Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Déduits d’oiseaux au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

La nomination de l’oiseau chez René d’Anjou

Sophie O. Poitral

Texte intégral

L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme. Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs.
(Gen., II, 20)

1La question de la nomination des créatures de la Terre prend, à travers cet extrait tiré de la Bible, une dimension originelle ; elle est au cœur de la naissance de la vie et du monde. À partir de ce constat simple, je propose d’examiner l’oiseau sous un angle lexicologique. Il s’agira non seulement d’interroger les termes qui désignent les différentes espèces d’oiseaux, mais aussi d’examiner le travail lexical et poétique effectué autour de ces noms. Quelle est la façon dont on dit l’oiseau et que révèlent ces mots sur la manière dont on le pense au Moyen Âge ?

  • 1 Les références et les citations renvoient à l’édition de F. Bouchet, Paris : Librairie Générale Fr (...)
  • 2 A. Lecoy de La Marche, Le Roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéra (...)
  • 3 Ibid., p. 14-15 : « [Elle] offrait aux Angevins émerveillés un des spectacles les plus curieux et (...)
  • 4 Ibid., n° 3 et 5, p. 15.
  • 5 Ibid., p. 79 : « …René avait l’habitude de peindre des volatiles et passait pour se délecter de ce (...)
  • 6 Ibid., p. 184.

2Pour nourrir notre réflexion, nous avons choisi le texte du Livre du Cuer d’amour espris1 composé en 1457 par René d’Anjou. Établi par Albert Lecoy de La Marche2, l’inventaire des animaux composant la ménagerie de son château d’Angers montre que l’oiseau y occupait une place de choix. Le prince s’impliquait avec soin dans son aménagement, dont la richesse et l’originalité bâtirent sa haute renommée3, et joua un rôle majeur dans l’importation et l’acclimatation d’oiseaux comme les dindons et les paons blancs, noirs et roux4, contribuant ainsi à des changements significatifs dans la composition du monde aviaire en Occident. Amateur d’art et lui-même artiste, le duc d’Anjou aimait particulièrement peindre les oiseaux5. Cette connaissance de l’oiseau tirée d’une réelle observation se double d’un héritage livresque littéraire et également scientifique comme en témoigne la présence d’un Liber de natura avium parmi les deux cent deux volumes de sa bibliothèque personnelle6.

  • 7 L’émerillon, la grue, le paon, la perdrix.
  • 8 Le rossignol, le « papegaut », l’alouette, le poussin, le faucon, la grive, le geai, l’étourneau, (...)

3Dans son Livre du Cuer, récit du voyage du chevalier Cœur parti en quête de la Douce Merci retenue prisonnière sur l’île d’Amour, vingt-neuf noms désignent des animaux, chiffre qui reflète l’intérêt et les connaissances zoologiques du duc envers ces créatures, et plus généralement l’univers naturel. Trois noms désignent des poissons et des batraciens, quatre des animaux fabuleux, dix des quadrupèdes et douze des oiseaux. La prédominance quantitative de ces derniers, qui constituent près de la moitié des animaux, justifie pleinement notre questionnement. Dans le choix des noms génériques de l’oiseau, le lexique du prince se caractérise par une certaine richesse quand on le met en relation avec les quatre noms7 des Ballades et Rondeaux de Charles d’Orléans et les vingt-six8 du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et Jean de Meun.

4Lorsque l’on s’interroge sur la fréquence des mots désignant les animaux, le cheval, qualifié de « cheval », « destrier », « coursier » et « palefroy », arrive en tête avec cinquante-neuf occurrences, suivi du lion et de ses onze occurrences, puis du cerf avec ses dix occurrences. En quatrième position se trouvent, ex-aequo, le « coulon » et le « papegaut » avec cinq occurrences chacun, concordance fréquentielle qui est peut-être signe d’une relation entre ces deux oiseaux. Ces premières données confirment notre hypothèse d’une forte présence de l’oiseau. Le « coulon » est un oiseau familier pour l’homme médiéval, présent dans la nature qui l’entoure, dans son assiette ou dans son imaginaire. La présence du « papegaut » témoigne, quant à elle, de la curiosité bien connue de René d’Anjou pour les objets et les animaux exotiques, que Jacques Cœur lui rapportait à bords de ses vaisseaux marchands. Elle révèle également l’intérêt des milieux princiers pour le volatile. Charles V et la reine Isabeau de Bavière ont en commun le fait d’avoir un jour possédé un tel oiseau.

  • 9 Pour les données d’ordre étymologique, nous avons consulté : Französisches etymologisches Wörterbu (...)

5Une analyse9 de tous les noms d’oiseaux, présents dans l’œuvre et classifiés selon leur nature, permettra d’obtenir une vue d’ensemble de la composition du monde aviaire de l’œuvre et de faire ressortir les différences sémantiques, lexicales et fréquentielles parmi l’ensemble des oiseaux mais aussi, au niveau microstructural, au sein d’un même groupe d’oiseaux.

Les oiseaux sauvages

6Sous cette première catégorie se rangent les oiseaux des zones aquatiques que sont le cygne et la mouette, le rossignol des bois et forêts et la grue, grand échassier voyageur.

  • 10 Brunet Latin, Li livres dou tresor, éd. Critique par Francis J. Carmody, Genève, Slatkine Reprints (...)
  • 11 G. di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres ; [Paris] : [diff. Kl (...)

7Les mots désignant le cygne, « sisne » (xiie siècle), « cyne » et « cygne » (xiiie siècle), proviennent du latin populaire « cicinus », dérivé du latin classique « cycnus » ou « cygnus », tiré du grec « kuknos » et signifie « oiseau aquatique ». Dans deux de ses occurrences, le nom s’emploie dans la langue héraldique au sens de « figure représentant un cygne » pour décrire l’écu de Jean de Berry : « Lequel escu si estoit adestré d’un cygne blanc navré en la poictrine » (§ CII) et, plus loin : « mis soubz mon escu/Le sisne blanc navré » (v. 1430-1431). Il convient d’examiner les deux adjectifs attachés au mot « cygne » et employés à deux reprises. L’adjectif « blanc » est topique. Il fait partie des descriptions données par les Bestiaires qui évoquent un animal « touz blans de plume » (Tresor10, § CLXI) et sert à former la locution « blans comme cygne »11. L’adjectif « navré » suggère l’image d’un cygne sur le point de mourir, derniers instants lors desquels l’oiseau entame un chant mélodieux. Néanmoins, il appartient au vocabulaire de la blessure et non à celui du chant. L’oiseau devient alors métaphore du duc de Berry, Amant qui reçoit « en la poictrine » une flèche du dieu d’Amour.

  • 12 Boccace, Vie de Dante Alighieri, éd. J. Risset, Marseille : Vie Valeriano ; Paris, L. Sheer, 2002, (...)

8La troisième occurrence du mot est utilisée pour décrire les pieds d’une naine affreuse : « Les piedz avoit larges et patuz comme ung cyne » (§ VIII). Alors que les précédents emplois du mot se réfèrent à un oiseau de toute beauté et d’une grande douceur, cette utilisation du terme « cyne » le transforme en quelque chose de laid, par la mise en lumière de son appartenance physiologique aux palmipèdes à travers les termes « piedz » et « patuz ». Le cygne se trouve ainsi associé au paon qui, comme lui, est un « biaus oiseaus » qui « molt desprise le laidece de ses piés » (Tresor, § CLXVIIII). La mise en exergue de cette partie de l’oiseau se retrouve dans la Vie de Dante Alighieri de Boccace. Celui-ci raconte un songe fait par la mère de Dante, dans lequel elle voit un paon magnifique. Par deux fois, Boccace mentionne ses « pieds laids »12, interprétés par le poète comme une représentation du style vulgaire sur lequel s’appuie la Comédie.

9Du latin vulgaire « *grua », issu du latin classique « grus, gruis », la « grue », mot attesté dès le xiie siècle, sert de noyau à une locution proverbiale :

Cuïderie je suys, et Abus ensement,
Qui sommes cy venuz pour cuider seulement
Vouloir prendre les grues en volant, se pouons.
(Cuer, v. 2143-2145)

  • 13 Voir G. di Stefano, op. cit., p. 417.

10La grue est un animal qui se prête facilement à ce type de langage de par sa physionomie : « long col comme une grue », « faire la jambe de grue » en sont quelques exemples. « Prendre les grues en volant » est une expression que l’on ne trouve pas que chez René d’Anjou. Le Dictionnaire des locutions13 de Giuseppe di Stefano mentionne aussi Pierre Chastellain, le Champion, Froissart et Mélusine. Il s’agit d’une variante de l’expression « Prendre au ciel la grue », qui signifie « réaliser un coup d’éclat, dit ironiquement, souvent d’un amoureux ». Les deux locutions n’emploient pas exactement les mêmes mots. « Prendre au ciel la grue » fait référence, à travers « au ciel », à la hauteur du vol de la grue décrite par Brunet Latin : « eles […] volent contremont le ciel au plus haut que püent » (Tresor, § CLXIII). En remplaçant « au ciel » par « en volant », René déplace l’attention sur l’action, ici voler, de celui qui veut attraper l’animal. Il glose ainsi l’expression et file la métaphore sur trois vers à travers les termes « prendre », « en volant », « courons », « saillons » et « happer » :

… Vouloir prendre les grues en volant, se pouons
Pour ce cas après elles nous courons et saillons
Affin de les happer, comme voiez, follement.
(Cuer, v. 2145-2147)

11L’emploi du nom « grue » au pluriel produit pour sa part l’effet d’une démultiplication des échassiers qui rend l’entreprise de Cuiderie et Abus encore plus ardue.

12L’emploi du mot « mouette » est bien différent. Le nom « mouette » apparaît d’abord dans les régions maritimes, surtout au Nord de la France, d’où l’origine de ce mot attesté au xive siècle, diminutif de l’anglo-normand « mave, mauve », emprunté au vieil anglais « maew ». Il est employé par René au sens d’« oiseau de mer » dans une description de paysage dominé par le vocabulaire maritime :

D’autre part la mer estoit coye et seraine et ne bruyoit en façon nulle ne que fist ung estang. Les mouetes aussi commencerent a voler par dessus la marine, et d’autres si troctoient sur le sablon menu.
(Cuer, § LXXVI)

13Aux côtés des mots « mer », « marine » et « sablon », les mouettes viennent naturellement compléter ce tableau réaliste.

14La présence du rossignol dans le récit courtois de René apparaît comme attendue en raison de son rôle dans la poésie des troubadours et dans les poèmes et récits d’amour :

Si songea que une tourterelle toute blanche acheminoit trois roussigneulx acompagniez de plusieurs autres oyseaulx […] Le venoient visiter et si fort batoient de leurs allectes et hurtoient encontre la tour ou il estoit prisonnier qu’ilz la despessoient plus fort que de coups de bonbardes et la faisoient toute cheoir par pieces.
(Cuer, § XLVII)

  • 14 La datation de cette forme est tirée du FEW.
  • 15 E. Baumgartner et P. Ménard, op. cit.

15Le mot « roussigneul » (xve siècle14) est emprunté à l’ancien provençal « rossinhol », du latin vulgaire « *lusciniolus », substantif masculin tiré du féminin « lusciniola » en latin classique, diminutif de « luscinia ». On peut noter le choix du préfixe qui pourrait provenir de « russus » et suggèrerait la couleur du plumage de l’oiseau15. Contrairement à la tourterelle, dont René signale la couleur à travers un adjectif, les « roussigneulx », eux, laissent deviner leur rousseur dans l’inscription de leur nom.

16Ce nom est employé dans un langage allégorique, celui du songe prémonitoire fait par le chevalier Cœur dans la prison du château de Courroux et de Tristesse, mais bientôt délivré par Renom, Plaisir et Déduit, perçus comme les trois « roussigneulx ». Peut-être le rossignol conserve-t-il une trace de son rôle d’entremetteur entre la dame et son Amant, tel qu’il est présenté dans le Laüstic de Marie de France, car en secourant le Cœur, les trois rossignols permettent à ce dernier de poursuivre sa quête en direction du château où Douce Merci est enfermée.

Les oiseaux de proie

  • 16 Paris, Firmin-Didot, 1872.

17La présence des oiseaux de proie, dans le texte du roi de Sicile, reflète bien les goûts de la société aristocratique à laquelle il appartient. Paul Lacroix écrit à ce propos dans Mœurs, usages et costumes au Moyen Âge et à l’époque de la Renaissance16 :

Il était de rigueur que tous les gentilshommes, riches ou pauvres, ceux-là même pour qui la chasse n’était point un plaisir, eussent des oiseaux, comme on disait alors, pour entretenir noblesse : mais il n’appartenait qu’aux seigneurs les plus opulents d’avoir de véritables fauconneries.
(Mœurs, p. 215)

18René d’Anjou pratiquait lui-même la chasse, notamment la fauconnerie, comme en témoignent les Comptes du Roi René. Sans grande surprise, les mots « aigle », « espervier » et « faulcon » prennent ainsi place dans le vocabulaire du prince.

  • 17 E. Baumgartner et P. Ménard, op. cit.

19Le mot « aigle » (xiie siècle) est employé deux fois pour décrire le blason de César « d’or a une aigle de sable o deux testes » (§ LXXXIII) et celui d’Enée « de sable a une aigle d’or » (§ XC). Nous sommes tout de suite frappée par l’emploi de l’article indéfini « une » qui fait de « aigle » un substantif féminin, conformément au mot latin « aquila ». « Aigle » ne s’emploie pas de la même façon et ne désigne pas la même chose selon le genre auquel il est employé. Le substantif féminin s’emploie dans le vocabulaire héraldique pour désigner l’aigle au sens d’« emblème », tandis qu’au masculin, il désigne l’oiseau, l’« aigle mâle », dans la « langue parlée »17.

20L’épervier et le faucon sont, pour leur part, animés et au contact de l’homme. Le premier est un « oiseau de proie du genre des faucons », le second un « oiseau de proie de l’ordre des rapaces ». La difficulté sémantique réside dans le fait que « tous les oiseaux de proie qui servaient à la chasse recevaient, quand ils étaient dressés, le nom générique de faucons ; mais on distinguait, parmi eux, le gerfaut, le sacre, le lanier, l’émerillon, le hobereau », précise Paul Lacroix (Mœurs, p. 216). Les noms de ces deux oiseaux au sémantisme proche proviennent d’origines très diverses : « espervier » (xiie siècle) du francique « *sparwari », « faulcon » (xie siècle) du latin « falco, falconis ». Afin de mieux cerner les différences entre les deux oiseaux, examinons les contextes narratifs dans lesquels ils entrent en scène :

Atant es vous saillir par le guischet de la porte d’yvoire ung tres beau jouvencel qui tenoit ung espervier blanc sur son poing.
(Cuer, § CXXXI)

Pres de laquelle fontaine aperceut le Cueur une dame tresbelle, jeune, gente de corps, d’abit tresriche et pompeusement aornee, mais pour ce moins en elle avoit un sy : c’est car elle estoit, a bien veoir ses faczons et manieres d’elle agenser, ung bien peu nonchalante. Laquelle sur son poign tenoit ung gent faulcon, lequel tant cherissoit que plus ne pouoit estre, et sembloit bien que fort amignoté estoit sondit gentil et mignonnet faulcon, car semblant ne faisoit de soy pour riens debatre n’estre effarouché de chose qu’il veist.
(Cuer, § CXXXIII)

  • 18 P. Lacroix, op. cit., p. 215.
  • 19 Il existe sept espèces de faucons : le faucon lanier, le faucon pèlerin, le faucon des montagnes, (...)

21Seule la couleur blanche du plumage de l’épervier, rappelant celle de la porte d’« yvoire », est mise en lumière, suggérant peut-être une dimension « faée » de l’oiseau qu’on ne trouve pas chez le faucon. Les adjectifs qui le qualifient sont plus nombreux et appartiennent au vocabulaire courtois : « gent », « gentil » et « mignonnet » (§ CXXXIII), termes qui traduisent sa beauté et sa noblesse, bien souvent évoquée18. L’adjectif « gentil » peut en outre faire référence à l’espèce des « faucons gentils »19 notamment mentionnée par Brunet Latin dans son Livres dou tresor.

  • 20 Éd. A. Strubel, Paris : Librairie Générale Française, 1992.

22Dans ce passage, faucon et épervier apparaissent avec un personnage, ce qui souligne le lien particulier entretenu entre l’homme et ce type d’oiseaux, et conduit à s’interroger sur la présence de traces lexicales démontrant une identification entre les maîtres et leurs oiseaux. L’épervier appartient à Bel Accueil, le faucon à dame Oiseuse. Existe-t-il par conséquent un type d’oiseau spécifique pour chaque sexe ? Il nous semble que l’épervier et le faucon appartiennent indifféremment aux hommes et aux femmes. En revanche, le faucon et Oiseuse ne sont pas associés pour la première fois dans le texte de René. Dans le Roman de la Rose20, la jeune femme est assimilée à cet oiseau précis à cause de ses yeux :

Le neis ot bien fait a droiture
Et les yauz vairs com .i. faucons
Pour faire anvie a ces bricons.
(Rose, v. 532-534)

23L’emploi de l’adjectif « gent » pour décrire et le faucon et Oiseuse, la « tresbelle, jeune et gente de corps » (§ CXXXIII), vient accentuer l’identification de celle-ci au rapace.

24L’épervier du Livre du Cuer ne permet pas au héros de conquérir la dame comme dans l’Erec et Enide de Chrétien de Troyes. Il joue essentiellement le rôle d’un attribut aristocratique. L’expression « tenir sur son poing » employé par deux fois – « ung tres beau jouvencel qui tenoit ung espervier blanc sur son poing », « Laquelle sur son poign tenoit ung gent faulcon » – se relève fréquemment dans les textes et renvoie à une réalité de l’époque :

… un gentilhomme et même une châtelaine ne se montraient jamais en public sans avoir le faucon sur le poing comme emblème vivant de leur suzeraineté […] On nommait oiseaux de poing l’autour, l’épervier, le gerfaut et l’émerillon, qui revenaient sur le poing du chasseur quand celui-ci les rappelait après les avoir lancés contre la proie […]
(Mœurs, p. 214-216)

Oiseaux domestiques et oiseaux exotiques

  • 21 Froissart, Pastourelle XX, dans Œuvres de Froissart. Poésies, éd. Auguste Scheler, Genève, Slatkin (...)

25Dans Le Livre du Cuer, « tourterelle » (xiiie siècle) est employé, à l’instar du mot « roussigneulx », dans le cadre du songe allégorique fait par le Cœur qui voit « une tourterelle toute blanche ». Cette mention de la blancheur de l’oiseau est topique. Froissart emploie par exemple le même adjectif que René dans la Pastourelle XX21 : « J’ai une blanche tourterelle » (v. 10). L’emploi de « toute », qui vient insister sur cette blancheur, signe d’une grande pureté, crée une allitération en [t] qui suggère le son produit par l’oiseau, dont le nom latin « turturella » est le diminutif du mot onomatopéique « turtur ».

  • 22 René d’Anjou, op. cit., § XLIV.

26Dans le lai Aux amans pour exemplaire, Guillaume de Machaut compare la dame à une tourterelle. L’oiseau représente au contraire chez le prince le jeune Désir qui a pour rôle de guider Renom, Plaisir et Déduit au château de Courroux et de Tristesse22. Les miniatures du Codex Vindobonensis 2597 accentuent d’ailleurs cette assimilation à l’oiseau à travers la représentation d’un Désir tout de blanc vêtu.

  • 23 Le mot est formé sur « pipiare », verbe construit à partir du radical onomatopéique « pi » (« pous (...)
  • 24 Le terme « paroquet » apparaît dès 1395 avec Thomas de Saluces, employé à l’origine en tant que no (...)

27Les mots « coulons » et « pigeons » sont quant à eux associés dans un même épisode. Le sens de ces mots semble très proche à cette époque. « Coulon » (fin ixe siècle) vient du latin « columbus » et veut dire « pigeon » ; « pigeon » (xiiie siècle) est issu du latin « pipio, pipionis »23 et désigne un « pigeonneau ». Le mot « coulon » est usuel jusqu’au xvie siècle, mais il est concurrencé par le mot « pigeon », au sens moderne de « pigeon », à partir du xiiie siècle. Tous deux sont comparés aux « papegaulx » (xiiie siècle) qui survolent la cour intérieure du château d’Amour et passent devant le Cœur : « partoit par grans tropeaulx papegaulx vers par cens et par milliers » (§ CXXXIII). L’allitération en [p] présente dans cette citation ne fait qu’amplifier celle contenue dans le nom « papegaulx »24 et suggère le bruit des battements d’ailes ou des sons produits par ces oiseaux.

28L’adjectif de couleur « vers » fait parti de la description physiologique de l’oiseau telle qu’on la trouve par exemple dans Li livres dou tresor :

Papegal est uns oiseaus vers, mais son bec et ses piés si sont rouges […] Et si dient li indien que cist oiseaus ne naist ailleurs k’en Inde.
(Tresor, § CLXVIII)

29Tout « papegault » est donc vert. Cette précision redondante de René qui aime, on l’a vu, associer un nom d’oiseau avec la couleur de son plumage, fait partie de la dimension picturale de son écriture, donnant à voir ici l’image spectaculaire d’une nuée verte infinie.

30Dans le texte de René, la nature exotique des « papegaulx » se trouve en décalage avec l’espace qu’ils occupent. Leur cage est en effet qualifiée de « coulombier ». « Pourquoy le dieu d’Amours avoit fait faire ledit coulombier plutost de papegaulx que de coulons ? » (§ CXXXIII), se demande le chevalier. Les termes « coulons » et « coulombier » proviennent du même étymon. D’un point de vue morphologique, le « coulombier » est un mot dérivé de « coulon » ; sémantiquement, il désigne le bâtiment où l’on élève les « coulons ». En revanche, « papegault » et « coulombier » sont, eux, lexicalement étrangers l’un à l’autre. Or, le texte dit « que les papegaulx [y] rentroyent, ne plus ne moins comme communément pigeons si ont accoustumé en coulombier de faire » (§ CXXXIII). Non seulement ils occupent le « coulombier », mais ils sont aussi associés, en raison de leur comportement, aux « pigeons », présentés comme des volatiles ordinaires et domestiques à travers les expressions de la banalité : « ne plus ne moins », « communément » et « accoustumé ». Dans la langue du roi de Sicile, le « papegault » se trouve ainsi dépossédé de sa nature exotique, inscrite dans l’origine arabe du mot qui le désigne – « babbaghâ » –, par son association au pigeon et au « coulon », volatile avec lequel il partage le même nombre d’occurrences.

31« Coulons » et pigeons sont en outre mentionnés dans ce même passage en tant que nourriture goûteuse. Au regard de ceux-ci, les « papegaulx » paraissent être un mauvais choix culinaire :

… il lui sembloit estre meilleur viande coulons et pigeons pour mengier que papegaulx […] Sur quoy respondit dame Oiseuse que la nature de son souverain seigneur le dieu d’Amours, et la condicion aussi, estoit telle que de soy repaistre de cueurs de papegaulx pour le tenir en joye.
(Cuer, § CXXXIII)

  • 25 Voir l’article de B. Ribémont, « Histoires de perroquets : petit itinéraire zoologique et poétique (...)

32L’expression « repaistre de cueurs » évoque le motif du « cœur mangé », alors que le mot « cueurs » évoque particulièrement le chevalier Cœur du livre, renforçant de ce fait la relation poétique, exploitée notamment par Jean Lemaire de Belges et ses Épîtres de l’Amant vert, entre l’Amant et le perroquet. Par ailleurs, lorsque l’on pense à l’image du dieu d’Amour décochant ses flèches, « papegault » pourrait bien prendre le sens de « perroquet en bois attaché au bout d’une perche et sur lequel on tire avec des flèches », et évoquer cette pratique très populaire de la fin du Moyen Âge connue sous le nom de « tir au papegay »25.

  • 26 Christine de Pizan, Jeux 4, dans Œuvres poétiques, éd. M. Roy, Paris, F. Didot, 1886.

33Nous finirons notre analyse du « papegaut » par un commentaire sur la vertu thérapeutique attribuée à leurs cœurs qui, une fois ingérés, procurent de la joie. Il nous semble qu’il y a un jeu lexical entre les mots « papegaulx » et « joye ». « Papegault » est une forme altérée de « papegai » (xiie siècle). On constate que ce mot « papegai » est souvent mis à la rime avec le mot « gai », par exemple dans les Jeux à vendre26 de Christine de Pizan : « Je vous vens le papegay/Vous estes bel, et bon et gay » (v. 1-2). Ainsi, même si le prince n’emploie pas la forme provençale « papegai », mais « papegault », il reprend cette notion de joie inscrite dans le nom du « papegai » et renouvelle l’imaginaire collectif qui s’est façonné autour de l’oiseau vert.

Les oiseaux fabuleux

34De l’Inde, son pays d’origine, est également issu l’oiseau fabuleux qu’est le « fenys » (xiiie siècle), dont le nom n’est employé qu’une seule fois, à l’image de son unicité. Le mot est emprunté au latin « phenix », du grec « phoinix ».

  • 27 Sur les rapports lexicologiques entre la Phénicie et le phénix, voir P. Brunel (éd.), Dictionnaire (...)
  • 28 Éd. A. Micha, Paris, H. Champion, 1982.

35La sonorité du mot évoque la Phénicie27, pays auquel il doit son nom selon Ovide et Martial, mais aussi le personnage de Fénice du Cligès28 de Chrétien de Troyes, dont le lien lexicologique avec l’oiseau est exploité dans la narration :

Fenyce ot la pucele non :
Et ne fu mie sanz raison,
Car si com fenix li oisiaux
Est de touz les autres plus biaux,
N’estre n’en puet que uns ensenble,
Ausint Fenyce, ce me semble,
N’ot de biauté nulle pareille.
(Cligès, v. 2681-2687)

36Plus pertinent nous semble être, chez René, le jeu de mots avec le verbe « finir », déjà présent dans le Roman de la Rose :

Touz jors est il uns seuls pheniz,
Et vit ainçoit qu’il soit feniz
Par .v. c. cens anz […]
(Rose, v. 15981-15983)

37La mise en scène de cette fin inéluctable inscrite dans son nom et à laquelle il survit en se régénérant va en effet être suggérée à travers le lexique de la description d’une fontaine incrustée de pierres précieuses :

Ou meillieu de laquelle court avoit une fontaine […] et partoit ladicte eaue du bec d’un fenys d’or esmaillé de blanc. Soubz lequel avoit d’or aussi fait comme petitz tisons, esquiels estoient de rubis la assiz, ce croy je, plus de cinq cent mille, par faczon que tous les tisons en reluisoient et si fort resplendissoient en l’eaue necte et clere qu’elle en sembloit estre vermeille comme vin clairet.
(Cuer, § CXXXIII)

  • 29 Sur la relation entre la couleur pourpre et le phénix, voir P. Brunel, op. cit.

38L’expression « fenys d’or » évoque les plumes du cou de l’oiseau qui sont, selon Li livres dou tresor, « reluisanz come fin or arrabien » (§ CLXII). Le nombre des tisons, « cinq cent mille » rappelle le nombre d’années qui, selon le mythe, doivent s’écouler avant que le phénix ne se consume. René d’Anjou semble procéder à la fusion des deux chiffres signalés dans les textes, « cinq cent ans » et « plus de mille ans », et donne ainsi un nouveau souffle à l’histoire de l’oiseau. Le vocabulaire du feu est présent à travers le mot « tizons », les termes se rapportant à la couleur pourpre29 – « rubis » et « vermeille » –, ainsi que les verbes « reluisoient » et « resplendissoient » qui traduisent un éclat flamboyant. La transformation quasi alchimique de « l’eaue necte et clere » en « vin clairet » suggère pour sa part la mutation du vieux phénix en un ver qui deviendra jeune phénix.

39Dans cette description, l’élément du feu s’entrelace avec celui de l’eau, comme le montrent les termes « fontaine », « eaue » et « vin », créant la vision poétique, parce qu’oxymorique, d’un oiseau de feu dont le bec crache de l’eau.

40Le « bon roi René » connaît bien l’histoire du phénix et il en joue à l’aide des mots. Son nom le lie même personnellement à cet oiseau, puisque « Re-né » signifie « celui qui naît de nouveau ». Mais alors que le mot « fenys » exprime la fin, le mot « René », lui, célèbre la vie.

41Bien qu’il ait introduit de nouvelles espèces d’oiseaux en France, René d’Anjou ne fait pas entrer de nouveaux mots dans le vocabulaire aviaire. Les noms d’oiseaux employés sont assez traditionnels et la proportion des oiseaux de la ménagerie du prince retenue dans le vocabulaire de son œuvre reste décevante. Seuls cinq sur seize apparaissent : le cygne, le faucon, la grue, le « papegault » et la tourterelle. La plupart des mots sont d’ailleurs attestés à partir du xiie et xiiie siècles. Seul le nom « mouette », daté du xive siècle, témoigne de l’apparition d’une réalité neuve.

42René d’Anjou puise majoritairement dans l’héritage latin avec neuf noms sur douze ; le cygne et le phénix connaissent des équivalents en grec. Il n’y a pas de mots d’origine italienne, patrie pourtant chère à celui qui était aussi roi de Sicile, ni de termes proprement angevins. En revanche, le francique, le vieil anglais, l’arabe, l’ancien provençal et l’anglo-normand viennent enrichir l’horizon linguistique du comte de Provence, et traduisent la montée de l’influence des langues germaniques, anglo-saxonnes et orientales ainsi que des dialectes dans la constitution du vocabulaire français.

43Le duc paraît être un connaisseur des oiseaux, puisqu’à travers ces douze noms il rend bien compte de la diversité des espèces existantes. L’oiseau n’est pas un. Il est oiseau de proie, sauvage, domestique, exotique, fabuleux. Il est une créature que l’on peut observer à l’état sauvage dans la nature ou apprivoisée dans le colombier de la cour de son château ; on le destine à ses repas ou on le dresse pour faire de lui un compagnon, symbole vivant de sa noblesse. C’est un être doué de vie ou une représentation imagée, tantôt figure héraldique, tantôt figure allégorique, tantôt luxueux objet de décoration, ou encore une intarissable source d’inspiration pour les locutions et les expressions figées.

44Si elle ne se trouve pas dans les noms d’oiseaux convoqués, l’originalité de la langue de René réside dans le travail effectué autour de ces mêmes noms : jeux musicaux et lexicaux, associations de noms d’oiseaux que tout semble séparer, détournements d’images topiques.

45Cette richesse dans la nomination de l’oiseau contraste fortement avec la pauvreté du champ lexical de celui-ci, seize termes formés en très grande majorité par dérivation. Le vocabulaire ne comporte que les notions fondamentales : ailes, plumes, vol, bec. Le « bon roi René » ne prend pas en compte les détails relatifs à la forme, au chant, aux spécificités de chaque oiseau, mais manifeste sa prédilection pour les mots à forte connotation métaphorique comme l’adjectif « volage », sur lequel se fondent les inscriptions accompagnant les tapisseries de Vénus et l’image même du chevalier Cœur au cimier orné d’un cœur ailé.

Notes

1 Les références et les citations renvoient à l’édition de F. Bouchet, Paris : Librairie Générale Française, 2003.

2 A. Lecoy de La Marche, Le Roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, Firmin-Didot, 1875, t. II, p. 17.

3 Ibid., p. 14-15 : « [Elle] offrait aux Angevins émerveillés un des spectacles les plus curieux et les plus recherchés de l’époque […] Aucun des contemporains ne donna autant de développement à ce genre de distractions instructives que le roi de Sicile, et aucune ménagerie ne paraît avoir eu l’importance de celle d’Angers ».

4 Ibid., n° 3 et 5, p. 15.

5 Ibid., p. 79 : « …René avait l’habitude de peindre des volatiles et passait pour se délecter de cette occupation. Il est curieux de rencontrer précisément, parmi les objets inventoriés dans ses armoires et dans son cabinet de travail, quatorze formes d’oiseau, qui devaient lui servir de modèles […] ».

6 Ibid., p. 184.

7 L’émerillon, la grue, le paon, la perdrix.

8 Le rossignol, le « papegaut », l’alouette, le poussin, le faucon, la grive, le geai, l’étourneau, le roitelet, la tourterelle, le chardonneret, l’hirondelle, l’alouette, la mésange, la calandrelle, le merle, la colombe, la grue, le cygne, l’épervier, le phénix, l’oison, le chapon, la perdrix, la caille et l’autour.

9 Pour les données d’ordre étymologique, nous avons consulté : Französisches etymologisches Wörterbuch (FEW) ; E. Baumgartner et P. Ménard, Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, Paris : Librairie Générale française, 1997 ; O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF, 1994 ; J. Dubois, H. Mittérand et A. Dauzat, Dictionnaire étymologique et historique du français, Paris, Larousse, 1998 ; A. Toblers et E. Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, Wiesbaden, F. Steiner, 1925-2002.

10 Brunet Latin, Li livres dou tresor, éd. Critique par Francis J. Carmody, Genève, Slatkine Reprints, 1998.

11 G. di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres ; [Paris] : [diff. Klincksieck], 1991.

12 Boccace, Vie de Dante Alighieri, éd. J. Risset, Marseille : Vie Valeriano ; Paris, L. Sheer, 2002, p. 84-85.

13 Voir G. di Stefano, op. cit., p. 417.

14 La datation de cette forme est tirée du FEW.

15 E. Baumgartner et P. Ménard, op. cit.

16 Paris, Firmin-Didot, 1872.

17 E. Baumgartner et P. Ménard, op. cit.

18 P. Lacroix, op. cit., p. 215.

19 Il existe sept espèces de faucons : le faucon lanier, le faucon pèlerin, le faucon des montagnes, le faucon gentil, le gerfaut, le « sorpoint » et le « breton ».

20 Éd. A. Strubel, Paris : Librairie Générale Française, 1992.

21 Froissart, Pastourelle XX, dans Œuvres de Froissart. Poésies, éd. Auguste Scheler, Genève, Slatkine Reprints, 1977, t. II.

22 René d’Anjou, op. cit., § XLIV.

23 Le mot est formé sur « pipiare », verbe construit à partir du radical onomatopéique « pi » (« pousser des cris »).

24 Le terme « paroquet » apparaît dès 1395 avec Thomas de Saluces, employé à l’origine en tant que nom propre et diminutif de « Pierre » ; en comparaison, « papegaut » est donc un terme générique.

25 Voir l’article de B. Ribémont, « Histoires de perroquets : petit itinéraire zoologique et poétique », Reinardus, 3, 1990, p. 155-171.

26 Christine de Pizan, Jeux 4, dans Œuvres poétiques, éd. M. Roy, Paris, F. Didot, 1886.

27 Sur les rapports lexicologiques entre la Phénicie et le phénix, voir P. Brunel (éd.), Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, Éd. du Rocher, 1998, p. 1164.

28 Éd. A. Micha, Paris, H. Champion, 1982.

29 Sur la relation entre la couleur pourpre et le phénix, voir P. Brunel, op. cit.

Auteur

Université Paris IV – Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable