Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Les tondues et les traînées ou les mauvais traitements infligés à la chevelure féminine

Myriam Rolland-Perrin

Texte intégral

Marine iert par non apelee,
N’avoit pas la teste pelee,
Ainz avoit grant cheveleüre
Et simple la regardeüre.
(Roman de Claris et Laris, v. 13411 -13414)

1Ce portrait de Marine, qualifiée par ailleurs de « flour de toute biauté », indique par une litote que rien ne dépasse en laideur un crâne féminin chauve. Une femme ne saurait donc sans peine intime se voir privée de sa chevelure, à moins qu’elle n’opère ce sacrifice par amour ou par contrainte religieuse. Néanmoins, dans la plupart des cas, la mutilation est le fait de la violence masculine qui s’attaque ainsi à un attribut essentiel de la féminité, portant à la femme un préjudice moral aussi bien qu’esthétique. Lorsque l’homme châtie la femme volage, la privation des cheveux entre en concurrence avec une autre mortification consistant à traîner la femme par les tresses. Les deux sévices sont voisins dans leurs mobiles comme dans leurs finalités puisqu’il s’agit toujours d’humilier, d’avilir la femme en dégradant sa chevelure. Nous essayerons de montrer qu’ils sont également proches dans leur expression puisque chacun a tendance à se constituer en motif à la formulation stéréotypée.

*

2L’homme peut en effet s’ériger en juge – assez injuste en général – de conduites blâmables et décider d’une punition aboutissant à l’élimination de la chevelure féminine. C’est ainsi que le roi dans Lancelot en prose accuse celle qu’il pense être la fausse Guenièvre d’avoir usurpé l’identité et la place de la reine légitime, et la condamne à être tondue :

Et por ce qu’ele a porté la corone contre raison, por ce sera effaciés li lieus et desonorés ou la corone estoit : si avra les chevels trenchiés et autresi avra trenchié le cuir des mains por ce qu’il apartient a roine qu’ele soit iluec enointe et perdra le cuir des dois por miels estre coneue; et après s’en istra del pooir mon seignor le roi sans revenir. (t. I, VIII, 10, p. 127)

  • 1 Et li rois meemes recorde lo jugement et dist : « Seignors, vos avez bien oï comment ceste damoise (...)

3Voire, dans le troisième tome, à être scalpée1. L’usurpatrice supposée doit subir un châtiment à la hauteur de son méfait; le jugement du roi souligne un transfert de dignité royale de la couronne aux cheveux, et de l’huile sainte aux doigts. Extrémité supérieure du corps, la tête tend à incarner ce qu’il y a de plus noble en l’homme. En tant que partie intégrante de la tête, la chevelure se voit attribuer les mêmes valeurs symboliques de dignité et de sagesse. C’est en effet sur la tête que se pose l’emblème royal qui confère aussitôt à la chevelure une certaine majesté. Autrement dit, du fait de sa proximité avec la couronne, la chevelure en aurait indûment « absorbé » la royauté. Il importe que cette mutilation soit vue et sue de tous afin qu’aucune méprise sur la prétendue condition royale de Guenièvre ne soit plus possible.

4Il s’agit donc de châtier, de façon définitive ici, le lieu du péché. On remarquera que le choix de l’auteur s’est porté sur le substantif générique « chevels » tandis que dans le troisième tome, c’est « treces » qui est employé : « Or si avons, fait il, jugié que cele Guenievre qui la est doit avoir les treces colpees a tot lo cuir ». La tresse apparaît comme l’emblème de la chevelure soignée et apprêtée pour séduire. Ce choix lexical laisse à penser que – pour le roi – l’usurpatrice est certes punie pour sa conduite mais surtout pour sa luxure (elle aurait indûment partagé le lit royal) puisque l’on infligeait ce châtiment aux femmes légères.

5En effet, la tonte est invariablement une humiliation punissant une faute sexuelle avérée ou supposée. C’est ainsi que dans Guillaume de Dole, alors que l’empereur annonce à Guillaume que sa sœur Liénor a été déflorée, le frère offusqué s’exclame :

Ele n’a pas esté lïee
ne bertaudee ne tondue !
De tant l’avoit Dex bien veüe
qu’el a la crigne blonde et bele. (v. 3704-370)

  • 2 Le Vocabulaire de la coiffure en ancien français étudié dans les romans de 1150 à 1300, Bruxelles, (...)

6Si l’on suit l’analyse que donne R. Boulengier-Sedyn de ces vers2, il y aurait une gradation entre les trois participes passés puisque le premier désignerait l’action de coiffer Liénor de la guimpe des religieuses, donc de l’enfermer dans un cloître, que le deuxième signifierait la tonte inégale des cheveux et que le troisième désignerait le rasage intégral de la chevelure. Du point de vue narratif, Guillaume, se refusant à croire cette fausse nouvelle, évoque donc pour défendre sa sœur le fait que la punition habituelle du péché de chair, la tonte, n’ait pas été appliquée. Autrement dit, sa chevelure intacte est le signe de l’innocence de Liénor.

7Ce type de châtiment se révèle, pour les raisons que l’on a évoquées au sujet du symbolisme médiéval de la tête, particulièrement déshonorant. La honte de la femme est accentuée par certaines pratiques consistant à promener de façon ostentatoire la coupable par les rues de la ville. Tout comme dans le cas de la prétendument fausse Guenièvre dans Lancelot en prose, la punition ne se suffit pas ; elle est parachevée dans Jehan de Saintré par la publicité qui en est faite :

— Je diroye que telle dame, comme vous dittes, soit vray ou non, deveroit estre toute nue despouillee et de la chainture contremont, et toute reze, puis oingte de bon miel et menee par la ville, laissant la mengier aux mouches, (p. 526)

8De cette façon, le châtiment infligé à Bele Cousine à cause de ses amours coupables avec Messire Abbé servira de contre-exemple aux jeunes filles et aux femmes mariées. Le rasage intégral de la chevelure complète et parfait le déshabillage forcé (« toute nue despouillee ») ; la nudité de la tête et du corps mettent en lumière le manque de pudeur de Bele Cousine qui s’est livrée au péché de chair. Les mouches signifieraient alors métaphoriquement le risque encouru lorsque l’on choisit ce genre de vie : devenir la proie d’une multitude attirée par la facilité du profit.

