Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Déduits d’oiseaux au Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

La Divine Comédie ou l’école des oiseaux : Dante dans le sillage des grues

Sylvie Coche

Texte intégral

  • 1 Cf. Valerio Zanone, L’Ali alzate, Viaggio nell’ornitologia dantesca, Roma, Edizioni dell’Altana, 2 (...)
  • 2 Cf. Par. XVIII et XIX ; Enf. V et XXXIV.

1La Divine Comédie, avec ses vingt-trois espèces volatiles tant héraldiques et mythologiques qu’imaginaires et symboliques, peut revêtir les traits d’un véritable refuge ornithologique1. À l’issue d’une première lecture, nous gardons en mémoire l’aigle jupitérien, les colombes de Paolo et Francesca da Rimini ou encore les ailes de chauve-souris de Lucifer, imposantes et monstrueuses qui gèlent le très-fond infernal2. En revanche, les grues n’auront guère retenu notre attention. Et pourtant, ces oiseaux oubliés de la Vulgate et du Physiologos grec, ne le sont pas de Dante qui les évoque à quatre reprises au sein de son poème sacré, soit une fois de plus que les colombes. Toutefois, le terme signal « gru » ou « grue » sous sa forme plurielle latine, ne dénombre que deux occurrences en Enfer V et en Purgatoire XXIV ; les deux évocations ultérieures advenant au moyen de périphrases dont la première met l’accent sur la migration hivernale des échassiers au bord du Nil ; la seconde sur leur capacité à décrire des lettres durant leur vol. Plus intéressant encore est le fait que Dante insère chacune des apparitions de la grue dans le cadre d’une similitude.

2La première, rencontrée au chant V de l’Enfer, établit un parallèle entre les oiseaux et les damnés luxurieux du deuxième cercle :

Et comme les grues vont chantant leurs lais,
en formant dans les airs une longue ligne,
ainsi je vis venir, poussant des cris,
des ombres emportées par cette tempête,
(v. 46-49)

3L’usage d’une telle figure stylistique permet d’élargir et de dilater le rapprochement initial entre les damnés et les oiseaux tout en ménageant une symétrie parfaite de l’image fondée sur quatre points de contact. Le poète ramène tout d’abord les pécheurs charnels au rang de bêtes afin d’illustrer l’amour fallacieux et excessif qui les a dominés durant leur séjour terrestre, puis il apparente les « lais », le chant puissant et fort des grues aux hurlements des luxurieux. Ensuite, il associe le mouvement des échassiers à celui des pécheurs qui observent une disposition identique. Enfin, il indique que volatiles et damnés évoluent dans un même environnement aérien, à la différence près que les grues dominent l’air, en formant une longue ligne pour mieux fendre les vents, tandis que les ombres luxurieuses sont « emportées » par la tempête symbole de la tourmente des passions terrestres. Cette première similitude permet d’illustrer, par une image concrète : celle de la grue, la nature, la condition des pécheurs de chair dans l’Enfer dantesque, leurs hurlements, et insiste tout particulièrement sur la régression animale opérée par la passion, par la foll’amor qui altère la raison humaine, avilit les hommes en les dégradant au rang bestial. L’imagerie volatile rend compte du caractère volage des passions libidineuses.

4La seconde similitude du Purgatoire XXIV apparente les oiseaux aux pénitents gourmands de l’avant-dernière corniche de la sainte Montagne :

Comme les oiseaux qui passent l’hiver le long du Nil,
parfois dans les airs forment une troupe,
puis volent avec hâte et se dirigent en files,
ainsi tous les gens qui étaient là,
détournant leur visage de nous, pressèrent leur pas,
tout légers qu’ils étaient et par maigreur et par volonté,
(v. 64-69)

5Les grues sont ici rappelées de manière périphrastique, elles sont ces oiseaux « qui passent l’hiver le long du Nil ». Cette évocation permet d’introduire un élément nouveau : celui de la migration. Dante associe le mouvement des grues à celui des gourmands ; le substantif « troupe » et l’expression « tous les gens » soulignent la masse, la quantité des grues qui se déplacent par bandes et celle des gourmands qui sont en nombre dans cette sixième corniche. De plus, deux termes sont construits sur un même radical « fretta » et « raffrettò » ce qui suggère que le poète souhaite plus particulièrement comparer la vitesse à laquelle volent les grues et celle à laquelle se déplacent les gourmands. Enfin, si les termes « volent » et « pas » semblent opposer le vol des grues à la marche des gourmands, ils s’harmonisent dans l’infinitif substantivé « voler » qui indique le vouloir, la volonté des pécheurs de gueule mais n’est pas sans inclure l’image du vol. Ce parallèle sert donc principalement à imager la vitesse et l’ordre de déplacement des gourmands.

