Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Déduits d’oiseaux au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

À vol d’oiseau : séparation et réunion des amants dans quelques récits brefs français et occitans (XIIe-XIVe siècles)

Vanessa Obry

Texte intégral

  • 1 Les références renvoient à l’édition de Jean Rychner (Paris, Champion, 1983) pour les Lais de Mari (...)
  • 2 Nous nous appuyons sur les synthèses des différents éditeurs, situant la composition des Lais de M (...)

1Le cygne de Milun est le messager des amants, tout comme le perroquet d’Antiphanor, chargé de conquérir pour lui une jeune dame mariée, et le geai de Frayre de Joy qui, après avoir permis le retour à la vie de Sor de Plaser endormie, œuvre pour le mariage des personnages. Quand les oiseaux n’ont pas ce rôle d’intermédiaire, ils sont les moyens de la conquête ou d’un premier contact : le chevalier Muldemarec métamorphosé en autour peut rejoindre la dame enfermée dans une tour, Doon doit imiter le vol d’un cygne pour accomplir l’épreuve imposée par une demoiselle orgueilleuse. Le vol de ces oiseaux est la traduction concrète du lien entre deux héros et il concourt à la réunion ponctuelle ou définitive d’un couple. Un motif narratif commun semble ainsi réunir deux langues et deux univers, ceux des lais narratifs de langue d’oïl d’une part, représentés par Milun et Yonec de Marie de France et le lai anonyme de Doon, et ceux de deux novas occitanes d’autre part, Las Novas del Papagay d’Arnaut de Carcassès et la nouvelle Frayre de Joy et Sor de Plaser1. Malgré la diversité de ces récits et la répartition sur près d’un siècle et demi de leurs dates de composition2, l’oiseau y remplit une fonction similaire au sein du couple. Qu’il s’agisse de rejoindre pour la première fois une demoiselle ou de rendre de nouveau possible une communication entravée, son vol figure le franchissement de la distance entre les amants.

2Les deux cygnes, l’autour, le perroquet et le geai ne sont pas les seuls représentants des oiseaux dans ces textes. Le jardin, locus amoenus habité par le chant d’oiseaux messagers d’amour, sert de cadre à l’aventure, sauf dans le lai de Doon. On ne peut cependant pas associer à ces oiseaux chanteurs les oiseaux volants, plus centraux dans les intrigues. Selon leur degré d’apprivoisement, ces derniers portent un message ou, semblables à de véritables personnages, parlent de leur propre initiative, mais jamais ils ne chantent. L’harmonie symbolique du chant laisse place chez eux à la linéarité de vol et du discours.

3Si les lais représentent leur filiation avec un chant originel et si les novas sont étroitement liées à la lyrique des troubadours, les oiseaux en vol semblent plutôt éloigner ces textes du chant : la trajectoire linéaire du vol et du discours de l’oiseau entre en relation avec l’élaboration d’un récit et l’apparition d’une aventure dans la situation amoureuse.

Oiseaux diligents et dynamique du récit

4Le vol des oiseaux, qu’il soit parcours unique d’un personnage à l’autre ou suite d’allers-retours, est porteur d’une dynamique. Son irruption est par conséquent un événement qui met ou remet en branle le récit. L’oiseau est ainsi un ultime recours pour Milun qui ne peut plus communiquer avec son amie, comme pour l’héroïne de Doon face à un chevalier exceptionnel. Plus encore, l’oiseau est un élément perturbateur lorsqu’il entre en vol dans un jardin. La présence du perroquet dans le verger est évoquée dès les premiers vers de Las Novas del Papagay :

Dins un verdier de mur serrat
A l’ombra d’un laurier folhat,
Auzi contendr’un papagay
De tel razo com ye-us dirai.
(v. 1-4)

  • 3 Jean-Michel Caluwé, Du chant à l’enchantement. Contribution à l’étude des rapports entre lyrique e (...)

