-127. C’est sans au (...)

6A l’incertitude de ce voyage, pouvons-nous substituer, en conclusion, la certitude d’un autre voyage ? Dans la Feuillée, en effet, le personnage d’Adam s’entend dire, à un moment : reva t’ent (v. 185). Il se peut que le préfixe re ait ici simplement valeur intensive ; dans le cas contraire, il faut entendre qu’Adam va retourner à Paris23 – et donc qu’il y est déjà allé. A cette dernière hypothèse, donnons, pour une fois, libre cours. Adam aurait fréquenté le milieu estudiantin et, probablement, connu ou pratiqué la poésie des "goliards" : n’est-ce pas un peu leur thématique (attaques contre le Pape, contre les prélats) et aussi leur image favorite de la Roue de Fortune24 que nous avons dans la Feuillée ? Mais remarquons aussi que cette thématique du Jeu, en particulier l’enchaînement des critiques virulentes contre les prélats, le Pape et le Moine quêteur, de même que les attaques contre l’avarice, rappelle beaucoup l’arsenal polémique de la grande querelle du milieu du xiiième siècle entre l’Université de Paris et les Ordres Mendiants25. De cette querelle, Adam de la Halle, s’il est né vers 1240, aurait-il perçu des échos encore vifs lors d’un séjour à Paris dans les années 1260-1265 ? On oublie trop, en tout cas, que la Feuillée est, de l’avis maintenant unanime, datée de 1276 – c’est-à-dire qu’elle est contemporaine du Roman de la Rose de Jean de Meung, lui aussi imprégné de cette thématique. Reste à savoir, naturellement, s’il était nécessaire d’être allé à Paris pour se situer dans la ligne satirique qui va de Rutebeuf à Jean de Condé26, ou pour être influencé par le courant goliardique. De toute façon le Jeu de la Feuillée, tableau comique d’un nouveau départ ou reflet d’un ancien voyage (ou les deux à la fois), doit beaucoup à Paris -plus peut-être qu’on ne le pensait jusqu’ici.

Notes

1 Rappelons que, malgré les probabilités, il n’est pas certain qu’Adam de la Halle soit l’auteur du Jeu de la Feuillée. La présente étude s’attache au personnage théâtral du poète dans cette pièce, qui -quel que soit l’auteur – n’est pas forcément l’exact reflet de l’individu réel.

2 cf. aussi la remarque de Croquesot(v. 655).

3 v. 5-6 : "maintenant, certains ne pourront pas dire que je me sois vanté en vain d’aller à Paris".

4 J. Dufournet, Adam de la Halle à la recherche de lui-même ou le Jeu dramatique de la Feuillée, SEDES. Paris. 1974. P. 120-121.

5 qui Fait sourire, à l’opéra, lorsqu’un air entraînant ("marchons, courons, volons !") est chanté par un ténor figé. Dans la Feuillée, Adam dit qu’il "court" à Paris (v. 181)…

6 L’emploi des alexandrins dans le prologue accentue évidemment cette solennité comique. Cf. aussi le fameux songe qu’Adam, en partant, réalisera ou écartera (selon les traductions), d’autant plus comique que le personnage ne dit jamais en quoi consiste ce songe déterminant, et qui relève de l’allusion parodique aux songes épiques ou tragiques (pour la comédie latine, cf. J. -P. Cèbe, La caricature et la parodie dans le monde romain antique des origines à Juvénal, Paris, 1966, p. l09).

7 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur, sur ce point, à notre étude psychocritique globale du Jeu de la Feuillée (éd. José Corti, Paris, 1973).

8 cf. la seconde partie de notre étude, et en particulier les pages 85-87, 97-109 et 117-122.

9 où le souhait de la méchante fée ne peut être annulé ; d’ailleurs les bonnes fées ne formulent pas le vœu du voyage à Paris…

10 dont participent d’une part les obstacles au départ pour Paris, d’autre part les imperfections et incidents de la scène de taverne (cf. C. Mauron, op. cit., p. 120).

11 peut-être celui de "l’amour de loin", en tout cas celui de la femme repoussée, très fréquent dans les romans du xiiième siècle (cf. Ph. Ménard, Le rire et le sourire dans le roman courtois, Genève. 1969. p. 284 et s.).

12 Cf. Charles Mauron, Psychocritique du genre comique, Paris, 1964, p. 57-64.

13 abandon d’Arras et de ses plaisirs, v. 29 ; désir pathétique de rattraper le temps perdu, v. 180 ; soif de science, v. 181.

14 Comme son nom l’indique et comme les fées le lui souhaitent (v. 660).

15 il est prêt à prendre Maroie, il est accusé d’avoir engrossé Dame Douche.

16 la formule figure dans la pièce VII des Chansons et dits artésiens du xiiième siècle (éd. par A. Jeanroy et H. Guy, Bordeaux, 1898J.

17 Plaute, Mercator.

18 Térence, Adelphes. Cf. aussi dans le Phormion les voyages répétés de Démiphon à Lemnos, pour retrouver sa maîtresse.

19 sur "Paris-Babylone", cf. J. Le Goff, Les intellectuels au Moyen Age, Paris. 1962. p. 24.

20 sauf si l’on pense que la Feuillée est le compte-rendu d’un voyage manqué, ce qui, comme on l’a vu, n’est pas notre cas.

21 cf. C. Mauron. op. cit., p. 120-122.

22 sous-entendus qui se déploient au contraire dans la Feuillée par nécessité comique – ou, si Adam n’en est pas l’auteur, par perfidie satirique (ce qui expliquerait alors, dans le Congé écrit juste après le départ, le silence pincé du poète sur Paris).

23 tel est le sens donné par G. Mayer dans son Lexique des œuvres d’Adam de la Halle, Paris, 1940, P. 143.

24 cf. J. Le Goff, op. cit., p. 35-37.

25 Sur cette thématique du parti de Guillaume de Saint-Amour, cf. l’édition Faral-Bastin des Œuvres Complètes de Rutebeuf (2°éd., Paris, 1969, t. I, p. 50 et s.) et, pour l’avarice, Rutebeuf, Poèmes concernant l’Université de Paris, éd. H. H. Lucas. Manchester-Paris, 1952, p. 96.

26 cf. J. Ribard, Un ménestrel du xiv° siècle, Jean de Condé, Genève, 1969, p. 126-127. C’est sans aucune explication que M. -M. Dufeil place A. de la Halle dans ce courant de pensée (Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne, Paris. 1972. p. 524).

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540