Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Splendeur et misère de la chevelure de Laure

(Essai sur le processus de mythification pétrarquienne)

Jean Lacroix

Texte intégral

1La chevelure, et plus particulièrement celle de la femme aimée, Laure sous l’égide de laquelle se placent l’une et l’autre partie du Canzoniere et ses trois cent soixante-six « fragments » (mot qui figure dans le titre latin Rerum vulgarium fragmenta) occupe une place de choix, sous plusieurs formes, dorée (ou d’or) ou blanchie par l’âge; elle est, avec près de soixante occurrences au total, très représentative d’une présence (ou d’une absence) l’une comme l’autre obsédante, prestigieuse mais aussi douloureuse de l’Aimée, de la passion de toute une vie.

2Au regard des cinq sortes de compositions poétiques du recueil, remanié encore à la veille de la mort du poète humaniste, en 1374, elle est, cette chevelure, omniprésente, et sous plus d’un vocable : capelli, bien sûr, contractée souvent en forme courte capei mais aussi, et déjà de façon métonymique, crino ou encore pelo ; également sous la forme la plus poétique et noble, ornementale, de chioma la même que dans « comète » susceptible de briller avec l’éclat le plus intense, et susceptible aussi de laisser une trace, une traînée somptueuse, entre terre et ciel en quelque sorte.

3Que ce soit dans le cadre succinct, ramassé des formes par essence courtes comme le madrigal ou la ballade, les moins nombreuses (une dizaine à eux deux), ou, au contraire, au sein de formes fortement structurées et plus développées comme la sextine (une dizaine à elle seule dans le recueil) ou comme le sonnet prépondérant (317 au total) ou encore la canzone (une trentaine d’exemplaires), pas d’exception : on enregistre au moins une fois la chevelure qui y est célébrée, et que le repère métaphorique prestigieux (l’or) désigne à tous les regards. L’une des formes lexicales que l’on vient de mentionner, chioma, fait du reste partie de l’une des six rimes tournantes de l’une des neuf sextines employées par Pétrarque dans le Canzoniere, la xxxe. Autant dire, dans ce cas, que la chevelure, de bonne heure par conséquent, fait partie intégrante d’un rite apparenté au mythe de l’« éternel retour », vu la structure cyclique de cette forme métrique si ritualisée.

4Par ailleurs, la chevelure d’emblée, ou du moins assez rapidement, se révèle un indice tout à fait significatif de l’un des trois éléments clés du portrait-type de Laure avec les yeux et la voix. Quant à la rime, si la plus en vue là encore reste l’or (ex. canzone xxiii, v. 161), les autres caractéristiques concernant la chevelure entrent aussi en jeu en bout de vers, parcimonieusement il est vrai – quelques occurrences pour chacune d’entre elles (quatre ou cinq au maximum), mais suffisamment à elles toutes, y compris sous des formes métaphoriques dérivées comme « voile » (velo) ou encore « couronne » (corona), pour imposer à l’attention du lecteur du recueil de Laure, l’image somptueuse de sa beauté souveraine.

5Nous examinerons successivement trois aspects de la chevelure : la chevelure comme métaphore en un premier temps ; puis, la chevelure comme métonymie ; et enfin le rapport que la chevelure entretient tout au long du Canzoniere, avec l’écriture c’est-à-dire avec la création poétique.

La chevelure comme métaphore : la parure et le cache

6Blonde ou prématurément blanchie par l’âge, la chevelure apparaît tot dans le recueil (dès la ballade XI) puis, aussitôt encore après (au sonnet XII) ; elle est encore présente tard, au sonnet CCCLXII (v. 8) une dernière fois pour déplorer, jusqu’au bout, l’inéluctable vieillissement, celui du poète cette fois.

7Parure éclatante, et séduisante, et cache vont alterner tout au long de ces trois cent soixante-six « fragments » de ce que Pétrarque nomme « la longue histoire de ses peines », et ponctuée, chemin faisant, d’un certain nombre de poèmes-anniversaires chiffrés quant à la durée, ou datés avec précision (jours, mois, année).

8En effet, « objet » bien visible au sommet du visage de la personne aimée en même temps que les yeux, autre « objet » féminin clé de la poésie pétrarquienne, la chevelure attire par sa couleur, par sa forme (cheveux lisses ou bouclés, ondulés, tressés), par sa coupe et par sa longueur (lorsqu’elle n’est pas soigneusement ordonnancée, elle est éparse au vent, comme dans le fameux sonnet XC).

9Elle est donc, par excellence, la parure de l’élégante jeune femme qu’il connaît en 1327 et qu’il aimera jusqu’à sa mort, en 1348, victime comme tant d’autres de la « peste noire »; elle est, beaucoup plus que d’autres signes distinctifs corporels (la démarche par exemple qui fait partie, avec la main, du panégyrique de l’Aimée), elle est ce qui annonce, signe augural; d’événement corporel, avènement spiritualisé; et en ce sens, elle est pour ainsi dire d’entrée ce repère littéralement d’héraldique qui souligne ou suggère une présence charnelle.

10Bien que figurant relativement peu, en fréquence, à la rime bien moins d’une dizaine d’occurrences à l’exception de crino lié à huit reprises essentiellement au phénomène du vieillissement biologique (changer de poil, est alors l’expression usitée par Pétrarque), la chevelure en général mais surtout celle de Laure qui « enchaîne » écrit souvent le poète amoureux, est l’un des signes forts de la beauté sensuelle, l’un des charmes envoûtants – avec la voix et les yeux – de Laure de Noves, celle qui, peu à peu, va transformer « l’histoire » en destin : le fatum pétrarquien surgit de très bonne heure, sous l’égide des « fatali stelle » (v. 11 du sonnet XVII), juste avant que tout un vers programmatique scelle définitivement le pacte de Pétrarque avec Laure, soit à l’avant-dernier vers du sonnet XIX :

« moi destino a vederla mi conduce ».
(mon destin me conduit à la voir)

11Suffisamment de quoi en profiter pour rappeler, à cet égard, la fonction éminemment visuelle de la poétique amoureuse pétrarquienne, et justifier la rapide substitution de la chevelure dorée en chevelure d’or qui constitue ainsi la marque bien visible d’une sorte de divinisation, sur terre d’abord, de la jeune provençale.

12La deuxième partie du Canzoniere se chargera, post mortem, d’une autre divinisation, d’une tout autre nature; plus foncièrement paradisiaque et céleste, au-dessus et au-delà de la sphère humaine du visible : paradiso arrive en position de rime, malgré tout, dès la seconde centaine de vers (CIX, v. 12 ; CXXIII, v. 5 ; CXXI, v. 55) mais davantage après la mort de Laure (CCXCII, v. 7 ; CCLXVIII, v. 37 ; CCCXXIII, v. 27 ; CCCXXV, v. 46; et CCCXLVIII, v. 8); les rimes, à cet égard et sous l’égide d’une telle métaphorisation de la jeune fille substitueront ce qui est « mortel » ou encore trop « terrestre » en essence d’immortalité. Et la chevelure en sera l’auréole.

13Or, l’un des actants de cette métaphorisation initiale réside dans une forme de mirabilia auxquels se prête excellemment la chevelure quasi irréelle et spiritualisée de Laure blonde : la meraviglia donc, plus d’une fois, est notée surtout dans la seconde centaine de vers du recueil : CV, v. 51 ; CX, v. 1 ; CC, v. 12 ; CCXVII, v. 75, « merveille » repérée et enregistrée avec ravissement par l’intéressé et témoin privilégié qui conjugue dans ce cas le verbe « s’étonner », ou plus connoté, « s’émerveiller », et ce, dès le sonnet XXXIV, v. 12 ou même plus avant, dès la canzone XXVIII, v. 69, au point de ressasser et d’accumuler de manière égotiste les occasions de s’émerveiller que favorise la chevelure :

« meco di me mi maraviglio spesso » (CCIX, v. 5)
(je ne cesse de m’étonner assez souvent de moi)

14ou encore ce que décrit le dernier tercet du sonnet CCLVI (v. 12-14).

15Et le passage s’opère par ce biais d’un état (du vivant de Laure) à l’autre (Laure morte) puisque la disparition physique, historique de Laure s’accommode alors davantage d’une spiritualisation digne d’émerveillement de la part de celui qui est resté vivant et qui se plaît à le souligner (« già sol io non invecchio », sonnet CLXVIII, v. 12).

16A elle seule progressivement, la chevelure aura contribué à statufier de son vivant la beauté personnifiée, au cœur de la première partie consacrée à « Laure vivante » :

« ... il viso di colei
ch’avanza tutte l’altre meraviglie. (cans. CXXVII, v. 74-75)
(... le visage de celle
qui éclipse toutes les autres merveilles.)

17Voilà Laure pourtant encore « terrienne », déifiée, sublimée, transfigurée par l’alchimie de l’or. Merveille des merveilles, « elle » communique la « merveille » dans le regard de Pétrarque :

« Amor et io si’pien’di meraviglie
Come chi mai cosa incredibile vide
Miriam costei... » (sonnet CLX, v. 1-3)
(Amour et moi si plein d’étonnement
Comme celui qui au grand jamais vit chose incroyable
Nous admirons celle-ci...)

18Rien d’étonnant, à cet égard que le verbe-clé de l’admiration « mirare », au même titre que le couple lagrimare/piangere fasse partie des trois verbes les plus gérondivés de tout le Canzoniere, histoire encore une fois présentée en contenu.

19Le culte de Laure, même morte, (le mot n’est pas trop fort) en passe par cette référence, et cette révérence de l’œil fasciné par l’exceptionnelle beauté de l’objet aimé.

20La poétique de la passion amoureuse, vue par un humaniste, et qui se nourrit de la tension des extrêmes joue d’une chevelure antinomique au niveau de ses composantes : deux d’entre elles en effet, métaphoriquement parlant, participent en soi d’une optique de pérennisation : celle du végétal (le laurier toujours vert), celle du minéral (l’or pur et incorruptible). En face, deux autres en revanche se rattachent à l’ère du périssable ou de la mutation : il s’agit de la composante aérienne (le vent, la brise, aura) ainsi que, bien que moins fréquente que les trois précédentes, la composante temporelle, celle de l’aurore c’est-à-dire celle de la renaissance du jour, et par extension saisonnière, celle du renouveau printanier (ex. CCXXIII, v. 12; CCLV, v. 1).

21A l’intérieur de ce jeu des extrêmes auquel le chevelure se prête naturellement, intervient le vieillissement, carte maîtresse de l’idéologie pétrarquienne puisque, du vivant de Laure déjà, des sonnets-anniversaires de la chronologie apparente de cette passion scandent, il a été dit, « la longue histoire de ces peines » jusqu’à la date-phare où tout commence, c’est-à-dire celle de l’innamoramento en fait rejetée très avant dans la première partie du recueil (au sonnet CCXI sur un total de CCLVI poèmes) : autrement dit le 6 avril 1327. Repère-date avec grande précision par conséquent.

22Alors que la seconde partie du recueil, posthume, vers la fin également (CCCXXXVI, v. 12-14 soit trente poèmes seulement avant l’achèvement du recueil) enregistrera logiquement l’autre pôle, daté également avec une extrême précision, celui de l’existence terrestre et de la « durée » historique de l’Aimée, un autre 6 avril, mais celui de l’année mortifère 1348. Entre ces deux dates, soit pour une durée totale d’un peu plus de vingt ans, prend place le vieillissement avec un nombre sensiblement égal d’occurrences dans chacune des parties (huit pour « Laure vivante », et neuf pour « Laure morte ») mais, empressons-nous de le noter, avec une différence de taille concernant la seconde partie post mortem, deux fois et demi plus brève que la première (cent poèmes contre deux cent soixante-dix) ce qui tend à signifier que la disparition de Laure ici-bas, intensifie tout de même chez Pétrarque demeuré seul avec l’objet de ses pensées, la conscience accélérée d’un dépérissement qui rend par conséquent plus urgente la mission humaniste d’un salut par l’écriture.

23S’il fallait ne retenir qu’une seule composition poétique sous l’égide d’une métaphorisation de la chevelure de Laure, ce serait à n’en pas douter celle d’une des deux compositions majeures de tout le Canzoniere, à savoir la canzone CXXVI, située pratiquement au cœur de la partie du recueil, la très célèbre canzone chiare, fresche e dolci acque où tous les éléments physiques sont présents du corps de Laure, y compris sa nudité : où figurent le plus grand nombre de gérondifs (pas moins de six) et affleurent larmes et soupirs (v. 16) ; quête de la présence terrestre (v. 33, v. 52, v. 61) à l’anticipation céleste (v. 63) et où la chevelure tout spécialement ressort comme l’apothéose d’une vision miraculeuse :

« Des fleurs tombaient sur son vêtement
D’autres sur les blondes tresses
qui, ce jour-là semblaient à les voir
de l’or poli et des perles ». (canz. CXXVI, v. 46-49)

*

24Ainsi, avec sa blondeur caractéristique mais aussi avec son indéniable et indéfinissable charme qui défie le temps, sous forme de tresses, ou de cheveux bouclés ou dénoués sur l’épaule et épars au vent, la chevelure de Laure bien qu’associée souvent à d’autres éléments physiques (yeux, mains, cou, voix, port...) a déjà ceci d’unique en son signifié métaphorique de soustraire, de son vivant, Laure à un/à son statut précaire de femme que l’épidémie pestifère ravira brutalement aux siens, et à Pétrarque son soupirant et chantre attitré. La triple et même quadruple composante plus haut précisée y est sans doute pour beaucoup, et dans le cadre d’un mois fétiche, par excellence printanier et celui de l’ouverture (avril) ou, par trois fois, rituel inouï, se sont produits les trois événements majeurs de la passion de Pétrarque pour Laure, l’innamoramento d’abord, en 1327, dans l’Eglise de Sainte-Claire – cela ne s’invente pas –, puis le couronnement capitolin et romain du poète (en 1341), et enfin la mort de l’Aimée en 1348.

  • 1 Synésios de Cyrène, Eloge de la calvitie, traduit du grec et présenté par Claude Terreaux, Paris, (...)

25Sous cette forme primaire et simplifiée d’abord, à retenir l’aspect contrasté de toute chevelure depuis la plus haute Antiquité, vieillissement voire dépérissement contre pérennisation tels que, par exemple et par excès, peuvent illustrer d’une part l’éloge de la calvitie de ce Grec du ive siècle, Synésios de Cyrène1 répondant ainsi, et deux siècles plus tard à Dion de Pruse dit Chrysostome le bien-nommé, un sophiste du iie siècle auteur, lui, d’un Eloge de la chevelure.

La chevelure comme métonymie : le talisman à l’effigie de Laure

26De simple rapprochement ou signe ou repère physico-psychique, la chevelure, par le travail de l’écriture présent du premier sonnet (v. 1, v. 5) à la dernière canzone (v. 127-28), devient cette partie du corps privilégiée, bien en vue, « entre terre et ciel » pourrait-on dire symbolique d’un tout : acte amoureux, mieux pacte amoureux.

27Peu à peu, en effet, et déjà au sein de la première partie du recueil, de « métaphore obsédante » la chevelure se mue en métonymie de la personne, de la présence et du rayonnement de Laure, « mirabil magistero » écrit Pétrarque dès le sonnet IV (v. 2) de « celle qui est parmi les femmes un soleil » (sonnet IX, v. 10). Conjugué, et marié avec le laurier, l’or se substitue à tout autre référent ; et, là aussi, s’il ne fallait retenir qu’un seul exemple pour illustrer ce second aspect ce ne serait plus la canzone mais, à l’opposé, la forme courte, ramassée et fortement structurée du sonnet qu’il faudrait retenir; sans doute le plus célèbre des 318 du recueil, le sonnet XC appelé parfois par la critique, le sonnet de la chevelure de Laure (« Erano i capei d’oro all’aura sparsi...).

28Quatorze vers en effet pour enfermer précieusement, comme dans un écrin (comme dans un coffret), une ou des mèches de cheveux, autre exemplum narcissique d’amoureuse contemplation.

29Avec ce sonnet qui fait l’éloge de Laure blonde « aux cheveux d’or » sonnet de la fascination, tout est en place de ce qui a été jusque-là (et nous ne sommes qu’au premier quart du recueil) le travail de métaphorisation, et de ce qui adviendra par la suite, dans la courte partie posthume du recueil :

30– la primauté de la beauté capillaire qui « commande » aux autres éléments de la physionomie (une auréole avant la lettre !) ;

31– l’enregistrement de l’instant miraculeux, celui de la fascination ressentie et de la merveille inscrite au cœur du sonnet :

« Qual meraviglia se di subito arsi » ; (v. 8)

32un vers souvent édulcoré par les traducteurs successifs, pour lequel il convient de sauvegarder la « merveille » ;

33– encore le processus de l’angélisation, phase initiale de la divinisation céleste :

« sa démarche n’était point celle d’une mortelle
mais d’une créature angélique
et ses paroles résonnaient autrement que la voix humaine
... un céleste esprit, un vivant soleil
voilà ce que je vis...

34– avec, par-dessus tout, dans cette reviviscence de l’innamoramento foudroyant, une inversion des valeurs temporelles concernant par exemple l’imparfait (celui de l’attaque de l’incipit) devenu le temps indéfiniment étiré de l’éternité, « cette petite seconde d’éternité » qu’essaiera à son tour, bien plus tard, de faire revivre Jacques Prévert.

35Enfin, et au cœur de la « merveille » échevelée qu’essaie de faire revivre et de surprendre le sonnet XC, n’oublions pas la note du « vieillissement » insérée à la fin du premier quatrain :

« le charmant feu brûlait outre mesure
de ces beaux yeux qui à présent en sont si privés ».

36Or, Pétrarque n’a pas attendu le quatre-vingt dixième poème du Canzoniere pour réintroduire dans le tissu historique, biologique ce que toute chevelure peut aussi signifier : le vieillissement anticipé, tout à fait précoce, perceptible dans la chevelure « argentée » cette fois de Laure : vrai chantage amoureux dénoncé au sonnet XII présenté ici, comme avéré et non plus projeté comme dans un autre sonnet, bien plus tard d’un poète de la Pléiade (« quand vous serez bien vieille...»).

37L’écriture, on le voit, est reine chez Pétrarque de faire ou de défaire ce qu’elle adore au point de brûler en apprenti-sorcier, ce que lui-même, on le verra plus en détail dans la prochaine partie, était le premier à dénoncer chez autrui : de faire ou de défaire c’est-à-dire de « tresser » ou de « dénouer » la chevelure. Au départ donc, et sur une bonne centaine de poèmes au moins, d’abord simple métaphore de l’apparence flatteuse, voire enjôleuse de Laure, sa séduction et sa coquetterie (ex. sextine XXX où la chevelure-rime intervient), plus généralement sa beauté si parfaite sur toute sa personne (ex. XXXIII; CXCVI; CXCVII), elle traduit un pouvoir incontestable chez celui qui se sent, se sait et se dit subjugué, « enchaîné » en dépit du vieillissement qui les guette l’une (sonnet XII) comme l’autre (canz. XXIII), qui afflige et affecte même le genre humain tout entier (sextine XXX encore).

38Ce pouvoir de la chevelure, notons-le en passant, fait du reste partie du pouvoir des Grands de ce monde, aux leviers de commande de la politique (voir à ce sujet le sonnet XXVII, v. 1-2 ou la canzone XXVIII) donc exprimé dans deux poèmes de nature différente, mais les deux catégories les plus répandues du Canzoniere, soit près de trois cent cinquante compositions poétiques (318 + 29). Dante avant Pétrarque avait déjà explicitement souligné, eu égard à la nature masculine et virile du chef (militaire, religieux ou politique), le signe distinctif de la blondeur en Enfer (chez Azzolino, Inf. XII, 110) ou au Purgatoire chez Nino Visconti (Purg. VIII, 34) et, déjà, plus tot, chez Manfredi (Purg. III, 107).

39Devenue ensuite et bien vite, métaphore comportementale, la chevelue peut signifier au négatif, la présence cachée, momentanément, de Laure :

« Tolta m’è poi di quci biondi capelli
Lasso ! la dolce vista... » (LIX, v. 11-12)
(Otée m’est donc de ces blonds cheveux
Hélas ! la douce vue...)

40confesse la ballade LIX où la souffrance de l’absence et de l’Absente est devenue non plus écrin mais écran. Ou bien, dans le prolongement de cette situation douloureuse, la chevelure devient matière indirecte au souvenir : triste relique et non plus glorieux trophée :

« per rimembranza de la trecce bionde »
(au souvenir des blondes tresses),

41souligne, au vers 6, le sonnet LXVII. au point même d’appeler de la part du poète privé de la figure aimée et de la présence vérifiable de sa passion, l’auto-citation du sonnet XC plus haut analysé, dans la canzone CXXVII (v. 83-84).

*

42Ainsi donc, la fonction métonymique prend peu à peu le dessus sur la fonction métaphorique, sous le couvert implicite d’abord puis clairement affiché de l’Art des métamorphoses à un plan supérieur : métamorphoses qui font que Laure, chef-d’œuvre de beauté et de perfection amoureuse devient progressivement un objet de contemplation et, pour finir, objet d’art tout court : ainsi, les deux sonnets consécutifs LXXVII et LXXVIII consacrés à celui qui fit en Avignon un portrait hélas perdu de Laure, Simone Martini, peintre siennois devenu ami de Pétrarque, avaient déjà préparé le terrain à la divinisation par le canal des voies artistiques, à la sublimation de la personne terrestre de Laure : les allusions directes au « paradis » (LXXVII, v. 5) puis à l’« alto concetto » de résonance si moderne, à la Michel-Ange (LXXVIII, v. 1) ainsi qu’à l’exemplum sculptural représenté par Policleto (v. 1) attestent d’un goût sûr de Pétrarque pour la peinture du moins.

  • 2 Ceppino Cennini, Le Livre de l’Art ou le traité de la peinture, notes du Chev. G. Tambroni, tradui (...)

43D’ailleurs, et si besoin était de confirmer, et au moment où l’or s’inscrit en toutes lettres sous la plume d’Amour (XCIII), un sonnet quasiment programmatique (le sonnet CXXX) associe dans le même vers 10, les trois modèles artistiques de l’Antiquité, peinture et sculpture confondues : Zeuxis, Praxitèle et Phidias, tout comme s’en réclamaient les premiers traités artistiques de la fin du Moyen Age et du début de la Renaissance2 tels celui de Cennino Cennini (Il Libro dell’Arte, env. 1390, et, plus d’un demi-siècle plus tard I Commentarii (années 1450) de Lorenzo Ghiberti, tous deux mentionnant ces modèles comme Pétrarque.

44A ce stade du Canzoniere (passée la première centaine, et au cours de la seconde centaine de poèmes), l’or, « matière » précieuse de la chevelure-talisman croît en importance, devenu littéralement métonymie de la chevelure, elle-même devenue emblême ou effigie de Laure, l’or pétrarquien, sert l’alchimie amoureuse et poétique de l’humaniste. Si la chevelure de Laure désormais « incarne » le destin, terme de plus en plus récurrent aussi, et souvent à la rime, l’or de son côté dont la chevelure est « tissée », « nouée », enjolivée, « liée », « torsadée », toutes épithètes pétrarquiennes, cet or-là envoûté, marque ou label d’un secret n’est plus seulement amoureux mais qui est aussi le propre d’une métamorphose artistique :

« Tra le chiome de l’or, nascose il laccio » ; (LIX, v. 4)
(entre sa chevelure d’or, elle cacha ses rêts »)

45Désormais au soleil auquel était si souvent, et depuis le début des Rime sparse, comparée la chevelure rayonnante de la jeune femme (ex. canz. XXXII, v. 81), se substitue l’oiseau solaire, l’oiseau de feu magique et envoûtant dans son pouvoir perpétuellement renaissante des cendres qu’est le phénix (féminin en italien) : CLXXXV, v. 1; CLXXXV, v. 12-14; CCCXXI, v. 1, et CCCXXIII, v. 49-60, donc trois fois évoqué dans la seule partie « posthume ». Le feu comme le soleil sont par conséquent au rendez-vous du rayonnement de la chevelure de Laure tout comme l’or flamboyant l’est chez son ami Giotto : on en aura une idée dans la fresque de la Cappella degli Scrovegni, à Padoue intitulée « Rencontre à la porte dorée », tout récemment restaurée et solennellement rendue aux regards du public le 25 mars 2002; l’or de la plus haute spiritualité rencontre l’or du célèbre banquier et mécène padouan, mariage du profane et du sacré en quelque sorte.

*

46La chevelure, l’on s’en rend compte, a très vite dépassé, dans la structure et dans l’économie du recueil des Rime Sparse si fortement ritualisées, le stade simplement métaphorique ; la chevelure porteuse de sens, de plusieurs sens chez Pétrarque, n’a point été seulement l’UN des éléments physiques de la présence charnelle de Laure l’Avignonnaise.

47La chevelure dorée, plus que blonde, en s’imposant progressivement aux regards au fil du recueil et de ses trois cent-soixante-six « fragments » d’inégale longueur, devient vite envahissante, prépondérante, comme le SEUL signe véritable d’un rayonnement magique, d’un éblouissement à la fois solaire et stellaire où le naturel au culturel s’allie, et qui fait de Laure de plus en plus, notamment dans la dernière centaine de vers de In Morte di Madonna Laura (CCLXVII – CCCLXVI), une créature véritablement céleste comme dans les peintures de personnages consacrés : Laure finit par n’être plus qu’un « nom », illustre, majestueux : le nom à la place de l’objet aimé à révérer comme une divinité (nomen – numen). Voilà ce à quoi aboutit le dernier sonnet-bilan (vingt-et-un ans d’amour terrestre (CCCLXVI), l’avant-dernier de tout le recueil, juste avant le tout dernier qui « pleure » encore l’amour « di una cosa mortale » (CCCLXV, v. 1-2); ces deux ultimes mini-confessions commandées d’une part par un passé simple, celui d’un amour réellement défunt :

« Tennemi Amor anni vent-uno ardendo... »
(Amour me tint vingt-et-un ans brûlant) ;

48et, d’autre part, par l’un des gérondifs de la poétique pétrarquienne du temps indéfiniment et infiniment étiré :

« I’vo piangendoi mei passatit tempi... »
(je vais pleurant mes temps passés)

49comme une chevelure brisée qui flotte au vent encore ; relique pathétique sans doute, mais aussi bien trophée glorieux.

50Promue, dès lors, au statut de l’existence métonymique (la partie pour le tout), la chevelure d’or brille de tous ses feux, quitte à se fondre encore dans la masse incandescente du Soleil (CXXXV, v. 57) quitte à alterner, voire à se partager, avec une autre couleur immuable incorruptible, le vert-toujours-vert du laurier (CVII, v. 12, sonnet-anniversaire de la quinzième année ; CXIX, v. 103 ; CCXXVIII, v. 3, etc. Et ce, en dépit de la menace toujours présence du vent évanescent de la vie éphémère : CIX, v. 9; CXIII, v. 10; CXXIX, v. 69-70; CXCVI, v. 1-2).

51En réalité, et au bout du compte, chevelure et écriture ont partie liée : les « rime sparse » et la notion de « vario stile » priment d’entrée, on l’a dit, dès le premier sonnet qui s’adresse à un public choisi d’» entendants » ; d’un bout à l’autre du Canzoniere et jusqu’à la dernière canzone adressée à la Vierge, le « style », encore (CCCLXVI, v. 127) fournira une ultime rime au poète humaniste, de consolation et d’espoir, peut-être celui de résister à, voire de triompher de, l’inexorable fuite du temps (« si’corre il tempo e vola », v. 132) avant que la chevelure, la dernière « à disparaître » sur un corps mort, n’efface toute trace d’existence terrestre.

Chevelure et écriture : le fil d’Ariane de la création poétique

52A deux reprises seulement, et chaque fois dans un sonnet, dans deux sonnets rapprochés (CCXI, v. 14; CCXXIV, v. 4), Pétrarque mentionne, à son sujet, l’expérience du labyrinthe : la première fois pour désigner la quête à partir du sonnet-anniversaire de l’innamoramento (le 6 avril 13427) :

« nel laberinto entrai... » (CCXI, v. 14) ;
(dans le labyrinthe j’entrai...)

53et la seconde où le mot figure à la rime comme pour mieux confirmer un parcours fatidique semé d’embûches avec un autre mot-clé, celui d’error que l’on retrouve d’entrée, dans le premier sonnet du recueil (I, v. 3); ainsi se présente la seconde mention labyrinthique :

« Un lungo error in cieco laberinto » (CCXXIV, v. 4)
(Une longue erreur dans un labyrinthe aveugle)

54Comme si ce que Pétrarque mentionne ailleurs comme « la longue histoire de ses peines » n’était en réalité qu’une suite ininterrompue d’errances et d’erreurs jusqu’à la dernière de toutes évoquée au vers 111 de la canzone de clôture du Canzoniere, dédiée à la Vierge Marie.

55Par ailleurs, il est singulier de noter que, si huit des neuf sextines du Canzoniere se trouvent concentrées dans la première partie du recueil et que, dès la seconde usitée par Pétrarque (la XXXe), la chevelure et Laure apparaissent dans les six rimes tournantes, en revanche la sextine restante dont la dernière rime, la sixième de la première strophe débouche sur « la mort », le travail de poétique de l’humaniste Pétrarque consacre à deux reprises, dans deux des rimes cycliques, son effort sur « le style » (la troisième au départ) et les « rimes » (la quatrième aussitôt après) ; et ce, dans un ultime climat contrasté de joie (première rime : « lieto », joyeux) et de « larmes » (« pianto » : les pleurs).

56Cette remarque relative au genre (à l’un des genres poétiques du recueil) se trouve pleinement confirmée par le glissement au négatif : matière d’éparpillement, dénoté dès l’incipit du premier sonnet et reprenant explicitement l’un des titres du recueil, celui de « rime sparse », de la chevelure (l’on se souvient de la chevelure éparse dans la brise du sonnet XC) à tout un contexte dégradé, traduisant le déclin : sur terre, les « traces », le vestigia de CCCIV, v. 3 ou encore les « frondaisons », mutation soudaine du laurier sempreverde (CCCXXIII, v. 56) ; puis au ciel, comme la voûte stellaire fourmillante d’étoiles (CCCVIII, v. 10) et non plus, à présent, la masse unique synonyme de cosmos de la présence solaire. Le contexte détérioré sous forme de dissémination, d’éparpillement gagne aussi le monde psychique et sentimental : « pensieri » (XXXCVIII, v. 2), « espoirs » (CCCXXXI, v. 46), « larmes » pour finir (CCCLXVI, v. 79) témoignent pareillement des profondes mutations ou altérations qui, cette fois, non seulement affectent la nature même de la passion première, son « feu » devenu « éteint », et braises volatilisées (CCLXXI, v. 13), mais corrompent aussi bien les valeurs du monde moral comme ces deux entités également frappées de décadence que sont Beauté et Honnêteté, écrites avec majuscules (CCXCVII, v. 5) : or, toutes ces marques d’éparpillement, au négatif répétons-le, sont toutes, sans exception, bien visibles à la rime. Aucune n’y échappe, loi commune infrangible, couperet funeste en quelque sorte.

57Tout ce qui brille n’est point or : même l’or subit désormais, dans la dernière partie « posthume », de notables altérations au point qu’il s’agira moins, à présent, de la survie de Laure et de sa divinisation céleste que de celle de Laure-en-poésie et de la passion de toute une vie qui est aussi – et surtout – celle de l’écriture – à laquelle Pétrarque s’adonne, se consacre, presque de nuit comme de jour : c’est ce que nous dit sa correspondance, les Seniles notamment. Le tournant de cette vocation d’humaniste concernant l’or de Laure (et de sa chevelure notamment) pourrait être repéré dès la canzone CXIX, relative justement au couronnement capitolin du poète humaniste. Bien avant Pétrarque, un Bonvesin de la Riva avait évoqué la mission d’une « écriture dorée » de nature paradisiaque (Libro delle tre scritture) : Pétrarque n’en connaît qu’une, véritablement, dont les exigences, les modalités et la finalité courent d’un bout à l’autre du recueil aux trois cent soixante-six fragments.

58De sorte que Laure blonde, Laure à la chevelure dorée (fut-elle même d’or), ne doit sa « survie » ici-bas, elle qui désormais est au ciel, qu’à la plume « dorée » pétrarquienne ; un autre rituel réclamant d’autres souffrances que celles d’une passion humaine au départ se montre d’autant plus urgent, et exigeant que l’existence personnelle de Pétrarque coïncide avec un vide qu’il ne cesse de déplorer comme si l’or de tous les saints, celui de leurs auréoles, était lui aussi atteint par ces temps de décadence, enténébrés de surcroît par les ravages de la « peste noire » ; celle-là même qui lui ravira, en même temps que bien d’autres amis ou proches, l’objet de sa passion.

59En matière, par conséquent, de rapports entre la chevelure et l’écriture, après 1348 surtout qui modifie, entre autres choses, la nature des sonnets-anniversaire non plus que depuis l’innamoramento (depuis 1327 par conséquent) mais depuis la disparition de l’Aimée comme par exemple le sonnet CCLXXVIII, trois ans après la mort de Laure, c’est-à-dire en 1351, même si, dès le début de cette seconde partie, donc peu avant le sonnet cité, au sonnet CCLXXI, il est encore et toujours question pour Pétrarque, de renouer avec la première date celle où toute l’histoire a commencé, soit sans l’interruption de la mort, c’est-à-dire vingt-et-un ans après. Toute l’ambiguïté est là pour laquelle la séduisante chevelure « dorée » crée encore l’illusion. Tout le pathétique réside dans cette partie de vers (sonnet CCXCII, v. 9) qui consacre la réelle survie du poète face à la nécessaire et fictive survie de Laure morte désormais :

« Et io pur vivo »
(et moi cependant je suis vivant)

60Poète seul face à ses « fragments » Pétrarque, à présent, confronté à son propre vieillissement (sa chevelure en témoigne) se doit d’ECRIRE coûte que coûte : deux sonnets de cette partie « posthume », très proches l’un de l’autre, témoignent de cet état de fait confié à la même tournure stylistique : Ridir potessi, déclare le premier des deux (CCLXXXIII, v. 13) ; ritrar potessi, déclare à son tour dans une variante descriptive plus appuyée, le sonnet CCLXXXVI, v. 5 : « si je pouvais redire... », dans un cas ; « si je pouvais tracer le portrait... », dans l’autre cas. Ecrire la chevelure devient, dès lors, écrire malgré et contre ce que sont devenus la chevelure et l’or dont elle a été trempée, irradiée. La vocation de Pétrarque humaniste se situe à présent (c’est-à-dire à présent que Laure n’a plus d’existence charnelle et terrestre) bien au-delà de ce qui continue néanmoins de briller « dans le ciel ».

61Le fil n’en est pas pour autant interrompu (bien que les Parques l’aient coupé), qui continue à faire vivre, par le pouvoir des mots, des rimes, des vers, du style, celle qui portera encore l’estampille d’un métal qui symbolise pureté et incorruptibilité, à la brise où flotte désormais pareille chevelure devenue celle des bons souffles de Fortune, déesse à la proue des navires, elle-même échevelée.

62Ce qui signifie que la chevelure du poète, du poète d’Amour – et non plus celle de Laure – signe un déclin, annonce une chute prochaine qu’illustrent deux emplois fort curieux, si expressifs de l’épithète « chenu » appliquée, dans chacune des deux parties du recueil : d’abord, vers la fin de la première partie (In Vita, sonnet CCXIII, v. 3) « un esprit chenu » (canuta mente) qui se dissimule mal sous une blonde chevelure ; appliquée ensuite, dans la seconde partie (In morte, sonnet CCIV, v. 12-14) au style (il canuto stil) ; comme si le vieillissement avait aussi gagné et gâché la plume du poète, ultime rempart contre la déchéance et la mort. Dans les deux cas, la décoloration et l’altération de la chevelure sous l’effet des ans accumulés, signalée de bonne heure dans le Canzoniere (sonnet XVI, v. 1) avec l’une des deux figures populaires vénérables de l’un et de l’autre sexe, celle du pèlerin « romain » (l’autre est la vieille fileuse du sonnet XXXIII, v. 5), qui constituent le couple parfait de l’inéluctable vieillissement des créatures, sert à traduire la dégradation physique, psychique dans un cas, poétique dans l’autre; exactement ce contre quoi se dépêche encore de réagir, plume à la main, un Pétrarque qui se sait vieillissant (« a quel poco di viver che m’avanza »/à ce peu de vie qui me reste, CCCLXV, v. 12) : pathétique confession de l’avant-dernière composition du recueil des Rime sparse.

63Se faisant rare, l’or n’est plus qu’un privilège d’orfèvre-poète, matière dont est faite, pour la fondre, la création poétique. Une ultime interrogation pathétique fuse, relative à la splendeur de la chevelure de Laure, lancée comme un cri, une hypothèse pour ainsi dire qui prend des allures de leurre :

« Son questi i capei biondi e l’aureo nodo
Dich’io-ch’ancor mi stringe... » (CCCLIX, v. 56-57)
(Sont-ce là encore ces blonds cheveux et ce nœud d’or
qui me lie jusqu’à présent... ?

64Parmi les nombreux gérondifs du Canzoniere, artisans de la continuité malgré tout, un seul s’attarde techniquement sur l’art de se « peigner », d’agencer la chevelure mais qui est celle blanchie par les ans (le pettinando du v. 8, CCXIX) : opération de sauvetage en quelque sorte qui introduit la notion de risque, tapie jusqu’au cœur de l’acte d’écrire que Pétrarque a le privilège de partager avec d’autres illustres poètes d’amour, Dante en tête, toscans comme lui (CCLXXXVII, v. 9-11).

*

65Laure la blonde, Laure à la chevelure dorée (ou d’or) est, on l’aura constaté, amplement figurée et présente dans le recueil que Pétrarque lui a consacré, rien qu’à ce signe reconnaissable d’un point de vue symbo-lico-allégorique, et ce, tant dans la partie très développée consacrée à Laure de son vivant que dans celle, beaucoup plus ramassée, relative à Laure une fois morte.

66Elément physique avec d’autres d’abord, puis élément vite isolé, élément-clé non seulement de son visage (de son apparence) mais de toute sa personne physique, la chevelure de Laure acquiert progressivement une fonction votive et, dès la première centaine de poèmes (de la première partie par conséquent), fait figure de talisman aux yeux du poète amoureux.

67Trois référents essentiellement ont pu conjuguer leurs effets et apporter ainsi leur triple contribution à cette Laure en effigie susceptible de passer à l’éternité, autant par sa composante végétale (le laurier-toujours-vert) que par sa composante minérale (celle d’un or pur et incorruptible) :

  • tout d’abord, un référent propre à la culture humaniste « moderne » (l’épithète figure dans un des sonnets, XI, v. 6) tournant encore ses regards pour la réactiver vers l’Antiquité gréco-latine ou autre : où il ne manquait pas, au féminin notamment, de créatures blondes légendaires (Yseut) ou ayant réellement vécu, poétesse tout particulièrement (Sapho) ou encore mythiques (Daphné et Méduse par exemple) ;
  • ensuite, un référent propre à la culture médiévale chrétienne mise en exergue par et dans la peinture (dipingere est un verbe récurrent) ; rien d’étonnant de la part de celui qui avait été l’ami des grands peintres de son temps comme Giotto dont Pétrarque possédait une madone qu’il lèguera par testament à l’un de ses amis les plus chers ; ou encore du Siennois Simone Martini rencontré en Avignon, et peintre de Laure, dont deux sonnets portent directement témoignage (LXXVII, LXXVIII) celui, encore à qui Pandolfo Malatesta, de Rimini, avait dépêché deux peintres en Vaucluse pour faire son portrait. Référent pictural essentiel par conséquent où l’or qui magnifie, purifie et éternise3 des auréoles de saint, des vêtements, voire des encadrements est présent jusqu’à l’obsession, et s’affiche sous les regards profanes de la multitude ;
  • enfin, plus proprement pétrarquien, un référent d’ordre à la fois de la vie privée mais aussi à rattacher à l’histoire des mentalités de l’époque (eu égard de la vie-pèlerinage) est également à prendre en compte chez lui, celui qui nous confesse, dans une lettre, qu’à vingt-cinq ans déjà, il avait, à la mort dans l’âme, à déplorer l’apparition de cheveux blancs, et qui se montrera toute sa vie, et dans toute son œuvre, si sensible au déclin du corps selon une inéluctable loi biologique à travers le vieillissement dont tant de mentions à la tête chenue portent traces.

68La conscience aiguë et si douloureusement ressentie de la précarité et de la fugacité des choses humaines rendait ainsi, sous la plume de Pétrarque, la célébration chez Laure comme, plus généralement chez autrui, de la blonde chevelure d’or, relique ou talisman prestigieux du passage sur terre.

  • 4 La Boucle de Bérénice, un poème de Catulle, texte établi et traduit du latin avec essai d’interpré (...)
  • 5 Pétrarque, L’Afrique (1338-1374) préface de Henri Lamarque, introd., trad. et notes de Rebecca Len (...)

69Laure en majesté eût pu éventuellement fournir à Pétrarque matière à un titre personnalisé pour ses nugae (ses « babioles », comme il appelle ses fragmenta), du genre : « la chevelure de Laure », comme il en exista une, dans l’Antiquité, pour Bérénice et chez Catulle4 ; Laure n’eût point cet honneur, étant donné du reste qu’au sein d’une œuvre aussi vaste et variée tant en prose qu’en vers, tant en latin qu’en volgare, aucun titre personnalisé en fait n’apparaît, pas même dans une œuvre de prédilection comme l’Africa, rêve humaniste épique de toute une vie à la gloire, pourtant, de « son » héros le plus cher, Scipion l’Africain5, un chef blond à la chevelure dorée, « héros tout flamboyant d’or » lorsqu’il est au combat (Livre VII, v.955-56).

Notes

1 Synésios de Cyrène, Eloge de la calvitie, traduit du grec et présenté par Claude Terreaux, Paris, Arléa, juin 2000, 75 p.

2 Ceppino Cennini, Le Livre de l’Art ou le traité de la peinture, notes du Chev. G. Tambroni, traduit par Victor Mottez, Paris, L. Rouart et J. Watelin édit. s.d. Lorenzo Ghiberti, I Commentarii a cura di Ottavio Molisani, Napoli, Rice. Ricciardi, 1947, 224 p.

3 Notre étude : « L’or aventure de la fiction de Saint François d’Assise à François Villon », in Senefiance, n° 12, 1983, Actes du Coll. International de février 1982 sur le thème : L’or au moyen âge, p. 143-175, Publications du CUER MA, J. Laffitte, Marseille.

4 La Boucle de Bérénice, un poème de Catulle, texte établi et traduit du latin avec essai d’interprétation par Laurent Calvié, édition bilingue, Anacharsis, Toulouse, 2002, 96 p.

5 Pétrarque, L’Afrique (1338-1374) préface de Henri Lamarque, introd., trad. et notes de Rebecca Lenoir, Grenoble, édit. Jérôme Million, 2002, 576 p. Voir à ce sujet livre IV, v. 50-52, p. 161 pour Scipion-le-blond encore L.V, v. 27, p. 183 ; et, pour Sophonisbe, également beauté blonde, Livre V, v. 537, p. 215. Nos deux études également : « Petrarca « umanista » africano » in Studi d’italianistice nell’Africa australe (Italian studies in Southerne Africa), n° spécial, Images of Africa in Italian Literature and Culture, vol. 5, n° 2 (1992) p. 19-40 (sous la dir. de Anna Meda). Autre étude : « L’enjeu néo-latin de Pétrarque humaniste (d’après la correspondance) », IIe Coll. Internat, de l’Université de Rouen (Mont Saint-Aignan) sous la dir. de A. Deramaix, 10-12 mars 2003 sur le thème Italie et France dans l’Europe latine de Pétrarque à Descartes.

Auteur

Université Paul-Valéry – Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540