Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

« Cointises et Atours » : la chevelure dans Le Livre du Chevalier de la Tour Landry pour l’enseignement de ses filles

Valérie Gontero

Texte intégral

  • 1 Le Livre du chevalier de la Tour Landry pour l’enseignement de ses filles, publié d’après les manus (...)

1En 1371, le Chevalier Geoffroi de la Tour Landry1 entreprend de faire rédiger un ouvrage didactique à l’intention de ses trois filles – Marie, Jeanne et Anne. Devenu veuf, il tente de pallier l’absence d’éducation maternelle. Son projet est exposé à l’ouverture du livre:

Je me pensay que je feroye un livret, où je escrire feroye les bonnes meurs des bonnes dames et leurs biens faiz, à la fin de y prendre bon exemple et belle contenance et bonne manière, et comment pour leurs bontés furent honnourées et louées et seront aussi à tousjoursmaiz pour leurs bontés et leurs biens faiz, et aussi par celle manière feray-je escrire, poindre, et mettre en ce livre le mehaing des maulvaises deshonnestes femmes, qui de mal usèrent et eurent blasmes, à la fin de s’en garder du mal où l’en pourrait errer comme celles qui encore en sont blasmées, et honteuses et diffamees. (Et premierement le Prologue, p. 3)

  • 2 Doris Ruhe rappelle que, « comme, suivant la communis opinio, les capacités intellectuelles des fem (...)

2Ce livret se présente comme un recueil d’exempla, proposant tout d’abord des modèles de comportement féminin – les bonnes dames –, puis des repoussoirs – les maulvaises deshonnestes femmes. L’exemplum est à l’époque le genre privilégié pour l’enseignement des femmes, dont l’intelligence est considérée comme inférieure à celle des hommes2. Le code de conduite qui en découle vise à régir les moindres détails de la vie quotidienne d’une femme – prières, nourriture, soins de beauté, soins au mari, voyage, etc. Cet ouvrage à la structure manichéenne se clôt par un dialogue entre le Chevalier et son épouse, sur le fait de amer par amour (p. 246). Anthologie biblique et hagiographique, ce Livre constitue également un document sur les mœurs et les mentalités de l’époque. Geoffroi ne compose pas le texte lui-même, mais confie cette tâche à deux prêtres et à deux clercs, à qui il donne la matiere de l’ouvrage à composer :

Du vergier je m’en alay et trouvay enmy ma voye deux prestres et deux clercs que je avoye, et leur diz que je vouloye faire un livre et un exemplaire pour mes filles aprandre à roumancier et entendre comment elles se doyvent gouverner et le bien du mal dessevrer. (Et premierement le Prologue, p. 4)

  • 3 Par exemple, chapitre XIII : Cy parle de celle que le chevalier de La Tour laissa pour sa legière m (...)

3La formation des rédacteurs explique la double source des exempla, qui relatent tantôt des épisodes bibliques, tantôt des anecdotes contemporaines, mettant parfois en scène le Chevalier de la Tour Landry lui-même3. Les travers de la mode, et notamment les coiffures ridicules en vogue, sont dénoncés et blâmés. Les dames de l’époque sont surtout critiquées pour le soin excessif qu’elles accordent à leurs vêtements, à leurs parures, et corollairement à leur chevelure. La condamnation de la chevelure coiffée et ornée est récurrente dans de nombreux chapitres, qui promulguent en négatif le bon usage de la chevelure. Le Livre du Chevalier de la Tour Landry élabore, au travers des récits et des exempla, un processus de persuasion d’une redoutable efficacité rhétorique. Les mises en scène de la chevelure, instillées par touches, possèdent à première vue un caractère secondaire et anecdotique. Cependant, si l’on confronte les différentes occurrences de la chevelure, une gradation se dessine en trois temps, pour aboutir in fine à une condamnation généralisée de la chevelure: les chapitres s’attaquent aux modes ridicules, puis aux ornements des cheveux, et enfin à la chevelure elle-même. Les conseils de beauté donnés aux jeunes filles prennent subrepticement la forme d’une répression généralisée à l’encontre de la chevelure.

*

  • 4 Danièle Alexandre-Bidon précise le sens symbolique du chapel de fleurs : « le chapel de roses blanc (...)
  • 5 E. Rodhe Lundquist, La Mode et son vocabulaire. Quelques termes de la mode féminine au moyen âge su (...)

4A l’instar du costume, la chevelure suit les modes du temps. Aux xie et xiie siècles, les femmes portent les cheveux en tresses, ou bien détachés. La chevelure des femmes comme des hommes s’orne parfois d’un chapelet ou chapel4, « guirlande ou couronne de fleurs ou bien cercle en métal ou en ruban5 ». A partir du xiiie siècle, les accessoires de mode commencent à cacher, en tout ou en partie, la chevelure sous des coiffures plus ou moins complexes et extravagantes. A partir du xive siècle naissent de véritables mouvements de mode. Dans la silhouette, les différentes pièces de vêtements, lourdes et fastueuses, sont équilibrées par la coiffure, qui s’avère elle aussi imposante. De plus en plus ridicules, les coiffures de l’époque prêtent facilement à la critique. C’est le cas de l’atour, qui signifie à l’origine « ornement », « parure », et se met à désigner au xive siècle une coiffure féminine particulièrement en vogue – sorte de coiffure à cornes. Un tel glissement sémantique est significatif : la coiffure est désormais considérée comme la parure féminine par excellence. Dans son Manuel d’archéologie, Quicherat la décrit ainsi :

  • 6 Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la Renaissance, t. III. Le cos (...)

Autour de la coiffe on mit des bourrelets que l’on arrangeait sur le devant de manière à figurer des cœurs, des trèfles, des cornes montantes ou rabattues, et mille autres objets plus ridicules les uns que les autres6.

  • 7 M. Toussaint-Samat, Histoire technique et morale du vêtement, Paris, Bordas, 1990 (Cultures), p. 42 (...)

5L’atour connaît un tel succès que certaines femmes se spécialisent dans l’élaboration de cette coiffure difficile: on les appelle les « femmes » ou « filles d’atour », ou bien encore « atourneresses7 ». Cette coiffure est plusieurs fois évoquée, et unanimement condamnée, dans Le Livre du Chevalier de la Tour Landry. Le Chapitre XXI rapporte une discussion entre le seigneur de Beaumanoir et une de ses cousines. La dame évoque, pour la critiquer, la simplicité vestimentaire qu’affiche la dame de Beaumanoir :

« Beau cousin, je vien de Bretaigne, et ay veu belle cousine vostre femme, qui n’est pas ainsi atournée, ne sa robe estoffée comme les dames de Guienne et de plusieurs autres lieux ; car les pourfiz de ses courses et de ses chapperons ne sont pas assez grans ne de la guise qui queurt à present ».
(Du débat qui fut entre le sire de Beaumanoir et une dame, p. 46)

6Le seigneur de Beaumanoir promet alors d’y remédier, en utilisant une surenchère de fourrure luxueuse pour la parure de son épouse :

[...] ains la feray plus cointe et aussy nouvellement arrayée de nobles cointises comme vous de nulles des autres ; car vous et elles n’avez que la moitié de vos corsès et de vos chapperons rebuffez de vair et d’ermines; et je feray encores mieulx, car je lui feray ses corsès et ses chapperons vestir en l’envers, le poil dehors. Ainsi sera mieulx pourfillée et rebuffée que vous ne les autres.
(Du débat qui fut entre le sire de Beaumanoir et une dame, p. 47)

  • 8 Histoire technique et morale du vêtement, op. cit., p. 59.

7L’atour de la dame de Beaumanoir ne sera pas seulement orné, mais également doublé, de fourrures de vair et d’hermine, afin de surpasser toutes les élégantes de la cour. Le xive siècle connaît en effet, une « véritable fureur fourreuse », selon l’expression de Maguelone Toussaint-Samat8. Au cours d’une anecdote, racontée par une « bonne dame » au Chevalier de la Tour Landry, est mentionnée une autre variété d’atour, l’« atour du gibet »:

Dont je vous en diray une merveille que une bonne dame me compta en cest an, qui est l’an mil trois cens lxxij. Elle me deist que elle et tout plein de damoiselles estoient venues à une feste de Sainte-Marguerite, où tous les ans avoit grant assemblée, et là vint une damoiselle moult cointe et moult jolye, et estoit plus diversement arroyée que nulle des autres, et, pour son estrange atour, toutes la vinrent regarder comme une beste sauvaige ; car son atour ne sambloit à nul des autres, et pour ce eut-elle sa part des regars. Si luy demanda la bone dame: « M’amie, comment appeliez vous cest attour? » Et elle lui respondi que l’on l’appelloit l’attour du gibet. – « Du gibet ! » dist la dame. « En nom Dieu, le nom n’est pas bel, ne l’atour plaisant ».
(XLIX, Cy parle de tenir moyen estat, p. 103-104)

8La dame qui porte l’« atour du gibet » devient la risée de toute l’assemblée. C’est surtout la hauteur vertigineuse de la coiffure qui frappe le public :

[...] il estoit hault levé sus longues espingles d’argent plus d’un doy sur la teste comme un gibet pour estre estrangement.
(XLIX, Cy parle de tenir moyen estat, p. 104)

9Au faîte de la mode, l’atour fonctionne comme un signe extérieur de richesse: l’accumulation des accessoires et le verticalisme de la coiffure donnent lieu à une surenchère et à une rivalité parmi les élégantes des cours du xive siècle. Les bijoux opèrent une remontée de la vêture vers la chevelure, qui se pare d’or, d’argent et de gemmes, L’atour est également dénoncé pour sa collusion avec les démons : au chapitre XXVIII – De celles qui ne font que jengler aux esglises –, dames, demoiselles et chevaliers s’amusent et bavardent lors d’une messe; l’ermite qui officie possède la faculté de voir, accrochés aux coiffures féminines, les démons qui leur soufflent leurs folles paroles.

Ces ennemis sailloient sur leurs cornes, sur leurs riches atours et sur leurs coin-tises, aussi comme petiz oiselez, qui saillent de branche en branche.
(XXVIII, De celles qui ne font que jengler aux esglises, p. 63)

10De même, le Chapitre XLVII – D’un evesque qui prescha sur les cointises – met en scène un évêque prêchant contre les parures inutiles et coûteuses. Il se moque lui aussi de la coiffure de l’atour, qui fait ressembler les femmes à des bêtes à cornes (p. 98). L’atour est présenté comme le siège des démons, qui incitent la femme au badinage amoureux, et progressivement à la luxure.

11Pour finir d’évoquer le ridicule de la mode, Geoffroi de la Tour Landry fait mentionner la bizarrerie des Galois et des Galoises, qui ont choisi de ne plus calquer leur mode sur les saisons, mais au contraire de se vêtir à contre-saison :

[...] le temps d’esté, ilz seroient bien vestuz et chaudement à bons manteaulx et chapperons doublés, et auraient du feu en leurs cheminées. Jà ne feist si grant chaut, ilz se gouvernoient par le temps d’esté comme l’en deust faire du fort yver en toutes choses, et en yver se gouvernoient comme l’en doit en esté, et vous diray comment. En yver, par le plus fort temps, le Galois et la Galoise ne ves-toient riens du monde que une petite cote, simple, sans penne ne sans estre lin-gée, et n’avoient point de mantel ne housse, ne chapperon doublé, fors sanglé, qui avoit une cornete longue et gresle, sans avoir chappeau, ne gans, ne moufles, pour gelée ne vent que il en feist.
(VIxxII, Cy parle des Galois et des Galoises, p. 241-242)

12Cette mode à contre-courant est l’œuvre de la déesse d’amours et de luxure (p. 241), Vénus, qui fait perdre la tête aux jeunes gens et aux jeunes filles, et ce au péril de leur santé et même de leur vie.

*

13Au delà des coiffures ridicules, Le Livre du Chevalier de la Tour Landry condamne tous les soins et les ornements de la chevelure. Le texte rapporte par exemple l’histoire d’un chevalier qui se maria trois fois, et fut trois fois veuf. Après chaque décès, le chevalier va consulter son oncle ermite, qui lui fait part de ses visions, consécutives à de longues prières. L’ermite voit la troisième épouse aux prises avec un démon :

Car il veoit appertement que un ennemy la tenoit d’une de ses griffes par les cheveux et par la tresse, comme un lion tient sa proie, si qu’elle ne povoit la teste remuer ne ça ne là [...] (LII, De la tierce femme du chevalier, p. 109)

14La défunte est punie pour ses excès de coquetterie, de maquillage et de coiffure. Le démon la tire par les cheveux, précisément par là où elle a péché. L’ange qui permet la vision en explicite le sens pour l’ermite, et précise notamment pourquoi Dieu condamne les parures et les fards superfétatoires :

Car sur toute rien il desplait au créateur, qui tout fourma, dont l’en se veult donner plus grant beaulté que nature ne luy apporte[...] Et donc pourquoy regardent-elles à la grant beauté que Dieu leur a faictes, et pourquoy mestent-elles à leur visaige ou à leurs chiefs aultre chose que Dieux leur a donné ?
(LII, De la tierce femme du chevalier, p. 110)

15En outre, consacrer trop de temps aux soins de beauté fait oublier les obligations pieuses : il est souvent question de femmes qui manquent la messe pour avoir mis trop longtemps à se préparer. Les soins excessifs accordés à la chevelure provoquent en effet l’oubli de Dieu. Le Chapitre XXXI – D’une dame qui mettoit le quart du jour à elle appareillier – en donne l’illustration. Tous les paroissiens s’indignent du temps que cette dame met à sa toilette :

« Comment ! ceste dame ne sera mais huy pignée ni mirée ? » (p. 70)

16Pour la punir, Dieu lui fait voir

  • 9 Voir également le chapitre CVIII, Cy parle du saige : Pour ce dit le saige en un prouverbe que, qua (...)

l’ennemy ou mirouer qui lui monstroit son derrière, si lait, si orrible, que la dame issy hors de son sens comme demoniacle9. (p. 70)

17Une fois encore, le texte utilise un argument religieux pour tenter de dissuader les femmes de la coquetterie, en associant le démon aux ornements et aux soins de beauté. Au xiiie siècle, dans Le Miroir des Dames, Ysambert de Saint-Léger rapporte une anecdote similaire :

  • 10 Ysambert de Saint-Léger, Le Miroir des Dames, manuscrit français 1189 de la Bibliothèque Nationale (...)

[...] Guillaume de Paris narre d’une femme à telle chose acoustumée si com à peigner et orner ses cheveulx quant elle vivoit, laquelle se apparut apres sa mort à aulcun se peignant et acoustrant, auquel elle dit et confessa que celle vaine culture luy estoit tourment intollerable et que le peigne dont elle se peignoit luy estoit si pesant qu’elle ne le povoit sostenir ne porter. Par ceste apparition le Createur voulloit monstrer com ce péché luy estoit a desplaisir, et que c’est ung grand peril quant on a trop grand studiosité à se vestir et parer10.

  • 11 Voir l’article de Marie-Thérèse d’Alverny, « Comment les théologiens et les philosophes voient la f (...)

18Celle qui accordait trop de soins à sa chevelure doit désormais porter post mortem un peigne démesurément lourd, en punition de son péché d’orgueil. L’argumentation d’Ysambert s’appuie sur saint Augustin11, dont il résume les condamnations portant sur l’excès de parures chez la femme :

  • 12 Le Miroir des dames, op. cit., p. 163.

Se farder et paindre d’aucunes chozes fainctes et inutiles, pour faire rougir la couleur, est une fallace adulterine, ce que ne doibvent les mariz souffrir à leurs femmes auxquels sont elles seullement commises. Celle supersition de liguatures de cheveulx et acoustremens est à détester, qui n’est pas excogitée pour aux hommes plaire mais servir au diable12.

  • 13 Similiter et mulieres in habitu ornato cum verecundia et sobrietate ornantes se, et non in tortis c (...)
  • 14 Quorum non sit exstrinsecus capillatura aut circumdatio auri aut indumenti vestimentorum cultus.
    « Q (...)

19Les préceptes d’éducation féminine se fondent traditionnellement sur les pères de l’Eglise ou sur la Bible, notamment sur la Première Epître à Timothée13 et la Première Epître de saint Pierre14, qui vilipendent d’une même voix la parure féminine. Ysambert les cite également :

  • 15 Le Miroir des Dames, op. cit., p. 161.

A ce propoz commande sainct Pierre en sa premiere Canonique, tiers chappitre, quant il dit que les femmes ne soyent trop eschevellées par dehors et que leurs habitz et acoustremens ne soyent environnez d’or par indecente superfluité. Disoit aussi sainct Paul à Timothée que les femmes soyent honnestement, avec honte et pudicité et sobrieté sans avoir les cheveux retortillez de pierres, gemmes et d’or reliez et tressez et robes trop precieuses15 ».

20L’ornatus de la Création constitue la parure par excellence – aucune ne peut l’égaler. La chevelure, parure naturelle de la femme, n’a donc besoin d’aucun ornement superflu: les parures de tête sont de fait une offense envers la Création divine.

*

  • 16 Etudiant les pratiques sexuelles, Jean Verdon rapporte que « tirer sur les cheveux lors de l’orgasm (...)

21Après avoir condamné les coiffures à la mode, les parures de tête, et l’ensemble des soins accordés aux cheveux, les exempla discréditent directement la chevelure féminine, invariablement et explicitement associée à la séduction luxurieuse16. Des exempla bibliques démontrent que se coiffer devant un homme s’apparente à une invite sexuelle. Le Chapitre LXXVI, Cy parle de soi pingner devant les gens, cite Bethsabée, qui séduisit le roi David avec sa chevelure :

Un autre exemple vous diray de Bersabée, la femme Uries, qui demouroit devant le palais du roy David. Si se lavoit et pingnoit à une fenestre dont le roy la povoit bien veoir ; sy avoit moult beau chief et blont. Et par cela le roy en fut tempté et la manda, et fist tant que il pecha avecques elle [...] (p. 154)

22La chevelure féminine, montrée et caressée, fonctionne comme un appel à la luxure, ce que confirme l’épisode de Suzanne et des prêtres :

Celle Susanne estoit a merveille belle dame et de saincte vie. Si avoit ij. Prestres de leur loy qui disoient leurs heures en un verger, et la bonne dame peignoit son chief, qui estoit blanche et blonde. Sy arriverent ces ij. Prestres sur elle et la virent belle et seule. Lors si furent temptez [...]
(IIIIxxXVIII, De Suzanne, la femme Joachim, p. 191)

  • 17 David et Bethsabée : Deuxième Livre de Samuel, XI, verset 2 ; Suzanne et les Prêtres, Livre de Dani (...)
  • 18 Un processus similaire est à l’œuvre pour les textes hagiographiques, dans lesquels « les faits rée (...)

23Ces deux exempla réécrivent les épisodes vétérotestamentaires en modifiant l’instrument de la séduction: dans la Bible, les deux femmes suscitent le désir masculin en prenant leur bain17 ; dans l’adaptation médiévale, c’est en se peignant les cheveux. Au cours de la réécriture, une équivalence est établie entre la chevelure et la nudité : l’ostentation de la chevelure désigne par métonymie le corps nu. Dans ces exempla, la chevelure apparaît comme une redoutable arme de séduction, utilisée par Bethsabée, « la mauvaise femme », mais dont Suzanne, « la bonne dame », a failli être victime. Le texte biblique est modifié pour se plier aux exigences de la démonstration à l’œuvre dans cet exemplum18, comme le souligne Doris Ruhe à propos de Bethsabée :

  • 19 « Pour raconter ou pour dottrine », art. cit., p. 347.

[...] l’épisode biblique de la femme d’Urias convoitée par le roi David est présenté dans Le Livre du Chevalier comme l’histoire d’une séductrice dangereuse qui expose ses attraits aux regards du roi pour l’attirer, tandis que dans la Bible, cette femme est la victime innocente de la concupiscence de David. Dans ce rôle pourtant, elle n’aurait pas pu servir d’argument dans un manuel dont un des buts manifestes était d’un côté, d’imposer aux femmes une retenue absolue en matière de sexualité et de l’autre, de leur apprendre la tolérance face aux libertés illimités que s’adjugent les hommes19.

  • 20 Sur ce personnage biblique, voir l’ouvrage d’E. Pinto-Mathieu, Marie-Madeleine dans la littérature (...)

24Dans ces épisodes, la force de séduction, voire d’attraction, des cheveux évoque le pouvoir mortifère de la chevelure de la sirène, qui coiffe ses longs cheveux blonds pour attirer les marins et causer leur perte. Le motif de la chevelure-luxure est repris et rédimé par l’épisode de Marie-Madeleine20 :

L’autre exemple est de la Magdelaine, qui espurja et nectoya ses pechiez par ses lermes, quant elle lava les piés à Jhesucrist de ses lermes et puis les essuya de ses cheveulx.
(C, Cy commence à parler des exemples du Nouvel Testament depuis que Dieu vint ou ventre de la Vierge Marie. Et premiers de la Magdelaine, p. 194)

  • 21 Et ecce mulier quae erat in civitate peccatrix, ut cognovit quod accubiusset in domo pha-risaei, at (...)
  • 22 Voir par exemple la Marie-Madeleine en bois sculpté de Gregor Erhart (vers 1510), conservée au Musé (...)

25Contrairement aux précédents, cet exemplum reprend ici fidèlement le texte biblique21. L’instrument de la séduction, par lequel la prostituée appelle à la luxure, est ici rabaissé au rang de tissu. Cette réification de la chevelure se lit comme une renonciation à l’ancien état de Marie-Madeleine. La chevelure est parallèlement purifiée par son contact avec le Sauveur. Dans l’iconographie chrétienne, Marie-Madeleine est le plus souvent représentée avec les cheveux longs et dénoués, signe d’abandon à Dieu et rappel de son ancienne vie de pécheresse22.

26L’analyse des différents chapitres où apparaît la chevelure fait affleurer in fine une condamnation sans appel de la chevelure féminine. Il convient de préciser que, si la chevelure des « mauvaises femmes » est fréquemment mentionnée et blâmée, celle des « bonnes femmes » reste dans l’ombre. La chevelure est l’objet d’une constante tension entre montrer et cacher. Tout se passe comme si la femme vertueuse ne devait pas montrer ses cheveux, mais au contraire les dérober aux regards importuns. Dans le chapitre qui relate l’histoire de Bethsabée apparaît l’unique passage définissant clairement le bon usage de la chevelure:

Sy se doit toute femme cachier et celeement soy pingner et s’atourner, ne ne se doit pas orguillir, ne monstrer, pour plaire au monde, son bel chef, ne sa gorge, ne sa poitrine, ne riens qui se doit tenir couvert. (p. 155)

27La chevelure semble appartenir exclusivement au domaine privé, elle ne doit donc pas être dévoilée en public. Dans un texte contemporain au Livre du Chevalier, Le Mesnagier de Paris, le narrateur conseille à sa jeune épouse d’avoir une coiffure discrète, plus exactement une coiffure qui cache sa chevelure :

  • 23 Le Mesnagier de Paris, texte édité par G. E. Brereton et J. M. Ferrier, traduction et notes par K. (...)

Gardez, belle seur, que voz cheveux, vostre coiffe, vostre couvrechief et vostre chapperon, et le surplus de voz atours soient bien arengeement et simplement oredonnez, et tellement que aucuns de ceulx qui vous verront ne s’en puissent rire ne moquer23.

28Parallèlement, l’auteur blâme les femmes qui se promènent nu-tête, en signe de provocation :

  • 24 Id., p. 42,1. 140-145.

[...] comme il est d’aucunes yvrongnes, foies, ou non sachans qui ne tiennent compte de leur honneur ne de l’onnesteté de leur estât ne de leurs maris, et vont les yeulx ouvers, la teste espoventablement levee comme un lion, leurs cheveux saillans hors de leurs coiffes24, [...]

29Cette condamnation s’appuie sur la première Epître aux Corinthiens, dans laquelle saint Paul édicte les règles d’usage de la chevelure lors de la prière – si l’homme doit prier tête nue, la femme doit au contraire être voilée :

  • 25 « Tout homme qui prie ou prophétise ayant/quelque chose/sur la tête, déshonore sa tête. Au contrair (...)

Omnis vir orans aut prophetans velato capite, deturpat caput suum. Omnis autem mulier orans aut prophetans non velato capite, deturpat caput suum; unum enim est ac si decalvetur. Nam si non velatur mulier, tondeatur. Si vero turpe est mulieri tonderi, aut decalvari, velet caput suum. Vir quidem non debet velare caput suum, quoniam imago et gloria Dei est ; mulier autem gloria vivri est. Non enim vir ex muliere est, sed mulier ex viro ; etenim non est creatus vir propter mulierem, sed mulier propter virum. Ideo debet mulier potestatem habere supra caput propter angelos25.

30La femme doit donc toujours cacher ses cheveux, en signe de soumission à Dieu, mais également pour marquer l’autorité maritale. Au contraire l’homme, à l’image de Dieu, arbore sa chevelure telle une parure à la gloire de son Créateur, comme l’atteste l’épisode de Samson et Dalila, réécrit dans Le Livre du Chevalier. Cet exemplum permet de mesurer le clivage entre le traitement des chevelures féminine et masculine. La chevelure de Samson est le siège de sa force :

Je vous diray un autre exemple sus le fait d’une faulce femme qui eust nom Dalida, qui fut femme Samson fortin, lequel l’amoit a merveilles, et tant qu’il ne feist pas autre chose que elle ne sceust. Et pour le grant amour que il avoit en elle, il fust sy fol que il li descouvrit que toute sa force estoit en ses cheveulx. (LXX, Cy parle de convoitise, p. 144)

  • 26 At illa dormire eumfecit super genua sua vocavitque tonsorem et fecit radere septem crines eius et (...)

31Dans le texte biblique, Samson porte sept tresses au moment où Dalila lui rase la tête26. C’est Dalila qui l’a coiffé de la sorte, pour tenter de lui ôter sa force. En effet, lorsque Dalila demande à Samson de lui révéler le secret de sa force, il énonce d’abord une série de fausses pistes, que la jeune femme suit les unes après les autres :

  • 27 « Si on me liait avec sept cordes d’arc fraîches qui n’ont pas été séchées, je deviendrai faible et (...)

« Si septem nerviceis funibus necdum siccis et adhuc humentibus ligatus fuero, deficiam eroque ut ceteri homines ».
« Si ligatus fuero novis funibus, qui numquam fuerunt in opere, infirmus ero et aliorum hominum similis ».
« Si septem crines nexos capitis mei cum licio plexueris et paxillo fixeris, deficiam eroque ut ceteri homines27 ».

32Comment interpréter les sept tresses évoquées dans la dernière fausse révélation? Si l’on considère le déroulement du texte, elles s’apparentent aux cordes, qui entravent et emprisonnent, et annoncent peut-être en creux l’emprisonnement de Samson, consécutif à la trahison de Dalila. L’interprétation reste ouverte. Toujours est-il que Le Livre du Chevalier de la Tour Landry passe sous silence ces tresses, fréquemment associées aux femmes et aux soins de beauté dans les exempla. Le héros biblique est présenté avec une chevelure naturelle – ses cheveulx –, telle que Dieu la lui a donnée, et non pervertie par les soins de la coiffure. La chevelure masculine n’est pas synonyme de parure et de luxure, comme la chevelure féminine, mais métaphorise ici le pouvoir et la force. Cependant, dans l’adaptation médiévale, la chevelure de Samson n’est pas traitée pour elle-même, mais permet d’insister sur la perfidie de Dalila, l’engin féminin qui revient comme un leitmotiv tout au long de ce texte aux accents misogynes.

*

33Traité d’éducation à l’usage des femmes, Le Livre du Chevalier de la Tour Landry se distingue du Miroir des Dames d’Ysambert de Saint-Léger, du Chastoiement des dames de Robert de Blois ou bien encore du Mesnagier de Paris par la place prépondérante qu’il accorde à la chevelure, et c’est à ce titre qu’il a suscité notre intérêt. De fait, il constitue un véritable document sur les coiffures et les modes du xive siècle. Cependant, cet ouvrage est avant tout le témoignage d’un père soucieux de l’éducation de ses filles, et de leurs bonnes mœurs. Ce Livre connut immédiatement un vif succès, ce qu’attestent les manuscrits conservés et les traductions faites à l’époque en anglais et en allemand. Geoffroi avait le projet de faire écrire un ouvrage similaire, à l’intention de ses fils, mais, dans l’état actuel de nos connaissances, il semble que ce second livre n’ait jamais vu le jour.

34Les nombreuses femmes que nous avons évoquées constituent autant de « caractères », modèles ou repoussoirs : ces portraits dépassent la dimension esthétique pour acquérir une vocation moralisante et édifiante. La chevelure est mentionnée, incidemment ou avec insistance, pour son rôle et son influence dans le comportement féminin. La mise en perspective des exempla et anecdotes dans lesquels apparaît la chevelure permet de mettre au jour l’anathème qui frappe cette parure naturelle, placée sous le joug d’interdits religieux. En filigrane de ce kaléidoscope de récits exemplaires se lit le bon usage de la chevelure féminine selon Geoffroy de la Tour Landry : progressivement proscrite du paysage social, elle doit se cantonner à l’orbe de l’intimité.

Notes

1 Le Livre du chevalier de la Tour Landry pour l’enseignement de ses filles, publié d’après les manuscrits de Paris et de Londres par Anatole de Montaiglon, Paris, Jannet, 1854.
Le lieu-dit de Latour-Landry est situé dans la partie de l’ancien Anjou, qui constitue de nos jours le département de Maine-et-Loire, voir préface de l’édition, p. vii.

2 Doris Ruhe rappelle que, « comme, suivant la communis opinio, les capacités intellectuelles des femmes sont considérées comme inférieures à celles des hommes et qu’on leur attribue, en compensation, une émotivité accrue, il n’est pas surprenant qu’on s’adresse à elles en parlant « par essemple », « Pour raconter ou pour dottrine. L’Exemplum et ses limites », dans Les Exempla médiévaux : nouvelles perspectives, études réunies par J. Berlioz et M.-A. Polo de Beaulieu, Paris, Champion, 1998 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age), p. 331-351, en particulier p. 341.

3 Par exemple, chapitre XIII : Cy parle de celle que le chevalier de La Tour laissa pour sa legière maniere, p. 28-29.

4 Danièle Alexandre-Bidon précise le sens symbolique du chapel de fleurs : « le chapel de roses blanches signifiait chasteté, celui de roses rouges amour. Ces chapels, véritables marqueurs sexuels, étaient arborés par les jeunes filles comme des indices de leurs états d’âme et de leur attente amoureuse. D’autres, constitués d’herbes jugées apaisantes, étaient au contraire portées à l’occasion de fêtes ou de rites chrétiens », « Luxe ou nécessité ? A la fin du Moyen Age, les bijoux féminins », dans Ethnologie française, tome XXII, 2, Paris, Armand Colin, 1992, p. 196-205, en particulier p. 201.

5 E. Rodhe Lundquist, La Mode et son vocabulaire. Quelques termes de la mode féminine au moyen âge suivis de leur évolution sémantique, Goteborg, Wettergren & Kerber, 1950, p. 103.

6 Manuel d’archéologie française depuis les temps mérovingiens jusqu’à la Renaissance, t. III. Le costume, Paris, 1916, p. 242.

7 M. Toussaint-Samat, Histoire technique et morale du vêtement, Paris, Bordas, 1990 (Cultures), p. 427.

8 Histoire technique et morale du vêtement, op. cit., p. 59.

9 Voir également le chapitre CVIII, Cy parle du saige : Pour ce dit le saige en un prouverbe que, quant les dames furent levées, pingnées, adournées et mirées, les croix et les processions s’en furent allées et les messes chantées. (p. 210)

10 Ysambert de Saint-Léger, Le Miroir des Dames, manuscrit français 1189 de la Bibliothèque Nationale de Paris, texte établi, avec introduction, notes et glossaire, par C. Marazza, Lecce, Millella, 1978, p. 163.

11 Voir l’article de Marie-Thérèse d’Alverny, « Comment les théologiens et les philosophes voient la femme », dans La Femme dans les civilisations des xe-xiiie siècles, Actes du colloque tenu à Poitiers les 23-25 septembre 1976, Cahiers de Civilisation Médiévale, Poitiers, Université de Poitiers, Publications du CESCM., 1977, p. 15-39.

12 Le Miroir des dames, op. cit., p. 163.

13 Similiter et mulieres in habitu ornato cum verecundia et sobrietate ornantes se, et non in tortis crinibus aut auro, margaritis vel veste pretiosa ; sed, quod decet mulieres, promit-tentes pietatem per opera bona.
« Semblablement que les femmes dans une tenue décente, se parent avec honnêteté et réserve, non pas avec une chevelure tressée, et de l’or et des perles, et des vêtements coûteux, mais comme il convient à des femmes qui professent la piété, avec de bonnes œuvres », Première Epître à Timothée, II, 9-10, La Sainte Bible, texte latin et traduction française d’après les textes originaux avec un commentaire exégétique et théologique, commencée sous la direction de L. Pirot, continuée sous la direction d’A. Clamer, Paris, Letouzey & Ané éditeurs, 1936-1956, tome XII.

14 Quorum non sit exstrinsecus capillatura aut circumdatio auri aut indumenti vestimentorum cultus.
« Que votre parure ne soit pas celle du dehors, art de tresser les cheveux, de mettre des cercles d’or ou d’ajuster les habits », Première Epître de saint Pierre, III, 3, id.

15 Le Miroir des Dames, op. cit., p. 161.

16 Etudiant les pratiques sexuelles, Jean Verdon rapporte que « tirer sur les cheveux lors de l’orgasme augmente la volupté », Le Plaisir au Moyen Age, Paris, Perrin, 1996, p. 33.

17 David et Bethsabée : Deuxième Livre de Samuel, XI, verset 2 ; Suzanne et les Prêtres, Livre de Daniel, XIII, verset 15.

18 Un processus similaire est à l’œuvre pour les textes hagiographiques, dans lesquels « les faits réels ont été orientés, amplifiés et souvent déformés par la tradition orale, avant d’entrer dans la phase définitive de la stylisation, c’est-à-dire dans les moules du récit littéraire », Le Moyen Age et la Bible, sous la direction de P. Riché et G. Lobrichon, Paris, Beauchesne, 1984, (Bible de tous les temps 4), p. 453.

19 « Pour raconter ou pour dottrine », art. cit., p. 347.

20 Sur ce personnage biblique, voir l’ouvrage d’E. Pinto-Mathieu, Marie-Madeleine dans la littérature du Moyen Age, Paris, Beauchesne, 1997.

21 Et ecce mulier quae erat in civitate peccatrix, ut cognovit quod accubiusset in domo pha-risaei, attulit alabastrum unguenti et stans retro secus pedes eius lacrimis coepit rigare pedes eius et osculabatur pedes eius et ungento ungenat.
« Survint alors une femme, qui était, au su de la ville, une pécheresse. Ayant appris qu’il était à table dans la maison du pharisien, elle avait apporté un vase d’albâtre rempli de parfum, et s’étant placée par derrière, près de ses pieds, toute en pleurs, elle se mit à lui baigner les pieds de larmes, et à les essuyer avec les cheveux de sa tête ; et elle lui baisait les pieds et les oignait de parfum ». La Sainte Bible, op.cit., Evangile de Luc, VII, 37-38.

22 Voir par exemple la Marie-Madeleine en bois sculpté de Gregor Erhart (vers 1510), conservée au Musée du Louvre à Paris. La jeune femme possède une longue et abondante chevelure qui recouvre sa nudité.

23 Le Mesnagier de Paris, texte édité par G. E. Brereton et J. M. Ferrier, traduction et notes par K. Ueltschi, Paris, Le Livre de Poche, 1994 (Lettres Gothiques), p. 42-43,1. 159-163.

24 Id., p. 42,1. 140-145.

25 « Tout homme qui prie ou prophétise ayant/quelque chose/sur la tête, déshonore sa tête. Au contraire, toute femme qui prie ou prophétise ayant la tête découverte, déshonore sa tête ; car c’est exactement comme si elle était rasée. Si, en effet, une femme ne se couvre pas, qu’elle se coupe aussi les cheveux ! Mais, s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou la tête rasée, qu’elle se couvre ! Un homme, lui, n’a pas à se couvrir la tête, étant l’image et la gloire de Dieu. Mais la femme est la gloire de l’homme. Car ce n’est pas l’homme qui est/issu/de la femme, mais la femme de l’homme. Et, en effet, l’homme n’a pas été crée à cause de la femme, mais la femme l’a été à cause de l’homme. Voilà pourquoi la femme doit avoir sur la tête/un signe/de la puissance/maritale/, à cause des anges », XI, 4-10.
La Sainte Bible, op. cit., 12 tomes, tome XI, 2e partie, Epitre aux Romains, Epitres aux Corinthiens, Epitres aux Galates.

26 At illa dormire eumfecit super genua sua vocavitque tonsorem et fecit radere septem crines eius et coepit humiliare eum : statim enim ab eo fortitudo discessit.
« Elle endormit Samson sur ses genoux et elle appela un homme qui rasa les sept tresses de sa chevelure ; alors il commença à faiblir et sa force se retira loin de lui », La Sainte Bible, op.cit., Livre de Juges, XVI, verset 19.

27 « Si on me liait avec sept cordes d’arc fraîches qui n’ont pas été séchées, je deviendrai faible et serai pareil à n’importe quel homme ».
« Si on me liait fortement avec des cordes neuves avec lesquelles n’a été fait aucun travail, je deviendrai faible et je serai pareil à n’importe quel homme ».
« Si tu tissais sept tresses de ma chevelure avec la chaîne d’un tissu et si tu les comprimais avec un peigne de tisserand, alors je deviendrai faible et je serai pareil à n’importe quel homme », id., versets 7, 11 et 13.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540