Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Déduits d’oiseaux au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Marginalia versus fabula : la fonction illustrative de l’oiseau dans l’incunable La Mer des histoires

Valérie Gontero

Texte intégral

  • 1 Nous travaillerons à partir des exemplaires conservés dans le fonds ancien de la Bibliothèque Méja (...)
  • 2 Le titre français reprend celui que Landolfo Colonna utilisa pour son Mare historiarum. En 1520, N (...)
  • 3 Voir le Dictionnaire encyclopédique du Livre, sous la direction de P. Fouché, D. Pechoin et P. Sch (...)

1Abrégé d’histoire universelle, l’ouvrage intitulé La Mer des histoires a été imprimé par Pierre le Rouge pour le libraire Vincent Commin à Paris ; les deux tomes sont datés respectivement de juillet 1488 et février 14891. Ce texte est une adaptation du Rudimentum novitiorum imprimé à Lübeck en 1475 par Lucas Brandis2. Dans sa préface, le traducteur anonyme se dit originaire de Beauvaisis et explique qu’il a amplifié sa source d’une histoire des rois de France jusqu’en 1484, sur les conseils d’André de La Haye, seigneur de Chaumont et receveur des aides à Sens3.

2Il suffit de feuilleter les deux volumes in-folio de La Mer des histoires pour remarquer le caractère récurrent de l’oiseau dans les gravures – rappelons que La Mer des histoires est présenté comme le plus célèbre et le plus beau des incunables du fait de la qualité et de la variété de ses gravures. Il ne s’agit pas de faire ici une étude exhaustive du motif aviaire dans ce programme iconographique – le cadre restreint de cette communication ne pourrait en aucun cas embrasser l’ampleur de cette somme –, mais plutôt de considérer comment la représentation de l’oiseau met au jour la pluralité des enjeux attachés à la fonction illustrative.

3La fonction illustrative joue en effet à différents niveaux, qui fonctionnent parfois de concert, mais que nous dissocierons pour la clarté de la présentation.

4En premier lieu, l’illustration vise à embellir la page, à orner l’ouvrage : c’est le cas des lettrines et des décorations marginales, qui attirent l’œil du lecteur et suscitent son admiration.

5L’illustration peut également, en second lieu, imager un texte, l’expliciter, mais aussi le commenter ou le compléter : les gravures de l’histoire biblique peuvent ainsi faire pendant au texte, mais également représenter un hors-texte.

6Enfin, en dernier lieu, la fonction illustrative renvoie parfois à une valeur modélisante et exemplaire : ce niveau illustratif ne recourt pas forcément à l’image, mais enrichit le texte d’un sens second, en filigrane du premier – ainsi des Fables d’Ésope qui, par le truchement d’anecdotes animalières, fustigent certains travers humains.

  • 4 Le texte de La Mer des Histoires est divisé en six parties, selon les six âges du monde : 1 de la (...)

7Berceau de l’imprimerie, l’incunable n’a de cesse de vouloir imiter le manuscrit ; il en reprend les habitudes illustratives, comme les lettrines et les décorations marginales. Pour mimer au plus près le manuscrit, l’incunable adopte une écriture gothique (lettre de somme : bâtarde gothique de 14 points pour le présent imprimé) ; le texte se présente en deux colonnes compactes, dont les illustrations viennent rompre la monotonie. L’imprimeur laisse parfois à l’enlumineur le soin de tracer les lettrines à l’encre de couleur, après l’impression. Les lettrines peuvent également être imprimées en même temps que le texte, sur le modèle des lettres ornées ou historiées des manuscrits. Dans La Mer des Histoires, la lettre historiée devient parfois monumentale, à l’instar du I qui ouvre le Premier Age4, et qui figure Jésus dans un encadrement floral et animalier, où les oiseaux occupent le haut du fronton.

  • 5 Sur le même type de L cadelé, voir l’article de D. Hilliard, « Histoire de », Revue française d’ (...)

8La lettrine qui ouvre chacun des volumes présente elle-aussi des oiseaux : il s’agit d’un gigantesque L dit « à cadeaux » ou « cadelé » (gravure 1, p. 299)5, c’està-dire orné d’arabesques et d’entrelacs qui rappellent le tracé à la plume – ensemble qui mesure 23 cm de haut sur 16 de large. Son tracé est complété par la gauche de trois motifs calligraphiés ; le bas de la lettre forme une boucle avec un ressaut de forme losangée. Ce L abrite ou génère par ses boucles des fleurs, des personnages (tête d’homme, dame, chevalier) et des animaux (écureuil, escargot, papillon, dragon et différents oiseaux). Quels sont les oiseaux représentés ? Une grue et une oie sont facilement identifiables, ainsi qu’un petit aigle, qui va retenir notre attention.

9Cet aiglon se retrouve en effet dans les décorations marginales – bandeaux latéraux qui encadrent le texte (gravures 2 & 3, p. 299). Richement ornés de motifs floraux et animaliers, ces bandeaux jouent de l’opposition du noir et du blanc pour faire ressortir le détail des gravures.

  • 6 Les bois gravés étaient non seulement réutilisés au fil de l’ouvrage, mais aussi imités par d’autr (...)

10Pourquoi retrouve-t-on cet aiglon au fil du texte, de marge en marge ? La première réponse est d’ordre matériel : l’imprimeur se sert d’un nombre limité de bois de gravures pour décorer l’ensemble de l’ouvrage6 – décorations marginales, lettrines et autres illustrations –, d’où l’impression de déjà-vu, mais aussi de familiarité qui s’empare du lecteur. Une deuxième réponse, d’ordre symbolique cette fois, est liée à l’identité de l’imprimeur Pierre le Rouge, plus précisément à sa marque d’identité – chaque imprimeur marquait en effet ses ouvrages d’une gravure particulière.

11La marque de Pierre le Rouge est un rosier surmonté d’une fleur de lys, puis d’une couronne, au pied duquel se trouve deux aiglons (gravure 4, p. 299). Sur un phylactère en travers du rosier se lit l’inscription P. le Rouge. Cette marque est parfaitement parlante : Pierre le Rouge avait établi ses presses dans la même maison que le libraire Vincent Commin ; l’atelier de la Rose Rouge se trouvait rue Neuve-notre-Dame. Il fut l’imprimeur du roi de 1487 à 1493, d’où la présence de la fleur de lys couronnée.

  • 7 M.-L. Polain, Marques des imprimeurs et libraires en France au xve siècle, Genève, Slatkine reprin (...)

12Pierre le Rouge ne fait pas preuve d’originalité avec sa marque ; on en trouve de similaires à la même époque. Guillaume le Rouge, considéré comme le fils de Pierre, utilise parfois une marque absolument identique7 – ce qui laisse entendre que la marque d’imprimeur reprend le fonctionnement du système des armoiries.

  • 8 Placé à la fin du texte (mais pas à la fin du volume, car il est parfois suivi d’annexes et de la (...)

13La marque d’imprimeur permet au lecteur d’identifier d’un coup d’œil l’atelier. Accompagnant ici le colophon8,

Ce premier volume fust achevé à Paris par Pierre le Rouge, imprimeur du Roy, l’an mil quatre cent quatre- vingt et huit au mois de juillet.
(gravure 3)

14elle acquiert de facto un caractère publicitaire. Pierre le Rouge – qui a donc pris pour patronyme l’adresse de son atelier – promeut parfois explicitement son atelier d’imprimerie, comme avec le quatrain qui ouvre le Breviarum parisiense :

Qui en veult avoir on en treuve
A tresgrand marché et bon prix
A la rose en la rue neufve
De notre Dame de Paris.

15Revenons à la marque de Pierre le Rouge : nous avons mentionné deux aiglons au pied du rosier. C’est l’un d’eux qui se trouve reproduit dans les décorations marginales et sur le L cadelé. En insérant l’aigle de sa marque dans différentes gravures – dont nous avons vu le caractère inévitablement récurrent –, Pierre le Rouge marque l’ensemble de l’ouvrage de son sceau. Ce jeu d’écho permet à la signature de l’imprimeur de se disséminer tout au long du texte, et concourt à la cohérence du programme illustratif. Emblématique, cet(te) aigle acquiert un caractère héraldique que suggèrent peut-être les écussons vides qu’il côtoit parfois (exemple dans la gravure 6, p. 300).

16La marque de l’imprimeur, parce que parlante, fait accéder à un second niveau de la fonction illustrative : l’image fait sens et entretient des rapports étroits avec le texte qu’elle représente. La Mer des histoires s’ouvre sur le récit de la Genèse ; chacun des jours de la Création du monde est orné d’une gravure. Pour le cinquième jour est figurée la Création des poissons et des oiseaux (7 v°, gravure 5, p. 300) ; les décorations marginales de ce folio abondent en oiseaux et en poissons, comme pour faire écho au contenu textuel. La gravure illustre directement le texte, les décorations marginales jouent le rôle d’écho illustratif, et le texte lui-même mentionne la fonction ornementale de ces oiseaux, en s’appuyant sur les auctoritates. Le narrateur cite Platon et Moïse, même s’il réfute leurs croyances :

Platon estant en Egypte vit et seut les livres de Moyse dont il cuyda que les oiseaux eussent esté crées pour orner l’air de cy bas et pres de la terre, et que les deables eussent esté mis en l’air plus hault et loing de la terre pour orner icelle partie de l’air. Mais cela n’est pas ainsy.
(1er vol., 1er âge, f° VII v°, gravure 9, p. 301)

17Le Deuxième Age s’ouvre avec la représentation de la généalogie de Noé, et de l’arche d’alliance (gravure 6). Sur la gravure pleine page, en haut à droite, des oiseaux sont représentés lors d’un sacrifice (gravure 7, p. 300) ; en bas, à gauche, la colombe rapporte à Noé le rameau d’olivier qui témoigne du retrait des eaux (gravure 8, p. 300). Cet agencement graphique souligne l’importance des oiseaux dans cet épisode biblique – de même que les marges, où le motif aviaire est pléthorique. Le récit de l’arche d’alliance ne relate pourtant pas le sacrifice des animaux, ni le rôle de la colombe : la gravure n’illustre pas ici le texte adjacent, mais directement l’Ancien Testament (Genèse, VIII, versets 8-12 & 20). Notons que la gravure se lit de bas en haut pour retracer la chronologie.

18Dans la mesure où il s’agit d’un abrégé, la Mer des Histoires n’a pas vocation à retracer les détails de l’histoire biblique ; la gravure peut en revanche permettre au lecteur de se remémorer certains détails que la somme n’explicite pas. Le texte de l’incunable et sa source biblique se superposent ainsi dans l’esprit du lecteur, par le biais de l’illustration.

  • 9 Au xvie siècle, le genre des Emblèmes, très apprécié des humanistes, tissera au contraire d’étroit (...)
  • 10 Voir l’édition des fables de La Mer des Histoires par H. Vaganay, « Vingt fables d’Esope, traducti (...)

19Nous aborderons pour finir l’illustration interne au texte, sans le recours à l’image9, avec les Fables d’Ésope. Dans le Cinquième Age, la Mer des Histoires énumère un certain nombre d’auctoritates, dont les auteurs grecs et latins. Les Fables d’Ésope, appelées Isopets, furent transmises au Moyen Âge par les différentes versions du Romulus. Vincent de Beauvais en inséra une vingtaine dans son Speculum historiale ; elles furent reproduites au xve siècle dans le Rudimentum Noviciorum, source de la Mer des histoires qui les traduisit en français10. L’entreprise d’Ésope est ainsi présentée :

Et affin qu’il monstre plus plaisanment les meurs des hommes, il introduit oyseaux, arbres et bestes brutes parlans ensemble. Lesquelles choses aguisent l’engin et delectent l’entendement. Parquoy en metterons aucunes en ce present livre.
(2e vol., 5e âge, f° 9 v°)

20Dans le texte, les titres mettent en exergue la valeur illustrative des fables, qui servent d’exempla ; dans la table des matières, le titre des fables renvoie directement aux animaux qui en sont les protagonistes. Du texte à la table se produit un déplacement d’intention, comme le montre le tableau suivant, qui recense les fables mettant en scène des oiseaux :

  • 11 L’Escoufle, éd. H. Michelant & P. Meyer, Paris, Droz, 1894 (SATF), v. 9074-9102.

21Dans le texte, les titres mettent en avant la valeur probatoire de la fable, qui vise surtout à illustrer et à dénoncer les vices des hommes (utilisation répétée de la préposition contre et des tournures négatives) ; en revanche, dans la table des matières, c’est le récit animalier qui est mis en évidence. Notons que les oiseaux emblématisent les mauvais penchants de l’homme dans ces fables. Cet aspect péjoratif se retrouve tout au long du Moyen Âge : au xiiie siècle, Jean Renart titre l’une de ses œuvres L’Escoufle (qui désigne un milan de mauvaise qualité), et s’excuse de la vulgarité de ce titre, auquel il préfère Le Roman de l’Aniaus11.

22La fonction illustrative des fables possède parfois un volet explicatif digne des bestiaires. Ainsi la fable De la bataille des oiseaux et de la chave sorix (2e vol., 5e âge, f°s XI v° & XII r°, gravure 10, p. 301) explique pourquoi la chauve-souris, ancien oiseau, n’a plus de plume et ne vole que la nuit :

Lorsque les chevaulx batailloient contre les oyseaulx et que la bataille estoyt forte de chascun costé, la chave sorix, voiant que la fin de bataille estoit moult doubteuse, conoissant en oultre que les chevaulx estoient en grant mutitude, se departist des oiseaulx et associa ausdis chevaulx, esperant qu’ilz seroient victorieux. Apres vint l’aigle soudainement se joindre aux oyseaux, par le moyen de laquelle principallement furent iceulx chevaulx seurmonez, et les oiseaulx victorieulx. Pour laquelle victoire fust paix criée entre les deux parties. Mais la chave sorix qui desloiaument avoit lessé sa compagnie, c’est à savoir les oyseaulx, fust condannée par sentence de estre esplumée par telle maniere qu’il ne osast se trouver de jour en la presence d’aultres oyseaux quelxconques, mais volast seulement de nuit. Ainsy est de ceulx qui cuident entretenir deux parties. Car ilz ne sont agreables à l’une partie ne à l’autre.

23La chauve-souris, qui faisait partie des oiseaux, connaît la déchéance extrême à la suite de sa trahison : elle perd ses plumes ainsi que le droit de voler de jour, et se voit confinée à l’obscurité.

  • 12 Dans son article intitulé « Bestiaire et lapidaire, un genre littéraire ? », Kurt Ringger précise (...)

24A quoi tient la réputation négative des oiseaux qu’illustrent ces fables ? Comment ces créatures de l’air en viennent-elles à rejoindre les ténèbres ? Peut-être faut-il y voir une dimension édifiante, une illustration de la Roue de la Fortune, qui fait alterner grandeur et décadence : si les oiseaux, naturellement tournés vers Dieu – comme le précise Philippe de Thaon dans son Bestiaire12 – peuvent ainsi tomber dans le vice, le danger est encore bien plus grand pour l’homme, plus éloigné de la divinité, qui doit donc redoubler d’attention et cultiver sa foi.

25Par cette double entrée, les fables participent à la fois du bestiaire et de l’exemplum. La binarité de ces titres n’est peut-être que le reflet de l’ambition du poète, qui aspire à écrire un texte-somme, capable d’englober tous les genres, et qui étoffe cette pluralité générique par quelques pirouettes textuelles.

  • 13 Voir La Naissance du Livre moderne (xive-xviie siècles). Mise en page et mise en texte du livre fr (...)

26De l’ornementation à l’information, l’illustration entretient des rapports complexes avec le texte qu’elle côtoit. Le motif de l’oiseau a permis de mettre au jour cette polyvalence de la fonction illustrative. Le sens de l’image déborde du cadre ; inversement, l’illustration peut se passer d’image et s’étoffer à l’intérieur d’un même texte, dont elle feuillette le sens. Hésitant entre le nécessaire respect de la tradition et l’aspiration légitime à la modernité13, l’incunable est une œuvre-charnière qui traduit les tensions de l’histoire du livre, tout particulièrement le passage du règne du manuscrit à l’ère de l’imprimé.

  • 14 Voir par exemple les articles de la revue Ateliers, Texte et image, études réunies par C. Croizy-N (...)

27L’étude des incunables fournit aux médiévistes une approche diachronique et plurielle des textes (texte/image, comparaison manuscrit/imprimé/incunable, etc.), et notamment pour les questions de réception et d’évolution générique. Longtemps délaissée, cette période de l’histoire du livre fait désormais l’objet de nombreux projets, chantiers et publications14, ce dont on ne peut que se féliciter.

Notes

1 Nous travaillerons à partir des exemplaires conservés dans le fonds ancien de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence (Inc. F 9 & Inc. F 10). Je tiens à remercier ici M. Ferrand, conservateur à la Bibliothèque Méjanes, pour sa grande disponibilité et ses conseils avisés. Notons qu’il existe un exemplaire « de luxe » de La Mer des histoires, imprimé sur vélin et enluminé, destiné à Charles VIII (BnF Rés. Vélins 676-677).
Sur La Mer des histoires, voir A. Claudin, Histoire de l’imprimerie en France au xve et xvie siècles, Paris, 3 tomes, t. I/2, p. 455-468.

2 Le titre français reprend celui que Landolfo Colonna utilisa pour son Mare historiarum. En 1520, Nicole de la Chesnaye traduira en français le Compendium de Gaguin et l’intitulera Mer des croniques et Mirouer hystoryal de France.

3 Voir le Dictionnaire encyclopédique du Livre, sous la direction de P. Fouché, D. Pechoin et P. Schuwer, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2005, entrée Mer des Histoires.

4 Le texte de La Mer des Histoires est divisé en six parties, selon les six âges du monde : 1 de la Création au Déluge ; 2 du Déluge à Abraham, 3 d’Abraham à David, 4 de David à la captivité de Babylone, 5 de la captivité de Babylone à la naissance du Christ, 6 la nouvelle ère qui naît avec Jésus. (d’après M.-M. Davy, Initiation à la symbolique romane (xiie siècle). Nouvelle édition de l’Essai sur la symbolique romane, Paris, Flammarion, 1977 (Champs), p. 140)

5 Sur le même type de L cadelé, voir l’article de D. Hilliard, « Histoire de », Revue française d’Histoire du livre, Genève, Droz, 2004, n° 118-121 (Nouvelle Série), p. 79-104.

6 Les bois gravés étaient non seulement réutilisés au fil de l’ouvrage, mais aussi imités par d’autres libraires. Ainsi en 1493, Jean Dupré imprima à Lyon une version de la Mer des histoires dont les gravures s’inspirent largement et librement de celles de Pierre le Rouge.

7 M.-L. Polain, Marques des imprimeurs et libraires en France au xve siècle, Genève, Slatkine reprints, 1977, p. 117-119.

8 Placé à la fin du texte (mais pas à la fin du volume, car il est parfois suivi d’annexes et de la table des matières), le colophon indique le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, le lieu et la date d’impression, ainsi que le nom de l’imprimeur, voir Histoire de l’édition française, sous la direction d’H.-J. Martin et R. Chartier, 4 tomes, t. 1, A. Labarre, « Les incunables : la présentation du livre », p. 195-215.

9 Au xvie siècle, le genre des Emblèmes, très apprécié des humanistes, tissera au contraire d’étroits liens entre la gravure et la fable : l’Emblème est constitué d’un titre bref, suivi d’une gravure qui raconte la fable en image, puis du texte lui-même et de son commentaire.

10 Voir l’édition des fables de La Mer des Histoires par H. Vaganay, « Vingt fables d’Esope, traduction française du xve siècle », Mélanges E. Picot, Paris, Librairie Damascène Morgand, 1913, 2 tomes, t. 1, p. 67-82.

11 L’Escoufle, éd. H. Michelant & P. Meyer, Paris, Droz, 1894 (SATF), v. 9074-9102.

12 Dans son article intitulé « Bestiaire et lapidaire, un genre littéraire ? », Kurt Ringger précise que « l’épilogue du Bestiaire de Philippe de Thaon développera l’image qui n’est que simplement suggérée dans le prologue latin de l’ouvrage à savoir l’attitude inclinée des animaux qui dénote la « pueritia » de l’homme, l’envol des oiseaux vers les cieux qui désigne les hommes « caelestia meditantes », alors que dans l’immobile « natura lapidis » s’exprime « Deus ineffabilis », reflété dans la sagesse humaine », Actes du XVIIIe Congrès international de linguistique et de philologie romanes, Tübingen, Niemeyer, 1988, p. 136-148, en particulier p. 137-138.

13 Voir La Naissance du Livre moderne (xive-xviie siècles). Mise en page et mise en texte du livre français, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002, J.-M. Chatelain & L. Pinon, « Genres et fonctions de l’illustration au xvie siècle », p. 236-269.

14 Voir par exemple les articles de la revue Ateliers, Texte et image, études réunies par C. Croizy-Naquet, Lille, Cahiers de la Maison de la Recherche, université Charles-de-Gaulle, Lille 3, 2003, n° 30.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Université de Provence – Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable