Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Déduits d’oiseaux au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

L’art de la chasse à l’épervier ou espreveterie, du Roman de la Violette à sa mise en prose Gérard de Nevers

Matthieu Marchal

Texte intégral

  • 1 Georges Doutrepont, Les Mises en prose des épopées et des romans chevaleresques du xive au xvie si (...)
  • 2 L’expression est de G. Doutrepont.
  • 3 Nous proposons ici notre propre transcription du texte issue d’une lecture directe des deux manusc (...)
  • 4 Le Roman de la violette ou de Gerart de Nevers, par Gerbert de Montreuil, éd. par Douglas Labaree (...)

1Dans son ouvrage fondateur sur les mises en prose, Georges Doutrepont signale que le public partage toujours au xve siècle le goût de la littérature ancienne, mais qu’il s’en détourne, rebuté par la forme versifiée et l’utilisation d’une langue ressentie comme archaïque1. Selon lui, les réécritures en prose du xve siècle se donnent pour objectif de « rajeunir »2 un patrimoine de textes anciens afin de les adapter à la langue et aux goûts de l’époque et de les rendre ainsi accessibles à des seigneurs érudits de plus en plus nombreux. L’Histoire de Gérard de Nevers3 répond à cette ambition : elle est une mise en prose anonyme qui a pour volonté de transmettre dans les années 1460 en milieu bourguignon le Roman de la violette de Gerbert de Montreuil (datant des années 1227-1229)4.

2L’étude comparative d’une mise en prose du xve siècle avec son texte source versifié est un travail fondamental. Loin de vouloir ici détailler les différentes modalités techniques du remaniement en prose, nous nous attacherons à étudier dans la tradition manuscrite du Roman de la violette l’évolution d’un motif littéraire au cours des siècles : la chasse à l’épervier.

3Dans le Roman de la violette, Gerbert de Montreuil fait montre d’une connaissance fine de la fauconnerie, ou du moins – si l’on considère que le terme de fauconnerie au sens strict est réservé à l’art de dresser un faucon pour la chasse – une connaissance fine de la volerie, de l’art de la chasse au vol à l’épervier, que l’on appelle également au Moyen Âge espreveterie. Dans le Roman de la violette, Gerbert de Montreuil a recours à un lexique spécialisé en relation étroite avec un savoir technique sûr. En témoigne la description de l’épervier que Marote offre à Gérard, durant l’épisode de Châlons-en-Champagne :

Li espreviers avoit uns giés
(v. 2463-2469)
Riches et biaus a desmesure,
Et si ot longnes a mesure,
Si vous di bien que li torés
Estoit clers et luisans et nes
D’un rubin rouge, che m’est vis,
Plus que nen est uns carbons vis.

  • 5 Baudouin Van den Abeele, La Fauconnerie dans les lettres françaises du xiie au xive siècle, Louvai (...)

4Le savoir d’oiseau de Gerbert de Montreuil est d’une grande finesse. Commentant cet extrait dans son ouvrage intitulé La Fauconnerie dans les lettres françaises du xiie au xive siècle, Baudoin Van den Abeele déclare que « Gerbert de Montreuil fait preuve (…) de connaissances techniques certaines. L’attirail de l’épervier est presque complet : les giés, lacets de cuir fixés aux tarses de l’oiseau, servent à le lancer, les longnes désignent la courroie pour lier le faucon, et le tores ou « touret » est une sorte d’attache, formée de deux anneaux servant à fixer la longe aux jets »5. Dans son travail d’adaptation en prose du roman en vers, le remanieur ne modifie que très peu le texte source et n’apporte que de légères retouches :

Les jés et les longes estoyent moult riches, le touret estoit de fin or ; dessus avoit ung moult riche ruby.
(XXI, 5)

5L’ensemble de la description est fidèlement conservé, même si l’on peut regretter dans la prose la perte du jeu à la rime entre la beauté démesurée de l’attirail et l’éloge de la juste mesure d’un outil technique. En dehors du lexique spécialisé, l’adaptation en prose emploie des expressions plus conventionnelles et plus plates ; ainsi, la répétition de moult riche dans la description peut paraître redondante.

6Dans le roman en vers, tous les aspects techniques de la chasse à l’épervier sont envisagés et le lexique spécialisé de l’espreveterie transparaît notamment dans la façon de dresser les oiseaux de vol. L’art de la chasse passe en effet par une longue période d’apprentissage durant laquelle le noble prince doit chercher à affaitier et duire son oiseau de vol, c’est-à-dire à l’apprivoiser, l’éduquer, le dresser :

Ne quic k’il ait desi a Toste
(v. 2455-2458)
Miex volant ne miex agaitié,
Ensi com cil m’a enditié
Qui le m’a afaitié et duit

7On retrouve l’emploi du binôme synonymique dans le roman en prose, même si les différents éléments sont disséminés et utilisés dans une construction syntaxique différente :

sy sachiés de verité, ainsy come m’a esté dit par celluy qui l’a duit, que de milleur esprevier on ne saroit querre ne trouver, ne mieulx affaittyé
(XXI, 4)

