Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Les dénominations de la chevelure dans les chansons de geste1 (xie-xiiie siècles)

Sandrine Leturcq

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend partiellement une thèse (sous le nom de Sandrine Thérèse) de l’Ecole nationale (...)

1Les poils font partie de ces choses qu’on ignore, qu’on néglige, qu’on sous-estime, ces choses dont on pense pouvoir se passer, faute d’en soupçonner l’importance. On en sourit tout à son aise, comme autant d’objets dominés, intégrés... Mais tout n’est qu’apparence. En fait, il n’en est rien. Les poils font partie de notre intimité, ils nous troublent, nous dérangent. Un jour le drame éclate, pour un cheveu blanc, une coupe, une teinture ratées... En outre les poils ont été et sont toujours porteurs d’une lourde charge symbolique. Ils ont souvent joué, jouent encore dans certaines sociétés un rôle de premier plan lors des rites initiatiques qui jalonnent la vie des individus : première coupe des cheveux, de la barbe, tonsure ecclésiastique, coupe du service militaire...

2L’étude des dénominations du poil, de la chevelure et de la coiffure dans les chansons de geste constitue le premier volet d’un travail de recherche plus vaste sur la symbolique du poil, de la chevelure et de la coiffure dans l’Occident médiéval, travail essentiellement fondé sur l’analyse du discours épique, étroitement mis en relation avec d’autres sources de type littéraire, juridiques, religieux.

  • 2 Voir Jean Fiori, « L’historien et l’épopée française », in L’Epopée, p. 92.
  • 3 Les oeuvres du xiie siècle, période florissante de la production de chansons de geste, ont été pri (...)

3Les chansons de geste apportent à l’historien des témoignages tout à fait intéressants sur les comportements, les sensibilités, les systèmes de représentation politiques, sociaux, symboliques au Moyen Age2. Il est vrai que les poils et les cheveux ne constituent pas le plus souvent un élément dramatique essentiel au discours épique. Toutefois, s’ils sont mentionnés, ils le sont soit de manière incidente (ce qui suppose une connivence entre le jongleur et l’auditoire autour de situations ou d’une sensibilité communes), soit parce qu’à un moment donné poils et cheveux peuvent jouer un rôle dramatique dans le déroulement du récit. Le corpus de chansons de geste retenu pour cette étude comprend des textes composés entre la fin du xie et la fin du xiiie siècle, période médiévale classique relativement stable avant le xive siècle, durant laquelle règne une certaine homogénéité linguistique et une relative homogénéité du genre épique qui n’interdit cependant pas l’évolution du genre sur les deux siècles. Sur une cinquantaine de textes édités, vingt-quatre chansons de geste ont fait l’objet d’un dépouillement systématique3, selon les critères suivants : respect de l’équilibre chronologique, de l’équilibre entre les différents cycles épiques, choix de textes représentatifs du genre épique et intéressants dans la perspective d’une étude sur le vocabulaire et la symbolique du poil.

4En France, poils et cheveux sont des objets communément considérés comme distincts, tant dans les esprits que dans les dénominations. Il s’agit en réalité d’un seul et même concept, poil étant un terme générique qui désigne chaque petit filament apparaissant sur la peau de l’homme et de l’animal et le cheveu un poil spécifique qui pousse sur le crâne humain. On ne peut pas parler de chevelure sans parler de poil. Les deux sont indissociables.

  • 4 Ex : Dunc tort ses mains, tire sun chief, sa barbe (Chanson de Guillaume, v. 477) et Durement tort (...)

5On ne peut pas non plus étudier la symbolique du poil et de la chevelure dans les chansons de geste sans analyser le vocabulaire qui s’y rapporte. Toutefois, seules les dénominations de la chevelure dans les chansons de geste feront l’objet de cet article. Pour ce faire, les méthodes de la linguistique moderne ont été adaptées à l’ancien français : analyse des relations d’antonymie, de synonymie et de polysémie entre les différents termes relevés, définition du sens d’un mot par l’étude des rapports de corrélation, de coordination à l’intérieur d’une phrase, établissement d’équivalences entres des phrases sémantiquement proches ou opposées en utilisant les méthodes de commutation et de connotation. Mais la prudence est de mise : même s’il est possible d’établir des correspondances entre des phrases sémantiquement proches ou opposées, on ne peut pas en conclure des termes étudiés qu’ils sont toujours synonymes ou antonymes. Il peut s’agir d’une synonymie partielle4. Il importe également d’être prudent dans l’étude sémantique d’une langue qui n’est plus pratiquée. Faute d’une connaissance intime de l’ancien français, comment saisir les nuances entre deux termes, deux registres de langage ? Pour les dénominations d’origine latine, l’étude sémantique repose largement sur la consultation des dictionnaires confrontée à la pratique des textes. Pour l’ancien français, l’usage des dictionnaires a prévalu. Enfin, plutôt que de proposer une simple traduction française des dénominations de la chevelure, il a paru intéressant d’étudier le contexte linguistique dans lequel chaque terme est employé, en dégageant les particularités de ses emplois par rapport à celles des autres.

  • 5 Toutes les acceptions d’un terme (poil, chef...) n’ont pas été relevées. Seules ont été retenues l (...)

Les dénominations de la chevelure dans les chansons de geste5

Les dénominations de la chevelure dans les chansons de geste5

Sur les 183 009 vers du corpus dépouillé, le nombre d’occurrences du terme quand il se rapporte aux poils ou à la chevelure figure dans la ligne supérieure du tableau. Dans la partie inférieure du tableau figure le nombre d’occurrences du terme quand il désigne seulement la chevelure. Les écarts relevés pour certaines dénominations correspondent à des incertitudes sur le sens du mot.

6Ce tableau reflète la grande variété des dénominations de la chevelure. Certaines désignent à la fois les poils et les cheveux, d’autres seulement les cheveux. Quelques-unes sont sorties d’usage (crignel, crine) ou connaissent actuellement un usage dialectal restreint (floc par exemple). Certains ont connu une évolution phonétique (chevel > cheveu par exemple), ou ont vu leur champ sémantique évoluer : crin garde ainsi le sens de « cheveu » mais dans un registre de langage familier. Les quatre dénominations les plus fréquemment attestées sont : chevel, puis loin derrière poil, et crin. Chef occupe une place à part, dans la mesure où ce terme ne se rapporte pas en soi à la chevelure, mais prend ce sens dans un contexte linguistique ou extra-linguistique particulier.

7Pour apprécier l’emploi de ces dénominations dans les chansons de geste, il est nécessaire de poser quelques jalons dans l’histoire du mot depuis ses origines.

Chevel6

  • 6 Emout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. capillus, p. 95a- (...)
  • 7 Cf. Isidori Hispalensis Epicopi etymologiarum sive originum..., livre XI, 1, 28 : Capilli vocati q (...)

8Le nom masculin chevel est la dénomination la plus fréquemment attestée. Le mot vient du nom latin capillus, i, m., dont l’origine et la formation demeurent inexpliqués. Aucun rapprochement avec les noms caput, itis, n. et pilus, i, m. n’a été mis en évidence, malgré les tentatives d’explication de l’étymologie populaire7. Capillus est attesté depuis Plaute, avec le sens collectif de « chevelure ». D’après Varron, capillus serait un nom collectif sans pluriel ; en fait il est indifféremment employé au singulier et au pluriel en latin. Depuis le latin archaïque, capillus est considéré comme un terme appartenant à la langue courante contrairement aux noms crinis, is f.m, et coma, ae, f., davantage attestés dans les tragédies et les épopées et qui semblent relever d’un registre de langue plus élevé. Employé au singulier collectif ou au pluriel, il a surtout le sens de « cheveu » et « chevelure ». Dès le latin classique et jusqu’à la période médiévale, capillus est souvent associé au nom barba, ae, f. « barbe » : poils du crâne et du visage sont distincts mais complémentaires. Toutefois, dès le latin classique capillus peut aussi désigner un ou plusieurs poils de barbe. En latin tardif, chrétien et médiéval pilus et capillus sont le plus souvent distincts. Capillus a le plus souvent le sens de « cheveu » ou « chevelure », malgré quelques exceptions. Mais sous l’influence du latin vulgaire, l’emploi de capillus a presque partout été restreint par celui de pilus.

9En ancien français la première attestation de chevel, « cheveu » ou « chevelure », date de 1050.

10Ces deux sens sont bien attestés dans les chansons de geste.

11Comme en latin, chevel et barbe, poils du visage et poils du crâne distincts mais complémentaires sont fréquemment associés.

  • 8 Cf. aussi Chanson d’Antioche, v. 3709; Chetif, 4033; Gaufrey, 10667-10668; etc. L’association des (...)

