Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean-Baptiste

Saint Jean-Baptiste, le Précurseur, dans les œuvres de Francesc Eiximenis, évêque d’Elne

Manuel J. Pelaez

Texte intégral

  • 1 Cf. Joseph Tolrá de Bordas, L’Ordre de saint François d’Assise en Roussillon, Perpignan, 1884, p. (...)
  • 2 Il est difficile d’élucider les sources des œuvres d’Eiximenis. Voir à ce propos Jaume Massó i Tor (...)

1Le personnage de saint Jean-Baptiste, le précurseur, qui occupe la troisième ou quatrième place dans le monde catholique et qui est un simple prophète dans la tradition musulmane, apparaît à plusieurs occasions dans les divers livres et écrits de Francesc Eiximenis, évêque d’Elne1, patriarche de Jerusalem, qui a étudié à Toulouse et dont le nom se rencontre au palais d’Avignon et aussi au Concile de Perpignan. Ses sources d’inspiration2 sont de diverses natures, non seulement les textes du Nouveau Testament, qui constituent le principal point de départ de ses affirmations sur Baptiste.

  • 3 « E com fer que exorcha per natura e veylla infante sia obra solament dei poder de Déu, per tal vo (...)
  • 4 A ce propos voir le Protoévangile de saint Jacques le Mineur, aussi connu comme Biblos lakobou (...)

2Eiximenis se réfère en plusieurs occasions à Zacharie, le père de saint Jean-Baptiste3. Il recueille la tradition de Zacharie, prêtre de la classe d’Abia, qui n’est pas seulement un simple sacerdote du temple, mais le sacerdote suprême et quand il resta muet, après l’apparition de l’ange, pour avoir douté de ses paroles (« un prêtre qui reçoit avec incrédulité ou avec certains doutes le message divin ne peut parler, dans le sens profond de ce mot, aux fidèles », dit Lev Gillet, dans son livre L’an de grâce du Seigneur), ce fut Samuel qui le remplaça dans la fonction de sacerdote suprême du temple de Jerusalem4. Après, Elisabeth, stérile, lui apprit qu’elle était enceinte d’un enfant (Jean, le prophète), mais attendit cinq mois avant d’annoncer qu’elle serait bientôt mère. L’apocryphe protévangile de Jacques le mineur raconte la fuite au désert d’Elisabeth et le refuge dans le montagne, pour le massacre des Innocents.

3Néanmoins, on distingue une nette différence entre Zacharie, père du précurseur et les autres Zacharie de l’Ancien Testament, comme par exemple, le fils de Jojadan, qui fut assassiné par Joas, méritant une cruelle punition et une mort accompagnée de souffrances. Différence également entre l’abbé Zacharie et le pape Zacharie, sur lequel on écrit, s’inspirant de l’œuvre de Martin de Troppeau, de Pologne, connue comme Martiniana.

  • 5 Cf. Bardy, en Mélanges de science religieuse, 3 (1949), p. 5-36.
  • 6 Eiximenis connaît dans les détails les œuvres de saint Jérôme et utilise autant ses lettres que se (...)
  • 7 Saint Jérôme, Contra Pelag., III, 2, 31.

4La tradition du Pseudo Ciprien, qui appartient à la seconde moitié du iie siècle5, nous indique comment Jésus fut poussé ou influencé, contre sa volonté, par sa mère la Vierge Marie, à recevoir le baptême par son cousin. Pendant que l’administration du baptême touchait à sa fin, apparut dans l’eau une lueur de feu. Saint Jérôme attaque ce baptême adultère6, du fait que la narration du Christ confesse la nécessité du baptême comme conséquence des péchés. L’erreur théologique est très grave car le Christ non seulement n’est pas arrivé à pécher mais aussi pour sa condition de deuxième personne de la Sainte-Trinité, il ne pouvait pas pécher. La critique du Pseudo Ciprien se trouve déjà et pour la première fois dans l’œuvre de saint Jérome contre les pélagiens7 (de la secte de Pelagius).

  • 8 « Per raó d’açò à manat la santa mare Esgleya, segons que apar Extravagantes : De hereticis, in pr (...)
  • 9 « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentie (...)
  • 10 « Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante », selon saint Luc.
  • 11 Mc, I, 4-9.

5A partir de son œuvre littéraire, comme celle de Dotzè dei Crestià, ch. 770, Eiximenis nous présente saint Jean-Baptiste8 comme la voix du ciel qui crie dans le désert (« Je suis la voix qui crie dans le désert9 »), mais on nous le présente aussi mangeant seulement du miel sauvage, sans sauterelles, comme nous le rapporte la tradition et aussi l’Evangile selon Marc, où nous pouvons lire : « Jean le Baptiste parut dans le désert ; il lançait cet appel : "changez de comportement, faites-vous baptiser et Dieu pardonnera vos péchés". Tous les habitants de la région de Judée et de la ville de Jerusalem allaient à lui ; ils confessaient publiquement leurs péchés et Jean les baptisait dans la rivière, le Jourdain. Jean portait un vêtement fait de poils de chameau et une ceinture de cuir autour de la taille ; il mangeait des sauterelles et du miel sauvage10. Il déclarait à la foule : “Celui qui vient après moi est plus puissant que moi ; je ne suis pas même digne de me baisser pour délier la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisé avec de l’eau, mais lui, il vous baptisera avec le Saint-Esprit”. Alors, Jésus vint de Nazareth, localité de Galilée, et Jean le baptisa dans le Jourdain11 ». Mais, comment peut-il s’alimenter de miel et de de sauterelles dans un désert où il n’y a ni miel sauvage ni ces insectes ?

  • 12 Cf. E. Daeley, Les Actes du Sauveur, la Lettre de Pilate, la Mission de Volusien, de Nathan ; la V (...)
  • 13 Livre 8, ch. 57-63.

6Les Actes de Pilate est un texte de l’année 312 approximativement, qui, écrit contre les chrétiens, calomniait autant la figure du Christ que celle du Baptiste, le dernier prophète de l’ancienne loi. Pour leur répondre, on réécrira de nouveaux Actes de Pilate, plus connus sous le nom d’Evangile de Nicodème12. « Christum – selon Eiximenis, c’est une question très connue- carceratur, accusatur, infamatur et flagellatur acerrime a Pilato ». Cette deuxième appellation s’officialise à partir du xe siècle et devient courante depuis le Speculum historiale13 de Vincent de Beauvais, une des sources principales d’inspiration du frère franciscain. Dans ce texte, on parle d’un ascète du désert dans la deuxième Partie, au chapitre 18, qui répond au nom de Jean-Baptiste et assure avoir baptisé le Christ, qui recommande également de ne pas témoigner de culte aux Idoles de ce monde, pour leur condition de dieux périssables. Il prédiquait aussi le repentir des péchés commis.

  • 14 Hérode crut que Jésus était Jean-Baptiste.

7Eiximenis a aussi pu connaître d’étranges légendes médiévales tournant autour de la terrible mort d’Hérode pour avoir fait couper la tête de Jean-Baptiste. Il y a l’hypothèse d’une lettre envoyée par Hérode14 à Pilate, dans laquelle on apprend de quelle manière est morte Salomé, noyée par une montée du fleuve, et comment l’eau la submergea jusqu’au cou. La mère, Hérodiade, la femme de Philippe, frère d’Hérode, tenta de la sauver en l’attrapant par la tête pour que le courant ne l’emmène pas, mais la tête se détacha du corps et ce fut l’unique chose qu’elle put récupérer. La mère en larmes, pleurait ensuite dans le palais tout en contemplant la tête de sa fille et en lui caressant les cheveux. Rappelons la décollation de saint Jean-Baptiste dans la prison et la danse et la demande de Salomé : « Donne-moi, dit elle, ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste », aussi le roi David musicien dansant devant l’arche.

8N’a pas eu de chance non plus Longinus, le soldat romain qui transperça le flanc du Christ de sa lance. Il fut emporté par un ange qui l’emmena dans le désert où un lion le dévora avidement.

9C’est dans Lo libre de les dones que Francesc Eiximenis fait d’autres références à Jean-Baptiste, le présentant comme un modèle qui peut être objet plus d’admiration que d’imitation de la part des lecteurs potentiels du livre qu’Eiximenis a rédigé pour des femmes, mariées ou vierges, veuves ou religieuses.