8La valeur d’un oiseau de vol est étroitement liée à l’éducation qu’il a reçue. Un oiseau bien dressé est alors appelé de bon aire. C’est le cas de l’épervier de Gérard donné en cadeau par Marote :

Et ses espreviers lors s’esbat,
(v. 4244-4245)
Qui dontés fu et de boin aire,

9Ce terme technique est une fois encore repris à l’identique dans le roman en prose :

son esprevier se commencha a debatre, quy dontés estoit et debonnaires (XXXV, 7)

10L’oiseau de vol bien duit et appris est dressé à revenir sur le poing lorsque son maître le rappelle :

Son esprevier lués reclama,
(v. 4310-4311)
Et il vint volentiers au claim :

11Cette scène est également reprise avec une grande fidélité dans le roman en prose :

Alors (…) reclama son oysel. L’esprevier, quy estoit duit et bien congnoissant son maistre, luy vint saillir sur le poing
(XXXV, 18)

  • 6 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 111.

12Le verbe reclamer qui signifie ‘faire revenir l’oiseau de bas vol sur le poing par des cris ou par des signes’ est une mention technique à laquelle le prosateur reste sensible. Baudouin Van den Abeele précise que l’on pouvait également s’aider d’un morceau de viande – c’est l’un des sens du mot reclaim selon lui – que l’on brandissait pour rappeler l’oiseau6. Le remanieur a cherché à expliciter l’adverbe volentiers du roman en vers. Cet adverbe signifie que l’oiseau de vol revient très vite sur le poing de son maître dès qu’il a été appelé, ce qui est le signe d’une bonne éducation. Une telle interprétation suppose donc nécessairement une bonne connaissance de la volerie de la part de l’adaptateur.

13À la lecture de ces différents exemples, on constate que le romancier en prose conserve l’ensemble du lexique spécialisé ayant trait à l’espreveterie – c’est-à-dire à l’art d’élever un épervier pour la chasse – susceptible d’étoffer les descriptions d’informations techniques. Ce lexique spécialisé connote tout un arrière-plan culturel et témoigne d’une part de la vitalité des connaissances du prosateur en matière de volerie et d’autre part de la survie de la nomination technique qui concerne l’un des passe-temps favoris de la société de l’époque.

14Plus intéressant encore, le prosateur ne se contente pas de reprendre à son compte le vocabulaire technique de sa source, il s’emploie également à le développer, à l’enrichir. En témoigne la rubrique du chapitre XXXV où le prosateur introduit un élément absent du roman en vers, le terme voler dans un emploi transitif qui signifie « s’adonner à la chasse au vol » :

Comment Gerart atout son esprevier ala voler aux champs, ou il prist l’aloette, a son col l’anelet de s’amye Euryant qu’il recongneu, par coy il delaissa Aiglentine et ala querir s’amye.
(XXXV)

15Un autre cas de création originale concernant le lexique est à mettre au compte du prosateur. En effet, le remanieur opère dans la prose une distinction – absente du roman en vers – entre la chasse en bois et la chasse en rivière :

Avec le duc aloit souvent chassier en bois et en riviere
(XXVI, 2)

  • 7 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 41.

16Or, selon Baudoin Van den Abeele, « partir en chasse avec les oiseaux se dit aler en riviere (…). La volerie se pratiquait en effet de préférence près des rivières ou dans des zones humides, car on prenait surtout des oiseaux d’eau (…). Autant de paysages dégagés, qui s’opposent en tant que tels au bois, à la forêt, lieu de la chasse au gros gibier, pratiquée avec les chiens »7. Dans le Roman de la violette, Gérard chasse uniquement à l’épervier. La chasse pratiquée avec les chiens est presque totalement absente du roman en vers et du roman en prose. Il semble dès lors que le romancier en prose ressente le besoin de réactualiser la source en conformant le lexique aux pratiques effectives de Gérard qui s’adonne essentiellement à la chasse à l’épervier en rivière.

  • 8 Sur ce sujet, voir J. O. Benoist, « La chasse au vol. Techniques de chasse et valeur symbolique de (...)

17La chasse au vol n’est jamais envisagée au Moyen Âge comme une source d’alimentation – du moins pour l’élite des princes et des grands seigneurs – mais elle est vécue comme une activité de haut rang. Elle consiste en une distraction active, un divertissement : c’est le sens exact de déduit au Moyen Âge. Le déduit de chasse est une activité réservée au monde aristocratique qui demande du temps, de la patience et des efforts. Il équivaut à un sport, à une activité physique procurant un grand plaisir8. C’est Marote qui souligne dans le roman en vers cette dimension sociale de la chasse au vol :

Et par amour vous requerrai
(v. 2451-2452)
Que mon esprevier em portés ; […]
Si l’em porterés par deduit
(v. 2459)

18On retrouve sans surprise le verbe deduire dans la mise en prose :

Mais d’une chose je vous prye : pour vous esbatre et deduire, mon esprevier voelliés emporter avec vous
(XXI, 4)

19La distinction majeure opérée par le remanieur est d’associer deduire à esbatre, dans ce que l’on a coutume d’appeler un doublet synonymique. Cependant, le prosateur opère un véritable tour de force : dans le roman en prose, esbatre qui est employé le plus souvent dans le sens de « s’amuser », « se divertir », « être joyeux » devient dans certains emplois synonyme de chasser et s’applique à l’activité de Gérard, du roi et de ses barons :

A celluy jour que Liziars ariva a Melun, Gerars, le jone conte de Nevers, s’estoit alé esbatre jusques a Corboel
(V, 6)
le roy et tous les barons estoyent aux champs alé esbatre, ou ilz furent jusques pres la mye nuit avant ce que en la ville retournassent
(VI, 12)

  • 9 Dans le ms. B, chasser et ses dérivés sont d’ailleurs presque toujours employés pour évoquer une s (...)

20Ce dernier exemple est d’autant plus intéressant que le scribe du manuscrit P donne la variante suivante : estoient alez a la chasse (f° 43). À la différence du manuscrit P, le manuscrit B préfère donc ici le mot esbatre à chasser ou aller à la chasse9. Or, dans la source en vers il n’était pas fait mention de la chasse du roi et de ses barons à Melun (v. 697-706). Il s’agit d’un cas de création originale de la part du prosateur dont l’objectif est d’associer étroitement la chasse au vol à un déduit, une activité courtoise de premier plan. Ainsi, plus loin, le romancier en prose précise sa définition du déduit d’oiseau en explicitant le sens du verbe deduire, que l’on trouve dans le roman de Gerbert de Montreuil au vers 4147 :

Tant que un jour li prist envie
(v. 4146-4151)
D’aler en gibier pour deduire
Et pour son esprevier miex duire
A prendre l’aloe et la quaille ;
C’a la pie ne fait il faille,
A cerciele ne a vaniel.

21Le verbe deduire prend dans la prose le sens de « distraction active », « d’activité pour lutter contre l’ennui » :

Gerart desiroit fort le jour de s’amye tenir entre ses bras, car advis luy estoit qu’il duroit plus de cent, mais pour oublyer et passer temps, luy prist volenté d’aller voler atout son esprevier, pour le mieulx duire et apprendre.
(XXXIV, 11)

  • 10 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 14-15.

22Certes, la mise en prose explicite davantage ce qu’est le déduit d’oiseau, mais elle perd cependant la force et la saveur poétique du jeu à la rime entre duire et déduire. Cette association permet pourtant de voir qu’une bonne éducation courtoise doit comprendre une initiation au maniement des oiseaux. Pour Baudouin Van den Abeele, la capacité à duire et apprendre un oiseau est de manière évidente « un savoir-faire valorisé » dans la construction de la personnalité des protagonistes d’un roman courtois, au même titre que les jeux de société, l’escrime, ou encore les lettres10.

  • 11 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 259.
  • 12 Les oiseaux de vol sont notamment très présents dans l’iconographie à l’occasion de scènes courtoi (...)
  • 13 Sur ce sujet, voir Anne-Marie Bégou-Ball, « Les oiseaux de proie dressés pour la chasse : de l’emb (...)
  • 14 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 32.

23L’oiseau de vol, associé à la vie de cour et au loisir, acquiert dès lors une fonction d’apparat ; il est « le compagnon précieux d’une élite sociale »11. L’épervier est ainsi dans la violette un attribut du fin’amant12, un indice des qualités courtoises de Gérard13. L’oiseau de vol est un animal qui acquiert une grande noblesse et qui est l’objet de grandes faveurs. « Tout comme à l’arrivée d’un chevalier on s’occupe de son cheval et de ses armes, on prend soin de son oiseau »14. Il en va ainsi dans le Roman de la violette aux vers 2519-2523 quand Gérard est accueilli à Cologne par Adam le Grec et sa femme :

  • 15 « Au repos, on posait les oiseaux sur des perches en bois, en les y attachant avec la longe », Bau (...)

Molt par ont rechut lïement
(v. 2519-2523)
Gerart, car l’ostes s’entremet
De lui servir et se li met
L’esprevier a la perche errant15,
Et si fait establer ferrant.

  • 16 Le prosateur perd de la sorte un terme technique associé à la volerie : la perche. Il est à ce tit (...)

