Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Voyages dans le monde réel : histoire, récits, langue

Le voyage en France de Frère Salimbene (1247-1248)

Jacques Paul

Texte intégral

  • 1 Y Renouard : "Routes, étapes et vitesse, de France à Rome au xiie et au xive siècle" Studi in hono (...)

1Attentifs aux faits et gestes des grands personnages, les chroniqueurs du Moyen Age les suivent quelquefois en voyage et nous en donnent une relation. Des documents officiels, portant mention de la date et du lieu, permettent de suivre exactement certains déplacements. Attendus au terme de leur mission ou poussés par les affaires, ces hommes s’attardent rarement en route. Récits et documents nous renseignent sur les étapes et les moyens de transport car il n’est pas d’un mince intérêt de connaître la rapidité de circulation des hommes et des nouvelles.1

2La littérature de guides ou de pèlerinages, de son côté, fait surtout connaître des itinéraires, les sanctuaires qui les jalonnent, les monuments que l’on peut y voir, les populations que l’on y rencontre et les moyens de surmonter les principaux obstacles du parcours. Ces voyages entrepris par piété conduisent à un but bien déterminé, même si la route comporte des détours.

  • 2 Chronica fratris Salimbene de Adam edidit O Holder-Egger Hanovre Leipsig. M G H SS t XXXII. 1905-I (...)

3La Chronique de frère Salimbene nous fait connaître un voyage d’une autre sorte2. Ce n’est pas une mission mais un séjour en France puis en Provence. Il dure de l’arrivée de ce frère mineur à Lyon, Dour la Toussaint 1247, jusqu’au 6 novembre 1248, date à laquelle il s’embarque à Hyères pour se rendre à Gênes. Pendant une année entière, il n’a cessé de se déplacer, allant d’un couvent à l’autre et séjournant, pour un temps seulement, dans beaucoup de lieux divers. Il ne s’agit pas d’un pèlerinage et on n’est pas assuré que cette équipée ait eu réellement un but. Bref les raisons qui ont mis sur les routes un homme de 26 ans, franciscain depuis bientôt 10 ans, ne sont pas évidentes. Aussi convient-il d’examiner les motifs de sa présence dans tel lieu particulier, les activités qu’il peut avoir pendant qu’il réside dans un couvent et sa situation, au point de vue canonique, compte tenu de l’obéissance promise à ses supérieurs.

4Le récit a lui-même quelque chose d’exceptionnel. Il est l’œuvre d’un grand écrivain, admirablement maître de son latin, qui parle lui-même de son propre voyage. Le fait, assez rare à cette date, tient à ce que le narrateur est lui même le personnage central de sa Chronique et le seul lien qui en unisse les divers épisodes. Les éléments subjectifs sont donc prépondérants. Les dates d’arrivée, les villes étapes et la durée du séjour ne sont connues que par ce que l’auteur en dit, c’est à dire par le souvenir qu’il en a. La réalité ne s’atteint qu’à travers une élaboration mentale très importante. Salimbene écrit en 1284, trente six ans après les événements. La mémoire a joué son rôle dans la transformation des souvenirs. L’auteur fait un récit qui est, somme toute chronologique, même s’il se permet des digressions ou des anticipations sur les événements. La présentation des faits, des lieux et des personnes est entrainée par un effort de restitution qui est logique et chronologique. C’est le discours de la mémoire et non le libre jeu des souvenirs qui fait la trame du récit. Dans cette partie de la Chronique consacrée aux années 1247-1248, le propos de raconter son propre voyage provoque le souvenir et conduit à une vision globale avec ses points forts et ses lacunes. Ailleurs, des faits particuliers peuvent pousser à une évocation épisodique des mêmes événements. Nous n’en ferons pas état dans ce travail, pour nous attacher uniquement au récit du voyage perçu comme une période dans la vie de l’auteur.

  • 3 "Ivi Lugdunum et in festo omnium sanctorum perveni illuc". Cronica p 53.
  • 4 "Cumque pervenissem primum locum fratrum minorum, qui post Lugdunum occurit, eodem die frater Joha (...)
  • 5 "Et habit ; vi in Brigia, quae est in campania Gallie, primo Trecis diebus XV" Cronica p 212. Troy (...)
  • 6 Ibid p 213.
  • 7 "Postea ivi Pruvinium et habitavi ibi a festo sancte Lucie usque ad Purificationem. In festo vero (...)
  • 8 Ibid p 212.
  • 9 Ibid p 221.
  • 10 Ibid p 225.
  • 11 Ibid p 225.
  • 12 Ibid p 226.
  • 13 Ibid p 294.
  • 14 Ibid p 295.
  • 15 Ibid p 312-313.

5La chronologie du séjour de Salimbene en France est difficile à établir et comporte quelques petites incertitudes. Arrivé à Lyon, le Ier novembre 1247, il est reçu aussitôt, c’est à dire le jour même par le pape Innocent IV3. Il ne s’attarde pas dans cette ville et prend la route de France, après la fête de la Toussaint qui reste le seul repère chronologique. La première étape le conduit à Villefranche, ce qui fait une trentaine de kilomètres. Il a oublié le nom de cette ville, mais se souvient d’y avoir rencontré pour la première fois Jean de Plan Carpin4.Nous ne savons rien de la suite du voyage qui le conduit à Troyes où il demeure quinze jours5.Puis il quitte cette ville pour Provins, à la sainte Luce, c’est à dire le 13 décembre. Un calcul assez simple permet de fixer son arrivée en Champagne à la fin du mois de novembre. Salimbene a mis une vingtaine de jours pour aller de Lyon à Troyes et a voyagé assez Lentement. Il a probablement fait quelques arrêts, à Cluny par exemple, où l’on sait6 qu’il s’est rendu. A Provins, notre franciscain demeure du 13 décembre au 2 février puis passe une semaine à Paris7. Pendant le reste du mois de février et le mois de mars, il réside au couvent de Sens. Il a pris froid et reste malade quelque temps à l’infirmerie8. On le rencontre ensuite à Auxerre où il se trouve déjà le 16 avril pour les cérémonies du Jeudi Saint. Il y demeure jusqu’au 7 juin. Il se rend alors à Sens, pour le chapitre provincial des franciscains, et obtient son départ pour la Provence9. Auxerre est sur son trajet, il passe par Vezelay où il se trouve le même jour que saint Louis et ses frères(10. A Lyon, où résidait encore Innocent IV, il s’embarque sur le Rhône et parvient à Arles, pour la fête de saint Pierre apôtre, c’est à dire le 29 juin11. S’il s’est mis en route aussitôt, cela fait encore une vingtaine de jours de voyage. Le déplacement est à peine plus rapide que précédemment, si l’on veut bien considérer que la descente du Rhône, de Lyon à Arles, ne demande que quatre jours. Il se rend ensuite, par mer, à Marseille, puis à Hyères où il reste jusqu’aux environs du 20 juillet12. Il se fixe à Aix pour le reste de l’été13. Le 14 septembre, il va au devant de Jean de Parme, ministre général des Frères Mineurs, à Tarascon14. Il l’accompagne à Beaucaire puis en Arles. Le 29 de ce mois, avant de quitter cette dernière ville pour se rendre en Espagne, Jean de Parme lui enjoint de partir pour Gênes ; Sans repasser par Aix, Salimbene se met en route pour Marseille où il célèbre la saint François, puis pour Hyères où il attend longuement un bateau15.

  • 16 "Pulta vidi que placuerunt michi" Cronica p 212.
  • 17 "Ivi Altisiodorum et habitavi ibi quia a ministro Francie de illo conventu specialiter fueram fact (...)
  • 18 "Et circuivi episcopatum Altisiodorensem tribus vicibus". Cronica p 218.
  • 19 "Et comedi cum, fratre Johanne tam in domo Er brum Binorum quam extra in abbatis et sollemnibus lo (...)

6Ces différents séjours n’ont ni la même raison ni la même signification. Compte tenu des indications très fugitives données par le chroniqueur lui même, il semble que l’on puisse interpréter ces déplacements incessants d’un lieu à l’autre La semaine passée à Paris est touristique. Salimbene dit "J’y ai beaucoup vu et j’en ai eu grand plaisir" et n’ajoute rien d’autre16. Son séjour prolongé à Sens a la maladie pour cause. A Troyes et à Provins, il n’est que de passage. Par contre il est attaché au couvent d’Auxerre. "J’habitai là, écrit-il, parce que le ministre de la province de France m’avait spécialement fait frère de ce couvent"17. Il y demeure effectivement un peu plus longuement qu’ailleurs. Il y a d’autre part des activités, puisqu’il accompagne les frères dans trois tournées de prédication18, ce qu’il n’avait pas fait dans les autres couvents. A Sens, relevant de maladie, il sert plusieurs fois de "socius" à Jean de Plan Carpin dont la société était très recherchée en sa qualité d’envoyé du pape et pour son voyage chez les Mongols. Avec lui, il est reçu à diner dans les abbayes des environs et dans les meilleures maisons19. Ce n’est pas une utilisation déraisonnable des talents de Salimbene. Il est italien et rien ne prouve qu’il ait su parler la langue d’oïl. Il n’est pas prêtre et ne peut ni prêcher ni confesser. Qu’il accompagne les frères français en prédication ou dans toute autre tâche est effectivement à sa portée. La règle des Frères Mineurs qui impose aux franciscains d’aller toujours deux par deux est ainsi respectée à la lettre. Bref, il se rendait utile ! Qu’il ait servi de compagnon à un compatriote de passage du renom de Jean de Plan Carpin témoigne de la délicatesse et de l’élégance des sentiments des franciscains français.

  • 20 "H.bebam enim obedientiam a generali ministro eundi in provinciam Provincie ad morandum" Cronica p (...)
  • 21 "Postea ivi per mare Massiliam et a Massillia Areas ivi ad videndum fratrem Hugonem de Bariola qui (...)
  • 22 Ibid p 294
  • 23 Ibid p 295 et sq.

7En juin 1248, Salimbene se rend au chapitre provincial de Sens. Tous les frères ne viennent pas à cette réunion, comme la Chronique le prouve. Il faut pour être présent au chapitre exercer une fonction dans le gouvernement de la province ou bien être convoqué pour quelque affaire importante. Notre franciscain y vient pour entretenir le ministre général Jean de Parme de sa situation. Il obtient de lui la permission d’aller en Provence et d’y habiter20. Passer d’une province dans une autre demande effectivement l’intervention du ministre général. Le départ de notre franciscain pour le Midi est conforme à la règle et aux constitutions. Si l’on en croit la Chronique, Salimbene a demandé lui même cette mutation. Elle n’a pas, de prime abord, d’explication évidente. En Provence il n’a pas plus d’activités que précédemment. A son arrivée à Arles, il est accueilli par le provincial de Provence, avec honneur. C’est à ce moment qu’il assigne Aix pour résidence à notre franciscain. Pourtant avant de s’y rendre il fait un détour. Marseille n’est qu’une étape de quelques jours peut-être. Il entendait aller à Hyères pour rencontrer l’illustre Hugues de Digne21. Il y reste au plus quinze jours. Sa présence dans ce lieu n’a pas d’autre motif que la curiosité, la piété et le joachimisme. Un séjour de cette durée n’est qu’une visite prolongée, parfaitement compatible avec l’obéissance. La liberté de mouvements de notre franciscain tout au long de son voyage s’en explique d’autant mieux ! Il lui faut enfin aller à Aix et y résider. Pendant cet été 1248 sa seule activité est la copie d’un traité de Joachim de Flore, remis par Hugues de Digne, afin d’en faire présent à Jean de Parme22. La seconde quinzaine de septembre est plus mouvementée puisqu’il accompagne Jean de Parme dans ses divers déplacements. C’est aussi pour lui un enchantement23. Son deuxième séjour à Hyères, beaucoup plus long que le premier, est le fait des circonstances qui l’arrêtent sur le chemin du retour en Italie.

8Bref, pendant tout son voyage en France et en Provence, Salimbene n’a eu réellement que deux résidences, où il a été régulièrement affilié, en vertu de 1’obéissance : Auxerre et Aix. Son passage dans les autres villes tient aux itinéraires, aux visites touristiques, au désir de connaître tel ou tel et enfin au souci de régler son propre sort en se rendant auprès du ministre général. Les motivations de ces allées et venues parai sent en fin de compte assez claires. Il n’y a que deux détours manifestes, Paris et Hyères. La situation de Salimbene paraît néanmoins précaire au point de demander sans cesse l’intervention de la plus haute autorité de l’ordre des Frères Mineurs. Effectivement, notre franciscain n’est pas chez.lui ni en France ni en Provence. Même s’il est soumis aux ministres provinciaux, son cas relève plutôt du ministre général. De ce point de vue ce n’est pas l’itinéraire qui pose des problèmes en dépit de ses quelques subtilités mais les raisons mêmes de ce voyage hors de Lombardie.

  • 24 "Ego te misi in Franciam, ut studeres pro provincia mea, et tu ivisti ad conventum Januanensem, ut (...)

9Salimbene est d’une grande discrétion sur ce chapitre. Un seul passage de sa Chronique est vraiment explicite. En 1249, alors nue notre franciscain est de nouveau à Lyon, dans l’entourage de Jean de Parme, il rencontre le ministre provincial de Bologne. Ce dernier lui dit "je t’ai envoyé en France pour que tu y étudies pour ma province et tu es allé au couvent de Gênes et tu habites là-bas. Je le tiens pour très mauvais, parce que pour l’honneur de ma province je fais venir des étudiants des autres provinces"24. Salimbene s’en excuse plus mal que bien et s’engage à retourner dans sa province d’origine. Il convient toutefois avec son ministre provincial de n’en rien dire à Jean de Parme qui l’avait assigné au couvent de Gênes.

10Salimbene serait allé en France pour étudier. Au premier abord le fait paraît plausible. Il n’a que 26 ans et il n’est pas encore prêtre. C’est bien le moment de l’envoyer à Paris compléter sa formation, surtout si le ministre provincial entend le faire enseigner à d’autres frères. Le couvent des Frères Mineurs de Paris reçoit des religieux de toutes les provinces dans ce but. Cette explication pourtant n’est ni complète ni vraiment satisfaisante A Paris, Salimbene ne reste qu’une semaine et les autres couvents de la province de France n’ont pas pour mission de former des religieux d’autres provinces. Notre franciscain n’a même pas fait semblant de se mettre aux études. D’ailleurs l’année universitaire commence à Paris le 14 septembre et les cours des maîtres vers la fin du mois d’octobre. Salimbene arrive à Lyon le Ier novembre, trop tard pour l’année scolaire 1247-1248. Il s’attarde à Troyes et à Provins sans profit pour les études. En juin 1248, lorsqu’il demande son départ pour la Provence, il renonce en même temps aux études, car il n’y a pas dans le Midi d’Université donnant un enseignement de théologie de rayonnement international. La même année, à la fin du mois de septembre, Jean de Parme qui a la plus grande bienveillance pour ce compatriote, laisse à Salimbene le choix de son couvent d’assignation, à condition qu’il ne s’agisse pas de Paris. Effectivement les étudiants étaient devenus si nombreux que l’accès du couvent d’études de Paris était limité et réservé. A cette date, Le ministre général n’envisage pas de lui faire poursuivre ses études. Le projet de compléter une formation intellectuelle en France était donc très vague. Il n’a pas connu le plus petit début d’exécution. Salimbene ne semble pas en faire grand cas puisqu’il n’en parle jamais de lui même. Le départ pour les écoles ne pourrait-il pas cacher d’autres motifs ?

  • 25 Bernini, Ferd. "Il parentado e l’ambiante familiare del cronista Fratre Salimbene da Parma secondo (...)
  • 26 Cronica p 196.
  • 27 Ibid p 53
  • 28 "Hec omnia vidi, quia Cremone habitabam tunc temporis, similiter et in Parma". Cronica p 198.
  • 29 Ibid p 198.

11Salimbene est né à Parme et sa famille qui fait partie du patriciat urbain est à la fois riche et considérée. Sans être noble au sens exact du terme, elle est liée à tous ceux qui combattent à cheval dans les milices de la ville25. Notre franciscain doit à sa naissance de connaître tous ceux qui jouent un rôle important dans les événements de 1247-I248 qui dépassent 1’horizon de Parme. On sait que cette dernière ville est prise par un groupe de nobles, hostiles à l’empereur Frédéric II, à la mi-juin 1247. L’empereur vient lui même assiéger la ville en juillet. L’issue des combats est décisive pour l’évolution de la lutte entre le pape et l’empereur. Jusqu’à la défaite de Frédéric en février l’Europe occidentale vit dans l’attente des événements. Au moment où Parme est prise par les bannis, Salimbene réside au couvent des franciscains de Crémone. Il voit passer les troupes impériales qui font faire le siège de Parme. Dans les jours qui suivent, il se rend à Parme ou dans les environs immédiats. Il assiste à de violents combats et en fait la description26. Au cours du mois de juillet, il est encore à Parme lorsque divers renforts rejoignent l’armée de l’empereur. Il a vu les Mantouans brûler un quartier extérieur dé la ville. Par contre il était à Crémone, à une date que 1’on ne peut préciser, lorsque Frédéric II fit pendre aux portes de la ville des chevaliers des Marches qui y résidaient parce qu’il n’était pas assuré de leur fidélité. Les franciscains sont allés descendre les corps des gibets et les ont ramenés en ville. Dans un passage Salimbene explique qu’il a quitté Crémone pour Parme où résidait le légat pontifical27. Ailleurs, faisant la description de ces atrocités, il écrit "tout cela je l’ai vu parce que j’habitais à Crémone en ce temps là, et également à Parme"28. L’adverbe employé, similiter est ambigu. Salimbene veut-il simplement dire qu’il a quitté Crémone pour Parme à une date donnée ou veut-il faire comprendre qu’il est allé résider alternativement dans une ville puis dans l’autre ? On ne peut en décider absolument sur la foi de cette simple formule. S’il est allé de Crémone à Parme, il a quitté une ville alliée à 1’empereur pour une du camp pontifical, au moment où elle entre en rébellion. C’est déjà grave. S’il est allé successivement d’une ville à l’autre il faut supposer qu’il a eu des activités dangereuses. A-t-il été messager, espion ? On ne sait en tout cas, au moment où il quitte Parme pour la France, Salimbene s’arrête non loin de sa ville pour rendre visite à un grand personnage de sa cité qui tenait le parti impérial. Il a avec lui une conversation politique puisqu’il lui conseille de choisir son parti, de s’y tenir et de ne plus boiter des deux pieds29. L’épisode prouve que Salimbene, frère mineur, peut passer d’un camp dans l’autre, sans dommage, lorsqu’il entre en rapport avec un Parmesan et qu’il suit d’assez près les événements pour en traiter avec les plus puissants de ses concitoyens. Faut-il conclure que son départ de Parme, pendant le siège, s’explique par son activité ? A vrai dire cela paraît plausible. Poursuivre des études est le plus commode des prétextes pour s’éloigner.

12Lorsque Salimbene arrive à Lyon, le Ier novembre 1247, le pape Innocent iv n’avait reçu aucune nouvelle de Parme depuis la révolte de la ville. Premier voyageur en provenance de ces contrées, il est accueilli par la curie avec l’intérêt que l’on devine. Est-il chargé d’un message ? Ce ne serait pua impossible, mais notre homme n’en dit rien. A tout prendre son témoignage oral, reposant sur une connaissance aussi complète de la ville et des événements a suffisamment d’importance par lui même sans qu’il soit nécessaire de supposer une quelconque lettre du légat au pape. On remarquera toutefois qu’Innocent IV le reçoit le jour même de son arrivée, ce qui ne laisse pas d’intriguer, car il fallait qu’il eut été annoncé ou que son entrée en ville ne fût pas passée inaperçue. On peut penser qu’il a donné au pape un compte rendu très exact de la situation militaire et politique. C’est, à ce moment la seule chose qui compte, la seule en tout cas qui puisse intéresser Innocent IV à un personnage aussi mince malgré tout à l’échelle de la chrétienté.

13Deux faits encore paraissent étranges dans le voyage de Salimbene. Lorsqu’il quitte Auxerre pour rencontrer Jean de Parme à Sens, notre franciscain entend quitter la province de France pour la Provence. Ce faisant il renonce à toutes possibilités d’études. Or il ne demande pas son retour en Italie, dans sa province ou ailleurs, alors qu’il n’a rien à faire en Provence. Tout se passe comme s’il attendait à l’étranger que la situation soit devenue assez sûre au delà des Alpes. En septembre, lorsque Jean de Parme lui laisse la faculté de choisir son couvent, il ne s’agit peut-être pas d’une simple complaisance, mais de la prise en considération de son cas, à vrai dire assez spécial. L’assignation à Gênes est, à cette date, sans aucun danger.

14Si l’on tient compte de ces faits et des hypothèses qu’ils suggèrent, le voyage de Salimbene en France prend une tout autre signification. Les études ne sont qu’un prétexte. Le désœuvrement réel du chroniqueur explique les allées et venues, les séjours temporaires ici et là, les détours et les visites prolongées. Il est touriste par la force des choses. Son voyage ne peut pas être considéré comme conforme aux habitudes franciscaines, il n’est pas l’illustration de la liberté de mouvements des religieux mendiants. Il y a fort à penser que l’obéissance est habituellement plus stricte et la conduite plus resserrée. Salimbene est dans une situation tout à fait exceptionnelle. C’est ce qui explique la souplesse des ministres provinciaux à son égard et la gentillesse des frères français dont la Chronique porte abondamment témoignage.

15Ce voyage en France et en Provence est le fait le plus notable de la vie de Salimbene. C’est l’époque de sa vie qu’il évoque le plus volontiers, celle qui lui a laissé les souvenirs les plus chers. Il a été reçu par le pape, il a vu le roi de France et quelques grands personnages, il a fréquente Jean de Parme et Hugues de Digne, religieux éminents de son ordre. Il était jeune en ce temps là. Tout contribue à faire des années 1247-1248 la plus belle aventure de sa vie.

16Ce qu’il en dit au moment où par un effort de mémoire il essaye d’évoquer ce voyage dans 1’ordre chronologique a pour nous un immense intérêt.

  • 30 Ibid p. 212.

17Salimbene connait surtout le nom des lieux où il a passé quelques jours et principalement celui des villes dans lesquelles il a résidé : Troyes, Provins, Sens, Auxerre, AIX, Hyères. Il a par contre presque totalement oublié les autres. La mémoire lui fait défaut sur ce point précis. Ainsi, sur la route de Lyon à Troyes, il se souvient d’avoir rencontré pour la première fois Jean de Plan Carpin, au couvent des franciscains qui est immédiatement après la ville, sur la route de France. Il s’agit de Villefranche, mais il ne sait plus le nom de la ville. La mémoire le trompe également lorsqu’il place Troyes en Brie.30 Le chroniqueur est alors âgé de 63 ans, il évoque admirablement les événements et les hommes, mais il commence à perdre le souvenir des noms propres. C’est assez commun.

18De plus les lieux ne le retiennent pas beaucoup. Sur le trajet de Sens à Arles, il évoque Vezelay, parce qu’il y a vu saint Louis et ses frères et qu’il a entendu le roi de France parler familièrement avec les franciscains. C’est exactement le même phénomène qu’à Villefranche, excepté qu’il n’a pas oublié le nom de la bourgade. Les souvenirs concernant un ou plusieurs personnages conduisent à un effort de restitution d’une scène qu’il faut autant que possible situer. L’idéal est de nommer les, lieux, mais ce n’est pas toujours possible. Ainsi, il cite Cluny, à propos de Jean de Plan Carpin. Dans les villes où Salimbene a résidé et dont les noms lui sont parfaitement présents à la mémoire, les souvenirs s’attachent également aux hommes. A propos de Troyes, il évoque les marchands et les foires. Provins est au cœur d’une série de souvenirs : ceux qui concernent les franciscains joachimites et Gérard de Borgo San Donino. Il ne fait pas mention de Lyon sans penser à Innocent IV, même s’il n’est pas reçu par le pape, comme c’est le cas lors du voyage qui le conduit de Sens à Arles. Partout le souvenir des hommes l’emporte sur celui des lieux. Son voyage n’est pas un itinéraire, c’est une série de rencontres.

  • 31 Ibid p 226.
  • 32 Ibid p 237, p 294.

19Notre franciscain ne dit rien habituellement des moyens de transport. La seule mention, brève d’ailleurs, concerne l’embarquement sur le Rhône, à Lyon, et son voyage par mer à Marseille puis à Hyères31. Les choses vues sont également beaucoup moins nombreuses que quelques passages célèbres pourraient le laisser croire. L’extraordinaire description du vignoble d’Auxerre et celle de la forêt de la Sainte Baume sont des exceptions. Pendant son voyage de 1248, l’effondrement d’une montagne sur des villages de Savoie bordant la route d’Italie retient également son attention. Il s’agit là de faits exceptionnels. Il avait jugé lui même incroyable qu’il y ait de si vastes étendues plantées en vignes dans la région d’Auxerre. La constatation s’impose et plus tard le souvenir. Dans ces cas il invoque volontiers le témoignage de ses yeux. Il a vu et c’est une mention à prendre très au sérieux. Les aspects plus courants de la réalité ne méritent pas tant d’égards. Sa phrase si négligente sur Paris est très remarquable. Il a beaucoup vu : multa ! Il est quelquefois moins laconique. Il note la distance de Provins à Paris, celle d’Arles à la mer32. La plaine d’Aix lui paraît riche de froment Ce ne sont que des banalités qui ne retiennent pas longtemps son attention et qui ne forment pas un ensemble cohérent de remarques.

  • 33 Ibid p 294.

20Salimbene dirigeait ses regards dans une toute autre direction. A Marseille, pénétré du souvenir de saint Lazare, premier évêque légendaire de la ville, frère de Marie Madeleine et ressuscité par le Christ, il se préoccupe de trouver le traité que ce dernier aurait consacré à l’enfer33. En vain, bien sûr. La négligence des Marseillais l’indigne. A Aix, le tombeau du comte Raymond Béranger, mort depuis quelques années seulement a reçu sa visite. Elle lui inspire quelques mots sur Les problèmes de l’ensevelissement dans Les églises des Frères Mineurs. Remarques qui sont le fruit d’événements postérieurs. a Auxerre où il a résidé plus longuement qu’ailleurs son expérience ne paraît pas plus riche. Ses souvenirs sont tout aussi dérisoires. Il a accompagné un frère qui prêchait la croisade et qui imposait les croix. Il a diné chez une comtesse dont il a oublié le nom. Il a vu l’abbaye de Pontigny. A travers cette collection de souvenirs se trahit une certaine curiosité, Tout ce qui concerne les églises, les monastères, les religieux et tout spécialement L’ordre franciscain retient son intérêt. La culture et le savoir religieux le concernent en lettré qu’il est. Il y a une sorte de spécification professionnelle du regard, si L’on peut dire, qui est évidente et qui paraît très normale. Ce n’est pas l’aspect le plus original du Chroniqueur. On peut admettre qu’il est grand écrivain et perspicace surtout lorsqu’il parle des hommes et des événements. Toute l’acuité du regard et toute celle de l’esprit se manifestent.

21Le récit d’un voyageur n’est totalement cohérent que pour lui même, puisqu’il est le seul lien réel entre tous les épisodes. Le récit chronologique est la forme objective que prennent ces souvenirs centrés sur soi même le déroulement du temps est l’image et le substitut de la conscience. Or il est très curieux de remarquer que le récit de Salimbene est furieusement encombré de digressions. Le rythme chronologique est constamment rompu. Sans cesse, il abandonne le déroulement de son voyage pour achever la présentation d’un personnage ou pour faire état de la suite des événements. La mémoire de cet homme déjà âgé est quelquefois entraînée dans un jeu beaucoup plus libre qui le fait, semble-t-il, papillonner d’un fait à l’autre Il peut y avoir du vrai dans cette explication de sa liberté imaginative, mais ce n’est probablement pas l’essentiel.

22En brisant le déroulement chronologique de son récit, Salimbene fait état du reste de son expérience et de ce qu’il sait. Les hommes rencontrés en 1247 et in 1248 trouvent ainsi une autre dimension. Lorsque le chroniqueur écrit, en 1284, Innocent IV est mort depuis longtemps, ainsi que Frédéric II et saint Louis. Disparus Hugues de Digne et plus récemment Jean de Parme. Salimbene qui les a rencontrés et qui les a vus pour reprendre un terme qui lui est cher, s’efforce de restituer, à travers des souvenirs anecdotiques leur véritable dimension historique. La digression l’affranchit d’une expérience trop étroite. Il s’efforce d’être historien a dirons nous ! Il fallait pour cela qu’il ait de son propre voyage une extraordinaire conscience. Pendant des années cruciales pour la chrétienté il a été présent dans les lieux décisifs et il a vu, du moins le croit-il. Agé maintenant il se souvient même si l’histoire n’est pas allée où il croyait. il écrit, comme la conscience dernière de faits décisifs qui se sont noués sous ses yeux. Toute son imagination sur les hommes et les événements est là. Son voyage l’a mis quelques temps sur des routes où se croisaient de grands personnages et il a cru saisir le sens de leur destin.

Notes

1 Y Renouard : "Routes, étapes et vitesse, de France à Rome au xiie et au xive siècle" Studi in honore di A Fanfani T. III p 405-428b, Bilan 1962.

2 Chronica fratris Salimbene de Adam edidit O Holder-Egger Hanovre Leipsig. M G H SS t XXXII. 1905-I913. Citée sous l’abréviation Cronica.

3 "Ivi Lugdunum et in festo omnium sanctorum perveni illuc". Cronica p 53.

4 "Cumque pervenissem primum locum fratrum minorum, qui post Lugdunum occurit, eodem die frater Johannes de Plano Carpi pervenit illuc". Cronica p 206.

5 "Et habit ; vi in Brigia, quae est in campania Gallie, primo Trecis diebus XV" Cronica p 212. Troyes n’est pas en Brie comme il l’écrit par erreur.

6 Ibid p 213.

7 "Postea ivi Pruvinium et habitavi ibi a festo sancte Lucie usque ad Purificationem. In festo vero Purificationis Beate Virginis fui Parisius et steti ibi octo diebus" Cronica p 212.

8 Ibid p 212.

9 Ibid p 221.

10 Ibid p 225.

11 Ibid p 225.

12 Ibid p 226.

13 Ibid p 294.

14 Ibid p 295.

15 Ibid p 312-313.

16 "Pulta vidi que placuerunt michi" Cronica p 212.

17 "Ivi Altisiodorum et habitavi ibi quia a ministro Francie de illo conventu specialiter fueram factus" Cronica p 214

18 "Et circuivi episcopatum Altisiodorensem tribus vicibus". Cronica p 218.

19 "Et comedi cum, fratre Johanne tam in domo Er brum Binorum quam extra in abbatis et sollemnibus locis, non semel neque bis" Cronica p 213

20 "H.bebam enim obedientiam a generali ministro eundi in provinciam Provincie ad morandum" Cronica p 225.

21 "Postea ivi per mare Massiliam et a Massillia Areas ivi ad videndum fratrem Hugonem de Bariola qui et de Digna". Cronica p 226.

22 Ibid p 294

23 Ibid p 295 et sq.

24 "Ego te misi in Franciam, ut studeres pro provincia mea, et tu ivisti ad conventum Januanensem, ut habitares ibi ? Noveris, quod valde habeo pro malo, quia pro honore mee provincie studentes de aliis provinciis facio venire Bononiam" Cronica p 322.

25 Bernini, Ferd. "Il parentado e l’ambiante familiare del cronista Fratre Salimbene da Parma secondo nuovi documenti". Archivum Franciscanum Historicum 1935 p 345-373. Egalement Archivum Franciscanum Historicum 1938 p 198-201.

26 Cronica p 196.

27 Ibid p 53

28 "Hec omnia vidi, quia Cremone habitabam tunc temporis, similiter et in Parma". Cronica p 198.

29 Ibid p 198.

30 Ibid p. 212.

31 Ibid p 226.

32 Ibid p 237, p 294.

33 Ibid p 294.

Auteur

Université de Provence
(Aix-en-Provence)

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540