9On peut s’amuser de la transposition animale du rasage dans la bouche de Hermeline, épouse de Renaît, qui, jalouse de Hersent avec qui Renaît la trompe allègrement, lui lance :

Haï ! con avés bien forfet
Qu’en vos tolist le peliçon
Et feïst l’en de vos carbon,
Quant avïez vostre baron
Et feïstes tel desreson,
Et il sa feme d’autre part. (Le Roman de Renart, branche Ib, v. 3110-3115)

10Il s’agit de la même torture – « le peliçon », transposition animale oblige, désignant la fourrure de la louve devant être arrachée – mais Hermeline lui adjoint le supplice du feu connu pour ses vertus purificatrices. Le rasage des cheveux correspond donc au châtiment par excellence de la luxure féminine.

11Ce type de violence constitue la base du fabliau intitulé Des Tresces dans lequel un chevalier veut couper les tresses de celle qu’il croit être son épouse infidèle :

Lors la saisi par les cheveus
Que ele avoit luisanz et sors
Tout autresi comme fins ors :
Le chief sa fame resambloit. (v. 159-162)

12C’est au milieu de cette scène conjugale que s’inscrit une description élogieuse des cheveux assortie d’une comparaison conventionnelle, comme si la beauté de la chevelure confirmait la luxure. Comme si la femme adultère se reconnaissait à ses splendides cheveux...

Et quant dou battre fu lassez,
Ne li fu mie ancor asez :
Son cotel prist isnelement,
Puis a juré son sairement
Que il la honniroit dou cors.
Lors li tranche les treces fors,
Au plus pres qu’il pot de la teste. (v. 168-173)

13Deux motifs différents se succèdent dans cet extrait : le premier consiste à battre une femme en la maintenant par les cheveux et le second à lui couper les tresses. Les coups traduisent simplement la colère violente du mari tandis que l’amputation des tresses est spécifiquement présentée comme une humiliation corporelle, un affront destiné à jeter l’opprobre sur l’épouse adultère. C’est d’ailleurs ainsi qu’est perçu le geste par la malheureuse victime qui se lamente sur sa chevelure perdue :

Et de ses treces ot tel duel
Morte vossist estre a son vueil. (v. 184-185)

  • 3 Pour comparaison, on lira dans Perlesvaus l’épisode du château des barbes qui met en évidence l’at (...)

14Exagération caractéristique d’un auteur en mal d’inspiration ? Sans doute pas3 : bien que transitoire, la perte de ses cheveux longs ne représente pas pour une femme, loin s’en faut, une simple modification physique mais est ressentie comme un avilissement d’autant plus intense qu’il ne peut pas facilement être caché à l’opinion publique, une vraie mortification que répète la fin du texte :

Je vos cuidai bien toute voie
Avoir honie a touz jors mais
Et les treces cospees pres. (v. 255-257)

15Le fabliau Des Tresces organise donc toute son intrigue autour de ce geste outrageant par lequel un époux mutile la chevelure de son épouse. Néanmoins, dans la plupart des textes, cet épisode ne constitue pas le fondement de l’intrigue mais n’en est qu’un des rebondissements sur lequel l’auteur ne s’attarde pas. C’est le cas de La Dame qui fist trois tours entor le moustier, fabliau au cours duquel la même mutilation est opérée par le mari découvrant que sa femme l’a trompé avec le prêtre :

Sa fame a par les treces prize,
Por le trenchier son coutel trait. (v. 136-137)

  • 4 Voir aussi plus haut « les chevets trenchiés » et « les treces colpees » dans Lancelot en prose et (...)

16Il est remarquable que dans ces deux dernières citations4 les mêmes mots soient employés pour désigner l’amputation : les verbes « trenchier » et « coper » ainsi que le substantif « treces », comme si se dessinait un motif en passe de se figer dans une formulation. Cette hypothèse se vérifie ailleurs que dans le fabliau puisque le Lancelot en prose emploie les mêmes mots, à cette différence près que seul le résultat de l’acte est présenté. Le motif ayant présidé à la mutilation ainsi que le responsable y sont renvoyés dans le hors texte, dans un passé proche mais occulté :

  • 5 Pour cette citation et pour toutes les suivantes, la mise en caractère gras est de notre initiativ (...)

A ces paroles virent saillir une pucele hors del brueil et s’en aloit vers le duc si tost com ele pooit corre, si aporte ses treces en sa main, qui coupees estoient, ki molt estoient grosses et blondes ; et après li coroit .I. chevaliers armés de totes armes. Et cele fuit avant et molt sovent se regarde, kar molt grant poor a de celui, si crie al duc, si haut com ele puet crier, qu’il la secore. Li dus i cort et quant li autres chevaliers le voit, si cort arriere fuiant et se respont el brueil. « Ha, sire, fet la damoisele al duc, por Dieu merci, kar cil leres qui me chace m’avra ja honie, se vos ne m’estes garant, et de mes treces m’a il ja deshonoree.
(tome I, XVI, 5, p. 218-2195)

Et quant il parloient ensi, si voit une damoisele escourchie et le cachoit uns chevaliers a pié, armés de hauberc et de cauches et ot sa ventaille abatue et ses manicles. Et ele crie molt durement : « Aïe ! Aïe ! » Et li vallés li dist : « Sire, por Dieu et por vostre ame, aidiés a cele pucele, car cil leres le veut mener a honir. » Et li dus laisse corre al chevalier et cil se fiert el bois. Et la pucele se laisse cheoir a ses piés et li crie : « Ha, gentieus chevaliers, sire, soiés nous garans, se vous poés, car chis traîtres me veut honir et m’a trenchié mes beles treches.
(tome III, XVI, 5, p. 148)

  • 6 Figures de l’aventure, figures du récit : Les demoiselles dans les romans en prose du xiiie siècle (...)