5Jean-Michel Caluwé considère que l’apparition du perroquet « figure emblématiquement le passage de la lyrique au narratif »3 : le récit développera les conséquences de la confrontation de cet oiseau atypique, un perroquet parlant, avec le lieu topique de la lyrique. De même, le geai envoyé par Frayre de Joy entre dans l’univers atemporel du jardin où repose la jeune héroïne et où le chant des oiseaux participe à l’assimilation du cadre au Paradis :

E los xants d’auceylhs per les branques
Tant dols, tant bo per escoltar,
Tostemps volgr’om layns estar,
Oblidant cant que vist agues.
(v. 90-93)

6Le jardin est le lieu de l’oubli et d’un temps cyclique, où le héros puis l’oiseau instaurent une temporalité nouvelle sur laquelle pourra se fonder le récit : la demoiselle donne naissance à un enfant, elle revient à la vie et les événements se succèdent de nouveau. L’introduction de l’événement dans le jardin caractérise également l’arrivée de Muldemarec métamorphosé en oiseau. L’épisode se déroule « el meis d’avril entrant » (v. 51), « Quant cil oisel meinent lur chant » (v. 52). Ce chant rappelle à la dame son exclusion de l’amour ; le printemps est associé, plutôt qu’au renouveau, au constat d’un enfermement sans fin :

En ceste tur sui en prisun,
Ja n’en istrai si par mort nun.
(Yonec, v. 69-70)

7L’héroïne rêve aux rencontres des chevaliers et des belles dames et l’oiseau réalise l’aventure désirée. La plénitude du jardin s’est en partie muée, dans Yonec comme dans Frayre de Joy et Sor de Plaser, en un manque que vient combler le vol de l’oiseau.

  • 4 Cf. Las Novas del Papagay, v. 130-131 (« Del vergier joyos, ses demor, / Dreg a son senhor es veng (...)

8Ces oiseaux se déplacent car ils sont au service des personnages. Si le cygne du lai de Doon appartient à la demoiselle, les oiseaux-messagers sont plutôt les fidèles serviteurs du chevalier, tandis que l’autour dans Yonec est le chevalier au service de la dame. L’allure du vol est à la mesure de la qualité de ce service, les oiseaux sont diligents : rapides et fidèles. Dans les novas, les indications d’un vol rapide et d’une trajectoire directe sont nombreuses4, alors que dans les lais, la nature même de l’animal implique la rapidité : le cygne est convoqué pour la qualité de son vol et dans Milun, il est d’autant plus rapide qu’il est affamé. Le vol rapide est alors à même de conférer un rythme au récit. L’oiseau du lai de Doon est le seul à ne prendre son envol qu’une fois, il ne constitue pas un motif structurant. En revanche, lorsque les oiseaux effectuent des allers-retours, ils acquièrent un véritable rôle organisateur. Les trajets du cygne-messager de Milun, bien qu’ils n’occupent qu’une partie du lai, participent à la mesure et à l’écoulement des vingt années pendant lesquelles les amants communiquent grâce à lui. Tout au long de cette période, les mêmes étapes se répètent : l’oiseau est gardé soigneusement, il jeûne trois jours puis rejoint l’autre personnage. Dans Frayre de Joy et Sor de Plaser, le vol du geai divise la nouvelle en épisodes qui correspondent à ses différentes visites et prend en charge ses rebondissements, notamment lorsque l’oiseau est capturé. Mais c’est surtout dans Las Novas del Papagay que le vol de l’oiseau permet la scansion du récit. Sept déplacements de l’oiseau sont intercalés entre des scènes dialoguées, avec l’un puis l’autre des héros. L’oiseau raconte le dialogue précédent à l’absent, il dresse des portraits et des bilans de la situation, poussant les personnages à l’action. Les vols de l’oiseau relient les espaces et les épisodes, créant entre eux une relation à la fois de succession et de causalité.

9Le vol efficace se charge d’une fonction quasiment semblable dans chacune des intrigues : il facilite une rencontre ou rend possible une union des amants, car il peut surmonter les obstacles physiques. Le but du perroquet de Las Novas del Papagay est de faire entrer son maître dans l’espace clos du jardin :

Pessatz de luy e faitz l’intrar ;
Adoncx poiretz ab luy parlar.
(v. 202-203)

10Dans ces paroles adressées à l’héroïne, intrar rime avec parlar et en est une condition, aboutissant aussi au rapprochement physique des amants. Dans Frayre de Joy et de Plaser, l’accès au jardin est réservé aux parents de la jeune fille grâce à un pont de verre enchanté. Découvrant sa fille enceinte, la reine s’étonne d’une intrusion dans ce lieu où seul un oiseau ou le Saint-Esprit aurait pu entrer. L’oiseau en vol peut en effet franchir les obstacles, entrer dans la tour ou le verger gardés tout aussi jalousement dans Milun et Yonec.

11Le rassemblement général et la multiplication des mariages qui concluent Frayre de Joy et Sor de Plaser sont l’œuvre de l’oiseau. Dans Milun, même si l’union n’est pas définitive, le cygne permet la communication et quelques rencontres réelles :

Del cigne firent messagier,
N’i aveient autre enparlier,
E sil feseient jeüner
Ainz qu’il le lessassent aller.
Cil a ki li oiseus veneit,
Ceo sachiez que il le peisseit.
Ensemble viendrent plusurs feiz.
(v. 279-285)

  • 5 Jean-Charles Huchet, Le roman occitan médiéval, Paris, PUF, 1991, p. 120.

12De même, les moments de plaisir partagé dans Yonec ne sont interrompus que lorsque le mari jaloux fait poser des broches sur la fenêtre. L’oiseau blessé ne peut plus remplir son rôle et, redevenu chevalier, il meurt dans l’attente d’une réhabilitation grâce à son fils Yonec et d’une union posthume qui scelle le destin tragique du couple. Prémisses d’une réunion à venir, le vol de l’oiseau en est la condition. En revanche, dans Las Novas del Papagay, la réunion posthume n’aura pas lieu. L’oiseau aide les amants à se rencontrer en mettant le feu à l’enceinte du jardin pour détourner l’attention des gardes, mais il revient rapidement les séparer et le stratagème aboutit à une rencontre éphémère. Toutefois, le vol de l’oiseau n’en est pas moins un moyen de franchir les obstacles et de rendre possible un moment d’union. Jean-Charles Huchet le souligne, « dans la lyrique simple métaphore de la dimension musicale du trobar et de son ressourcement pour chaque ‘trouvaille’, l’oiseau devient, grâce à la “nouvelle” d’Arnaut de Carcassès, un personnage, l’emblème de cet adjuvant sans lequel le désir ne saurait trouver de conclusion »5. L’oiseau dont le vol occasionne la rencontre, prenant les traits de l’adjuvant, assume pleinement sa fonction narrative et entre dans le système des personnages.

Portraits d’oiseaux (extra)ordinaires

13Les descriptions de ces oiseaux sont rares et n’en dressent pas de véritables portraits. L’indication de leur race tient lieu d’évocation de leur apparence, mais conduit le plus souvent à une indétermination. Seuls les cygnes sont dotés d’une appartenance générique stable. L’énumération du col, du chief et de la plume (v. 217-218) du cygne de Milun n’est qu’une ébauche de description et confirme surtout la qualité du messager. Les caractéristiques des cygnes sont ainsi définies une fois pour toutes et les destinent à une fonction.

14Les autres oiseaux ont en revanche une appartenance générique plus problématique, qui doit être reliée au rapport qu’ils entretiennent avec le genre humain. La forme sous laquelle apparaît le chevalier Muldemarec renvoie elle aussi à une espèce, l’ostur, oiseau apprivoisé à même de se mettre au service de l’héroïne. Pourtant, l’apparition est d’abord celle de « l’umbre d’un grant oisel » (v. 106) et la spécification de l’espèce ne succède au terme générique que dans un tour syntaxique qui en signale l’indécision :

Giez ot as piez, ostur sembla,
de cinc mues fu u de sis.
(v. 110-111)

  • 6 Cette indécision sur la race du geai est étudiée par Suzanne Méjean-Thiolier dans Une Belle au Boi (...)
  • 7 Jean-Marie Fritz, Paysages sonores du Moyen Âge. Le versant épistémologique, Paris, Champion, 2000 (...)