  • 15 Cf. Miquel Arbona, « Un nuevo manuscrito de la Vita Christi de Eiximenis », in Estudios Franciscan (...)
  • 16 Voir à ce propos Albert Hauf, La vita Christi de Fr. Francesc Eiximenis, O.F.M. (1340 ?-1409 ?) y (...)
  • 17 Albert Hauf, « La Vita Christi de Fr. Francesc Eiximenis, O.F.M. (13407-1409) como tratado de Cris (...)
  • 18 Cf. éd. Andrea de Bonetis, Venice. 1485 et réed. Turin. 1961. F. Callaey, L’idéalisme franciscain (...)
  • 19 Cardinal-évêque de Tusculum. Cf. The Historia Occidentalis de Jacques de Vitry. A Critical Edition (...)
  • 20 Francesc Eiximenis, Psalterium alias Laudatorium Papae Benedicto XIII dedicatum, que agroupe De la (...)
  • 21 « Finis noster et terminus nostrae viae et omnium laborum merces copiosissima est dominus Jesus Ch (...)
  • 22 « In Bethleem postmodum nasci voluit, circumcidi, et regibus ab oriente venientibus demonstrari, e (...)
  • 23 « Quis etiam aliorum sanctorum vatum antiqui temporis sanctitatem, lumen, laborem et exemplum ac v (...)

10Suivant l’orientation de l’ordre franciscain, Eiximenis a écrit une vie de Jésus Christ15 en langue catalane, bien que son idée première fut de la faire en latin. Hernando de Talavera fait la traduction en langue castillane. Albert Hauf a fait une thèse de doctorat16 sur cette Vita Christi et lui a consacré quelques articles17. Nous trouvons des similitudes avec le livre de fra Ubertino da Casale (1259-C.1328), Arbor vitae crucifixae Jesu18. Dans le premier et le deuxième livre de la Vita Christi apparaît le personnage de Jean-Baptiste. Pour sa rédaction, Eiximenis a pris en compte la Vita Christi de Louis de Saxonie et s’est inspiré de Jacques de Vitry19 (c. 1170-1240), Pierre Lombard et saint Bonaventure. Dans une autre œuvre d’Eiximenis, Psalterium alias Laudatorium Papae Benedicto XIII dedicatum20, nous trouvons quatre fois saint Jean-Baptiste dans le chapitre De cursu vitae Christi21, avec le baptême22, et aussi d’autres réferences à Zacharie23.

11Une autre question importante est aussi développée dans les œuvres d’Eiximenis, celle du baptême comme un sacrement et la conscience de ne pas l’administrer de force aux infidèles, en ce qui concerne la légitimité ou l’illégitimité du même. Eiximenis s’inspire et démarre d’un point principal qui est l’administration du baptême du Christ par Jean, mais ce sont des questions d’un autre caractère, avec la stricte réfèrence à la figure du précurseur, qui font l’objet de ce colloque, et qui nous réunissent ici, aujourd’hui, à Aix-en-Provence.

  • 24 Cf. Lo libre de les dones, I, ch. VIII-XI, éd., p. 16-23 et ch. 254, p. 373.

12Francesc Eiximenis rappelle aussi la doctrine traditionnelle chrétienne du sacrement, comme sacrement des vivants, conséquence du péché de nos premiers parents, et adresse diverses recommandations comme celle du baptême des enfants le plus tôt possible. Ses sources d’inspiration sont tirées du troisième chapitre de la Genèse et des écrits de saint Augustin, Origène (l’un des plus rares génies qui ait fleuri dans l’Eglise primitive) et saint Bernard24.

  • 25 « Per raó d’açò lo Sant Sperit ha inspirat a la sua santa Esgleya que quant l’infant se batega, li (...)

13Celui qui fut évêque d’Elne recommande que, suivant la tradition de l’Eglise, on mette au nouveau-né du sel sur la langue à l’occasion du baptême. Le sel était un symbole du savoir célestial. Sur ce point, Eiximenis insiste sur la valeur de ce sel pour l’homme, et tout particulièrement pour la femme (question abordée par Lo libre de les dones25) : il signifie une mise en garde contre les péchés de langue, injures et calomnies ; et par conséquent les mauvaises langues sont pour le franciscain comme un bateau sans pont, un cheval sans frein, un serpent qui crache du feu, une flèche empoisonnée, un couteau qui traverse le cœur.

14Il y a d’autres questions dans les œuvres d’Eiximenis sur la conception, la naissance et la décollation de Jean-Baptiste, son message, sa soumission à Jésus, sa proximité à l’agneau de Dieu, sa condition de cousin du Christ, mais elles se trouvent exprimées plus clairement dans les Evangiles.

Notes

1 Cf. Joseph Tolrá de Bordas, L’Ordre de saint François d’Assise en Roussillon, Perpignan, 1884, p. 73-94.

2 Il est difficile d’élucider les sources des œuvres d’Eiximenis. Voir à ce propos Jaume Massó i Torrents, « Les obres de fra Francesc Eiximeniç (13407-1409 ?). Essaig d’una bibliografia ». in Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, III (1909-1910), p. 588-692 ; Manuel J. Peláez, « Las fuentes jurídicas de Francisco Eiximenis, OFM, y aspectos histórico-jurïdicos inéditos dei Dotzè dei Crestià », in Archivo Ibero-Americano, XLI, n° 163-164 (1981), p. 481-504 ; Jacques Monfrin, « La bibliothèque de Francesc Eiximenis (1409) ». in Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XXIX (1967), p. 447-487 ; Conrado Guardiola, « Juan de Gales, Cataluña y Eiximenis », in Antoniamum, 64 (1989), p. 331-365 ; Manuel J. Peláez. « Las fuentes literarias, teológicas, jurídicas, políticas y canónicas de las obras de Francesc Eiximenis », in Ralph Nelson, Anthony J. Parel, Jacques Krynen, Jean-Marie Cauchies, Jean Gaudemet, Witold Maisel, Claudio Schwarzenberg. Geoffroy de Gislain, Jean-Marie Carbasse, Alain Baccigalupo, John F. McEldowney, Manuel J. Peláez, Melvin A. Kahn, Charles H. Helm, Jean Bastier, Marshall William Conley, John W. Bridge. Donald T. Wells, Robert W. Lagran, John E. Kersell, Anna R. Minelli, Barbara Hazlewood, Norman Lewis y Hugh G. Thorburn, Papers in Public Law, Public Legal History, Natural Law and Political Thought. Estudios en homenaje al profesor Jesús Lalinde Abadía, Barcelone, 1992, p. 229-263 ; Manuel J. Peláez, « Notas sobre el derecho canónico y las fuentes eclesiásticas en el pensamiento de Francesc Eiximenis », in Anuario de Estudios Medievales, 29 (1999), p. 835-842 ; Alexandra de Riquer, « Notes sobre la peculiar erudició clàssica de fra Francesc Eiximenis », in Boletin de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 43 (1991-1992), p. 51-58 ; Curt J. Wittlin, « Francesc Eiximenis i les seves fonts », in Llengua i Literatura. Revista anual de la Societat Catalana de Llengua i Literatura, 11 (2000), p. 91-107.

3 « E com fer que exorcha per natura e veylla infante sia obra solament dei poder de Déu, per tal volch nostre senyor Déu que aquest mateix Gabriel denunciàs la concepció de sent Johan Babtista, qui fon fill de vell e de vella naturalment exorqua » (Francesc Eiximenis, De Sant Miquel Arcàngel. El quint tractat dei « Libre dels àngels », V, 14 éd. Curt J. Wittlin, Barcelone, 1983, p. 71).

4 A ce propos voir le Protoévangile de saint Jacques le Mineur, aussi connu comme Biblos lakobou où apparaît comme le sacerdote du temple de Jerusalem (VIII, 3). Il y a une traduction au latin de Guillaume Postel, Protoevangelion, seu de natalibus lesu Christi et ipsius matris Virginis Mariae sermo historicus divi lacobi Minoris. Evangelica historia quam scripsit B. Marais. Vita Marci evangelistae collecta per Theodorum Bibliandrum, Bâle, 1552.

5 Cf. Bardy, en Mélanges de science religieuse, 3 (1949), p. 5-36.

6 Eiximenis connaît dans les détails les œuvres de saint Jérôme et utilise autant ses lettres que ses écrits pour défendre la foi.

7 Saint Jérôme, Contra Pelag., III, 2, 31.

8 « Per raó d’açò à manat la santa mare Esgleya, segons que apar Extravagantes : De hereticis, in primo volumine, libro V, capitulo Cum ex audimento, que a negun aytal profeta no sia dada fe, si donchs ço que diu no prova per la santa Escriptura, axí com féu sent Johan Babtista quant dix que ell era veu dei cel cridant en lo desert, axí com avia dit Ysaÿes profeta » (Dotzè dei Crestià, ch. 770, éd. Curt J. Wittlin, Arseni Pacheco, Jill Webster, Josep Maria Pujol, Josefina Fíguls. Bernat Joan, Andreu Solé, Teresa Romaguera et Xavier Renedo, Gerone, 1987, vol. II, p. 216).

9 « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ; tout ravin sera comblé, et toute montagne ou colline sera abaissée ; les passages tortueux deviendront droits et les chemins raboteux seront nivelés. Et toute chaire verra le salut de Dieu » (Lc, III, 4-6).

10 « Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante », selon saint Luc.

11 Mc, I, 4-9.

12 Cf. E. Daeley, Les Actes du Sauveur, la Lettre de Pilate, la Mission de Volusien, de Nathan ; la Vindicte. Les origines et leurs transformations, Paris, 1919.

13 Livre 8, ch. 57-63.

14 Hérode crut que Jésus était Jean-Baptiste.

15 Cf. Miquel Arbona, « Un nuevo manuscrito de la Vita Christi de Eiximenis », in Estudios Franciscanos, LXII ( 1961 ). p. 411-414 ; Martí de Barcelona. « Notes i documents franciscans : nous manuscrits de Francesc Eiximeniç », in Estudios Franciscanos. XXXVI (1925). p. 449-454 ; Nolasc del Molar. Eiximenis. Olot 1962.

16 Voir à ce propos Albert Hauf, La vita Christi de Fr. Francesc Eiximenis, O.F.M. (1340 ?-1409 ?) y la tradición de las Vitae Christi medievales, thèse. Faculté des Sciences Humaines. Université de Barcelone, 1976.

17 Albert Hauf, « La Vita Christi de Fr. Francesc Eiximenis, O.F.M. (13407-1409) como tratado de Cristología para seglares ». in Archivum Franciscanum Historicum, LXXI (1978). p. 37-64.

18 Cf. éd. Andrea de Bonetis, Venice. 1485 et réed. Turin. 1961. F. Callaey, L’idéalisme franciscain spirituel au xive siècle. Etude sur Ubertino de Casale. Louvain, 1911 ; P.B. Guyot. « L’Arbor vitae crucifixae Iesu d’Ubertin de Casale et ses emprunts au De articulis fidei de saint Thomas d’Aquin », in Studies Honouring Ignatius Brady, friar minor, New York, 1976, p. 300-304 ; G. L. Potestà. Storia ed scatologia in Ubertino da Casale, Rome. 1980 ; Carlos Martínez Ruiz, « Ubertino da Casale. autor de dos versiones del Arbor vitae », in Archivum Franciscanum Historicum, 89 (1996). p. 447-468 ; Gregory Beirich. Franciscan History, Apocalypticism and Reform : Ubertino da Casale’s « Arbor Vitae Crucifixae Jesu », thèse, Fordham University, 1999.

19 Cardinal-évêque de Tusculum. Cf. The Historia Occidentalis de Jacques de Vitry. A Critical Edition, éd. John Frederick Hinnebusch, Fribourg i. B., 1972 et The Exempla, éd. Thomas F. Crane, London, 1980 ; Gilles Constable, The Reformation of the Twelfth Century, Cambridge, 1996 ; Carolyn Muessing, The Faces of Women in the Sermons of Jacques de Vitry, Toronto, 1999.

20 Francesc Eiximenis, Psalterium alias Laudatorium Papae Benedicto XIII dedicatum, que agroupe De laude Creatoris, De vita et excellentia Redemptoris et De vita et bona ordinatione Hominis viatoris, éd. Curt J. Wittlin, Pontificial Institute of Mediaeval Studies. Toronto, 1988.

21 « Finis noster et terminus nostrae viae et omnium laborum merces copiosissima est dominus Jesus Christus. Hic est a patre aeternaliter genitus, angelis et sanctis, patriarchis et prophetis altissime revelatus. Hic est de semper gloriosa virgine temporaliter natus. circumcisus. ac regibus orientis ad adorandum exhibitus, et post aeterno patri in templo humiliter praesentatus. Hic est de ludea, persequente illum Herode. in Aegyptum fugatus, et post septennium in Nazareth translatus. Hic anno fere tricesimo a Iohanne baptista in Iordane baptizatus, et post in desertum a daemone est temptatus » (éd. Curt J. Wittlin, deuxième partie, ch. 38, p. 130).

22 « In Bethleem postmodum nasci voluit, circumcidi, et regibus ab oriente venientibus demonstrari, et in templo Dei in Hierusalem redimi et patri aeterno offerri, et in Aegyptum postmodum septennio exulari ; et in Nazareth viginti tribus annis in summa humilitate incognitus educari. in Iordano a Iohanne ineffabiliter in summis prodigiis et testimoniis baptizari... » (éd. Curt J. Wittlin, deuxième partie, ch. 39, p. 131). « Baptismus domini Jesu omnem mentem trascendit. Ibi paterna vox audita est : Hic est filius meus dilectus ! Ibi Spiritus sanctus in columbae specie supra Christum apparet. Ibi Iohannes tremet et clamat : Baptiza me. Salvator ! Ibi gignitur christiana religio, a Christo nomen assumens. Ibi vis generativa confertur aquis per futurum sacramentum baptismi. Ibi nobis fit omnium liberalis condonatio peccatorum quae a Christi morte efficaciam habet. Hoc sacramentum mater pretiosissima et omnes Christi discipuli cum devotione fervida susceperunt. Et qui baptizatus non fuerit. condemnabitur baptismo fluminis flammis vel sanguinis martyrii pretiosi. Hic est porta salutis, et hic fit in nobis spiritualis lotio copiosa ; a cuius innocentia si cadimus, per paenitentiam reparamur. Tanta beneficia, domine Jesu, me facias cognoscere, et de eis tibi dignas gratias facere semper, ne cum brutis peream, qui tua et tanta beneficia non cognoscunt » (deuxième partie, ch. 41, p. 132-133).

23 « Quis etiam aliorum sanctorum vatum antiqui temporis sanctitatem, lumen, laborem et exemplum ac vitam eximiam sufficiat enarrare ? Sed et sanctus Symeon, qui te videre et portare meruit, in tuo conspectu sine dubio fuit magnus. Annaque prophetisa sive sanctissima vidua, cum Zacharia et Elisabeth, magnifica de te sentiit. Celeberque Baptista, quem super natos mulierum laudasti, etiam plus quam propheta meruit a te dici. Ioachim et Anna, parentes reginae gratiae, nonne tuo speciali lumine et gratia effulserunt ? » (éd. Curt J. Wittlin, deuxième partie, ch. 81, p. 161).

24 Cf. Lo libre de les dones, I, ch. VIII-XI, éd., p. 16-23 et ch. 254, p. 373.

25 « Per raó d’açò lo Sant Sperit ha inspirat a la sua santa Esgleya que quant l’infant se batega, li sia posada sal en la lengua, qui significa la saviesa celestial – qui és ben necessària a ben regir la lengua – e la gracia aquella la qual lavors l’infant aquell reeb en lo babtisme. Mala lengua en la Ley fon figurada per vexell inmunda, per vexel sens cuberta, per cavayll meys de fre, per serpent foguegant. per sagesta de mort, per colteli traversant fins al cor e a mar amarguosa, e a verí matant e soptosament metzinant » (Lo libre de les dones, vol. II, ch. 264, éd., p. 387).

Auteur

Faculté de droit, Université de Málaga

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540