Un Syrien prend la tête de Garsion par la barbe et les cheveux :
Puis le prist par le barbe, par les cevels del cief8 (Chanson d’Antioche, v. 9406)

  • 9 Cf. Chanson de Roland, v. 2931; Pelerinage de Charlemagne, v. 181; Chanson d’Antioche, v. 9406; Ga (...)
  • 10 Cela s’explique par l’histoire du mot teste.
  • 11 Cf. Chanson de Roland, v. 2290; Gerbert de Metz, v. 6352; Renaut de Montauban, v. 7807 ; etc.

12Chevel peut être précisé par les mots teste ou chef9. Lorsqu’il est précisé par chef, faut-il y voir la traduction de l’expression latine capillus capitis, particulièrement appréciée en latin tardif et médiéval, notamment en latin biblique ? Peut-être. En revanche, l’expression capillus tes-tae ne semble pas attestée dans les textes latins10. Rien n’indique que chevel pourrait alors désigner le poil quand il est précisé de cette façon. Il faut sans doute voir dans ces expressions une redondance comparable à celle que l’on note dans cette autre, les iex du chef11 « les yeux de la tête », attestée dans d’autres chansons de geste, expression d’un usage encore fréquent dans un registre de langage familier.

Charlemagne s’arrache la barbe et les cheveux :
Sa barbe blanche cumencet a detraire
A ambes mains les chevels de sa teste (Chanson de Roland, v. 2930-2931)

  • 12 Cuir et chevel : Chetifs, v. 1071, 1096; Aye d’Avignon, v. 564; Gaufrey, v. 7674; chair et chevel  (...)
  • 13 Cette association concerne également le nom poil qui désigne alors vraisemblablement le poil des h (...)

13Il n’est pas rare que chevel soit coordonné aux noms cuir et chair12, notamment dans les scènes de combat13 :

Le quir et les cavels] li abat sor l’oie (Chetifs, v. 1071, 1096)

Poil14

  • 14 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. pilus, p. 732; B (...)
  • 15 Cf. Isidori Hispalensis Epicopi etymologiarum sive originum..., livre XI, 1, 28 : Pilos autem dict (...)

14Le nom masculin poil remonte au latin pilus, i, m., terme générique qui désigne à la fois le « poil », c’est-à-dire « chaque petit filament poussant sur le corps d’un homme ou d’un animal » et le « cheveu », nom spécifique du poil qui pousse sur le crâne de l’homme. D’origine étymologique inconnue, malgré les tentatives d’explication de l’étymolo-gie populaire qui rapproche pilus de pelle15 (« peau »), c’est un terme dont le champ sémantique évolue peu depuis le latin archaïque. Il a surtout le sens de « poil ». Si à toutes les époques en latin, pilus a plutôt le sens singulier de « poil » ou le sens collectif de « poils « par rapport à capillus « cheveu » ou « chevelure », on note une tendance générale et progressive à ne plus faire de distinction entre les deux dénominations, sous l’influence du latin vulgaire. Pilus au sens de « cheveu » ou « chevelure » supplante peu à peu capillus dans la majorité des langues romanes, à l’exception du Nord de la France, en Italien (sauf la Sardaigne), en rhéto-roman et en catalan. Les langues écrites conservent la différence entre pilus et capillus avec plus ou moins de fermeté et influencent les dialectes à leur tour, si bien que capillus apparaît souvent dans des régions où pilus était employé, mais sous une forme qui trahit son origine écrite.

15La première mention du nom poil est attestée dans la Chanson de Roland à la fin du xie siècle : en ancien français poil a les sens de « poil(s) », « cheveu » ou « chevelure ».

  • 16 « poil » désigne les poils (hommes et femmes, animaux, vêtement) indubitablement 44 fois.

16Dans les chansons de geste, sur 110 occurrences, le nom poil désigne vraisemblablement la chevelure d’homme et de femme, au singulier collectif, à 60 reprises16. L’incertitude sur le sens du mot concerne 6 occurrences.

17Comme chevel, poil au sens de « chevelure » peut être associé au nom barbe.

Et ot blanche le barbe, le poil flori (Aiol, v. 1540)

18Contrairement au français actuel, poil ne semble pas connoté péjorativement dans les chansons de geste quand il désigne les cheveux. Ainsi dans une même chanson, la chevelure de la fille du roi de Constantinople, belle jeune femme, est-elle désignée par les termes suivants, à quelques vers d’intervalle.

Prenget li reis sa fille qui tant ad bloi le peil
(Pelerinage de Charlemagne à Jérusalem, v. 486)
Sa fille od le crin bloi qu(e) ad le vis bel et cler (Ibid., v. 402)
Par la main tent sa fille que ad la crin [e] bloie (Ibid., v. 823)

19Dans ces vers où les trois termes peil, crin et crine semblent synonymes et sans connotation particulière, la place de peil à la rime est importante. Elle justifie sans doute le choix de cette dénomination plutôt qu’une autre.

20Mais il n’est pas toujours aisé de lever les incertitudes sur le sens exact de poil. Ainsi, dans ces portraits de la vieille Calabre, mère de Corbaran :

La vielle est descendue sos Soronde el pendant,
Li poil par les orelles li sont aval gisant,
Les sorcius avoit lons et le poil tot ferrant
(Chanson d’Antioche, v. 5262-5264)

  • 17 Les Chetifs ont servi de modèle à l’auteur de la Chanson d’Antioche; variante du manuscrit c rejet (...)

La vielle se dreça contremont en estant,
Grant ot l’entruelleüre, et le poil tot ferrant17 (Chétifs, v. 318-319)

21Dans le premier portrait, le nom poil au pluriel désigne-t-il les poils qui sortent et tombent le long des oreilles, tandis que le second, au singulier collectif, désignerait la chevelure ? Dans ces deux descriptions, j’incline à penser qu’il s’agit du poil quand le terme est employé au pluriel (d’autant qu’il n’est pas rare que les vieilles femmes aient les oreilles velues, a fortiori quand elles sont un peu sorcières), et de la chevelure, qui constitue toujours un élément-clé du portrait, quand il est employé au singulier collectif.

22En réalité, poil et chevel dans les chansons de geste sont synonymes quand ils désignent la chevelure. Mais tandis que le premier, qui se présente comme un équivalent du mot Haar en allemand ou hair en anglais, est issu du latin vulgaire, le second est un héritage de la langue écrite et du latin classique.

Chevelure18

  • 18 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine... s.v. capillus, p. 95a; (...)

23Le nom féminin chevelure vient du nom latin capillatura, ae, f. Issu de l’adjectif qualificatif capillatus (« chevelu »), lui-même dérivé du nom masculin capillus, il a le sens de « chevelure ». Attesté à partir de l’époque impériale, il est sans doute l’équivalent du nom neutre capillamentum qui signifie « chevelure ». Beaucoup moins employé que les autres dénominations en latin tardif, biblique et médiéval, il n’est pas rare qu’il soit comme ces dernières associé au nom barba.

  • 19 Stefenelli (A.), Der Synonymenreichtum der altfranzösischen Dichtersprache..., p. 113.

24Le nom chevelure est attesté dès le xie siècle avec le sens de « chevelure ». D’après l’étude de A. Stefenelli sur les synonymes dans les œuvres poétiques en ancien français, il s’agirait d’un terme général, sans connotation particulière, appartenant à un registre de langue moins élevé que le nom crine19.

25Chevelure est attesté 3 fois seulement dans les chansons de geste, avec le sens qu’on lui connaît actuellement.

Crin20

  • 20 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. crinis, p. 151a; (...)
  • 21 Au iie siècle, Festus, abrégeant l’ouvrage lexicographique de Verrius Flaccus, De Significatu verb (...)

