Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Voyages dans le monde réel : histoire, récits, langue

Bateaux et bateliers sur Rhône et Saône : un voyage lexical en domaine franco-provençal au moyen Age

Gilbert Salmon

Texte intégral

1. Le francoprovençaliste et le thème du voyage

  • 1 V. P. Gardette "Le francoprovençal écrit en Lyonnais et Forez au Moyen Âge" in Les Dialectes de Fr (...)

1Dans un premier temps, le francoprovençaliste se trouve démuni face au thème du voyage. Il n’est pas question chez lui de récits d’expédition ou d’impressions de voyage, encore moins d’"itinéraires intérieurs" : il n’y a pas de littérature médiévale francoprovençale1. D’autres approches peuvent néanmoins être tentées.

2La carte "voie lactée" de l’Atlas Linguistique du Lyonnais constitue une première et séduisante invite au voyage avec son chemin de Jérusalem ou sa route de Charlemagne qui viennent s’ajouter aux itinéraires proposés par les chemins de Rome, du Bon Dieu ou du Paradis de la même carte de l’Atlas Linguistique de la France.

  • 2 Vol. I, Forez, pp. 122-206 ; vol. II, Lyonnais, pp. 479-482. (abrégés infra en Doc. Forez, Doc. Ly (...)

3De vrais voyages - moins mirifiques mais non moins pittoresques - nous sont offerts par les vieux textes. Guidé par les récents Documents Linguistiques de la France, série francoprovençale, on peut prendre part au voyage de Jean I de Forez à Reims et en Flandre, en 1314-1316, à celui des enfants du comte de Forez à Paris, en 1322-1323, ou encore accompagner Jean de Durche de Lyon à Paris en 13842. Si les informations fournies par ces documents sont des comptes de dépenses et non des récits de voyage, ne nous en plaignons pas, puisqu’ils concernent le bien manger, préoccupation essentielle des Lyonnais. Le riche lexique gastronomique de nos comptes fournirait la matière d’une bien agréable communication sur un aspect non négligeable des voyages.

4D’autres directions de recherche resteraient à explorer. L’une d’elles - si capitale en domaine francoprovençal qu’elle aurait pu être privilégiée - est l’étude du voyage des mots.

  • 3 V. Travaux de Linguistique et de Littérature IX, 1, 1971. pp- 85-90 ; Revue de Linguistique Romane(...)
  • 4 V. Remarques sur la géographie de l’ancien lexique... présentées au viie Congrès International de (...)

5Les mots ne voyagent pas seuls. Mgr Gardette l’a démontré dans ses études de géographie linguistique. Il a insisté sur l’importance des relations unissant Lyon à l’Italie par la route des Alpes ou à la Narbonnaise par la vallée du Rhône. Il a aussi mis en valeur l’importance de l’invasion burgonde ou encore excellé à déceler les "itinéraires des invasions linguistiques dans le domaine francoprovençal"3. De notre côté, nous avons récemment entrepris de voir s’il était concevable d’étudier le cheminement de l’ancien lexique en domaine francoprovençal à partir de la localisation des premières attestations4.

  • 5 V. la liste des textes dépouillés pp. XVI-XXVIII de notre thèse de 3e cycle - dactylographiée -sur (...)

6C’est cependant un autre sujet, la batellerie, qui noms intéressera aujourd’hui. Etant donné le silence des textes en matière de voyage, on admettra que ce qui vaut pour le transport peut valoir pour les voyageurs. Les transporteurs ne sont-ils pas d’ailleurs voyageurs par profession ? Le manque d’informations propres aux transports eux-mêmes justifiera aussi, espérons-le, le caractère essentiellement lexical de cette étude. Nos recherches se limiteront aux anciens textes français, dialectaux et latins des XIII, XIV et XVèmes siècles rédigés dans ce qui a formé les actuels départements de la Loire, du Rhône, de l’Ain et de l’Isère5.

2. La batellerie : brève présentation

7Pour la région qui nous intéresse, la batellerie s’exerce sur la Loire, la Saône, le Rhône, l’Ain et l’Isère, mais les dépouillements ne mentionnent en fin de compte que le Rhône et la Saône.

  • 6 L. Bonnard, pp. 165, 177-179, 185-195.
  • 7 L. Bonnard, p. 146 et Almanach historique... de la ville de Lyon..., année 1808, p. XLIX, où l’on (...)

8Dès l’époque gallo-romaine la batellerie battait son plein comme l’attestant les plombs commerciaux trouvés dans la Saône en les inscriptions relatives à la corporation des nautes, sortes de bateliers, entrepreneurs et amateurs fluviaux6. Louis Bonnard, dans La navigation intérieure de la Gaule à l’époque gallo-romaine, montre bien l’activité de Lyon, capitale de la batellerie, point de rencontre des voies stratégiques et "point de contact où venaient se souder et se juxtaposer les batelleries à matériel différent de la Saône, du Rhône inférieur et du Rhône supérieur" (p. 63). Le halage, déjà connu, permettait la remontée du Rhône, puis de la Saône et du Doubs, autorisant ainsi, après un transport par terre, la remonte de la Seine jusqu’à l’Océan (V. pp. 44, 144). Mais souvent, selon un procédé encore en vigueur an 19e siècle, les embarcations, au terme de la descente, étaient détruites pour être vendues en planches7.

  • 8 V. Doc. Forez et Doc. Lyon., et bibliographie signalée note 5.

9Pour le Moyen Âge, des tarifs de péage comme ceux de Belleville, Givors, Riottiers, Rochetaillée et Lyon fournissent des renseignements utiles, mais chaque compte de dépense sera susceptible d’apporter des éléments8.

3. Les bateliers

  • 9 Le manque de place interdit de donner toutes les références. Voici celle des premières attestation (...)

10Les bateliers des textes s’appellent marinier, navetan, nauchier, nauta (et nautria au féminin), passeria, radelier, reveyran, ou encore marchant de Seyssel, sans que ces fonctions soient nettement définies dans les textes9.

  • 10 L. Bonnard. pp. 171-172, 195, 197, etc. V. aussi le Dictionnaire des antiquités... d’Anthony Rich (...)
  • 11 V. La vie quotidienne en Lyonnais..., p. 549.

11Il est intéressant de comparer ces noms avec ceux de l’époque gallo-romaine : nautes, ratiarii, utriculaires, fabri navales, etc., ou encore avec ceux de l’antiquité romaine10. On voit que nauta se retrouve au Moyen Âge comme terme officiel des testaments lyonnais où il pourrait être générique (V. L. Bonnard pp. 171-172), mais M. Gonon le traduit justement par "passeur" comme l’indiquent les contextes "Hugoneto Pontanerii et B. Masueri, nauta" et "nautrie seu passerie"11.

12Le rôle des autres bateliers est de transporter bois, pierres, sable et matériaux divers, des chênes (chanes) aux peupliers (peuples) et des poutres (tras) aux fagots.

  • 12 V. Le lexique de la construction..., p. 52.

13On surprend encore deux fois le navetan en train de vendre des naveis ; on trouve aussi le nauchier cité en compagnie du chapuis. Nous avions déjà vu dans une étude récente le chapuis réparer des naveis ou construire des corsiers12. La profession de batelier embrasse donc des activités multiples qui peuvent rejoindre aussi celles d’autres professions. Charpentier et navigateur, le batelier peut être aussi marchand de bois : en 1447, le transport de 117 chênes équarris "par dessus la revière du Rosne" est donné à prix fait à Pierre du Pré, marchant de Seyssel. Puispelu 357b précise aussi que le radelier est en même temps propriétaire et conducteur de radeau ainsi que marchand de bois.

14Remarquons que, sauf peur marchant de Seyssel ou radelier, en a affaire à des termes généraux et qui ne semblent jamais liés à la conduite d’un type particulier de bateau.

  • 13 FEW (Französisches Etymologisches Wörterbuch) 10, 416 b et 7.52 b.

15La relative abondance des termes peut s’expliquer par la pénétration des mots d’oïl (marinier, nauchier) ou d’oc (radelier) parmi les mots francoprovençaux (navetan, reveyran). Tous ces mots sont de l’actuel département du Rhône, voie de communication entre Nord et Sud, et 6 d’entre eux apparaissent en l’espace de 50 ans, de 1342 à 1397. Ces faits attestent la vitalité de la batellerie. Nous antidatons d’ailleurs reveyran de plus d’un siècle et demi et - pour le département du Rhône - nauchier de près d’un siècle13.

16Les textes ne permettent guère d’en dire plus. Les dictionnaires non plus ; à moins qu’ils n’ajoutent à la confusion, le FEW distinguant ainsi nochier "timonier" en 1276 (a. fr.) de nauchier "marinier" en 1472 (a. lyon.) ou radelier "marchand de bois de construction" en 1513 (a. lyon.) de radelier "celui qui conduit habituellement les radeaux" en 1351 (a. pr.). Sans doute ces distinctions sont-elles abusives, comme est peut-être trop restrictive la traduction "marinier, patron de bateaux" que donne pour navetan. Puitspelu 273 a. Plus justes doivent être la traduction déjà donnée de radelier et celle que propose pour reveyran Puitspelu 355 b : "le mot signifiait aussi bien le simple batelier que le propriétaire de radeaux, qui [...] était marchand de bois de construction". Mais Puitspelu ajoute encore que le reveyran "convoyait le bois de Bourgogne sur la Saône". Trop de précision nuit décidément : on voit en 1425 un reveyran transporter un chevallet "devant Pierre Benoyte" à 2 ou 3 kilomètres du confluent du Rhône et de la Saône. Godefroy citant Duchat nous dit d’ailleurs que riveran est en usage le long de la Loire.

17Ces constatations semblent conduire à penser que nos bateliers, comme leurs ancêtres gallo-romains, peuvent tous peu ou prou être constructeurs, propriétaires et conducteurs de bateaux, et joindre à ces fonctions celles de marchand de bois et autres matériaux.

4. Les bateaux

  • 14 Les premières attestations sont les suivantes : batteau Reg. cons. 1417 P. 69, beche Ibid. 1432/14 (...)

18Batteau, beche, corsier, galleya, galliocte, navey, navile (et naviolum), navio (et naviouz), rasel, sapine, tels sont les noms des bateaux de nos textes14.

19On voit une nautria conduire un naviolum et un nochier piloter un navey. Le rasel devait être conduit par le radelier.

20Les autres bateaux sont utilisés plus pour la construction des ponts et des digues (batteau, beche, navey, navile, sapine) ou le soutènement et la défense des chaines placées en travers du Rhône et de la Saône (batteau, corsier, navey, sapine) que pour le transport des marchandises (sapine) ou des perosnnes (beche). Tous ces bateaux ont en commun leur vulnérabilité face au déchaînement des flots (batteau, navey, sapine).

  • 15 V. L. Bonnard, p. 63.

21Beches, naveys, sapines sont signalés sur le Rhône, batteaux et corsiers sur le Rhône et la Saône. Même si les textes sont lacunaires, il est probable que les bateaux aient pu présenter des différences selon qu’ils étaient sur le Rhône supérieur, le Rhône inférieur ou la Saône15.

  • 16 V. par exemple Reg. cons. 1424 p. 122 ou 1433 p. 338.

22Sur la nature même des bateaux, les informations ne sont pas nombreuses. Bateaux et naveis sont en chêne, mais les sapines sont-elles encore en sapin ? Les dimensions de deux sapines sont seules données : l’une a 8 toises de long, l’autre 9 (soit près de 16 et 18 mètres). Leur taille aurait pu ne pas varier puisque la sapinée, contenu d’une sapine, constitue une unité de mesure16. L’Almanach historique et politique de la ville de Lyon de l’année 1808, qui consacre quelques pages à la navigation à Lyon, donne cependant pour ce début de siècle des distensions légèrement inférieures. Les sapines, qui ne naviguent plus alors que sur la Saône, ont environ entre 13 et 14 mètres de long, leur largeur - 1,80 à 2,90 m - et leur profondeur - 0,80 m - donnant une idée approximative de ce genre de bateau à fond plat. Construites désormais en chêne, pour en prolonger la durée, les sapines transportaient de Couzon à Lyon des charges de pierre d’à peu près 4 m3 destinées à la construction. Puitspelu 372 b assigne, 80 ans plus tard, une fonction identique à la sapine, mais ses dimensions se sont fort réduites : elle n’a plus que 3,30 m de long sur environ 1 m de large. On sait encore que ses flancs sont inclinés et qu’elle a "une bordure plate de 18 à 20 centimètres sur laquelle marchent les hommes".

  • 17 V. Le Littré de la Grand’Côte, p. 42 b.

23Ces variations peuvent résulter d’une modification des volumes ou de la forme des bateaux dans le temps, par suite d’un changement d’usage. Elles peuvent aussi témoigner de la variété des types désignés sous une même appellation. Un cas similaire nous est présenté avec les beches que des témoignages du 16e siècle décrivent comme de "petits bateaux recouverts de toile sur des cerceaux" (FEW 23, 89 b) et que l’Almanach... de Lyon nous présente comme de petites barques ou batelets conduites par des femmes sur la Saône pour faire traverser de 6 à 12 personnes et pour conduire "les Lyonnais à leurs maisons de campagne" "du pont de la Mulatière" (confluent du Rhône et de la Saône) "jusqu’au dessus de l’Ile-Barbe" (sur la Saône). On sait que les beches, avant leur disparition, finiront par ne plus désigner qu’"un établissement de bains froids, composé de quatre ou cinq bèches"17. Ces utilisations diffèrent évidemment de celles relevées par les textes médiévaux.

24Cette incursion dans le début du 19e siècle que nous permet l’Almanach... de Lyon peut d’ailleurs être poursuivie à titre de comparaison avec l’état médiéval. "Mère nourrice de Lyon" de la même façon que "la Seine alimente les Parisiens", la Saône connaît en 1808 4 espèces de bateaux pour le transport des marchandises : les chênards, les savoyards en chêne, les sapines, les penelles et des petites barques pour le transport des personnes : les bèches. Sapines et bèches ont déjà été évoquées. Voyons brièvement les autres bateaux dont parle l’Almanach....

  • 18 Pour ces tarifs, voir bibliographie note 8.

25Les chênards, bateaux en chêne fabriqués en Saône-et-Loire, ont une extrémité relevée comme les sicelandes dont nous parlerons bientôt. Ils peuvent porter près de 60 tonnes à la descente et remontent le plus souvent à vide. Les marchandises transportées sont toujours les mêmes que celles citées cinq siècles tôt dans les tarifs de péage : grains, haricots, bois de chauffage et de construction, charbon de bois, vins de Bourgogne et du Beaujolais, meules de moulin18. Les savoyards en chêne transportent la même marchandise que les chênards et, comme eux, ils dépassent rarement Lyon. Les penelles enfin sont l’espèce la plus usitée sur la Saône. "Plus légers et moins chers que les chênards", ces bateaux originaires de Seyssel descendent seuls la Saône "à rame déployée", aidés parfois d’une voile, mais 5 à 6 penelles liées entre elles remontent sans peine tirées par 6 chevaux.

  • 19 V. le tableau donné en appendice.

26Les bateaux utilisés sur la Rhône sont au nombre de 4, dont un, la pennelle (sic), nous est déjà connu, les autres étant la savoyard-d’eau, la barque, la sicelande. Les dimensions des penelles sont les mêmes sur le Rhône que sur la Saône19. Leur construction en sapin ne les empêche pas de transporter à peu près 45 tonnes à la descente et 5 "à la remonte". Elles proviennent aussi de Seyssel, à la différence des savoyards-d’eau, frère des savoyards en chêne, construits en Savoie. La 4e espèce de bateau, la sicelande, au non révélateur, corruption de seysselande, témoigne une fois encore de l’activité de Seyssel, localité plusieurs fois citée qui se trouve à 150 km en amont de Lyon, sur le Rhône, et qui a aussi donné l’ancien provençal sayssel "pièce de bois" (FEW 11,560 b). L’importance de Seyssel est d’ailleurs confirmée par le tracé de la nationale 92, ancienne route de Valence à Seyssel et Genève. Au début du 19e siècle cependant, les sicelandes, désormais destinées à la navigation sur le canal de Givors, seront fabriquées à Lyon et à Condrieu, autre capitale de la batellerie. Les barques sont aussi dans ce cas et elles ont encore en commun avec les sicelandes leur construction en sapin et leur forme : une extrémité est relevée, l’autre est coupée verticalement.

5. La navigation

27Pour avoir une idée des conditions de navigation, force nous est encore de recourir à des documents ultérieurs. On pourra consulter Les seigneurs du fleuve, que B. Clavel situe en 1840, sans oublier que les conditions de navigabilité étalant peut-être meilleures au Moyen Âge avant "la barbare et stupide déforestation" dont parle L. Bonnard (p. 7). La Saine devait être calme et profonde, et le Rhône rapide et bas mais avec des crues catastrophiques.

  • 20 V. l’Almanach... de Lyon p. LV et B. Clavel pp. 18, 32, 34, etc.
  • 21 B. Clavel, pp. 47. 81, 107, 127, etc. La penelle civardière contient les chevaux. Leur transport s (...)

28En dépit des risques d’engravement (sur les bancs de gravier), la descente du Rhône était aisée, chaque bateau allant seul, aidé de rames. Mais la remontée se faisait par train ou équipage de 3 à 10 bateaux tirés par une vingtaine à une quarantaine de chevaux20. Il fallait de 25 à 30 jours, contre 2 ou 3 à la decize (descente), pour remonter 270 km de fleuve (B. Clavel, p. 270). B. Clavel nous décrit un tel équipage (ou rigue) composé dans l’ordre d’une barque capitane, d’une penelle civardière, d’une autre penelle, de deux seysselandes et de deux savoyardes, la dernière étant accompagnée de deux coursiers destinés à communiquer entre les bateaux (Clavel p. 284) ou à tendre en cas de nécessité le câble utilisé pour le passage des chevaux d’une rive à l’autre21. L’Almanach nous apprend que cet ordre n’est pas immuable, les bateaux de queue pouvant être des penelles, des savoyards-d’eau ou des sicelandes (pp. XLVIII-XLIX). Mais le bateau de tête est toujours une barque, facile à diriger avec son gouvernail, et dont la pointe relevée craint moins les obstacles.

29Tardives et fragmentaires, les informations de l’Almanach et celles de B. Clavel viennent donc néanmoins combler heureusement les lacunes des vieux textes pour donner - ne serait-ce que par comparaison - une idée approximative de la réalité des bateaux cités et des conditions de navigation.

6. Le problème des définitions

  • 22 Cf. encore J. Bernard, t. I, P- 150 : "On confondait en réalité sous le nom de gabare toute une va (...)

30Avec J. Bernard, auteur de Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1500), on insistera pour terminer sur les "difficultés auxquelles on se heurte pour définir... les dimensions, les formes, l’agencement qui caractérisent les genres, les espèces et les familles de navires" (tome I, p. 237), "ces génériques" pouvant désigner des " bateaux très divers " (Ibid., p. 159)22.

  • 23 Navires et gens de mer..., t. I, pp. 150, 156, 159, 162, 171.

31Ainsi que le constatait le commandant Denoix lors de colloque tenu le 17 mai 1956 sur Le navire et l’économie maritime du XVe au XVIIIe siècle, la "première question qui se pose, c’est celle de la langue" (p. 24). Sans l’appui des réalités extra-linguistiques - dessins, comptes de construction, etc. -, une étude essentiellement lexicale ne pouvait répondre à cette question. Souhaitons cependant avoir également servi l’histoire de la batellerie et celle du lexique, comme peut le suggérer la comparaison de nos termes de bateaux avec les anguilles, barques, couraux, filhadieres, flouins, gabarres, galupes, navires, pinasses, tilholes et autres vaisseaux des fleuves et rivières bordelaises relevés par J. Bernard23.

  • 24 Sur le lexique général de la batellerie, on peut relever : embauchier (Doc. Lyon. p. 537), sangle (...)

32Lors du même colloque, J. Bernard parlait de la pauvreté relative du vocabulaire de la marine, malgré les 1 400 pages de son ouvrage alors en préparation. Cette remarque montre les limites de notre étude, mais elle doit précisément nous inciter à ne négliger aucune information sur le lexique de la batellerie24.

DISCUSSION

33Monsieur MENARD voudrait avoir une idée approximative du nombre d’attestations relevées. Les exemples sont-ils assez nombreux pour qu’on puisse savoir quels termes prédominent ?

34En réponse, Monsieur SALMON fait circuler les tableaux récapitulatifs (publiés ici en appendice) qui comportent les renseignements demandés.

35Madame BAROIN remarque que Monsieur SALMON a limité son étude aux textes non littéraires. Il aurait sans doute été intéressant de la faire porter également sur les textes littéraires, les légendes hagiographiques en particulier.

36Monsieur MAURON apporte une précision à propos de l’allusion au Seigneur du Fleuve de B. CLAVEL : Si l’on peut effectivement trouver dans ce livre un certain nombre de renseignements, c’est parce qu’il s’agit en fait d’un scrupuleux plagiat, tant pour l’intrigue que pour le décor, du Poème du Rhône de MISTRAL (plagiat qui a, me semble-t-il, été dénoncé dans Le Monde à l’époque de la parution du livre de B. CLAVEL). On a donc tout avantage, d’un point de vue scientifique et chronologique, à se référer au poème de MISTRAL. Sur ce dernier, je rappelle qu’il confia, à l’époque du Poème du Rhône, avoir été fasciné dans son enfance par les discussions des mariniers du Rhône, qu’il ne comprenait pas, mais qui l’intéressaient par leur étrange musicalité.

37Madame LORCIN : Je rappelle que Monsieur Jacques ROSSIAUD achève actuellement une thèse sur les sociétés de la vallée du Rhône au Moyen Age. Il connaît à fond les problèmes techniques et sociaux que posait la navigation sur le Rhône : en particulier le "tirage" du sel à la remontée, le recrutement dans la basse vallée d’équipes de hâleurs venant jusqu’à Condrieu, etc. Je voudrais savoir si vous avez rencontré des mots concernant le tirage du sel.

38Monsieur SALMON : J’apprends avec intérêt l’existence de tels travaux et je souhaite que de nombreux textes inédits viennent enrichir mes dépouillements.

39La thèse de Monsieur ROSSIAUD devrait apporter beaucoup à la connaissance de la batellerie ; elle devrait aussi constituer une importante contribution à la géographie linguistique en permettant peut-être de mieux faire comprendre les voyages de mots le long du Rhône, dans un sens comme dans l’autre, et en contribuant ainsi à l’étude du cheminement des mots à laquelle je faisais allusion au début de ma communication.

40Quant aux mots concernant le tirage du sel, je n’en ai rencontré qu’un, c’est guindelle, que je cite dans un des tableaux que je donne en appendice.

Annexes

APPENDICE

TABLEAUX RECAPITULATIFS

I.II. Sont relevés dans l’ordre alphabétique les notes de bateliers puis les noms de bateaux attestés dans les textes des 13, 14 et 15 e siècles dans les actuels départements de la Loire, du Rhône, de l’Ain et de l’Isère. Pour chaque mot, on trouve : 1) la référence au FEW de Wartburg 2) la date de la première attestation de nos textes (R. = départ, du Rhône, A. = départ, de l’Ain), soulignée en cas d’antidate 3) le nombre total des occurrences suivi, entre parenthèses, du nombre de textes où apparaît le mot considéré 4) une courte citation. On remarquera que guindele donné par le FEW et Huguet a été joint à cette liste.

III. Un troisième tableau, plus bref, relève les noms de bateaux cité par l’Almanach de Lyon de l’année 1808, avec indication des dimensions extrêmes. Le signe Ø indique qu’une dimension n’est pas donnée. Enfin, rigue, qui figure chez Puitspelu, a été joint à ce tableau. On aurait pu y ajouter encore, sans la crainte de nous étendre, forquette, nayeret, plate attestés également chez Puitspelu, et barlu que FEW 23,92 b relève pour la 1ère fois à Lyon en 1900.

Notes

1 V. P. Gardette "Le francoprovençal écrit en Lyonnais et Forez au Moyen Âge" in Les Dialectes de France au Moyen Âge et aujourd’hui, pp. 189-199.

2 Vol. I, Forez, pp. 122-206 ; vol. II, Lyonnais, pp. 479-482. (abrégés infra en Doc. Forez, Doc. Lyon.)

3 V. Travaux de Linguistique et de Littérature IX, 1, 1971. pp- 85-90 ; Revue de Linguistique Romane 19,1955, pp. 183-196 ; VIIe Congrès International de Linguistique Romane, pp. 539-553 ; etc.

4 V. Remarques sur la géographie de l’ancien lexique... présentées au viie Congrès International de Langue et Littérature d’Oc, et Nouvelles Remarques... à paraître dans le Bulletin de la Faculté des Lettres de Mulhouse.

5 V. la liste des textes dépouillés pp. XVI-XXVIII de notre thèse de 3e cycle - dactylographiée -sur le Lexique de la construction aux XIII, XIV et XVe siècles d’après les textes français, dialectaux et latins des départements de la Loire, du Rhône, de l’Ain et de l’Isère (Strasbourg 1974).

6 L. Bonnard, pp. 165, 177-179, 185-195.

7 L. Bonnard, p. 146 et Almanach historique... de la ville de Lyon..., année 1808, p. XLIX, où l’on voit aussi que les bateaux de prix étaient remontés emboîtés les uns dans les autres.

8 V. Doc. Forez et Doc. Lyon., et bibliographie signalée note 5.

9 Le manque de place interdit de donner toutes les références. Voici celle des premières attestations : marinier Doc. Lyon. 1387 p. 287, navetan Ibid. 1342 p. 243, nauchier Ibid. 1396/1397 P. 538, nauta La vie quotidienne en Lyonnais... de M. Gonon 1348 § 328, nautria Ibid. 1344 § 180, radelier Dictionnaire étymologique... de Puitspelu 1513 p. 337b. reveyran Doc. Lyon. 1342 p. 248, marchant de Seyssel Registres consulaires de la ville de Lyon 1447 p. 552 (ouvrage abrégé infra en Reg. cons.)

10 L. Bonnard. pp. 171-172, 195, 197, etc. V. aussi le Dictionnaire des antiquités... d’Anthony Rich et celui de Daremberg et Salie.

11 V. La vie quotidienne en Lyonnais..., p. 549.

12 V. Le lexique de la construction..., p. 52.

13 FEW (Französisches Etymologisches Wörterbuch) 10, 416 b et 7.52 b.

14 Les premières attestations sont les suivantes : batteau Reg. cons. 1417 P. 69, beche Ibid. 1432/1437 P. 343, corsier Doc. Lyon. 1364/1365 P. 417, galleya Reg. cons. 1419 P. 186, galliocte Ibid. 1418 p. 114. navey Doc. Lyon. 1364/1365 P. 356, navile Reg, cons. 1448 p. 565, naviolum La -vie quotidienne... 1344 p. 155, navio Doc. Lyon. 1396 p. 537, rasel Ibid. 1375 p. 82, sapine Romania environ 1300 § 10.

15 V. L. Bonnard, p. 63.

16 V. par exemple Reg. cons. 1424 p. 122 ou 1433 p. 338.

17 V. Le Littré de la Grand’Côte, p. 42 b.

18 Pour ces tarifs, voir bibliographie note 8.

19 V. le tableau donné en appendice.

20 V. l’Almanach... de Lyon p. LV et B. Clavel pp. 18, 32, 34, etc.

21 B. Clavel, pp. 47. 81, 107, 127, etc. La penelle civardière contient les chevaux. Leur transport sur des embarcations n’est pas chose nouvelle. La flotte de Saint Louis comportait ainsi, en 1248, "des nefs de 24 mètres" qui "devaient recevoir 50 chevaux, qui voyagaient suspendus par des sangles et serrés les uns contre les autres" (A. Thomazi, Histoire de la navigation, 1947, p. 36). Pour le halage, v. L. Bonnard pp. 44. 144-146 et M. Jouanique et L. Morice, La navigation intérieure en France. 1955, P. 35.

22 Cf. encore J. Bernard, t. I, P- 150 : "On confondait en réalité sous le nom de gabare toute une variété de bateaux, et le type pur offrait lui-même de nombreuses variantes".

23 Navires et gens de mer..., t. I, pp. 150, 156, 159, 162, 171.

24 Sur le lexique général de la batellerie, on peut relever : embauchier (Doc. Lyon. p. 537), sangle (Ibid., p. 409), trablement (Ibid., p. 535), pour nos anciens textes, arbouvier, empeinte, piquon dans l’Almanach... (pp. XLIX et XLVII), arpaillette, arpi, batafi, boudre, brécanière, cabucher, empeinte, fora, galiot, misseler, missiaux, mode, modère, molli, navée, passalaigue, picon, pouan, sangle, tati, tenta, varlet, vote, chez Puitspelu, ainsi que cadole, carcagot, chiaume, choppe dans le supplément, et arbouvier (p. 78), barcasse (p. 104), cadole (p. 16), decize (p. 270), maigre (70), maille (72), meuille (16), prouvier (18), vorgine (113), tiaume (81), etc. chez B. Clavel. Pour les noms de bateaux relevés dans notre étude, on consultera toujours utilement les ouvrages de Nizier du Puitspelu et de Vachet.

Auteur

Université de Mulhouse

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable