Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Pilosité et horripilation dans les Problèmes d’Aristote d’Evrart de Conty

Bruno Roy

Texte intégral

  • 1 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, 1992, p. 974. Le sens figuré d’a (...)
  • 2 Le texte de B. de Gordon est cité dans Danielle Jacquart et Claude Thomasset, Lexique de la langue (...)
  • 3 Cf. Françoise Féry-Hue, article « Bernard de Gordon », in Dictionnaire des lettres françaises. Moy (...)

1L’emploi du mot horripilation dans le contexte de la chevelure appelle un éclaircissement. L’horripilatio des Latins désignait le hérissement des poils; son entrée dans le vocabulaire français date, s’il faut en croire le Robert historique, de 14951. Cette date est celle de l’édition princeps de la Practique qui s’appelle Fleur de lys en medecine, traduction française du Lilium medicine de Bernard de Gordon2. En toute logique, la véritable datation du mot devrait être celle de l’original français, c’est-à-dire 1377, cent vingt ans avant la parution de l’édition imprimée3. C’est durant cette même décennie de la fin du xive siècle que le mot est aussi apparu dans les Problèmes d’Aristote d’Evrart de Conty.

  • 4 Pierre Louis, Aristote, Problèmes, Paris, Les Belles-Lettres, 1991, 3 vol.
  • 5 Voir P. Louis, Aristote, Problèmes, t.1, p. xxviii-xxi.

2La collection de Problemata traditionnellement attribuée à Aristote, constitue un répertoire d’environ neuf cents questions concernant la médecine, la philosophie naturelle et l’éthique. Selon le récent éditeur et traducteur des Problèmes4, c’est Aristote lui-même qui aurait rédigé le noyau principal de ces questions en les classant par ordre alphabétique (kata stoikheion) comme il l’avait fait pour son enquête sur les constitutions des villes grecques. Par la suite, le recueil fut enrichi de questions nouvelles par les péripatéticiens, et reçut sa forme définitive (kat’eidos) au iiie siècle de notre ère. Cette évolution du texte explique les nombreux doublets qu’on y rencontre5.

  • 6 Sur Pierre d’Abano, voir Nancy G. Siraisi, « The Expositio Problematum Aristotelis of Peter of Aba (...)

3La plus ancienne des traductions latines des Problèmes fut l’œuvre de Barthélémy de Messine, un lettré qui vivait au xiiie siècle à la cour de Manfred, roi de Naples et de Sicile. C’est cette traduction qui a servi de base au seul commentaire latin médiéval connu, celui du médecin padouan Pierre d’Abano6 (1257-c. 1315). Quand Evrart de Conty entreprendra de traduire les Problèmes du latin au français à la demande de Charles V, vers 1370/1380, sa traduction accompagnée d’une glose bénéficiera des apports de Pierre d’Abano, qu’il désigne sous le nom d’Expositeur.

  • 7 Fr. Guichard Tesson, « Evrart de Conty, auteur de la Glose des Echecs amoureux », Le Moyen françai (...)
  • 8 Une édition complète du texte est en cours par les soins de Gianmario Raimondi, « Les Eschés amour (...)

4Depuis quelques années, Evrart de Conty a suscité l’intérêt de plusieurs chercheurs. Auparavant, la seule œuvre qu’on lui attribuait avec certitude était les Problèmes d’Aristote, jusqu’à ce que Françoise Tesson démontre qu’il était aussi l’auteur des Echecs amoureux moralisés, une sorte d’encyclopédie sous forme allégorique destinée à l’éducation d’un jeune noble7. Il semble maintenant probable qu’Evrart est aussi l’auteur du poème didactique Les Echecs amoureux8, dont les Echecs amoureux moralisés constituent le prolongement et la refonte en prose. Avec ces trois œuvres imposantes, Evrart se hausse au premier plan des auteurs didactiques du xive siècle.

  • 9 Manuscrits conservés : Cambrai, Bibliothèque Municipale, 874 (797) ; Chantilly, Musée Condé, 990 ( (...)
  • 10 C’est un manuscrit en deux volumes, Paris, BnF, fr. 24281 et fr.24282, qui totalise cinq cents fol (...)

5Bien que les Problèmes n’aient jamais connu l’impression, leur texte nous est parvenu dans quelques manuscrits9, dont l’un de la main même d’Evrart10. Les questions concernant les cheveux se retrouvent surtout dans la huitième section qui traite de la rigueur et de Vhorripilation, et aussi dans la quatrième section consacrée à « l’oeuvre de generacizon ». Nous résumons ci-après l’essentiel de la « doctrine » d’Evrart contenue dans ces chapitres.

6Parmi les êtres vivants organisés, l’homme se place à la jonction entre deux classes opposées d’animaux: les froids, comme les poissons qui sont dépourvus de poil mais dotés d’écailles, et les chauds, comme les animaux qui ont la peau recouverte de poils. Puisque, entre deux termes opposés, le moyen terme doit participer aux deux extrémités, l’homme naît avec une pilosité minimale qui s’accroît à mesure qu’il vieillit. A la naissance, les poils sont concentrés sur la tête (cheveux, cils et sourcils), puis à mesure que l’homme devient plus chaud et sec, son corps s’orne de poils nouveaux à la poitrine, aux « cuisses » (le poil pubien), et au visage (la barbe) (Problèmes, IV, 4) :

  • 11 Nous citons d’après le manuscrit autographe Paris, BnF, fr. 24281.

Li homs, pour sa complexion atempree, est u regart des autres bestes ausi comme de moienne nature entre elles, si comme Galiens dit, car les autres bestes ne poeent ataindre a celle atemprance de complexion, ains sont les aucunes de plus chaude nature comme li lyons et pluseurs oysiaus, et les autres plus froides comme les poissons et pluseurs autres bestes. Et pource doit il avoir ausi moyennes dispositions entre ces .2. car li moyens doit tousdis savourer et retenir la nature des extremités. Et pource samble il que li homs ne doit pas du tout estre pelus dés sa premiere generation comme les bestes mues sont, ne du tout desnués aussi de poil comme les bestes aquatiques. Et pource ne ha il pas au commencement plenté de poil car lors resamble il plus a bestes non pelues, mais aprés certain tans, comme quant il approche le tans de jonesce pour ce que lors resamble il plus as [105v] autres bestes qui sont pelues, pource que li vienent lors li poil en pluseurs lieus et plus habondamment11. (f° 105 r°)

7En somme selon cette théorie, les cheveux sont à la tête ce que l’herbe est au sol : ils croissent en fonction de la chaleur et de l’humidité du « terreau ». On pourrait objecter, dit Evrart, que les femmes et les enfants, à qui la théorie ancienne des qualités attribuait un coefficient d’humidité supérieur à celui de l’homme, ont pourtant une pilosité moindre que les hommes mûrs. Mais la difficulté n’est qu’apparente, car en fait il s’agit dans ces deux cas d’une humidité qui n’est pas assez bien « digérée » (IV, 31).

8Si nous appliquons cette théorie au phénomène du hérissement des cheveux (l’horripilatiori), nous pouvons comprendre pourquoi les cheveux et les poils se hérissent en plusieurs circonstances : quand nous avons froid, quand nous avons chaud, quand nous avons peur, quand nous éternuons et quand nous urinons. Dans tous ces cas, la notion-clé est celle d’« humidité naturelle ». Les cheveux et les poils étant enracinés dans l’humidité sous-cutanée du corps, le froid a pour effet de ramener plus profondément cette humidité vers l’intérieur, ce qui entraîne un raidissement des cheveux. Ce mécanisme est comparable à ce qui se passe quand nous enfonçons un pieu dans une terre boueuse : il sera plus facile de le faire tenir droit pourvu que la terre soit asséchée et que nous la pressions à la base du pieu (VIII, 21) :

Quant ceste humidité dont, pour la froidure sourvenant, est soit coagulee et comprimee entour la racine du poil, il convient qu’il se dresce de necessité [...], si comme il appert clerement, qui bien y considere; et pource, selonc ce que ceste coagulation et ceste composition est forte plus ou mains, selonc ce se tienent et demeurent drecié et roide li poil ausi et li cevel ou plus ou mains. Et c’est ausi que se on fichoit .j. baston en la boe qui ne seroit pas endurcie ne sechie souffissaument. (f° 149 v°)

9Paradoxalement, la chaleur a le même effet que le froid (VIII, 10), parce que venant de l’extérieur elle pousse vers l’intérieur du corps celle qui s’y trouvait déjà; le plus chaud (autrement dit le moins froid) repousse le moins chaud (ou le plus froid) :

La grant chaleur de dehors, quant elle ataint soubdainement le cors, elle fait la chaleur des membres de dehors, qui est ausi comme froidure u regart de celle, fuir et retraire dedens le cors. (f° 146 r°)

10Quant à la sternutation (VIII, 17), ce « mouvement moult merveilleus et moult imperieus et de grant violence », c’est un mécanisme par lequel le cerveau humain évacue les humidités vaporeuses nuisibles. Aussitôt expulsées, ces humidités créent un vide qui doit être immédiatement comblé puisque la nature a horreur du vide. Le processus de l’éternue-ment comporte deux temps: nous aspirons profondément l’air avant et après, de telle façon que notre cerveau se trouve doublement refroidi par cet apport extérieur, d’où le hérissement des cheveux.

11Le même principe explique pourquoi le hérissement des cheveux se produit quand nous urinons (VIII, 12). L’explication proposée par Evrart à la suite d’Aristote repose sur la même notion de l’horror vacui combinée avec la relation chaud/froid. Aussitôt que la vessie s’est départie de son urine, il faut qu’elle se remplisse sinon elle se trouverait vide, ce qui s’avère inconcevable. Elle se remplit donc de l’air froid extérieur, ce qui amène le hérissement des cheveux.

12Le second domaine qu’explore Evrart dans ses Problèmes d’Aristote, en ce qui concerne la pilosité humaine, touche non plus l’horripilation mais le rapport entre la quantité de cheveux et l’activité sexuelle. Ici encore, la notion-clé est celle de chaleur humide. Comme l’acte sexuel entraîne chez les humains une déperdition de chaleur, spécialement de la chaleur qui réside au cerveau, lieu de formation du sperme, l’irruption du froid au niveau du cuir chevelu entraîne des conséquences sur la quantité des cheveux qui recouvrent la tête. On peut le « constater » de deux façons, dit Evrart. Chez ceux qui abusent de l’acte sexuel, le cerveau s’affaiblit et la vue baisse, parce qu’alors la tête cesse d’être irriguée par l’humidité. Corrélativement, les eunuques, qui ne sont pas sujets à ce type de refroidissement puisqu’ils ne pratiquent pas l’acte sexuel, sont immunisés contre la calvitie. Le même raisonnement s’applique aux animaux: les bœufs castrés ont des cornes plus longues que les taureaux parce que leur humidité reste prisonnière à l’intérieur de leur corps. Une contre-preuve de ce phénomène est fournie encore une fois par l’observation des enfants et des femmes: la calvitie n’affecte pas les premiers parce qu’ils sont inaptes à l’acte sexuel, ni les secondes parce que leur cerveau, à l’encontre de celui de l’homme, n’est pas impliqué dans la production de sperme (IV, 58).

  • 12 Pierre d’Abano, Expositio Problematum Aristotelis, éd. Paris, Jean Petit, F 65 v°b: « Accidit quod (...)
  • 13 Barthélémy de Messine (cité dans P. d’Abano, ibid.) : « Propter hoc autem et aves veneree et coler (...)
  • 14 Dans le texte grec, la question IV, 31 est ainsi formulée (trad. P. Louis, p. 92) : « Pourquoi les (...)

13Le rapport entre la puissance sexuelle et le système pileux se manifeste dans une autre question des Problèmes qui peut nous paraître étrangère au sujet: pourquoi les oiseaux et les hommes colériques sont-ils lascifs (IV, 31) ? La première partie de cette question repose sur une observation de la « pilosité » des oiseaux, c’est-à-dire que sur un corps minuscule, ceux-ci sont dotés d’une grande quantité de plumes, qu’on pourrait assimiler à des « super-poils ». Comment expliquer ce phénomène en termes de calorimétrie ? Selon l’échelle de la pilosité animale mentionnée précédemment, le porteur de plumes doit se situer au sommet de la pyramide calorique, bien au-dessus des écailles des poissons, des poils des animaux et des cheveux humains. Les oiseaux sont donc dépositaires d’une chaleur excessive, et cela s’explique par le type de contact qu’ils ont avec le sol. Les petites pattes des oiseaux sont l’instrument d’un contact minimal avec le sol, n’entraînant aucune déperdition de chaleur corporelle (un simple train d’atterrissage, dirions-nous...). La super-pilosité des oiseaux est donc signe de leur haut niveau de chaleur érotique. Mais que dire de la lasciveté des hommes colériques, qui constitue le second volet de la question posée? Il faut constater ici qu’Evrart, de même que son prédécesseur Pierre d’Abano12, a été victime d’une erreur de traduction commise par Barthélémy de Messine13. Chez Aristote, il s’agissait des hommes boiteux14 (khôloi), mot qui a été confondu avec kholoi et donc traduit par colerici. Dans un effort louable pour remédier à l’incohérence du texte, Evrart propose que les hommes colériques ont les jambes « seches et ossues », ce qui entraîne un contact imparfait avec le sol, analogue au « minimalisme » qui confère aux oiseaux leur suprématie érotique :

Es oysiaus et es hommes coleriques, qui ont les jambes maigres et seches et ossues, il n’y descent du nourrissement gaires pource qu’il n’en est pas ausi necessités. Et pource le nourrissemens demeure en haut es autres parties de desus en moult grant quantité, et meesmement entour les parties des membres de generation, de quoy il s’ensieut qu’il habondent plus en la matere desus dite, et par consequens ce n’est mie merveilles s’il sont luxurieus et plus incité a ceste chose que li autre ne sont, qui ne sont mie tel ». (f° 119 r°)

14Une dernière question touche le rapport entre les cheveux crépus et la forme du nez (XXXIII, 18). Selon la doctrine des Problèmes, ceux qui ont les cheveux crépus ont les pores de la peau étroits et tortueux, de sorte que leurs cheveux ont de la difficulté à émerger du cuir chevelu, à la manière d’un fil qu’on forcerait à traverser un trou trop étroit. Or cette configuration des pores chez certains individus, en particulier ceux des régions chaudes, vient d’un manque de « matière terrestre ». Comme les os et les cartilages sont formés de cette même matière terrestre, il s’ensuit que le corps de ces individus recèle des insuffisances anatomiques en d’autres endroits, comme pour la formation des os du nez. Le nez, qui se trouve privé de cette matière, ne se développera pas normalement et demeurera camus.

15Tant de raisonnements spécieux, d’explications controuvées et d’étranges parallèles mis en œuvre par Evrart dans ces questions sur l’horripilation et la pilosité, à la suite d’ailleurs de Pierre d’Abano et ultimement d’Aristote, ont de quoi choquer notre rationalisme moderne. Il est vrai que cette façon d’aborder les problèmes concrets à l’aide d’un outil purement théorique devait forcément amener soit à donner des réponses fausses à des problèmes réels, soit à susciter de fausses questions, à établir des relations arbitraires entre certaines réalités ou encore à passer sous silence des faits pertinents. Mais ce qui importait pour Evrart dans ces Problèmes, c’était d’apporter une réponse, quelle qu’elle soit, aux « fortes questions » énoncées par Aristote, c’est-à-dire aux questions sur lesquelles la doctrine antique pouvait être mise à mal. Comme il n’était aucunement question de prendre en défaut la théorie des quatre « qualités » de la matière terrestre, tout tentative d’explication, à condition qu’elle soit formulée avec une assurance tempérée çà et là de doutes stratégiques, avait priorité sur l’observation des faits. Mais nous aurions tort de le regretter, puisque certaines questions utiles ont tout de même été posées ; de toute façon, l’outillage scientifique du temps n’aurait jamais permis d’obtenir des résultats aussi « intéressants » à nos yeux que ce que laissent maintenant entrevoir des cadres conceptuels radicalement différents.

Notes

1 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, 1992, p. 974. Le sens figuré d’agacement et d’exaspération n’est pas attesté avant le xixe siècle.

2 Le texte de B. de Gordon est cité dans Danielle Jacquart et Claude Thomasset, Lexique de la langue scientifique (astrologie, mathématiques, médecine...), Paris, Klincksieck, 1997, p. 141a.

3 Cf. Françoise Féry-Hue, article « Bernard de Gordon », in Dictionnaire des lettres françaises. Moyen Age, Paris 1992, p. 151 (deux manuscrits sont cités : BnF fr. 1288 et fr. 1327).

