Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Lancelot échevelé : la parodie dans Les Merveilles de Rigomer

Isabelle Arseneau

Texte intégral

  • 1 Les Merveilles de Rigomer, éd. Wendelin Foerster et Hermann Breuer, 2 vol., Dresden, Gesellschaft (...)

1A partir de la fin du xiie siècle, le roman arthurien en vers est traversé par un courant parodique, centré principalement autour du personnage de Gauvain. En dérogeant aux conventions romanesques qui, comme l’art du portrait, régissaient jusque-là la production en vers, les auteurs de ces récits parodiques ont fait une entorse au genre établi. Ainsi, dans un roman daté du dernier tiers du xiiie siècle, Les Merveilles de Rigomer1, les yeux du parodiste se tournent, pour la première fois, vers le personnage de Lancelot qui, délivré de sa prison par Gauvain, revient à la cour d’Arthur sans que personne ne le reconnaisse sous les traits d’un bachelier dont les cheveux sont emmêlés d’un « plain poig de mouse » (v. 15577).

  • 2 Dominique Boutet, article « Les Merveilles de Rigomer » in Dictionnaire des littératures, Paris, B (...)
  • 3 Jean-Charles Payen, « Figures féminines dans le roman médiéval français », in Entretiens sur la Re (...)
  • 4 Richard Trachsler, « Lancelot aux fourneaux : des éléments de parodie dans les Merveilles de Rigom (...)
  • 5 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, coll. « Po (...)

2Ce roman « filandreux » et « monotone2 » – qui ne présenterait, aux dires de Jean-Charles Payen, qu’une « succession ininterrompue de thèmes [...] folkloriques [...] jetés pêle-mêle3 » – a retenu l’attention des chercheurs au cours des deux dernières décennies. Au terme d’un article paru en 1993, Richard Trachsler conclut: « [...] l’auteur des Merveilles de Rigomer est un écrivain réfléchi, qui utilise sciemment, voir au deuxième degré, des traditions littéraires existantes4 ». Texte au « second degré » – ou palimpseste où peut encore se lire l’ancien sous le nouveau – Les Merveilles de Rigomer emprunte aux romans arthuriens en vers et en prose ainsi qu’à la tradition hagiographique et fait subir à ses textes sources plusieurs « opération[s] de transformation5 » qui assurent le passage de l’intertextualité à la parodie.

  • 6 Chrétien de Troyes, Lancelot ou Le Chevalier de la Charrette, éd. et traduction Daniel Poirion, in (...)

3L’analyse de cet épisode où le fin amant de jadis perd, pendant quelques vers, son statut de héros « idéal », permet de voir comment, dans Les Merveilles, la parodie fonctionne à partir du déplacement et de la condensation de divers éléments empruntés à la tradition. La chevelure noire et hérissée de Lancelot – signe de sa nature sauvage et de l’égarement momentané de sa raison – contraste avec le portrait que dresse, du fils adoptif de la Dame du Lac, le Lancelot en prose. Elle le rapproche aussi de ces personnages aux traits zoomorphes nettement marqués que l’on retrouve, notamment, chez Chrétien de Troyes. Mais s’il s’attache à mettre en scène un Lancelot « bestial », l’auteur s’amuse également de la pilosité abondante de ce personnage reconnu, depuis l’épisode du peigne, dans la Charrette, pour son rapport presque fétichiste aux cheveux6.

Les delicts du portrait

4Après une année d’errance à travers l’Irlande, Lancelot revient à la cour d’Arthur. Il semble avoir gardé des « stigmates » de son passage à Rigomer où, retenu dans les cuisines, il était devenu « cras et fors/De bras, de menbres et de cors » (v. 14009-14010) et s’était abruti au point de devenir aussi sot qu’une « beste » (v. 6331). Alors que Midomidas et Miraudiel sont sur le point de s’affronter, la foule aperçoit un chevalier qui sort de la forêt, assis sur une selle de careton (v. 15555), premier clin d’œil parodique à la Charrette de Chrétien de Troyes. Vêtu d’un « povre drap de Cornoualle », l’inconnu a la tête « grose et locie » (v. 15573) :

Ne fu lavee ne pignie
Mien essïent plus de deus mois,
Aussi avoit il plus de trois.
Encor i ot plain poig de mouse
Qui ne pot estre fors escouse. (v. 15574-15578)

5« Comme votre tête est volumineuse ! » s’étonnent quelques moqueurs qui n’ont pas reconnu Lancelot sous les traits de ce curieux personnage dont la tête, se plaît à répéter le narrateur, est « grose et huree/[...] mie blonde ne touse,/Mais mout noire, plaine de mosse » (v. 15790-15792).

  • 7 Dans son ouvrage consacré à la parodie, Gérard Genette (op. cit., p. 13) distingue cinq types de r (...)

6Il ne fait aucun doute que cet épisode entretient des relations hypertextuelles7 avec des récits antérieurs. Si Chrétien de Troyes, par exemple, n’offre à l’auditeur/lecteur aucun portrait de l’amant de Guenièvre, l’auteur du Lancelot propre consacre, pour sa part, de longs développements aux cheveux « soret » du héros éponyme :

  • 8 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, 9 vol., Genève, Droz, coll. « Texte (...)

