Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Yseut est-elle une vraie blonde ?

Florence Plet

Texte intégral

Extase ! Pour peupler ce soir l’alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette chevelure,
Je la veux agiter dans l’air comme un mouchoir !
La Chevelure, Baudelaire (Les Fleurs du mal)

  • 1 « The Names of the three Isolts in the Early Tristan Poems », Romania, n° 115, 1997.

1Comment imaginer Yseut autrement que parée d’une somptueuse chevelure blonde ? Pourtant, il y a quelques années, G.J. Brault1 jetait le trouble en remarquant que les premiers textes ne mentionnent pas tous cette caractéristique qui nous semble inaliénable – le nom complet, Yseut la Blonde, nous semble si familier. Si la chevelure est d’une nuance indifférente selon certains textes, et non des moindres, pourrait-on glisser à des représentations d’une Yseut châtain, rousse... brune ? Mon propos est, après avoir rappelé et quelque peu complété les remarques de G.J. Brault, d’examiner comment ceux qui ont eu à mettre l’amante de Tristan en image ont pu choisir de rendre cette blondeur.

Les textes médiévaux

2Nous ne pouvons éviter de rappeler brièvement le travail de G.J. Brault sur « The Names of the three Isolts ». Son article porte essentiellement, pour ce qui nous intéresse, sur le surnom la Blonde/la Bloie de la reine de Cornouailles, et recense aussi, en dehors de l’onomastique, les mentions de sa chevelure.

  • 2 Ibid, p. 24-26.

3Aussi surprenant que cela paraisse, la couleur n’est pas précisée chez Thomas. Il est vrai que les fragments perdus du roman comblaient peut-être ce manque, mais la blondeur ne figure pas davantage dans aucun des textes qui s’en sont inspirés (Folie d’Oxford, Saga norroise, et Sir Tristrem). De son côté, Marie de France n’y fait aucune allusion dans le Lai du Chèvrefeuille. La version allemande d’Eilhart, enfin, censée être la plus proche d’un hypothétique Tristan original perdu, reste également évasive, y compris dans l’épisode du cheveu apporté par l’hirondelle2.

  • 3 Pour ne pas alourdir l’article, nous ne donnerons pas les références des citations, dans la mesure (...)

4Les premières mentions attestées de la blondeur ne figurent pas dans des récits consacrés aux amants de Cornouailles, mais viennent renforcer un autre propos : ainsi Chrétien de Troyes, selon G. J. Brault, est le premier à donner la forme onomastique qui nous est familière, pour valoriser son héroïne Enide: Isolz la blonde3. Dans le domaine d’Oc, vers la même époque, Bernard de Ventadour évoquait Izeut la blonda.

  • 4 En revanche, le nom de Tristan n’y figure pas.
  • 5 Ce roman, ainsi que l’ensemble du corpus tristanien cité ci-dessus, peut commodément se lire dans (...)
  • 6 Le Roman de Tristan, R.L. Curtis éd. (I, Hueber, Munich, 1963 ; II, Brill, Leiden, 1976 ; III, Art (...)

5Surtout, parmi la liste de ses œuvres qu’établit Chrétien de Troyes dans le Cligès, la mention Del Roi Marc et d’Isalt la Blonde nous laisse rêveurs. Que ce roman soit purement inventé ou qu’il soit à jamais perdu, il montre que la teinte de la chevelure mérite de figurer dans le titre pour définir le personnage4. Béroul n’est pas en reste: G. J. Brault relève toutes les (nombreuses) références aux crins sors et autres chiefblont ; la Folie de Berne est moins prolixe à ce sujet, mais on y compte une Yseut la bloie. Gottfried enfin, bien qu’il adapte Thomas, fait d’Yseut une blonde héroïne, citant même de l’ancien français dans le texte allemand: blunde Isot5. L’article fait à peine allusion au Tristan en prose – ce qui est bien naturel, puisque, avec ce roman, on sort du cadre des « early Tristan poems ». Un dépouillement systématique des trois tomes de l’édition Curtis et les neuf tomes de l’édition Ménard6 confirme que le surnom la Bloie y est courant, mais aucune mention de la chevelure n’apparaît en dehors de cette marque onomastique, même quand il s’agit de vanter l’incomparable beauté de la reine.

  • 7 Voir sa fameuse tirade d’auto-exégèse onomastique dans le Cligès, v. 958-965.
  • 8 Au singulier, traduction d’A. Micha, p. 36 n. 1, Erec et Enide (Paris, 1957).

6Selon G. J. Brault, la renommée de Chrétien a propagé cette blondeur d’Yseut comme un fait acquis pour les auteurs à venir. Rien de plus banal, pourrait-on objecter, qu’une héroïne aux cheveux d’or, au Moyen Age et au-delà. Au demeurant, en se limitant au seul Chrétien, ses Enide, Laudine, Blanchefleur, Guenièvre et, bien sûr, Soredamor7 sont toutes des « blondes d’amour8 »; comment aurait-il pu en aller autrement d’Yseut ? Pourtant, la chevelure de cette dernière excède le corpus trista-nien : en effet, la blonde de référence qui permet de valider par hyperbole la suprême beauté de nouvelles héroïnes n’est pas Soredamor ou Genièvre, mais bien Yseut, et ce, dès Chrétien :

  • 9 A propos d’Yseut dans le Bel inconnu, voir dans ce recueil l’article d’Adeline Richard, « Le fil d (...)

[...] Iseuz la blonde
N’ot tant les crins sors et luisanz9... (Erec et Enide, v. 424-25)

7Quant aux poèmes où elle n’est pas explicitement blonde, ils n’en font pas pour autant une brune ou une rousse : seulement, la couleur n’est pas retenue comme élément textuel susceptible d’être décrit, ni même mentionné. Peut-être la blondeur va-t-elle de soi, tout simplement. Les critères de la beauté médiévale (et au-delà) veulent que la Dame soit blonde ; le conte folklorique peut jouer aussi, utilisant volontiers comme élément narratif de merveilleux cheveux, non pas seulement blonds, mais de précieux métal: Le Diable aux trois cheveux d’or (Grimm), Boucle d’Or, et toutes les variantes du conte de La Belle aux cheveux d’or que reprennent les Tristan allemands. Dans l’un et l’autre cas, une sorte d’évidence intertextuelle, ou même culturelle, fait qu’il n’est pas nécessaire de préciser.

  • 10 Tristan et Yseut (Pléiade), éd. cit., p. 349. Toutes les citations qui suivent (Tristan allemands (...)

8Au demeurant, qu’elles mentionnent ou non la blondeur, les versions allemandes font d’Yseut un être rayonnant, voire solaire: Eilhart le premier emploie le champ lexical de la lumière radieuse lorsque Tristan fait voir la reine à Kéhénis (Kahedin) : « Surgit une clarté qui lui parut si éblouissante qu’il pensa qu’il n’y avait pas un soleil, mais deux [...] c’était la belle dame qui donnait un tel éclat à la lumière du jour10 ».

  • 11 Pas plus que chez Thomas, où le fragment s’interrompt malheureusement juste avant l’apparition d’Y (...)

9On ne trouve pas ce même épisode chez Gottfried11, mais chez ses continuateurs : Ulrich von Turheim (p. 654), et plus encore chez Heinrich de Freiberg, où la déclaration finale de Tristan est précédée de deux pages de description du cortège et d’Yseut, dans une débauche d’or et de lumière : « Ce lumineux soleil ici, c’est la joie de mon cœur. C’est Isolde, ma souveraine, la reine, qui de son éclat rayonnant pénètre profondément mon cœur et l’emplit du clair flamboiement du ravissement [...] Isolde, le soleil resplendissant d’Irlande ! » (p. 749).

  • 12 Voir aussi p. 536.

10Gottfried n’est pas en reste pour autant, et accentue la cohérence cosmique du personnage : lorsque, soigné pour la deuxième fois en Irlande par Yseut mère et fille, Tristan ouvre les yeux, il est ébloui du trio qu’elles forment avec Brangien : « Ici resplendit Isolde, le radieux soleil, et là, la joyeuse aurore d’Isolde, sa mère, enfin la noble Brangene, la douce lumière de la lune » (p. 51012).

11Plus loin, après avoir repris ces mêmes métaphores, il en vient à la coiffure de la jeune fille couronnée: « L’or et l’or encore, le diadème et Isolde, rivalisaient d’éclat. Tout homme [...] qui n’aurait d’abord vu les pierres, aurait assuré qu’il n’y avait point là de diadème, tant ses cheveux ressemblaient à l’or et se confondaient avec lui » (p. 529) : si on en croit la traduction, s’amalgament en un même éclat bijou, jeune fille et enfin chevelure, dans une saisissante fusion métonymique.

  • 13 Voir le dossier iconographique qui suit, fig. 17.

12Enfin, un passage d’Heinrich associe étroitement beauté solaire et blondeur à l’ardeur amoureuse: « Isolde, la belle Blonde, se glissa, telle l’aurore, tel un rayon de soleil brûlant, au plus profond du cœur de Tristan. Leur souverain à tous deux, l’amour [...] était venu tel un tourbillon, avec ses flammes et le feu ardent de son cœur, et accompagnait la douce Isolde, la Blonde d’Irlande... » (p. 701). Curieusement, ce n’est jamais au moment où le philtre est absorbé que l’on trouve ce genre d’évocation, alors que l’ardeur du soleil à son zénith y inviterait13.

  • 14 Le Roman de Tristan, R.L. Curtis éd., t. III, 83218.
  • 15 Le Roman de Tristan en prose, Ph. Ménard dir. Les citations suivantes sont toutes extraites de cet (...)

13Dans le Tristan en prose, Kahedin tombe mortellement amoureux d’Yseut, sans que l’épisode du cortège de l’Yseut solaire ait inspiré le récit du coup de foudre14. De fait, le prosateur semble réserver le champ lexical de la lumière au discours lyrique (lai ou prose poétique); ainsi, dans le lai mortel de Kahédin, Yseut est appelée Biautés du siecle, estoile et game (= gemme) (t. I, 1633415). Plus encore dans cette complainte de Palamède :

Dame ki estes mireour si clere et si resplendissant, si luisant merveilleusement que là ou vous estes orendroit, en Cornuaille, si a vostre biauté tel forche qu’ele me donne chi clarté, luour et resplendissour ki naist de vostre grant biauté.
(t. IV, 81)

14L’Yseut solaire des versions allemandes trouve un écho, un degré au dessus, au tournoi de Louveserp : même voilée,

  • 16 Une ébauche de divinisation se trouve chez Heinrich; Tristan se justifie auprès de son épouse de l (...)

ele resamble Dieu a tous ses angles [...] ce samble uns diex ki trespasse ; ce ne samble mie dame morteus, ains samble cose esperitai [...]» Veés ci Damedieu venir16!» (t. V, 274)

15Mais le champ lexical de la lumière a disparu : imperceptiblement, d’un passage à l’autre, la blondeur glisse vers la lumière, la lumière vers la divinisation. La blondeur n’est jamais qu’un aspect, possible, de la beauté surnaturelle de l’héroïne.

  • 17 Chez Béroul, cet adjectif apparaît, mais jamais comme surnom, pas plus que les adjectifs sor et bl (...)

16Pourtant, le surnom la Blonde semble étroitement attaché à Yseut dans beaucoup de versions (et particulièrement dans les poèmes allemands, où les occurrences sont nombreuses, Eilhart mis à part). Une variante notable est le surnom la Bloie17 (Folie de Berne, Tristan en prose). Cet adjectif d’origine germanique renvoie à l’une de ces couleurs médiévales qui nous laissent perplexes : bleu (voire noir), blond, brillant, pâle et livide, telles en sont les traductions possibles. Le bleu-noir mis à part, toutes les autres sont intéressantes pour Yseut: blondeur idéale de la chevelure médiévale ; rayonnement de toute la personne dans les textes allemands, le Tristan en prose et le Sir Tristrem (Bright Ysonde) ; pâleur du teint de la bele o le cler vis chez Béroul (v.1947, 2605). En somme, ce surnom ne réfère pas forcément à la teinte des cheveux.

  • 18 Au sujet de ces surnoms des deux Yseut, voir la bibliographie et la récapitulation critique des in (...)

17La traduction par « pâle, livide » nous incite à considérer, en amont des romans français, les versions celtiques de la légende : les surnoms des deux Essyllt sont multiples selon les textes, contes et triades galloises : Vynwen (« au cou blanc »), (F) yngwen ou Myngwen: « à la crinière blanche18 ». L’adjectif bloi traduit au mieux le celtique gwen, cet étrange blanc typique de l’Autre Monde, qu’on trouve aussi dans le nom de Guenièvre (Gwenifar). Yseut la Bloie en acquiert cette couleur fantomatique qui sied aux fées.

  • 19 D’autant qu’il bénéficie du rapprochement avec fairy, nom et adjectif: « fée, féerique », bien que (...)
  • 20 Beardsley utilise cette dénomination en légende de ses dessins d’Yseut.

18En aval, en Angleterre, début xive, le Sir Tristrem anglais use volontiers du surnom Bright Ysonde (p. 939) pour une héroïne jamais explicitement blonde. Malory au xve siècle dans Le Morte Darthur, emploie, lui, la dénomination Fairlsoud. Quel sens donne-t-il à cet adjectif d’origine saxone ? On n’a guère envie de trancher: il se traduit par « clair, pâle, blanc », rappelant le gwen celtique19 ; appliqué à la chevelure, « blond » est le sens le plus courant actuellement; il peut signifier aussi, métaphoriquement, « beau »: on trouve d’ailleurs dans le roman aussi bien Fair Isoud que Fair Tristram, ce dernier n’étant jamais donné pour blond par quelque version que ce soit. Le mot est enfin l’équivalent de l’ancien français biau employé comme terme de politesse : fair lady, fair cousin, fair lords ; bele dame, biaus cousins, biau seigneur. Toujours chez Malory, on trouve plus souvent la Beale Isoud20, en ancien français dans le texte... mais quel ancien français ? Ce néologisme peut passer pour un compromis idéal entre bele et bloie !

19De ce flou chromatique, on ne retiendra justement que la beauté d’Yseut, plus que sa blondeur, qui n’en est qu’un aspect facultatif. Mais une beauté sinon surnaturelle, du moins fort troublante.

Iconographie21

  • 21 Mon corpus iconographique est essentiellement issu des reproductions accessibles sur Internet. Il (...)

20Si la blondeur peut rester inexploitée ou d’une nuance indéterminée, voire métaphorique dans les textes, trouve-t-elle une meilleure expression dans l’iconographie ? Rien n’est moins sûr, comme on va le voir.

Iconographie médiévale

  • 22 G.J. Brault, « Le coffret de Vannes et la légende de Tristan au xiie siècle », in Mélanges offerts (...)
  • 23 Roger Sherman et Laura Hibbard Loomis, Arthurian Legends in medieval Art (Oxford University Press, (...)

21La plus ancienne représentation d’Yseut connue est celle que G. J. Brault a identifiée sur les panneaux du coffret de la cathédrale de Vannes. Ils « illustrent l’histoire de Tristan telle qu’un artiste du xiie siècle se la représentait [...] Ils peuvent légitimement figurer auprès des témoins les plus anciens et les plus authentiques de la légende22 » ; or, la silhouette longiligne est ornée d’une tresse très sombre. A la fin du siècle suivant, un autre artiste a peint sur les murs du château de Saint Floret en Auvergne une brune Yseut (« brown hair », selon R. S. Loomis23). Ces deux exemples prouvent que la blondeur n’est pas une caractéristique absolument nécessaire à l’identification de l’héroïne au Moyen Age, comme certains textes l’ont montré.

  • 24 Cologne, xve siècle.
  • 25 xve siècle. Voir Loomis, op. cit., p. 48-50.

22Par ailleurs, quelques œuvres ne sont pas en couleur: coffrets d’ivoire conservés au British Museum24 ; fresques en grisaille du Castel Roncolo (ou Schloss Runkelstein, au Tyrol25). Sur ces dernières, si la couleur ne permet pas de décider de la blondeur d’Yseut, on note toutefois que la chevelure est traitée avec grand soin, longue, tressée ou sensuellement échevelée.

  • 26 Les chiffres entre parenthèses renvoient au dossier iconographique. Les références des illustratio (...)
  • 27 Le manuscrit 101 est comparable à ceux-là.
  • 28 Voir son article « Se coiffer au Moyen Age ou l’impossible pudeur » dans ce recueil.

23Dans les représentations colorées que sont les miniatures, les cheveux d’Yseut sont souvent enserrés sous une coiffe, hennin, chapeau ou voiles26 (1 et 2). L’Yseut du manuscrit BnF 100 est un peu stricte, mais d’une grande élégance avec ses nattes toujours impeccablement enroulées (3). Le manuscrit BnF 97, lui, pare la reine de toutes sortes de coiffures : nattes (4), chapeau et voile comme ses suivantes de la miniature 3 (f° 45, 46, non reproduits ici) ou encore cheveux libres, de couleur pâle, ondulés mais sans luxuriance, qu’elle soit jeune fille (5) ou femme mariée (6) : cette coiffure lui donne un air juvénile, qui sied bien à sa longue silhouette cambrée ; mais elle ne la distingue guère de la suivante de la miniature (4). Dans ces deux manuscrits27, la chevelure ne saurait rivaliser avec la couronne, traitée à la feuille d’or (3) ou jaune vif (4). Dans tous ces cas, la beauté de la reine est plutôt exprimée par sa ligne élancée soulignée par de magnifiques drapés, par la richesse et l’élégance de la tenue, coiffure comprise. Même si l’on sait grâce à Noëlle Lévy-Gires28 que toute coiffure, si innocente ou austère nous semble-t-elle, est pour le moraliste médiéval un puits de débauche, il ne semble pas qu’Yseut la Blonde soit magnifiée par ce biais. Néanmoins, dans le ms BnF 112, son chapeau orné de fines perles laisse paraître quelques mèches raides (13), d’un charme troublant: outre le petit sourire, le raffinement des tissus et la blancheur du décolleté, les cheveux échappés, lissés le long du cou, sont d’une sensualité discrète mais indéniable, auquel répond celle de Tristan.

  • 29 Condé 645-47, 1480, Bibliothèque de Chantilly. http://www.photo.rmn.fr
  • 30 Elle est précédée toutefois d’une Guenièvre parfaitement interchangeable avec elle (à l’exception (...)
  • 31 La miniature du f° 234 bis peut se voir en couverture des Tristan dans la collection « Lettres got (...)

24Tous les enlumineurs ne se sont pas pour autant privés de déployer les charmes capillaires de leur héroïne. Ainsi, Everard d’Espinque, dans un très beau manuscrit29, encadre toujours son visage d’un chapeau noir; mais, au folio 89 du deuxième volume, apparaît pour la première fois une superbe Yseut aux blonds cheveux mi-longs rehaussés de fines touches d’or30 ; rien dans le roman ne semble justifier un tel changement. Désormais, cette coiffure reste la sienne jusqu’à la fin31. Le ms 102 présente aussi trois belles Yseut aux cheveux diversement déployés, mais toujours mêlés d’or (10, 11, 12): chevelure et couronne sont manifestement peintes avec les mêmes matières. L’enluminure permet la réalisation concrète des données des textes, et avec quelle délicatesse, on le voit.

25Comme dans les textes médiévaux, chaque artiste représente la beauté d’Yseut par les moyens qui lui sont propres, en fonction de ses goûts ou de son talent, en fonction des exigences de la mode contemporaine, voire de la morale, et à coup sûr, en fonction de son budget en feuilles d’or – encore une fois, la blondeur n’est qu’un de ces moyens.

Iconographie moderne

  • 32 L’iconographie est innombrable ! Pour ne pas alourdir l’article, les références des tableaux, des (...)

26Faisons maintenant un bond dans le temps : comment les modernes illustrateurs ont-ils abordé la représentation du personnage ? La vogue médiévale a fourni aux préraphaélites et aux artistes victoriens matière à illustrer la légende tristanienne, essentiellement à partir de Malory. L’opéra de Wagner a inspiré aussi quelques illustrateurs ; l’adaptation de Bédier, enfin, a fourni son lot de dessins32. On constate qu’Yseut passe par toutes les nuances possibles: blondinette chez Leighton (1902), blond vénitien chez Duncan (1912), auburn chez Arthur A. Dixon (1921), altière en tresses claires chez Rhead (1923), aussi filiforme que sa tresse sans couleur, dans les illustrations en noir et blanc de Mac Harshberger (1927), blond verdâtre chez Dali (1970)... et brune chez Morris (1858), Sandys (1862), Draper (1901), Waterhouse (1916), aile de cordeau chez Woodcuts (1930), etc.

  • 33 Alternance déjà pratiquée dans ses illustrations pour la Salomé d’Oscar Wilde (John Lane, Londres, (...)
  • 34 Le fait est que je manque d’exemples d’autres pays, mise à part l’Yseut wagnérienne de l’allemand (...)

27Encore aujourd’hui, des artistes New Age, comme Lee Seed (7) ou Kris Waldherr (14) la représentent blonde ou rousse. L’artiste le plus représentatif de l’instabilité capillaire est Beardsley: dans ses dessins à l’encre de chine pour une édition du Morte Darthur de Malory (Dent, Londres, 1893), il alterne crinière claire aux cheveux minutieusement tracés, et masse compacte de jais33. Cette liberté prise avec le canon de la blondeur d’Yseut est essentiellement le fait des Anglo-saxons34. Viendrait-elle du fait que le Sir Tristrem, et surtout Le Morte Darthur, font de la reine non une blonde, mais une bright, fair ou beale Yseut, termes suffisamment ambigus pour permettre une interprétation personnelle de la chevelure ? Je n’ai pas eu accès aux illustrations de Robert Engels pour le Tristan de Bédier (pour qui Yseut est explicitement blonde) mais Alain Corbellari m’assure qu’Yseut y est figurée comme une claire wagnérienne.

  • 35 X. Josset (scénario) et F. Bihel (dessin), couleurs de M. Pommier (Le Lombard, 1987). Yseut la mèr (...)

28Probablement influencée par ces dernières références, sans compter Madeleine Sologne au cinéma (voir infra), la bande dessinée française reste résolument attachée à une Yseut blonde : ainsi le titre de La Quête de la fille aux cheveux d’or35 (1987) reprend-il celui du chapitre III du Roman de Tristan et Iseut, renouvelé par Bédier. La case 17, celle du « partage de midi », illustre le rayonnement passionné d’Yseut dont la chevelure, comme chauffée à blanc, bloie, fair ou gwen, semble être la source de lumière de la scène. On peut aussi admirer la belle aquarelle (16) de Frédéric Bihel (1990), communiquée par le scénariste Xavier Josset spécialement pour le colloque: les cheveux envolés contredisent le petit air sage de la jeune fille, au moins autant que son torse nu.

  • 36 Tome 5 de la série Arthur de Chauvel, Lereculey et Simon (Delcourt, 2002), volume un peu décevant (...)
  • 37 Tome 5 de la série Merlin, de Morvan/Sfar et Munuera (Dargaud, 2002).

29Dernièrement encore, des albums ont mis en image de blondes Yseut: dans le registre de la légende celtique, la couverture de Drystan et Esyllt36 présente un couple enlacé, tous deux les cheveux à la taille, lui, noir de jais, elle, blond platine, leurs boucles prolongées et amplifiées par un motif décoratif d’entrelacs celtiques ; dans le registre comique, la couverture de Tartine et Iseult37 jette dans les bras de l’ogre Tartine la frêle et gracieuse jeune fille, natte blonde à l’appui.

  • 38 Nahomi, t. 1 : Les Noisettes sauvages (éd. du Lombard, Bruxelle, 1985), p. 26-29.
  • 39 Voir dans ce recueil son article « Les chevelures indisciplinées qui s’enracinent et plongent dans (...)

30Il faut noter une exception : une curieuse adaptation de la légende, insérée sous forme de représentation théâtrale, dans le Japon fantaisiste de la série pour enfants Nahomi de Crisse38 : cette Yseut nippone ne saurait évidemment avoir des cheveux d’or. Néanmoins, le traitement de sa noire chevelure est un élément non négligeable de son charme, et l’on sait, depuis qu’on a entendu Stéphanie Bruno-Meylan39, ce que cela signifie dans cette civilisation.

31Le dessin animé, enfin, s’est emparé de la légende des amants de Cornouailles, pour en faire un produit en images de synthèse, propre à rivaliser avec les films de Walt Disney sur leur terrain : Tristan et Iseut de Thierry Schiel40: la jeune fille est une piquante blondinette (15)... qui finit par épouser Tristan avec la bénédiction du roi Marc.

32Reste à aborder le cas des actrices. Nous avons renoncé à faire l’inventaire des cantatrices wagnériennes qui ont interprété le rôle41. Certaines, comme Frida Leider en 1933, Birgit Nillson en 1973, ont pu renoncer à la perruque ou la coloration et garder leur sombre couleur naturelle, sans que cela nuise à leur personnage.

33Une récente comédie musicale a donné à Yseut les traits de la chanteuse bretonne Magali Neslot (9). La blondeur de la jeune femme n’est pas exploitée sur le logo du spectacle où les amants de Cornouailles apparaissent en ombre chinoise.

  • 42 Tristan et Yseult, d’Albert Capellani (France, 1909); Tristan et Yseult, d’Hugo Falena (France/Ita (...)
  • 43 Les Filles du Rhône, de Jean-Paul Paulin, 1938; le Danube bleu, d’Emile Edwin Reinert et Alfred Ro (...)

34Et au cinéma ? La filmographie est importante42, mais seuls quatre films nous arrêteront : les trois premiers sont célèbres, le dernier date de quelques mois à peine. L’Eternel Retour a mis à la mode en 1943 la coiffure blond platine de Madeleine Sologne, avatar glacial d’Yseut-Nathalie – elle avait pourtant commencé sa carrière en jouant de brunes gitanes43 ! En 1970, Tristana de Luis Bunuel donne de Tristan une version féminine sous les traits de la blonde Catherine Deneuve: elle ne campe donc pas à proprement parler Yseut, mais le rapprochement n’est pas négligeable. La Femme d’à côté (1981) est explicitement relié à la légende par la conclusion que donne la narratrice : « Ni avec toi, ni sans toi », qui évoque, certes profondément modifié par François Truffaut, les vers de Marie de France dans le Lai du chèvrefeuille :

Ne vus senz mei ne jeo senz vus (v. 78)

35Le rôle d’Yseut-Mathilde est tenu par la brune la plus lumineuse du cinéma français : Fanny Ardant – et Truffaut filme le visage de son épouse avec tout le rayonnement qu’il mérite. A cet égard, le patronyme de l’actrice apparaît comme un heureux hasard, transformé en plan de carrière d’une certaine manière, puisqu’elle n’a pas pris de pseudonyme.

36Il faut enfin aborder le dernier film sorti cette année : Tristan de Philippe Harel (2003) : la commissaire Emmanuelle Barsac (Mathilde Seigner) soupçonne un bellâtre bibliophile de pousser des jeunes filles au suicide en leur faisant vivre une histoire d’amour à la manière des amants de Cornouailles. Des victimes présumées du tueur en série, les deux « Yseut » qu’on voit à l’écran sont franchement brunes. Une troisième pourrait bien s’avérer être l’enquêtrice, bougonne châtain clair aux cheveux en bataille... du moins jusqu’à ce qu’elle s’investisse dangereusement dans sa traque-séduction : petites mèches, chignons, ondulation ou lissage jouent alors leur rôle dramatique. Mais tout cela ne serait-il qu’un leurre, comme ce titre de Tristan qui appelle et masque à la fois le nom d’Yseut ? Nous ne sommes pas si loin, en un sens, du film de Bunuel.

37Dans le cas de ces deux dernières actrices, l’absence de la couleur attendue peut aussi jouer comme un signe invitant soit à voir l’éclat ailleurs, transcendant la simple chevelure comme dans certains textes médiévaux (Fanny Ardant), soit à souligner la fausse piste (Tristan de Philippe Harel). Au demeurant, dans les œuvres envisagées, Tristan et Yseut est plutôt une référence d’arrière-plan que la base d’une réelle adaptation, sauf dans L’Eternel Retour, où Yseut est justement blonde.

38Ce panorama quelque peu énumératif fait ressortir quelques grandes tendances dans l’iconographie: somme toute, les images médiévales sont souvent indifférentes à la couleur (voire à la chevelure). Certaines versions de la légende, parmi les premières, celles peut-être qui ont inspiré les représentations hors manuscrit, n’incluaient pas forcément la blondeur, sans compter que les appellations médiévales, la Bloie, Bright, Fair, renvoient tout aussi bien aux cheveux qu’à l’éclat féerique de toute la personne. Dans les miniatures tardives du xve siècle, il arrive que la chevelure, fort belle, soit concrètement d’or, mais pas constamment, et certainement pas plus que pour n’importe quelle autre héroïne romanesque. Mais le blond supposé est souvent masqué sous de savantes coiffes, ou sans relief particulier. Quant aux images modernes, surtout dans le domaine anglo-saxon, elles font parcourir à Yseut toute la gamme des nuances possibles – encore qu’il manque au corpus une Yseut poivre et sel ou chenue, mais n’y comptons guère ! Les interprétations françaises restent globalement plus fidèles au blond selon Bédier, y compris dans le traitement volontairement transgressif d’Yseut non-blonde.

39La blondeur, qu’elle soit médiévale ou moderne, n’est donc pas une caractéristique essentielle d’Yseut. Mais quand elle est sélectionnée comme caractère pertinent par l’artiste, elle joue alors un rôle de choix, pour sa qualité esthétique, et parfois ses vertus narratives ou allusives. L’essentiel reste toutefois le rayonnement troublant du personnage: les œuvres les moins réussies sont certainement celles qui s’en tiennent à une blondeur de principe.

Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues
Vous me rendez l’azur du ciel immense et rond
La Chevelure, Baudelaire (Les Fleurs du Mal)

40N. B. : Les miniatures des Manuscrits enluminés du Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (1 à 6 et 10 à 13) sont consultables sur http://gallica.bnf.fr/​themes/​ImaMA2.htm.

1. BnF 102, f° 71. Tristan et Iseut dans la forêt du Morois (détail).

2. BnF 102, f° 50 v°: Tristan demande Yseut en mariage (détail).

3. BnF 100, f° 95 v° : Iseut passant l’épreuve de la corne (détail).

4. BnF 97, f° 59 v°: Iseut passant l’épreuve de la corne (détail).

5. BnF 97, f° 44 v° : Tristan demandant Iseut à Anguin (détail).

6. BnF 97, f° 66 v°: Iseut et la messagère de Guenièvre (détail).

7. Tristan’s Prize, Lee Seed. © 1996-2003. Poppyseed Graphics. http://www.poppy-seedgraphics.com

8. Tristan et Yseut, Florence Nicolas.
© UTM, 1986 (extrait).

9. Tristan et Yseult, une légende musicale, 2001, musique de Marc Demelemester et Jean-Jacques Genevard. texte de Jacques Berthel, mise en scène de Thierry Harcourt, avec Magali Neslot (Yseut). http://www.tristanetyseult.com

10. BnF 102. f° 134 v° : Iseut tentant de se suicider (détail).

11. BnF 102, f° 61 : Iseut se lamentant (détail).

12. BnF 102, f° 223 v°: Iseut et Gaharié (détail).

13. BnF 112, f° 239 : Tristan et Iseut buvant le philtre (détail).

14. Détail de Tristan and Isolde, waterco-lor © 2003 Kris Waldherr Art and Words. http://www.artand-words.com.

15. Tristan et Iseut, dessin animé de Thierry Schiel (Oniria Production. 2002). © Oniria Production. http://www.tristan-et-iseut.com

16. Frédéric Bihel, Iseult, aquarelle, 1990. Collection privée. Xavier Josset.

17. La Quête de la fille aux cheveux d’or, Xavier Josset (scénario) et Frédéric Bihel (dessin ), couleurs de Maurice Pommier (Le Lombard, 1991), p. 47. Collection privée. Xavier Josset.

41* Bande dessinée retirée du commerce, disponible sur demande : X. Josset, 38, me Poitevin. 27 000 Evreux – mailto:xavier.josset@laposte.net.

Notes

1 « The Names of the three Isolts in the Early Tristan Poems », Romania, n° 115, 1997.

2 Ibid, p. 24-26.

3 Pour ne pas alourdir l’article, nous ne donnerons pas les références des citations, dans la mesure où on les retrouvera facilement dans l’article de G. J. Brault.

4 En revanche, le nom de Tristan n’y figure pas.

5 Ce roman, ainsi que l’ensemble du corpus tristanien cité ci-dessus, peut commodément se lire dans Tristan et Yseut. Les premières versions européennes (Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1995). Pour Chrétien de Troyes : Romans (Classiques modernes, La Pochothèque, Le Livre de Poche, 1994).

6 Le Roman de Tristan, R.L. Curtis éd. (I, Hueber, Munich, 1963 ; II, Brill, Leiden, 1976 ; III, Arthurian Studies XIV, Woodbridge, D.S. Brewer, 1985); Le Roman de Tristan en prose, Ph. Ménard dir. (tomes I à IX, Droz, 1987 à 1997).

7 Voir sa fameuse tirade d’auto-exégèse onomastique dans le Cligès, v. 958-965.

8 Au singulier, traduction d’A. Micha, p. 36 n. 1, Erec et Enide (Paris, 1957).

9 A propos d’Yseut dans le Bel inconnu, voir dans ce recueil l’article d’Adeline Richard, « Le fil d’or de Blonde Esmerée ». Voir aussi Richard Trachsler, Disjointures-Conjointures. Etude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Age, Tübingen-Basel, A. Francke Verlag, 2000 (Romanica Helvetica 120).

10 Tristan et Yseut (Pléiade), éd. cit., p. 349. Toutes les citations qui suivent (Tristan allemands et anglais) sont tirées de cette édition.

11 Pas plus que chez Thomas, où le fragment s’interrompt malheureusement juste avant l’apparition d’Yseut (p. 162). Mais le champ lexical de la lumière est absent de ce qui précède.

12 Voir aussi p. 536.

13 Voir le dossier iconographique qui suit, fig. 17.

14 Le Roman de Tristan, R.L. Curtis éd., t. III, 83218.

15 Le Roman de Tristan en prose, Ph. Ménard dir. Les citations suivantes sont toutes extraites de cette édition. Le vers ici cité est repris textuellement beaucoup plus loin, dans un lai de Palamède, t. VI, 24.

16 Une ébauche de divinisation se trouve chez Heinrich; Tristan se justifie auprès de son épouse de la laisser vierge par un vœu d’abstinence fait suite à de mortelles brûlures de dragon: une dame et une jeune fille l’avaient alors soigné: « Je ne peux dire si ces deux femmes étaient deux anges du ciel » (p. 704).

17 Chez Béroul, cet adjectif apparaît, mais jamais comme surnom, pas plus que les adjectifs sor et blont (liste des occurrences : G. J. Brault, art. cit., p. 31).

18 Au sujet de ces surnoms des deux Yseut, voir la bibliographie et la récapitulation critique des interprétations érudites à ce sujet, dans l’art. cit. de G. J. Brault, p. 28-29. Voir aussi P.-Y. Lambert, « Les témoignages gallois sur la légende de Tristan », in Tristan et Yseut: un thème éternel dans la culture mondiale. 30e Congrès du Cercle de Travail de la littérature allemande du Moyen Age. Mont Saint-Michel, 1995. (Wodan 57, Reineke-Verlag, Greifswald, 1996), p. 157 ; J. Markale, La Femme celte (Paris, Payot, 1977), p. 299, n. 1, étymologie citée et étudiée par J.-C. Huchet, Tristan et le sang de l’écriture, p. 22.

19 D’autant qu’il bénéficie du rapprochement avec fairy, nom et adjectif: « fée, féerique », bien que l’étymologie (française) soit tout autre.

20 Beardsley utilise cette dénomination en légende de ses dessins d’Yseut.

21 Mon corpus iconographique est essentiellement issu des reproductions accessibles sur Internet. Il ne peut figurer entièrement dans le dossier iconographique ci-joint, faute de place et d’autorisations. On pourra consulter toutes les images recueillies en visitant « La Galerie des portraits d’Yseut », sur mon site Le Phylactère: http://phylactère.plet-fr.net

22 G.J. Brault, « Le coffret de Vannes et la légende de Tristan au xiie siècle », in Mélanges offerts à Rita Lejeune (Gembloux, 1969), t. 1, p. 668, article illustré de nombreuses photographies.

23 Roger Sherman et Laura Hibbard Loomis, Arthurian Legends in medieval Art (Oxford University Press, London, 1938 ; Kraus reprint corporation, New York, 1966), p. 59 ; reproduction en noir et blanc, n° 98.

24 Cologne, xve siècle.

25 xve siècle. Voir Loomis, op. cit., p. 48-50.

26 Les chiffres entre parenthèses renvoient au dossier iconographique. Les références des illustrations se trouvent en fin d’article. Toutes les miniatures reproduites viennent de manuscrits du xve siècle, numérisés et consultables sur Gallica, le généreux site de la BnF.

27 Le manuscrit 101 est comparable à ceux-là.

28 Voir son article « Se coiffer au Moyen Age ou l’impossible pudeur » dans ce recueil.

29 Condé 645-47, 1480, Bibliothèque de Chantilly. http://www.photo.rmn.fr

30 Elle est précédée toutefois d’une Guenièvre parfaitement interchangeable avec elle (à l’exception d’un collier), au f° 54 v°.

31 La miniature du f° 234 bis peut se voir en couverture des Tristan dans la collection « Lettres gothiques »; 10/18 ; Le Livre de poche classiques.

32 L’iconographie est innombrable ! Pour ne pas alourdir l’article, les références des tableaux, des livres illustrés et des sites où ils sont visibles figureront sur Le Phylactère.

33 Alternance déjà pratiquée dans ses illustrations pour la Salomé d’Oscar Wilde (John Lane, Londres, 1894). Rééd. Petite Bibliothèque Ombres, Toulouse, 1992.

34 Le fait est que je manque d’exemples d’autres pays, mise à part l’Yseut wagnérienne de l’allemand Ferdinand Leeke (1899) et celle de Dali. Ce sont probablement les limites de la documentation sur Internet...

35 X. Josset (scénario) et F. Bihel (dessin), couleurs de M. Pommier (Le Lombard, 1987). Yseut la mère est rousse, Brangien brune.

36 Tome 5 de la série Arthur de Chauvel, Lereculey et Simon (Delcourt, 2002), volume un peu décevant dans une excellente série.

37 Tome 5 de la série Merlin, de Morvan/Sfar et Munuera (Dargaud, 2002).

38 Nahomi, t. 1 : Les Noisettes sauvages (éd. du Lombard, Bruxelle, 1985), p. 26-29.

39 Voir dans ce recueil son article « Les chevelures indisciplinées qui s’enracinent et plongent dans l’au-delà/l’Autre Monde », sur une étonnante mise en perspective des textes occidentaux et nippons.

40 (Oniria Production, 2002) http://www.tristan-et-iseut.com

41 Pour la documentation sur les artistes lyriques, voir l’impressionnant site http://www.can-tabile-subito.de (enregistrements, biographie, photos, rôles, extraits de critiques et appréciation personnelle).

42 Tristan et Yseult, d’Albert Capellani (France, 1909); Tristan et Yseult, d’Hugo Falena (France/Italie, 1911); Tristan et Yseut, de Maurice Mariaud (France, 1920); Tristan et Iseult, d’Yvan Lagrange (France, 1972); Tristan and Isolt/Lovespell, de Tom Donovan (Irlande, 1979) ; Feuer und Schwert, de Veith von Fürstenberg (Allemagne, 1981) ; In the Shadow of the Raven, de Hrafn Gunnlaugsson (Islande, 1988); Isolde, de Jytte Rex (Danemark, 1989).

43 Les Filles du Rhône, de Jean-Paul Paulin, 1938; le Danube bleu, d’Emile Edwin Reinert et Alfred Rode, 1940. L’Eternel Retour, de Jean Delannoy sur un scénario de Jean Cocteau, 1943.

Table des illustrations

Légende 1. BnF 102, f° 71. Tristan et Iseut dans la forêt du Morois (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende 2. BnF 102, f° 50 v°: Tristan demande Yseut en mariage (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende 3. BnF 100, f° 95 v° : Iseut passant l’épreuve de la corne (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende 4. BnF 97, f° 59 v°: Iseut passant l’épreuve de la corne (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende 5. BnF 97, f° 44 v° : Tristan demandant Iseut à Anguin (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende 6. BnF 97, f° 66 v°: Iseut et la messagère de Guenièvre (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 7. Tristan’s Prize, Lee Seed. © 1996-2003. Poppyseed Graphics. http://www.poppy-seedgraphics.com
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende 8. Tristan et Yseut, Florence Nicolas.© UTM, 1986 (extrait).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende 9. Tristan et Yseult, une légende musicale, 2001, musique de Marc Demelemester et Jean-Jacques Genevard. texte de Jacques Berthel, mise en scène de Thierry Harcourt, avec Magali Neslot (Yseut). http://www.tristanetyseult.com
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende 10. BnF 102. f° 134 v° : Iseut tentant de se suicider (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende 11. BnF 102, f° 61 : Iseut se lamentant (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 12. BnF 102, f° 223 v°: Iseut et Gaharié (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende 13. BnF 112, f° 239 : Tristan et Iseut buvant le philtre (détail).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 14. Détail de Tristan and Isolde, waterco-lor © 2003 Kris Waldherr Art and Words. http://www.artand-words.com.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 15. Tristan et Iseut, dessin animé de Thierry Schiel (Oniria Production. 2002). © Oniria Production. http://www.tristan-et-iseut.com
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende 16. Frédéric Bihel, Iseult, aquarelle, 1990. Collection privée. Xavier Josset.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende 17. La Quête de la fille aux cheveux d’or, Xavier Josset (scénario) et Frédéric Bihel (dessin ), couleurs de Maurice Pommier (Le Lombard, 1991), p. 47. Collection privée. Xavier Josset.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4218/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

Auteur

Université Michel-Montaigne – Bordeaux III

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540