Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Déduits d’oiseaux au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

La symbolique aviaire dans Kalila et Dimna de Ibn Al-Muquaffa

Nadia Iskandarani Naboulsi

Texte intégral

  • 1 Armand Strubel, Chantal de Saulnier, La poétique de la chasse au Moyen Âge, PUF, 1994.

1Au Moyen Âge, la chasse est une passion plutôt qu’une simple distraction ; elle définit l’existence noble au même titre que les armes et les amours. Les livres de chasse composés pendant cette époque reflètent l’image de ce qui était à la fois un divertissement, un rituel sophistiqué et un moment important de la parade aristocratique, mais aussi une science et un art de vivre. L’image de la dame à cheval, son faucon sur le poing, rejoint dans la mémoire collective celle du chevalier entouré de ses chiens et poursuivant le gibier. Les auxiliaires de la chasse, la vénerie et la fauconnerie sont des techniques que l’on apprend pour les divertissements et les réjouissances des seigneurs. Le terme « déduits », notion fondamentale des livres de chasse, « recouvre le sens de loisir, distraction et plaisir »1, ce mot à lui seul suffit à désigner les activités cynégétiques.

2Outre la chasse, l’oiseau a servi de symbole, le mode d’expression le plus apte à représenter la vie morale et l’une des voies privilégiées du didactisme. Les auteurs y ont recours quand il est question de vice et de vertu et des principes qui régissent l’existence.

3Pour sujet de notre communication, nous avons choisi Kalila et Dimna, ouvrage traduit par Ibn Al-Muqquaffa ; nous focaliserons notre attention sur le fonctionnement de l’exemplarité dans ce livre, l’oiseau étant pris comme symbole pour transmettre un savoir. Vu le temps qui nous est imparti, nous choisirons deux fables et nous tiendrons compte du récit et sa moralité tout en montrant l’enjeu des structures narratives. La problématique abordée est : pourquoi le choix de l’oiseau dans ces récits ? Quelle symbolique désigne-t-il ? Comment l’auteur a-t-il pu « divertir » « récréer » « amuser » tout en donnant un enseignement ?

4Nous traiterons ce sujet en présentant sommairement Kalila et Dimna, en second lieu, nous aborderons la symbolique aviaire et nous terminerons par l’analyse de la structure narrative des récits qui se réduit à une juxtaposition d’« exempla » en vue de divertir et de donner un enseignement.

Aperçu sur Kalila et Dimna

5Kalila et Dimna est le titre d’un ensemble de récits et de fables arabes d’origine indienne dont les héros principaux sont deux chacals, Kalila et Dimna ; ce recueil est attribué au philosophe Bidpay, brahmane contemporain du roi Dabchelim. On raconte qu’Alexandre le Grand, après avoir conquis l’Inde, plaça les vaincus sous l’autorité d’un gouverneur injuste et détesté, mais ceux-ci parvinrent à le renverser et choisirent leur propre souverain, le roi Dabchelim qui était aussi tyran que son prédécesseur ; alors le sage Bidpay a décidé de lui donner des conseils sur l’art de gouverner, par l’intermédiaire de fables qui seront contées à la cour du roi. Ces fables composeront plus tard Kalila et Dimna.

6Ce recueil connut d’innombrables traductions dans diverses langues, depuis le sixième siècle jusqu’à nos jours. La Fontaine au xviie siècle s’en est inspiré dans ses fables. Il continue à être lu et à répondre aux aspirations des hommes, ce qui révèle son caractère universel. Il est fondé sur deux caractéristiques essentielles : le divertissement et l’édification car son objectif est d’apprendre aux princes l’art de gouverner tout en les divertissant. Mais il ne s’adresse pas aux princes uniquement, il les dépasse et vise l’édification des puissants de ce monde.

