Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

La chevelure : la tirer ou l’arracher, étude d’un motif pathétique dans l’épique médiéval

Carine Bouillot

Texte intégral

1Glorification de la prouesse guerrière, les chansons de geste sont aussi des épopées de la souffrance ou de la désespérance dont la toile de fond est largement constituée par les combats, les blessures et la mort. S’y égrènent, au fil des laisses, des images de douleur et de deuil qu’expriment des gestes désordonnés, dont le plus continûment pathétique nous semble être celui de tirer et d’arracher ses cheveux.

  • 1 Nous avons fondé notre travail sur les textes suivants : La Chanson de Roland, édition G. Moignet, (...)
  • 2 D. Boutet a évoqué le mélange des styles dans l’épopée au Moyen Age dans La Chanson de geste, Pari (...)

2Loin de prétendre revisiter les épopées médiévales, nous avons souhaité relire les épisodes les plus douloureux de plusieurs chansons de geste des xiie et xiiie siècles1 en nous concentrant sur le fait de tirer ses cheveux ou sa variante tirer sa barbe. Manifestation extérieure d’une tonalité affective, ce geste n’a pas d’incidence directe sur l’intrigue: il exprime une violente émotion, une douleur intense et marque donc l’incursion du pathétique au cœur de la tonalité épique. Ces deux registres se juxtaposent alors et se mêlent pour le plus grand bien de la dynamique narrative. Il y a donc, dans la chanson de geste, une pluralité esthétique, faite de glissements de tonalités, un mélange des styles2 qui, loin d’affaiblir l’épique en renforce la vitalité.

3Nous étudierons, par conséquent, la façon dont le geste de tirer et d’arracher ses cheveux déploie le pathétique dans l’épique, d’une part en exprimant le désespoir et la souffrance, d’autre part en s’insérant dans la panoplie gestuelle du deuil. Nous nous pencherons simultanément sur les changements de registres qui prouvent que l’on ne saurait parler de monotonie, de norme littéraire à propos des chansons de geste, mais bien d’un art parfaitement maîtrisé de la mise en récit.

4Sans emprise sur eux-même, les personnages épiques font rarement montre de mansuétude et s’abandonnent facilement à leur douleur, plongeant les textes dans une atmosphère sombre. Frappante est, dans les épopées médiévales, la récurrence du fait de se tirer les cheveux, comme s’il s’agissait d’un geste typique et conventionnel pour exprimer une souffrance morale extrême.

5Pour camper un personnage en proie à de nombreux soucis, l’auteur de la Chanson de Roland adopte une forme discrète de ce geste, tirer sa barbe. Et comme pour créer une gradation dans l’expression des émotions dolentes de Charlemagne, il commence par le fait de lisser sa barbe, signe du souci et de l’embarras, premier degré du pathétique. Ce premier geste apparaît au début de l’œuvre lorsqu’arrive Blancandrin l’ambassadeur de Marsile. Suivant les conseils de ses pairs, Charles se méfie de la proposition et s’interroge sur la conduite à tenir:

Li empereres en tuit sun chef embrunc
Si duist sa barbe, afaitud sun guernon. (v. 214-5)

  • 3 Selon E. Lommatzsch, ce geste involontaire n’est pas inutile : il aide l’homme à sortir de sa perp (...)

6Spontané3, le geste traduit ici l’embarras et la réflexion délicate du roi, ce que confirme la posture de méditation dolente qu’il adopte. Un peu plus loin, il revêt un ton d’affliction qu’il ne quittera plus. Roland vient d’être désigné par Ganelon pour l’arrière garde, l’empereur ne peut cacher son accablement :

Li empereres en tint sun chef embrunc,
Si duist sa barbe e detoerst sun guernun
Ne poet muer que des oilz ne plurt. (v. 771-3)

  • 4 J. Frappier ajoute que ce geste « convient sans doute à la majesté de l’empereur, mais il traduit (...)
  • 5 Caries en ad e dulor e pesance,/Pluret des oilz, tiret sa barbe blance.
  • 6 Op. cit.