15Plus que l’espèce, c’est la grande taille de l’oiseau qui importe : jointe à la métamorphose, elle effraie les témoins. La double appartenance ne va de soi ni pour les personnages ni pour le texte qui ne décrit jamais le passage d’un état à l’autre. L’oiseau est mi-humain, mi-animal, et même sa caractéristique animale peine à se placer sous l’égide d’une race. Le geai et le perroquet des novas ne se métamorphosent pas : chez eux l’indétermination est liée à l’anthropomorphisme, qui se double de mises en doutes de leurs espèces respectives. L’oiseau de Frayre de Joy possède le bec d’un geai, la crête d’un paon et un plumage dont la bigarrure le rapproche du perroquet6. Le choix du geai est probablement celui de l’oiseau total dont l’apparence est aussi le signe de ses capacités langagières et de son esprit de répartie. Comme l’évoque Jean-Marie Fritz en se fondant sur le traitement de cet oiseau dans le De natura rerum de Thomas de Cantimpré, « le “jaseur” ou geai (garrulus), dont le plumage est une sorte de kaléidoscope contenant les couleurs de beaucoup d’autres oiseaux, est aussi extrêmement bavard et capable d’imiter leurs multiples voix : gazouillis multicolores et bigarrures sonores assurent l’identité de cet oiseau singulier »7. L’apparence hybride n’est qu’un premier signe d’une voix exceptionnelle. Le papagay quant à lui n’est pas décrit : l’essentiel de ses caractéristiques repose sur sa parole et non sur son apparence. Par ailleurs, sa soumission à la dame s’exprime dans une comparaison à une autre race aviaire :

Denan la dona venc premiers ;
Aisi com si fos esparviers.
(v. 252-253)

16Le perroquet sait endosser divers rôles et le choix d’une espèce tient plus à ses fonctions qu’à sa nature. L’épervier devient un concurrent des oiseaux parlants des novas : dans Frayre de Joy et Sor de Plaser, cet oiseau prend en effet le geai en chasse et le capture. Modèle ou adversaire, l’épervier incarne l’apprivoisement que le perroquet et le geai dépassent par leur langage et leur sens de l’initiative.

  • 8 Les enjeux intertextuels de cet épisode sont étudiés par Esther Zago dans « Some medieval versions (...)
  • 9 On peut se reporter, pour une analyse de la figure de Virgile dans la nouvelle à l’article de Suza (...)

17L’indétermination générique fait de ces animaux des oiseaux hors du commun. Ils sont extraordinaires car ils se rattachent au genre humain ou le dépassent en entrant dans le domaine du merveilleux. La métamorphose de l’oiseau dans Yonec est une merveille, comme les actes accomplis par le perroquet incendiaire. Mais le geai possède un plus grand nombre encore de pouvoirs magiques. Il accomplit le miracle qui sert de pivot à la nouvelle : la résurrection de la demoiselle, grâce à une herbe médicinale8. Frayre de Joy a eu recours aux conseils du magicien par excellence : Virgile9. Celui-ci a élevé le geai et lui a transmis son savoir, avant de le remettre au héros. L’oiseau tient de son premier maître des pouvoirs exceptionnels dont il fait bénéficier le second :

E-l jay anava say e lay
Ffar e dir tot ço com volia,
E totes les erbes sabia
E conexia lur vertuts,
E portava breus e saluts
E noves, mils qu’altre missatge,
E sabia de tot le lenguatge,
E mils que-l mestre encantava.
(v. 335-342)

18Le savoir médical et magique est lié de manière indissociable à des qualités de messager et à une maîtrise du langage, qui permettent au geai de dépasser son maître dans l’art de l’enchantement. L’oiseau merveilleux sort du monde animal pour rejoindre, sur un plan hyperbolique, celui de l’humain. Cette caractéristique lui confère une réelle maîtrise de l’aventure. L’oiseau en vol, plus qu’un moyen de mener à bien les projets des héros, accède par différents biais au statut de personnage.

Oiseaux et chevaliers

19L’oiseau serviteur ne se contente pas de ce rôle subalterne. Confondus dans la figure de l’oiseau-chevalier Muldemarec, les rôles de l’animal domestiqué et de son maître tendent à s’inverser dans les novas. Ainsi, le perroquet est le conseiller, fidèle ami d’Antiphanor, qui prend l’initiative de tout le déroulement de l’action. Alors que la dame n’a pas de solution pour échapper à la surveillance des gardes, il sait élaborer la ruse de l’incendie. Aussi, lorsqu’elle lui ordonne de repartir auprès de son maître, c’est pour qu’il mette à exécution son propre projet. Le geai de Frayre de Joy, détenteur de la sagesse, n’est pas moins entreprenant, jusqu’à devenir bâtisseur après la réunion des amants et parrain deleur enfant. Érigés au rang de maîtres de l’aventure, les oiseaux semblent prendre la place des héros.

20Plus encore, un système analogique complexe s’établit entre le personnage du chevalier et la figure de l’oiseau. Doué de langage, entreprenant et trop humain pour être un animal, l’oiseau est à l’image du chevalier jusqu’à se confondre avec lui. L’héroïne de Las Novas del Papagay souligne que l’oiseau, s’il était chevalier, saurait obtenir la faveur des dames. Représentant du chevalier quand il est messager, il est à tout moment prêt à prendre sa place. Si l’oiseau ressemble au personnage, l’amant doit d’une certaine façon se faire oiseau. L’illustration la plus remarquable de ce principe est la métamorphose de Muldemarec. Mais le personnage donne à sa transformation le statut d’une métaphore :

Gentil oisel ad en ostur.
(v. 122)

21L’oiseau « gentil », noble et qui sait remplir un service de qualité, était, si l’on s’accorde à une lecture littérale de ce vers, contenu dans l’autour, il désigne le résultat de sa métamorphose. L’apparence du grand oiseau cache un homme, mais aux qualités d’oiseau bienveillant. L’oiseau est à la fois l’une des identités du chevalier et une image de son dévouement, que le personnage doit savoir atteindre pour plaire à la dame ou la rejoindre. Pour passer le pont de verre comme le mur du jardin, ou encore pour plaire à la demoiselle orgueilleuse, les héros doivent se libérer d’une forme de pesanteur et savoir imiter le vol de l’oiseau.

22L’épreuve que doit accomplir Doon est en effet de type analogique : il doit se mesurer à l’oiseau en vol, érigé en aune de la valeur du chevalier. Cette imitation passe par la figure intermédiaire du cheval, animal rapide indissociable de son cavalier et à ce titre à mi-chemin entre l’homme et l’oiseau. Le cheval doit courir « tant comme.I. cisnes puet voler » (v. 137), sa course est un déplacement concurrent du vol :

Baiart erre, le cisne vole.
(v. 145)

23Dans les vers suivants, le parallélisme disparaît au profit de la course et le cheval devient un comparant pour le cygne en difficulté :

c’est merveille qu’il ne l’afole ;
le cisne ne pot tant voler
comme Baiart pooit errer.
(v. 146-148)

24Alors que le chevalier et sa monture devaient se mesurer à l’oiseau, leur victoire est assurée quand l’oiseau ne peut plus se mesurer à eux. Ils sont devenus oiseaux, car ils savent parcourir le même espace aussi vite que le cygne, mais aussi en prenant sa place dans l’analogie fondée sur l’endurance et la rapidité. Doon qui se libère de la pesanteur est dans une situation analogue à celle des héros qui franchissent les obstacles physiques grâce au vol salutaire d’un oiseau-messager. Lorsqu’il s’apprête à exécuter son plan, le perroquet trouve Antiphanor sur son cheval prêt à l’accompagner, c’est-à-dire à parcourir lui-même la distance que seul le vol de l’oiseau pouvait franchir. Le perroquet donne l’ordre du départ au héros :

Vïatz ! e cavalguatz suau.
(v. 224)

25La course doit être rapide et silencieuse, acquérant les caractéristiques du vol de l’oiseau. Le parcours se fait alors à l’unisson entre les deux animaux et le texte n’évoque plus le vol de l’oiseau :

Tan cavalguero per vigor
Que la nueg foro prop la tor.
(v. 234-235)

26Que l’oiseau soit perché sur l’épaule du chevalier ou qu’il suive le cheval, le vol et la course sont assimilés, et les termes de la comparaison se trouvent inversés comme dans le lai de Doon : le cheval devait imiter l’oiseau et c’est finalement l’oiseau qui suit son allure.

