Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Voyages imaginaires et allégoriques

Les expéditions de Beowulf

André Crepin

Texte intégral

11– Résumé du poème. 2– Bēowulf, tueur de monstres. 3– Traitement conventionnel du thème du voyage. 4– Expéditions : volontaires. 5– Excès des interprétations christianisantes. 6– La vie et son mystère. 7– Sīp : la vie, la volonté et la mort. 8– Mouvement et gravité. 9– Conclusion, programme de recherche.

1.

  • 1 Cf. J.R.R. Tolkien "Beowulf : The Monsters and the Critics", Proceedings of the British Academy, X (...)
  • 2 Remarque de A.A. Lee The Guest-Hall of Eden. Four Essays on the Design of Old English Poetry, New (...)

2La Geste du prince Bēowulf raconte ses victoires sur des monstres, notamment par le monstre Grendel, sur la mère dudit Grendel, enfin sur un dragon. Malgré cette triade, le poème se divise plutôt en deux parties, un peu à la manière du vers vieil-anglais qui compte deux sommets allitérants dans le premier hémistiche, un seul dans le second1. La première partie du poème comprend la lutte contre Grendel, et celle contre sa mère, la deuxième partie le combat avec le dragon. Les circonstances sont savamment diversifiées. Les luttes contre Grendel et sa mère appartiennent à la jeunesse de Beowulf, celle contre le dragon à sa vieillesse. Pour lutter contre Grendel et sa mère, Beowulf quitte sa patrie et débarque au royaume des Danois ; dans l’affaire du dragon c’est son propre royaume, celui des Gètes, qu’il défend. Là il est prince, dépendant ; ici roi souverain. Même gradation dans les monstres affrontés. Certes ce sont tous des êtres de la nuit, mais leurs milieux diffèrent. Grendel erre sur la lande. Sa mère se tapit sous les eaux. Le dragon semble récapituler tous les éléments : il crache le feu, vole dans les airs, habite une chambre souterraine et sa carcasse sera jetée aux flots2. Variation et progressions dans les combats du héros : il triomphe de Grendel à mains nues ; il ne doit sa victoire sur la mère de Grendel qu’à une épée miraculeuse ; du dragon il sera à la fois victorieux et victime, les deux adversaires mourant l’un par l’autre, et encore Bēowulf n’emporte-t-il la victoire qu’avec l’aide d’un fidèle compagnon. Tel est le résumé de la Geste de Bēowulf.

3Bēowulf est un tueur de monstres. Cette qualité explique la survivance du poème, inséré dans un recueil de récits extraordinaires : vie en prose du gigantesque s. Christophe, Merveilles de l’Orient, Lettre d’Alexandre à Aristote sur la faune et la flore fabuleuses de l’Inde, poèmes de Bēowulf et de Judith, qui tua le monstrueux Holopherne. Tous ces textes sont en vieil-anglais, mis par écrit aux environs de l’an mil. La valeur des poèmes de Bēowulf et de Judith dépasse le caractère surhumain de leur héros. Les monstres affrontés par Bēowulf n’ont rien des phénomènes – serpents à deux têtes et femmes à barbe – des Merveilles de l’Orient. Ils sont d’autant plus effrayants qu’ils sont vaguement décrits.

  • 3 Texte de Bēowulf publié et commenté par Fr. Klaeber, Beowulf and The Fight at Finnsburg, Boston : (...)
  • 4 E.R. Curtius La Littérature européenne et le moyen âge latin (1947)2 1953, tr. J. Brejoux, PUF 195 (...)

4Il reste néanmoins que Bēowulf est un tueur de monstres. Quand, à la cour danoise, on met en doute sa victoire dans un tournoi de natation, il donne sa version des faits en insistant moins sur son endurance en mer que sur ses combats contre les mostres (niceras)3, monstres marins qu’il retrouve en poursuivant la mère de Grendel dans son antre aquatique. Alexandre au cours de son expédition en Inde rencontra aussi des nicoras, probablement des hippopotames. Les niceras de Bēowulf appartiendraient plutôt à l’ordre des cétacés (baleines) ou des pinnipèdes (phoques) ou à la sous-classe des poissons sélaciens (requins). Le tertre funéraire de Bēowulf s’élèvera sur le Cap des Baleines. La mer dans notre poème est sans tempêtes mais non sans monstres, on l’appelle "route aux baleines". Ernst R. Curtius, examinant les métaphores relatives à la navigation, note que pour Alcuin – un Anglo-Saxon – le péril vient des monstres marins4.

3.

5Bēowulf est certes un infatigable nageur, un habile navigateur mais sa Geste ne s’attarde pas sur ses voyages, elle a pour sujet ses expéditions contre des monstres. Le thème du voyage par mer y figure, nécessairement puisque la mer y est partout présente, mais y reçoit un traitement schématique et conventionnel.

  • 5 Cf. ma thèse de Sorbonne, 1970 : Poétique vieil-anglaise : désignations du Dieu chrétien et mes ar (...)

6Le voyage de Bēowulf, de son pays gète, vraisemblablement le sud de la Suède, au royaume des Danois, se passe, a l’aller comme au retour, sans encombre. Il n’occupe, dans les deux sens, que quelques vers et les descriptions, semblables mais non identiques offrent une parfaite illustration de la technique du poème, technique de composition orale5.

7217 s’en va sur le flot hâté par le vent le navire au col d’écume à l’oiseau tout pareil jusqu’au temps prévu où le jour suivant

8220 la proue bien cambrée a tant fait de chemin que nos navigateurs aperçoivent terre voient briller les falaises roi des rivages

9223 caps immenses la traversée est achevée le voyage à son terme

101903b s’en va le vaisseau en de profonds remous quitte la terre danoise il porte à son mât parure marine

111906 voile au solide gréement gronde le bois de la coq nul obstacle au bateau vent dessus les vagues ne le déroute en son voyage vogue le vaisseau

121909 la nef au col d’écume s’avance sur la vague la proue recourbée sur la mer tant et si bien que les Gètes leurs falaises peuvent reconnaître

131912a les caps familiers

14On est frappé par l’identité des opérations et de leur déroulement linéaire. On note, comme autant de signaux, l’emploi du même verbe pour donner le branle au bateau et au développement – le verbe gewîtan –, presque le même mouvement syntaxique – dernière proposition introduite par pæt final, c’est bien le cas de le dire – et, surtout, l’emploi de formules, au sens technique d’unités de composition orale : ainsi "le navire au col d’écume" est quasi identique à "la nef au col d’écume", "la proue bien cambrée" à "la proue recourbée", "vent dessus les vagues" à "avance sur la vague". On voit les difficultés que représente pour un traducteur français la modulation formulaire, sans compter les composés étrangers au génie de notre langue (or mon ambition est d’offrir bientôt une traduction commentée de la Geste de Bēowulf).

15Le thème du voyage ici est, traité le plus conventionnellement possible. Le poète ne s’intéresse qu’au but, au dessein de l’expédition.

16Les aventures n’arrivent pas à Bēowulf. Il les provoque. Totalement dans la première partie du poème, pour une bonne part dans la seconde. Jeune prince il est impatient de montrer sa valeur, de la mettre au service d’un roi, au loin. Les ravages du monstre Grendel au Danemark lui en fournissent l’occasion. Il paye ainsi une dette de gratitude car son père avait jadis trouvé asile chez le roi danois. Bēowulf le prince gète offre donc sa force au roi Hrōthgār affaibli par l’âge. Celui-ci voudrait récompenser Bēowulf en l’adoptant mais Bēowulf, fidèle à son oncle et roi Hygelāc, retourne en sa patrie. Nous avons là un schéma de conte populaire : un jeune héros surgit d’outre-mer et délivre de monstres ravageurs un roi que l’âge rend impuissant. On s’attendrait à ce que Hrōthgār donnât fille ou soeur au libérateur en mariage : certains critiques imaginatifs ont en conséquence identifié la pleureuse, à la mort de Bēowulf, comme sa veuve ! Mais plus qu’un conte merveilleux nous avons une leçon ad usum delphini : comment un jeune prince doit acquérir de la gloire et rester fidèle à son seigneur. Bēowulf non seulement ne s’attarde pas chez Hrōthgār mais il donne à Hygelāc tous les trésors dont Hrōthgār l’a comblés, ne gardant pour lui qu’un des huit chevaux reçus. (Notons que Hygelāc, seul personnage historique de la Geste, mort env. 521, dépeint par certains chroniqueurs comme gigantesque et ladre, cède la vedette à son neveu Bēowulf ; cf. Charlemagne et Roland, Arthur et ses chevaliers.)

17La seconde expédition de Bēowulf est moins volontaire en ce sens que le dragon, gardien de trésor, mis en fureur par un pillard, provoque le roi Bēowulf en dévastant son pays, en détruisant son palais. Bēowulf maintenant à l’âge et la fonction de Hrōthgār jadis, c’est un sage et vieux roi. Mais contrairement à Hrōthgār, il ne reste pas inactif à se lamenter, il prend les armes et part attaquer le dragon en son repaire. Donc, ici encore, nous avons bien affaire à une expédition offensive, même si elle est punitive. Et ce caractère volontaire, positif, du héros s’impose au-delà de la mort puisque Bēowulf commande que le tertre qui supportera son bûcher funèbre se dresse à la fois en mémorial de sa grandeur et en amer pour les navigateurs.

5.

18Beaucoup de critiques, autorisés par le goût des Anglo-saxons pour les énigmes, les interprétations profondes, les associations d’idées, ont donné un sens spirituel et chrétien aux expéditions de Bēowulf.

19Bēowulf, tueur de monstres, lutterait contre des incarnations du mal, des représentants du Malin. Le poète lui-même désigne ainsi Grendel et sa mère. Ils sont de l’engeance de Caïn, assoiffés de sang, frappés de la colère de Dieu qui les éloigne, les exile à jamais des joies de la communauté. Par contre le poète ne livre aucun commentaire chrétien sur le dragon.

  • 6 Cf. les explications de textes d’Edward B. Irving, Jr. A Reading of Beowulf, New Haven/London, Yal (...)

20Les monstres sont des êtres malfaisants. Grendel et sa mère des maraudeurs cannibales, à mi-chemin entre les hommes hors-la-loi et les bêtes fauves, hommes-loups, hommes-ours –et Bēowulf, dont le nom signifie "Loup ravageur des abeilles" c’est-a-dire "ours", leur est symétriquement opposé. Le dragon, lui, appartient à une autre catégorie, bien que pour les gens du haut moyen âge il ait la même réalité physique qu’ours et loups monstrueux. Il apparaît dans le poème comme une force cachée, généralement latente, brusquement réveillée par un acte de pillage. Il sommeillait, dans une chambre funéraire souterraine, gardien d’un trésor enfoui par un possesseur mort sans héritier. Le dragon est un être de mort6. Bēowulf, le poète et ses auditeurs savent que l’affronter, c’est rencontrer la Mort.

21Que le récitant-poète et son auditoire, que le copiste aient été chrétiens ne aurait être contesté. Que la Geste de Bēowulf soit chrétienne en ce sens que le héros agirait en imitation voire en figure du Christ, descendant aux Enfers pour tuer la mère de Grendel, donnant sa vie dans le combat contre le dragon pour le salut de son peuple, voilà qui me paraît excessif. La leçon de Bēowulf peut avoir une profondeur religieuse, plus ou moins accordée au christianisme, sans être un message allégorique.

6.

22Bēowulf affronte ses adversaires à pied : c’est pourquoi je n’hésite pas à employer le mot d’expédition. Les chevaux, symboles de la fierté guerrière, sont à plusieurs reprises mentionnés, mais c’est l’océan qui sert de fond aux expéditions de, Bēowulf. Lui et son peuple sont de hardis marins ; les palais des rois, danois ou gète, se dressent non loin des côtes. Le poème se clôt sur les funérailles de Bēowulf et la vision de son tertre-phare ; il s’ouvre sur d’autres funérailles royales, celles du héros éponyme danois Scyld. Le rappel, au seuil du poème, de l’histoire de Scyld, mystérieusement venu de la mer et, après un règne glorieux, remis à la mer, fixe le mode du récit : l’histoire de Bēowulf s’inscrit elle aussi entre une arrivée d’au-delà des mers et un départ, sinon sur les flots, du moins près d’eux et pour le même voyage mystérieux. Le héros, comme le plus simple des mortels, surgit du mystère pour y retourner. Tel l’oiseau de la célèbre parabole de Bède (Hist. Eccl. II, xiii). Sollicité par le roi Edwin de Northumbrie (en 627) de donner son avis sur la conversion au christianisme, un conseiller lui répondit : "Sire, voici à quoi me fait songer la vie humaine sur cette terre si on la compare au temps dont nous ne savons rien. Vous êtes à dîner avec vos ducs et comtes en plein hiver, autour du feu ; il fait bon dans la salle tandis qu’au dehors se déchaînent les tourbillons de pluie ou de neige. Survient quelque moineau à tire d’aile, il entre par une ouverture et disparaît vite par une autre. L’instant qu’il est à l’intérieur il échappe à la bourrasque de l’hiver mais après ce minuscule répit, sorti de l’hiver, à l’hiver il retourne, sous vos yeux. De même notre vie surgit un moment : ce qui la suivra, ce qui l’a précédée, nous l’ignorons. Si donc cette nouvelle doctrine apporte quelque certitude, elle mérite à mon sens d’être adoptée."

23La vie, court passage : thème majeur de la pensée germanique, très souvent exploité par le christianisme dans la poésie vieil-anglaise.

7.

24Toute vie d’homme, menée avec conscience et contrôle, est une expédition. Le terme vieil-anglais sīp, à rapprocher de l’anglais moderne send "envoyer", signifie "mouvement, fois, voyage, aventure, expérience, récit de cette expérience". On comprend que de l’idée de mouvement dans le temps on obtienne la valeur de "fois" ; on la trouve fréquemment dans notre poème, surtout dans la formule "pour la première fois". Le mouvement dans l’espace c’est le voyage ; on se rappelle ma traduction

251907 nul obstacle au bateau vent dessus les vagues ne le déroute en son voyage.

26Le mouvement dans l’action, c’est l’expédition. Les exemples abondent. On trouve à plusieurs reprises la formule "l’expédition de Bēowulf" ou "de Bēowulf l’expédition". Adjectifs ou éléments de composés soulignant la fatigue ou l’amertume qui accompagne beaucoup d’expéditions. L’expédition suprême c’est la mort :

272586b ce n’était point épreuve aisée pour notre héros rejeton d’Edgethēow d’avoir à quitter terre et plaine

282589 contre son gré à prendre logis ailleurs ainsi doit tout homme renoncer à la vie prêtée

29J’ai traduit dans ce passage sīp par "épreuve". On glisse facilement d’expédition à aventure, d’aventure à épreuve, d’épreuve à expérience. Et le mot est devenu un terme technique en poésie vieil-anglaise pour désigner le sujet d’un poème. Pour célébrer l’exploit de Bēowulf vainqueur de Grendel, un compagnon rappelle celui de Sigemond vainqueur du dragon,

30877 du fils de Waels le combat les vastes expéditions Et Wīd-sīp est le nom même d’un poète au vaste répertoire ; voici le début du poème qu’on intitule Widsith :

31Widsith ("Vaste-Expérience") prit la parole ouvrit son trésor de paroles lui qui des hommes un grand nombre de tribus de par le monde

  • 7 On complétera par des indications de T.A. Shippey Old English Verse, London : Hutchinson Universit (...)

323a de peuples avait visités7.

33L’Anglo-saxon considère cette vie comme un voyage, une expédition. Le proche, pour lui, n’est pas celui qui partage sa nourriture (le "compagnon", le "copain" du français) ou sa chambrée ("camarade"), c’est celui qui fait route avec lui, qui partage la même expédition : gesīp et, ailleurs que dans Bēowulf, gefœra. Ce concept de fidèle association dans l’entreprise est au cœur de l’idéologie germanique. A Hrōthgār qui se lamente de la mort de son meilleur ami, enlevé par le monstre

341296 c’était de Hrothgar le préféré de ses braves il avait titre de compagnon (gesīp)

35Bēowulf prêche l’action :

361384 ne t’afflige pas toi qui es sage mieux vaut toujours venger son ami que verser mille pleurs nous devons tous voir finir notre vie en ce monde travaille qui le peut à sa gloire avant de mourir voilà pour le guerrier après sa mort ce qui reste de mieux debout gardien de ce royaume hâtons-nous de partir

37Bēowulf va toujours de l’avant, il ne cesse de le faire que mourant, lorsqu’il s’assoit, vainqueur et blessé à mort, près de la chambre souterraine du dragon et contemple cette demeure de pierre qui défie le temps et souligne ainsi la brièveté de la vie humaine.

8.

  • 8 Entrelacs différents de la luxuriance des initiales romanes ; cela dit, cf. le ch. V d’E. Vinaver (...)
  • 9 "L’imaginaire de Bēowulf". La Raison et l’imaginaire, Paris : Didier (Congrès de la Soc. des Angli (...)
  • 10 A.B. Lord "Beowulf & Odysseus", in J. B. Bessinger & R.P. Creed Franciplegius, New York UP, 1965, (...)

38Une grande part de la beauté du poème tient aux entrelacs du mouvement de l’action et du repos méditatif. J’emploie à dessein le terme d’entrelacs, caractéristique des arts visuels de la même époque8. Le dynamisme de l’action au cœur de l’idéologie germanique, se manifeste dans la langue même, non seulement dans le vocabulaire (sīp) mais dans la syntaxe. Nous avons noté la fréquence du verbe gewītan, souvent employé avec un autre verbe de mouvement ; il sert aussi d’exhortatif comme dans notre "Allons enfants etc." (ainsi dans notre citation, 1390b). Une conjonction très fréquente dans le poème est oppæt "jusqu’à ce que" ; je l’ai commentée à l’occasion d’un autre colloque, sur l’imaginaire9. L’imaginaire dans Bēowulf est abstrait, dynamique et magnifiant. Tout donne le branle à notre imagination Nous sommes transportés aux jours glorieux d’autrefois mais ce passé est gros de discordes. Jamais de repos. Aucune description n’est faite pour elle-même. "La mer n’existe qu’en rapport avec les vaisseaux qui la sillonnent, ou les nageurs oui luttent contre elle, ou les monstres qui la peuplent (...). L’action suscite le décor, et non le contraire." Mais cette tension de l’imaginaire est équilibrée par un tempo solennel, quasi hiératique. Les mouvements des voyageurs sont rythmés par les étapes de la traversée – préparation, embarquement, voyage, débarquement – et aussi par l’étiquette : Bēowulf répond aux questions de la sentinelle anonyme puis à celles de Wulfgār, compagnon du roi, en fin au défi du "fou" du roi, Unferth – étapes d’accueil, ponctuées de discours10. Les discours nombreux ralentissent l’action ou plutôt lui donnent d’autres dimensions en la référant au passé ou au futur.

39Le poème retient notre attention, non point par des effets de surprise ou d’incertitude. Dans le corps-à-corps avec la mère de Grendel, le poète nous prévient que Dieu n’abandonnera pas le héros ; il ne nous cache pas non plus que son combat contre le dragon sera son "dernier temps de triomphe" (sīoast sigehwīle, 2710a) et causera sa mort. L’intérêt du récit tient à la richesse des associations. La poésie vieil-anglaise dont la technique est celle de la composition orale, coule en des formules traditionnelles des faits et concepts nouveaux. Le récit des expéditions de Beowulf ne peut exister qu’assisté d’autres récits, étayé par des aventures parallèles (Sigemond, tueur de dragon) ou opposées (Heremōd le mauvais roi). Porté par ces rappels, ces contrastes que des critiques ont pris, à contresens, pour des digressions, le récit s’impose, solennel et somptueux, riche de tradition.

  • 11 G. Duby Guerriers et Paysans. VIIe-XIIe siècles, premier essor de l’économie européenne, Paris : G (...)

40L’action n’est donc jamais épisodique. Elle est toujours intégrée dans un dess(e)in global. Même si, comme dans le duel final de Beowulf et du dragon, elle a une cause accidentelle – un acte de pillage. Il était dit, en effet, que ce trésor ne profiterait à personne ; son premier propriétaire, sans héritier, l’enterra avec ses espoirs ; le dragon s’en empara et ne sut que le dissimuler jalousement ; et les Gètes l’enfouissent à nouveau dans le tombeau de leur roi. Cette stérilité des trésors enfouis excite la verve de G. Duby11, elle forme la basse continue de la fin de notre poème, marquant la fin triste de Bēowulf sans héritier et donc celle de son peuple. Les trésors doivent circuler – grand mouvement d’échange qu’illustrent bien les dons offerts par Hrōthgār à Bēowulf, remis par Bēowulf à Hygelāc, vraisemblablement transmis par Hygelāc à son fils, repassant enfin de celui-ci à Bēowulf. Les courants des sociétés traditionnelles, celles de l’Europe d’avant-hier et du tiers-monde d’hier, sont curieusement circulaires : à la fois intenses et clos. Comme les entrelacs.

9.

  • 12 Ch. Péguy Victor Marie, Comte Hugo 1910 (NRF 1934,86-91)

41J’ai tenté de dégager les principaux caractères des expéditions de Bēowulf vainqueur de monstres. Je les résumerai ainsi : la vie, pour le héros germanique, est une expédition guerrière qui mène à la mort, mais peut et doit mener à la gloire. Je songe aux rimes en "ort" chez le Normand Corneille (mort, sort, effort, port) commentées par Péguy et Halévy12. Je me suis borné à une lecture du poème de Bēowulf. Il conviendrait d’élargir l’enquête aux autres documents littéraires et historiques du monde anglo-saxon et du monde germanique. Puis à la comparaison avec d’autres héros, adversaires de monstres : Héraclès, Cuchulinn, tels chevaliers. Notre colloque précisément apporte des éléments pour une typologie.

DISCUSSION

42Monsieur TAVERA : Vous avez insisté sur les tensions que l’on trouve dans Beowulf (entre 1’action et le repos, etc.) et leur sens très fort dans cette œuvre. Songeant au Tristan pour des raisons évidentes (les épreuves des "Enfances Tristan"), ma pensée est revenue encore à l’amor de lonh – qu’on trouve du reste à la fin du Tristan – et par là à ces deux uniques œuvres anglo-saxonnes qui évoquent un tel sentiment : le Seafarer, qui présente avec tant d’insistance et d’émotion la tristesse d’un homme-lige séparé de son seigneur, et le bouleversant fragment Wulf, ce cri de femme séparée de celui qu’elle aime. L’intérêt, pour qui s’attache à l’histoire de la poésie d’expression amoureuse, est que ce sont là morceaux de "haute époque". Y en a-t-il d’autres dans la littérature saxonne qui expriment ce même amor de lonh.

43Monsieur CREPIN : Les poèmes vieil-anglais d’amour entre homme et femme qui nous sont parvenus sont rares, marginaux et difficiles d’interprétation ; ils ont le même statut que les allusions au même sujet dans la "Tapisserie" de Bayeux : Wife’s Lament. Wulf and Eadwacer, Husband’s Message (titres traditionnels des éditions modernes, qui ne suggèrent que l’une des interprétations possibles. On pourrait ajouter une strophe de Deor et quelques énigmes érotiques). Il ne s’agit pas d’amor de lonh mais de séparation. Ce thème se fond avec celui qui domine la pensée vieil-anglaise – le thème de l’exil.

Notes

1 Cf. J.R.R. Tolkien "Beowulf : The Monsters and the Critics", Proceedings of the British Academy, XXII (1936), 245-295.

2 Remarque de A.A. Lee The Guest-Hall of Eden. Four Essays on the Design of Old English Poetry, New Haven : Yale UP,1972,218.

3 Texte de Bēowulf publié et commenté par Fr. Klaeber, Beowulf and The Fight at Finnsburg, Boston : Heath & C° (1922), 1950.

4 E.R. Curtius La Littérature européenne et le moyen âge latin (1947)2 1953, tr. J. Brejoux, PUF 1956, 158.

5 Cf. ma thèse de Sorbonne, 1970 : Poétique vieil-anglaise : désignations du Dieu chrétien et mes articles sur "Culture orale et civilisation anglaise du haut moyen âge" dans Cahiers du Centre d’Histoire des Idées, Amiens 1976, et "Du langagier au linguistique : la rumination de Caedmon", Cahier J.R.Simon, 1975, 23-39.

6 Cf. les explications de textes d’Edward B. Irving, Jr. A Reading of Beowulf, New Haven/London, Yale UP, 1968.

7 On complétera par des indications de T.A. Shippey Old English Verse, London : Hutchinson University Library, 1972, 54-55.

8 Entrelacs différents de la luxuriance des initiales romanes ; cela dit, cf. le ch. V d’E. Vinaver The Rise of Romance, Oxford : Clarendon Press, 1971.

9 "L’imaginaire de Bēowulf". La Raison et l’imaginaire, Paris : Didier (Congrès de la Soc. des Anglicistes, Rennes 1970), 19-28.

10 A.B. Lord "Beowulf & Odysseus", in J. B. Bessinger & R.P. Creed Franciplegius, New York UP, 1965, 66-91.

11 G. Duby Guerriers et Paysans. VIIe-XIIe siècles, premier essor de l’économie européenne, Paris : Gallimard, 1973, 66-67.

12 Ch. Péguy Victor Marie, Comte Hugo 1910 (NRF 1934,86-91)

Auteur

Université de Picardie (Amiens)

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540