6La troisième similitude du Purgatoire XXIV est cette fois encore appliquée aux luxurieux :

Puis comme des grues qui s’envoleraient
en partie vers les monts Riphées, en partie vers le sable,
celles-ci fuyant le gel, et les autres le soleil,
une troupe de ces gens s’en va, l’autre s’en vient ;
et reprennent en pleurant leurs premiers chants
et le cri qui mieux leur convient,
(v. 43-48)

7Cette troisième occurrence, construite sur des structures de balancement, est exploitée en vue de souligner la double destination des grues et des luxurieux. Les expressions « en partie/en partie » et « une troupe de ces gens s’en va, l’autre s’en vient » insistent sur l’analogie entre les deux directions empruntées tant par les oiseaux que par les âmes expiatrices. Ce double itinéraire n’est indiqué que dans le membre de comparaison réservé aux grues, une partie des oiseaux se rendant vers « les monts Riphées », l’autre « vers le sable ». Cette opposition liminaire est renforcée par les termes antithétiques gel et soleil, une partie se dirigeant vers le sable et le soleil, dans le cadre d’une migration naturelle ; l’autre vers les montagnes et le gel, poursuivant une migration contre nature qui illustre l’amour contre nature des sodomites. Cette troisième similitude met en lumière le mouvement ordonné des pénitents charnels ainsi que leur bipartition rendant compte de deux espèces du péché de chair qui provient d’un amour excessif pour les luxurieux et d’un amour contraire aux lois de la nature pour ce qui est des sodomites.

8La dernière similitude, présente en Paradis XVIII, met en parallèle les grues et les bienheureux de Jupiter :

Et comme des oiseaux s’élevant d’un fleuve
éjouis de leur pâture,
forment une troupe tantôt en cercle tantôt en ligne,
ainsi, dans leur enveloppe lumineuse les saintes créatures
chantaient en voletant, et formaient
tantôt la figure d’un D, tantôt celle d’un I, tantôt celle d’un L,
(v. 73-78)

9Dante compare les grues, évoquées par la périphrase « des oiseaux s’élevant d’un fleuve », aux bienheureux de Jupiter qui volent, chantent et forment des lettres. Il apparaît là encore que la similitude gruyère permet d’illustrer un mouvement, une disposition, un agencement particuliers. Les références génériques « en cercle » et « en ligne » renvoient aux lettres « » de forme plutôt arrondie et « » et « L » à l’aspect linéaire. Les grues, à l’instar des bienheureux, seraient capables d’écrire dans les airs, de former des caractères intelligibles. On retrouve les thématiques du chant et du vol, non plus appliquées aux oiseaux mais aux bienheureux. Une nouveauté est introduite avec le thème de la joie, de la quiétude en parfaite osmose avec l’atmosphère paradisiaque.

  • 3 Cf. les cansos de Marcabru, Estornel cueill fa volada et Ges l’estornel no s’oblida.

10Ce repérage liminaire permet de mettre à jour les grandes lignes, les constantes de l’imagerie des grues dans la Divine Comédie. Elles constituent un terme de comparaison visant à créer des analogies avec les personnages rencontrés, tant damnés, pénitents que bienheureux, mais jamais en rapport direct avec Dante personnage. En outre, par deux fois, ces volatiles sont mis en relation avec la luxure. Il est alors légitime de se demander si ces oiseaux sont les représentants symboliques du péché charnel dans la Commedia. À cette interrogation toute rhétorique, il est possible de répondre d’emblée par la négative. Car si, aujourd’hui, les grues évoquent les femmes aux mœurs légères, en raison d’une similitude d’attitude et notamment du pied de grue et de l’exubérance de leur danse, tel n’était nullement le cas au Moyen Âge où les oiseaux de Thrace bénéficiaient d’une tradition largement positive. Les grues s’opposent radicalement aux colombes de Vénus et de l’amour libidineux ainsi qu’aux étourneaux du chant V de l’Enfer qui, comme dans les cansos de Marcabru, sont ambassadeurs de la foll’amor3. Ainsi, plus que de renvoyer à un péché spécifique, les grues introduisent un mouvement, elles illustrent une dynamique et accompagnent le personnage Dante de l’Enfer au Paradis en faisant escale par deux fois au Purgatoire.

  • 4 Cf. Guglielmo Gorni, « Gru di Dante, Lettura di Purgatorio XXVI », Rassegna europea di letteratura (...)

11Ces oiseaux, délaissés des lecteurs et d’une grande partie de la critique4, semblent pourtant revêtir une forte charge signifiante du fait même de leur quadruple mise en scène. Chez Dante, les répétitions n’étant jamais fortuites, ni indice de l’impuissance langagière, la reprise de l’imagerie gruyère a pour but d’attirer l’attention du lecteur, de l’inviter à aiguiser ses regards et à s’interroger sur le sen, sur la signification profonde que peut recouvrir une telle répétition.

12Or, dans la Divine Comédie, une même image ne renvoie pas toujours à une réalité identique. Au contraire, Dante se plaît à dédoubler la réalité et se refuse alors à puiser dans la boîte à la symbolique rigide des bestiaires. Il s’en inspire certes mais ne fige pas ses créations dans une signification inchangée. Il leur confère au contraire un sens fluctuant et progressif qui se dévoile peu à peu au fil de son parcours. Le poète octroie alors à la grue une symbolique variée pour en faire un oiseau à la fois salutaire, poétique et politique.

Des guides sur la route du salut

  • 5 Voir les Étymologies d’Isidore de Séville, le Liber de natura rerum de Raban Maur, de Barthélemy l (...)

13Si les grues sont absentes de la Vulgate et du Physiologos grec – sources principales d’où dérivent la plupart des bestiaires médiévaux –, elles bénéficient cependant d’une tradition antérieure à la Divine Comédie. Elles apparaissent en effet dès la littérature antique dans les manuels d’histoire naturelle, comme l’Histoire des animaux d’Aristote ou l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien. Elles sont également présentes dans les Fables d’Esope et de Phèdre ainsi que dans l’épopée latine au sein des œuvres de Virgile, Stace ou encore Lucain, sources privilégiées de Dante. Elles sont largement reprises dans les encyclopédies médiévales et apparaissent dans des œuvres de compilation telles que les Etymologies d’Isidore de Séville ou encore les divers De natura rerum comme celui de Raban Maur5. Dante va puiser librement dans ces sources diverses afin de tisser sa propre imagerie des grues à la fois s’inspirant de la tradition préexistante et la renouvelant.

14Au sein de cette tradition littéraire, les échassiers sont souvent évoqués en tant que migrateurs en raison de leurs longs déplacements aux deux extrémités du monde qui les conduisent de la Thrace, leur patrie natale, en Égypte, leur terre d’asile ; des bords du Strymon au nord aux rivages du Nil au sud. Or, les deux similitudes du Purgatoire insistent sur une telle propriété gruyère. En effet, le chant XXIV présente les oiseaux dans leur migration naturelle se rendant aux bords du Nil afin de passer en Égypte un hiver printanier en quête de chaleur et de nourriture. Le chant XXVI reprend la donnée migratoire mais introduit une nouveauté. Le poète imagine que les grues empruntent une double destination qui les conduirait à la même époque d’une part vers les monts Riphées, d’autre part vers les déserts égyptiens. Si la migration des grues est largement consignée par la tradition, cette indication en est absente. Dante innove, il s’écarte des auctoritates et de la vérité naturelle afin d’illustrer le péché contre nature des sodomites. Le Purgatoire, règne du mouvement, lieu intermédiaire entre deux terres situées aux antipodes l’une de l’autre comme le sont l’Enfer et le Paradis, le passé du péché et le futur de la béatitude, est le royaume le plus adapté aux grues et à leur migration qui traduit celle des âmes pénitentes, leur trajet purificateur du mal vers le bien, leur chemin de croix pénitentiel.

  • 6 Cf. Giorgio Bàrberi Squarotti, L’Ombra di Argo, Studi sulla « Commedia », Torino, Genesi editrice, (...)
  • 7 « Et comme les étourneaux portent leurs ailes », v. 40.
  • 8 Voir Enf. XXII, v. 140-144, « et tous deux/tombèrent au milieu de l’étang bouillonnant. / La chale (...)
  • 9 Enf. V, v. 39.
  • 10 Pg. XXIV, « puis hâtent leur vol », v. 66.
  • 11 Par. XVIII, v. 73.
  • 12 Par. XVIII, v. 77.

15En outre, la tradition précise que les grues volent haut dans les airs afin de mieux voir les terres où elles se dirigent. Or, l’Alighieri considère toujours les volatiles dans leur vol. Seule l’occurrence infernale ne renferme pas le verbe volare présent au sein des trois autres similitudes. En Enfer, le poète ne fait mention ni de leurs ailes puissantes ni de leur vol rapide ; le châtiment des luxurieux constituant précisément une parodie de voyage, de vol6. Les damnés ne sont pas dotés d’ailes, sinon de celles des étourneaux qui ne sont pas d’un grand secours car elles ne les empêchent nullement d’être emportés par la tempête7. Dans le cadre infernal, les ailes sont impuissantes, elles sont portées par les oiseaux mais ne peuvent les emporter ; elles sont tendues et levées mais ne peuvent s’élever vers le ciel. Les ailes d’outre-tombe semblent être engluées à l’instar de celles des Malebranche Cagnazzo et Calcabrina tombés dans la poix bouillonnante ou de celles de Lucifer dépourvues de plumes qui ne servent qu’à former le vent glacial qui gèle le Cocyte8. Ayant délaissé les ailes de la volonté en renonçant au libre arbitre, « soumettant la raison à leur désir »9, les pécheurs de chair ont perdu la faculté de vouloir et donc de voler. Dante lie et unit intimement le vol au vouloir. Ces deux termes, construits sur un même radical phonique, suggèrent que la volonté constitue les prémices du vol. Au Purgatoire en revanche, les grues reprennent leur vol10. Si, le poète oppose encore le vol des oiseaux au pas des gourmands, il unit leurs déplacements dans le verbe voler qui illustre la volonté recouvrée des pénitents. En réhabilitant leur libre arbitre, ils ont récupéré les ailes du vouloir et peuvent ainsi, à l’instar des grues, poursuivre leur vol migratoire. L’aile, de simple organe volatile, d’attribut animal, se détache progressivement du corps pour ne conserver que la faculté de voler, pour traduire un déplacement rapide qui égale la vitesse du vol. Elle devient l’instrument ascensionnel de l’aire spirituelle et illustre le vol des âmes. Le Purgatoire XXVI confirme l’état volatile recouvré par les pénitents luxurieux ; le double vol des grues traduisant l’envolée imminente des âmes purifiées. Le Paradis XVIII évoque les grues dans leur envol, elles sont présentées comme des « oiseaux s’élevant d’un fleuve »11. Toutefois, le poète opère ici un renversement. Il n’applique plus directement le verbe volare aux oiseaux, mais aux bienheureux qui « chantent en volant »12. L’apanage des oiseaux devient celui des âmes béates qui ont su recouvrer leur libre arbitre. Le vol et le vouloir sont pleinement identifiés dans le verbe voler. Le vol à la recherche de la volonté est réalisé, la quête a abouti. Dans le ciel de Jupiter, grues et âmes sont arrivées à destination. Le parcours des grues conduit de l’envol raté des âmes infernales à l’envolée céleste des bienheureux, en passant par le double vol migratoire des âmes pénitentes.

16Enfin, les grues pouvant indiquer la communauté monastique, ces pieux volatiles faisant preuve d’amour et de diligence envers les membres de leur espèce, dessinent dans la Comédie un chemin religieux de la damnation au Salut, du blasphème luxurieux prononcé contre la vertu divine aux chants de louange paradisiaques entonnés par Cacciaguida et les chantres célestes ; un pèlerinage qui conduit de la prière impossible pour Francesca et les damnés à sa double réalisation jupitérienne par la bouche de Dante personnage. Le vol des grues indique la reconquête progressive de l’amitié divine qui conduit de la foll’amor à l’amor charitas qui embrase le ciel de Jupiter.

Des guides sur la route du style

  • 13 Cf., Enf. I, « car le droit chemin était égaré », v. 3.
  • 14 Cf. Enf. V, Pg. XXIV et Par. XVIII.
  • 15 Pg. XXIV, « le nœud/que le Notaire, Guittone et moi-même retint/en deçà du doux style nouveau que (...)
  • 16 Cf., Enf. IV, v. 95-96.
  • 17 Cf., Pg. XXVI, « mon père / et celui de ces autres meilleurs que moi qui jamais / n’écrivirent rim (...)