4 Pierre Louis, Aristote, Problèmes, Paris, Les Belles-Lettres, 1991, 3 vol.

5 Voir P. Louis, Aristote, Problèmes, t.1, p. xxviii-xxi.

6 Sur Pierre d’Abano, voir Nancy G. Siraisi, « The Expositio Problematum Aristotelis of Peter of Abano », Isis 61 (1970), p. 321 -339 ; id., Arts and Sciences at Padua. The Studium of Padua before 1350, Toronto 1973 ; E. Paschetto, Pietro d’Abano medico e fdosofo, Florence, 1984 ; D. Jacquart, « L’influence des astres sur le corps humain chez Pierre d’Abano », in B. Ribémont (éd.), Le corps et ses énigmes au Moyen Age, Orléans, Paradigme, 1993, p. 73-86.

7 Fr. Guichard Tesson, « Evrart de Conty, auteur de la Glose des Echecs amoureux », Le Moyen français, 8-9 (1983), p. 111-148. Le texte a été édité par Fr. Guichard Tesson et B. Roy, Le Livre des eschez amoureux moralisés, Montréal, Ceres, 1993.

8 Une édition complète du texte est en cours par les soins de Gianmario Raimondi, « Les Eschés amoureux. Studio preparatorio ed edizione (I : v. 1-3662) », Pluteus, n° 8-9 (1990-1998), p. 68-241.

9 Manuscrits conservés : Cambrai, Bibliothèque Municipale, 874 (797) ; Chantilly, Musée Condé, 990 (la section sur la musique) ; Iena, Universitätsbibliothek, Gall. 81 ; Paris, BnF, fr. 210 ; Paris, BnF, fr. 211 ; Paris, BnF, fr. 563 et 564 ; Paris, BnF, n.a.fr. 3371 (fragment de 12 folios) ; ‘s Gravenhage, Koninklijke Bibliotheek, 133A3. Un manuscrit ayant appartenu à Marguerite d’Autriche a disparu dans l’incendie de l’Escoriai en 1671 : voir M. Debae, La bibliothèque de Marguerite d’Autriche. Essai de reconstitution d’après l’inventaire de 1523-1524, Louvain-Paris, Peeters, 1995, p. 292.

10 C’est un manuscrit en deux volumes, Paris, BnF, fr. 24281 et fr.24282, qui totalise cinq cents folios grand format. Ce manuscrit a appartenu au fonctionnaire normand Simon de Plumetot avant de se retrouver à la bibliothèque de Saint-Victor. Voir G. Ouy, « Simon de Plumetot et sa bibliothèque », in Miscellanea codicologica F. Masai dicata, Gand, 1979, t. II, p. 353-381.

11 Nous citons d’après le manuscrit autographe Paris, BnF, fr. 24281.

12 Pierre d’Abano, Expositio Problematum Aristotelis, éd. Paris, Jean Petit, F 65 v°b: « Accidit quod aves et viri colerici, calidi et sicci qui tamen prius extiterunt calidi et humidi, sint luxuriosi, et hoc quia materie nutrimentalis in avibus et his vins parva quanti-tas tendit ad partes inferiores ut ad crura et ad pedes, et hoc ideo quia crura et pedes sunt sicci, terrestres, carne carentes et pinguedine ; et ideo modico indigent nutrimento, cum etiam modicum resolvatur ab eis ; sunt enim ossuosa, immo materia nutrimentalis tendit in partes superiores circa organa femoris et supra, ita quod eius superfluum illic existens de facili et velociter natum est congregari in sperma et demum motu et fricatione emitti. »

13 Barthélémy de Messine (cité dans P. d’Abano, ibid.) : « Propter hoc autem et aves veneree et colerici nutrimentum enim utrisque deorsum quidem modicum propter siccitatem tibia-rum, in superiorem enim locum incipit et in sperma congregatur. »

14 Dans le texte grec, la question IV, 31 est ainsi formulée (trad. P. Louis, p. 92) : « Pourquoi les oiseaux et les hommes velus sont-ils lascifs ? [...] Les oiseaux sont lascifs pour la même raison que les boiteux : chez les uns comme chez les autres la nourriture est peu abondante dans le bas du corps, en raison de l’état défectueux de leurs jambes, mais elle va vers la région supérieure et elle se convertit en sperme ».

Auteur

Université de Montréal, Canada

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540