26Crinis vient du nom latin crinis, is, m. A l’origine, il aurait désigné des cheveux, une chevelure de femme, voire une coiffure spéciale en forme de tresse. Le seul rapprochement étymologique fondé pourrait être avec le nom latin crista, ae, f. (« crête »). En latin archaïque, classique et postclassique, au singulier collectif et au pluriel, crinis désigne avant tout les cheveux, sans distinction de sexe. Il désigne plus rarement au singulier ou au pluriel un seul ou plusieurs cheveux considérés isolément. A l’instar du nom coma, crinis est apprécié par les auteurs épiques et tragiques pendant l’antiquité et semble de ce fait relever, comme lui, d’un registre de langue plus élevé que le nom capillus. D’après le Thesaurus Lingue Latine, crinis serait fréquemment employé avec des verbes signifiant « peigner », « coiffer », « tresser »... mais il ne faut pas en conclure qu’il a le sens particulier de « cheveux tressés, peignés », car on l’emploie très fréquemment à propos de cheveux dénoués, arrachés, coupés... comme capillus. Parfois coordonné au nom barba, il apparaît en fait comme un synonyme du nom capillus. Durant la période impériale, crinis prend le sens de « poil(s) rude(s) et désigne le poil des animaux, surtout les crins et la crinière des chevaux en latin vulgaire. Son champ sémantique évolue peu en latin tardif, chrétien et médiéval, en revanche il est davantage employé dans les textes en prose. Employé indifféremment au singulier et au pluriel, il désigne le plus souvent l’ensemble des cheveux, et exceptionnellement un seul cheveu. Toutefois, tout au long de l’antiquité jusqu’à la période médiévale l’idée qu’il existe une étroite relation entre crinis et l’aspect tressé, coiffé de la chevelure, mais aussi l’idée que crinis désigne à l’origine une chevelure féminine, est véhiculée par un certain nombre de grands auteurs comme Festus au second siècle après Jésus-Christ, Isidore de Séville au vie, Paul Diacre au viiie, enfin Vincent de Beauvais au xiiie siècle21. Mais il faut garder à l’esprit l’importance de la tradition dans la transmission du savoir durant la période médiévale. Dans la pratique, crinis se rapporte aux cheveux sans distinction de sexe, au singulier collectif ou au pluriel. S’il est moins employé que capillus en latin tardif, chrétien et médiéval, il apparaît clairement comme un équivalent de ce dernier quand il se rapporte à la chevelure.

27Le nom crin est attesté en ancien français en 1050. Employé au singulier collectif ou au pluriel, il désigne l’ensemble des cheveux, au singulier plus rarement un seul cheveu. Mais il désigne aussi le long poil souple qui pousse au cou et à la queue de certains animaux, la crinière des chevaux en particulier.

  • 22 Godefroy, IV, s.v. galoner, p. 213b-c.
  • 23 En outre, le corpus des textes retenus comprenant des variantes d’une même chanson de geste, le no (...)

28Dans les chansons de geste sur 28 occurrences crin désigne à 22 reprises la chevelure des hommes et des femmes, tant au singulier collectif qu’au pluriel. Sur 22 occurrences, ce terme se rapporte 16 fois à la chevelure féminine et 6 fois seulement à la chevelure masculine. On peut s’étonner de la fréquence des occurrences de crin pour désigner la chevelure des personnages féminins, étant donné leur sous-représentation dans les chansons de geste. En outre, crin se construit à 6 reprises avec le verbe galoner, qui signifie « orner la tête avec des fils d’or, tresser les cheveux avec des rubans22 ». On peut voir dans cette association l’idée, héritée de l’Antiquité et véhiculée dans les textes médiévaux latins, que crinis désigne à l’origine une chevelure féminine tressée, coiffée. En effet, le discours épique est par nature conservateur. On peut également avancer une autre explication. En effet, quand crin désigne la chevelure masculine, il apparaît dans des vers qui ne se répètent pas. En revanche, lorsqu’il désigne la chevelure féminine, crin figure souvent dans des vers récurrents d’un texte à l’autre, semblables à quelques variantes près23. Le nom crin ne semble pas être un terme laudatif, comme le montre cette description d’un Sarrasin particulièrement laid :

Rois Agrapart fu de laide façon :
Lons a les crins desi que au menton (Aliscans, v. 6260-6261)

Crine24

  • 24 FEW, II (2), s.v. crinis, p. 1342b-1343a; TL, II, s.v. crine, col. 1061-1062; Godefroy, II, s.v. c (...)

29Le mot crine vient du gallo-roman crina qui signifie « chevelure ». Attesté en ancien français à partir du xiie siècle, il désigne la chevelure et la crinière de certains animaux, notamment des chevaux.

  • 25 Il a le sens de « crinière » à 4 reprises.
  • 26 Aliscans, v. 3236; Gerbert de Metz, v. 5461; Aye d’Avignon, fragm. ms. Claude Fauchet, v. 4.

30Employé 11 fois dans les chansons de geste, le nom crine signifie 7 fois « chevelure », sans distinction de sexe25. Sur ces 7 occurrences, crine est associé au verbe galoner à 3 reprises26, dans des chansons différentes. Il faut sans doute voir dans cet emploi l’influence directe du nom crin.

Sa crine crespe fu ad or galonee (Aliscans, v. 3236)

31Crine, comme crin, ne semble pas un terme laudatif.

Nasier reçoit un coup sur la chevelure :
Nasïer a feru u chief dessus la crine (Gaufrey, v. 3660)

32L’emploi du mot crine en fin de vers est sans doute déterminé par des contraintes liées aux règles de versification.

Crignel27

  • 27 FEW, II (2), s.v. crinis, p. 1342b ; TL II, s.v. crignel, col. 1059, p. 373b ; Godefroy II, s.v. c (...)

33Dérivé roman du nom crine, crignel qui signifie « cheveu » est un hapax uniquement attesté dans la Chanson de Roland. Il est synonyme de chevel dans une scène de déploration, donc un type de vers où ce dernier est fréquemment employé.

Trait ses crignels, pleines ses mains amsdous (Chanson de Roland, v. 2906)

Floc28

  • 28 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. floccus, p. 241a (...)

34Le nom masculin floc vient du nom latin floccus, i, m. et désigne la laine des moutons, un flocon de laine ou du duvet, dès le latin archaïque. Il n’est pas attesté en latin tardif et biblique. Attesté en ancien français dès le xiie siècle, il désigne un flocon, une touffe de poil, de cheveux, de laine ou de duvet, de soie ou de coton. Mais il décline rapidement face à son dérivé flocon, attesté dès le xiiie siècle avec le même sens, qui le supplante en français moderne.

35Dans le corpus de textes retenus, floc n’apparaît qu’une seule fois et désigne une mèche de cheveux dans un passage descriptif :

Et li cevel sont par detriers torné
L’un floc sor l’autre colcié et aloé (Chanson d’Aspremont, v. 10692-10693)

Teste29

  • 29 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine : histoire des mots, s.v. (...)

36Le nom féminin teste vient du nom latin testa, ae, f. dont l’origine est inconnue et qui désigne à l’époque archaïque, classique et postclassique toute sorte d’objets en terre cuite ou ressemblant à une carapace. Son champ sémantique s’élargit en latin tardif, chrétien et médiéval. En effet, il prend aussi le sens de « crâne » à partir du ive siècle après Jésus-Christ et concurrence directement caput dans cette acception. En latin médiéval, comme en ancien français, il garde les sens traditionnels de « pot », « tesson de poterie », mais signifie également « tête » « extrémité ».

37Dans les chansons de geste, c’est le contexte linguistique (les adjectifs de couleur notamment) qui permet de penser que « teste » désigne la chevelure, mais il est moins employé dans ce sens que le mot chef.

Quant mors fu Chales a la chenue teste
(Couronnement de Louis, manuscrit d, v. 277)
Et si avoit la teste herupee (Aliscans, v. 3125)

  • 30 Cela explique l’écart entre le nombre des occurrences (7-13) relevées dans le tableau récapitulati (...)

38Certaines ambiguïtés sur le sens de teste ne sont toutefois pas levées par le contexte linguistique ou extra-linguistique30.

Guillaume jure de ne pas se laver la tête avant son retour à Orange :
Dist li quens : « Dame, ne soiez trespensee ;
Tenez ma foi, ja vos ert afiee,
« Que je n’avré chemise remüee
Braie ne chauce ne ma teste lavee » (Aliscans, v. 2390-2393)

39Il n’est pas rare que les jongleurs jouent sur la polysémie du mot teste dans l’expression tondre la teste, rognier la teste. L’usage qui en est fait dans le Moniage Rainouart par exemple est très intéressant en ce que ce jeu sur la langue révèle un véritable humour, une réelle mise à distance du récit entretenue par le jongleur.

40Rainouart menace de couper la tête de l’abbé qui l’a trahi en employant l’expression teste rooignier qui fait clairement allusion à la tonsure ecclésiastique.

« Rendés l’abé ou mes cors vou deffie,
Qui m’a traï et vendu par envie,
Tost li arai la teste rooignie » (Moniage Rainouart I, v. 4086-4088)

Chef31

  • 31 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. caput, p. 98b-99 (...)

41Le nom masculin chef vient du nom latin caput, itis, n. qui, dès l’époque archaïque, désigne principalement la tête, le crâne, l’extrémité supérieure du corps. Caput ne désignant que très occasionnellement la chevelure, retracer l’histoire de ce mot n’apporterait rien à l’étude des dénominations de la chevelure. Dans le cas présent seule importe la relation entre les mots teste et caput évoquée précédemment.

42En ancien français, chef désigne d’abord au sens propre l’extrémité supérieure du corps humain ou animal, c’est-à-dire la tête.