24Dans le roman en prose, cette donnée sociologique est perdue16 :

Quant il vey Gerart estre dessendu, par son varlet fist son cheval prendre et mener en l’estable ; il vint a Gerard sy luy dist que en son hostel fust le tres bien venu.
(XXII, 1)

25L’épervier appartient aux oiseaux de poing, ce qui signifie qu’il revient sur le poing de son maître après avoir chassé. La présence de l’épervier – qui, dans la tradition iconographique, est tenu sur le poing gauche – participe de toute évidence au maintien de Gérard, à son port et ajoute à sa séduction. Dès sa première apparition à la cour, Gérard tient son épervier sur le poing et provoque l’émoi d’une noble dame :

Et li rois se dreche en estant,
(v. 158-166)
Par la sale s’en va notant ;
Puis apiela un damoisiel,
Qui sor son puing tint un oisiel ;
Müés estoit de tierche mue.
Tous li sans fremist et remue
La dame quant ele le voit,
Tant de biauté en lui avoit,
En chief, en cors, en bras, en mains

  • 17 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 33.

26La valeur d’un oiseau de vol est fonction de son âge et donc du nombre de mues17. L’épervier de Gérard étant de troisième mue, il est donc de grande valeur. Cette information technique du vers 162 a été perdue dans la mise en prose :

le roy Loÿs se leva en piés ; en regardant par le palaix, choisy ung jone damoisel soy pourmenant, tenans ung esprivier sur le poing. Le roy le prist a appeller et luy dist : « Gerart, venir vous couvient danser ! Vostre esprivier mettez jus, sy le bailliés en garde a l’un de voz escuiers ! » […] Quant a la feste fu venus, dame ne damoiselle n’y avoit que de le regarder ne se tremuast ou changast coulour.
(I, 12)

27De toute évidence, l’épervier, dans le roman en vers comme dans le roman en prose, construit l’identité physique du personnage, dès sa première apparition à la cour et s’intègre à sa silhouette.

28D’une manière plus conséquente, alors que Gérard erre à la recherche de son amie, l’épervier est un moyen de signaler son appartenance sociale, hors de son lieu d’origine. Ainsi, durant son exil, Gérard tombe malade et s’arrête chez un bourgeois et sa fille Marote. Dans le Roman de la violette, Marote, après voir soigné Gérard, lui offre des vêtements neufs, mais surtout un épervier :

Gerart a l’esprevier donné,
(v. 2470)
Et si li a abandonné
Cors et amour sans vilonnie.

29Cette scène du don de l’épervier est reprise avec une grande fidélité dans le roman en prose :

L’esprevier donna a Gerart en luy disant : « Sire, corps et avoir vous abandonne sans nulle villaine pensee ».
(XXI, 6)

  • 18 À l’inverse, le renvoi de l’épervier est le signe clair d’un renoncement à l’amour. C’est le cas q (...)
  • 19 Louis-Elisabeth de La Vergne, comte de Tressan, Œuvres choisies, Corps d’extraits de romans de che (...)

30Il ne faudrait pas trop vite conclure, comme certains commentateurs ont cru bon de le faire, que le don de l’épervier par Marote est un signe d’amour absolu. Marote, dans le roman en vers, confie à Gérard son amour sans vilonnie ; il s’agit ici moins d’une déclaration d’amour que de la reconnaissance des valeurs courtoises de Gérard qu’elle juge digne de recevoir des cadeaux à la hauteur de sa noblesse d’âme. Le prosateur du manuscrit B semble bien l’avoir compris puisqu’il substitue habilement avoir à amour pour lever cette ambiguïté. Il est préférable de croire que Marote signifie davantage son estime pour Gérard que son amour : elle le juge digne de posséder un oiseau de chasse18. Le don de l’épervier est donc la reconnaissance explicite de la noblesse et de la courtoisie de Gérard malgré l’exil et l’errance. Le comte de Tressan d’ailleurs, dans son adaptation du Roman de la violette au xviiie siècle, donne une traduction explicite du symbole. Après cet épisode de Châlons-en-Champagne où Marote fait don de son épervier à Gérard, Tressan qualifie Gérard de « Chevalier de l’Epervier »19 :

À ces mots, elle lui donne un bel épervier ; elle lui fait amener son cheval, l’embrasse, et le fait partir. Gérard éprouve plusieurs autres aventures ; il en sort toujours avec gloire, et sans se faire connoître pour l’ancien comte de Nevers, il ne porte d’autre nom que celui de Chevalier à l’Epervier ; et c’est sous ce nom qu’il arrive chez Milon, duc de Cologne (…)

31L’identité de Gérard est en relation étroite avec l’épervier qui lui sert d’emblème et témoigne aux yeux de tous de sa courtoisie, à la cour comme en exil. Dès lors, Gérard ne peut se défaire de son oiseau de vol qu’il tient le plus souvent sur le poing. C’est notamment ainsi qu’il le porte quand, durant l’épisode de Cologne, il part à la chasse :

Gerars sist el cheval isniel,
(v. 4152-4155)
Son esprevier sor son puing porte,
De Couloigne issi par la porte,
Et ses ostes li fu a destre.

32Cette donnée a été conservée dans la mise en prose :

Alors Adam le Gregois son hoste, pour complaire a Gerart, fist mettre les selles sur leurs chevaulx, puis les fist tirer hors de l’estable sy monterent dessus ; tant chevaulcherent ensamble, Gerart l’esprevier sur le poing, qu’ilz issirent de la porte.
(XXXIV, 12)

  • 20 Citons notamment la miniature du prologue du ms. B (sur laquelle on voit un jeune noble porter un (...)

33Dans la mise en prose, le port de l’épervier sur le poing devient même une image récurrente. L’un des intérêts majeurs des mises en prose est qu’elles sont munies de miniatures qui sont des relais du texte dans l’illustration. Il est à ce titre très intéressant de remarquer qu’il en existe plusieurs qui illustrent le port de l’épervier sur le poing20. L’image de l’épervier sur le poing joue ainsi le rôle d’une vignette descriptive associant étroitement les personnages courtois – et notamment Gérard – au monde des oiseaux.

34On peut relever dans cette perspective un élément de première importance dans le roman en vers. Avant de partir au combat à Cologne contre les Saxons, Gérard a fixé un panache de plumes de paon sur son casque :

Gerars monte, ki plus n’atent,
(v. 2590-2594)
Es estriers s’afiche et estent
Escu ot et lanche et pignon,
Et une ruee de paon
Avoit desor son hiaume assise.

  • 21 Marie-Madeleine Davy, L’oiseau et sa symbolique, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivant (...)
  • 22 Marie-Madeleine Davy, ibid., p. 32.

35Or, les plumes d’oiseaux et plus particulièrement celles du paon ont une valeur symbolique forte. Comme le signale Marie-Madeleine Davy, dans la tradition culturelle le paon était un symbole d’immortalité21 et ses plumes « conféraient non seulement une beauté mais une dignité, une gloire »22. Or, les combats à Cologne sont longuement décrits dans le roman en vers et Gérard y fait preuve d’une extraordinaire prouesse.

  • 23 C’est le cas des miniatures des chapitres XVIII, XIX, XXIII, XXIV, XXX, XLII, XLVI, XLVII, LII, LI (...)

36Le symbole des plumes de paon n’a pas été conservé par le romancier en prose qui n’a sans doute pas évalué tous les ressorts narratifs qu’il aurait pu tirer de cet ornement symbolique. Toutefois, on peut remarquer que dans toutes les miniatures du manuscrit B où Gérard porte une armure, le casque du jeune homme est surmonté d’un panache de plumes. La plume permet notamment de distinguer Gérard dans un groupe de personnages23. Les illustrations de la mise en prose semblent ici encore prendre le relais du texte en vers pour affirmer l’association emblématique entre Gérard et les oiseaux.

  • 24 Dans le roman en vers, la jeune héroïne se prénomme Euryaut, alors que la version en prose donne E (...)

37Si Gérard est le Chevalier à l’Epervier, sa bien-aimée Euryant24, peut être considérée de manière similaire comme la Dame à l’Alouette. En effet, alors qu’elle se trouve à Metz, Euryaut se voit offrir une alouette par un jeune écuyer. Elle s’occupe alors de cet oiseau de compagnie en le faisant paistre :

La damoisiele prist l’oisiel,
(v. 3897-3899)
Qu’ele ot rechut del damoisiel,
En son devant le prist a paistre ;

38Cette occupation est reprise à l’identique dans le roman en prose :

L’oiselet mist en son geron sy le prist a paistre.
(XXXI, 9)

39Dans le Roman de la violette, la chasse à l’épervier est indissociable de la prise de l’alouette. Alors qu’elle est occupée à nourrir son alouette, Euryaut laisse glisser par mégarde autour du cou de l’oiseau la bague que lui avait offerte Gérard pour sceller leur amour. L’alouette s’envole alors et laisse Euryaut à sa peine. À Cologne, Gérard est sous l’emprise d’un philtre magique qui le pousse à aimer Aiglente, la fille du duc Milon, qu’il doit épouser. Il part à la chasse avec son hôte Adam le Grec, et son épervier capture précisément l’alouette d’Euryaut. Gérard reconnaît alors la bague de son amie. Le charme du philtre est rompu et Gérard décide de repartir à la recherche d’Euryaut.

40La capture de l’alouette par l’épervier est l’occasion d’une scène de genre qui est décrite par Gerbert de Montreuil sur une vingtaine de vers avec un grand souci de précision technique, notamment lexicologique :

Ensi vait Gerars chevalcant ;
(v. 4195-4218)
Mais ains k’il ait finé son cant,
L’aloëte ses heles joint,
Si s’est assise ; et Gerars point,
A l’esprevier ses loingnes oste,
A garder les baille son oste ;
Et l’espreviers, ki vit de loing
L’aloëte, desour son poing
Se couche et a laské ses giés.
Molt fu biaus a veoir cis giés,
Que l’aloe un petit monta ;
Mais li espreviers se hasta,
Qui de prendre sa proie ert sages,
Et si n’estoit mie ramages ;
L’aloe prent, el pié le mist.
Cis vols a Gerart molt bien sist ;
Cele part broche isnielement,
Puis descendi molt bielement ;
Un poi ensus pour esplumer
Li laist, un poi pour aamer,
Puis prent l’aloe et l’esprevier,
C’on ne tint mie a ravenier ;
De la cervele le repeut,
Puis li oste au plus tost k’il peut.

41Cette scène de chasse est reprise à l’identique dans la mise en prose :

  • 25 Baudouin Van den Abeele signale qu’il est coutume de prélever une part de la proie (souvent le cœu (...)

Alors Gerars fery le destrier de l’esporon, osta les longes de l’esprevier sy les bailla a son hoste. L’esprevier, quy vey de loing l’aloette, se debaty dessus le poing. Gerars lacha les jecz, sy laissa l’esprevier aler. L’aloette monta en hault, mais l’esprevier se hasta, desirant a prendre la proye. Tant se hasta qu’il le prist, dont a Gerart fist grant plaisir. Il vint celle part brochant, puis tout coyement dessendy a terre et se tint tout coy pour ung pou laissier l’esprevier esplumer sa proye, puis s’approcha et prist l’esprevier et l’aloe. De la chervelle le repeu, puis au plus tost qu’il peult luy fist son droit25.
(XXXV, 1)

  • 26 L’expression est de G. Doutrepont.
  • 27 Tressan conserve également la scène de chasse dans son adaptation du roman au xviiie siècle qui té (...)
  • 28 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 150.

42La capture de l’alouette constitue dans la mise en prose un cas de « dérimage »26 très fidèle. Le prosateur insiste tout comme Gerbert de Montreuil sur l’essentiel de l’activité de la chasse au vol : le plaisir de voir l’épervier fondre sur sa proie. La scène de volerie est une distraction de grande faveur recherchée pour sa dimension spectaculaire – ce qui est d’ailleurs attesté par les traités de chasse. Si cette scène est reprise avec autant de fidélité, c’est parce qu’elle devait toujours plaire au public de cour et donc aux lecteurs27. La mise en prose du Roman de la violette prouve donc que le goût de la chasse à l’épervier est toujours vivace à la fin du Moyen Âge28.

  • 29 Jean Bichon, L’Animal dans la littérature française au xiie et au xiiie siècle (tome I et II), thè (...)
  • 30 J. Bichon déclare ainsi au sujet de cet épisode narratif : « L’épisode animal fortuit permet à l’a (...)

43La scène de chasse de l’alouette par l’épervier est l’un des rares cas de conservation fidèle du roman en vers dans le travail de mise en prose. Elle constitue un élément dramatique de première importance que le prosateur ne pouvait supprimer sans porter préjudice au bon déroulement de la narration. En effet, dans le Roman de la violette et sa mise en prose, la capture de l’alouette forme une péripétie qui permet par la suite aux deux amants de se retrouver après une longue séparation. La capture de l’alouette est un ressort dramatique, un auxiliaire quand tout semble perdu. Les deux oiseaux semblent alors appartenir au monde de la merveille – l’alouette jouant le rôle de deus ex machina – et permettent de briser l’enchantement et de recréer les liens entre les deux amants. Cette péripétie que J. Bichon appelle un « événement-crochet »29 et qui sert de transition narrative a vocation à remplacer la chasse au blanc cerf ou au blanc porc des romans courtois30. La scène de chasse à l’épervier est donc bien plus qu’un tableau de genre, elle constitue l’épisode narratif essentiel à la réunion des deux amants.

  • 31 Gerbert de Montreuil insère notamment la très célèbre chanson de Bernard de Ventadour dans laquell (...)

44Dans le texte source versifié, l’alouette permet aux deux amants, malgré leur séparation, de se réunir dans la joie. En effet, Gerbert de Montreuil insère des fragments de poèmes de troubadours et de trouvères au sein même de la narration, à la manière du Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole de Jean Renart31. Dans le Roman de la violette comme dans la poésie des troubadours et trouvères, l’alouette par l’intermédiaire de son chant a donc pour fonction d’émouvoir les jeunes amants, de les pousser à aimer ou à se souvenir de leur amour, et de les inviter à chanter.

45Cependant, dans la mise en prose, le remanieur supprime systématiquement les chansons insérées dans la source. De fait, l’alouette perd dans la prose tout lien privilégié avec la lyrique amoureuse des troubadours. Toutefois, l’oiseau permet toujours de réunir les deux amants dans la joie. En effet, les relations entre les personnages et les oiseaux et les relations de « rapt » entre l’épervier et l’alouette peuvent être interprétées de manière assez évidente comme un symbole des relations amoureuses, voire sexuelles entre les deux amis. C’est dans ce sens que l’on peut interpréter la scène de vol de la bague, au cours de laquelle l’alouette glisse son cou dans l’anneau, ou encore l’échange de cette même bague entre les deux animaux emblèmes, symbole de la « chasse » menée par Gérard pour retrouver son amie.

  • 32 Le traître Liziart tout d’abord réussit à percer l’intimité de la jeune fille en l’observant nue a (...)

46L’épervier et l’alouette, par le lien symbolique qu’ils tissent entre les deux amants, illustrent leur union indéfectible et la force de leur amour. Les deux oiseaux s’opposent ainsi de manière figurée aux nombreuses tentatives de viol effectif ou symbolique subies par l’héroïne32. L’épervier et l’alouette sont donc le signe de la résistance aux dangers extérieurs et participent de manière fondamentale à la structure narrative de la gageure. Les animaux figurent ainsi la force de l’amour malgré la séparation ; ils pallient alors à l’absence de l’amant, ce qui explique le soin que les deux héros portent à leurs oiseaux de compagnie. Trois siècles plus tard, le Comte de Tressan s’amuse encore à rendre avec humour les jeux érotiques innocents de l’héroïne avec son alouette qui est décrite comme un substitut de l’amant perdu :

  • 33 Tressan, ibid., p. 3747.

Alfrède aimait les oiseaux, et souvent elle s’amusait à les apprivoiser et les nourrir elle-même. Euriant s’en amusa bientôt comme elle. Une alouette huppée, qu’un oiseleur venait de prendre, lui parut plus digne de ses soins que tous ses autres oiseaux ; elle la portait souvent sur son sein, et la faisant manger en son giron. Se promenant un jour dans la campagne avec Alfrède, elles s’étaient assises à l’ombre, et chacune disputait sur la beauté de l’oiseau qu’elles avaient apporté. Alfrède faisait admirer à son amie les couleurs changeantes du cou de sa tourterelle ; Euryant, voyant que la couleur grise de son alouette, ni même sa belle huppe, ne pouvaient égaler l’arc-en-ciel du cou de la tourterelle, tire en badinant un saphir qu’elle avait à son doigt, et le passe au cou de son alouette pour la parer. Ce saphir était monté sur l’anneau qu’elle avait reçu de Gérard le jour de leurs fiançailles, et leurs noms y étaient gravés33.

47Nous n’avons évidemment pas pu envisager toutes les techniques de remaniement de la matière du roman de Gerbert de Montreuil, cependant il est très intéressant de noter que la mise en prose du Roman de la violette se fait l’écho comme sa source des écrits et des savoirs des spécialistes de la volerie. Dans son entreprise de rajeunissement de la matière narrative, le romancier en prose bouleverse habituellement en profondeur le texte source par de nombreux développements ou suppressions. L’extrême fidélité au texte source décelable dans l’étude de la chasse à l’épervier fait donc figure d’exception dans le travail de mise en prose. En effet, le savoir d’oiseau et le lexique qui lui est associé sont conservés, voire développés jusqu’à la fin du Moyen Âge – et bien au-delà si l’on tient compte de la réécriture tardive du comte de Tressan. L’oiseau de vol continue à être utilisé soit de manière symbolique pour figurer la courtoisie et la noblesse de Gérard de Nevers, soit de manière emblématique et narrative pour illustrer la réunion attendue des deux amants. La tradition manuscrite du Roman de la violette atteste donc qu’au cours des siècles l’image de l’épervier n’a rien perdu de son éclat et témoigne par conséquent de l’extrême vitalité du savoir technique de l’espreveterie et de sa pratique.

Notes

1 Georges Doutrepont, Les Mises en prose des épopées et des romans chevaleresques du xive au xvie siècle, Genève, Slatkine Reprints, 1969.

2 L’expression est de G. Doutrepont.

3 Nous proposons ici notre propre transcription du texte issue d’une lecture directe des deux manuscrits en prose : d’une part, le manuscrit 9631 conservé à la Bibliothèque Royale de Bruxelles (ms. B), d’autre part le manuscrit fr. 24378 conservé à la BnF de Paris (ms. P). Les numéros de chapitre (en chiffres romains) et la division en sections narratives (en chiffres arabes) en vue de l’édition future du ms. B du texte en prose nous sont également redevables. Citons la seule édition disponible à cette heure de la mise en prose : Gérard de Nevers. Prose Version of the Roman de la violette, éd. par Lawrence Francis Hawkins Lowe, Elliott Monographs in the Romance Languages and Literatures, 22, Princeton, Princeton University Press ; Paris, PUF, 1928, New York, Kraus Reprint Corporation, 1965.

4 Le Roman de la violette ou de Gerart de Nevers, par Gerbert de Montreuil, éd. par Douglas Labaree Buffum, Paris, Champion, SATF, 1928. Le roman en vers a été traduit par Mireille Demaules : Le Roman de la violette, Paris, Stock, coll. « Moyen Âge », 1992.

5 Baudouin Van den Abeele, La Fauconnerie dans les lettres françaises du xiie au xive siècle, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 1990, p. 77.

6 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 111.

7 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 41.

8 Sur ce sujet, voir J. O. Benoist, « La chasse au vol. Techniques de chasse et valeur symbolique de la volerie », La chasse au Moyen Âge, actes du colloque de Nice (22-24 juin 1979), Nice, Publication de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Nice, n° 20, 1980, p. 124.

9 Dans le ms. B, chasser et ses dérivés sont d’ailleurs presque toujours employés pour évoquer une situation militaire et signifient alors ‘poursuivre les ennemis’, ‘prendre en chasse’, ou encore ‘pourchasser’ : Il vint vers Gerart et luy dist que assés avant avoyent chassyé (XXIV, 28) ; Plus de deux grans liewes chasserent leurs anemys (XXIV, 29) ; Tant y fist Gerart par sa haulte proece que Liziart et toutte sa routte furent chassié hors du champ (L, 5).

10 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 14-15.

11 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 259.

12 Les oiseaux de vol sont notamment très présents dans l’iconographie à l’occasion de scènes courtoises mettant en relation un homme et une femme.

13 Sur ce sujet, voir Anne-Marie Bégou-Ball, « Les oiseaux de proie dressés pour la chasse : de l’emblème nobiliaire aux frontières de l’allégorie », Remembrances et Resveries : hommage à Jean Batany, Orléans, Paradigme, 2006, p. 187-196.

14 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 32.

15 « Au repos, on posait les oiseaux sur des perches en bois, en les y attachant avec la longe », Baudouin Van den Abeele, ibid., note 22 p. 6.

16 Le prosateur perd de la sorte un terme technique associé à la volerie : la perche. Il est à ce titre très étonnant de retrouver dans la miniature du chapitre XV du ms. B un oiseau de vol posé sur une perche comme élément du décor de la grande salle du château de Nevers. Deux hypothèses sont alors envisageables : soit l’illustrateur du roman en prose connaît le texte en vers, soit dans la représentation il associe l’oiseau à la noblesse et à la cour.

17 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 33.

18 À l’inverse, le renvoi de l’épervier est le signe clair d’un renoncement à l’amour. C’est le cas quand Gérard décide de rompre toute relation avec Aiglente pour partir à la recherche d’Euryaut. Il décide alors de confier son épervier à son hôte pour qu’il le donne à Aiglente en souvenir de lui.

19 Louis-Elisabeth de La Vergne, comte de Tressan, Œuvres choisies, Corps d’extraits de romans de chevalerie, tome IX, « Les apparences trompeuses », Paris, rue et Hôtel Serpente, 1788, p. 349-350.

20 Citons notamment la miniature du prologue du ms. B (sur laquelle on voit un jeune noble porter un épervier sur un gant) et la miniature 49 du chapitre XLVIII du ms P (où l’un des chevaliers partant au tournoi de Montargis porte un épervier sur le poing).

21 Marie-Madeleine Davy, L’oiseau et sa symbolique, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », 1992, p. 86.

22 Marie-Madeleine Davy, ibid., p. 32.

23 C’est le cas des miniatures des chapitres XVIII, XIX, XXIII, XXIV, XXX, XLII, XLVI, XLVII, LII, LIII.

24 Dans le roman en vers, la jeune héroïne se prénomme Euryaut, alors que la version en prose donne Euryant, sans doute à la suite d’une confusion entre les jambages. Nous nous efforcerons autant que possible de respecter cette distinction.

25 Baudouin Van den Abeele signale qu’il est coutume de prélever une part de la proie (souvent le cœur, ici la cervelle) pour la donner en récompense à l’oiseau de chasse, après que l’oiseau a déplumé sa prise, ibid., p. 50-51.

26 L’expression est de G. Doutrepont.

27 Tressan conserve également la scène de chasse dans son adaptation du roman au xviiie siècle qui témoigne encore du goût pour la chasse au vol, ibid., p. 385-387.

28 Baudouin Van den Abeele, ibid., p. 150.

29 Jean Bichon, L’Animal dans la littérature française au xiie et au xiiie siècle (tome I et II), thèse présentée devant l’université de Paris IV (15 mars 1975), Lille, Service de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1976, p. 652-653.

30 J. Bichon déclare ainsi au sujet de cet épisode narratif : « L’épisode animal fortuit permet à l’auteur de modeler le récit à son gré ; l’animal est un instrument dans une panoplie littéraire, une commodité technique », ibid., p. 666.

31 Gerbert de Montreuil insère notamment la très célèbre chanson de Bernard de Ventadour dans laquelle l’alouette est le symbole du sentiment amoureux. Lire à ce sujet l’interprétation de la chanson par J. Bichon, ibid., Chapitre XIII, L’animal dans la poésie lyrique au xiie siècle : l’oiseau, symbole du sentiment amoureux, p. 495.

32 Le traître Liziart tout d’abord réussit à percer l’intimité de la jeune fille en l’observant nue au bain et en dévoilant l’enseigne qu’elle porte sur le sein : une violette. Par la suite Euryaut, quand elle est à Metz, doit contenir les violents assauts de Melyatir qui cherche à abuser d’elle. Par ailleurs, le rapprochement entre viol et violette est suffisamment éloquent.

33 Tressan, ibid., p. 3747.

Auteur

Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable