Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

« Fortune est chauve derriere et devant chevelue » : les variations sur la chevelure féminine dans le contexte du Graal

Anne Berthelot

Texte intégral

  • 1 Mais elle occupe aussi une place prééminente dans les rares portraits masculins détaillés offerts (...)
  • 2 Dans Les Premiers faits du roi Arthur, dans Le Livre du Graal, volume 1, éd. Ph. Walter et alii, P (...)
  • 3 Les analyses de ce motif abondent. Pour un point de vue récent, voir la lecture iconographique d’A (...)

1La chevelure est un élément clé du portrait féminin, et même masculin d’ailleurs1, dans les textes littéraires du Moyen Age : dames et demoiselles sont uniformément dotées de cheveux d’or, dont l’abondance et la richesse constituent des critères déterminants dans la mise en place d’une sorte de hiérarchie de la beauté: c’est ainsi que la « Fausse Guenièvre », demi-sœur bâtarde de la future reine de Logres, a une chevelure un peu moins épaisse que la « vraie » Guenièvre2. Corollairement, c’est sur cet élément crucial de la beauté que se focalise l’agressivité de la morale chrétienne à l’encontre de la féminité séductrice et dangereuse; l’image canonique de la tentatrice est très tôt confondue avec la figure d’Oiseuse, telle qu’elle apparaît dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris : une jeune femme charmante qui n’a d’autre occupation que de peigner sa blonde chevelure en se regardant dans un miroir3 :

  • 4 Voir Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. trad, et notes A. Strubel, Pari (...)

D’orfrois ot .i. chapel mignot:
Onques nuke pucele n’ot
Plus cointe ne plus desguisé,
Ne l’avroie ouan devisé.
Un chapel de rouse touz frois
Ot desus le chapel d’orfrois.
En sa main tint .i. mireor,
Si ot d’un riche treceor
Son chief trecié mout richement ; [...]
Il paroit bien a son ator
Qu’ele ere pou embesoignié :
Quant ele s’estoit bien pignié
Et bien paree et bien atornee,
Ele avoit faite sa jornee.
(Le Roman de la Rose, v. 551-559 et 566-5704)

  • 5 Le texte de référence est naturellement celui de Paul, Corinthiens, I, 11 : « Toute femme qui prie (...)

2La position de l’Eglise vis-à-vis de la coiffure de la femme est claire5 : si la jeune fille non mariée, donc en quelque sorte disponible sur le marché matrimonial, est autorisée à porter ses cheveux librement sur ses épaules, la femme mariée, la veuve et la nonne doivent se couvrir la tête. La prise de voile s’accompagne même d’une « tonte » symbolique qui prive ou débarrasse la postulante de cette encombrante partie d’elle-même, qui la pousse au péché de vanité et incite l’homme au péché de luxure. Il va donc de soi que, au fil de la christianisation des textes liés au Graal, le signe extérieur de la beauté féminine va devenir signe démoniaque, à éliminer de l’espace textuel ou à métamorphoser en autre chose, qui puisse servir à l’établissement d’une nouvelle « senefiance », aux antipodes de la courtoisie « terriene ».

3Cependant, si emblématique qu’elle puisse être, la chevelure ne serait sans doute pas devenue la pierre de touche de la représentation de la féminité, par exemple, dans ce sommet de l’orthodoxie littéraire que constitue la Queste del saint Graal, ou aussi bien n’aurait pas acquis la valeur hautement symbolique qu’elle possède dans le Perlesvaus, si l’attention des auteurs des premières proses du Graal n’avait pas été attirée par l’étrange formule, placée dans la bouche d’un personnage plus étrange encore, du Conte du Graal.

La damoisele fu trecie

  • 6 Les références sont au Conte du Graal, éd. et trad. Ch. Mela, Paris, Livre de Poche « Lettres goth (...)

A deus treces tortes et noires,
Et se les paroles sont voires
Si con li livres lo devise,
Onques riens si laide a devise
Ne fu neïs dedanz anfer.
(Le Conte du Graal, v. 4546-56)

4C’est elle qui introduit par surcroît l’image surprenante de la Fortune « chauve derrière », que précisément Perceval n’a pas su « saisir aux cheveux » lorsqu’il en a eu l’occasion. :

« Ha ! Percevaus, fortune est chauve
darriere et devant chevelue,

Et daaz ait qui te salue
Et qui nul bien t’ore ne prie,
Que tu ne l’as deservi mie,
Fortune, quant tu la trovas ! »
(Ibid., v. 4578-83)

5On peut noter au passage que l’image de la féminité dangereuse – de la sirène, en fait – apparaît un peu plus loin dans la « partie Gauvain », sous la forme de la « Maie Pucelle » dont le nom est une intéressante variation sur celui de la Demoiselle hideuse, et correspond à un phénomène analogue, une inversion des valeurs courtoises classiquement attribuées à la féminité. L’Orgueilleuse de Logres en effet, qui provoque le neveu d’Arthur par ses insinuations ironiques, est le pendant moral de la Demoiselle Hideuse, même si elle est contrairement à celle-ci parfaitement conforme au canon de la beauté. Il y a de facto dans cette section du Conte du Graal une espèce de fixation sur le motif de la chevelure, maltraitée, présentée comme hideuse, mise en valeur ou dissimulée : ainsi, outre la mention du « cercelet d’orfroi » que porte la Male Pucele, on a bientôt une allusion à la « guimple » de la jeune fille, qu’elle refuse de laisser toucher à Gauvain. Par ailleurs, la demoiselle qui se lamente sur le corps sans vie de Greorreas manifeste son deuil au détriment de sa chevelure :

... Et voit seant une pucele,
Qui molt li sambloit estre bele,
Se ele eüst joie et leesce.
Mais ele ot ses doiz en sa trece
Fichiez por ses chevox detraire,
Si s’esforçoit molt de duel faire
(Ibid., v. 6461-66)

  • 7 En fait, Gauvain s’empresse de lacérer cette guimpe, comme on coupe une chevelure, afin de la tran (...)

6et n’hésite pas un peu plus loin à se dépouiller de sa propre guimpe pour en faire un pansement7. Enfin, le valet qui arrive opportunément sur un « roncin » constitue le pendant masculin de la Demoiselle Hideuse, doté comme il l’est d’un système pileux hors du commun, qui connote à la fois l’animalité, la vilenie (cheveux roux) et le surnaturel, présent à l’état endémique dès que l’on approche les bornes de Galvoie :

  • 8 Ajoutons à cela qu’il est aussi doté d’une barbe spectaculaire, qualifiée par l’adjectif « recerce (...)

Les chevols ot meslez et ros,
Roides, encontremont dreciez
Comme pors sanglers corrodez,
Et les sorcis ot toz auteis,
Que tot lo vis et tot lo neis
Li covroient jusqu’as grenons
Que il avoit tortiz et lons.
(Ibid., v. 6902-088)

  • 9 C’est du moins le cas de Rosete la Bloie dans la Deuxième Continuation du Conte du Graal (ed. Roac (...)

7L’apparence de la Demoiselle hideuse n’est pas rattachée, par Chrétien, à l’échec de Perceval au château du Graal. Rien ne permet donc de supposer un lien de cause à effet entre le silence du héros, et l’aspect physique de la pucelle, qui énumère toute une liste de conséquences désastreuses sans en mentionner aucune qui la concerne. Pourtant, dans un espace romanesque où le degré zéro de la féminité comporte inéluctablement la notion de beauté, le cas de figure d’une « laide demoiselle » ne saurait s’expliquer que par un enchantement, ou une malédiction. C’est de cette manière que sont réintégrées à la norme les rares « pucelles » horribles à voir de la littérature arthurienne : si un texte se risque à suggérer que peut-être c’est la force de l’amour qui fait trouver Rosete la Bloie ou Rose Espanie belle à son ami alors qu’elle est objectivement affreuse, il ne tarde pas à s’auto-corriger en précisant que par la suite, cette horreur est devenue l’une des « plus belles demoiselles du monde » – une de plus9. La Demoiselle hideuse ne rentre pas dans ce paradigme, toutefois : sa laideur, qui va de pair avec son langage délibérément discourtois, relève du scandale pur, et fonctionne comme l’indice de la rupture que produit le Graal sur le tissu narratif.

  • 10 Perlesvaus. Le Haut Livre du Graal, ed. William A. Nitze and T.A. Jenkins, 2 volumes, Chicago : Th (...)

8Il s’agit cependant, dans l’œuvre de Chrétien de Troyes, d’une simple figure de style, d’une métaphore censée impressionner l’auditeur, et le lecteur, davantage que ne le ferait une expression plus abstraite. En revanche, les continuateurs de Chrétien manifestent une nette tendance à « prendre au pied de la lettre » le texte du maître. Dans la mesure où ils s’attellent à la tâche ardue de mener à son terme le roman inachevé et d’en délabyrinther les mystères, ils ne peuvent apparemment se permettre de laisser de côté le moindre détail sous prétexte que ce n’est qu’une formule imagée, relevant de la pure rhétorique du récit. Et c’est ainsi que le motif de la chevelure, présente ou absente, devient une sorte de leitmotiv des romans du Graal, et plus précisément de deux d’entre eux, qui lui réservent un traitement significatif de leurs différences: Perlesvaus: le Haut livre du Graal qui met en scène cette quasi impossibilité rhétorique qu’est une « Demoiselle chauve », et La Queste del saint Graal, où l’un des seuls personnages féminins dotés d’une certaine importance fait le sacrifice de sa chevelure avant de faire celui de sa vie10.

9Le Perlesvaus fonctionne bien entendu au niveau de l’allégorie, et s’il arrive assez fréquemment que certaines figures de ce type acquièrent au cours du roman une épaisseur romanesque qui souvent embrouille la lecture strictement chrétienne de l’œuvre, ce n’est certes pas le cas de la Demoiselle du Char et de ses compagnes : allégories elles sont, allégories elles restent. Toutes trois apparaissent au début du récit, et expliquent à la cour du roi Arthur en quoi leur errance et leurs attributs bizarres sont liés à l’échec de Perlesvaus au château du Graal, échec qui n’est pas représenté dans le texte mais fait partie du passé narratif générique. De la Demoiselle du Char il est dit explicitement qu’elle n’est pas très belle « de visage », ce qui confirme que la beauté du visage est avant tout liée à la chevelure. Mais par compensation, le récit s’attarde avec insistance sur le « chapel » précieux qui dissimule sa honte, couvre-chef, au sens propre du terme, tout enrichi de pierres précieuses et d’or comme s’il s’agissait par métonymie de combler le manque survenu dans la représentation de la féminité :

10« La damoisele qui seoit seur la mule estoit molt gente de cors, mais n’estoit pas molt bele de vis; e estoit vestue d’un riche drap de soie, e avoit un riche chapel qui li covroit tot le chief ; e estoit toz carchiez de pierres precieuses qui flanboioient comme fex. Granz mestiers li estoit q’ele eüst le chief covert, car ele estoit tote chauve ; » (Perlesvaus, Branche II, 1. 600-604).

11Cependant, si on a l’explication, un peu tirée par les cheveux peut-être <ATTillisible> – il n’est pas véritablement cassé ou démis, c’est elle qui a décidé, symboliquement, de le porter de la sorte en pénitence, en quelque sorte, du « service » mal employé qu’elle a fait à Perlesvaus lors de sa visite manquée au Château du Graal –, on ne reçoit jamais ce genre d’explications rationalisantes en ce qui concerne sa calvitie : elle avait la plus belle chevelure du monde, et l’« échec » du Bon Chevalier, ou plus exactement son silence, a fait qu’elle s’est retrouvée, instantanément, chauve :

Ele descuevre son chief du riche chapel, e mostre au roi e a la roïne e as chevaliers de la sale sa teste tote chauve e sanz chevex. « Sire, fet ele, mes chiés estoit molt biax e molt cheveluz e galonez de riche treceoir d’or, au point que li chevaliers vint en l’ostel le riche Roi Pescheeur; mes ge deving chauve por ce qu’il ne fist la demande ; ne ja ne seré mes chevelue devant ce que chevaliers i ira qi melt fera la demande que cil ne fist, o chevaliers qui le Graal conqerra.
(Ibid., Branche II, 1. 649-654)

12Pourquoi chauve ? Par rapport au drame de la Terre Gaste et à la souffrance du Roi Pêcheur, on pourrait avoir tendance à trouver ce problème relativement peu important. Il n’est pas question ici, je pense, de voir en la disparition des cheveux de la demoiselle une image de castration, analogue de la stérilité qui frappe tout le royaume du Graal : on assiste, littéralement, à la mise à plat d’une métaphore, déroulée comme un escargot et transformée tant bien que mal en motif narratif linéaire. Fortune, descendue du ciel des personnifications, n’est plus « chauve derrière et devant chevelue », mais chevelue d’abord, puis chauve, puis à nouveau chevelue, lorsque la boucle est bouclée et le manque comblé.

13On la rencontre en effet à nouveau, tout près de la fin du roman, lorsque Perlesvaus est en train de mettre les bouchées doubles pour clore toutes les aventures restées plus ou moins en suspens avant de partir pour l’île bienheureuse où s’achèvera son parcours métaphysique :

Il n’ot gueres alé quant il a consuï la Damoisele du Char, qui molt grant joie fet de lui. « Sire, fet ele, g’estoie chauve la premiere foiz que ge vos vi. Or poez veoir se ge sui chevelue. – Certes, oïl, fet Perlesvaus, si com il m’est avis, en tres grant biauté de chevox. »
(Ibid., Branche XI, 1. 9945-9948)

14Son bras est aussi réparé, et l’autre demoiselle, celle qui était à pied, chevauche. La formule de Perlesvaus est un peu vague et d’extension limitée : il reconnaît la beauté de la chevelure de la demoiselle, sans porter de jugement ni faire de commentaire sur celle de sa personne dans l’absolu. Il vaut d’ailleurs la peine de remarquer que cette rencontre du Bon Chevalier avec la Demoiselle du Char a été longtemps retardée, et que techniquement il n’y a pas de raison pour que la jeune fille ait retrouvé sa chevelure, puisque la « conquête » du Château des Ames s’est accomplie selon des modalités bien différentes de ce que suggérait le texte de Chrétien, horizon d’attente explicite du roman en cours. En outre, bien que la Demoiselle du Char fasse admirer au héros sa chevelure, elle ne précise pas quand celle-ci est réapparue; or, de fait, l’ultime épreuve à laquelle elle semble liée n’a pas encore eu lieu. Au contraire, les « chiefs » enchâssés dont elle avait la garde lui ont été pris par force par le Noir Ermite, figure à peine dramatisée de Satan, et le duel décisif entre celui-ci et Perlesvaus n’a pas encore eu lieu. A toutes fins utiles, cependant, l’essentiel s’est accompli, et la seule ambition du texte à ce stade est de se clore le plus vite possible, de « boucler » les questions en suspens afin d’en finir. La réapparition de la Demoiselle du Char est un élément indispensable de ces procédures de clôture accélérée, et elle a lieu au détriment de la dimension romanesque d’une figure qui n’a jamais cessé d’être presque purement allégorique.

  • 11 Que celui-ci d’ailleurs ne reconnaît qu’à grand-peine. Ce phénomène, toutefois, est applicable à t (...)

15Les choses se présentent de manière légèrement différente dans la Queste del saint Graal, où le motif de la chevelure supprimée, ou confisquée, est attaché, comme je l’ai dit plus haut, à l’un des seuls personnages féminins à acquérir une certaine épaisseur dans le récit, et, a fortiori, à être doté d’une valeur positive : la sœur de Perceval11. Celle-ci intervient dans le récit de façon fort abrupte, faisant irruption à la porte du logement de Galaad et lui imposant sa présence pour le conduire à la nef de Salomon où l’attend la fameuse « Epée aux étranges renges ». Cette arme qualifiante est composée de pièces et de morceaux dont chaque échantillon correspond à un type particulier de mise à l’épreuve. Pour les « renges », l’énigme est particulièrement opaque:

« Mes quant ce vint au resgarder les renges de l’espeee, si n’i ot nus qui ne s’en merveillast plus que onques mes. Car il voient que les renges n’avenissent pas a riche brant come cil ert : car eles erent de si vil matiere et de si povre come d’estoupes de chanvre, et estoient si foibles par semblant qu’il lor ert avis qu’eles ne poïssent mie sostenir l’espee une hore sanz rompre. » (Queste, p. 205, 1. 14-20)

  • 12 Cette exclusive, qui fait une belle carrière au Moyen Age, se retrouve encore, peut-être comme un (...)

16Immédiatement après, l’explication-mode d’emploi inscrite sur le fourreau donne quelques indications pour résoudre l’énigme, avec en particulier la formule exclusive « aucun homme qui ait vécu ou qui soit à venir », qui désigne donc en bonne logique aristotélicienne une femme12 (et suggère, au passage, que la femme n’appartient pas à l’humanité) :

« Ne je nus ne soit si hardiz qui ces renges, qui ci sont, en ost pour rien : car il n’est pas otroié a home qui or soit ne qui a venir soit. Car eles ne doivent estre ostees fors par main de fame et fille de roi et de reine. Si en fera tel eschange que ele i metra unes autres de la riens de sus li que ele plus amera, et si les metra en leu de cestes. Et si covient que la damoisele soit toz les jorz de sa vie pucele en volenté et en oevre. Et s’il avient que ele enfraigne sa virginité, aseür soit ele que ele morra de la plus vil mort que nule fame puisse morir. Et cele damoisele apelera ceste espee par son droit non et moi par le mien ; ne ja devant la ne sera nus qui par noz droiz nons nos sache nommer. » (Ibid., p. 205-6, 1. 29-33 et 1-8)

  • 13 L’un des effets secondaires de toute l’histoire du roi Salomon et de sa femme est que la femme, et (...)

17Il faut noter d’ailleurs que le pluriel, qui correspond certes à celui de « renges », oriente le lecteur vers l’hypothèse des cheveux. Au demeurant, c’est en effet jusqu’à présent la demoiselle qui détient un savoir dont sont tristement dépourvus ses parèdres masculins (bons chevaliers, mais mauvais théologiens, et qui ont toujours besoin d’une interprétation extérieure13). En insistant sur le fait qu’elle est seule habilitée à donner un nom à l’épée et au fourreau, le texte lui confère le pouvoir de nomination ordinairement réservé à Adam. Corollairement toutefois, le seul châtiment qu’elle puisse encourir est la mort, si elle perd sa virginité: dans le cas d’une vierge, il n’y a pas de pénitence possible comme dans le cas de Lancelot, par exemple. Le renoncement à la chevelure (bien qu’on ne sache pas encore que c’est de cela qu’il s’agit) va de pair avec le renoncement à la sexualité, dans un rapport de métaphorisation qui rappelle la « tonte » des novices au moment de la prise de voile. C’est ce renoncement qui permet à la demoiselle d’accéder exceptionnellement, et pour quelques lignes seulement, au statut de protagoniste dans la sainte histoire du Graal :

Quant la damoisele qui suer Perceval estoit les oï si dementer. si lor dist : « Seignor, ne vos esmaiez mie, car, se Dieu plest, ainz que nos departons i seront les renges mises, si beles et si riches come eles i covienent. » Lors ouvri la damoisele un escrin que ele tenoit et en trest unes renges ouvrees d’or et de soie et de cheveux mout richement. Si estoient li chevel si bel et si reluisant que a peines coneust len le fil d’or des chevex. Et avec ce i avoit il embatues riches pierres precieuses ; si i ot deus boucles d’or si riches que a peines poïst len trover lor pareilles. « Bel seignor, fet ele, veez ci les renges qui i doivent estre. Sachiez, fet ele, que je les fis de la chose de sus moi que je avoie plus chiere, ce fu de mes cheveux. Et se je les avoie chiers ce ne fu mie de merveille, car le jor de Pentecoste que vos fustes chevaliers, sire, dist ele a Galaad, avoie je le plus bel chief que fame dou monde eust. Mes si tost come je soi que ceste aventure m’estoit apareilliee et qu’il le me covenoit fere, si me fis tondre erranment et en fis ces treces teles com vos poez les veoir. » (Ibid., p. 226-7, 1. 29-30 et 1-18)

18Le fait que la sœur de Perceval s’adresse ici spécifiquement à Galaad va dans le sens du « mariage mystique » que l’on voit souvent entre les deux personnages. Toutefois, cette symétrie entre l’adoubement et la beauté triomphale des cheveux est peut-être plutôt à lire dans une perspective allégorique, à la lumière du Perlesvaus : de même que la demoiselle chauve l’est devenue au moment de l’échec de Perlesvaus, la chevelure de la sœur de Perceval atteint sa beauté maximale à l’instant de l’adoubement du « bon chevalier », c’est-à-dire à l’équivalent de l’Incarnation, quand la machine du salut se met en marche, ou subit un coup d’accélérateur.

  • 14 «... car je fui bele sor tote rien. Et en cele biauté sanz faille m’enorgueilli un poi plus que je (...)

19D’après le discours de la demoiselle, alors que les chevaliers de la cour d’Arthur recevaient l’annonce du Graal, elle avait droit à son épiphanie particulière, qui délinéait pour elle la mission spécifique qui lui revenait. On ne saurait établir plus clairement le parallèle entre l’aventure du miles Christi, engagé activement dans la quête du Graal, et l’« aventure » – le terme est explicite – de la femme, faite de passivité (« me fis tondre ») et de sacrifice – il s’agit de renoncer à sa beauté, à sa valeur sur le marché de la courtoisie. Le rejet de la féminité caractéristique de la Queste (tel que le manifeste on ne peut plus clairement la séquence d’ouverture où un ermite vient interdire aux amies et aux épouses des chevaliers de les accompagner en leur quête, sous peine de péché mortel, alors même qu’il s’agit de femmes légitimement mariées et que tout le monde ne peut pas être moine !) est emblématisé par le dépouillement de la sœur de Perceval, privée de sa plus grande beauté : sa chevelure, signe ordinaire de séduction diabolique. La sœur de Perceval n’est jamais décrite comme « belle », à la différence pourrait-on dire de toutes les demoiselles qui hantent l’univers arthurien. La seule allusion à sa beauté est placée dans sa propre bouche, au passé, et modalisée dans la mesure où il est question non de son apparence générale, mais de son « bel chief », ce qui constitue en soi une objectivation. A l’opposé, on a par exemple le démon sous forme de jeune fille, dont la beauté est mentionnée à chaque stade de son entreprise de séduction, et qui reconnaît elle-même qu’elle s’est un peu trop enorgueillie de cette beauté14. En outre, la chevelure dont elle est dépouillée est entièrement objectivée et mise au service du pouvoir masculin, puisqu’elle perd sa nature première pour devenir part de l’équipement du guerrier, confondue avec l’or et dissimulée sous les pierres précieuses qui constituent les « étranges renges » de l’épée destinée à Galaad. Ainsi la féminité n’est acceptable que comme sacrifice, et sous une forme qui la rend précisément méconnaissable: elle est, au sens propre, dénaturée.

20Non seulement la sœur de Perceval se dépouille donc de sa beauté pour la mettre au service de l’élu du Graal, c’est-à-dire de Galaad, mais la place qu’occupe sa chevelure d’or dans le rébus surchargé de symbolisme qu’a élaboré le roi Salomon avec l’aide de sa femme n’est pas dépourvue d’ambiguïté. Certes, on insiste sur le fait qu’aucunes « renges » ne pourraient être plus précieuses que celles fournies par la pucelle, mais celles-ci remplacent, métonymiquement, les « renges » d’étoupe mises en place par la subtile épouse de Salomon : étranges elles étaient, étranges elles demeurent, dans la mesure où il n’est pas plus normal pour une épée aussi belle que celle-ci d’avoir un baudrier de cheveux qu’un baudrier de chanvre. De la sorte, la réhabilitation « sous conditions » de la féminité que semble admettre la Queste est souterrainement minéee par un système de représentations misogynes dont l’effet est de diminuer l’impact apparent de l’épisode, jusqu’au moment où le texte se débarrasse de la sœur de Perceval, qui a joué le rôle bien limité qui lui était attribué, avec une hâte dépourvue d’élégance. Même privée de sa chevelure et donc de son pouvoir de séduction, il n’est de femme admirable que morte.

21Signe de la beauté, c’est-à-dire de la séduction dangereuse liée à la féminité, la chevelure dans les premiers romans en prose liés au Graal est donc l’objet d’une entreprise de destruction ou de détournement systématique. Qu’elle serve d’« indice de réussite » vis-à-vis des chevaliers qui tentent la visite du château du Graal, ou qu’elle soit utilisée à contre-emploi comme élément de l’équipement chevaleresque réservé à l’Elu, elle est de toute façon « détachée » de son contexte naturel, le corps de la femme, pour devenir pur emblème. Réduite quant à elle au statut de support provisoire de cette chevelure emblématique, la femme perd du même coup sa beauté, et sa dimension dangereuse; ainsi, grâce à l’emploi subtil et brutal du motif de la chevelure, les proses du Graal parviennent, momentanément, à endiguer le péril féminin.

Notes

1 Mais elle occupe aussi une place prééminente dans les rares portraits masculins détaillés offerts par ces textes : voir par exemple l’attention détaillée que le Lancelot porte aux cheveux du héros.

2 Dans Les Premiers faits du roi Arthur, dans Le Livre du Graal, volume 1, éd. Ph. Walter et alii, Paris : Gallimard « Pléiade », 2001. ; voir à ce sujet mon article sur « Guenièvre, princesse de Carmelide, reine de Logres », in Reines et princesses au Moyen Age, Actes du 5e colloque international de Montpellier, 2 vol., Montpellier: Cahiers du CRISIMA n° 5, 2001, p. 677-693.

3 Les analyses de ce motif abondent. Pour un point de vue récent, voir la lecture iconographique d’Alcuin Blamires et Gail C. Holian dans The Romance of the Rose Illuminated. Cardiff: University of Wales Press, 2002.

4 Voir Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. trad, et notes A. Strubel, Paris, Livre de Poche « Lettres Gothiques », 1992.

5 Le texte de référence est naturellement celui de Paul, Corinthiens, I, 11 : « Toute femme qui prie ou prophétise le chef découvert fait affront à son chef ; c’est exactement comme si elle était tondue. Si donc une femme ne se couvre pas, alors, qu’elle se coupe les cheveux ! Mais si c’est une honte pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou tondus, qu’elle se couvre » (traduction Bible de Jérusalem). 11 n’entre pas dans les détails, se bornant à insister sur le fait que la femme doit se couvrir la tête, en particulier dans les lieux saints. En revanche, on rencontre des précisions et des distinctions (ébauchées déjà chez Paul dans la Première Epître à Timothée, 2.9), par exemple sur la coiffure des vierges ou celle des prostituées, au fil des textes pastoraux qui règlementent la vie des communautés pendant les premiers siècles de l’ère chrétienne et le Moyen Age. Voir pour la période plus tardive (xiiie-xve siècles) l’ouvrage de Kim Philips, Medieval Maidens : Young Women and Gender in England, c. 1270-c. 1540 (Princeton University Press, 2003) qui cite en particulier la règle de certaines abbayes bénédictines anglaises.,

6 Les références sont au Conte du Graal, éd. et trad. Ch. Mela, Paris, Livre de Poche « Lettres gothiques », 1990.

7 En fait, Gauvain s’empresse de lacérer cette guimpe, comme on coupe une chevelure, afin de la transformer en bandages (v. 6870-6883).

8 Ajoutons à cela qu’il est aussi doté d’une barbe spectaculaire, qualifiée par l’adjectif « recercelee » qui sert en général à décrire des cheveux bouclés, dans une perspective laudative.

9 C’est du moins le cas de Rosete la Bloie dans la Deuxième Continuation du Conte du Graal (ed. Roach, vol. IV, p. 178, v. 23526-32). Il semble que Rose Espanie demeure laide, même si la prouesse de son ami Girflet lui a fait attribuer à plusieurs reprises le prix de l’épervier dans le concours de beauté bien connu (Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, Paris : Champion, 1978, v. 1723-35).

10 Perlesvaus. Le Haut Livre du Graal, ed. William A. Nitze and T.A. Jenkins, 2 volumes, Chicago : The University of Chicago Press, 1932. La Queste del saint Graal, édition Albert Pauphilet, Paris, Champion, cfma, 1923. Il me semble que le remploi spectaculaire de ce motif dans le Perlesvaus est à verser au dossier d’une date « haute » pour ce roman : en effet, il paraît probable que l’impact de la métaphore de Chrétien aurait eu le temps de s’affaiblir au fil des réécritures du xiiie siècle, si le Perlesvaus avait été écrit vers 1260.

11 Que celui-ci d’ailleurs ne reconnaît qu’à grand-peine. Ce phénomène, toutefois, est applicable à toute sa parentèle féminine (d’abord la tante, puis la sœur) : « Quant Perceval ot ce, si la regarde et avise tant qu’il conoist que ce est sa suer. » Il peut être intéressant de remarquer que le motif de la chevelure sacrifiée n’est pas lié à la sœur de Perceval/Perlesvaus dans le texte éponyme, quoiqu’elle y joue, sous le nom de Dandrane, un rôle assez important.

12 Cette exclusive, qui fait une belle carrière au Moyen Age, se retrouve encore, peut-être comme un souvenir de l’éminent médiéviste qu’était Tolkien, dans le Seigneur des Anneaux, lorsque le prince des Nazgûl raille Eowyn en lui disant qu’aucun homme vivant ne pourra lui causer le moindre mal, et que celle-ci répond qu’elle « n’[est] pas un homme vivant. C’est une femme que tu vois... » Si l’on y regarde de plus près, d’ailleurs, c’est aussi une histoire de chevelure, puisque Merry reconnaît Eowyn sous le déguisement de Derhelm parce que « le heaume de son secret [est] tombé... ».

13 L’un des effets secondaires de toute l’histoire du roi Salomon et de sa femme est que la femme, et conséquemment la sœur de Perceval, est présentée comme supérieure à, ou disons plus intelligente que, son mari, mais que cette intelligence même lui est comptée à discrédit. Ainsi, le savoir de la sœur de Perceval, qui n’est pas plus nommée que la femme de Salomon (à la différence de ce qui se passe dans le Perlesvaus), demeure une qualité douteuse, qui n’est pas forcément à lire comme la marque d’un accomplissement spirituel plus considérable, puisque, en tout cas, elle n’est pas la Vierge Marie. D’ailleurs, l’origine de ce savoir quasiment encyclopédique n’est pas claire, et on peut se souvenir que la connaissance du passé est du domaine du diable, plus que de Dieu.

14 «... car je fui bele sor tote rien. Et en cele biauté sanz faille m’enorgueilli un poi plus que je ne deusse... » (Queste, p. 107, 1. 44-46) Certains textes nomment Lucifer « Luchiabiaus », comme pour souligner cette beauté physique qui a causé sa perte.

Auteur

University of Connecticut, Storrs, Etats-Unis

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540