Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Le soin des cheveux et des poils : quelques pratiques cosmétiques (xiiie-xvie siècles)

Geneviève Dumas

Texte intégral

Introduction

1Le traitement des cheveux et des poils est un sujet qui n’a pas fait l’objet de beaucoup d’études en histoire de la santé. Il s’insère plus généralement dans l’histoire des pratiques hygiéniques ou cosmétiques. Deux pratiques cosmétiques relatives aux cheveux et aux poils ont attiré mon attention: la coloration des cheveux et l’épilation des poils. Deux questionnements motivent ma recherche: 1. D’où viennent ces pratiques ? 2. Etaient-elles répandues en Occident entre le xiiie et le xvie siècle? J’ai sélectionné deux sources à peu près contemporaines: Le régime du corps d’Aldebrandin de Sienne et l’Ornement des dames d’un auteur anonyme. Toutes deux datent de circa 1250. Ces documents ont le mérite d’aborder les questions hygiéniques de plein pied et dans des termes à peu près identiques.

Le régime du corps

  • 1 Pour une excellente étude du genre voir Pedro-Gil Sotres, « Los regimina sanitatis ; Nacimiento y (...)

2Le premier document est ce qu’on appelle un régime de santé. Il s’agit d’un type de littérature tout à fait médiéval bien qu’il tire ses racines des traités d’hygiène de l’antiquité. Au haut Moyen Age, il s’adresse à un individu en particulier comme en témoigne le traité Epistola ad Antiochum regem de Diocles de Caristo qui semble avoir servi de modèle au genre qui se développe en Occident au xiie siècle. En général, on passe en revue les différents aliments selon le principe galénique des « six choses non-naturelles » que sont l’air, la nutrition, le boire, le sommeil, l’exercice et les accidents de l’âme ou l’état mental. On opposait ces six choses aux fonctions du corps appelées « choses naturelles » et aux agents pathogènes appelés « choses contre-nature1 ». Dans cette optique, ce ne sont pas tous les régimes de santé qui parleront des problèmes pileux.

  • 2 Aldebrandin de Sienne : Le régime du corps, Texte français du xiiie siècle publié pour la première (...)
  • 3 Dulce Ma Gonzalez Doreste, « Notas para la creacion del vocabulario cientifico en francès : Neolog (...)
  • 4 Voir Danielle Jacquart et Marilyn Nicoud, « Les régimes de santé au xiiie siècle », in Comprendre (...)

3Un des premiers régimes médiévaux à paraître au xiiie siècle est celui d’AIdebrandin de Sienne2 (1256). Cet ouvrage est très connu puisqu’il pourrait être le premier à avoir été écrit en langue romane. Par conséquent, il a été étudié à satiété par les philologues pour qui il revêt une importance capitale. L’ouvrage n’a pas suscité le même enthousiasme chez les historiens de la médecine car il puise largement – quand il n’en copie pas de grands pans – à la littérature médicale arabe. Le mérite d’AIdebrandin semble avoir été de rendre accessible par une savante compilation les écrits hygiéniques d’autorités telles que Avicenne, Johannitius, Isaac Israeli et Razès en langue vernaculaire. Il s’agit déjà là d’un grand mérite. Outre le fait qu’il fournit les exemples les plus primitifs de traductions de termes scientifiques en langue romane3, c’est pour son apport au genre qu’il est étudié par les historiens de la médecine4.

  • 5 Françoise Fery-Hue, « Le régime du corps d’Aldebrandin de Sienne : tradition manuscrite et diffusi (...)
  • 6 Première citation à Montpellier en 1240 et à Paris circa 1230. Voir Michael McVaugh, « The Humidum (...)

4Par ailleurs, si cet ouvrage nous intéresse particulièrement, c’est d’abord qu’il fut très populaire si on en juge par le grand nombre de manuscrits par lesquels il nous est parvenu5. Ensuite, parce qu’il est le seul de son genre à inclure une partie dédiée à chaque partie du corps a capite ad pedes. Il suit en cela le livre III du Canon d’Avicenne et cette pratique sera récupérée plutôt par les traités de pratique médicale produits par les médecins universitaires des xiiie et xive siècles. A noter qu’il s’agit d’une utilisation très précoce des écrits d’Avicenne puisque ceux-ci font leur apparition dans les milieux universitaires dans la première moitié du xiiie siècle6.

L’Ornement des dames

  • 7 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, Bruxelles, Presse Universitaires de Bruxelles, 1967, p. 14.
  • 8 Voir John F. Benton, « Trotula, Women’s Problems and the Professionalization of Medicine in the Mi (...)
  • 9 Sur cette question on doit consulter l’ensemble des recherches de Monica H. Green c’est-à-dire un (...)

5L’Ornement des dames est un traité cosmétique anonyme anglo-normand daté approximativement de la deuxième moitié du xiiie siècle7. On a longtemps pensé qu’il s’agissait d’une traduction d’un ouvrage attribué à Trotula, une matronne salernitaine sur laquelle il y a eu longtemps beaucoup de controverses8. En effet, un Ornatus mulierum fait partie d’un ensemble de trois textes attribués à Dame Trote, Trota ou Trotula laquelle aurait bien vécu à Salerne au tournant du xiie siècle. Cette trilogie fut remaniée et imprimée au xvie siècle sous le titre Des maladies des femmes. Il s’avère pourtant que Trota ne serait pas l’auteur de ces textes. On lui attribue une pratica qui nous est parvenue sous deux formes abrégées et le premier texte de la trilogie semble provenir de la version complète de cette pratica9. Néanmoins, en ce qui concerne l’Ornatus mulierum, le texte est écrit par un homme lequel se réclame effectivement de Trotula et plus généralement des « femmes salernitaines ».

  • 10 La référence spécifique à ces trois autorités est presque identique à un passage du premier texte (...)
  • 11 Les premiers manuscrits qui unissent les trois textes de Trotula dateraient du premier quart du xi (...)
  • 12 On y verra encore ici l’influence précoce d’Avicenne.

6Du reste, l’œuvre anglo-normande éditée par Pierre Ruelle en 1967 semble bien être unique et écrite par un praticien anonyme du xiiie siècle. Ses sources avouées sont: Trotula à qui il attribue bon nombre de recettes, une Sarrasine de Messine qui est, elle aussi, mise régulièrement à contribution. Ensuite on trouve, comme il se doit, les autorités médicales que sont Galien, Hippocrate et le traducteur Constantin l’Africain10. Une étude approfondie des sources du savoir de cet anonyme montre qu’au contraire d’Aldebrandin qui collige des grandes parties de textes existants, l’auteur de l’Ornement des dames, bien qu’il se réclame constamment de ses maîtres, n’y puise qu’avec parcimonie. Il y a donc une grande part du propos qui provient soit de la pratique soit de sources non avouées et non repertoriées. Mais en ce qui concerne les recettes que j’ai étudiées, nous verrons que l’auteur est très près de l’Ornatus mulierum de Dame Trote et ce, même si les deux œuvres sont à peu près contemporaines11. Par ailleurs, les deux textes ont aussi en commun de procéder avec méthode de la tête aux pieds12.

7Le régime du corps d’Aldebrandin de Sienne et l’Ornement des dames sont les deux textes qui servent de point de départ à mon examen des pratiques cosmétiques de la coloration des cheveux et de l’épilation de poils.

La coloration des cheveux

  • 13 Agnolo de Firenzuola, Dialogo delle bellezze delle donne, 1548. J’utilise la traduction anglaise d (...)

Les cheveux de la femme doivent être déliés et blonds, tantôt semblables à or, tantôt à miel, puis reluisant comme les rayons d’un clair soleil, crêpés, épais et longs... épars en longues ondes et voltigeant sur les épaules13.

  • 14 Yvonne Kniebieler, La beauté pourquoi faire ?, Paris, Temps Actuels, 1982, p. 66. Fenja Gunn, The (...)

8Bien que cette citation d’Agnolo de Firenzuola date du xvie siècle, elle illustre bien l’attachement médiéval pour les cheveux blonds et brosse un portrait de la perfection esthétique de l’époque. A n’en pas douter, il s’agissait là d’un canon de beauté14. Or, toutes les femmes ne naissent pas blondes. A cette déception il existe une alternative, celle de se teindre les cheveux. Le régime du corps d’Aldebrandin suggère les fleurs de genêts pour y arriver:

  • 15 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 87. Se vous volés les caviaus faire biaus et gaunes, (...)

Si vous voulez avoir les cheveux beaux et jaunes, prenez des fleurs de genêts... et les faire cuire en lessive et faites en laver votre tête15.

  • 16 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, p. 43. Ici, l’auteur a sans doute mal compris le passage de T (...)
  • 17 On retrouve ce recours à l’alun pour fixer les teintures capillaires dans Avicenne, Canon, livre I (...)

9L’Ornement des Dames propose plusieurs recettes pour rendre les cheveux blonds. Une première recette suggère de prendre des lézards verts, leur enlever la queue et la tête, les faire cuire dans l’huile et s’en oindre la tête16. Une autre recette dite « de la Sarrasine » propose de laver la tête avec du savon cuit avec du safran. Ensuite on lave la tête avec de l’eau dans laquelle de l’alun a été dissout par ébullition et on couvre les cheveux pour toute la nuit. On peut voir dans cette recette un certain nombre de fondements intéressants. Premièrement, le safran étant une substance très colorante, elle pouvait certainement déteindre sur les cheveux. Mais, la recette ajoute de laver la tête avec de l’eau d’alun. C’est que l’alun était utilisé dans les métiers textiles pour fixer les teintures. On pense donc qu’il aura le même effet sur le cuir chevelu. Pour s’en assurer, on suggère de laisser le mélange agir toute la nuit17.

  • 18 Tout dépendant de la concentration du safran, on peut obtenir des couleurs allant du jaune au oran (...)

10Aldebrandin, pour sa part, propose le safran pour teindre les cheveux roux18. La couleur rousse, bien que moins louangée par les auteurs et les poètes, semble avoir été prisée. Nos sources proposent aussi de nombreuses recettes pour rendre les cheveux rouges. C’était une couleur plus facile à atteindre et qui frappe beaucoup. On retrouve parmi les ingrédients, la garance, le sang-dragon et la lie de vin.

11La dernière alternative est la coloration des cheveux en noir. Une recette attribuée à la matronne Trotula dans l’Ornement des dames se lit comme suit :

  • 19 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, p. 45. Jeo vi Trote teindre les chevouz issi ele prist ruil d (...)

Je vis Trote teindre les cheveux comme ceci. Elle prit de la rouille de fer, des noix de galles, du brou de noix et de l’alun et elle les fit bouillir dans du vinaigre. Ensuite elle passa la décoction et lava la tête avec de l’eau, puis avec le vinaigre recueilli. Elle couvrit bien les cheveux d’une guimpe durant deux jours et deux nuits. Et après cela, ils étaient d’un brun tirant sur le noir19.

  • 20 Avicenne, Canon, livre IV, fen VII, traité I, chapitre 19. L’écorce de noix est mentionnée dans pl (...)

12Aldebrandin propose aussi l’écorce de noix, à l’instar d’Avicenne20:

  • 21 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 88. Se vous les volés faire noirs, prendés achacie e (...)

Si vous les voulez noirs, prenez de l’acacia et de l’écorce de noix vertes et détrempez les dans du vinaigre et oignez-en la tête... ou encore le henné et la noix de galles détrempés dans l’huile d’olive noircit les cheveux21.

  • 22 Sulfure naturel d’arsenic.

13Dans la citation ci-dessus d’Agnolo Firenzuola, on soulignait l’idéale couleur blonde des cheveux mais aussi fallait-il qu’ils soient crêpés et épais. Dans ce cas, Aldebrandin utilise l’orpiment22.

  • 23 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 87... et encore prendre orpiment et faites pourre et (...)

Et encore prenez de l’orpiment, faites-en une poudre et mélangez avec de l’huile d’olive et oignez les cheveux. Cela rend les cheveux crêpés et épais23.

  • 24 Voir John Riddle, « Theory and Practice in Medieval Medicine », Viator, vol. 5, 1974, p. 157-184.
  • 25 Dans le cas des colorations d’Avicenne, Canon, livre IV, fen VII, traité I, chapitres 19, 20 et 21

14Dans les deux documents que nous utilisons, la coloration des cheveux donne lieu à plusieurs recettes, elle semble aller de soi et être pratique courante. Par contre, il faut se garder d’en conclure d’emblée que c’était le cas. Beaucoup de recettes de médicaments peuplent les recep-taires et n’étaient parfois jamais compilées24. Nous l’avons mentionné plus haut, Aldebrandin se base presqu’exclusivement sur des sources arabes25. Pour ce qui est de l’Ornement des dames, l’auteur se réclame constamment d’une Sarrasine de Messine et de Trotula de Salerne. Il convient donc de voir si la pratique de la coloration des cheveux existait depuis longtemps et d’où elle était sucecptible d’être héritée.

  • 26 Sur les cosmétiques dans l’ancienne Grèce, voir Bernard Grillet, Les femmes et les fards dans l’An (...)
  • 27 Jacques Pinset et Yvonne Deslandres, Histoire des soins de beauté, p. 29.
  • 28 Ovide, Les amours, texte établi et traduit par Henri Bornecque, Paris, Belles-Lettres, 1968, I-XIV (...)

15Les premiers documents qui nous parlent de la coloration des cheveux sont égyptiens. C’est là qu’on y trouve les premières références au henné qui est encore utilisé aujourd’hui dans les régions méditerranéennes et orientales pour colorer les cheveux. Chez les Grecques, l’idéal de santé physique n’empêche pas les femmes de se farder même à l’époque classique mais il y a peu de source pour nous parler des cheveux26. La mode de leur coloration semble revenir en force à Rome, où les soins de beauté atteignent un raffinement et une complexité notoire. Laissons de côté les poudres et les fards dont les femmes romaines font usage, et concentrons-nous sur leurs préoccupations capillaires. Les bustes conservés de la période du haut empire montrent bien les coiffures élaborées dont les satiristes se sont gausés. Mais, la femme romaine s’adonne aussi à la coloration capillaire à ses risques et périls. La composition tinctoriale la plus utilisée pour décolorer les cheveux était le « sapo » de Mayence. Il ne s’agit pas d’un savon mais d’un mélange de suif de chèvre et de cendre de hêtre qui comportait des risques pour la peau27. Ovide à qui on doit entre autres un petit Traité des produits de beauté à l’usage des femmes reproche à sa maîtresse de trop se teindre les cheveux : « Je te le disais bien, cesse de te teindre les cheveux, de chevelure à teindre, voici désormais que tu n’en a plus28 ».

  • 29 Galien, Opera omnia, édition de K.G. Kühn, Hildesheim, 1965, XII, p. 434, appendice II/XIX. Sur ce (...)

16Galien distingue bien l’art de la toilette ou cosmétique et l’art du maquillage ou commotique. La médecine ne s’intéresse qu’à la première29. C’est pourquoi la cosmétique relève de l’ars ornatrix et le maquillage ou artifice de l’ars fucatrix. L’art de l’ornement est toujours inoffensif mais l’art du fard qui sert à réparer ou à camouffler les défauts esthétiques peut être parfois toxique. Certaines teintures entraient visiblement dans cette catégorie.

  • 30 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 87... et encore, safrans, alcanne cuit en lessive fa (...)
  • 31 On le retrouve généralement sous le vocable « alcanne ». Voir à ce sujet Lucie Bolens, « Henné et (...)

17Pour ce qui est des pratiques de coloration en vogue dans le monde arabe, le henné en était la substance la plus importante. Bien que l’Ornement des dames n’en parle pas, Aldebrandin le mentionne deux fois : pour rendre les cheveux roux et pour rendre les cheveux noirs30. Il en existe de nombreuses références dans le Canon d’Avicenne31.

18Il y avait donc tout un passé de coloration capillaire avant le bas Moyen Age sur laquelle s’établissait les recommandations des auteurs. Malheureusement, l’iconographie médiévale ne nous a pas laissé beaucoup de traces de ces cas de teintures. Il est difficile de savoir quelles catégories de femmes s’y adonnaient et probablement que les paysannes n’y avaient pas accès. N’empêche qu’au xvie siècle de nombreuses sources nous parlent de la coloration des cheveux, il ne s’agit sans doute pas d’une redécouverte mais bien d’une continuité de pratique que l’art médiéval dans sa rigueur thématique n’a pas choisi de représenter.

Les pratiques dépilatoires

19Dans les deux documents utilisés, on retrouve une autre pratique cosmétique, celle de l’épilation des poils. Non seulement est-il suggéré des façons de les faire disparaître mais on propose aussi de les éliminer de façon permanente. Dans tous les cas, il s’agit principalement des poils pubiens. Là encore, il importera de voir si ces pratiques sont anciennes et si elle étaient véritablement préconisées au bas Moyen Age.

20Les deux auteurs proposent en substance une même première recette. Voici d’abord celle d’Aldebrandin :

  • 32 Ibid... si vous aprenderons comment vous les porrés oster du poinil et des autres lius où ils sont (...)

Je vous apprendrez comment ôter les poils du pénil et autres lieux où ils sont, prenez quatre parties de bonne chaux vive et deux parties d’orpiment, broyez les subtilement et lorsqu’ils seront bien mélangés, laissez demeurer le tout pendant deux jours. Puis allez vous baigner aux étuves et faites-vous bien laver et mettez l’onguent sur les poils et ils tomberont de suite. Si vous voulez encore mieux prenez deux parties de chaux et une d’arsenic citrin et faites les cuire jusqu’à ce qu’y mettant une plume elle pèle et après mettez y un peu de cire et faites un onguent32.

21L’Ornement des dames propose un onguent des dames de Salerne et avertit ses lecteurs de ne pas laisser cette mixture trop longtemps sur la peau de peur qu’elle ne l’écorche :

  • 33 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, p. 46. Les dames de Salerne funt un unguent que eles apelent (...)

Les dames de Salerne font un onguent qu’elles appellent « silotre », au moyen duquel elles font disparaître les poils et les cheveux, où que ce soit. Elles prennent une demi-écuelle de chaux vive, bien sèche, bien propre et tamisée dans une étoffe ou dans un sac. Elles mettent cette chaux dans un récipient plein d’eau bouillante et remuent le mélange. Quand elles veulent savoir s’il est bien à point, elles y mettent une aile d’oiseau, et si les plumes tombent de l’aile, c’est qu’il bien à point. Alors, elles l’étendent avec leur main, tout chaud, sur les poils, puis l’essuient. Vous pouvez procéder de même, mais gardez-vous de laisser l’onguent trop longtemps, car il écorcherait la peau33.

22Contre les écorchures, Aldebrandin suggère d’oindre la partie épilée d’huile rosat ou violat mêlée de jaunes d’œuf ou de graisse de porc parce que « ces coses (les dépilatoires) font cuire et ardoir là dont li poil chient ». Dans l’Ornement des dames, une autre recette ressemble davantage aux techniques dépilatoires actuelles. Il s’agit de prendre cinq parties de colophane et une de cire que l’on fait fondre dans un pot de terre et qu’on étale ensuite sur une toile de lin. Dès que l’on est capable de supporter la chaleur on l’applique sur les poils et ensuite, on tire.

23Examinons d’abord les deux premières prescriptions. Il est possible d’en dégager quelques principes constitutifs. Premièrement, signalons que les deux substances actives sont la chaux vive et l’orpiment et/ou l’arsenic. Il est nécessaire de broyer ces ingrédients finement et même de les tamiser. Ensuite, le mélange est reconnu comme étant nocif pour la peau dans le sens qu’il peut l’écorcher. Puis, notons le nom de « silotre » mentionné dans l’Ornement des dames. Silotre est la version romanisée de « psilotrum » terme latin signifiant dépilatoire et utilisé dans la traduction latine d’Avicenne. Notons aussi la même référence à une plume d’oiseau pour vérifier que la mixture est prête. Enfin, soulignons la mention de l’huile rosat et violat ainsi que la graisse de porc pour calmer les brûlures causées par l’épilation.

  • 34 Avicenne, Canon, livre IV, fen VII, traité II, chapitre 7. On retrouve la chaux et l’arsenic en pr (...)

24D’emblée, il faut voir que tous ces éléments se retrouvent dans Avicenne: l’utilisation de la chaux et de l’arsenic comme substances dépilatoires, la nécessité de tamiser les ingrédients, la mise en garde contre réchauffement et les écorchures, l’utilisation de la plume pour vérifier la mixture et les recettes de lénifiants post-dépilatoires34. Il semble bien qu’il s’agisse là de l’essentiel d’une recette qui est très répandue. En effet, on retrouve presque la même dans l’Ornatus mulierum de Trotula :

  • 35 Monica H. Green, The Trotula, p. 167. Ut mulier suavissima et pianissima fiat et sine pillis a cap (...)

Pour qu’une femme deviennent douce et sans poils de la tête aux pieds, d’abord elle doit aller aux bains... ensuite elle doit s’enduire partout de ce dépilatoire (psilotro) fait de chaux vive bien tamisée. En prendre trois onces dans une patelle et cuire comme un gruau. Ensuite prenez une once d’orpiment et cuire encore. Puis, testez avec une plume pour vérifier qu’il est bien cuit. Gardez-vous de le trop cuire ou de le laisser trop longtemps sur la peau parce qu’il réchaufferait35.

  • 36 Ibid., p. 3, p. 207, n. 6.

25On aura remarqué la similitude de cet extrait avec les deux autres ci-haut. En effet, il semble en faire la synthèse, comme si une recette plus ancienne avait servi de base. Il s’agit peut-être d’Avicenne mais dans son cas tous les éléments sont épars sur plusieurs longs paragraphes. Quelqu’un, quelque part, a pu faire une première synthèse qui a circulé et a été récupérée, à la fois par l’auteur de l’Ornement des dames, l’auteur de l’Ornatus mulierum et Aldebrandin de Sienne dans les trois cas aux alentours de 1250. Le plus ancien de ces textes est l’Ornatus mulierum attribué à Trotula et considéré à juste titre comme un des premiers du genre36. S’il constitue la base de cette recette, cela indiquerait que sa popularité était déjà palpable au milieu du xiiie siècle.

  • 37 Lucie Bolens, « Les parfums et la beauté en Andalousie médiévale (xie-xiiie siècles) », L’Andalous (...)
  • 38 Sur les multiples facettes des étuves médiévales voir Georges Vigarello, Le propre et le sale, L’h (...)
  • 39 Cartulaire de Montpellier, BnF, ms. Français 11795, f° 177 sq.
  • 40 Cité dans Pierre Darmon, Mythologie de la femme dans l’ancienne France, xvie-xviiie siècle, Paris, (...)

26Indépendamment de cela qu’en était-il de ces pratiques dépilatoires ? Etaient-elles effectivement utilisées par les femmes occidentales du xiiie siècle. On sait que l’épilation du corps et celle des parties génitales fait partie du rituel du hammam que l’on retrouve dans le Moyen-Orient médiéval. Après les bains, la sudation, l’exfoliation et le déjeuner venaient la teinture au henné et ensuite l’épilation presque totale du corps37. Nul doute que les croisades ont pu favoriser l’apparition de ces pratiques dans les contrées septentrionnales. Encore faut-il voir comment elles s’y sont insérées. Si l’épilation du poil pouvait se faire par onguent, il semble que l’Occident lui ait privilégié la technique au rasoir ou à la pince. En effet, il appert que les barbiers occidentaux ont été ceux qui héritèrent de la tâche délicate d’éliminer les poils. Souvent présents dans les étuves, ils étaient en mesure d’y assurer un service38. Cela pourrait expliquer le grand nombre de femmes barbières à travers le royaume. A Montpellier, dans les statuts des barbiers de 1232, les femmes comme les hommes rasent39. C’est ce que l’on appelait « faire le poil » c’est-à-dire raser ou encore arracher à la pince les poils des parties honteuses des deux sexes. Cette technique pourrait ne s’être généralisée que bien plus tard. Au xvie siècle, une anecdote amusante de Béroald de Verville montre que la pratique s’est bien répandue. L’histoire implique la femme d’un avocat un peu chiche. Il ne lui aurait pas donné assez d’argent pour se faire épiler chez le barbier. Lors des ébats amoureux, il s’étonna que sa femme n’ait été rasée que d’un côté. « Voilà dit-elle, mon amy, on ne m’a fait la besogne que pour mon argent40 ! ».

  • 41 Jacques Pinset et Yvonne Deslandres, Histoire des soins de beauté, p. 28.

27Si les barbiers ont récupéré la tonte, elle devait s’adresser principalement aux bourgeoises des villes. Les femmes de petite condition pouvaient toujours se rabattre sur les onguents dépilatoires dont l’existence est attestée dès l’Egypte et la Grèce41. Nous avons vu nombre de recettes à base d’arsenic et de chaux relativement faciles à faire.

  • 42 Danielle Jacquart et Claude Thomasset, Sexualité et savoir médical au Moyen Age, Paris, PUF, 1985, (...)

28Que peut-on dire de l’existence de ces pratiques cosmétiques dans le Moyen Age occidental ? Il est probable que la coloration et l’épilation aient été usitées au haut Moyen Age. Les deux pratiques proviennent du Moyen-Orient. En ce qui concerne la coloration, les influences romaine ou gauloise ont pu jouer mais elles sont souvent passées par les traités orientaux. En ce qui concerne l’épilation, il s’agit là d’une pratique à la fois cosmétique et hygiénique faisant partie du rituel des bains orientaux. La vague de traductions scientifiques du xiie siècle – qui a permis à Aldebrandin de compiler son œuvre et à l’auteur de l’Ornement des dames de s’en inspirer – a donné accès aux femmes occidentales à ces techniques ornementales et sanitaires. Il est bien difficile de savoir si elles s’en sont prévalues avec beaucoup d’assiduité. Dans les deux cas, l’ambiance cléricale et ascétique du Moyen Age en ont probablement empêché la représentation iconographique ou même les mentions textuelles. Au xve siècle, on remarque déjà plus de témoignages en ce sens. Mais comment savoir si cela est dû à une redécouverte des pratiques cosmétiques ou à une ambiance plus permissive face aux artifices du corps, peut-être à cet « érotisme retrouvé » dont parlent Danielle Jacquart et Claude Thomasset42. Enfin, des facteurs tel que l’urbanisation, la montée de la classe marchande, le commerce des épices et la graduelle médicalisation de la société ont pu favoriser l’application de ces techniques à l’ensemble des populations médiévales aux xive et xve siècles.

Notes

1 Pour une excellente étude du genre voir Pedro-Gil Sotres, « Los regimina sanitatis ; Nacimiento y desarrollo de los Regimina sanitatis », chap. II de Arnaldi de Villanova Opera Omnia, X. 1 Regimen sanitatis ad regem Aragonum, édition de Luis Garica-Ballester et Michael McVaugh, Barcelone, 1996, p. 512-568. On en trouvera une version abrégée dans Pedro-Gil Sotres, « Les régimes de santé », in Histoire de la pensée médicale en Occident, dir. Mirko Grmek, Paris, Seuil, p. 257-281. Je n’ai malheureusement pas pu consulter la thèse de Marylin Nicoud sur les régimes de santé du xiiie siècle. Sur l’hygiène en général, consulter Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, Paris, Seuil, 1985, aussi Richard Palmer, « Health, Hygiene and Longevity in Medieval and Renaissance Europe », in History of Hygiene : Proceedings of the 12th International Symposium on the Comparative History of Medicine- East and West, 30 août-6 spetembre 1987, Susonoshi, Shizuoka, Japon, 1991, p. 75-99.

2 Aldebrandin de Sienne : Le régime du corps, Texte français du xiiie siècle publié pour la première fois d’après les manuscrits de la bibliothèque Nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal par Louis Landouzy et Roger Pépin, Paris, 1911.

3 Dulce Ma Gonzalez Doreste, « Notas para la creacion del vocabulario cientifico en francès : Neologismos in Le régime du corps de Aldebrnadin de Siena », Le Moyen Français, vol. 35, 1996, p. 183-203.

4 Voir Danielle Jacquart et Marilyn Nicoud, « Les régimes de santé au xiiie siècle », in Comprendre le xiiie siècle, Etudes offertes à Marie-Thérèse Lorcin, sous la direction de Pierre Guichard et Danièle Alexandre-Bidon, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995, p. 201-214.

5 Françoise Fery-Hue, « Le régime du corps d’Aldebrandin de Sienne : tradition manuscrite et diffusion, in Actes du 110e congrès national des sociétés savantes, Montpellier, t. 1, 1985, p. 113-134. Il existe 65 manuscrits du traité d’Aldebrandin sans compter les traductions flamandes, catalanes et italiennes ainsi que les nombreux extraits retrouvés dans les compilations. Voir aussi Michel Balard, « Importation des épices et fonctions cosmétiques des drogues », in Les soins de beauté, Actes du Colloque International de Grasse, 1985, dir. Denis Menjot, Université de Nice, 1987, que je n’ai pu consulter.

6 Première citation à Montpellier en 1240 et à Paris circa 1230. Voir Michael McVaugh, « The Humidum Radicale in Thirteenth Century Medicine », Traditio, vol. 30, 1974, p. 259-283 et Danielle Jacquart, « La réception du Canon d’Avicenne : comparaison entre Montpellier et Paris aux xiiie et xive siècles », Actes du 110e congrès national des sociétés savantes, Montpellier, 1985, t. II, p. 69-77.

7 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, Bruxelles, Presse Universitaires de Bruxelles, 1967, p. 14.

8 Voir John F. Benton, « Trotula, Women’s Problems and the Professionalization of Medicine in the Middle Ages », Bulletin of the History of Medicine, vol. 59, n. 1, 1985, p. 30-53.

9 Sur cette question on doit consulter l’ensemble des recherches de Monica H. Green c’est-à-dire un premier article dans la Revue d’histoire des textes : « The Development of the Trotula », vol. 26, 1996, p. 119-23, deux articles publiées dans la revue Scriptorium : «A Handlist of Latin and Vernacular Manuscripts of the So-called Trotula Texts. Part 1 : The Latin Manuscripts », vol. 50, 1996, p. 137-75, et « Part 2 : The Vernacular Translations and Latin Re-Writings », vol. 51, 1997, p. 80-104, l’appendice de Women’s Healthcare in the Medieval West: Texts and Contexts, Aldershot, Ashgate, 2000 (dans lequel on trouvera une réédition des textes précédents), enfin The Trotula A Medieval Compendium of Women’s Medicine, édition et traduction de Monica H. Green, Philapdelphia, University of Pennsylvania, 2001.

10 La référence spécifique à ces trois autorités est presque identique à un passage du premier texte trotulien. John F. Benton, « Trotula, Women’s Problems... », p. 32 n. 5, Monica H. Green, The Trotula, p. 71-72, p. 231, n. 2. Ce qui suggère que l’auteur de l’Ornement des dames a pu avoir accès à la trilogie et non uniquement à l’Ornatus mulierum.

11 Les premiers manuscrits qui unissent les trois textes de Trotula dateraient du premier quart du xiiie siècle, alors que l’Ornement des dames aurait été écrit au plus tard au milieu du xiiie siècle.

12 On y verra encore ici l’influence précoce d’Avicenne.

13 Agnolo de Firenzuola, Dialogo delle bellezze delle donne, 1548. J’utilise la traduction anglaise de Caria Bell, Londres, 1892.

14 Yvonne Kniebieler, La beauté pourquoi faire ?, Paris, Temps Actuels, 1982, p. 66. Fenja Gunn, The Artificial Face, A History of Cosmetics, David and Charles : Newton Abbot, Londres, 1973, p. 65. Par ailleurs, on verrait apparaître le fétichisme pour la femme blonde dans la société grecque. Jacques Pinset et Yvonne Deslandres, Histoire des soins de beauté, puf, Que sais-je, 1960, p. 29. Les cheveux blonds ne sont pas uniquement l’apanage désiré des femmes mais aussi des jeunes hommes dans la poésie hébraïque et musulmane autant que chez les Grecs. Voir Norman Roth, « Fawn of my Delights : Boy-Love in Herbrew and Arabic Verse » in Sex in the Middle Ages, a Book of Essays, dir. Joyce E. Salisbury, New York, Garland Publishing, 1991, p. 157-172.

15 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 87. Se vous volés les caviaus faire biaus et gaunes, si prendés fleurs de genieste... et les faire cuire en lessive et le coulés, et en faites vo tieste laver.

16 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, p. 43. Ici, l’auteur a sans doute mal compris le passage de Trotula qui utilise la même recette mais pour rendre les cheveux noirs. Monica H. Green, The Trotula, p. 171.

17 On retrouve ce recours à l’alun pour fixer les teintures capillaires dans Avicenne, Canon, livre IV, fen VII, traité II, chapitre 19. Avicenne consacre quelques pages aux recettes cosmétiques au livre IV, fen VII, traité IV mais aucune des recettes que j’utilise dans cette étude ne se trouve à ce chapitre. Elles proviennent toutes de fen VII, traité I qui traite spécifiquement des problèmes capillaires.

18 Tout dépendant de la concentration du safran, on peut obtenir des couleurs allant du jaune au orange presque rouge. Je remercie Claire Kappler pour cette observation.

19 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, p. 45. Jeo vi Trote teindre les chevouz issi ele prist ruil de fer et galles et de l’escorche de nugeuges et alum et bulli en eisil et puis cola et lava la teste de eve et puis de cel eisil et lia bien les chevouxz d’une guimple dous jurs et douz nuiz et pois esteint les chevouz neirés.

20 Avicenne, Canon, livre IV, fen VII, traité I, chapitre 19. L’écorce de noix est mentionnée dans plusieurs recettes et elle est aussi reconnue pour ses facultés tincoriales : Et scias que ordeum combustum aut cortices fabarum aur cortices granatorum sunt de summa eorum que intrant in tincturis introitu : alcanne et similiter cortices nucis.

21 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 88. Se vous les volés faire noirs, prendés achacie et escorce de nois vers, et les destrempés en vin aigre, et oignés la tête... encore, alcanne et gales destrempés en oile d’olive en nourrist les chaviaus.

22 Sulfure naturel d’arsenic.

23 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 87... et encore prendre orpiment et faites pourre et mellés à oile d’olive et oignés les caviaus : che fait les caviaus crespés et espès...

24 Voir John Riddle, « Theory and Practice in Medieval Medicine », Viator, vol. 5, 1974, p. 157-184.

25 Dans le cas des colorations d’Avicenne, Canon, livre IV, fen VII, traité I, chapitres 19, 20 et 21.

26 Sur les cosmétiques dans l’ancienne Grèce, voir Bernard Grillet, Les femmes et les fards dans l’Antiquité grecque, Lyon, Centre Nationale de la recherche scientifique, 1975.

27 Jacques Pinset et Yvonne Deslandres, Histoire des soins de beauté, p. 29.

28 Ovide, Les amours, texte établi et traduit par Henri Bornecque, Paris, Belles-Lettres, 1968, I-XIV, p. 35. Ovide mentionne aussi qu’elle devra se résoudre à porter une perruque de cheveux gaulois. Les femmes gauloises fournissaient leurs cheveux à la fabrication des perruques romaines. Elles avaient aussi la réputation de pâlir leurs cheveux avec des teintures. Fenja Gunn, The Artificial Face, p. 42-43. Certaines recettes de coloration capillaire ont pu être issues de cette tradition gauloise.

29 Galien, Opera omnia, édition de K.G. Kühn, Hildesheim, 1965, XII, p. 434, appendice II/XIX. Sur cette distinction voir aussi Bernard Grillet, Les femmes et les fards dans l’Antiquité grecque, p. 15-18.

30 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, p. 87... et encore, safrans, alcanne cuit en lessive fait les caviaus rouges. Voir note 10.

31 On le retrouve généralement sous le vocable « alcanne ». Voir à ce sujet Lucie Bolens, « Henné et kohl : le corps peint du rituel nuptial chez les Hispano-Arabes du Moyen Age » in L’Andalousie, du quotidien au sacré, xie-xiiie siècles, Hampshire-Vermont, Variorum Reprints, 1990, XII, p. 63-73, annexe 1, p. 74. Par ailleurs, la traduction du terme a posé de nombreux problèmes et plusieurs identifications contradictoires. Voir la notice explicative de Lucien Leclerc dans Ibn Al-Baytar: Traité des simples, traduction de Lucien Leclerc, Notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque nationale, t. 23, Paris, Imprimerie nationale, 1877, réédition de l’Institut du monde arabe, t. I, p. 471.

32 Ibid... si vous aprenderons comment vous les porrés oster du poinil et des autres lius où ils sont: prendés iiii parties de boinne chauc vive et ii parties d’orpiument, et les broiés sou-tiument, et metés desus tant qu’ele soit mellee ensamble, et laissiés demourer ensemble ii jors, et alés estuver, et vous faits bien estuver et oignés là où li poil seront, et il cheront maintenant. Et si vous le volés faire plus avenaument, prendés cauch ii parties, et arsenic citrin i partie, si les faites cuire tant ke quant vous i metés i plume qu’ele poile, et apriès metés i pau de cire et faites oignement.

33 Pierre Ruelle, L’Ornement des dames, p. 46. Les dames de Salerne funt un unguent que eles apelent « silotre » et de ceo ostent peilz et chevouz par tut. Eles pernent chausz vif un eve ne seit jeté sure demi escquele, bien net et passé parmi un drap u parmi unc sac et metent le en un plein pot de eve bulliante et movent et quant eles volent saver s’il est bien quit, metent enz une penne et, si la plume chet de la penne, dunc est bien quit et dounc le metent od lur main tu chaud sur le peil et tardent en veie. Autresi poez faire, mes guardez que le unguent i demure lunguement kar il escorchereit le quir.

34 Avicenne, Canon, livre IV, fen VII, traité II, chapitre 7. On retrouve la chaux et l’arsenic en premier lieu et à plusieurs reprises. Voir aussi, René Dagorn, « Un traité de coquetterie féminine du Haut Moyen Age », Revue des études islamiques, XLII, fasc. 1, 1974, p. 163-181. On trouve dans ce petit traité maghrébin du xe siècle plusieurs recettes dépilatoires où on utilise l’arsenic rouge surtout pour empêcher les poils de repousser. Les dépilatoires andalous utilisait aussi la chaux vive. Lucie Bolens, « Les parfums et la beauté en Andalousie médiévale (xie-xiiie siècles) », L’Andalousie..., XIV, p. 157-58, 164.

35 Monica H. Green, The Trotula, p. 167. Ut mulier suavissima et pianissima fiat et sine pillis a capite inferius, imprimis eat ad balnea... postea etiam ungat se totam hoc psilotro, quod recipit calcem vivam et bene cribellatam et pone in vase figuli uncias iii et decoque in modum pultis. Post accipe auripigmentum unciam i et iterum coque, et proba cum penna si sit satis coctum. Cave autem ne nimis coquantur et ne nimis super cutem moretur, quia maximum ardorem facit.

36 Ibid., p. 3, p. 207, n. 6.

37 Lucie Bolens, « Les parfums et la beauté en Andalousie médiévale (xie-xiiie siècles) », L’Andalousie..., XIV, p. 157

38 Sur les multiples facettes des étuves médiévales voir Georges Vigarello, Le propre et le sale, L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, première partie, chapitres 2-3 et Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988, p. 22-23.

39 Cartulaire de Montpellier, BnF, ms. Français 11795, f° 177 sq.

40 Cité dans Pierre Darmon, Mythologie de la femme dans l’ancienne France, xvie-xviiie siècle, Paris, Seuil, 1981, p. 84. On y cite aussi un poème dédié aux barbiers : « Povres barbiers... vous en irez besongner chauldement, en quelque étuve, et là, gaillardement, tondre maujoint ou raser priapus, povres barbiers ».

41 Jacques Pinset et Yvonne Deslandres, Histoire des soins de beauté, p. 28.

42 Danielle Jacquart et Claude Thomasset, Sexualité et savoir médical au Moyen Age, Paris, PUF, 1985, p. 179 : « L’érotisme retrouvé » fait ici référence à l’influence positive d’Avicenne sur les visions occidentales de la sexualité et le rôle de celle-ci dans l’équilibre sanitaire humain.

Auteur

Université de Sherbrooke, Canada

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540