43Dans les chansons de geste, l’étude du contexte linguistique et extralinguistique permet de penser que chef désigne sûrement la chevelure à 47 reprises.

  • 32 Garnier décoiffe sa femme : Un anel li toloie e son chief li deslie (Aye d’Avignon, v. 1187) ; scè (...)

Le poing senestre li a mellé el chief32 (Charroi de Nîmes, v. 743)
A un fil d’or a son cief galoné (Moniage Rainouart I, v. 2984)

  • 33 Girart de Roussillon, v. 6033, 6396, 7293 ; Renaut de Montauban, v. 2934 ; Gaufrey, v. 5532, etc.
  • 34 Girart de Roussillon, v. 8927, Aye d’Avignon, v. 1855; Couronnement de Louis, ms. c, v. 1733.

44Quand il est employé avec les verbes tondre, rere, raser ou rognier, le nom chef désigne tantôt la tête33, tantôt l’extrémité supérieure de celleci, donc la chevelure34. Le sens général du texte permet d’opter facilement pour l’un ou l’autre sens dans la plupart des cas. Mais les jongleurs jouent parfois sur la polysémie de ce nom, en usant du même processus de distanciation qu’avec teste, notamment dans les scènes de bataille ou de règlement de comptes.

Hervis fait massacrer les hommes de Renaut de Montauban :
Ne trovent hon dormant qui ne fust detrenchiez,
XXV. chevaliers ont les chiés rooigniez
(Renaut de Montauban, v. 2934-2935)

  • 35 Ménard (P.), Le rire et le sourire dansle roman courtois en France au Moyen Age (1150-1250)..., p. (...)

45Dans cette scène de massacre, le sens du verbe rognier, « trancher », se laisse facilement déduire du contexte. Mais l’emploi de ce verbe dérivé du latin rotundiare, qui signifiait à l’origine « couper les cheveux », n’est pas fortuit. Il pourrait avoir une valeur plaisante dans ce genre de scène35.

  • 36 Boutet (D.), La Chanson de geste. Forme et signification d’une écriture épique au Moyen Age...
  • 37 Rychner (J.) « Observation sur la versification du Couronnement de Louis », in La Technique littér (...)
  • 38 Heinemann (E. A.), Rythmes sémantiques de la chanson de geste. Types grammaticaux du vers et pulsi (...)

46Le discours épique obéit à des procédés narratifs et rhétoriques spécifiques dont une étude lexicologique doit tenir compte. L’analyse sémantique est indissociable de l’étude stylistique car le sens et la forme se mêlent étroitement dans le vers36. L’importance des contraintes liées au mètre, à la rime et à l’assonance, est un facteur déterminant. Décasyllabique ou alexandrin, le vers épique se compose de 2 hémistiches. Jean Rychner avait dégagé trois grands types de structures métrico-syntaxiques, l’hémistiche étant la cellule de base du texte. On rencontre ainsi37 : 1. une proposition par hémistiche; 2. une proposition par vers ; 3. un vers grammaticalement incomplet. Plus tard, E. A. Heinemann, dans son étude sur Les rythmes sémantiques de la chanson de geste... a nuancé et complété ce premier classement sans en contester le fondement38. La place du mot dans le vers et son emploi dans des expressions de type formulaire récurrentes dans les textes sont à prendre en compte. Toutefois, les formules connaissent quelques variantes selon les besoins de la rime, de l’assonance ou du récit. De plus certaines chansons se démarquent des autres par l’usage d’expressions qui leur sont propres.

  • 39 Je citerai pour chaque terme étudié quelques exemples représentatifs. Etant donné le nombre et la (...)

47On ne peut tirer de conclusions concernant les emplois spécifiques d’un terme qu’à partir du moment où l’on dispose de nombreuses occurrences. Compte tenu du corpus étudié, seules les grandes tendances et les traits spécifiques de l’emploi des mots poils, cheveux chefs et crins seront exposés39. Tous ces termes sont attestés dans des vers très variés, le plus souvent descriptifs. Certaines dénominations sont particulièrement employées dans des expressions formulaires récurrentes d’une chanson à l’autre, sans qu’il soit possible de conclure à l’emploi exclusif d’un terme par rapport à un autre dans une formule donnée. Il en va ainsi de chevel et de crignel dans cette expression formulaire fréquemment attestée dans les scènes de déploration :

Trait ses crignels, pleines ses mains amsdous (Chanson de Roland, v. 2906)
Trait ses chevels, si se cleimet caitive (Chanson de Roland, v. 2956)

Poil40

  • 40 Quoique seule la valeur métrique du nom importe, je ne tiens compte que des occurrences où poil se (...)
  • 41 Il apparaît 2 fois seulement à la rime ou à l’assonance avec le sens de « cheveu » : Chanson de Ro (...)
  • 42 Chenu, ferrant, flori, meslé sont les plus fréquents. Le grand âge d’un personnage est ainsi souli (...)

48Le nom poil, monosyllabique, est rarement employé à la rime41. Il apparaît le plus souvent dans des vers descriptifs, dans des expressions formulaires. Il y est précisé par des adjectifs de couleur ou des participes passés à valeur d’adjectifs, souvent bisyllabiques42, qui précisent l’aspect de la chevelure : avoir le poil de telle couleur, au poil de telle couleur, de tel aspect, sont les contextes où le nom poil est le plus souvent attesté :

49Dans le second hémistiche de 6 syllabes, il précise souvent l’aspect d’un personnage, soit dans une proposition relative ou soit dans une proposition indépendante.

Et Hue de Saint Pol [qui le poil ot ferrant (Chanson d’Antioche, v. 5537)
Li dux Namles parole [qui le poil ot liart (Les Saisnes, v. 433)
Viex fu et frailes, [si ot le poil fiori (Gerbert de Metz, v. 8272)
Nés fu de Melun, [tot ot le poil ferrant (Chanson d’Antioche, v. 9146)

50Il apparaît également dans le premier hémistiche de 4 syllabes, parfois doublement précisé par une formule de second hémistiche.

  • 43 Ce vers est formulaire. Il est attesté dans la chanson de geste Parise la duchesse (v. 1156) ; la (...)

Tot ai fiori le peil] e blan con nei (Girart de Roussillon, v. 3126)
Blont ot le poil], menu recercelé43 (Girart de Vienne, v. 3389)

  • 44 Autres occurrences ; Ex. : Et Aymeri lor pere [au poil chanu (Aliscans, v. 8055), etc.

51La tournure syntaxique au poil + adjectif de couleur permet souvent la description d’un personnage dans le premier ou le second hémistiche de 4 ou 6 syllabes44.

E Blancandrins [i vint al canud peil (Chanson de Roland, v. 503)
Jamais ne vos veïst [Solimans al poil rous (Chanson d’Antioche, v. 5126)
Vez la Bernart a cel pelison gris/
A cel poil blanc] que tant ait cler le vis (Enfances Guillaume, v. 2345-2346)

Chevel

  • 45 Couronnement de Louis, ms. c 1734 ; Girart de Roussillon, v. 884, 2717, 3368, 3622, 5735, 7063, 75 (...)

52Le nom chevel, bisyllabique, figure à 10 reprises à la rime45. Il est employé, comme poil, dans des vers descriptifs (avoir le cheveu de telle couleur, de tel aspect) dans des vers de structure analogue, à cette différence près que chevel est le plus souvent précisé par un adjectif monosyllabique là où poil l’est plutôt par un qualificatif bisyllabique.

  • 46 On rencontre une variante de cette formule dans les chansons suivantes : qui a les cheveus blons d (...)

Oliviers de Venise [qui le chevel ot blon46 (Chanson d’Antioche, v. 1184)

  • 47 48 fois sur 138 occurrences.

53Mais chevel est le plus souvent employé dans l’expression se tirer les cheveux ou s’arracher les cheveux, dans une formule exprimant la déploration ou le désespoir47 dans le premier ou le second hémistiche de 4 ou 6 syllabes.

Ses poins detort, [ces chavox a tiré (Hervis de Més, v. 1049, 7459)
Deront ses dras, [ses cheveus a tirez
(Aliscans, v. 3879 ; Gerbert de Metz, v. 6351)
La ot maint cavel trait], mainte barbe estendue (Les Chetifs, v. 4033)
Trait ses chevels], si se cleimet caitive (Chanson de Roland, v. 2596)

Crin

  • 48 Ex : Il detordent lor poins, [lor crins vont esracier (Chanson d’Antioche, v. 9397). Ex : Et sa se (...)
  • 49 Hervis de Més 887, 1250, 5153, 7892; Renaut de Montauban 5321 ; Doon de la Roche, v. 2010.

54Le nom crin, monosyllabique, apparaît souvent dans des vers descriptifs diversement construits. D’une façon générale, ses emplois très variés recoupent ceux des autres dénominations de la chevelure. De fait, trop peu d’occurrences ont été relevées pour lui reconnaître des emplois vraiment spécifiques48, quoique l’on note à 6 reprises l’association de crin avec le verbe galoner49 dans l’expression avoir les crins galonez ou être galonés en parlant de crin, dans le premier ou le second hémistiche de 6 syllabes. Mais il serait difficile de généraliser cette observation dans la mesure où l’expression est attestée 4 fois sur 6 dans la chanson Hervis de Mes.

  • 50 Gui de Nanteuil offre une variante de ce vers : Sez crins out achesmez] a un fil d’or batu » (v. 6 (...)

Les crins ot sors et blons] plus c’ors fins reluisanz (Les Saisnes, v. 120)
Ses crins out galonez] a un fil d’or batu50 (Renaut de Montauban, v. 5321)

Chef

55Le nom chef est essentiellement attesté dans des vers descriptifs, dans les expressions avoir le chef de telle couleur, au chef de telle couleur ou de tel aspect, dans le premier ou le second hémistiche, de 4 ou 6 syllabes. Monosyllabique, il connaît des emplois comparables à ceux du nom poil.

Le chief ot blon], menu recercelé (Hervis de Més, v. 5101)
Blont ot le poil], menu recercelé (Girart de Vienne, v. 3389)

56Il se distingue toutefois des autres dénominations de la chevelure par la fréquence de son emploi dans l’expression mesler le poing el chef (prendre aux cheveux pour assener un coup de poing), lors de scènes de rixe. Il apparaît alors dans le premier ou le second hémistiche de 4 ou 6 syllabes.

  • 51 Charroi de Nimes, 743, 1373; Girart de Vienne, v. 261.

Le poing senestre [li a mellé el chief51
(Couronnement de Louis, rédaction c v. 93, et rédaction ab v. 1939)
El chief l i melle] tot son pong senestrier (Girart de Vienne, v. 261)

Conclusion

  • 52 Stefenelli (A.), Der Synonymenreichtum des altfranzöslschen Dichtersprache..., p. 113.
  • 53 Colby (A.), The portrait in the twelth century French Literatur..., p. 32.

57L’analyse des dénominations de la chevelure dans les chansons de geste montre que la plupart d’entre elles sont d’origine latine ou sont passées en ancien français après avoir été latinisées. L’étymologie d’un grand nombre de ces dénominations nous est inconnue, inexpliquée ou incertaine, notamment pour les principales d’entre elles. Il ressort de l’examen de ces étymologies qu’il existe certains liens entre les dénominations du poil et de la chevelure, mais aucune étymologie sérieuse des deux principales d’entre elles, poil et chevel, ne peut être proposée. Cette analyse montre également l’importance de l’héritage de la langue latine, notamment du latin biblique et du latin vulgaire sur la langue des chansons de geste. Ce premier jalon dans l’étude des principales dénominations de la chevelure dans les chansons de geste, poil, cheveu, chevelure, crin et crine incite à relativiser les conclusions de l’étude générale de A. Stefenelli sur la langue poétique en ancien français, selon lesquelles crine désignerait spécifiquement une belle et longue chevelure face au collectif chevelure plus général et plus populaire52. Les conclusions d’Alice Colby pour qui, dans les romans de Chrétien de Troyes, les noms crine, poil et cheveleüre désigneraient une chevelure abondante, contrairement à cheveu et crin qui seraient synonymes et sans connotation particulière de ce point de vue, ne peuvent être généralisées à la littérature épique53. Ni l’un ni l’autre n’ont particulièrement tenu compte de l’importance des contraintes liées à la versification des textes littéraires. Ces différents termes ne semblent connotés ni péjorativement, ni positivement dans les chansons de geste. Des équivalences partielles ou totales des dénominations de la chevelure, sans connotation particulière de tel ou tel terme existent bien. Mais ce constat ne s’applique-t-il qu’au discours épique? Au contraire, est-il généralisable à l’ancien français? En effet, l’importance des règles de versification spécifiques aux chansons de geste constitue une contrainte de taille et justifie probablement une certaine interchangeabilité dans l’emploi des dénominations de la chevelure. Autre facteur d’explication non négligeable, du fait de l’oralité originelle du discours épique, la précision des termes importe peu. Il est essentiel en revanche que le jongleur, lors de sa performance orale, suscite un flot d’images concrètes et suggestives qui frappent l’imagination de l’auditoire.

58Parmi les dénominations de la chevelure, chevel, qui s’impose en français, est la plus employée. Mais la fréquence de ses emplois par rapport aux autres reflète-telle l’état de langue à cette époque? C’est probable. Mais chevel étant attesté le plus souvent dans un contexte de déploration (mort ou situation désespérée) particulièrement fréquent dans le discours épique, il est aussi probable que cette dénomination soit surreprésentée par rapport aux autres dans les chansons de geste. En outre le discours épique, par nature conservateur, ne reflète pas nécessairement l’ancien français tel qu’il était parlé.

  • 54 Mounin (G.) dir., Dictionnaire de la linguistique..., s.v. philologie, p. 258.
  • 55 Pour ce qui est de l’étude de la symbolique du poil, de la chevelure et de la coiffure, il faudra (...)

59L’étude des dénominations de la chevelure ne s’inscrit pas dans une perspective uniquement linguistique, mais aussi philologique, en ce que la philologie « a pour but de rechercher, à travers des témoignages linguistiques écrits, une redécouverte du passé, du point de vue de la langue, mais aussi du point de vue des réalités historiques, archéologiques, artistiques54... ». Si la chevelure est rarement nommée55, elle apparaît toutefois comme un élément-clé dans les portraits de personnages, toujours porteurs d’une lourde charge symbolique; elle devient également élément dramatique à part entière, quand elle est mentionnée à l’occasion de gestes chargés de signification symbolique : jurer de ne pas se couper les cheveux avant l’accomplissement d’un vœu dans une prestation de serment, se tirer, s’arracher les cheveux dans des scènes de déploration, de manifestation de désespoir, tondre les fous, tirer, couper les cheveux en signe d’outrage ; dans le domaine religieux, la tonsure est un élément essentiel de la cérémonie d’entrée dans la cléricature. Mais l’analyse du discours épique montre à quel point l’étude de la symbolique de la chevelure est indissociable de celle, plus globale, du système pileux : on y découvre que l’on jure par sa barbe, qu’on se l’arrache en signe de deuil, que l’on outrage un adversaire en la lui tirant ou en lui arrachant, que l’on fronce « le grenon » en signe de colère... Enfin s’il faut tenir compte de la spécificité des textes épiques, déterminante pour cette étude, il est nécessaire de les comparer avec d’autres sources de type littéraire, juridique, religieux... de la même époque.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Sources latines

60Isidori Hispalensis episcopi Etymologiarum sive originum libri XX T. II : Libri XI-XX, recognovit brevique adnotatione critica instruxit W. Linsay, Oxford, Clarendon Press, 1971, (Oxford classical texts).

61De Verborum significatione quae supersunt cum Pauli epitome, emendata et annotata a C. O. Mueller, accedunt conjecturae viri docti post Muellerum factae, Hildesheim-New-York, Georg Olms Verlag, 1975.

62Vìncentius Bellovacensis Speculum natural, akademische Druck-und Verlgsanstalt, Graz-Austria, 1964.

Sources en ancien français

63Aie d’Avignon. Chanson de geste anonyme. Edition critique, par S. J. Borg. Genève, 1967 (tlf, 134).

64Aiol. Chanson de geste, publiée d’après le manuscrit unique de Paris par J. Normand et G. Raynaud, Paris, 1877 (satf).

65Aliscans, publié par C. Régnier, Paris, Champion, 1990 (cfma, 110-111), 2 vol.

66Le Roman d’Auberon. Prologue de Huon de Bordeaux. Edition critique avec une introduction et des notes, par J. Subrenat, Genève, 1973 (tlf, 202).

67Les Œuvres d’Adenet le Roi. T. II. Buevon de Commarchis, édité par A Henry, Bruges, 1953, (Rijkuniversiteit te Gent. Werken vitgegeven door de Faculteit van de Wijsbegeerte en Letteren, 115).

68La Chanson d’Antioche. T. I : Edition du texte d’après la version ancienne. T. II : Etude critique, publiée par S. Duparc-Quioc, Paris, Geuthner, 1977-1978, (Documents relatifs à l’histoire des croisades publiés par l’Académie des inscriptions et belles lettres, 11).

69La Chanson d’Aspremont. Chanson de geste du xiie siècle. Texte du manuscrit de Wollaton Hall, édité par L. Brandin, 2e édition revue, Paris, 1970 (cfma, 19, 25).

70Wathelet-Willem (J.), Recherches sur la Chanson de Guillaume. Etudes accompagnées d’une édition, Paris, 1975 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 210), 2 vol.

71La Chanson de Roland. Texte original et traduction. Texte établi d’après le manuscrit d’Oxford. Traduction, notes et commentaire, par G. Moignet, 3e édition, Paris, Bordas, 1989.

72Jehan Bodel, La Chanson des Saisnes. Edition critique, par A. Brasseur. T. I : Texte. T. II : Notes, glossaire et tables, Genève, Droz, 1989 (tlf, 368).

73Le Charroi de Nîmes. Chanson de geste du xiie siècle, éditée d’après la rédaction AB avec introduction, notes et glossaire, par D. Mc Millan, 2e édition revue et corrigée, Paris, Klincksieck, 1978, (Bibliothèque française et romane. Série B : éditions critiques de textes, 12).

74Les Chetifs ed. par G. M. Myers, University of Alabama Press, 1980 (The old French Crusade Cycle, 5).

75Les Rédactions en vers du Couronnement de Louis. Edition avec une introduction et des notes, par Y. G. Lepage, Genève, Droz, 1978 (tlf, 261).

76Doon de la Roche. Chanson de geste, publiée par P. Meyer et G. Huet, Paris, 1921 (satf).

77Doon de Mayence. Chanson de geste, publiée par A. Rey, Paris, 1885 (Anciens poètes, 2).

78Les Enfances Guillaume. Chanson de geste du xiiie siècle, publiée par P. Henry, Paris, 1935 (satf).

79La Chanson de Floovant. Etude critique et édition, par F. H. Bateson, Paris-Longhborough, 1938.

80Gaufrey. Chanson de geste, publiée pour la première fois d’après le manuscrit unique de Montpellier, par F. Guessard et P. Chabaille, Paris, F. Vieweg, 1859 (Les anciens poètes de la France, 2-3)

81Gerbert de Metz. Chanson inédite du xiie siècle, éditée par P. Taylor, Namur, 1952 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, 11).

82Girart de Roussillon, chanson de geste, publiée par W. M. Hackett, Paris, 1953-1955 (satf).

83Bertrand de Bar-sur-Aube, Girart de Vienne, par Bertrand de Bar-sur-Aube, publié par W. Van Emden, Paris, 1977 (satf).

84Gui de Nanteuil. Chanson de geste. Edition critique, par James R. Mc Cormack, Genève, Droz, 1970 (tlf, 161).

85Hervis de Mes. Chanson de geste anonyme (début du xiiie siècle). Edition d’après le manuscrit Paris B.N. fr. 19160 avec introduction, notes, variantes de tous les témoins, par J.-C. Herbin, Genève, Droz, 1992 (tlf, 414).

86Thomas, The Romance of Horn by Thomas. Vol. i : Text. Critical introduction and notes, edited by M. K. Pope. Vol. ii : Descriptive introduction, explicative, notes and glossary, edited by M. K. Pope, revised and completed by T.B.W. Reid, Oxford, Basil Blackwell, 1955-1964, (Anglo-Norman Text Society, 9-10, 12-13).

87Le Moniage Rainouart II et III, par G. A. Bertin, Paris, Picard, 1988 (satf).

88Le Moniage Rainouart I, publié d’après les manuscrits de l’Arsenal et de Boulogne, par G. A. Bertin, Paris, 1973 (satf).

89Orson de Beauvais. Chanson de geste du xiie siècle, publiée d’après le manuscrit unique de Cheltenham, par Gaston Paris, 1899 (satf).

90Parise la duchesse. Chanson de geste du xiiie siècle. Edition et commentaire, par M. Plouzeau, in Senefiance, 17-18, Aix-en-Provence, Publications du cuer ma, Université de Provence, 1986.

91Renaut de Montauban. Edition critique du manuscrit Douce, par J. Thomas, Genève, Droz, 1989 (TLF, 371).

92Il Voyage de Charlemagne, edizione critica a cura di G. Favati, Bologna, libreri antiquaria Paalmaverde, 1965, (Bibliotheca degli « studi mediolatini e volgari », 4).

Dictionnaires

93Blaise (A), Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, revu spécialement pour le vocabulaire théologique par H. Chirat, Strasbourg, Le latin chrétien, 1954.

94Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen Age./ Lexicon latinitatis medii aevi praesertim ad res ecclesiasticas investigandas pertinens, Turnhout, Brepols, 1975, (Corpus christianorum ; continuatio medievalis).

95Buck (C. D.), A Dictionary of selected synonyms in the principal indo-european lan-guages : a contribution to the history of ideas, Chicago-London, The University of Chicago Press, 1949.

96Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine : histoire des mots, 4e édition, 3e tirage augmenté d’additions et de corrections nouvelles par J. André, Paris, Klincksieck, 1979.

97Du Cange (C. Dufresne, sieur), Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis, Nachdruck der Auflage 1883-1887.

98FEW = Wartburg (W. von), Französisches etymologisches Wörterbuch. Eine Darstellung des galloromanisschen Sprachschatzes, 1928- >

99Gaffiot (F.), Dictionnaire illustré latin-français, Paris, Hachette, 1934.

100Godefroy (F.), Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, Paris, 1880-1902 (réimpression par Scientific Periodicals Establishment, Verduz Liechtenstein-Kraus reprint corporation, New York, 1961), 10 vol.

101Mittelalteinisches Wörterbuch bis zum ausgehenden 13. Jahrhundert, in Gemeinschaft mit der Akademien der Wissenschaften zu Göttingen, Heidelberg, Leipzig, Mainz, Wien und der Schweizerischen Geisteswissenschaftlichen Gesellschaft, herausgegeben von der Bayerischen Akademie der Wissenschaften und der Deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, München, Verlag C.H. Beck, 1967- >

102Niermeyer (J.-F.), Mediae latinitatis lexicon minus. Lexique latin médiéval-français/anglais. A Medieval Latin-French/English dictionary, ed. C. Van de Kieft, Leyde, 1976.

103Rey (A.) dir., Dictionnaire historique de la langue française, nouvelle édition, Paris, Dictionnaires le Robert, 1993, 2 vol.

104Thesaurus linguae Latinae, Leipzig, 1900 – >

105TL = Tobler (A.), Lommatzsch (E.), Altfranzösisches Wörterbuch A. Tobler nachgelassene Materialen, bearbeitet und herausgegeben von E. Lommatzsch, Wiesbaden, 1915- >

106Totius latinitatis lexicon ab Aegidio Forcellini, lucubratum deinde à Iosepho Furlanetto, emendatum et auctum nunc vero curantibus Corradini et Iosepho Perin, emendatius et auctius melioremque in formam redactum, Patavii, Gregorian, 1965.

Articles divers

107Bezzola (R. R.), Von Rana zu crine. Zum Wort- und Sachproblem in der italienischen Schriftsprache, in Sache, Ort un Wort. Jakob Jud zum sechzigsten Geburtstag 12. Januar 1942, Genève-Zürich-Erlenbach, Droz-Eugen Rentsch Verlag, 1943, (Romanica helvetica, 20), p. 453-471.

108Boutet (D.), La Chanson de geste. Forme et signification d’une écriture épique du Moyen Age, Paris, PUF, 1993.

109Brüch (J.), Die Wörter für « Haar » im Latein und ihr Fortleben im romanischen, in Wiener Studien. Festschrift K. Mras, 70, 1957, p. 44-77.

110Colby (A. M.), The Portrait in twelth Century French Literature. An example of the stylistic originality of Chretien de Troyes, Genève, Droz, 1965.

111Cravens (T. D.), « Cross-language evidence in etymology. The origin of « testa » as « head » in Romance », in Neuphilologische Mitteilungen, 83, 1982, p. 53-59.

112Flori (J.), L’Historien et l’épopée française, in L’Epopée, Turnhout, Brepols, 1988, (Typologie des sources du Moyen Age occidental, 49), p. 83-119.

113Heinemann (E. A.), Rythmes sémantiques de la chanson de geste. Types grammaticaux du vers et pulsions à la césure, in Rom, 109, 1988, p. 145-182.

114Heinemann (E. A.), L’Art métrique de la chanson de geste. Essai sur la musicalité du récit, Genève, Droz, 1993, (PRF, 205).

115Ménard (P.), Le Rire et le sourire dans le roman courtois en France et au Moyen Age( 1150-1250), Genève, Droz, 1969, (Université de Paris, Faculté des Lettres et Sciences humaines).

116Mounin (G.) sous la direction de, Dictionnaire de la linguistique, Paris, PUF, 1993, (Quadrige).

117Rychner (J.), « Observations sur la versification du Couronnement de Louis » in La Technique littéraire des chansons de geste. Actes du colloque de Liège (septembre 1957), Paris, Les Belles Lettres, 1959, p. 161-182.

118Stefenelli (A.), Der Synonymenreichtum der altfranzösischen Dichtersprache, Wien, Hermann Böhlhaus Nachfolfge, 1967, (Österreischiche Akademie des Wissenschaften; philosophisch-historische Klasse ; Sitzungberichte, 251 ; Bd 5 Abhandlung).

119Zauner (A.), « Die Romanischen Namen der Körperteile », in Romanische Forschungen, 14, Erlangen, Junge, 1903, p. 339-530.

Notes

1 Cet article reprend partiellement une thèse (sous le nom de Sandrine Thérèse) de l’Ecole nationale des chartes intitulée Les dénominations du poil, de la chevelure et de la coiffure dans les chansons de geste (xie-xiiie siècle), dirigée par Françoise Vielliard et Michel Pastoureau et soutenue en 1996.

2 Voir Jean Fiori, « L’historien et l’épopée française », in L’Epopée, p. 92.

3 Les oeuvres du xiie siècle, période florissante de la production de chansons de geste, ont été privilégiées. Les variantes des différents manuscrits proposées dans les éditions ont également été dépouillées. Les chansons de geste précisément étudiées sont : Aye d’Avignon, Aiol, Aliscans, Auberon, Buevon de commarchis, Chanson d’Antioche, Chanson d’Aspremont, Chanson de Guillaume, Chanson de Roland, Chetifs, Couronnement de Louis, Doon de la Roche, Enfances Guillaume, Floovant, Gerbert de Metz, Girart de Roussillon, Girart de Vienne, Hervis de Més, Horn, Moniage Rainouart, Pelerinage de Charlemagne à Jerusalem, Renaut de Montauban.

4 Ex : Dunc tort ses mains, tire sun chief, sa barbe (Chanson de Guillaume, v. 477) et Durement tort ses poins, s’a ses cevels tirés (Chanson d’Antioche, v. 1801). Chief n’est pas toujours synonyme de cevels. 11 s’agit donc d’une synonymie partielle.

5 Toutes les acceptions d’un terme (poil, chef...) n’ont pas été relevées. Seules ont été retenues les acceptions qui se rapportent au poil ou à la chevelure.

6 Emout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. capillus, p. 95a-b ; Buck (C. D.), A dictionary of selected synonyms in the principal indo-european languages... 4.14 hair, p. 203a-b. ; TLL., III, s.v. capillus, col. 314-318; Totius latinitatis lexicon, I, (2), s.v. capillus, p. 522a-b; Gaffiot (F), Dictionnaire illustré latin-français, s.v. capillus, p. 258a; Blaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen Age, s.v. capillus, p. 141a-b; Mittellateinisches Wörterbuch, II, Lieferung 2, s.v. capillus, col. 213-214; TL, II, s.v. chevel, col. 366; Godefroy, IX (complément), s.v. chevel, p. 75a-b; Rey (A) dir., Dictionnaire historique de la langue française, I, s.v. cheveu, p. 407b-408a ; FEW, II (1), s.v. capillus, p. 247b-251a; Zauner (A.), « Die romanischen Namen des Körperteile », in RF.,... p. 411-412; Brüch (J.), « Die Wörter für Haar in Latein und ihr Fortleben im Romanischen », in Wiener Studien..., p. 49-54.

7 Cf. Isidori Hispalensis Epicopi etymologiarum sive originum..., livre XI, 1, 28 : Capilli vocati quasi capitis pili...

8 Cf. aussi Chanson d’Antioche, v. 3709; Chetif, 4033; Gaufrey, 10667-10668; etc. L’association des deux noms barbe/grenon (ou un substitut) et cheveu (ou un substitut), qui perpétue la tradition antique, est relativement fréquente dans les textes contemporains.

9 Cf. Chanson de Roland, v. 2931; Pelerinage de Charlemagne, v. 181; Chanson d’Antioche, v. 9406; Gaufrey, v. 3389; en dehors du corpus étudié, cf. Doon de Mayence, v. 5195 ; Orson de Beauvais, v. 1780.

10 Cela s’explique par l’histoire du mot teste.

11 Cf. Chanson de Roland, v. 2290; Gerbert de Metz, v. 6352; Renaut de Montauban, v. 7807 ; etc.

12 Cuir et chevel : Chetifs, v. 1071, 1096; Aye d’Avignon, v. 564; Gaufrey, v. 7674; chair et chevel : Hervis de Mes, v. 8728, v. 9649 ; Gaufrey, v. 3537.

13 Cette association concerne également le nom poil qui désigne alors vraisemblablement le poil des hommes ou des animaux. Cf. Chanson de Roland, v. 1012 ; Chetif, v. 1577 ; Renaut de Montauban, v. 3462 ; etc.

14 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. pilus, p. 732; Buck (C. D.), A dictionary of selected synonyms in the principal indo-european languages..., 414 hair, p. 203a-b. ; Totius latinitatis lexicon, III, s.v. pilus, p. 397b; Gaffiot (F), Dictionnaire illustré latin-français, s.v. pilus, p. 1181a-b; Du Cange, VI, s.v. 1pilla, p. 323b, s.v. pillum, p. 324b ; Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen Age, s.v. pilla, p. 688b ; TL., VII, s.v. poil, col. 2083-2088 ; Godefroy, VI, s.v. poil, p. 249c-250a, X (complément), s.v. peil, p. 304c-305b ; FEW, VIII, s.v. pilus, p. 509b-515b ; Zauner (A.), « Die romanischen Namen des Körperteile », in R. F..., p. 411-412; Brüch (J.), « Die Wörter für Haar in Latein und ihr Fortleben im Romanischen », in Wiener Studien..., p. 49-54.

15 Cf. Isidori Hispalensis Epicopi etymologiarum sive originum..., livre XI, 1, 28 : Pilos autem dictos a pelle qua prodeunt...

16 « poil » désigne les poils (hommes et femmes, animaux, vêtement) indubitablement 44 fois.

17 Les Chetifs ont servi de modèle à l’auteur de la Chanson d’Antioche; variante du manuscrit c rejetée par l’éditeur : Ot le cevelure, e le poil tot ferrant L’éditeur a sans doute considéré que chevelure et poil au sens de « chevelure » étaient deux termes redondants dans ce vers.

18 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine... s.v. capillus, p. 95a; .Totius latinitatis lexicon, I (2), s.v. capillatura, p. 521b, s.v. capillamentum, p. 521c; Gaffiot (F), Dictionnaire illustré latin-français, s.v. capillatura, p. 257c; TLL., III, s.v. capillatura, capillaturiae, col. 313, s.v. capillamentum, col. 312 ; Niermeyer (J.-F), Mediae latinitatis Lexicon minus, s.v. capillatura, capillatoria, p. 132b; Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen Age, s.v. capillatura, p. 130a; Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen Age, s.v. capillatoria, s.v. capillatura, p. 141a; Mittellateinisches Wörterbuch, II, Lieferung 2, s.v. capillatura, s.v. capillaturiae, col. 212. TL., II, s.v. cheveleüre, col. 367; Godefroy, IX (complément), s.v. cheveleure, p. 75b-c ; FEW, II (1), s.v. capillus, p. 248a.

19 Stefenelli (A.), Der Synonymenreichtum der altfranzösischen Dichtersprache..., p. 113.

20 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. crinis, p. 151a; Buck (C. D.), A dictionary of selected synonyms in the principal indo-european languages..., 4.14 hair, p. 203b. ; Rey (A.) dir., Dictionnaire historique de la langue française, I, s.v. crin, p. 503a; TLL., IV, s.v. crinis, col. 1201-1205 ; Totius latinitatis lexicon, I (2), s.v. crinis s, p. 397b, s.v. saeta, p. 191c; FEW, II (2), s.v. crinis, p. 1342b-1345 ; Gaffiot (F), Dictionnaire illustré latin-français, s.v. saeta, p. 1380c; Du Cange, II s.v. crinis, col. 1201-1205; Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, s.v. crinis, p. 231a ; TL, VII, s.v. poil, col. 2083-2088 ; Godefroy, IX (complément), s.v. crin, p. 250b-c; FEW, II (2), s.v. crinis, p. 1342b-1345b; Zauner (A.), « Die romanischen Namen des Körperteile », in RF, XIV..., p. 411-412; Briich (J.), « Die Wörter für Haar in Latein und ihr Fortleben im Romanischen », in Wiener Studien... p. 44-70; Bezzola (R.), « Von Rana zu crine », in Sache, Ort und Wort..., p. 462-463.

21 Au iie siècle, Festus, abrégeant l’ouvrage lexicographique de Verrius Flaccus, De Significatu verborum, apparente crinis au nom discretio (De verborum significatione, III). Au viiie siècle, Paul Diacre reprend cette étymologie dans son abrégé du lexique de Festus. Au vie siècle, Isidore de Séville rapproche crinis du verbe discerno « diviser ». Il désigne selon lui les cheveux (tressés) des femmes (Etymologies, XI, I, 31). Au xiiie siècle, Vincent de Beauvais reprend mot pour mot l’étymologie proposée par Isidore de Séville (Speculum naturale, XXVIII, cap. XXXIII, col. 2014).

22 Godefroy, IV, s.v. galoner, p. 213b-c.

23 En outre, le corpus des textes retenus comprenant des variantes d’une même chanson de geste, le nom crin(s) « chevelure féminine » bénéficie dans ce cas précis d’une sur-représentation.

24 FEW, II (2), s.v. crinis, p. 1342b-1343a; TL, II, s.v. crine, col. 1061-1062; Godefroy, II, s.v. crine, p. 374b ; Bruch (J.), « Die Wörter für Haar im Latein und ihr Fortleben im Romanischen », in Wiener Studien..., p. 63-70.

25 Il a le sens de « crinière » à 4 reprises.

26 Aliscans, v. 3236; Gerbert de Metz, v. 5461; Aye d’Avignon, fragm. ms. Claude Fauchet, v. 4.

27 FEW, II (2), s.v. crinis, p. 1342b ; TL II, s.v. crignel, col. 1059, p. 373b ; Godefroy II, s.v. crignel, p. 373b.

28 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. floccus, p. 241a. : TLL, VI, s.v. floccus, col. 915-916; Forcellini, Totius latinitatis lexicon, II, s.v. floccus, p. 500b ; Du Cange, III, s.v.floccus, p. 323b-c, s.v.froccus, p. 614c; Gaffiot (F.), Dictionnaire illustré latin-français, s.v.floccus, p. 674b ; Niermeyer (J.-F.), Mediae latinitatis lexicon minus, s.v. hroccus, p. 506a-b ; Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen Age, s.v.floccum, p. 390a ; TL, III, s.v.floc, col. 1931 ; Godefroy, IV, s.v. lfloc, p. 33c-34a; FEW, III, s.v.floccus, p. 624a-626c.

29 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine : histoire des mots, s.v. testa, p. 688-689b ; FEW, XIII (1), s.v. testa, p. 272a-282b ; Gaffiot (F.), Dictionnaire illustré latin-français, s.v. testa, p. 1562b-c; Totius latinitatis lexicon, IV (2), s.v. testa, p. 710b-711b; Cravens (T. D.), « Cross-language evidence in etymology. The origin of « testa » as « head » in Romance », in Neuphilologische Mitteilungen, 83, 1982, p. 53-59 ; Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, s.v. testa, p. 814a; Niermeyer (J.-F.), Mediae latinitatis lexicon minus, s.v. testum, p. 1027b; Biaise (A.), Dictionnaire latin-français des auteurs du Moyen Age, s.v. testa, p. 910a; Zauner, « Die romanischen Namen des Körperteile », in RF, 14..., p. 355 ; TL, X, s.v. teste, col. 282-284 ; Godefroy, VII, s.v. 3teste, p. 701 et X (complément), p. 760a-b.

30 Cela explique l’écart entre le nombre des occurrences (7-13) relevées dans le tableau récapitulatif des dénominations de la chevelure.

31 Ernout (A.), Meillet (A.), Dictionnaire étymologique de la langue latine..., s.v. caput, p. 98b-99a; FEW. II (1), s.v. caput, p. 334a -348b; TL, II, s.v. chief, col. 382-388; Godefroy, II, s.v. 1 et 2chief, p. 119c-121a, et IX, s.v. chef, p. 63c-64c.

32 Garnier décoiffe sa femme : Un anel li toloie e son chief li deslie (Aye d’Avignon, v. 1187) ; scène de déploration : e detordent lor poins et decirent lor cief (ibid., v. 3092).

33 Girart de Roussillon, v. 6033, 6396, 7293 ; Renaut de Montauban, v. 2934 ; Gaufrey, v. 5532, etc.

34 Girart de Roussillon, v. 8927, Aye d’Avignon, v. 1855; Couronnement de Louis, ms. c, v. 1733.

35 Ménard (P.), Le rire et le sourire dansle roman courtois en France au Moyen Age (1150-1250)..., p. 114-115 et n. 263.

36 Boutet (D.), La Chanson de geste. Forme et signification d’une écriture épique au Moyen Age...

37 Rychner (J.) « Observation sur la versification du Couronnement de Louis », in La Technique littéraire des chansons de geste, p. 168.

38 Heinemann (E. A.), Rythmes sémantiques de la chanson de geste. Types grammaticaux du vers et pulsions à la césure, in Rom., 109, 1988, p 145-188; Heinemann (E. A.), L’Art métrique de la chanson de geste...

39 Je citerai pour chaque terme étudié quelques exemples représentatifs. Etant donné le nombre et la diversité des vers où sont employés ces différents termes, il serait fastidieux et nuisible à la clarté de la démonstration, d’en exposer une analyse détaillée. Cf. Thérèse (S.), Etude sur les dénominations du poil, de la chevelure et de la coiffure dans les chansons de geste (xie-xiiie siècles), Thèse de l’Ecole nationale des chartes, 1996.

40 Quoique seule la valeur métrique du nom importe, je ne tiens compte que des occurrences où poil se rapporte à la chevelure. Mais ce même nom poil connaît des emplois similaires quand il se rapporte au poil.

41 Il apparaît 2 fois seulement à la rime ou à l’assonance avec le sens de « cheveu » : Chanson de Roland, v. 503 ; Pelerinage de Charlemagne, v. 486.

42 Chenu, ferrant, flori, meslé sont les plus fréquents. Le grand âge d’un personnage est ainsi souligné.

43 Ce vers est formulaire. Il est attesté dans la chanson de geste Parise la duchesse (v. 1156) ; la formule de premier hémistiche est identique dans la Chanson d’Aspremont (v. 203), et Gerbert de Metz (v. 5455), tandis que Gaydon offre une légère variante de ce vers : Et le poil blont, menu recercelé (v. 608) ; le groupe adjectival menu recercelé apparaît également dans le second hémistiche du vers et qualifie le nom grenon dans les Enfances Guillaume (v. 2498), et le Moniage Rainouart, manuscrit bl (v. 7462.88).

44 Autres occurrences ; Ex. : Et Aymeri lor pere [au poil chanu (Aliscans, v. 8055), etc.

45 Couronnement de Louis, ms. c 1734 ; Girart de Roussillon, v. 884, 2717, 3368, 3622, 5735, 7063, 7577, 8200; Enfances Guillaume, v. 2410.

46 On rencontre une variante de cette formule dans les chansons suivantes : qui a les cheveus blons dans Buevon de Commarchis, (v. 715, 2564, 3603) et qui les cheveus ot blans dans, Aliscans (ms. a, v. 217); etc.

47 48 fois sur 138 occurrences.

48 Ex : Il detordent lor poins, [lor crins vont esracier (Chanson d’Antioche, v. 9397). Ex : Et sa serours [Morgue as crins deulgiés (Auberon, v. 1261).

49 Hervis de Més 887, 1250, 5153, 7892; Renaut de Montauban 5321 ; Doon de la Roche, v. 2010.

50 Gui de Nanteuil offre une variante de ce vers : Sez crins out achesmez] a un fil d’or batu » (v. 60).

51 Charroi de Nimes, 743, 1373; Girart de Vienne, v. 261.

52 Stefenelli (A.), Der Synonymenreichtum des altfranzöslschen Dichtersprache..., p. 113.

53 Colby (A.), The portrait in the twelth century French Literatur..., p. 32.

54 Mounin (G.) dir., Dictionnaire de la linguistique..., s.v. philologie, p. 258.

55 Pour ce qui est de l’étude de la symbolique du poil, de la chevelure et de la coiffure, il faudra tenir compte de tous les autres termes qui se rapportent au poil, à la chevelure et à la coiffure. Par ailleurs, toutes les mentions de poil et de chevelure n’intéressent pas l’étude sur la symbolique.

Table des illustrations

Titre Les dénominations de la chevelure dans les chansons de geste5
Légende Sur les 183 009 vers du corpus dépouillé, le nombre d’occurrences du terme quand il se rapporte aux poils ou à la chevelure figure dans la ligne supérieure du tableau. Dans la partie inférieure du tableau figure le nombre d’occurrences du terme quand il désigne seulement la chevelure. Les écarts relevés pour certaines dénominations correspondent à des incertitudes sur le sens du mot.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

Archiviste-paléographe

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540