7Au Moyen Âge, vers l’an 750, Ibn Al-Muquaffa, était fonctionnaire, au service d’un oncle du Calife Al-Mansûr (de la dynastie des Abbassides) à Bagdad. Parfaitement bilingue (arabe et persan) et à la demande du Calife, Ibn Al-Muquaffa traduit en arabe Kalila et Dimna du texte original pehlevi. Cette traduction a été à l’origine des traductions ultérieures en Orient et en Occident, par là, il a contribué de façon essentielle à nourrir l’imaginaire du patrimoine littéraire international, notons de plus que ce livre est le premier chef-d’œuvre connu de la prose arabe.

8Ce recueil de fables met en jeu personnages et animaux. Parmi ces derniers, figurera le lion, roi des animaux, ainsi que la lionne, des animaux imposants comme l’éléphant, le bœuf… ou rusés comme le renard, le chacal, mais aussi l’âne, le singe et des petits animaux comme le rat. À tout ce monde s’ajoute un grand nombre d’oiseaux comme la colombe, le corbeau, le hibou, le rossignol, l’alouette, etc. Ainsi, ces fables grouillent d’un monde vivant d’oiseaux qui sont traditionnellement les personnages des fables. Chargés d’une signification symbolique, ils permettent un phénomène de transposition des comportements et des caractères.

9Après cette brève présentation du recueil, je tenterai d’interpréter la symbolique aviaire en étudiant des cas de Kalila et Dimna.

Symbolique des oiseaux et poétique des ailes

10Quel rôle peut jouer le monde aviaire dans un récit d’exemplarité ?

  • 2 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Laffont, Jupiter, coll. « Bouquin », (...)

11Nous vivons dans un monde de symboles, et même plus, un monde de symboles vit en nous. Les sciences humaines, les arts et les techniques d’aujourd’hui reconnaissent ces réalités agissantes et conjuguent leurs efforts pour en déchiffrer les énigmes. Pour mieux cerner les dimensions des symboles et en déchiffrer la vraie valeur, nous nous référerons au Dictionnaire des symboles2 et à la thématique du vol telle qu’elle est interprétée par Gaston Bachelard dans l’Air et les songes.

  • 3 G. Bachelard, LAir et les Songes, Paris, José Corti, p. 75.
  • 4 Ibid., p. 83.

12L’oiseau qui vole tend vers « la hauteur qui est non seulement moralisatrice, mais […] déjà, pour ainsi dire, physiquement morale. La hauteur est plus qu’un symbole. Celui qui la cherche […] reconnaît qu’elle est matériellement, dynamiquement, vitalement morale3 ». Dans le chapitre « La poétique des ailes », Bachelard déduit que « c’est parce que le vol onirique est souvent […] une volupté de pur que nous donnons tant de qualités morales à l’oiseau qui traverse le ciel de nos journées4 ». En effet, l’oiseau vif, gracieux, léger peut refléter les images jeunes, suaves et pures ; ce sont les qualités inhérentes aux oiseaux dans la ptéropsychologie. Ainsi, la matière aérienne et le libre mouvement sont les thèmes producteurs de l’image de l’oiseau. Partant de cette idée, nous pouvons dire que l’imagination vit alors des valeurs abstraites, et la pureté de l’air est liée au mouvement ailé, car l’oiseau vit dans l’élément le plus pur, il est par conséquent le plus indépendant et le plus glorieux.

13Par ailleurs, le narrateur dans Kalila et Dimna a choisi, entre autres, l’oiseau pour illustrer ses leçons de morale. Différentes espèces du monde aviaire sont les protagonistes de nombreuses fables ; citons, à titre d’exemple, la colombe, le faucon, le corbeau, le hibou, le rossignol ou l’oiseau Qoubbira, etc. qui profèrent parfois la quintessence d’un langage éloquent et parfait, selon que l’espèce appartient au monde bénéfique ou maléfique.

  • 5 Ibn Al-Muquaffa, Le Livre de Kalila et Dimna, traduit de l’arabe par André Miquel, Paris, Éd. Klin (...)
  • 6 Ibid., p. 90.

14Pour illustrer mon propos, je donnerai l’exemple de deux fables « Le roi et l’oiseau Qoubbira »5 et « les hiboux et les corbeaux6 ».

15Dans, Kalila et Dimna le narrateur aborde le thème de l’amitié et analyse ses nuances dans plusieurs fables : l’amitié est rare, mais quand on la rencontre, elle procure solidarité et bonheur.

16En revanche, dans la fable « Le roi et l’oiseau Qoubbira », il montre par l’exemple que l’amitié des rois est mortelle ; il donne des conseils sur la manière de lier amitié mais présente aussi les circonstances où les amis se brouillent et « le pire ami est celui qui manque à ses amitiés ». Pour le démontrer, il choisit le Qoubbira avec son oisillon que le roi Barahmoud mit sous sa protection. Mais le dauphin, suite à un jeu, tua l’oisillon ; le Qoubbira se vengea en crevant les yeux du dauphin, refusa la réconciliation avec le roi et prit la fuite.

  • 7 Ibid., p. 99.
  • 8 Bachelard, op. cit., p. 100.
  • 9 Ibid., p. 88.

17Notons que l’oiseau Qoubbira n’est autre que l’alouette dans le lexique courant du monde aviaire. Bachelard étudie cet oiseau si petit « si pauvrement vêtu, mais si riche de cœur et de chant »7 pour insister sur son portrait moral. En effet, l’alouette est un passereau commun dans les champs, à plumage brunâtre et ne perchant pas sur les arbres. D’après Bachelard, elle porte le manteau gris, la triste livrée du travail des champs, le travail le plus noble, le plus utile, le moins rétribué et le plus ingrat. Il rapporte, en outre, qu’elle restera à jamais « la compagne du laboureur. Elle est fille du sillon »8. Ce symbolisme moral et politique est perçu par l’imaginaire du narrateur qui fait de l’alouette la victime du roi, elle perd son oisillon. En effet, par ce symbolisme, il montre le risque d’approcher des grands. Mais grâce au dynamisme des ailes, l’alouette a pu échapper au danger, elle est sortie saine et sauve de cette expérience douloureuse : « l’oiseau déserte la terre pour vivre dans la pureté de l’air ensoleillé »9.

18Dans la fable « les hiboux et les corbeaux » sous titrée « de la vigilance à conserver envers l’ennemi », le narrateur met en scène deux espèces d’oiseaux symboliquement antithétiques.

19Le hibou, d’après le Dictionnaire des Symboles est emblème de tristesse, d’obscurité et de mélancolie parce qu’il n’affronte pas la lumière. Dans la mythologie grecque, il est l’interprète des Parques qui coupent le fil de la destinée, et en conséquence, il est maléfique. Dans l’imaginaire du narrateur, il est agresseur, vindicatif et rancunier ; et le récit commence ainsi :

  • 10 Ibn Al-Muquaffa, op. cit., p. 158.

Une nuit, le roi des hiboux, poussé par la haine qui les opposait aux corbeaux, partit en campagne. Ses sujets se précipitèrent sur les corbeaux, en tuèrent ou blessèrent un grand nombre10.

  • 11 Le noir est le symbole de la nuit du sein maternel, de l’œuvre alchimique, de la semence…

20Quant à la symbolique du corbeau, elle est ambivalente : démiurge et héros civilisateur, clairvoyant et prophète, oiseau solaire et ténébreux, il annonce le malheur et la mort ; mais parfois il protège. Cette contradiction est due à ses propriétés physiques variées. Une autre interprétation, provenant de sa couleur noire11, l’associe aux opérations de germination. Puisqu’il vole, on l’associe alors aux œuvres démiurgiques, il est messager du ciel et il est doué de magie divinatoire ; ses ailes lui accordent une valeur ascensionnelle. Partant de cette interprétation, le corbeau, dans le récit « Les hiboux et les corbeaux », symbolise le sage qui donne en profusion des conseils au roi.

21D’autres oiseaux participent à la symbolique dans cette œuvre et renvoient à des valorisations tant négatives avec les oiseaux nocturnes que positives avec la colombe par exemple.

Structure narrative et relation avec la dimension éthique

22L’analyse des contes dans Kalila et Dimna ne doit pas se limiter au récit et à la moralité, elle devra porter également sur les structures narratives des récits dont les protagonistes, entre autres, sont des oiseaux. En effet, cette œuvre si importante par son aspect moral a influencé l’Occident par sa technique narrative fondée sur l’enchâssement des récits. Ce recueil de fables se compose de 17 chapitres qui sont en général des récits autonomes, contenant plusieurs fables ayant le même schéma narratif : un récit-cadre est une circonstance qui appelle des récits secondaires qui s’emboîtent les unes dans les autres à la manière des poupées gigognes.

  • 12 Ibn Al-Muquaffa, op. cit., p. 157.

23On le remarque clairement dans la fable : « Les hiboux et les corbeaux »12.

24Les protagonistes de ce conte sont les hiboux et les corbeaux. La technique narrative se fonde sur le procédé d’imbrication, technique des contes à tiroir qui résume l’habilité du narrateur : un conte engendre un autre conte.

25Le récit-cadre, (récit de premier niveau) au début du chapitre sur l’amitié, est constitué par un dialogue entre le roi Dabchalim et le philosophe Bidpay. Le roi, satisfait du discours du philosophe sur l’amitié, soulève une nouvelle problématique :

  • 13 Idem.

Illustre-moi maintenant, lui dit-il, le cas de l’homme qui se laisse abuser par un ennemi affichant des airs de soumission. Dis-moi si l’on peut faire un ami de son ennemi, si l’on peut avoir confiance en lui, quels aspects revêt la haine, comment s’opposer à elle, ce qu’un roi, en butte aux attaques d’ennemis et d’opposants, doit faire pour chercher à rétablir la paix sans être dupe, sans se laisser aller à trop de confiance13.

26C’est le récit-cadre qui servira d’incipit aux contes suivants, selon la structure narrative qui se fonde sur le procédé d’enchâssement, de mise en abyme de la narration.

27Le conseil du philosophe sera une thèse qui doit être soutenue par des arguments. Cette thèse est une sentence émise comme une autorité et démontrée par un raisonnement logique illustré par le conte. Le philosophe dit :

  • 14 Idem.

La chose est illustrée par ce malheureux sort que les hiboux connurent de la part des corbeaux14.

28L’exemple est déclenché par la question/réponse qui revient comme un leitmotiv au début de chaque récit enchâssé.

  • 15 Idem.

« – Comment cela ? demanda le roi »15
« – On raconte, commença le philosophe… »

29Cette question redondante assure le lien dialogique avec le récit-cadre. Quant à la logique affirmative, elle est assurée par les arguments qui soutiennent la thèse et elle s’exprime par les sentences qui émaillent les récits enchâssés.

30Le conte « Les hiboux et les corbeaux » constitue le récit enchâssé niveau 2 dont le schéma narratif peut être présenté comme suit :

  • Situation initiale dont l’équilibre est précaire : Les corbeaux nichaient dans un grand arbre et les hiboux dans les montagnes avoisinantes encerclant ainsi l’arbre ;
  • L’agression est l’élément perturbateur qui rompt l’équilibre : Les hiboux, à leur tête le roi animé par la haine contre les corbeaux, attaquent ces derniers et les tuent. L’accord entre les voisins est transgressé ;
  • Les tentatives pour rétablir l’équilibre : Le roi des corbeaux appelle à l’audience et demande conseil : comment affronter une nouvelle attaque lors d’une récidive ? Le narrateur omniscient révèle la présence de cinq corbeaux sages ;
  • Rétablissement de l’équilibre. Chacun des cinq corbeaux sages émet une sentence, le roi délibère et il est convaincu par les conseils du 5e corbeau sage.
  • 16 « Quand on a affaire à un ennemi fou de colère contre lequel on ne peut rien, il ne reste qu’à fui (...)
  • 17 « Nous nous battrons […] et nous résisterons jusqu’à ce que nous puissions […] obtenir la victoire (...)
  • 18 Sage et pacifique, ce corbeau préfère faire la guerre et payer même un tribut « car lorsque les ro (...)
  • 19 « Approche de ton ennemi, a-t-on dit, juste assez pour obtenir de lui ce dont tu as besoin, mais n (...)
  • 20 « Délibérons et échangeons les avis de sages et loyaux conseillers », op. cit., p. 160.

31Ce récit enchâssé est une illustration par l’exemple et une occasion favorable pour que chacun des cinq corbeaux sages exprime son point de vue et émette une sentence. Le premier lui conseille la fuite16, le deuxième la résistance17 et la guerre, le troisième la paix18, le quatrième la guerre19, le cinquième corbeau sage réfute toutes les solutions précédentes et recommande une morale20 enchâssée, formée de six niveaux et il conclut :

  • 21 Op. cit., p. 161.

32« Les rois n’ont de succès que s’ils sont résolus, ils ne sont résolus que s’ils prennent des décisions fermes, ils ne peuvent prendre de décision que s’ils gardent leurs secrets »21.

  • 22 À titre d’exemple : Le roi dit : « Que faut-il faire ? » […] « Le roi interrogea le second corbeau (...)

33Les répliques sont construites sur un même schéma : le corbeau sage commence par réfuter la proposition du précédent puis il expose son point de vue. Cette structure répétitive assure la continuité dans le récit22.

34La fin du conte au deuxième niveau nous ramène au récit-cadre quand le cinquième corbeau sage dit :

  • 23 Op. cit., p. 162.

… Quant à celui [le problème] qui nous occupe, étant donné son importance, je pense qu’il ne doit être connu que de quatre oreilles et de deux bouches23.

35Et le narrateur omniscient précise :

  • 24 Op. cit., p. 163.

Le roi se leva, prit le corbeau à part et le consulta24.

  • 25 Idem.
  • 26 Idem.

36Avec ce retour au récit-cadre, le roi met en application la sentence émise par le cinquième corbeau sage. Il le consulte en secret sur « la raison de la haine qui opposait les hiboux aux corbeaux »25. Pour répondre à cette question, un nouveau récit enchâssé est entamé, c’est le 3e niveau de la narration dont le titre est « Les oiseaux qui demandent un roi »26. Sa structure narrative suit les étapes suivantes :

  • Le consensus montre la situation initiale équilibrée : le hibou est choisi roi des oiseaux à l’unanimité ;
  • L’équilibre est rompu : le refus catégorique du corbeau énumérant les défauts des hiboux qui sont les pires des animaux ;
  • Restitution de l’équilibre : « Vous pourriez toutefois décider de donner la royauté à un hibou, mais en dirigeant les affaires sans lui27… » recommande le corbeau.

37Puis la fin du récit au 3e niveau annonce un autre conte au quatrième niveau ; « Le rossignol, le lièvre et le chat ».

38Cette structure narrative focalise l’attention sur un concept essentiel qui est la politique. Rappelons que le but de ce recueil et d’apprendre aux princes l’art de gouverner tout en les distrayant. Le roi doit être vigilant et prévoyant. L’exemple cité montre que les corbeaux et les hiboux constituent chacun une communauté distincte. Les corbeaux nichaient dans l’arbre, donc ils n’étaient par protégés, tandis que les hiboux hostiles siégeaient aux alentours dans d’immenses montagnes ; la nature même qui les entourait les prédisposaient à cette attaque. En outre le roi des corbeaux manquait de perspicacité : il n’a découvert l’invasion que le lendemain. À cette étape de la narration, il se rend compte des responsabilités qui lui incombent et il appelle à l’audience et enfin l’équilibre de la situation est rétablie grâce aux conseils des sages ; donc le roi ne doit pas prendre seul ses décisions, il doit s’enquérir auprès des sages. L’examen de ce problème nous conduit à une doctrine du gouvernement qui remonte à Platon, le gouvernement du petit nombre, celui des sages.

39Le fonctionnement de l’exemplarité semble cohérent : un parallélisme se conçoit entre le récit-cadre dont les protagonistes sont le roi et le philosophe et les récits enchâssés qui se succèdent et où le roi des corbeaux est à l’écoute de ses conseillers sages, et où les sentences sont confirmées.

40En conclusion, on peut déduire que dans ce recueil de fables, Kalila et Dimna, l’oiseau est évoqué pour sa valeur emblématique. Son vol le prédispose à servir de symbole entre le ciel et la terre et il est le protagoniste dans un bon nombre de récits, aidant ainsi au fonctionnement de l’exemplarité pour transmettre une sentence ou un savoir. Les oiseaux deviennent des types psychologiques et des canevas narratifs.

  • 28 Armand Strubel, Chantal de Saulnier, op. cit., p. 219.

41Par ailleurs, ce livre offre par la bouche des oiseaux, des bêtes et des fauves la quintessence d’un langage éloquent et parfait. Les narrateurs ont fait parler les animaux car c’est un moyen de s’exprimer en toute liberté, joignant ainsi l’agrément à la sagesse. « Le monde animal a toujours servi de mine pour les symboles, les exemples et les fables28 », le symbolisme animalier et aviaire appartient à l’héritage le plus ancien de l’humanité, aux couches les plus profondes de l’inconscient individuel ou collectif. Il obéit à la structure manichéenne de la conception médiévale de l’univers. Ces significations que l’homme prête aux bêtes appartiennent au patrimoine de la littérature universelle, les fables y prennent leurs anecdotes et leurs exemples.

Notes

1 Armand Strubel, Chantal de Saulnier, La poétique de la chasse au Moyen Âge, PUF, 1994.

2 Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Laffont, Jupiter, coll. « Bouquin », 1982.

3 G. Bachelard, LAir et les Songes, Paris, José Corti, p. 75.

4 Ibid., p. 83.

5 Ibn Al-Muquaffa, Le Livre de Kalila et Dimna, traduit de l’arabe par André Miquel, Paris, Éd. Klincksiek, 1957, nouvelle éd., 1980, p. 237.

6 Ibid., p. 90.

7 Ibid., p. 99.

8 Bachelard, op. cit., p. 100.

9 Ibid., p. 88.

10 Ibn Al-Muquaffa, op. cit., p. 158.

11 Le noir est le symbole de la nuit du sein maternel, de l’œuvre alchimique, de la semence…

12 Ibn Al-Muquaffa, op. cit., p. 157.

13 Idem.

14 Idem.

15 Idem.

16 « Quand on a affaire à un ennemi fou de colère contre lequel on ne peut rien, il ne reste qu’à fuir loin de lui », op. cit., p. 158.

17 « Nous nous battrons […] et nous résisterons jusqu’à ce que nous puissions […] obtenir la victoire », op. cit., p. 158-159.

18 Sage et pacifique, ce corbeau préfère faire la guerre et payer même un tribut « car lorsque les rois […] craignent pour leurs sujets ou pour eux-mêmes la ruine ou la mort, ils doivent consacrer leur fortune à la protection de leur peuple et de leur pays », op. cit., p. 159.

19 « Approche de ton ennemi, a-t-on dit, juste assez pour obtenir de lui ce dont tu as besoin, mais ne va pas jusqu’au bout de ton approche, car il en profiterait pour attaquer, pour affaiblir et humilier ton armée […] il faut que nous nous battions », op. cit, p. 160.

20 « Délibérons et échangeons les avis de sages et loyaux conseillers », op. cit., p. 160.

21 Op. cit., p. 161.

22 À titre d’exemple : Le roi dit : « Que faut-il faire ? » […] « Le roi interrogea le second corbeau : quel est ton avis […] – je crois que le conseil qu’on vient de te donner manque de fermeté” »…

23 Op. cit., p. 162.

24 Op. cit., p. 163.

25 Idem.

26 Idem.

27 Idem.

28 Armand Strubel, Chantal de Saulnier, op. cit., p. 219.

Auteur

Université Arabe de Beyrouth

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable