Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

La coiffure comme marque d’identité

Annie Cazenave

Texte intégral

  • 1 François Garnier, La Symbolique des gestes au Moyen Age, 2 t., Paris, 1982.

1Joie, douleur, tristesse, regrets, jeunesse, vieillesse, lorsque l’image ne se contente pas d’illustrer mais signifie, elle doit, pour être comprise, utiliser un code. Car la mise en image schématise. Par les gestes, par les attributs des personnages et par l’emploi signifiant de la couleur, elle fait appel à la mémoire culturelle qui grâce à eux permet d’identifier. A la fois partie du corps et parure, atour du visage, qu’elle embellit, la chevelure entre-t-elle dans ce système de signes intuitivement saisi ? Peut-elle même parvenir à exprimer la vérité de l’être1 ?

  • 2 Dans les fioritures de la marge une petite Pietà rappelle la douleur de la mère devant son fils mo (...)

2Deux figures surgissent aussitôt: d’abord, l’impressionnante fresque de la luxure dans le crypte de Tavant : hirsute, elle perce de sa lance son sein flasque. A l’opposé de toutes les complaisantes Lorelei, tentatrices désirées, elle montre, elle, la suite du péché, le remords, que ses mèches suffisent à suggérer: leur désordre trahit le désordre de l’âme. Ensuite, elle aussi métaphore visuelle, une scène de massacre des Innocents. Pendant qu’au loin, l’âne porte Marie et Jésus, la malheureuse mère hurle, cramponnée à son fils qu’un soldat lui arrache et transperce de son épée. Et sa coiffe rouge dénouée se répand comme un flot de sang, comme son désespoir, et crie l’horreur du crime inutile2 (fig. 1).

3L’imaginaire transpose et condense. Les personnages réels doivent au contraire être perçus dans leur vie au sein de leur groupe, selon leur état et leur âge. La coiffure fait donc partie du vêtement qui sert à les identifier, et la coiffure féminine, la seule à être étudiée ici, ou se plaît à étaler une abondante chevelure, ou la cache avec pudeur: cette parure attire les regards, aussi la femme chaste et mariée met-elle un voile. Chacune obéit à sa condition. La paysanne porte coiffe, les cheveux libres sur les épaules désignent l’enfant et la jeune fille, la femme noble ou riche apporte à ses cheveux le même soin qu’à sa toilette, elle les tresse, les orne de perles et de rubans, pose sur eux le couvre-chef à la mode, enfin, arbore une couronne d’or.

  • 3 Voir Heures à l’usage de Paris (1er quart du xve siècle), Angers, BM, ms. 36, f° 48 v°.

4Parfois une scène, calquée sur le quotidien, le transpose dans le sacré : seules leurs auréoles indiquent sainte Anne et la Vierge, qu’elle conduit à l’école : dans une prairie en pente, sainte Anne, la tête et le menton couverts d’un léger voile de lingerie, pour monter vers la maison retrousse son surcot rouge sur une jupe bleue et de sa main droite tient celle d’une enfant sage de sept ou huit ans, les cheveux blonds tombant sur sa robe bleue, un livre rouge dans sa main droite. C’est la couleur qui met l’accent sur Marie, car la robe de sainte Anne ressort peu sur le fond rouge éteint, au contraire le bleu des manches et du triangle de la jupe guide le regard vers la petite silhouette blonde, dont le vêtement tranche sur le discret quadrillage rouge. Ainsi vêtues à la mode du xve siècle, mère et fille vivent leur vie de tous les jours3.

  • 4 Heures à l’usage de Paris, Chambéry, BM, ms. 1, f°43.

5La Visitation baigne dans le même climat de paisible familiarité. Deux femmes se retrouvent, heureuses ensemble de se féliciter de leur espérance. La femme âgée, le visage enveloppé d’une mentonnière et d’un voile, curieusement surmonté d’une sorte de turban de linge blanc tressé, se précipite, ravie de son fardeau inespéré, discrètement suggéré, vers la jeune femme dont elle soupèse le ventre rond. Marie, sereine et blonde, un peu étonnée, la main sur le ventre, geste typique d’une femme enceinte, se laisse tâter. Au second plan, sa suivante répète, main à la taille, le geste d’Elisabeth. Sa robe violette et jaune reprend les dominantes des deux autres robes et sa garniture le doré de l’encadrement, dont au contraire, en haut le bleu de l’arcature, en bas celui du fond de la lettrine soulignent le bleu de la robe de la Vierge. La présence de ce personnage secondaire donne à la figure de Marie tout son sens, car elle a, comme la jeune fille, les cheveux dénoués: les siens tombent jusqu’au creux des genoux. Sa chevelure symbolise donc sa virginité. Et cette scène d’intimité féminine concentre le regard sur son auréole, et sur le jeu des mains sur son ventre. L’espoir d’enfant devient attente du Sauveur4 (fig. 2).

  • 5 Voir Bible, Dijon, BM, ms. 3, f° 134 v°.

6L’image renvoie à un sens implicite. Comme la Visitation, la rencontre à la Porte dorée annonce une naissance miraculeuse : Anne était stérile, Joachim, laissant sa femme à Jérusalem s’était retiré dans la montagne. Un ange apparaît à chacun d’eux pour leur prédire qu’Anne enfantera : ils doivent se retrouver à Jérusalem à la Porte Dorée. Parfois l’ange, à l’arrière plan, représente l’intervention divine. Mais sa présence n’est pas nécessaire: la guimpe et le voile d’Anne suffisent à indiquer une femme ayant passé l’âge d’être mère5. La maturité de l’épouse suggère donc, prenant parti dans les controverses théologiques contemporaines, qu’un simple baiser l’a fécondée. Née d’un baiser, née sans péché, la Vierge est bien l’Immaculée Conception.

7Elle-même enfante en restant vierge. Mais au pied de la croix, la mère des Douleurs, toujours en bleu, porte voile et guimpe. Elle s’effondre, soutenue par saint Jean et une sainte femme, cependant que Marie Madeleine, à genoux, étreignant le bois, a gardé sa robe rouge de pécheresse, sur laquelle coule le sang des plaies. Mais ses longs cheveux blonds ne sont plus épars ; comme elle est repentie, ils sont désormais attachés sur sa nuque: l’artiste joue avec le code, par la couleur et l’aspect de la chevelure il rend la figure lisible.

  • 6 Apparat d’Innocent IV sur les décrétales de Grégoire IX (fin du xiiie siècle), Troyes, BM, ms. 89, (...)
  • 7 Décret de Gratien, Tours, BM, ms. 558, f° 276.
  • 8 Voir Décret de Gratien, Amiens, BM, ms. 253, f° 311 v°.
  • 9 Voir Somme dorée d’Henri de Suse, Amiens, BM, ms. 360, f° 266 v°.

8Pour subtils qu’ils soient, ces signes respectent la tradition, qui les rend compréhensibles. Autre est la difficulté lorsqu’il faut inventer. Ces nouveautés concernent, soit le réel, soit l’imaginaire. Illustrer un traité de droit revient à traduire en image le cas exposé dans le texte : les causes 27 à 36 de la seconde partie du Décret de Gratien détaillent toutes les causes liées au mariage, devenu sacrement depuis le douzième siècle et donc jugées par un canoniste : empêchement ou rupture pour cause d’inceste, de consanguinité, d’impuissance, ou de mariage forcé, sont tour à tour examinés. Index droit levé, parfois un livre en main, le juriste règle le litige. Dans une scène illustrant un mariage valide, le prêtre, au centre, unit les deux mains droites des fiancés. Derrière la mariée, en robe rouge, les cheveux flottant, deux femmes en capuche et coiffe répètent de leur main gauche le geste d’approbation de la fiancée. Derrière le marié, deux hommes l’approuvent de la main: la cérémonie reçoit le consentement de tous6 (fig. 3). Au contraire, dans le mariage forcé, le père occupe la place du prêtre et tire le bras de sa fille, qui résiste, soutenue derrière elle par sa mère. La jeune fille en robe rouge porte un fin bandeau retenant ses cheveux flottants, sa mère une coiffe triangulaire soutenue sous le menton7 (fig. 4). Ces images semblent reproduire la coutume : une jeune fille porte les cheveux sur les épaules, une femme mariée une coiffe. Les exemples abondent dans ces textes juridiques, du xiie au xive siècle, stéréotypes intentionnels de la réalité contemporaine. Ainsi des époux séparés par l’évêque pour cause d’empêchement spirituel se désolent, chacun de son côté, la femme, en coiffe, s’apitoyant sur le nourrisson qu’elle tient dans ses bras et qui apporte la preuve de leur union8. Mais de toutes ces miniatures de l’école parisienne qui jouent sur le contraste entre le rouge et le bleu, le meilleur exemple est donné par un arbre d’affinité, qui schématise les degrés de parenté, à partir d’un couple géniteur: à gauche le mari la main gauche gantée, la droite désignant l’arc qui le joint à sa femme et énonce leur parenté. A droite, voilée, tête baissée, elle fait de la main gauche un geste symétrique et pose la droite sur son ventre, d’où provient la famille. Entre eux, les quatre degrés de parenté qui interdisent les mariages entre affins (frère, sœur, femme du frère, mari de la sœur, fils du frère et sa femme, fille de la sœur et son mari, etc.). Dans deux arcatures sous les conjoints, à gauche le père dresse l’index droit et tient des gants dans la main gauche, à droite un canoniste, assis et ganté, brandit un bâton et désigne lui aussi de l’index le tableau9. Les gants tenus par les hommes signifient donc leur autorité, exercée dans le mariage ; dans la scène du mariage forcé (fig. 4) le fiancé imposé tient lui aussi un gant de la main gauche : ces images emploient un système de signes dont la coiffure est un des éléments.

  • 10 Voir Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, ms. 1130, éd. Paule Amblard, Paris, 1998.

9Et c’est ce système, intuitivement perçu, qu’utilise l’allégorie. L’artiste se sert du répertoire, auquel, lorsqu’il a du talent, il ajoute des trouvailles de son cru. Le Pèlerinage de Vie Humaine en offre un excellent exemple. Ce texte, écrit entre 1330 et 1358 par l’abbé cistercien Guillaume de Diguleville, prieur de Chaalis, est conservé dans un manuscrit unique illustré en 1370, qui a appartenu au duc d’Alençon, époux de Marguerite de Valois, sœur de François 1er10. Ses 104 miniatures ont été peintes dans un atelier parisien par plusieurs mains, quatre peut-être. L’abbé a vu en songe la Jérusalem céleste. Réveillé, il enseigne aux hommes le message du rêve : il a vu surgir de l’ombre un pèlerin vêtu pour le voyage, en long manteau et chapeau de feutre, qui dresse devant lui un bâton pour l’inviter à regarder: l’abbé voit dans une sphère le reflet de la Jérusalem céleste. Elle est le but du voyage dont le pèlerin va lui montrer le chemin. La vie terrestre doit être menée comme un pèlerinage vers ce bonheur éternel, il lui en montre les étapes, et les obstacles à surmonter. L’artiste peint les figures abstraites du texte sous une forme féminine: Grâce de Dieu, qui promet à l’homme en partance qu’elle l’accompagnera, est une jeune femme en robe bleue portant couronne d’or. Mémoire a deux visages opposés, comme Janus. Le pèlerin se tourne vers elle qui lui apporte la cuirasse et l’épée destinées à le préserver des dangers qu’il va rencontrer. Mais ses yeux sont fermés, seuls sont ouverts ceux de l’autre face qui regarde vers le passé et l’intérieur de l’âme. Et donc Mémoire est chauve car elle est l’esprit qui soumet le corps. Orgueil, juché sur les épaules de Flatterie, porte au front, jaillissant sous sa coiffe, une come de licorne, elle s’apprête à souffler dans un cor et porte un soufflet en bandoulière, cependant qu’Orgueil se regarde dans un miroir : Flatterie a appris à mentir, l’orgueilleux se contemple avec plaisir. Le pèlerin leur oppose l’humilité, et continue sa route. Il rencontre Envie, à quatre pattes, qui porte sur sa robe jaune Trahison et Détraction. Trahison, en noir, le visage voilé, brandit un poignard et tient un pot d’onguent qui lui sert à masquer son visage et ses actes. Derrière elle, Détraction, dans la robe rouge de la cruauté, ronge un os et pointe vers le pèlerin une lance où sont embrochées des oreilles : celles des complaisants à la calomnie, auxquelles elle veut ajouter les oreilles du malheureux. Toutes trois le jettent à terre pour lui arracher le cœur. Alors surgit Colère, nue et poilue, mais le visage entouré d’une coiffe à mentonnière, une scie entre les dents. Terrassé, il prie Mémoire qui vient à son aide et lui permet de se dégager. Court répit : il rencontre Avarice, la seule présentée de face. Telle Shiva, elle a six bras qui tous lui servent à prendre et à tromper : deux sont des griffes, un autre agite un crochet et le bras symétrique une coupe d’or volé, le couple au-dessous tient l’un un brandon allumé, l’autre une balance faussée. Surmontant le tout, elle porte sur sa coiffe une petite statue de dieu païen qui représente l’idolâtrie. Ainsi chacun des actes mauvais provient d’elle. Alors surgit Convoitise, que Dieu a fait laide et contrefaite. Mais un cri l’arrête : c’est Luxure, assise sur un pourceau, qui brandit sa lance vers le sexe de l’homme et, comme Orgueil, se regarde dans un miroir, mais son visage est vieux et ridé, entouré d’une coiffe de femme âgée, et le miroir reflète celui d’une jeune fille orné d’un voile vaporeux: à l’école de dame Trahison, Luxure a appris l’art de contrefaire. Le pèlerin est près de succomber, lorsque Grâce de Dieu vient lui reprocher d’être mauvais chevalier et lui tendre son bourdon : la Vierge a compassion de lui. Il se repent, continue sa route, et, entre autres péripéties, rencontre Hérésie, laide comme les sept péchés capitaux, borgne, marchant à reculons, sur l’épaule le fagot du bûcher. Elle s’enfuit sous les coups de bourdon. Mais le pèlerin se trouve au bord de la mer qui est l’océan du monde, battu des tempêtes, où se noient ceux dont l’âme est lourde et les yeux aveuglés, tous ceux qu’a pêchés le filet de la Tentation. Une damoiselle arrive, couronnée de fleurs sur ses cheveux tressés, aux chevilles sur sa robe bleue des ailes vertes: c’est Jeunesse la légère dont les ailes vertes symbolisent le renouveau. Elle prend le pèlerin sur son cou et vole dans l’azur au dessus de la mer et des tempêtes, mais il se met à douter, et son doute fait apparaître Tribulation qui lui assène un coup de marteau sur la nuque et le fait tomber dans la mer. Au moment où il va se noyer, Grâce de Dieu surgit et le sauve dans la nef de Religion. C’est au cloître que le pèlerin trouve le salut.

10L’originalité du manuscrit tient à cet accord entre le texte et les miniatures, qui ne se contentent pas de l’illustrer mais réussissent à représenter, outre des personnages comme Moïse et Aristote, des abstractions, Nature, Grâce de Dieu, Pénitence, Raison, qui se tourne alternativement vers celui qui parle, toutes féminines, Rude Entendement, vieil homme appuyé sur le gros bâton d’Obstination, et même la figure de l’égalité, une équerre dont les trois pointes portent les trois lettres du mot Pax. Cette mise en image suit le texte, mais, lorsqu’elle ne le peut pas, elle innove en le transposant: la figure composite de l’Orgueil, que sa corne au front désigne comme Reine, porte les attributs qu’elle va, l’un après l’autre, offrir en vain: un soufflet pour jeter la poudre aux yeux, un cornet pour casser les oreilles, les éperons de Non-obéissance et Rébellion, qui provoquent la chute de l’orgueilleux, un bâton que Jean, le pèlerin, reconnaît pour Obstination, enfin un splendide manteau qui change l’apparence des choses. Impossible à représenter, cette étoffe est remplacée par le miroir menteur. Et ce même miroir devient l’accessoire de Luxure. Dans le récit elle envoûte par son odeur, sans substitut visuel, et porte un masque pour cacher sa laideur: la vieille tient devant elle une glace où elle se reflète jeune fille. La mise en image respecte le sens en le faisant voir. Ainsi, la coiffe insolite de Colère, nue et velue, la signale comme figure féminine, empêchant la confusion avec un homme sauvage, lui aussi nu et poilu, mais hirsute. Dans un cas, l’artiste innove, et c’est une trouvaille : la petite statue païenne qui surmonte la tête d’Avarice résume à elle seule, parce que païenne, les mauvaises actions commises par les six bras, toute la méchanceté du vice.

  • 11 Voir Sacramentaire de Saint-Martin-de-Tours (vers 1170-80), Tours, BM, ms. 193, f° 71.

11Moins subtil que l’allégorie, fruit de la spéculation intellectuelle, le symbole touche plus profond. Mais le problème posé à l’ymagier reste le même: comment traduire l’invisible en images? Il s’en tire avec adresse. Par exemple, à propos de la synagogue, alors qu’au treizième siècle, sous l’influence des mesures anti-juives, elle a les yeux bandés, dans un médaillon du douzième siècle, face à l’Eglise couronnée qui lui présente un calice et une hostie, une femme vêtue d’une robe brodée orientale tient les tables de la Loi, et la main de Dieu retire le voile qui lui aveuglait les yeux11. Péché capital, la Luxure emprunte ses traits à la sirène, animal fabuleux dont le chant est fatal aux marins, qu’il mène à s’approcher d’elle sur des écueils où leur navire se brise. Sous ces deux formes, qu’elle soit oiseau ou poisson, la sirène, poitrine nue, une lyre ou une harpe à la main, porte de longs cheveux blonds. Comme ceux de Marie-Madeleine, ils caractérisent la femme sensuelle – ou qui paraît telle aux hommes.

  • 12 Voir Décret de Gratien, Lyon, BM, ms. 5128, f° 1002.
  • 13 Miroir du salut humain, Marseille, BM, ms. 89, f° 4 v°.

12Le sexe d’ailleurs est parfois évoqué, comme le retour du refoulé, en marge: entre les colonnes d’une aride question traitée dans le décret de Gratien, une femme nue, cheveux dénoués, chevauche un monstre vert phalloïde, à la tête faite d’un renflement du corps sinueux, se terminant par des pattes ou des ailes, résumées par deux sortes d’outrés12. Le phantasme sexuel saute aux yeux, comme il apparaît dans le songe d’Astyage. Roi des Mèdes, grand-père de Cyrus, endormi, il voit en songe sa fille Mandane, à laquelle le rêve prédit une lignée illustre. L’image s’inspire des arbres de Jessé, où le dormeur voit sortir de son ventre un tronc dont les branches portent sa descendance. A la cime siègent la Vierge et le Christ. Astyage, lui, voit derrière son lit sa fille, nue, une couronne sur ses cheveux blonds dénoués, et de son pubis jaillit une vigne où pendent des raisins mûrs13 (fig. 5).

  • 14 Bréviaire de Bruno de Bar (vers 1302), Verdun, BM, ms. 107, f° 12.

13L’union d’un jeune homme et d’une jeune fille engendre une famille qui doit faire honneur à ses ancêtres : on doit donc y veiller avec soin. Mais auparavant, vient le moment allègre des fiançailles, peint dans une scène courtoise évoquant le vers de Claudel : « Oh ma fiancée, à travers les branches en fleurs, salut ! ». Entre deux blasons suspendus, emblèmes de l’alliance à venir entre leurs nobles parents, et séparés par des arbustes où sont perchés des oiseaux, trois personnages dansent: la musicienne à gauche grattant la viole de son archet, la jeune fille, au centre, gracieusement hanchée, un bandeau retenant ses cheveux, le jeune homme, à gauche, couronné de fleurs. L’arbre qui les sépare, sommé d’un oiseau, est un houx, dont les piquants symbolisent la vertu de la vierge. Au pied du houx gît un gant, signe d’un pouvoir spontanément abandonné, au dessous d’une gibecière où ne seront pas emprisonnés les oiseaux. Car le jeune homme et la jeune fille élèvent chacun de leur main gauche un faucon apprivoisé : grâce à la danse et à l’oiseau ils sont sur le point de s’accorder14 (fig. 6).

  • 15 Voir Dijon, BM, ms. 3, f° 134 v°.
  • 16 Chambéry, BM, ms. 13, f° 163. Le cas conclut à l’indissolubilité du mariage, d’autant que la court (...)

14Car une union heureuse doit être assortie. Trois couples symbolisent cette exigence : dans le O initial d’Osculetur, début du Cantique des Cantiques, psaume favori des amoureux, un couple s’enlace, joue contre joue15. Mais celui qui se tient, mains tendrement jointes, dans le V initial de Vir, n’est pas, comme lui, béni : il illustre un cas du Décret de Gratien : un homme a épousé une courtisane. Et, pour signaler son ancien métier, elle arbore une chevelure brune surabondante, ornée de multiples rubans, qui saute aux yeux16 (fig. 7). Mais le troisième couple bénéficie au contraire de la miséricorde. Car le prophète Osée a épousé Gomer la prostituée sur l’ordre de Dieu, et elle n’est que la figure du pays d’Israël qui se prostitue aux faux dieux. Dans l’initiale U Osée caresse avec tendresse la joue de sa femme qui l’en remercie de la main. Et convertie, elle porte un sage bonnet.

15Dans ces deux dernières miniatures, seule la coiffure identifie la femme : elle peut donc signifier à elle seule. Rouge et défaite, elle suffit à montrer la douleur de la mère sacrifiée. Cependant, elle est le plus souvent associée à d’autres éléments : nudité, couleur de la robe, bleue de la vierge, rouge d’une mariée, jaune de la Trahison, ou attribut, comme le gant, marque de la puissance masculine que le fiancé n’a pas encore mis, mais qui couvre la main du juriste et du canoniste. La couronne d’or marque la puissance. Car la coiffure sert en premier lieu à signifier un état, une condition sociale. Par la symbolique des gestes, de refus, de consentement, de pudeur ou d’autorité, le personnage s’individualise et montre ses sentiments et ses désirs. L’allégorie utilise le code et parfois invente: Mémoire est chauve parce qu’elle a deux visages et les yeux derrière la tête. Dans le petit dieu païen se condense la méchanceté d’Avarice. Comme on ne peut montrer la vraie face derrière le masque, on recourt au miroir. Ainsi sont adroitement tournés les difficultés de la mise en image, qui arrive même à évoquer le passé: Hérésie se tourne vers l’arrière d’où elle vient; et à exprimer l’avenir, l’espoir d’enfant. Les allusions font passer le message, que la culture permet de saisir. Mais le langage du symbole atteint aux profondeurs de l’inconscient et suggère l’invisible.

Figure 1 : Massacre des innocents. Clermont-Ferrand, BM, ms. 84, f° 69.
© BMW Clermont-Ferrand. Cliché irht.

Figure 2 : Visitation. Chambéry, BM, ms. 1, f° 43.
© Bibliothèque municipale de Chambéry. Cliché irht.

Figure 3 : Mariage valide. Troyes, BM, ms. 89, f° 216.
© mediatheque-agglo-troyes.fr. Cliché irht.

Figure 4 : Mariage forcé. Tours, BM, ms. 558, f° 276.
© Bibliothèque municipale de Tours. Cliché irht.

Figure 5 : Songe d’Astyage. Marseille, BM, ms. 89, f° 4 v°.
© Bibliothèque municipale de Marseille. Cliché irht.

Figure 6 : Fiancée au faucon. Verdun, BM, ms. 107, f° 12.
© Bibliothèque municipale de Verdun. Cliché irht.

Figure 7 : Homme et courtisane. Chambéry, BM, ms. 13, f° 163.
© Bibliothèque municipale de Chambéry. Cliché irht.

Notes

1 François Garnier, La Symbolique des gestes au Moyen Age, 2 t., Paris, 1982.

2 Dans les fioritures de la marge une petite Pietà rappelle la douleur de la mère devant son fils mort que préfigure celle de la mère de l’innocent. Heures à l’usage des Antonins (3e quart du xve siècle), Clermont-Ferrand, BM, ms. 84, f° 69.

3 Voir Heures à l’usage de Paris (1er quart du xve siècle), Angers, BM, ms. 36, f° 48 v°.

4 Heures à l’usage de Paris, Chambéry, BM, ms. 1, f°43.

5 Voir Bible, Dijon, BM, ms. 3, f° 134 v°.

6 Apparat d’Innocent IV sur les décrétales de Grégoire IX (fin du xiiie siècle), Troyes, BM, ms. 89, f° 216.

7 Décret de Gratien, Tours, BM, ms. 558, f° 276.

8 Voir Décret de Gratien, Amiens, BM, ms. 253, f° 311 v°.

9 Voir Somme dorée d’Henri de Suse, Amiens, BM, ms. 360, f° 266 v°.

10 Voir Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, ms. 1130, éd. Paule Amblard, Paris, 1998.

11 Voir Sacramentaire de Saint-Martin-de-Tours (vers 1170-80), Tours, BM, ms. 193, f° 71.

12 Voir Décret de Gratien, Lyon, BM, ms. 5128, f° 1002.

13 Miroir du salut humain, Marseille, BM, ms. 89, f° 4 v°.

14 Bréviaire de Bruno de Bar (vers 1302), Verdun, BM, ms. 107, f° 12.

15 Voir Dijon, BM, ms. 3, f° 134 v°.

16 Chambéry, BM, ms. 13, f° 163. Le cas conclut à l’indissolubilité du mariage, d’autant que la courtisane est stérile. La prostituée constitue le seul cas connu de femme brune : a-t-elle les cheveux noirs pour rappeler son passé ou, simplement, pour un meilleur contraste avec les rubans blancs qui les ornent ?

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Massacre des innocents. Clermont-Ferrand, BM, ms. 84, f° 69.© BMW Clermont-Ferrand. Cliché irht.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Figure 2 : Visitation. Chambéry, BM, ms. 1, f° 43.© Bibliothèque municipale de Chambéry. Cliché irht.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Légende Figure 3 : Mariage valide. Troyes, BM, ms. 89, f° 216.© mediatheque-agglo-troyes.fr. Cliché irht.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Figure 4 : Mariage forcé. Tours, BM, ms. 558, f° 276.© Bibliothèque municipale de Tours. Cliché irht.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4196/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 5 : Songe d’Astyage. Marseille, BM, ms. 89, f° 4 v°.© Bibliothèque municipale de Marseille. Cliché irht.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4196/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Figure 6 : Fiancée au faucon. Verdun, BM, ms. 107, f° 12.© Bibliothèque municipale de Verdun. Cliché irht.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4196/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Figure 7 : Homme et courtisane. Chambéry, BM, ms. 13, f° 163.© Bibliothèque municipale de Chambéry. Cliché irht.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4196/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

Auteur

CNRS, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540