17De cette manière, les deux demoiselles, loin d’être présentées comme des coupables, apparaissent comme de pauvres victimes d’hommes violents (« leres ») exerçant sur elles leur force brutale. D’ailleurs, la première réclamera et obtiendra la mort de celui qui lui a infligé ce préjudice. Persécutées, elles constituent des cas inespérés pour permettre aux chevaliers errants d’exercer leur courtoisie et de mettre en application la promesse qu’ils ont faite lors de leur adoubement de venir en aide aux demoiselles en détresse. De plus, la beauté des cheveux des jeunes filles est ici soulignée par la mention de la blondeur ou de la grosseur des tresses – c’est-à- dire l’épaisseur de la chevelure. Il s’agit bien par là de signifier la perte esthétique que constitue cet acte mais c’est davantage pour la profonde vexation morale que les demoiselles demandent réparation aux chevaliers. La répétition du verbe « honir » devient si prégnante qu’on pourrait isoler un motif constitué des éléments suivants : 1) le substantif tresses 2) les verbes couper ou trancher 3) les verbes honnir et/ou déshonorer. B. Milland-Bove souligne d’ailleurs dans sa thèse l’association de cet acte avilissant à une injure sexuelle puisque, dans le premier cas, il précède une tentative de viol : « Les cheveux, de manière très frappante, représentent métonymiquement l’intégrité physique et sexuelle de la jeune fille6 ».

18Comme toute scène tendant à se figer dans une formulation, certaines associations de mots ou bien certaines circonstances analogues évoquent immédiatement dans l’esprit du lecteur le motif connu. Lorsque le neveu de Guillaume de Dole cherche à venger l’honneur familial terni par l’acte immoral censément commis par Liénor, il s’exclame :

C’est cele la, a cele trece,
que je voudroie avoir tondue
a ceste espee tote nue ! (v. 3962-3964)

19En d’autres circonstances, on pourrait s’étonner de la désignation de la sœur cadette de Guillaume par la coiffure tressée qui ne constitue pas, loin s’en faut, un de ses signes distinctifs. La seule explication plausible est de considérer la présence sous-jacente du motif, annoncé par le participe « tondue » et confirmé par la situation narrative, Liénor étant accusée d’avoir accordé ses faveurs au sénéchal.

20Il en va de même au tournoi de Tintagel dans Perceval ou le Conte du Graal après la querelle des deux sœurs. La cadette vient demander réparation à Gauvain car sa sœur aînée l’a frappée et discréditée aux yeux de tous pour avoir affirmé que Gauvain était meilleur chevalier que Méliant de Lis, fiancé de l’aînée :

Que por vos m’a hui fete honte. (v. 5347)

21Le père, prenant ensuite sa fille à l’écart, lui demande de faire le récit de la dispute, ce que la demoiselle exécute aussitôt :

Et por ce ma suer m’apela
Fole garce et eschevela,
Et dahez ait cui il fu bel !
Les treces jusqu’au haterel
Andeus tranchier me lesseroie,
Don mout anpiriee seroie. (v. 5401-5406)

22Il apparaît alors que l’aînée, après avoir insulté sa sœur, lui a fortement tiré les cheveux comme pour les lui arracher, ce sur quoi la jeune fille surenchérit en assurant son père qu’elle accepterait de se laisser trancher les tresses si seulement Gauvain pouvait le lendemain terrasser Méliant de Lis. Ce sacrifice esthétique sur lequel elle ironise ne peut certes être considéré que comme une boutade d’enfant mais le motif n’en est pas moins subtilement mis en place avec les mots « treces » et « tranchier », eux-mêmes probablement entraînés par « honte » (vers 5347) et « eschevela » qui amorce le mouvement. Chrétien de Troyes présente ici une variante de la demoiselle en détresse demandant assistance à un vaillant chevalier pour la protéger d’un chevalier brutal, variante en ce que ce dernier est incarné par la sœur aînée. Le motif reste néanmoins amoureux.

  • 7 « Au début des régimes patriarcaux en Grèce, la jeune mariée avait une mèche de cheveux coupée le (...)

23A titre de comparaison, il nous a paru intéressant d’évoquer le cas d’hommes tondus. En premier lieu, il faut préciser qu’aucun ne l’est en guise de sanction pour une faute sexuelle. Le succès de l’anecdote de Samson est révélateur d’une certaine conception de la masculinité et de la féminité. En effet, les sept tresses de Samson concentrent sa force : les lui couper, c’est lui ôter son pouvoir surhumain symbolisé par le chiffre sept. La chevelure masculine représente donc métonymiquement la puissance. Parallèlement, couper les tresses d’une femme, c’est lui retirer son pouvoir magique de séduction7. Les valeurs liées à la chevelure transcrivent ainsi une certaine répartition des rôles : à l’homme la force « virile », à la femme la beauté envoûtante. De plus, l’histoire de Samson présente des similitudes avec les exemples de femmes luxurieuses dont on coupait les tresses pour les empêcher de nuire ; en effet, la tonte imposée à Samson renvoie à une castration symbolique dans la mesure où la perte des cheveux s’accompagne d’une impuissance, avec les implications sexuelles que comporte le mot. L’absence ou la coupe des cheveux signifie l’impuissance, la stérilité, l’abstinence.

24Pour aller plus loin, et dans la mesure où la coupe des cheveux féminins punit une faute sexuelle, il est finalement tentant d’opérer un parallèle avec la mutilation des organes sexuels d’hommes dépravés. En effet, il semblerait que les deux outrages, féminin et masculin, se correspondent dans leurs mobiles. Si l’on suit cette hypothèse, il faut envisager le transfert d’implications sexuelles vers la chevelure. Dans ce cas, on mutilerait la coiffure parce que cet appas serait à l’origine de la séduction de l’homme par la femme, comme pour « castrer » celle qui a fauté. Sans cheveux, toute séduction deviendrait impossible, la coupable ne pourrait plus récidiver. C’est bien dans ce sens qu’est opérée la castration masculine. La représentation de la chevelure a donc indéniablement une corrélation avec la sexualité.

*

25Si la mutilation des longs cheveux est une torture typiquement féminine que l’homme jaloux inflige au gré de son humeur, il en va de même pour un autre supplice consistant à tirer les cheveux d’une femme. Partie la plus accessible et la plus vulnérable du corps féminin qu’elle représente par synecdoque, la chevelure permet à la violence masculine de s’exprimer librement tant il est vrai qu’une personne maintenue par les cheveux se trouve à la merci de son oppresseur. Une fois saisie par les tresses, la femme devient la cible de toutes les tortures.

26Dans Le Roman d’Alexandre, le duc de Palatine, rencontrant dans le désert Candoleus accompagné de sa jeune et belle épouse, enlève et entraîne de force la dame sans autre forme de procès. Celle-ci ayant le malheur de se débattre, il la saisit par les cheveux :

Qant vit la dame bele, si li taut par rapine ;
Ou ele veulle ou non, par force l’en traîne,
Si que tout li derront son peliçon hermine,
Et qant ele s’estort, si la prent par la crine. (v. 4497-4500)

27L’accent est mis sur la rudesse et la brutalité du duc et c’est la chevelure qu’on imagine libre (du fait de l’emploi du générique « crine ») et décoiffée qui fait les frais de l’ardeur masculine. On remarque que la pelisse d’hermine vient de se déchirer, laissant probablement entrevoir la peau de l’épouse. Ce détail à connotation érotique n’est pas anodin dans la mesure où cette posture humiliante par laquelle une femme est maintenue par les cheveux vise à l’humilier physiquement mais surtout psychologiquement. D’ailleurs le ravisseur ne prend la jeune femme aux cheveux qu’au moment où elle tente de lui échapper, c’est-à-dire lorsqu’elle se rebelle contre cette domination abusive. Les hommes réservaient en effet ce traitement aux femmes émancipées sexuellement, adultères, volages. C’est pourquoi cet extrait du Roman d’Alexandre contient en germe les invariants de cette scène chronique : un homme agressif et brutal et une femme insoumise qu’on maltraite en la maintenant par les cheveux.

28Si cette empoignade se déroule parfois entre des inconnus, elle se déclare cependant plus fréquemment entre un mari et sa femme, y compris chez les plus courtois puisque, dans Les Merveilles de Rigomer, Arthur, au mépris de sa dignité royale, s’emporte contre son épouse qui n’a d’ailleurs commis d’autre forfait que de garder le silence lorsqu’il a affirmé que Gauvain était le meilleur chevalier du monde :

Li rois la roïne manace
Et a talent que mal li face.
Tout a ceval vers li s’adrece,
Ja l’evust prise par le trece
Et si l’ëust vers lui tiree
Et de son cors mal atiree,
Se ne fusent li haut baron
Qui sont entor et environ.
« Sire », font il, « çou n’i a mie,
Car trop serait grant vilonie.
Por tel mesfait comme ci monte,
N’avra ja la roiine honte ;
Car çou serait vilaine cose. » (v. 16247-16259)

  • 8 Une lecture parodique de ce passage est possible et montrerait une prise de distance avec le motif (...)

29L’intention qu’a Arthur de nuire, soulignée par la répétition de « mal », sa rapidité à se jeter sur Guenièvre ainsi que sa supériorité physique puisqu’il se trouve à cheval concourent à créer une impression de barbarie fort inappropriée à la cour, ce qui explique la réaction immédiate des hauts dignitaires, garants de l’ordre courtois. Il est manifeste qu’il ne s’agit pas ici d’une ébauche de châtiment des écarts de conduite de la reine tant le contexte se révèle inapproprié. Cependant, si la reine refuse de clamer la suprématie de Gauvain sur tous les autres chevaliers, elle a sans doute de bonnes raisons de le faire... La référence aux tresses apporte en outre une légère connotation érotique qui ne peut laisser de doute sur le sens profond de cet épisode. On notera que les barons ne s’opposeraient probablement pas à leur roi si ce dernier avait l’intention de punir l’adultère. En effet, le vers 16257 explique l’inadéquation entre la faute – bien légère à leurs yeux – et la réaction du roi, sans cependant exclure la possibilité d’un tel châtiment et d’une telle vexation pour un motif plus recevable. Il demeure que le fait de porter atteinte à sa chevelure se teinte immédiatement pour la femme de « honte », comme l’indique le polyptote « vilonie/vilaine ». Autrement dit, si la situation ne correspond pas explicitement à la punition de la conduite adultère de Guenièvre, il n’en reste pas moins que cette furie soudaine et inexpliquée du roi plane comme une menace8.

  • 9 Voir les vers 159-161 et 168-170.

30Si l’on reprend le cas exemplaire du fabliau Des Tresces, étudié en détail plus haut, le mari commence par maîtriser celle qu’il prend pour sa femme en la maintenant par sa belle chevelure pour pouvoir ensuite la frapper à sa guise9. Une gradation dans le châtiment de l’adultère se met donc en place avec au bas de l’échelle la brutalité corporelle permise par l’immobilisation de la femme maintenue par les cheveux et au sommet la coupe des cheveux. On comprendra alors que le geste de tirer les tresses ne fait que précéder la véritable offense. Simple prélude, cette action se charge néanmoins des connotations attachées au supplice qui va suivre, à savoir le châtiment de l’infidélité, de la luxure, de l’insoumission qui s’effectue en traînant la victime par les tresses comme un vulgaire gibier.

31Le Roman de la Rose offre ainsi au lecteur le spectacle d’un conflit conjugal ayant pour motif la coquetterie de la jeune épouse. Quand le jaloux en vient aux coups, c’est à nouveau la chevelure qui fait les frais de la dispute :

Lors la prent, espoir, de venue
Cis qui de mal talent tressue
Par les tresses et sache et tire,
Les cheveus li ront et detire
Li jalous et sor li s’aorse,
Por noient fust lyons sor orse,
Par corrous et par ataïne,
Et par tout l’ostel la traîne,
Et la ledenge malement. (v. 9361 -9369)

  • 10 On remarquera que les termes employés renvoient au motif de l’affliction ostentatoire.
  • 11 Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;/Il le rague et le roupète jusqu ‘à son drâle ;/Il le (...)

32La correction se déroule en deux phases distinctes : la première, propulsée par l’adverbe « lors », reprend l’expression « prent [...] par les tresses » en mettant l’accent sur l’acharnement animal du mari sur la chevelure10, lui retirant tout pouvoir de séduction. La deuxième phase concerne les vers 9368-9369, lorsque la femme est ensuite traînée par les cheveux « par tout l’ostel » et à nouveau malmenée. Au même titre que la mutilation des tresses, ce supplice vise à supprimer toute beauté de la chevelure et à déshonorer la femme en l’humiliant. La multiplication des verbes met en évidence l’exacerbation de la violence et ne peut manquer d’évoquer au lecteur moderne les premiers vers du poème « Le grand combat » d’Henri Michaux11. La barbarie reprend ses droits.

33Tout différent est le point de vue adopté dans le Lancelot en prose qui, de façon systématique, présente la demoiselle ou la dame malmenée comme une victime ingénue qu’il s’agit pour le chevalier courtois d’essayer de secourir. A titre d’exemple, une demoiselle se fait sauvagement traîner par les tresses et battre par un chevalier monté :

Devant le pavillon avoit .I. chevalier tout armé sor son cheval et tenoit encoste de lui .I. demoisele toute nue en sa chemise qu’il aloit batant et trainant par mi les tresces tout a cheval et li faisoit toute la honte et toute la vilonnie qu’il pooit sanz li occirre. (t. IV, LXXXIII, 42, p. 317-318)

  • 12 « Quant j’oi trové ce que je queroie et oi demoré grant piece, si reving a mon pavillon et trouvai (...)
  • 13 Assistance dont se serait bien passée la demoiselle puisqu’elle en meurt !

34Le supplice cesse lors de l’intervention dissuasive de Lancelot mais son ingérence s’avère malheureuse puisque, de colère, le bourreau finit par trancher la tête de la jeune fille. Le contexte est connoté sexuellement du fait de la nudité féminine : « toute nue » et « toute nue en sa chemise ». Cette scène s’achève par la mort d’un des protagonistes mais le chevalier doit répondre de son crime devant la cour arthurienne, garante des valeurs de l’éthique chevaleresque. Le prisonnier raconte donc la même aventure mais cette fois-ci de son point de vue12 et le lecteur n’apprend qu’à cet instant que c’est pour un adultère supposé que la femme a subi le châtiment. Cependant, Lancelot s’est porté à son secours sans en rien savoir, offrant assistance à la femme humiliée en toutes circonstances13. On s’attardera enfin sur la dernière occurrence du motif de base dans Lancelot en prose, différente des précédentes en ce que les agresseurs ne sont pas des chevaliers mais des vilains et en ce que la demoiselle est violentée en même temps que son ami :

Et Boorz qui resgarde devant soi en mi le pré voit .I. homes qui tenoient une damoisele et l’aloient trainant par les tresces et batant de lor espees. Et d’autre part avoit dusqu’a .VI. homes qui traïnoient .1. home contre terre et l’avoient tout nu despoillié en braies et il estoient armé, ne mie en guise de chevaliers, car il n’avoient nus hiaumes ne espees ne escu, mais sanz faille il avoient bons cha-piaux de fer et espiés et coustiaux. (t. V, XCVIII, 3, p. 241-242)

  • 14 Op. cit., p. 199.
  • 15 Ibid., p. 199.
  • 16 Ibid, p. 200.

35Outre la similitude des termes employés (« trainant par les tresces », « batant »), on remarquera à nouveau l’insistance sur la nudité (« tout nu despoillié ») quoiqu’il s’agisse du corps masculin qui se trouve exposé aux regards. Comme l’a noté B. Milland-Bove, ces épisodes « jouent donc des recettes exploitées, à toutes les époques, par les romans d’aventure et provoquent puissamment l’imagination du lecteur14 » notamment par la transgression des interdits sexuels (la nudité omniprésente dans ces scènes laisse présager une menace de viol) et par la transgession des interdits sociaux puisque dans ce dernier extrait les coups sont infligés par des vilains. Finalement, la diversité des actualisations du motif de la demoiselle traînée par les tresses est là « moins pour varier les modalités du supplice que pour assurer la diversité du combat qui va suivre15 ». Ce motif propre à associer la beauté et la fragilité féminines – par l’entremise de la chevelure – à la vaillance du chevalier arthurien défenseur des faibles connaît un prodigieux essor dans certains romans en prose du treizième siècle, Lancelot faisant figure de modèle. La logique dans laquelle sont entraînés les romans en prose se révèle paradoxale puisque, « pour se nourrir, ils sont obligés de multiplier la peinture des abus qu’ils dénoncent16 ».

36Les Prophesies de Merlin optent pour l’occultation du mobile à l’origine des sévices, option qui permet à la demoiselle d’être présentée comme la proie angélique d’un homme diaboliquement cruel :

Il [Golistans] se lieve erranment et prist s’espee, ke il avoit repuse en un herbois, et puis prist son escu par les enarmes et regarde al rai de la lune et voit ke çou estoit uns hom ki trainoit une damoisiele par les treces, et cele damoisiele crioit toutesvoies. (Chapitre XXIX, 2)

Et lors li conte la damoisiele comment uns mesiaus l’avoit prise et comment il ont ochises ans .II. ses sereurs et li trainoit par les treches parmi la forest,
(Chapitre XXIX, 6)

37L’actualisation du motif se réalise avec une économie de moyens maximale, à tel point qu’on se trouve ici en présence de la configuration de base du motif comportant les éléments suivants : 1) une demoiselle coiffée en tresses, 2) un homme violent 3) qui la « traine par les tresces ». A ce noyau dur se joignent généralement des contenus accessoires : la scène se déroule dans la forêt ou dans une salle/on s’attarde sur le geste initial : « prendre par les tresces »/la demoiselle est battue/elle est traînée sur une distance importante/elle est infidèle, nue ou dans un cadre nocturne. Par conséquent, la parenté des situations et la répétition des mêmes mots confirme l’existence d’un motif qu’on peut particulariser, celui de la demoiselle traînée par les tresses.

  • 17 Voir aussi la maladie de Lancelot conduisant au don de ses cheveux à la reine, t. IV, LXXVI, 10, p (...)

38Sa forte imprégnation dans le Lancelot en prose, notamment dans les tomes III et IV, reste énigmatique. Pourquoi la chevelure y revient-elle de façon si récurrente17 ? La seule explication plausible consisterait à relier ce texte à son prédécesseur en vers : Le Chevalier de la Charrette ne demeure-t-elle pas l’œuvre en vers ayant expressément accordé le rôle le plus riche à la chevelure féminine? D’une certaine matière, la continuité des deux textes s’effectuerait grâce à la présence récursive de la chevelure, à la base de divers motifs. Celui de la demoiselle traînée par les tresses connaît pour notre plus grand plaisir des transformations portant témoignage de sa vigueur :

Lors resgarda devant lui el chemin et voit une vielle sor .1. povre roncin qui traine encoste de lui .I. nain tout a pié par les chevox que il ot granz,
(t. IV, LXXX, 10, p. 243)

Et Lancelot le prent par lez treches et dist qu’il li fera ja la teste voler jus des espaulles. (t. VIII, LXXIa, 37, p. 479)

  • 18 « Devant le pavillon avoit .I. chevalier tout armé sor son cheval et tenoit encoste de lui .I. dem (...)

39Dans le premier cas, la présence du verbe « traine » et du complément « par les chevox » ne laisse aucun doute sur la présence du motif. Le fait que l’agresseur soit à cheval et la victime à pied évoque l’épisode étudié plus haut se terminant par la mort de la victime18. La transformation se situe au niveau de l’inversion des sexes puisque l’offenseur est une femme et la cible un homme, que la longue chevelure contribue à féminiser. Dans le deuxième cas, il s’agit de Lancelot et d’un geôlier. Le verbe « prendre », la menace de mort et la mention des tresses confirment la transposition du motif par un nouveau jeu sur le sexe des personnages en présence. Si l’impression de domination persiste, l’effet poignant en revanche se révèle nul. Le motif gagne en dérision ce qu’il perd en pathétique.

40Ce n’est pas un hasard si l’autre renversement se situe dans Les Prophesies de Merlin, texte qui présentait la configuration de base du motif de la demoiselle traînée par les tresses. Ce n’est en effet qu’au moment où une scène devient topique qu’une prise de distance est envisageable. La variation concerne à nouveau le sexe des protagonistes puisque l’incident a lieu entre deux femmes, les fées Morgue et Sebile, lorsqu’elles découvrent que le séduisant chevalier qu’elles hébergeaient s’est esquivé :

Car jou vous senc a si deloial et a si luxurieuse et a si putain ke jou le me pensai par maintes fois en ceste nuit, car onques mais ne vous poi tant proier ke de vostre bouce en issist nule boine parole. – Ha ! pute vachiere ! fait Morghe, adont m’avés putain clamee ! » Et lors li cort sus mout courouchie, et le prist parmi les chaviaus. Et lors li court sus Sebile mout vistement. Quant ele vit que ele li couru sus, ele prist erranment Morghain par les chaviax et l’abat a terre.
(Chapitre XLII, 14)

41C’est l’expression « le prist parmi les chaviaus » qui enclenche le motif. La dispute prend d’emblée une orientation grivoise du fait des insultes proférées, de la cause toute luxurieuse du conflit et surtout du grand âge de Morgue :

Que vous diroie je? Morghe estoit auques d’eage, si ne pot avoir viers Sebile duree, dont ele le traina parmi les treches or cha or parmi la sale, et li doune sou-ventes fois dou piet enmi la gorge et desor le nés, si durement ke toute le cuevre de sanc, et manace toutesvoies mout durement ke, se ele ne li rent son mari, que a la mort le metera. Et Morghe crie et brait et fait si grant noise ke uns grans toriaus ne le fesist mie greignor et Sebile le traine toutesvoies or cha or la et tous-jors manace que a la mort le metera, se ele ne li rent son mari erranment.
(Chapitre XLII, 15)

Que vous diroie jou ? Tant li done Sebile de cols des piés et des mains, et tant le traina or cha or la ke Morghe caï pasmee entre les mains de Sebile, comme morte.
(Chapitre XLII, 16)

42L’emploi du lexique attendu « traina parmi les treches », la référence à la durée du supplice et à son extension spatiale (« parmi la sale »), les coups, la menace de mort et la mention d’un « mari » contribuent à faire de cet épisode une occurrence très complète du motif. L’anaphore en « Que vous diroie jou ? » évoque les accents d’un conteur relatant les épisodes sanglants d’un combat épique. Le décalage entre ce crêpage de chignon d’une vieille demoiselle débauchée et d’une autre qui beugle comme un taureau et le ton héroïque employé ne peut manquer de susciter le sourire chez le lecteur médiéval.

43Cinq chapitres plus loin, les lamentations amères de Morgue se plaignant à la reine du traitement qui lui a été infligé infléchissent la première réaction sarcastique du lecteur en une commisération teintée de sympathie pour la victime :

– Ha, lasse ! fait Morghe, com jou sui mal baillie ! Trainee sui par toute ma sale par mes treces et foulee sui, le vis, le nés et la bouce debatue si vilainement, et si me couvenra estre em pais ! (Chapitre XLVII, 5)

« Sire capelains, or me faites erranment unes letres. Salués moi la roine de Norgales de par Morghain, la trainee par toute sa sale par les treches, et batue, et defoulee, et mise en sanc, et le vis enflet, la bouce et le nés et les iex ».
(Chapitre XLVII, 6)

[...] et comment Sebile le traina et le defoula par les treches parmi toute sa sale.
(Chapitre XLVII, 10)

44Cet effet est créé par le détail répété des blessures infligées à Morgue et davantage encore par la reprise intégrale en litanie des éléments du motif :

  • « trainee [...] par mes treces »/« la trainee [...] par les treches »/« le traina [...] par les treches »
  • « par toute ma sale »/« par toute sa sale »/« parmi toute sa sale »
  • « foulee »/« batue, et defoulee »/« le defoula ».

45La saturation du texte par ces expressions stéréotypées contribuent à présenter Morgue en victime innocente du sadisme de Sebile. La sœur d’Arthur profite donc des représentations spontanées liées au motif. L’image de la jeune fille indûment violentée dans le bois se superpose à celle de la fée maltraitée si bien que le lecteur, d’abord amusé par ce démêlé, finit par s’apitoyer sur le sort de Morgue traitée comme une traînée.

*

46Il apparaît donc que ces deux sévices infligés à la chevelure de la femme volage tendent à se figer dans une formulation. La proximité des situations ainsi que la reprise des mêmes termes créent des unités narratives facilement repérables s’érigeant en motifs, celui de la coupe des cheveux et celui de la femme traînée par les cheveux. Le fait de les isoler permet au lecteur moderne de décrypter le jeu de l’auteur lorsqu’il transforme ou renverse le motif, provoquant un effet de surprise déjouant les attentes du lectorat médiéval. Malgré la cruauté des gestes, le plaisir du jeu intertextuel l’emporte alors bien souvent sur le pathétique de la situation.

47Il reste à se questionner sur la fréquence des évocations de femmes adultères maltraitées dans la littérature médiévale : reflet d’un fait de société ou de l’imagination débordante d’auteurs misogynes en mal d’images fortes ? Toujours est-il que ces violences constituent le pendant obscur aux couleurs pastels de l’amour courtois.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

La Dame qui fist trois tours entor le moustier, dans Nouveau recueil complet des fabliaux, éd. Willem Noomen & Nico Van Den Boogard, Pays-Bas, Assen, Van Gorcum, t. VI.

Le Haut Livre du Graal, Perlesvaus, ed. William A. Nitze and T. Atkinson Jenkins, volume I, Phaeton Press, New-York, 1972.

Lancelot, Roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, t. I, Paris-Genève, Droz, 1978.

Lancelot, Du deuxième voyage en Sorebois à l’« Agravain », Versions courtes, éd. par Alexandre Micha, t. III, Paris-Genève, Droz, 1979.

Lancelot, (D’une aventure d’Agravain jusqu’à la fin de la quête de Lancelot par Gauvain et ses compagnons), éd. Alexandre Micha, t. IV, Paris-Genève, Droz, 1979.

Lancelot, De la quête d’Hector par Lancelot au retour de Gauvain et de ses compagnons à la cour, éd. Alexandre Micha, Tome V, Paris-Genève, Droz, 1980.

Les Mervelles de Rigomer von Jehan, éd. W. Foerster, Dresde, t.I, 1908, t. II, 1915.

Muances et polyphonie romanesques : Les « Prophesies de Merlin » en prose (Etude et texte), thèse pour obtenir le grade de docteur de l’université Paris III discipline : littérature médiévale, présentée et soutenue publiquement par Nathalie Koble, sous la direction d’Emmanuèle Baumgartner, décembre 2001.

Der Roman von Claris und Laris, in seinen bezlehungen zur altfranzösischen artsepik des XII. und XIII. jahrhunderts, éd. Martin Klose, Halle, verlag von Max Niemeyer, 1916.

Le Roman de Renart, éd. Jean Dufournet et Andrée Méline, deux tomes, Paris, Flammarion, 1985.

Des Tresces, dans Nouveau recueil complet des fabliaux, éd. Willem Noomen & Nico Van Den Boogard, Pays-Bas, Assen, Van Gorcum, t. VI.

Alexandre de Paris, Le Roman d’Alexandre, éd. Laurence Harf-Lancner, Paris, Librairie Générale Française, Le Livre de Poche, 1994.

Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. Joël Blanchard, Librairie Générale Française, Livre de Poche, 1995.

Chrétien de Troyes, Perceval ou Le Conte du Graal, éd. Daniel Poirion, Paris, Gallimard, bibliothèque de La Pléiade, 1994, p. 683-911.

Guillaume de Lorris & Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. Daniel Poirion, Paris, Garnier-Flammarion, 1974.

Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, éd. Félix Lecoy, Paris, Champion, 1979.

Notes

1 Et li rois meemes recorde lo jugement et dist : « Seignors, vos avez bien oï comment ceste damoiselle me manda que ge la reprisse comme cele que j’avoie esposee. Et ge voil que vos sachiez que ge l’ai reconeue et sai veraiement que ce est cele qui par la main Eeodagan me fu donee. Or si avons, fait il, jugié que cele Guenievre qui la est doit avoir les treces col-pees a tot lo cuir, por ce qu ‘ele se fist reine et porta corone desus son chief qu ‘ele n 7 deust pas porter. Et aprés, fait il, si avra les mains escorchiees par dedanz, por ce qu ‘eles furent sacrees et enointes, que nules mains de fames ne doivent estre enointes, se rois ne l’a esposee bien et leiaument en Sainte Eglise. Et puis, fait il, si sera trainee par mi ceste vile qui est li chiés del reiaume, por ce que par murtre et par traïson a esté en si grant honor. (t. III, III, 13, p. 50-51).

2 Le Vocabulaire de la coiffure en ancien français étudié dans les romans de 1150 à 1300, Bruxelles, Palais des Académies, 1970, p. 18-19.

3 Pour comparaison, on lira dans Perlesvaus l’épisode du château des barbes qui met en évidence l’attachement jusqu’à la mort du chevalier à sa longue barbe : « Et por ce a il non issi, q ‘il covient chascun chevalier qui par devant trespasse lessier sa barbe ou chalengier. Si i chalegé la moie, fait le chevalier, en tel maniere que je en criem morir. – Par mon chief fait Lanceloz, ce ne tien je pas a coardise, puis que vos fustes hardiz de vostre vie metre en aventure por vostre barbe chalengier. » (branche VI p. 190). La longue barbe, signe d’autorité, équivaudrait sentimentalement à la longue chevelure féminine.

4 Voir aussi plus haut « les chevets trenchiés » et « les treces colpees » dans Lancelot en prose et « tranche les treces » dans Les Tresces (v. 172).

5 Pour cette citation et pour toutes les suivantes, la mise en caractère gras est de notre initiative.

6 Figures de l’aventure, figures du récit : Les demoiselles dans les romans en prose du xiiie siècle : Lancelot, La Queste del Saint Graal, La Mort le Roi Artu, Perlesvaus, Tristan, thèse de doctorat sous la direction d’Emmanuèle Baumgartner, Paris III, 2001, p. 92.

7 « Au début des régimes patriarcaux en Grèce, la jeune mariée avait une mèche de cheveux coupée le jour même de son mariage, rite sans doute destiné à la priver d’un éventuel pouvoir magique caché dans sa chevelure. », Jean-Luc Legras, Cheveux : mythes et symboles, thèse de médecine sous la direction de Lucien Colonna, Rouen, 1989, p. 20.

8 Une lecture parodique de ce passage est possible et montrerait une prise de distance avec le motif de la dame traînée par les tresses.

9 Voir les vers 159-161 et 168-170.

10 On remarquera que les termes employés renvoient au motif de l’affliction ostentatoire.

11 Il l’emparouille et l’endosque contre terre ;/Il le rague et le roupète jusqu ‘à son drâle ;/Il le pratèle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;/Il le tocarde et le marmine,/Le manage rape à ri et ripe à ra./Enfin il l’écorcobalisse./L’autre hésite, s’espudrine, se défaisse, se torse et se ruine. (Qui je fus, « IX, Poèmes », Œuvres complètes, éd. Raymond Bellour, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1998, p. 118-119).

12 « Quant j’oi trové ce que je queroie et oi demoré grant piece, si reving a mon pavillon et trouvai en mon lit couchié .I. chevalier avec ceste damoisele tout a nu. Quant je vi ceste chose, si fui touz courouciez, si tres maintenant m’espee et occis le chevalier, dont je ne me repant mie et pris la damoisele et la tres hors del pavillon, si l’aloie trainant par les treces et batant encoste de mon cheval, quant .1. chevaliers vient acourant vers moi qui la me vint rescorre et dist qu’il m’occiroit, se je ne la laissoie atant. Quant j’oïce, si fui courrouciez et tres m’espee et copai la teste a la damoisele et li gitai au chevalier an mi le vis et dis que c’estoit en despit de lui » (t. IV, LXXXIII, 70, p. 341).

13 Assistance dont se serait bien passée la demoiselle puisqu’elle en meurt !

14 Op. cit., p. 199.

15 Ibid., p. 199.

16 Ibid, p. 200.

17 Voir aussi la maladie de Lancelot conduisant au don de ses cheveux à la reine, t. IV, LXXVI, 10, p. 139.

18 « Devant le pavillon avoit .I. chevalier tout armé sor son cheval et tenoit encoste de lui .I. demoisele toute nue en sa chemise qu’il aloit batant et trainant par mi les tresces tout a cheval et li faisoit toute la honte et toute la vilonnie qu ‘il pooit sanz li occirre. » (Lancelot en prose, t. IV, LXXXIII, 42, p. 317-318).

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540