17Si les grues délimitent le chemin du salut, elles permettent de retrouver la diritta via, ce sentier vertueux que Dante personnage déclare avoir égaré au début de la Commedia13. Or, le poète recourt cette fois à la tradition qui fait des grues des oiseaux écrivains car dans leur vol, elles dessinent un triangle à peu près isocèle dont la pointe permet de fendre les vents plus aisément. Ce triangle n’est pas sans rappeler un lambda, autrement dit la onzième lettre de l’alphabet grec. Les grues sont « Palamedis aves », ce sont les oiseaux de Palamède, elles sont dotées de la faculté de l’écriture, comme le suggère la similitude du Paradis XVIII où les âmes-oiseaux de Jupiter tracent des lettres d’or dans leur vol. Le poète fait alors état de leur formation linéaire en réitérant à quatre reprises l’adjectif lungo. Les oiseaux forment une « longue ligne », se rendent le « long du Nil » en traçant un « long fil » adoptant « une formation linéaire »14. Ces références insistantes semblent renvoyer à l’imagerie textile et suggèrent que les grues délimitent un parcours tant religieux que stylistique. Le substantif textum venant du latin tessere renvoie à l’idée de tissage et fait allusion au tissu du texte. Dante exploite cette métaphore en vue de faire des oiseaux de Palamède les élèves de Minerve filandière, qui tissent une trame textuelle sur la page céleste. Il ressort ainsi que les grues qui volent par bandes en respectant un certain ordre, en suivant un ordo, forment dans les airs un fil qui ne fait pas de nœuds : elles sont de bons écrivains. L’Alighieri tresse une polémique envers les mauvais poètes qui ne savent pas ourdir le fil du discours, et notamment envers Bonagiunta da Lucca qui a volé les plumes du paon alors qu’il n’était qu’un rimailleur plagiaire de Jacopo da Lentini et reconnaît lui-même ne pas avoir su réaliser un tissage sans nœud15. Dans ce chant, Dante est évoqué par sa qualité de poète, il est l’auteur de Donne ch’avete intelletto d’amore et Bonagiunta fait mention des penne, vers 58, terme qui apparente les plumes volatiles aux plumes littéraires. Le pluriel fait référence à un groupe, à une école poétique dont les membres volent ensemble tout comme les grues volent par bandes. L’image des oiseaux semble être, par sa nature, idéale pour être appliquée aux poètes qui écrivent avec leurs plumes. Homère est d’ailleurs comparé à un aigle : il est « ce seigneur au très haut chant/qui comme un aigle vole au-dessus des autres »16. Le Purgatoire XXVI présente lui aussi des hommes de lettres : Guido Guinizelli que Dante reconnaît comme son père poétique17, et le troubadour provençal Arnault Daniel, salué comme forgeron de sa langue maternelle.

18Les grues illustrent une polémique littéraire, elles font leur entrée sur scène avec Francesca da Rimini et la dénonciation de la littérature courtoise qui a perverti le rôle édifiant du chant d’Apollon et qui, loin d’ennoblir les hommes, les pousse au péché et les conduit à la perdition. L’Alighieri accuse les travers de cette production rimée qui a été sienne au temps de la Vita Nuova. Il rejette les conceptions d’André le Chapelain et brûle son De amore. Au Purgatoire XXIV, il rachète le style bas de sa tenzone échangée avec Forese Donati et s’érige contre le manque de subtilité de Bonaguinta qui jeûne dans la sixième corniche du Purgatoire afin de redevenir maigre et subtil. Au chant XXVI, le dolce stil novo à travers Guido Guinizelli, dont la chanson Al cor gentil rempaira sempre amore était déjà condamnée en Enfer V, est ici définitivement abandonné.

  • 18 Par. XVIII, v. 4. Cf. Guido Guinizelli, Al cor gentil rempaira sempre amore, v. 58, « Elle semblai (...)

19Le parcours poétique défini par les grues conduit de la foll’amor à l’amor charitas en passant par la fin’amor ; de la fausse dame angélisée de Guinizelli, qui camoufle un amour encore sensuel, à Béatrice, véritable dame ange qualifiée de « dame qui à Dieu me menait »18. En somme, les oiseaux de Palamède retracent la quête du style poétique qui conduisit Dante du modèle pervers courtois et stilnoviste à l’exemple salutaire de la littérature épique qui chante les exploits des combattants de la Foi dans le ciel de Mars.

Des guides sur le chemin politique

20La tradition et saint Ambroise notamment ont érigé les grues en exemples politiques en raison du bon ordre dont elles font preuve durant leurs veilles nocturnes ainsi qu’au cours de leur vol migratoire se relayant les unes les autres à la direction de la troupe. Chez ces oiseaux grégaires, l’œuvre de chacun est commune à tous. Les échassiers constituent le modèle à suivre pour maintenir l’ordre de la polis. Dante, dans les quatre chants de la grue dénonce les mauvais dirigeants terrestres : Sémiramis, Didon, les chevaliers et hauts dignitaires qui ont bafoué et détourné leur mission en vue d’assouvir leurs désirs personnels ; les mauvais chefs de file temporels comme Pasiphaé et César ou spirituels à l’instar du pape Jean XXII qui excommunie à tour de bras ôtant de la bouche des fidèles le pain eucharistique et les conduisant tout droit à la perdition.

  • 19 Enf. V, v. 56.
  • 20 Virgile, Géorgiques, IV, 515, « seul, errant à travers les glaces hyperboréennes et le Tanaïs neig (...)
  • 21 Virgile, Bucoliques, III, 46, « Orphée et les forêts le suivent » ; Géorgiques IV, « charmant les (...)
  • 22 Stace, Thébaïde, I, 10, « à la voix d’Amphion les rochers s’entassaient sur les remparts thébains  (...)

21En outre, le vol des grues débute avec Minos, parodie grotesque du jugement divin, fantoche monstrueux qui ne sut châtier Pasiphaé son épouse infidèle et livra chaque année cinquante jeunes athéniens et athéniennes au Minotaure au lieu de mettre à mort l’ignominie monstrueuse. À l’instar de Minos qui trahit son office judiciaire, Sémiramis change les lois et « rend licite la licence »19 troublant l’ordre établi et laissant s’insinuer le désordre, tout comme le jugement erroné et corrompu de Pâris provoqua la guerre de Troie. À la suite du péché originel, l’homme, ayant perdu la justice naturelle qui était en lui et le rendait spontanément juste et vertueux, doit aujourd’hui être lié au moyen de la loi. Venant du substantif latin lex, la loi est ce lien qui attache l’homme pour le protéger. L’Empire et l’Église, garants des ordres temporel et spirituel, se détournant de leur mission salutaire ; l’ersatz, l’éden de substitution mis en place par la bonté divine après l’expulsion du Paradis Terrestre des premiers Pères, est aboli, l’humanité est en péril, elle a perdu ses repères. Le poète propose alors de suivre les grues, oiseaux de Thrace, se rendant vers deux terres aux antipodes l’une de l’autre comme le sont les déserts égyptiens et les monts Riphées. Si la référence aux monts Riphées traduit l’amour contre nature des sodomites et devient un lieu de perdition nordique pour les grues, il convient cependant de se souvenir d’Orphée qui trouva refuge dans ces montagnes légendaires après avoir résolu de ne plus donner son amour aux femmes mais de se tourner vers les jeunes hommes20. Or, le mythe d’Orphée, dans les Bucoliques, les Géorgiques et les Métamorphoses21, suggère que le chantre d’Apollon, au moyen de sa parole et de son chant avait la faculté de transformer les animaux en êtres humains et détenait ainsi un rôle de pacification, adoucissant et domestiquant au moyen de sa lyre la nature animale, élevant et déplaçant les arbres et les pierres, tout comme le poète Amphion, selon la légende, a pu édifier Thèbes grâce au langage poétique22. Il semblerait alors que l’art oratoire soit facteur de civilisation, d’humanisation, il aurait la vertu de transformer l’homo silvaticus en un homme civilisé. Le poète est orateur et rhéteur, créateur poétique et politique, il bâtit la polis au moyen de l’art oratoire.

  • 23 Cf., Pg. XXII, v. 64-75.

22Les diverses significations de la grue se conjuguent alors. Le poète doit être un guide éclairé, tout comme Virgile l’a été pour Stace23. Or, les quatre chants qui renferment la similitude des grues évoquent tous un pervertissement de la parole et de la littérature. En effet, le chant V de l’Enfer dénonce l’Empire et la littérature qui ont trahi la vertu morale en empruntant une parole fallacieuse, avec tout d’abord le personnage de Sémiramis qui fut « impératrice de divers langages », (vers 54), et trahit sa fonction politique pour couvrir son adultère, mais aussi avec la littérature courtoise dénoncée par Francesca da Rimini et donnée comme origine de sa faute avec son beau-frère Paolo Malatesta. « Galehaut fut le livre et son auteur », (vers 137) : le livre des aventures de Lancelot aurait joué le même rôle d’entremetteur dans ses amours que celui de Galehaut dans celles de la reine Guenièvre et de Lancelot. Dante s’évanouit à la fin du chant, il reconnaît le côté pernicieux de cette littérature courtoise qui pousse à aimer et à être aimé en retour, cette littérature, capable de transformer les hommes en animaux, à laquelle il s’était précédemment adonné. Ainsi, le chant du poète, l’art oratoire, capable de domestiquer les animaux, de les transformer en hommes, porteur de civilisation et apte à édifier une cité, semble avoir été l’objet d’une corruption, d’un pervertissement, le chant d’Orphée a perdu ses vertus et, contrairement à sa nature, est devenu facteur de régression, il déshumanise les hommes et détruit l’ordre de la cité.

  • 24 Cf. Par. XVIII, v. 82-87 pour l’invocation aux muses ; v. 37-48 pour la description des combattant (...)