27Le chevalier rejoint l’image idéale de l’oiseau qu’il avait chargé de transmettre son message, tandis que l’oiseau se dote de traits humains dont le plus significatif est le langage. Ce chassé-croisé entre les figures humaines et aviaires est sous-tendu par un rapport privilégié des oiseaux volants et parlants au discours : l’oiseau est un porteur de mots, ce qui l’éloigne toujours plus du chant.

Vol, signe, discours

28Nous sommes en présence d’oiseaux éloquents. Ce rapport au langage repose avant tout sur leur statut de messager : leur fonction est d’être des porte-parole, assurant la transitivité du discours. Mais ils tendent à dire plus que le seul message qui leur est confié. C’est en partie le cas du cygne de Doon, puisque l’épreuve du vol reçoit une interprétation allant à l’encontre des attentes de la demoiselle.

  • 10 On peut renvoyer à l’analyse par Jean-Marie Fritz des enjeux anthropologiques de la voix des oisea (...)

29L’éloquence caractérise avant tout les oiseaux entreprenants des novas. Leur maîtrise de la rhétorique étonne car ils s’éloignent de la fonction mimétique appelée par leur rôle de messager devant répéter fidèlement les paroles du héros et par la race même du perroquet10. Ils méritent et partagent pour cette raison la qualification de « trop bels parliers » (v. 55) donnée au papagay. Cette éloquence entre en concurrence avec celle des personnages féminins. Sor de Joy doute que le langage du geai puisse la convaincre, mais comme l’interlocutrice du perroquet, elle ne saura résister à son argumentation. Les dialogues deviennent des débats dans la tradition de la casuistique amoureuse, en particulier sur l’amour conjugal dans Las Novas del Papagay et sur le don d’amour dans Frayre de Joy et Sor de Plaser. Chaque fois, l’animal sait faire tourner la situation en faveur de son maître. La voix de l’orateur remplace celle de l’oiseau.

30Cette représentation d’une parole humaine des oiseaux n’exclut cependant pas dans les novas des allusions à une langue qui serait propre aux oiseaux. La mention du perroquet qui parle « en son latin » (v. 172) peut à ce titre paraître étonnante, alors que l’animal possède une faculté de parler tout humaine et que, par conséquent, la compréhension du langage des oiseaux par les personnages ne pose aucun problème. L’expression vient probablement souligner la particularité de cette parole de rhéteur, langage hors du commun s’il en est. Si le geai parle quant à lui « en pla langage » (v. 522) ou encore « en pla latin » (v. 659), l’opposition du langage orné du perroquet à une simplicité du style du geai ne semble pas envisageable, puisque les deux oiseaux font preuve de la même maîtrise de l’art de convaincre. La langue « plate » renvoie plutôt à une immédiateté, celle de la compréhension d’un langage accessible aux interlocuteurs humains, et celle, plus fondamentale, de la construction langagière élaborée par le geai. En effet, son discours convaincant qui aboutit au mariage des héros a également un rapport avec une forme de transparence du langage. La réunion était nécessaire, car programmée par les noms concordants des héros. La mission du geai est accomplie lorsque l’héroïne prend conscience de cette harmonie onomastique :

Ffrayre de Joy, Sor de Plaser,
Anc noms no s’avengron tan be :
Lo meu nom ab lo seu s’ave
Mils que nuyll nom que hanc fos.
(v. 539-542)

31Le second couple que le geai doit servir après avoir été capturé suit ce même modèle, en double légèrement atténué puisque leurs noms, « Amor mi Pays » et « Amor m’Esduy », portent le signe d’une distorsion. Le geai, qui marie les couples aux noms concordants et surtout qui compose lui-même le nom de l’enfant « Joy de Plaser » en mêlant ceux de ses parents, révèle l’absence d’ambiguïté des signes et en crée de nouveaux.

  • 11 Poirion, Daniel, Résurgences, Paris, PUF, 1986, p. 106 sq.
  • 12 Ibid., p. 109.

32Le vol et la parole de l’oiseau se situent ainsi dans une alternative entre un modèle discursif, lié à la linéarité et à une parole prolifique qui fait avancer les positions des personnages et le récit, et l’élaboration d’un signal, signe ou cause d’une concentration de sens. Dans les lais, le vol de l’oiseau apparaît à la fois comme le moyen et la figuration de l’union du couple. Daniel Poirion lit dans l’évolution du motif de l’oiseau dans Yonec, Laüstic et Milun, lais consécutifs dans le recueil de Marie de France, une traduction du passage du mythe au symbole11. L’oiseau dans Yonec reste étroitement lié au merveilleux de la métamorphose, même s’il est aussi une figuration du désir féminin. Si le lai du Laüstic conduit à la fabrication d’un objet conservé en souvenir de l’amour, le rossignol empaillé, l’oiseau acquiert définitivement son statut de signe dans Milun : « ayant ainsi fixé et même figé en symbole amoureux l’oiseau de la métamorphose, Marie nous propose avec Milun une analyse plus claire, plus rationnelle de la communication amoureuse »12. Le cygne présenté à l’héroïne de Milun est tout autant un signe de reconnaissance qu’un messager. La lettre dont il est porteur possède certes un contenu informatif, mais ce que la dame y découvre d’abord, c’est le nom de Milun. L’oiseau s’efface quand il a accompli sa mission de réunion pour laisser place à d’autres signes de la fidélité du couple, l’anneau qui sera transmis au fils et cet enfant lui-même. À la fin des lais, l’enfant né du couple et reconnu par son père préside à l’union, définitive dans le mariage pour Milun et Doon, ou posthume par l’édification d’un tombeau commun pour Yonec. La première image d’un chevalier-oiseau ou d’un oiseau auquel doit se mesurer le chevalier disparaît au profit du fils, symbole vivant ou inscrit dans le titre du lai de l’aventure des parents. Ainsi, le vol linéaire de l’oiseau, lien qui a permis la réunion, laisse place à un objet ou à un personnage qui concentre symboliquement l’aventure. Les novas quant à elles oscillent entre un vol qui donne lieu au récit et au discours, et la création d’un nom littéralement construit par l’oiseau, celui de Joy de Plaser, ou d’une image qui, dans Las Novas del Papagay, met fin aux allers-retours du perroquet : celle du feu, embrasement réel et métaphore érotique de l’unique rencontre entre les amants.

33Le vol des oiseaux répond ainsi à des choix de composition pour le récit, entre développement linéaire d’une succession d’événements et concentration. La cristallisation d’une aventure dans un objet ou un nom symbolique auxquels aboutissent la plupart des Lais de Marie de France trouve une illustration paradoxale dans l’oiseau en vol. Emblème d’un lien dynamique qui permet la réunion, il est remplacé par un autre symbole, le fils-héros, signe de la réunion effective et souvenir du plaisir et de la souffrance des amants.

34Cette relation entre le vol des oiseaux et la construction du récit prend une dimension particulière à la lecture des prologues et épilogues teintés d’ironie des deux novas. Le conteur de Las Novas del Papagay se pose en témoin du discours d’un perroquet qui a prononcé « tel razo com ge-us dirai » (v. 3). Le récit se confond avec le compte rendu des mots de l’oiseau éloquent. Le « pla langage » du geai semble faire écho à la langue « sans care rime e mot prim » (v. 10) que prône le prologue de Frayre de Joy et Sor de Plaser en opposition à la langue des orgueilleux Français. Les conteurs sont eux-mêmes des messagers, qui rapportent une parole d’oiseau, ou une parole digne de leurs oiseaux-personnages. La figure de l’auteur qui se dessine à la fin de Las Novas del Papagay est tout aussi évocatrice :

So dis N’Arnautz de Carcasses,
Que precx e faitz per mantas res
E per los mariz castïar
Que volo lors molhers garar.
Que-ls laisso a lor pes anar,
… que may valra,
E ja degus no-y falhira.
(v. 301-311)

35Composer des requêtes d’amour, corriger les maris jaloux, permettre aux femmes de rencontrer leurs amants et clore le récit sur une rencontre inaboutie : ces actions de l’auteur sont proches de celles du perroquet. Quant au conteur courtisan qui clôt Frayre de Joy et Sor de Plaser en prétendant retourner précipitamment au service du roi, il ne peut que rappeler l’oiseau empressé qui, une fois sa mission accomplie, rejoint son maître à tire d’ailes :

E-s eu me’n torney por veser
Les corts, e sobre pus le rey.
(v. 823-824)

36Les conteurs diligents rapportent les aventures provoquées par des oiseaux non moins diligents, avant de disparaître aussi furtivement que les oiseaux-messagers : ces histoires se devaient d’être racontées brièvement. Et l’on comprend comment la rapidité d’un vol linéaire figurant un lien entre les amants peut s’accorder à la brièveté de récits qui jouent à la fois de l’expansion et de la concentration d’une aventure.

Notes

1 Les références renvoient à l’édition de Jean Rychner (Paris, Champion, 1983) pour les Lais de Marie de France, à celle de Prudence Mary O’Hara Tobin (Lais anonymes des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1976) pour Doon et à l’édition des deux novas par Suzanne Méjean-Thiolier dans Nouvelles courtoises occitanes et françaises, Paris, Librairie générale française, 1997.

2 Nous nous appuyons sur les synthèses des différents éditeurs, situant la composition des Lais de Marie de France autour des années 1160, celle de Doon et de Las Novas del Papagay au début du xiiie siècle et celle de Frayre de Joy et Sor de Plaser au début du xive siècle.

3 Jean-Michel Caluwé, Du chant à l’enchantement. Contribution à l’étude des rapports entre lyrique et narratif dans la littérature provençale du xiiie siècle, Gand, Universiteit Gent, 1993, p. 178.

4 Cf. Las Novas del Papagay, v. 130-131 (« Del vergier joyos, ses demor, / Dreg a son senhor es vengutz »), v. 268 (« seladamen »), v. 290 (« A l’enans que poc, venc vas lor) et Frayre de Joy et Sor de Plaser, v. 320 (« ja cotxos volan »), v. 370 (« Hi entret dins la tor de pla »), v. 651 (« E-l jay vench, ell, de gran rendo »), etc.

5 Jean-Charles Huchet, Le roman occitan médiéval, Paris, PUF, 1991, p. 120.

6 Cette indécision sur la race du geai est étudiée par Suzanne Méjean-Thiolier dans Une Belle au Bois Dormant médiévale : Frayre de Joy et Sor de Plaser, Paris, CEROC, 1996, p. 99 sq.
L’oiseau porteur d’une herbe magique qui réveille l’héroïne rappelle par ailleurs la belette du lai d’Eliduc de Marie de France ou le pivert du Bestiaire d’Amour de Richard de Fournival qui connaît une herbe lui permettant de forcer l’entrée obstruée de son nid.

7 Jean-Marie Fritz, Paysages sonores du Moyen Âge. Le versant épistémologique, Paris, Champion, 2000, p. 181.

8 Les enjeux intertextuels de cet épisode sont étudiés par Esther Zago dans « Some medieval versions of Sleeping Beauty : variations on a theme », Studi Francesi, 69, sept.-déc. 1979, p. 417-431.

9 On peut se reporter, pour une analyse de la figure de Virgile dans la nouvelle à l’article de Suzanne Méjean-Thiolier, « Virgile magicien dans la nouvelle Frayre de Joy et Sor de Plaser », La France latine, 121, no 2, 1995, p. 39-56.

10 On peut renvoyer à l’analyse par Jean-Marie Fritz des enjeux anthropologiques de la voix des oiseaux : « Le perroquet parle presque comme l’homme, mais cette voix s’écarte de la parole humaine par la fonction : jeu, mime, et non communication ou expression. La différence fonctionnelle compense une trop grande proximité formelle » (op. cit., p. 205). Le perroquet et le geai des novas abolissent, par leurs capacités langagières en tous points semblables à celle de l’homme, cet écart entre la voix animale et la parole humaine.

11 Poirion, Daniel, Résurgences, Paris, PUF, 1986, p. 106 sq.

12 Ibid., p. 109.

Auteur

École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines – Lyon

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable