Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Avant-propos

Chantal Connochie-Bourgne

Texte intégral

1Les vingt-sept contributions de ce recueil constituent les Actes du 28e colloque du cuer ma (Centre universitaire d’études et de recherches médiévales d’Aix) qui s’est tenu à l’Université de Provence les 20, 21 et 22 février 2003 sur « La Chevelure dans la littérature et l’art du Moyen Age ».

2Les auteurs se sont intéressés à des époques différentes s’étendant du Moyen Âge féodal (S. Leturcq, C. Bouillot, D. Collomp) au Moyen Age finissant (S. Cerrito, G. Dumas, F. Ferrand, J. Lacroix, B. Roy), empiétant même sur les premières années du xvie siècle (J. Nassichuk). Ont été abordés des textes appartenant à la littérature germanique (C. Rozier), italienne (J. Lacroix), japonaise (S. Bruno-Meylan) et persane (C. Kappler) ; difficilement séparables, les domaines du réel pris comme matière d’ouvrages didactiques (G. Dumas, V. Gontéro, N. Lévy-Gires, B. Roy) et ceux de l’imaginaire (I. Arseneau, F. Gingras, M. Rus) ont été visités, ainsi que ceux du lexique (S. Leturcq) et de l’iconographie (A. Cazenave, S. Cerrito, J. Drobinsky, F. Plet). On pourrait étendre aux différents types de texte ce constat (fait par B. Roy) que les textes savants abordent les phénomènes qu’ils expliquent à l’aide d’un outil purement théorique.

3La peinture établit ses propres codes d’identification ; l’étude des images, par exemple dans les manuscrits de Guillaume de Machaut, fait apparaître que leur déchiffrement est souvent indépendant de l’écrit qu’elles accompagnent. Conclusion qu’on pourrait adopter aussi pour les productions modernes, qui ne font pas de la blondeur le trait caractéristique d’Yseult.

4L’attention portée à la chevelure dans les textes de fiction a permis de mettre en évidence des structures narratives (A. Berthelot, F. Gingras, F. Laurent, O. Errecade, A. Richard), des phénomènes d’écriture comme la parodie (I. Arseneau), l’intertextualité (C. Bouillot, D. Collomp, A. Corbellari, M. Rolland-Perrin, C. Rozier), des réflexions d’ordre esthétique (S. Cerrito, F. Ferrand, M. Houdeville), en particulier sur la création poétique (J. Lacroix, J. Nassichuk). La chevelure, richement parée et diversement peignée ou ébouriffée, devient métaphore ou métonymie du corps dans ce qu’il a de plus sensuel. Tout en elle fait signe, sa couleur, son ordonnance, son parfum, son absence ou sa chute. Elle est moyen d’identification et instrument de représentation de la vérité de l’être. Mais les désirs qu’elle inspire concernent quasi exclusivement le monde féminin ; la description de la chevelure place le lecteur aux frontières mouvantes de l’humain et du sauvage, et jamais les cheveux de l’homme ne sont objet de convoitise ; coupés, tondus, rasés, perdus un moment, ils montrent seulement l’éloignement du monde terrestre des plaisirs charnels. Les accents mystiques, quant à eux, se portent sur la chevelure ondoyante de l’Aimée, voie d’accès aux félicités célestes. Quant aux ordinaires regards, éblouis ou courroucés, ils s’attardent sur les courbes fluides et quasi serpentines d’une chevelure de femme, dangereuse, dont il faut réprimer les instincts, qu’on violente impunément, reportant sur elle la pulsion castratrice tant redoutée des hommes. Les textes rappellent d’une manière obsédante qu’il faut « endiguer le péril féminin ».

5Adopter une perspective historique à travers une tradition, comme celle de la représentation du sagittaire, conduit à de pertinents constats d’évolution ou d’influences textuelles qui, par exemple, singularisent le personnage d’Hernaut en lui attribuant une rousseur au reste non dépréciative.

6Lorsqu’ils s’emparent du motif de la chevelure, les auteurs du Moyen Age montrent les jeux et les enjeux d’écriture auxquels ils se plaisent. Quelques exemples en témoignent : dans les Merveilles Rigomer, la dépréciation du personnage de Lancelot en fait un être hirsute à la tignasse noire ; dans les textes liés au Graal, la christianisation progressive impose une nouvelle senefiance au signe extérieur de beauté que sont les cheveux ; dans la littérature japonaise on retrouve des constantes de l’imaginaire qui font de ces derniers des « conducteurs » d’un monde à l’autre, par exemple de celui des vivants à celui des morts, lorsqu’on les tire en signe de deuil, geste récurrent dans la littérature épique. L’avilissement de la femme, trainée par les tresses ou tondue, relève moins d’une recherche de pathétique que d’un « jeu intertextuel » qui vise à surprendre le lectorat par une transformation, ou un renversement, du motif de la belle chevelure. Par ailleurs, l’interpolation de 52 vers, consacrée à la figure de Méduse, dans les manuscrits K M N du Roman de la Rose, prépare « le renversement final opéré par Jean de Meun » en opposant la séduction trompeuse de la chevelure à la « vertu régénératrice de la tour », image de la femme. De même une dignité certaine lui est conférée dans le Lai d’Aristote, récit où l’abondante chevelure savamment agencée de la lascive Phyllis l’apparente plus aux constructions retorses de la « nourre-ture » qu’à une force de « nature » prétendument attestée par les misogynes. Le fabliau Des treces, par le « tressage du texte » et le « tramage du piège » tendu au mari, mine les valeurs de la fin ‘amor.

7Les textes lyriques du xive au début du xvie siècle jouent de reflets voisins. L’enjeu consiste dans le De amore conjugali à célébrer l’amour conjugal « en accommodant la poursuite du réel aux topiques héritées de la tradition mythologique ». Pour Pétrarque, chanter l’or de la chevelure de Laure c’est chanter l’art d’écrire. Quant à l’abandon du motif dans la célébration lyrique de la Dame, il renvoie à une remise en cause de la représentation de l’apparence et au refus de faire voir la femme aimée au moyen d’images conventionnelles, le poète ne désirant « chanter que l’éblouissement silencieux de l’amant pour qui seule compte la contemplation de l’image intérieure ».

8C. C.B.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540