23En revanche, en Paradis XVIII, Dante ménage une allusion aux muses civilisatrices qui confèrent gloire et longévité aux cités et fait mention des bons chevaliers, des combattants de la Foi du ciel de Mars : Josué, Judas Macchabée, Charlemagne, Roland, Guillaume d’Orange, Rainouard, Godefroy de Bouillon et Robert Guiscard24. Ainsi, les grues sont des guides sur le droit chemin, elles indiquent la route vertueuse et suggèrent alors, dans l’ombre des mauvais exemples politiques, les Justes : Enée, le juste et pieux héros virgilien se profile aux côtés de Didon ; Loth, apparaît dans l’ombre des villes bibliques de Sodome et Gomorrhe, Orphée trouve refuge aux Monts Riphées, terre de destination des grues dantesques.

  • 25 Cf., Par. XVIII, v. 6 : « celui qui tout tort redresse ».

24Le chemin des grues est celui d’une reconquête, d’un pèlerinage vers la Justice non plus humaine mais divine. Commencé avec les mauvais juges terrestres et d’outre-tombe, le parcours des grues s’achève dans le ciel de Jupiter, triomphe de la Justice divine où Dieu est évoqué de par sa faculté à redresser les torts25.

  • 26 Pour cette interprétation du labyrinthe, cf. M. Detienne, l’Écriture d’Orphée, Mayenne, Gallimard, (...)

25Les grues revêtent une place éminente dans la Divine Comédie, elles sont les guides qui se relaient à la direction du vol migratoire, tout comme Virgile, Béatrice et saint Bernard, se succèdent tour à tour comme guides de Dante personnage dans les diverses étapes de son parcours eschatologique. Elles indiquent la triple quête de Dante : religieuse, poétique et politique. Dans leur sillage, le pèlerin part à la reconquête de l’amitié divine, du style poétique et de l’ordre politique. Dans sa micro-structure, le parcours des grues retrace la configuration générale de la Divine Comédie et constitue le fil d’Ariane salutaire, stylistique et politique qui invite à lire les chants V de l’Enfer, XXIV et XXVI du Purgatoire et XVIII du Paradis dans leurs rapprochements signalétiques et thématiques. Les grues deviennent le fil de vie tissé par les Parques, les hommes doivent se mettre à leur école afin de sortir heureusement du labyrinthe terrestre, tout comme les lecteurs doivent les suivre avec attention en vue de ne pas s’égarer dans le dédale textuel de la Commedia. Chacun doit prendre part à la danse des grues où les personnes se suivent les unes à la suite des autres en file indienne, décrivant cette chorégraphie qui mime l’entrée et la sortie de Thésée du labyrinthe26. Or le labyrinthe de la Comédie est pensé comme un parcours, une traversée qui ne tient qu’à un fil : la file linéaire décrite par les grues, guides de Dante et des hommes engagés sur le chemin de la vie. Dante, appartenant à la famille des Alighieri, autrement dit des porteurs d’ailes, s’élève, surpassant Dédale lui-même, de sa propre création et la contemple. Le vol des grues image le vol ascensionnel de l’âme qui se détache de son enveloppe corporelle et de son passé terrestre, pour s’élever vers les hauteurs célestes. En un mot, Dante se place sous le patronage de la grue en vue de mener à bien son pèlerinage religieux, poétique et politique.

Notes

1 Cf. Valerio Zanone, L’Ali alzate, Viaggio nell’ornitologia dantesca, Roma, Edizioni dell’Altana, 2004. À côté de l’évocation des rapaces et des oiseaux en général, la Divine Comédie recense vingt-trois espèces ornithologiques : deux en rapport avec l’héraldique : le coq (Pg. VIII) et l’oie (Enf. XVII) ; quatre en relation avec la mythologie : l’hirondelle (Pg. IX), le rossignol (Pg. XVII), le pic-vert (Par. XXVII) et la pie (Pg. I) ; trois espèces imaginaires : le griffon (Pg. XXIX, XXXI, XXXII), le phénix (Enf. XXIV) et les harpies (Enf. XIII) ; cinq symboliques : l’aigle (Par. XIX), l’épervier (Enf. XXII, Pg. XIII), le faucon (Enf. XVIII, XXII ; Pg. XIX ; Par. XVIII, XIX), le pélican (Par. XXV) et la colombe (Enf. V ; Pg. II ; Par. XXV) ; neuf autres espèces entrant dans le cadre de similitudes : la grue, l’alouette (Par. XX), le canard (Enf. XXII), la cigogne (Enf. XXXII ; Pg. XXV ; Par. XIX), le cygne (Pg. XIX, Par. XXVII), la corneille (Par. XXI), l’étourneau (Enf. V), la chauve-souris (Enf. XXXIV) et le merle (Pg. XIII).

