Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Blonde comme l’or

 | 
Myriam Rolland-Perrin

Remerciements

Texte intégral

La chevelure vol d’une flamme à l’extrême
Occident de désirs pour la tout éployer
Se pose (je dirais mourir un diadème)
Vers le front couronné son ancien foyer

Mais sans or soupirer que cette vive nue
L’ignition du feu toujours intérieur
Originellement la seule continue
Dans le joyau de l’œil véridique ou rieur

Une nudité de héros tendre diffame
Celle qui ne mouvant astre ni feux au doigt
Rien qu’à simplifier avec gloire la femme
Accomplit par son chef fulgurante l’exploit
De semer de rubis le doute qu’elle écorche
Ainsi qu’une joyeuse et tutélaire torche.

Stéphane Mallarmé, Poésies.

1Outre ma famille et en particulier J.-L., je tiens à remercier chaleureusement ma directrice de thèse, madame Michelle Szkilnik, dont l’aide et les conseils avisés m’ont accompagnée et stimulée ces dernières années. Ma gratitude va également aux membres de mon jury de thèse qui furent mes premiers lecteurs: madame Chantal Connochie-Bourgne, madame Catherine Croizy-Naquet, madame Laurence Harf et monsieur Jean-Pierre Martin.

2Je n’oublie pas tous ceux qui m’ont offert leur aide ponctuelle, aussi bien pendant les recherches qu’au cours du remaniement de ce texte, qu’ils soient assurés de ma reconnaissance.

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540