7Le trouble intérieur est visible, le ton devient plus pathétique, dans la mesure où il ne se contente plus de lisser sa barbe, il tord ses moustaches et pleure. Ces gestes involontaires conviennent particulièrement pour traduire le désespoir causé par l’impasse dans laquelle se trouve le roi qui ne peut épargner la vie de son neveu4. Lorsqu’il arrive à Roncevaux et découvre l’ampleur du désastre, accablé de désespoir, Tiret sa barbe cum hom ki est iret (v. 2414). Par cette brève notation, le jongleur suggère combien Charlemagne subit le grand malheur qui s’impose à lui. Il ne lisse plus sa barbe, mais la tire douloureusement ; le texte prend alors une inflexion grave et désespérée que renforce la présence dans le vers de l’adjectif iret. Ce geste, il le réitérera encore, quand, de retour en France, il se trouvera confronté aux questions de la belle Aude, la fiancée de Roland5 (v. 3711-12). Tirer sa barbe dote ces épisodes d’une forte charge émotionnelle; et si le texte se fait pathétique, nous pouvons remarquer que jamais Turold ne donne de l’empereur l’image d’un roi faible et pusillanime: au contraire, à l’aide d’un geste à la fois simple, grave et digne, il en préserve la majesté et la grandeur. Et quand vient le final de la chanson, il nous laisse devant le tableau poignant d’un vieil homme abattu, accablé mais toujours digne, « le symbole de la douleur toujours recommencée », pour reprendre les mots de J. Frappier6. De fait, face à l’ange Gabriel lui annonçant de nouvelles missions,

« Deus », dist li reis, « si penuse est ma vie ! »
Pluret des oilz, sa barbe blanche tiret. (v. 4000-1)

8Incapables de réagir face à leur détresse, les personnages épiques se tirent fréquemment les cheveux. Par exemple, lorsque Girart de Roussillon, proscrit, perd son dernier compagnon,

[...] en fait tal dol, mentir,
Que tire soz cabel es poinz en fer. (v. 7373-4)

  • 7 Selon les termes de W. Habicht dans Die Gebärde in englischen Dichtungen des Mittelalters, München (...)

9Il s’abandonne à sa douleur et ne peut que la manifester par ce geste violent, tout comme, plus loin, lorsque, anonyme, il s’entend critiquer par des marchands qui le tiennent pour mort (v. 2577-8). Tout aussi douloureuse est cette scène de Maugis d’Aigremont où Oriande, en l’absence de Maugis, voit les troupes d’Antenor envahir ses terres, désespérée, s’a ses crins derompuz (v. 1122). En fait, le geste de se tirer et de s’arracher les cheveux entre souvent en composition avec d’autres gestes, tout aussi violents, constituant un « appareil de plaintes7 » propre au registre pathétique, dans la mesure où il ne relève d’aucune autre tonalité et se retrouve dans la plupart des chansons de geste dès lors qu’il s’agit d’illustrer le désespoir. Cet « appareil de plaintes » se déploie à partir du fait de se tirer les cheveux, autour duquel les jongleurs agencent quatre gestes principaux où les mains entrent toujours en jeu. Ils semblent avoir privilégié l’association se tirer les cheveux et se tordre les poings que l’on rencontre très fréquemment. Par exemple, dans la Prise d’Orange, face à la débâcle inéluctable qui attend les troupes françaises, Guielin, anéanti par son désespoir, detort ses poinz et ses cheveux deront (v. 803). Dans Hervis de Mes, quand l’épouse du roi Eustache apprend l’enlèvement de sa fille Béatrice, elle cède à sa détresse, ses poinz tort, ces chavox a tiré (v. 1049), tout comme, plus loin dans le texte, la mère de Hervis apprenant que son mari a chassé leur fils (v. 1917), ou Aélis à l’annonce de l’enlèvement de sa belle-fille (v. 7458). Dans Huon de Bordeaux, Esclarmonde, qui a bravé les interdits d’Auberon, songe avec douleur aux redoutables conséquences de sa conduite :

Qui donc veïst la dame duel mener
Ses poins detordre et ses caviaux tirer. (v. 6819-20)

  • 8 Voir aussi La Mort Aymeri de Narbonne, v. 2495 et 2929 ; La Seconde Rédaction du Moniage Guillaume(...)

10L’on pourrait encore prolonger la liste de ces scènes où tirer ses cheveux s’accompagne d’une torsion des mains, mais, outre qu’un tel catalogue n’aurait guère d’utilité, le temps nous est compté8. Dans chaque cas, les deux gestes manifestent un très grand désespoir et traduisent l’impuissance du personnage face à une situation inéluctable. Plus le désespoir est violent et plus les gestes qui accompagnent le fait de se tirer les cheveux deviennent violents : les personnages arrachent alors non seulement leurs cheveux, mais aussi leurs vêtements. C’est le cas dans Renaut de Montauban, lorsque les trois frères du héros apercevant Fouques et ses hommes en armes comprennent qu’ils sont pris dans une embuscade fatale (v. 6937) ou dans Aliscans, quand Rainouart, ne trouvant son cher tinel, s’abandonne à un désespoir noir (v. 3901). Dans Raoul de Cambrai, nous assistons à une scène tout aussi poignante chez Corsuble que Bernier a défendu contre le terrible champion de l’émir de Cordoue : Corsuble fait défiler les prisonniers afin de tuer l’assassin de son frère, soudain

Derriere lui garde voit i viellart plorer
Ces cheviax ronpre et ces dras dessirer. (v. 7995-6)

11Si cet homme est anéanti par le chagrin, c’est parce qu’il a élevé le terrible champion promis à la mort – que l’on reconnaîtra plus loin comme Julien, le fils perdu de Bernier. Cependant, le pathétique atteint son paroxysme lorsque les jongleurs lient le geste de se tirer les cheveux au fait de se porter à soi-même de méchants horions ; cela exprime la plus grande détresse. Gerbert de Mes présente un geste qui n’est pas sans rappeler la réaction d’Achille lors de l’incendie de son bateau: apprenant que les Lorrains retiennent sa fille en captivité, Fromont

  • 9 K. Sittl note l’importance de ces gestes chez Homère, Properce, Perse, Martial, Pétrone et Sénèque (...)

[...] bat sa cuisse, s’a ses cheveuz tirez
Et si se clainme chetis maleürez. (v. 5703-4) 9

  • 10 W. Habicht, op. cit., p. 93-4.
  • 11 P. Rousset explique cela par l’instabilité affective et l’hypersensibilité de l’homme féodal qui s (...)

12Grâce au geste de se tirer les cheveux et à l’appareil de plaintes dans lequel il s’insère – et qui remonte à l’Antiquité10 – les jongleurs donnent une très forte intensité à ces épisodes qui ne peuvent qu’émouvoir profondément le public11.

13Le caractère explicite de notre geste rend inutile, pour les jongleurs, de préciser qu’il s’agit de l’expression de la douleur et du désespoir. Cependant, certains n’hésitent pas à en renforcer le caractère hautement pathétique en l’accompagnant d’un terme appartenant au réseau lexical du chagrin. Le plus utilisé d’entre eux est « duel », le mot français le plus ancien qui ait servi à exprimer la tristesse. Ce dérivé du verbe doloir issu du latin dolere apparaît dans Girart de Roussillon (v. 7373), dans Huon de Bordeaux (v. 1229 et 6819), Hervis de Mes (v. 7458) et Renaut de Montauban (v. 4811), comme s’il s’agissait d’insister sur la charge émotionnelle du fait de se tirer les cheveux. Turold, quant à lui, insiste sur la douleur de Charlemagne, qui découvre le désastre de Roncevaux, à l’aide de l’adjectif iret (v. 2410). Et, face à un roi qui doit annoncer à Aude la perte de Roland, il n’hésite pas à surenchérir sur sa détresse immense en faisant précéder le geste de l’expression quasiment redondante « Caries en ad e dulor e pesance » (v. 3711). L’auteur de Gerbert de Mes adopte la même démarche, qui redouble l’adjectif chetis de maleurez (v. 5704) afin de rendre poignant le désespoir de Fromont à qui les Lorrains ont enlevé la fille.

  • 12 Voir aussi en 2906, 2943 et 2982.

14Pourtant accoutumés à côtoyer la mort sur les champs de bataille, les personnages épiques vivent dans un profonde détresse la perte d’un être cher, fils, conjoint, frère, parent ou ami et manifestent violemment leur deuil. Au cœur de ces manifestations qui peuvent paraître d’une violence excessive au lecteur moderne12, nous trouvons encore le geste de se tirer les cheveux, aux côtés de cris, de larmes, de pâmoisons, de vêtements déchirés et de méchants horions portés à soi-même.

15Les jongleurs combinent avec soin les gestes du deuil, de sorte que l’on peut parler d’une véritable cérémonie, que l’on retrouve de texte en texte et qui semble consacrer le geste capillaire. Par ce dernier, le vivant en deuil agresse son propre corps. Par exemple, dans la Chanson de Roland, face à la dépouille de son cher neveu, Charlemagne s’évanouit et prononce un vibrant planctus qu’interrompt régulièrement la manifestation typique du désespoir, la barbe et les cheveux tirés, comme ici :

  • 13 Voir K. Sittl, op. cit., p. 65- 78.

Sa barbe blanche cumencet a detraire
Ad ambes mains les chevels de sa teste (v. 2930-1) 13

  • 14 Renaut de Montauban, v. 780 et 1029; Huon de Bordeaux, v. 1129; La Mort Aymeri de Narbonne, v. 403 (...)

16De même, dans Maugis d’Aigremont, tandis que les parents du héros croient leur fils mort, le père s’abandonne à ses larmes et la mère ses cheveus en deront (v. 7719). Cet antique geste de deuil a une portée symbolique proche de la légende biblique de Samson14 : tout se passe comme si les cheveux et la barbe établissaient un lien avec le mort; se les arracher revient à se dénier toute force, à affecter son apparence, à affaiblir son corps, comme pour perdre un peu de vie et se rapprocher par là-même du défunt.

  • 15 Voir aussi La Mort Aymeri de Narbonne, v. 270 et Renaut de Montauban, v. 811.

17Examinons à présent si les hommes et les femmes accomplissent à parts égales les gestes capillaires de deuil et étudions les cas où ces derniers apparaissent. Sur les vingt-deux gestes recensés, dix concernent les hommes, huit les femmes et cinq s’inscrivent dans le cadre du deuil collectif. N’en concluons pas hâtivement à une plus grande émotivité des hommes ou à une manière plus discrète de mener son deuil chez les femmes : celles-ci sont moins nombreuses dans les chansons de geste et ne vont guère sur les champs de bataille, cela seul suffit à expliquer le faible écart constaté. Chez les hommes, les cas les plus fréquents s’observent pour le deuil d’un enfant ou, sa variante, d’un neveu, tant il est vrai que dans l’épopée médiévale la douleur d’un oncle égale celle d’un père. Il y a bien entendu Charlemagne qui, dans la Chanson de Roland, trouve son neveu Roland mort, nous l’avons vu plus haut, ou qui, dans Renaut de Montauban, pleure la perte de son fils (v. 1010), mais aussi Guerri le Sor privé de ses deux fils Gamelin et Rénier dans Raoul de Cambrai (v. 2635). Les frères disparus bénéficient également de ce geste à la forte charge émotionnelle : les trois frères Aymon qui croient leur aîné tué par un sarrasin dans Renaut de Montauban (v. 4040), les frères de Bernait de Brubant devant la dépouille de ce dernier dans la Mort Aymeri de Narbonne (v. 1978-81). Il en va de même pour les cousins aussi proches que l’est Maugis pour les frères Aymon (v. 10358). Les grands chefs comme Charlemagne ou les valeureux guerriers manifestent tout aussi douloureusement le désespoir causé par de lourdes pertes dans leurs troupes : l’empereur de la Chanson de Roland n’a de cesse de se tirer barbe et cheveux, errant hagard au milieu des cadavres de Roncevaux (v. 2906, 2930, 2943), tout comme Vivien découvrant, dans la Chanson de Guillaume, un champ de bataille jonché de cadavres (v. 1477-8). Quant aux femmes, quand elles s’arrachent les cheveux, c’est uniquement pour pleurer un proche: un mari pour Hermengarde, épouse d’Aymeri de Narbonne (v. 216), la femme de Beuves (Renaut de Montauban, v. 1557-62) et la sarrasine Bramimonde qui adopte les mêmes gestes que les chrétiennes face à la dépouille de son mari (Chanson de Roland, v. 2597), un fiancé pour la belle Aude (Chanson de Roland, v. 2595), un fils pour la mère de Maugis d’Aigremont (Maugis d’Aigremont, v. 7719) ou pour Belyssant dont les enfants ont été sacrifiés pour sauver Amile (Ami et Amile, v. 3185), et enfin, plus étonnant, un beau-frère dans Garin le Loherenc (v. 16124). Et puis, il y a ces deuils collectifs où tous s’abandonnent à leur peine, déplorant les massacres qui ont dévasté la ville de Bordeaux dans Gerbert de Mes (v. 8174), la perte d’un grand chef comme Aymeri de Narbonne (La Mort Aymeri de Narbonne, v. 4037) ou du fils d’un roi dans Renaut de Montauban (v. 811 et 2019). Dans ces épisodes15, les personnages pleurent, crient et surtout se tirent à qui mieux mieux les cheveux. Mais ne jugeons pas avec notre mentalité les personnages épiques : non seulement les deuils collectifs constituaient une pratique très répandue au xiie siècle, mais encore ces manifestations de masse pour un chef ou le fils d’un roi exaltaient le sentiment de cause nationale propre à l’épique. Nous pouvons donc remarquer qu’avec les deuils collectifs, ce geste pathétique s’inscrit sans aucune dissonance dans la stylisation épique.

18Tout comme pour l’expression du désespoir, le geste de se tirer les cheveux peut, dans le cadre du deuil, se trouver prolongé et amplifié dans son intensité pathétique par d’autres gestes violents dirigés contre soi-même et qui reviennent d’une œuvre à l’autre. Les personnages semblent alors hors de sens et s’abandonnent à leur douleur. Tout d’abord, le geste capillaire peut se reprendre, dans la signification symbolique que nous avons évoquée plus haut, par le fait de déchirer ses vêtements. Par exemple, dans la Mort Aymeri de Narbonne, sachant son époux à l’article de la mort, Hermengarde ront ses chevex et sa robe decire (v. 216). Dans Renaut de Montauban, les quatre frères interprètent la disparition de leur cousin Maugis comme l’indice de sa mort et sombrent alors dans un noir désespoir:

Qui donc veïst Renaut ses blans chevex tirer
Et Aalart deronpre son hermin engolé. (v. 10358-9)

19Très souvent, les personnages épiques sont pris d’une véritable frénésie dans l’expression de leur deuil et les jongleurs amplifient le geste capillaire au point de mener le lecteur aux frontières d’une véritable mortification. Nous pouvons, en effet, voir le roi de Renaut de Montauban mener le deuil de son fils en arrachant ses cheveux et en se tordant violemment les poings (v. 1010), tout comme les frères de Renaut à l’annonce de la prétendue mort de leur aîné (ibid, v. 4061) ou encore ceux de Bernart de Brubant dans la Mort Aymeri de Narbonne (v. 1978-80). Dans la Chanson de Guillaume, Vivien, de retour sur le champ de bataille, découvre les massacres perpétrés par les sarrasins sur les troupes de son oncle Guillaume :

  • 16 Il en va de même dans Gerbert de Mes avec ce tableau très fort de la ville de Bordeaux en deuil ap (...)

Mult en vit de els gesir a tere ;
Dunc tort ses mains tire sun chef et sa barbe
Plure de ses oilz, si li moille la face. (v. 477-9) 16

  • 17 K. Sittl parle déjà de gestes conventionnels de la lamentation funèbre durant l’Antiquité et ces g (...)

20Dans Huon de Bordeaux, accompli dans le cadre du deuil collectif, ce geste prend une valeur particulièrement pathétique : quel saisissant tableau que celui des fidèles de Charlemagne criant, s’arrachant barbe et cheveux et tordant leurs poings à l’annonce de la mort de Chariot, fils du roi17 (v. 1229). Une scène se détache de l’ensemble par l’intensité de la violence qui y est déployée, celle de Garin le Loherenc, où Béatrice mène le deuil pour son beau-frère Garin :

Qui donc veïst la bele Beätriz
Ses tanples traire et esgratel son vis
L’un poing en l’autre par angoisse ferir
Parmi les ongles li sanz vermauz sailli. (v. 16124-5)

  • 18 Voir à propos du sublime épique dans Aliscans, « le monde de la guerre dans Aliscans, horreur et h (...)

21Arracher ses cheveux lance la manifestation du deuil et s’ensuit un crescendo jamais vu qui la porte à exprimer son désespoir par des gestes de mutilation sans aucune mesure. N’allons pas hâtivement en conclure que les héroïnes épiques n’ont aucune mesure dans la manifestation de leur deuil car c’est le seul exemple que nous ayons rencontré. Concentrons-nous plutôt sur la place de notre geste dans une scène aussi violente: la grandeur des sentiments en jeu, à savoir l’oubli de soi et l’amour du prochain, pousse ici la force pathétique du fait de se tirer les cheveux jusqu’à son paroxysme, et cette dernière imprègne alors le tissu narratif jusqu’au sublime, qui s’accorde parfaitement avec le sublime épique, celui né de l’horreur des combats et des désastres guerriers18.

  • 19 J. Frappier, op. cit., p. 86.

22Si, à l’origine le fait de se tirer les cheveux était spontané, très vite, il est devenu un geste rituel du deuil que l’on retrouve de texte en texte, ce qui, dans les chansons de geste des xiie et xiiie siècles a donné lieu à de véritables morceaux de bravoure. Tout se passerait donc comme si ce geste relevait d’une tradition rhétorique et stylistique, ce que J. Frappier appelle un « topos de la douleur et de la mort19 », autrement dit un motif lié à des formules constantes. De fait, nous avons constaté une continuité lexicale dans les expressions qui désignent le fait de se tirer les cheveux. Sur les trente-trois occurrences recensées – désespoir et deuil confondus-vingt utilisent le verbe tirer, comme si le geste avait été figé en une tournure traditionnelle permettant d’emplir un hémistiche. Certes, nous pouvons observer, outre les nuances dialectales, de menues variations concernant le nombre du déterminant possessif qui suit, bien entendu, celui du possesseur, ainsi que le temps de verbes. Certains jongleurs utilisent largement le présent ses/lor chevex tire/nt (dans Aliscans, v. 3901 ; Renaut de Montauban, v. 6939, 7021 et 14116; La Chanson de Guillaume, v. 477) et pour la variante sa barbe tiret (Chanson de Roland, v. 2413, 2943 et 3711). D’autres privilégient le passé composé lor ceviaus ont tiré/ses chavox a tiré (dans la seconde rédaction du Moniage Guillaume, v. 83 ; Gerbert de Mes, v. 5703 ; Hervis de Mes, v. 1049 et 7458 ; Renaut de Montauban, v. 1029 et 4046), ou l’infinif qui suit le présentatif « veïssiez » (Huon de Bordeaux, v. 6819; Hervis de Mes, v. 1917; Renaut de Montauban, v. 811, 1010 et 10358; la Mort Aymeri de Narbonne, v. 1978). Nous n’avons noté qu’une seule utilisation du participe présent lor cavex vont tirant dans Huon de Bordeaux, elle permet de rendre la scène bien vivante dans l’esprit du public. Après ce très large usage du verbe tirer, nous avons relevé trois emplois du verbe traire et de son composé detraire (Raoul de Cambrai, v. 2635 ; Garin le Loherenc, v. 16124; Chanson de Roland, v. 2930), qui insistent tous deux davantage sur la violence du geste, avec la nuance de tirer pour arracher. L’aspect destructeur du geste transparaît encore plus nettement dans les expressions s’a ses crins derompuz (Maugis d’Aigrement, v. 1122), ses cheveus en deront (ibid., v. 7719; La Prise d’Orange, v. 803), ou encore ront ses cheveus (La Mort Aymeri de Narbonne, v. 216): en effet, ce dérivé du latin rumpere, briser avec force, apporte l’idée d’arrachement brutal, de déchirure violente. Deux auteurs se détachent de ces formules et font montre d’originalité. Tout d’abord, celui de la Mort Aymeri, peut-être pour demeurer dans le ton guerrier du siège de Narbonne, recourt au verbe sachier à la forte consonance guerrière si l’on songe aux expressions sachier les armes au poing, ou sachier de l’espee a deus mains, fort répandues dans les chansons de geste. Quant au trouvère d’Ami et Amile, il s’écarte considérablement de l’écriture traditionnelle en ne présentant pas le geste mais sa conséquence immédiate à l’aide du participe eschevelee (v. 3165). Pour conclure sur ce point, s’il est vrai que le geste de se tirer les cheveux s’exprime à travers des expressions récurrentes et relève de l’écriture formulaire traditionnelle, on ne peut pour autant le réduire à une simple cheville en fin de vers. En effet, d’une part les auteurs, nous venons de le voir, gardent une part de liberté dans le choix des verbes – il n’y a donc pas de contrainte formulaire-, d’autre part, loin de ne servir qu’à emplir un hémistiche, le geste capillaire garde sa signification profonde de manifestation de chagrin intense et marque l’union dans les textes du pathétique avec l’épique.

23Le geste de tirer et d’arracher ses cheveux pour manifester un chagrin intense et un violent désespoir causé par un deuil apparaît dans toutes les chansons de geste que nous avons lues, comme si les personnages ne parvenant à formuler leur souffrance, obéissaient à un rituel gestuel, comme s’il y avait une écriture continue de la douleur et du pathétique dans l’épopée médiévale. Il est vrai que la place de premier ordre occupée par les combats explique l’importance des manifestations dolentes. Le pathétique a donc bien sa place au cœur de l’épique médiéval, mieux, il renforce l’esthétique des chansons de geste: l’usage de ce geste ne saurait donc se réduire à une habitude héritée de l’Antiquité, à une convention d’écriture, il est un instrument au service de la stylisation épique qu’il renforce et mène parfois jusqu’au sublime. De fait, il témoigne d’une hantise des personnages épiques face à leur destin et face à la mort, exalte la grandeur de sentiments comme l’oubli de soi, l’amour d’autrui, des valeurs chrétiennes très importantes dans l’idéologie épique. La place qu’occupe ce geste pathétique nous mène donc au cœur de la pluralité esthétique de l’épopée médiévale, du mélange des genres et des styles qui la caractérise. C’est pourquoi, si ce geste apparaît aux consciences modernes emblématique de la souffrance médiévale, les jongleurs le concevaient différemment: loin de le figer dans la norme d’un pathétique propre à ébranler la sensibilité du public, ils en font des usages décalés et souriants. Dans une écriture de la rupture de tonalité on ne se tire plus les cheveux, mais on les tire à autrui pour punir, par sottise ou au cours de rixes grotesques ; voilà le lecteur mené vers d’autres sentiments et les textes vers des registres plaisants.

Notes

1 Nous avons fondé notre travail sur les textes suivants : La Chanson de Roland, édition G. Moignet, Paris, Bordas, 1969 ; Aliscans, édition Cl. Régnier, Paris, Champion, 1991, 2 volumes ; La Chanson de Guillaume, édition D. Mc Millan, Paris, 1949-50, 2 volumes ; Les deux rédactions du Moniage Guillaume, édition W. Cloetta, Paris, 1911-13, 2 volumes; La Mort Aymeri de Narbonne, édition J. Couraye du Parc, Paris, 1884; La Prise d’Orange, édition Cl. Régnier, Paris, Klinksieck, 1966 ; Garin le Loherenc, édition A. Iker-Gittleman, Paris, Champion, 1996, 3 volumes ; Gerbert de Mes, édition P. Taylor, Namur, Publications de la Faculté des Lettres, 1952 ; Hervis de Mes, édition J.-Ch. Herbin, Genève, Droz, 1992 ; Girart de Roussillon, édition W.-M. Hackett, Paris, Picard, 1953; Maugis d’Aigremont, édition Ph. Vernay, Berne, Romanica Helvetica, 1980 ; Raoul de Cambrai, édition P. Meyer et A. Longnon, Paris, 1882 ; Renaut de Montauban, édition J. Thomas, Paris, Droz, 1989 ; Ami et Amile, édition P. Dembowski, Paris, Champion, 1987 ; Huon de Bordeaux, édition P. Ruelle, Bruxelles, 1960.

2 D. Boutet a évoqué le mélange des styles dans l’épopée au Moyen Age dans La Chanson de geste, Paris, PUF, 1990, p. 206-7.

3 Selon E. Lommatzsch, ce geste involontaire n’est pas inutile : il aide l’homme à sortir de sa perplexité en augmentant l’activité cérébrale. Il s’appuye sur les travaux de D. Ribot (Psychologie de l’attention, Paris, 1889), dans System der Gebärden dargestellt auf Grund der mittelalterischen Literatur Frankreichs, inaugural Dissertationzur Erlangung der Doktorwürde, Berlin, 1910.

4 J. Frappier ajoute que ce geste « convient sans doute à la majesté de l’empereur, mais il traduit son désespoir devant ce qui lui semble un arrêt du destin, peut-être aussi son désir de dérober son affliction à son entourage » (« La Douleur et la mort dans la littérature française des xiie et xiiie siècles », Convegni del centro di studi sulla spiritualità medievale, V, Il Dolore e la morte nella spiritualità dei secoli xiie xiiie, 7 – 10 X 1962, Todi, 1967, p. 85-110).

5 Caries en ad e dulor e pesance,/Pluret des oilz, tiret sa barbe blance.

6 Op. cit.

7 Selon les termes de W. Habicht dans Die Gebärde in englischen Dichtungen des Mittelalters, München, 1959, p. 93-4.

8 Voir aussi La Mort Aymeri de Narbonne, v. 2495 et 2929 ; La Seconde Rédaction du Moniage Guillaume, v. 83 ; Raoul de Cambrai, v. 7995 ; La Chanson de Guillaume, v. 477-8.

9 K. Sittl note l’importance de ces gestes chez Homère, Properce, Perse, Martial, Pétrone et Sénèque (Die Gebärde der Griechen und Römer, Leipzig, 1890, kapitel II, « Ausdrück von Gefühlen von Gemütsbewegungen » p. 17-27).

10 W. Habicht, op. cit., p. 93-4.

11 P. Rousset explique cela par l’instabilité affective et l’hypersensibilité de l’homme féodal qui s’atténue au xiie siècle comme cela transparaît chez les romanciers courtois (« Recherches sur l’émotivité à l’époque romane » dans Cahiers de Civilisation Médiévale, IIe année, n. 1, janv – mars 1959, p. 53 – 67).

12 Voir aussi en 2906, 2943 et 2982.

13 Voir K. Sittl, op. cit., p. 65- 78.

14 Renaut de Montauban, v. 780 et 1029; Huon de Bordeaux, v. 1129; La Mort Aymeri de Narbonne, v. 4037 ; Gerbert de Mes, v. 8174.

15 Voir aussi La Mort Aymeri de Narbonne, v. 270 et Renaut de Montauban, v. 811.

16 Il en va de même dans Gerbert de Mes avec ce tableau très fort de la ville de Bordeaux en deuil après les affrontements qui entourent la libération de Mauvoisin par les Lorrains : Parmi ces rues si grant duel veïssiez/Ces paumes batre et ces cheveux tirier (v. 8174-5).

17 K. Sittl parle déjà de gestes conventionnels de la lamentation funèbre durant l’Antiquité et ces gestes sont précisément ceux que nous rencontrons dans les chansons de geste autour du fait de tirer ses cheveux (op. cit., p. 25).

18 Voir à propos du sublime épique dans Aliscans, « le monde de la guerre dans Aliscans, horreur et humour », dans Mourir aux Aliscans, études réunies par J. Dufournet, Paris, Champion, 1993.

19 J. Frappier, op. cit., p. 86.

Auteur

Saint-Germain-en-Laye

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540