[...] si ot les cavex deliés si naturelment blons et luisans, tant com il fu enfés, que de plus bele colour ne peusent estre nul chavel. Mais quant il vint as armes, si com vous orrés, si li canjerent de la naturel blondor et devindrent soret et moult les ot tous jors crespés et cleirs par mesure.
IXa, § 48 (t. VII, p. 72-73)

  • 9 C’est ce que suggère, par exemple, l’emprunt de la technique de l’entrelacement. Voir Norris J. La (...)
  • 10 Que l’on se rappelle, par exemple, les cheveux noirs de la demoiselle à la mule fauve dans Le Cont (...)

7L’auteur des Merveilles de Rigomer – texte dont la filiation avec les romans en prose est établie depuis longtemps9 – semble avoir gardé le souvenir de ce passage puisqu’il procède à une inversion du portrait proposé par le Lancelot propre. En effet, il ne reste rien, dans le roman parodique, de ces cheveux aux allures de merveilles qui consacrent, en se colorant d’une autre teinte, le passage de l’enfance à l’âge adulte. Aux cheveux blonds et déliés du puer et aux cheveux « sors et crespés » du juvenis (VIII, § 12, t. I, p. 128-129), ne répondent plus, dans les Merveilles, que les cheveux noirs, sales et emmêlés d’un Lancelot déprécié. Sa chevelure noire et hirsute – apanage des créatures infernales et des demoiselles perfides10 – se pose ici comme le signe d’un désordre et s’inscrit dans une longue suite de renversements carnavalesques qui traversent le roman.

  • 11 Les Premiers faits du roi Arthur, éd. Daniel Poirion et traduction Anne Berthelot et Philippe Walt (...)

8Un indice de parodie encore plus solide peut cependant être évoqué. Jusqu’à l’âge de l’adoubement, le jeune Lancelot du roman en prose est coiffé d’un « capelet de roses vermeilles » (XVa, § 22), identique à celui que porte Merlin lors de ses métamorphoses en jeune valet et en vieillard chétif dans la Vulgate11. Il ne fait nul doute que le parodiste connaissait cet attribut du personnage et on recense, dans son roman, deux couronnes de roses qui ne sont pas sans rappeler celle du fils adoptif de la Dame du Lac. La demoiselle que rencontre Lancelot à Rigomer après son combat contre le serpent – Eve nouvelle vêtue de rouge qui tient une pomme d’or à la main – porte un capiel de roses (v. 6134) qui l’apparente aussi à Marie, rose entre les roses, rose sans épine. Concentrant les deux figures opposées et complémentaires de la féminité, c’est encore elle qui, coiffée de ce même « capel de roses vermelles » (v. 13880), annonce à Gauvain qu’il est le libérateur attendu.

  • 12 « Le merveilleux laisse toujours un résidu surnaturel que l’on n’arrivera jamais à expliquer par a (...)
  • 13 Sur le rôle de la fée dans Les Merveilles de Rigomer, voir Laurence Harf-Lancner, Les Fées au Moye (...)

9Si la voix du parodiste transforme l’hypotexte, c’est, on l’aura deviné, au prix de nombreuses déformations. Dans le Lancelot propre, ainsi que sur la tête de la demoiselle à la pomme d’or, la couronne conserve un « résidu surnaturel12 » qui permet de la classer dans la catégorie du merveilleux : dans le roman en prose, le jeune Lancelot n’arrive pas à deviner l’identité de celui (ou celle...) qui lui offre, été comme hiver, cette couronne de fleurs qui défie les lois de l’éphémère (ce sont, précise le narrateur, des roses qui « perdurent », même si elles n’ont « mie natureil raison de tant durer », XVa, § 22), alors que dans le roman parodique, cette même couronne coiffe une pucelle de l’Autre Monde13, dont la beauté est comparée à celle d’une seraine (v. 6135).

  • 14 Dans le même roman, le motif de l’oiseau anthropophage qui se nourrit à même la tête de l’amant pr (...)
  • 15 Le comique naît aussi du rapprochement de Lancelot et de Rainouart au tinel du Cycle de Guillaume (...)

10Privant volontairement son héros de ce diadème précieux qui lui était jadis attribué, l’auteur des Merveilles lui substitue plutôt un nid d’oiseaux propre à susciter le rire de l’auditeur/lecteur: « de l’esgarder est grans delis/Li moinet i ont fait lor nis14 » (v. 15621-15622). A cette réduction que fait subir le parodiste à sa « matière première » répond aussi, dans le roman de Rigomer, une série d’amplifications et de renversements qui se rapportent une fois de plus au portrait de Lancelot. A la « charneure [...] cleirs brunés » (LXa, § 3, t. VII, p. 71) se substitue le teint sale et « descolorés » (v. 15788) du héros des Merveilles et son cou délicat qui eut pu, jadis, convenir à une dame (IXa, § 5), prend des proportions telles que le héros arrive à tirer une charge que ne pourraient remuer quatre hommes15 !

  • 16 Lancelot a le viaire « enluminé de naturel color vermelle, [...] par mesure » et « le bouche petit (...)
  • 17 Le Lancelot propre réservait un sort semblable à l’amant de Guenièvre qui, après avoir bu de l’eau (...)
  • 18 Voir Alice Colby, op. cit., p. 34: « Curly hair [is] the ideal for men more than for women ».

11La confrontation des deux romans rend évidente la rupture d’équilibre qui s’est produite lors du passage du texte source au texte parodique. Si les portraitistes se plaisent le plus souvent à souligner la régularité des personnages qu’ils dépeignent, l’insistance avec laquelle le prosateur rappelle les proportions harmonieuses du héros éponyme demeure néanmoins exceptionnelle. En moins de trois paragraphes, on note six occurrences du nom « mesure » et de ses différentes formes adverbiales16. Les cheveux « soret » (châtain foncé) du chevalier nouvellement adoubé et sa « charneure [...] de brun et de blanc atenprés » l’un à l’autre s’accordent bien avec son viaire enluminé d’une « igal melleure » de brun, de blanc et de vermeille (IXa, § 3). L’auteur des Merveilles, quant à lui, s’amuse plutôt à dresser un portrait où il insiste, au rebours de la tradition, sur le déséquilibre qui caractérise son héros : suite à son séjour dans les cuisines de Rigomer, Lancelot a pris du poids (14009-14010) et sa tête, par un processus inexplicable – si ce n’est par la mousse qui, pendant une année, s’y est accumulée –, s’est élargie17. Du texte source au texte parodique, les cheveux « soret et crespé » d’autrefois – idéal de beauté masculine18 – ont noirci et se sont emmêlés, au grand bonheur des moinets qui y ont élu domicile.

Mais tot f estoit bestïaus

  • 19 Lancelot et Blanchefleur ont tous les deux les cheveux « desliés », « luisans » et « sor ». Ils on (...)
  • 20 A ce zoomorphisme répond cependant l’anthropomorphisme flagrant du motif de l’oiseau qui « parler (...)
  • 21 Tout au long de l’épisode, il est, tour à tour, qualifié de « beste » (v. 6331 et 14003) et de « b (...)

12Là où l’auteur du Lancelot propre présentait un Lancelot le plus souvent « féminisé » – dont le portrait rappelle d’ailleurs curieusement celui de Blanchefleur dans le Conte du Graal19 –, le parodiste s’amuse à mettre en scène un Lancelot mi-animal, mi-homme sauvage. L’homme aux traits zoomorphes est d’ailleurs une figure privilégiée par l’auteur des Merveilles : à Rigomer, les chevaliers d’Arthur doivent successivement affronter une effroyable gent cynocéphale au corps « pelu [...] comme sauvages bestes » (v. 10412-10413) et un « troupeau » d’hommes munis de becs20 (v. 13708). Bien qu’il ne présente aucun trait nettement animal – outre sa pilosité surprenante –, Lancelot n’en est pas moins qualifié, à maintes reprises (par le narrateur ou par un personnage secondaire), de « beste21 »et adopte aussi plusieurs comportements animaux : tel une bête de somme, il « encline le tieste » (v. 6331) et se soumet aux ordres de la demoiselle qui le « maine » et lui « commande ». (v. 14010-14011). Un soupçon de bestialité planait donc déjà sur la tête de Lancelot, bien avant son retour à la cour.

13Après l’obtention par Midomidas du privilège de défendre la demoiselle desconfortee, on voit surgir de la forêt un chevalier qui monte un roussin hideux qui a « grelle le col et grose tieste » (v. 15545) et dont le harnais est en fort piteux état :

Sor .i. roci venoit le pas,
Qui avoit lent cors et lent pas [...];
Magre avoit le crupe et l’esquine
Et les costés et le poitrines
Grelle le col et grose tieste ;
Mesaessie estoit la bieste ;
Car de soif moroit et de fain.
Li ferëure de son frain
Ne valoit mie grant avoir. (v. 15539-15540, 15543-15549)

14L’intertextualité est ici manifeste et l’auteur reprend à son compte un épisode célèbre du Conte du Graal où Gauvain, sire de la chevalerie, est forcé de se laisser mener par un roussin qui va au petit trot (v. 7218-7224).

  • 22 Le Conte du Graal v. 7161-7178 et 7215-7218 et Les Merveilles de Rigomer, v. 15544-15560.

15Les deux roussins partagent plusieurs caractéristiques : ils sont, l’un et l’autre, maigres, hideux et poussifs22. Mais il semble aussi légitime d’effectuer un rapprochement entre leurs propriétaires respectifs, notamment par le biais de leur chevelure. Tous les deux ont les cheveux « mêlés » (Le Conte du Graal, v. 6988-6989 et Les Merveilles de Rigomer, v. 15573-

1615578) et, chez l’auteur des Merveilles comme chez Chrétien de Troyes, la tête du cavalier est comparée à celle d’un porc : les cheveux de l’écuyer desavenant sont « dreciez/come pors qui est hericiez » (v. 6990), alors que dans les Merveilles, la foule se presse pour voir la hure de Lancelot (v. 15604 et 15790). Mis à la place de l’écuyer par un cruel renversement carnavalesque, il en devient le double le temps d’un voyage.

  • 23 Un processus que remarque Francis Dubost à propos de Gauvain et du roussin qu’il chevauche dans le (...)

17S’il est possible d’établir une certaine équivalence entre Lancelot et l’écuyer repoussant du Conte du Graal, il semble aussi que le chevalier des Merveilles devienne, par « métonymie visuelle23 », le double du roussin qu’il chevauche, de sorte que le portrait de l’homme – constamment qualifié de « bestial » – et celui de la bête paraissent interchangeables: au harnais lamentable et usé du roussin (v. 15548-15558) correspondent les vêtements en lambeaux de Lancelot (v. 15565-15572) ; aux étrivières et aux rênes faites de cordes (v. 15552-15554, 15560), la ceinture de ficelle et les nœuds qui retiennent les braies du chevalier (v. 15586-15587). La tête apparaît, une fois de plus, comme le point de jonction des deux portraits: là où le roussin a « grelle le col et grose tieste », la tête de Lancelot est grosse, large et chancelante (v. 15573).

L’homme forsenez et salvage

  • 24 Alice Colby, op. cit., p. 78 et Richard Bernheimer, Wild Men in the Middle Ages. A study in art, s (...)
  • 25 Anita Guerreau-Jalabert retient plutôt les motifs F 500 (« remarkable persons ») et F 571 (« extre (...)

18L’hirsutisme est, comme le rappelle Alice Colby, une tare que partagent les personnages hideux. Mais il est aussi, comme l’a montré Richard Bernheimer dans son ouvrage Wild Men in the Middle Ages, le signe de leur nature sauvage24. Le motif narratif de la rencontre inattendue avec un homme sauvage n’est pas absent des Merveilles25 et il semble légitime de relire l’épisode du retour de Lancelot à la cour à la lumière de sa rencontre avec le « vieil homme nu ».

19S’enfonçant dans la « forêt foillie » (v. 2286), Lancelot aperçoit une « pauvre créature » nue :

La barbe li ert crëue
Jusques au çaint grans et cenue,
Et si caviel par les espaules.
Mout en estoit hisdeus li malles :
Com’une bieste estoit pelus. (v. 2299-3003)

  • 26 A ce sujet, voir Jean Dufournet, Adam de la Halle à la recherche de lui-même ou Le Jeu dramatique (...)
  • 27 Les Merveilles de Rigomer, v. 1171-1422, 1837-2079 et 3619-4206. Sur les rapports de l’homme sauva (...)
  • 28 Ed. Louis Allen in Charles Allyn William, The German legends of the hairy anchorite, with two old (...)
  • 29 Robert de Boron, Merlin, édition Alexandre Micha, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires françai (...)

20Par le jeu homonymique entre « foillie » et « folie26 », l’auteur signale ici l’entrée de son protagoniste dans ce lieu feuillu où risque d’éclater la folie du sauvage. Pénétrant dans l’antre du vieil homme nu, Lancelot s’aventure néanmoins dans un lieu qui lui est devenu familier, suite à une série d’épreuves nocturnes en forêt27 qui lui ont valu d’être pris pour un « forestiers » (v. 4153). L’être qu’il y rencontre s’apparente nettement à l’homme sauvage conventionnel. Il semble bien que le lecteur a sous les yeux un personnage aux prises avec cette même nudité honteuse inapte à dérober, aux regards étonnés des veneurs, le corps « pelus et maigres28 » de saint Jehan Paulus et, aux yeux de la jeune mère effrayée de Merlin, le corps velu de son enfant29.

  • 30 Chrétien de Troyes, Yvain ou Le Chevalier au Lion, éd. Karl D. Uitti et traduction Philippe Walter (...)
  • 31 Cette longévité extrême caractérise toujours le vieil homme nu des Merveilles qui a « bien [...] . (...)

21Le vieil homme nu des Merveilles souffre aussi de cette pilosité exagérée qui caractérise, dans la tradition, le personnage de l’homme sauvage. Sa longue barbe chenue (v. 2300) rappelle à la fois celles d’Yvain30 et de Merlin, métamorphosé, dans la Vulgate, en un vieillard « crollant31 » (§ 233, p. 1036) dont le corps – comme celui de saint Jehan Paulus – est « megres et plus velus de poils que nus autres hom » (§ 398, p. 1204). Lors d’une métamorphose subséquente, Merlin arborera aussi un « déguisement » identique à celui dont l’auteur des Merveilles revêtira Lancelot, quelques décennies plus tard: l’homme sauvage « noirs et hurepés » que voient s’approcher Grisandole et ses compagnons est vêtu d’une « cote despanee » (§ 428, p. 1232) semblable à celle dont est affublé le chevalier d’Arthur dans le roman de Rigomer:

Mout ert [...] se cote [...] depanee.
Et sa tieste grose et huree.
N’estoit mie blonde ne touse,
Mais mout noire, plaine de mosse [... ] (v. 15788-15792)

  • 32 Richard Trachsler, op. cit., p. 185.

22Dans les romans en vers, le précédent le plus célèbre de ce motif narratif (la rencontre inattendue avec un homme sauvage) est sans aucun doute l’entrevue entre Calogrenant et le bouvier, mi-homme sauvage, mi-animal, dont le portrait qu’en fait Chrétien de Troyes « souligne systématiquement », comme le fait remarquer Richard Trachsler, « les traits zoomorphes32 ». Une fois de plus, le lecteur est autorisé à effectuer un rapprochement entre le chevalier de Rigomer et le vilain du Chevalier au lion, dont la physionomie réunit la plupart des attributs de l’homme sauvage observés jusqu’ici, ainsi que le raconte Calogrenant:

Je m’aprochay vers le vilain,
Et vit qu’il eut grosse la teste
Plus que ronchins ne autre beste
Cheveuz niellés et front pelé, [...]
Oreilles moussues et grans [...]
Dens de sengler agus et rous,
Barbe noire et grenons tortis [...] (v. 292-295, 297, 302-303).

  • 33 On note une deuxième occurrence aux vers 15791-15792 : « N’estoit mie blonde ne touse,/Mais mout n (...)

23On remarque ici un détail – absent de la Vulgate et de La Vie de saint Jehan Paulus – que s’est peut-être rappelé le rédacteur des Merveilles. Dans le roman parodique, la mousse qui « croist » des oreilles du vieil homme – et qui rappelle les « oreilles moussues » du bouvier (v. 297) -est transférée, dix milles vers plus loin, dans les cheveux du chevalier dont se moque la foule : « Encor i ot plain poig de mouse/Qui ne pot estre fors escouse33 » (v. 15577-15578).

24Le portrait de Lancelot qu’offre l’auteur des Merveilles résulte donc du téléscopage de plusieurs portraits d’hommes sauvages empruntés à la tradition. Mais si la parodie résulte de la condensation d’éléments empruntés à des sources diverses, elle naît, une fois de plus, d’une succession de déplacements et de renversements importants. Le corps gras et boursouflé du chevalier de Rigomer contraste avec le corps décharné des hommes sauvages précédemment évoqués. Le régime qu’il a suivi dans les prisons de Rigomer était certainement moins sévère que celui auquel sont contraints saint Jehan Paulus, Yvain et le vieil homme nu des Merveilles qui se nourrissent, indifféremment, de pain ranci (Le Chevalier au Lion, v. 2850-2851), de racines (La Vie de saint Jehan Paulus en vers, v. 935) et d’entrailles de chevreuil à peine « avermées » (Les Merveilles de Rigomer, v. 2348).

  • 34 De la même façon, Gauvain s’« enmerveille » de ce que le vieillard « crollant » de la Vulgate puis (...)

25Le comique naît aussi de ce que la réaction traditionnelle des personnages face à l’homme sauvage est inversée. Confrontés à une telle créature ambiguë, les protagonistes s’étonnent généralement et questionnent la nature de l’estre fantastique qu’ils ont sous les yeux. Face au vieil homme de la forêt, par exemple, Lancelot se « merveille » (v. 2312), comme se « merveillaient » aussi les chasseurs devant le corps de saint Jehan Paulus (v. 1628) et les femmes qui, dans le Merlin de Robert de Boron, recueillaient, du ventre de la mère, l’enfant aux origines célèbres34 (§ 10,1. 58-59). Dans le texte parodique, on ne retrouve nulle trace de cette hésitation et le chevalier d’Arthur se heurte plutôt aux railleries des jeunes garçons qui lui demandent, en riant, s’il s’est échappé de l’enfer (v. 15625). Bien que Lancelot se rapproche, par le biais de sa chevelure, de l’homme sauvage, il reste néanmoins un homme sauvage parodique, inapte à susciter l’étonnement ou le trouble chez ceux qui le rencontrent pour la première fois.

  • 35 Richard Bernheimer, op. cit., p. 8.
  • 36 Qu’il s’agisse de la perte des armes (v. 6330), de l’ancien langage courtois (v. 6342 et 14005), d (...)
  • 37 Marice-Luce Chênerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siè (...)
  • 38 Réversibilité qu’incarnerait, dans le roman de Jehan, l’anneau magique qu’offre la dame de Rigomer (...)

26L’état sauvage, comme le rappelle Bernheimer, résulte d’une dégénérescence : « Wildness in human beings was thus due to degeneration caused by extraneous circumstances. [...] The status of the wild man was [...] reached not by a gradual ascent from the brute, but by a descent35 ». C’est bien ce que constate Gauvain lorsqu’il se désole de retrouver, à Rigomer, un Lancelot « desseürés » (v. 14068 et 14127) dont l’entrée au royaume enchanté était d’ailleurs marquée par une série de pertes36. Mais cette « régression dans l’amorphe37 » à laquelle s’abandonne l’homme sauvage, et dont parle Marie-Luce Chênerie à propos du chevalier au lion, est cependant souvent – et fort heureusement – un état momentané et réversible38. L’auteur signalera d’ailleurs l’interruption de l’intermède sauvage de Lancelot par un renvoi judicieux à son propre roman : au vers qui marquait l’arrivée du chevalier chez le vieil homme nu – « Jusqu’à .iii. liues et demie/Rentra en la forés foillie (v. 2285) – fait écho celui qui ouvre le passage du retour à la cour: « A tant fu des foriés issans » (v. 15536). Mais la réinsertion sociale du personnage se réalisera aussi à travers une série de renvois intertextuels et parodiques.

  • 39 « Et cil qui son non ne savoit/Devine et dit que il avoit/Percevax li Galois a non » (v. 3573-3575 (...)

27Reconnu, comme Yvain, grâce à une cicatrice qu’il a non pas au visage mais à la paume (v. 15722), Lancelot peut enfin réintégrer le monde civilisé de la cour. A l’évocation de cette « plaie à la paume », comment ne pas songer aux blessures qu’il s’est infligées, dans la Charrette (v. 4644-4654), en pliant et en arrachant les barreaux de la « prison » où était retenue sa reine afin de s’abandonner, avec elle, aux délices d’une première nuit d’amour? Ayant enfin appris l’identité du chevalier inconnu, Midomidas investit Lancelot de ses armes, consacrant ainsi, par un nouvel adoubement, son retour à la chevalerie : la « perte », précise le narrateur, est enfin « recouvrée » (« Et quant on le [la plaie] vit descoverte,/Dont fu recouvree li perte », v. 15882). Détenteur, à nouveau, du savoir chevaleresque et amoureux qui le caractérisait jusqu’à ce que s’en empare la plume du parodiste, Lancelot recouvre enfin son identité et, à la manière du sauvageon du Conte du Graal, procède à un acte suprême d’individualisation et s’exclame, au vers 15720 : « J’ai Lanselos del Lac a non39 ! ».

  • 40 Marie-Luce Chênerie, « Un recueil arthurien de contes populaires au xiiie siècle? Les Merveilles d (...)
  • 41 Alice Colby, op. cit., p. 72-88 et 170-177.
  • 42 Le roman semble d’ailleurs privilégier les formules de renversement : « Uns hon abaise, uns autre (...)
  • 43 Jean-Charles Payen, op. cit., p. 436.

28Travaillant, comme le suggère Marie-Luce Chênerie, à « déconsidérer » la tradition40, l’auteur des Merveilles de Rigomer s’empare d’un personnage autrefois reconnu pour sa grande beauté et en fait un chevalier excessivement, mais néanmoins « idéalement », hideux, dont la description respecte les règles de l’art du portrait de la laideur telles que les a dégagées Alice Colby41. S’il procède ainsi à un déplacement important de la tradition, il s’amuse aussi à créer un être composite qui condense tantôt les attributs de personnages zoomorphes empruntés à la légende arthurienne, tantôt ceux de différents hommes sylvestres. Le royaume de Denise se prêtait d’ailleurs fort bien au carnaval qui y prend place dès l’emprisonnement de Lancelot. Ce royaume « inversé » où le port des armes est interdit aux chevaliers et où le célèbre fin’amant de la légende se métamorphose en marmiton, appelait presque naturellement une étude des mécanismes de la parodie42. A travers ce jeu de pistes où l’on a relevé les déformations subies par un certain nombre d’indices intertextuels apparaît la conjointure de ce roman auquel Jean-Charles Payen reprochait, en 1986, sa composition « échevelée43 ».

Notes

1 Les Merveilles de Rigomer, éd. Wendelin Foerster et Hermann Breuer, 2 vol., Dresden, Gesellschaft für romanische Literature, 1908 et 1915. Pour une mise au point sur le fragment de Turin (qui correspond aux vers 15923-17271 de l’édition de Foerster et Breuer), voir Francesco Carapezza, « Le Fragment de Turin de Rigomer. Nouvelles perspectives », Romania, vol. 119, nos 1-2, 2001, p. 76-112.

2 Dominique Boutet, article « Les Merveilles de Rigomer » in Dictionnaire des littératures, Paris, Bordas, 1984.

3 Jean-Charles Payen, « Figures féminines dans le roman médiéval français », in Entretiens sur la Renaissance du xiie siècle, Paris, Mouton, La Haye, 1968, p. 436.

4 Richard Trachsler, « Lancelot aux fourneaux : des éléments de parodie dans les Merveilles de Rigomer? », Vox Romanica, n° 52, 1993, p. 191.

5 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, coll. « Points Essais », 1982, p. 13.

6 Chrétien de Troyes, Lancelot ou Le Chevalier de la Charrette, éd. et traduction Daniel Poirion, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, v. 1390-1506. Sur le potentiel érotique de cette scène d’esbahissement où Lancelot vénère le peigne et les cheveux de Guenièvre, voir Francis Gingras, Erotisme et merveilles dans le récit français des xiie et xiiie siècles, Paris, Honoré Champion, coll. « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age », Paris, 2002, p. 75-77.

7 Dans son ouvrage consacré à la parodie, Gérard Genette (op. cit., p. 13) distingue cinq types de relations transtextuelles et classe la parodie sous la rubrique d’« hypertextualité » : « J’entends par là toute relation unissant un texte B (que j’appellerai hypertexte) à un texte antérieur A (que j’appellerai, bien sûr, hypotexte) sur lequel il se greffe d’une manière qui n’est pas celle du commentaire ».

8 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, 9 vol., Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1978-1983. Voir aussi VIII, § 12 et XVa, § 22, t. I, p. 128-129 et p. 188 ; LXXVI, § 2, t. IV, p. 134.

9 C’est ce que suggère, par exemple, l’emprunt de la technique de l’entrelacement. Voir Norris J. Lacy, « Les Merveilles de Rigomer and the Esthetics of « Post-Chrétien » Romance », in The Arthurian Yearbook, vol. 3, 1993, p. 75-88 et James D. Bruce, The Evolution of Arthurian Romance From the Beginnings Down to the Year 1300, Gloucester, Peter Smith, 1958, vol. 2, p. 246-254.

10 Que l’on se rappelle, par exemple, les cheveux noirs de la demoiselle à la mule fauve dans Le Conte du Graal (Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal (Perceval), éd. Daniel Poirion, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, v. 4615). Pour une liste complète des personnages aux cheveux drus et hérissés dans les romans du xiiie siècle, voir Alice Colby, Portrait in the Twelfth-Century French Literature, Genève, Droz, 1965, p. 74-75.

11 Les Premiers faits du roi Arthur, éd. Daniel Poirion et traduction Anne Berthelot et Philippe Walter, in Le Livre du Graal, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2001. Métamorphosé en valet de pied, Merlin porte « un chapelet de flours en sa teste » (§212, p. 1014). Il se peut aussi que l’auteur ait gardé le souvenir d’un passage où Merlin, métamorphosé en vieillard, porte « un chapel en sa teste de flours » (§ 233, p. 1036), signe qui doit permettre sa reconnaissance.

12 « Le merveilleux laisse toujours un résidu surnaturel que l’on n’arrivera jamais à expliquer par autre chose que le surnaturel », Jacques Le Goff, Un Autre Moyen Age, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1999, p. 459.

13 Sur le rôle de la fée dans Les Merveilles de Rigomer, voir Laurence Harf-Lancner, Les Fées au Moyen Age, Paris, Librairie Honoré Champion, 1984, p. 38-40 et Peter Noble, « The Role of Lorie in Les Merveilles de Rigomer », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, vol. 48, 1996, p. 283-290.

14 Dans le même roman, le motif de l’oiseau anthropophage qui se nourrit à même la tête de l’amant présente une association beaucoup plus troublante du volatile et du chief (v. 9491-9830).

15 Le comique naît aussi du rapprochement de Lancelot et de Rainouart au tinel du Cycle de Guillaume d’Orange. Reconnaissable à l’arme singulière qu’il porte constamment avec lui, le géant de la légende est confiné aux cuisines et s’oppose, en cela, au héros guerrier. Retenu dans les cuisines, où il travaille un peu trop des dents, Lancelot développe cette même force qui caractérisait son « ancêtre » Rainouart et se défend, à plusieurs reprises, à l’aide d’une arme non traditionnelle (un « tison », v. 2457, et une « massue », v. 6020-6021, 6046, 6086 et 6090). Les auteurs des chansons de geste tardives avaient donc déjà exploité ce que Richard Trachsler nomme le « comique de cuisine » (op. cit., p. 180-182), tradition qui se fait encore sentir dans Les Merveilles de Rigomer.

16 Lancelot a le viaire « enluminé de naturel color vermelle, [...] par mesure » et « le bouche petite par mesure et bien seant » (IXa, § 4, t. VII, p. 71 -72). Son cou est taillé « a la mesure del cors et des espaules, [...] ne lonc ne cours outre mesure » (IXa, § 5) et ses bras « furent lonc et droit et bien furent furni, [...] et de char i ot a mesure » [ou par mesure, selon la variante] (IXa, § 6).

17 Le Lancelot propre réservait un sort semblable à l’amant de Guenièvre qui, après avoir bu de l’eau empoisonnée, « commance a enfler plus et plus et tant qu’il devint aussi gros com .I. tonnel » (LXXVI, § 6, t. IV, p. 136). On notera cependant que le registre est ici beaucoup plus grave et respecte la tonalité générale de la Vulgate.

18 Voir Alice Colby, op. cit., p. 34: « Curly hair [is] the ideal for men more than for women ».

19 Lancelot et Blanchefleur ont tous les deux les cheveux « desliés », « luisans » et « sor ». Ils ont aussi le front « haut », les sourcils bruns et écartés et les yeux « riants » et « vairs ». Leur nez, long et fin, sied bien à leur visage vermeil et blanc (Lancelot en prose, IXa, § 3-6 ; t. VII, p. 73-74 et Le Conte du Graal, v. 1810-1829). On peut aussi noter que tous les deux sont des chefs-d’œuvre divins, qualificatif généralement réservé aux femmes. Sur le topos du Deus formator, voir Alice Colby, op. cit., p. 17.

20 A ce zoomorphisme répond cependant l’anthropomorphisme flagrant du motif de l’oiseau qui « parler savoit et entendre » (v. 11647)

21 Tout au long de l’épisode, il est, tour à tour, qualifié de « beste » (v. 6331 et 14003) et de « bestial » (v. 14002, 14013, 14015et 14121). On notera aussi, au passage, son désir sexuel exacerbé dont fait les frais une pucelle qu’il laisse enceinte aux vers 4586 et suivants.

22 Le Conte du Graal v. 7161-7178 et 7215-7218 et Les Merveilles de Rigomer, v. 15544-15560.

23 Un processus que remarque Francis Dubost à propos de Gauvain et du roussin qu’il chevauche dans le Conte du Graal : « la disposition des images est telle que Gauvain a pris la place de l’écuyer désavenant et quelque chose de cette laideur répugnante s’est déplacé sur lui », Le Conte du Graal ou l’art de faire signe, Paris, Honoré Champion, coll. « Unichamp », 1998, p. 66.

24 Alice Colby, op. cit., p. 78 et Richard Bernheimer, Wild Men in the Middle Ages. A study in art, sentiment, and demonology, Cambridge, Harvard University Press, 1952, p. 1.

25 Anita Guerreau-Jalabert retient plutôt les motifs F 500 (« remarkable persons ») et F 571 (« extremely old person »). Voir Index des motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers (xiie-xiiie siècles), Genève, Droz, 1992.

26 A ce sujet, voir Jean Dufournet, Adam de la Halle à la recherche de lui-même ou Le Jeu dramatique de la Feuillée, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1974.

27 Les Merveilles de Rigomer, v. 1171-1422, 1837-2079 et 3619-4206. Sur les rapports de l’homme sauvage avec la forêt, voir Richard Bernheimer, op. cit., p. 1-48 et les études plus ciblées de Jacques Le Goff sur Le Chevalier au lion (« Lévi-Strauss en Brocéliande. Esquisse pour une analyse d’un roman courtois », en collaboration avec Pierre Vidal-Naquet, in Un Autre Moyen Age, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1999, p. 581-614) et de Francis Dubost sur Merlin, fils de l’homme sauvage (L’Autre, l’Ailleurs, l’Autrefois. Aspects fantastiques de la littérature médiévale (xiie-xiiie siècles), 2 vol., Paris, Librairie Honoré Champion, 1991, p. 730-740).

28 Ed. Louis Allen in Charles Allyn William, The German legends of the hairy anchorite, with two old French Texts of La Vie de saint Jehan Paulus, Urbana, University of Illinois, 1935, p. 82-140, v. 1643.

29 Robert de Boron, Merlin, édition Alexandre Micha, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1980, § 10, 1.40-45. Dans le roman de Chrétien de Troyes, le chevalier au lion souffre de cette même nudité honteuse (v. 3020-3023).

30 Chrétien de Troyes, Yvain ou Le Chevalier au Lion, éd. Karl D. Uitti et traduction Philippe Walter, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, v. 3139-3138: « Que l’en li poïst anpoignier/La barbe a plain poing sor la face ».

31 Cette longévité extrême caractérise toujours le vieil homme nu des Merveilles qui a « bien [...] .c. ans passé » (v. 2318).

32 Richard Trachsler, op. cit., p. 185.

33 On note une deuxième occurrence aux vers 15791-15792 : « N’estoit mie blonde ne touse,/Mais mout noire, plaine de mosse ». La métaphore végétale était autrefois plus heureuse pour Guenièvre dont les cheveux, dans la Charrette, étaient comparés à un pré (v. 1418).

34 De la même façon, Gauvain s’« enmerveille » de ce que le vieillard « crollant » de la Vulgate puisse tenir à cheval (§ 233, p. 1036).

35 Richard Bernheimer, op. cit., p. 8.

36 Qu’il s’agisse de la perte des armes (v. 6330), de l’ancien langage courtois (v. 6342 et 14005), de la mémoire (v. 6328-6329) ou de la notion du temps (v. 14119-14120).

37 Marice-Luce Chênerie, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, coll. « Publications romanes et françaises », 1986, p. 157.

38 Réversibilité qu’incarnerait, dans le roman de Jehan, l’anneau magique qu’offre la dame de Rigomer à Lancelot et qui, contrairement à celui que donne Laudine à Yvain (v. 2603 et sq.), fait croire à un amour qui n’est pas octroyé (Les Merveilles de Rigomer, v. 6327 et sq.).

39 « Et cil qui son non ne savoit/Devine et dit que il avoit/Percevax li Galois a non » (v. 3573-3575). On remarque plusieurs autres jeux hypertextuels avec Le Conte du Graal. Lorsque Gauvain le retrouve, le fin amant de jadis, sot « comm’une beste » (v. 6331), ne le reconnaît plus et, pis encore, ne sait plus ce qu’est un chevalier. Devant l’accoutrement de son ancien compagnon, Lancelot s’étonne, comme s’étonnait le beste Galois devant les chevaliers de la lande (Le Conte du Graal, v. 243-244). Comme Perceval, qui ne pouvait distinguer le « dedanz » et le « defors » du Chevalier Vermeil, Lancelot s’émerveille de ce que Gauvain soit tout « de fier trecié » (v. 14029). Voir aussi Richard Trachsler, op. cit., p. 184-185.

40 Marie-Luce Chênerie, « Un recueil arthurien de contes populaires au xiiie siècle? Les Merveilles de Rigomer », in Réception et identification du conte depuis le Moyen Age, publié sous la direction de Michel Zink et Xavier Ravier, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse-Le-Mirail, 1987, p. 39.

41 Alice Colby, op. cit., p. 72-88 et 170-177.

42 Le roman semble d’ailleurs privilégier les formules de renversement : « Uns hon abaise, uns autre monte » (v. 670), « “Dex !”, fait il, “de si haut si bas !” » (v. 2520), « Sire Dex ! De si bas si haut ! » (v. 2622). On surprend même Lancelot à porter la lance devant derrière : « Deriere mist le fier trencant/Et l’arestuel torna devant » (5198-5199).

43 Jean-Charles Payen, op. cit., p. 436.

Auteur

Université Western Ontario, Canada

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540