2 Cf. Par. XVIII et XIX ; Enf. V et XXXIV.

3 Cf. les cansos de Marcabru, Estornel cueill fa volada et Ges l’estornel no s’oblida.

4 Cf. Guglielmo Gorni, « Gru di Dante, Lettura di Purgatorio XXVI », Rassegna europea di letteratura italiana, Firenze, Franco Cesati editore, 1994 et Teresa Gualtieri, « Gru di Dante, pellegrinaggio attraverso la poesia », L’Alighieri, XXXV, nos 3-4, 1994.

5 Voir les Étymologies d’Isidore de Séville, le Liber de natura rerum de Raban Maur, de Barthélemy l’Anglais, de Thomas de Cantimpré, le Livre du Trésor de Brunetto Latini, le Speculum Naturale de Vincent de Beauvais. En outre, les bestiaires tels que le De animalibus d’Albert le Grand ou le Reductorii Moralis de Pierre Bersuire amplifient l’imagerie de la grue en lui octroyant une finalité à la fois didactique et morale. Les sources qui n’étaient pas directement accessibles à Dante constituent tout de même un background, un réseau d’influences.

6 Cf. Giorgio Bàrberi Squarotti, L’Ombra di Argo, Studi sulla « Commedia », Torino, Genesi editrice, 1992, p. 169 et T. Gualtieri, « Le gru di Dante », op. cit., p. 109, qui parle quant à elle de « parodie statique du pèlerinage des grues ».

7 « Et comme les étourneaux portent leurs ailes », v. 40.

8 Voir Enf. XXII, v. 140-144, « et tous deux/tombèrent au milieu de l’étang bouillonnant. / La chaleur les sépara aussitôt ; / mais il leur était impossible de se relever, / tant leurs ailes étaient engluées ». De même, les ailes de Lucifer bien qu’immenses, ne sont pas dotées de plumes et sont alors inaptes au vol : Enf. XXXIV, « Sous chacune sortaient deux grandes ailes / à la mesure d’un tel oiseau : jamais je ne vis pareilles voiles en mer. / Elles n’avaient pas de plumes, mais ressemblaient / à celles des chauves-souris ; et il les agitait, / si bien que trois vents naissaient de cet être : / qui faisaient geler tout le Cocyte », v. 46-52.

9 Enf. V, v. 39.

10 Pg. XXIV, « puis hâtent leur vol », v. 66.

11 Par. XVIII, v. 73.

12 Par. XVIII, v. 77.

13 Cf., Enf. I, « car le droit chemin était égaré », v. 3.

14 Cf. Enf. V, Pg. XXIV et Par. XVIII.

15 Pg. XXIV, « le nœud/que le Notaire, Guittone et moi-même retint/en deçà du doux style nouveau que j’entends», v. 55-57.

16 Cf., Enf. IV, v. 95-96.

17 Cf., Pg. XXVI, « mon père / et celui de ces autres meilleurs que moi qui jamais / n’écrivirent rimes d’amour si douces et gracieuses », v. 97-99.

18 Par. XVIII, v. 4. Cf. Guido Guinizelli, Al cor gentil rempaira sempre amore, v. 58, « Elle semblait un ange ».

19 Enf. V, v. 56.

20 Virgile, Géorgiques, IV, 515, « seul, errant à travers les glaces hyperboréennes et le Tanaïs neigeux et les guérets du Riphée que les frimas ne désertent jamais, il pleurait Eurydice perdue et les dons inutiles de Dis ». Ovide, Métamorphoses, X, « Orphée s’était dérobé à toutes les séductions des femmes », « ce fut lui aussi dont les chants apprirent aux peuples de Thrace à reporter leur amour sur de jeunes garçons ».

21 Virgile, Bucoliques, III, 46, « Orphée et les forêts le suivent » ; Géorgiques IV, « charmant les tigres et entraînant les chênes avec son chant ». Ovide, Métamorphoses, XI, « le chantre de Thrace entraîne à sa suite les forêts, les animaux sauvages, les rochers », « par cette bouche […] qu’avaient écoutée les rochers et comprise les bêtes sauvages », « par les forêts qu’entraînèrent souvent ses chants ».

22 Stace, Thébaïde, I, 10, « à la voix d’Amphion les rochers s’entassaient sur les remparts thébains ».

23 Cf., Pg. XXII, v. 64-75.

24 Cf. Par. XVIII, v. 82-87 pour l’invocation aux muses ; v. 37-48 pour la description des combattants de la Foi.

25 Cf., Par. XVIII, v. 6 : « celui qui tout tort redresse ».

26 Pour cette interprétation du labyrinthe, cf. M. Detienne, l’Écriture d’Orphée, Mayenne, Gallimard, 1989, p. 20-21.

Auteur

Université Stendhal – Grenoble 3

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable