Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean-Baptiste

Le rôle de Jean-Baptiste chez Arnoul Gréban et Jean Michel

Jean-Pierre Bordier

Texte intégral

1Quel personnage ! Quel personnage de théâtre ! Quand Jean-Baptiste prêche la pénitence, ses vêtements, sa voix, ses invectives, l’attroupement qu’il provoque, la foule des candidats qui se font baptiser attirent et arrêtent l’attention. Parmi les nouveaux disciples se présente celui que le public connaît déjà ou reconnaît d’emblée, le Christ en personne. D’un mot et d’un geste, Jean-Baptiste détourne l’attention sur le nouveau venu : « Voici l’Agneau de Dieu ! ». Un dialogue bref, dense, chargé de sous-entendus entre les deux cousins, puis le baptême : Jésus plonge comme les autres dans le fleuve, une colombe descend sur lui et la voix de Dieu le Père emplit le théâtre. Un peu plus tard, Jean affronte Hérode et Hérodiade. Entre l’ermite farouche et le couple royal, la colère conduit vite aux sarcasmes, aux menaces, puis aux actes ; le prédicateur est jeté en prison. Le roi offre un banquet ; les invités se pressent, les serviteurs s’agitent, les vêtements chatoyants, les cris et les rires emplissent la scène ; non loin, dans sa geôle, le saint prie. Ici, une jeune acrobate fait applaudir des sauts provocants ; là, un bourreau fait rouler par terre la tête hirsute du prisonnier, la pose sur un plat et la fait remettre à la demoiselle. Hérodiade frappe d’un couteau le crâne du mort et la foule des invités se disperse en murmurant. Le rôle de Jean n’est pourtant pas terminé. Son âme doit encore descendre dans la prison obscure où les fidèles attendent l’heure de la Rédemption. Aux Patriarches des limbes Jean annoncera la venue prochaine du libérateur. Il sera parmi eux quand le Christ vainqueur de la mort renversera les portes de l’enfer et fera sortir ses amis vers le repos du paradis terrestre ou la gloire du Paradis céleste.

2De ce personnage, les auteurs des mystères de la Passion n’ont pas manqué de tirer parti. Lorsqu’il crée à Arras, avant 1440, la grande architecture en quatre journées qui allait s’imposer en France tout au long du xve siècle, Eustache Mercadé évoque Jean-Baptiste dès la première journée, consacrée à l’enfance du Christ. Le jour de la Visitation, le prophète, encore dans le sein d’Elisabeth, adore à genoux le fils de Dieu présent dans le sein de Marie. Lorsque la Sainte Famille revient d’Egypte, Elisabeth apprend à sa cousine que Jean, qui n’a pourtant que sept ans, s’est retiré au désert où il mène une vie d’abstinence. Avec la deuxième journée commence le rôle actif du Baptiste. Il prêche, il rencontre le Christ, il le baptise ; peu après, il est décapité à la demande d’Hérodiade. Hérode en éprouve quelques regrets, car il ne souhaitait pas cette mort, mais il cède pourtant, comme plus tard Ponce Pilate. Dans la quatrième journée enfin, celle de la Descente aux enfers et de la Résurrection, Jean désigne l’Agneau de Dieu venu libérer les Patriarches du limbe ; parvenu avec eux au paradis terrestre, où ils doivent attendre que Jésus soit monté au ciel pour le suivre dans la gloire, l’ermite s’étonne de trouver sur place le bon Larron, arrivé avant eux, et dont la mine patibulaire ne correspond pas à l’idée que se fait d’un saint homme celui qui se nourrissait de miel sauvage et de sauterelles. J. Subrenat évoquera le rôle confié à Jean-Baptiste dans le premier mystère de la Passion français. Nous nous consacrerons ici aux premiers successeurs de Mercadé, Arnoul Gréban (Paris, v. 1450) et Jean Michel (Angers, 1486). Ils nous donneront l’occasion d’observer que les grands mystères de la Passion du xve siècle ne sont pas voués au spectacle pour le spectacle, mais que leurs effets pittoresques et violents sont inséparables d’une construction théâtrale ferme et clairement lisible et d’une pensée savante et subtile – celle de saint Thomas d’Aquin dans le cas d’Arnoul Gréban, celle de Guillaume d’Ockham dans le cas de Jean Michel.

Arnoul Gréban : le Précurseur dans l’histoire du salut

3Chez Gréban, le rôle du Baptiste se laisse bien résumer par le mot de « précurseur » tel que le définit saint Thomas d’Aquin dans son commentaire sur l’Evangile selon saint Matthieu :

  • 1 Sancti Thomae Aquinatis Super Evangelium S. Matthœi Lectura, cura P. Raphaelis Cai, o. p., Rome-Tu (...)

Dicit ergo : « Qui post me venit », nascendo, baptizando, praedicando, moliendo, ad inferos descerniendo1.

  • 2 Cf. Elie Konigson, La représentation d’un mystère de la Passion à Valenciennes en 1547, Paris, CNR (...)

4Le premier mot, nascendo, n’entre pas en ligne de compte, car ni Gréban ni ses contemporains n’ont mis en scène l’histoire d’Elisabeth et de Zacharie. Il faudra attendre la Passion de Valenciennes en vingt-cinq journées de 1547 pour que la conception et la naissance de Jean-Baptiste soient représentées dans un mystère de la Passion2. En revanche, la prédication, le baptême, la mort et la descente aux enfers sont autant d’occasions pour Jean-Baptiste de précéder, d’annoncer et de préparer la venue du Sauveur.

  • 3 Il suit à peu près Lc iii, 4-9.
  • 4 « Primo movet ad pœnitentiam, secundo annuntiat salutem » (Super Ev. Matthœi, op. cit., § 247).
  • 5 Gréban, v. 10155.
  • 6 Ibid., § 272. Selon Jérôme, la hache est la prédication de l’Evangile, qui sépare les croyants des (...)

5Comme chez Mercadé, Jean-Baptiste inaugure la deuxième journée, consacrée à la vie publique et au début de la Passion, par un sermon sur le thème Pœnitentiam agite. Ce n’est pas un sermon en forme, avec prothème, thème et division mot à mot, comme on en trouve plusieurs chez Jean Michel. Gréban préfère enchaîner avec plus de souplesse les formules et les idées que lui fournit l’Evangile3, réservant le latin aux citations des prophètes attestées dans ses sources. En revanche, il propose des interprétations morales de ces citations. Omnis vallis implebitur signifie qu’à la venue du Sauveur les humbles recevront la grâce et la doctrine, mons humiliabitur, que les orgueilleux se soumettront à la foi et à l’obéissance. Les voies tortueuses sont les mœurs dévoyées des méchants, qui deviendront charitables, les chemins raboteux qui seront aplanis sont les pécheurs obstinés, qui se convertiront. Tous verront le Sauveur, non pas avec leurs yeux de chair en ce monde-ci, mais une fois ressuscités, quand le Christ reviendra pour le Jugement dernier. Jean exhorte à la pénitence, certes, mais non sans annoncer le salut, comme saint Thomas d’Aquin l’avait relevé4, et la portée ultime de cette promesse est eschatologique. Le salut est annoncé d’abord aux juifs, mais il n’est pas réservé aux juifs. Ces derniers ne doivent pas mépriser les étrangers sous prétexte qu’ils ont pour père Abraham ; Dieu peut rendre « les publicains et les payens » plus dignes d’être appelés fils d’Abraham. La cognée est à la racine de l’arbre. L’arbre, c’est le peuple juif, la cognée, c’est « l’exploict de divine justice5 ». Gréban choisit ici, parmi les interprétations que lui propose saint Thomas, celle de saint Jean Chrysostome, qui parle de districtio divini iudicii6.

  • 7 Gréban, v. 10011 et 10164.
  • 8 Gréban, v. 10036.
  • 9 Super Ev. Matthœi, op. cit., § 264.

6En dépit de l’« iniquité » et de la « fragilité7 » du peuple, Jean préfère la promesse à la menace, à l’instar d’Isaïe qui parlait « par doulceur8 ». Jésus se montrera plus violent dans les derniers jours de la vie publique, quand sa parole ne rencontrera plus que des auditeurs obstinés. Chez Gréban, Jean omet l’expression progenies viperarum, présente pourtant chez Matthieu et chez Luc. Certes, saint Thomas avait puisé chez les pères de l’Eglise quatre interprétations de ces mots et sur les quatre deux étaient favorables ; selon lui, progenies signifie « imitation » ; la vipère, après avoir mordu, se réfugie auprès de l’eau, ce qui signifie que les Juifs pécheurs imitent la vipère en recourant au baptême ; d’autre part, le serpent est un symbole de la prudence, et c’est un acte conforme à cette vertu que de recevoir le baptême de Jean9. Mais le public du mystère ne pouvait entendre « engeance de vipères » que comme une injure antisémite, peu appropriée au cours d’une prédication initiale qui vise la conversion du grand nombre et qui s’annonce bien, malgré les résistances inévitables.

  • 10 Gréban, v. 10165.

7Jean-Baptiste conclut son sermon comme il l’avait commencé, en criant « Poenitenciam agite10 », puis il appelle ses auditeurs à traduire dans les actes ce mouvement de pénitence et à recevoir le baptême. Toutefois, il ne mentionne le baptême qu’il se prépare à administrer que comme la préparation d’un second, plus grand que le premier :

Venez donc et faictes devoir
Du saint baptesme recevoir
Qui disposéz vous rendera
A l’autre qui après vendra,
Qui sera fait ou Saint Esperit.

8C’est bien ainsi que l’entendent les premiers disciples de Jean, Abïas et Manassés :

  • 11 Gréban, v. 10166-10170 et 10225-10226, 10231-10232

A joinctes mains vous requerons
Ce saint baptesme venerable [...].
Il nous sera voye notable
A cil que de Cristus arons11.

  • 12 Thomas d’Aquin, Somme de théologie, iiie partie, qu. 38, article 6. Pour analyser les articles de (...)

9Les disciples de Jean devront donc recevoir le baptême du Christ. C’est la doctrine de saint Thomas, qui s’en est pris assez vivement sur ce point à Pierre Lombard. Selon le Maître des Sentences, ceux qui avaient mis leur espérance dans le baptême de Jean et ignoraient l’Esprit saint devaient recevoir le baptême du Christ, mais ceux qui n’avaient pas mis leur espérance dans le baptême de Jean et croyaient en la Trinité ne devaient recevoir que l’imposition des mains. Penitus irrationabile ! s’écrie le docteur Angélique. Le baptême de Jean ne confère pas la grâce ; il n’est qu’un baptême d’eau, alors qu’il faut, pour être sauvé, renaître de l’eau et de l’Esprit12, c’est-à-dire recevoir le baptême chrétien. Gréban développe ce point un peu plus tard, à l’occasion de l’entretien de Jésus et de Nicodème :

  • 13 Gréban, v. 11418-11420, 11440-11444, 11476-11477.

Qui regeneré ne sera
D’ëaue qui le lavera
En la vertu du Saint Esperit, [...]
Jamais le haultain royaulme
Ne verra en corps ne en ame [...],
Ce baptesme porte efficace
Que l’homme l’acquiere (le ciel) par grace13.

10Quelle est donc la valeur du baptême de Jean ? Etait-il d’institution humaine ou divine ? Jean devait-il recevoir à son tour le baptême du Christ ? Comment se fait-il que Jésus ait voulu être baptisé par lui dans le Jourdain ? Les scolastiques se posaient ces questions, le dramaturge rappelle leurs réponses.

  • 14 Thomas d’Aquin, Somme de théologie, iiie partie, qu. 38, article 3.

11Le baptême de Jean est dit « de pénitence » parce qu’il incite à la pénitence. Il ne confère pas la grâce, mais il y prépare par l’enseignement, par l’accoutumance et par la pénitence. Il ne remet pas les péchés14. En ce sens, Jean est bien baptizando le précurseur du Christ, mais il n’est rien de plus. Peut-être même aurait-il dû recevoir lui-même le baptême chrétien. En tout cas il demande ce baptême à Jésus, qui paraît acquiescer :

  • 15 Gréban, v. 10349-10351, 10357-10359.

Jehan Baptiste
Sire que chascun doit prisier,
Tu me dois mesme baptisier
Sans estre devers moy venant [...]
Jhesus
En l’ëaue me baptiseras,
Mais, après, baptisié seras
Ou Saint Esperit dont tout bien vient15.

12Pourtant, la tradition chrétienne me mentionne pas un tel baptême et le mystère ne le représente pas. C’est que Jean-Baptiste a reçu un autre baptême. Jésus fait allusion à la mort qu’il va prochainement recevoir pour la justice, mort qui, aux yeux de saint Thomas, équivaut au martyre ; or, le martyre, ce « baptême du sang » équivaut lui-même au rite baptismal ordinaire :

  • 16 In Matth., op. cit., § 290. L’équivalence entre le martyre, « baptême du sang » et le baptême ordi (...)

Et isto etiam [sc. baptismo passionis] Ioannes baptizatus est a Christo, inquantum mortuus est pro iustitia, quod idem est quod mori pro Christo16.

  • 17 Gréban, v. 16899-16948, suivant Matt, XXI, 24-27 et parallèles.
  • 18 Somme de théologie, iiie partie, qu. 38, art. 2.

13Quant à la question de savoir d’où venait le baptême de Jean, Jésus la pose aux Juifs dans l’Evangile et Gréban reproduit l’épisode conformément à sa source sacrée : ils répondent qu’ils ne le savent pas, et Jésus ne le dit pas non plus17. Saint Thomas avait pourtant donné une réponse : en tant qu’il répondait à une inspiration de l’Esprit saint envoyée au Précurseur, le baptême de Jean venait de Dieu, mais son effet venait de l’homme, car « ce baptême ne produisait rien que l’homme ne pût faire18. »

  • 19 Gréban, v. 10311-10312, 10321-10326.
  • 20 In Matth., op. cit., §289.
  • 21 Gréban, v. 10338-10342.
  • 22 Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 1.

14Gréban souligne donc, à la suite de Thomas d’Aquin, qu’il y a une grande différence entre le baptême de Jean et le baptême chrétien. Il ne dissimule pas la surprise qu’éprouve le Précurseur quand Jésus lui demande de le baptiser. Il ne convient pas qu’un sujet baptise « si hault seigneur », ni que la créature lave son créateur19 ; Venit Iesus ad loannem dominus ad servum, creator ad creaturam20. D’ailleurs, le Christ ne souffre d’aucune souillure qui rende utile une purification21. Ces objections recoupent celles que saint Thomas énumère dans le premier article de la question « Convenait-il que le Christ fût baptisé par Jean22 ? ». Jésus apporte spontanément un premier éclairage avant de se rendre au Jourdain, puis il répond aux protestations de Jean :

  • 23 Gréban, v. 10255-10259, 10313-10315.

Et, pour le baptesme approuver
Dont Jehan, nostre precurseur,
Est ministre et vray denonceur,
En Bethanie m’en yray
et la baptiser me feray.[...]
Les autres baptisié avez
Et j’en vueil bien estre lavéz
Pour mieulx esprouver la loture23.

  • 24 In Matth., op. cit., § 291.
  • 25 Ibid. et Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 1.
  • 26 C’est en traversant les eaux du Jourdain que les Hébreux sont entrés dans la Terre promise, c’est (...)

15Jésus voulait donner sa sanction divine au baptême de Jean, qui rencontrait des contradicteurs, quia illi aliqui detrahebant, dit Thomas24. Une autre raison avancée par le théologien se laisse reconnaître dans les derniers vers que nous venons de citer : Jésus voulait dire que la nature humaine pécheresse avait besoin de purification et donner lui-même l’exemple de ce qu’il prescrivait aux autres25. Le dramaturge passe sous silence le symbolisme du Jourdain, que le théologien illustre par de nombreux parallèles bibliques26, mais il relève un détail auquel saint Thomas attachait de l’importance, l’âge atteint par le Christ à l’époque de son baptême :

  • 27 Gréban, v. 10249-10251.

J’ay actainct la perfection
D’aage d’omme, ad ce que je voys,
Car sur mon an trentiesme vois27.

  • 28 Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 3. ad 3m et In Matt., § 245.

16Pour Thomas, trente ans est l’âge de perfection. Si Jésus a attendu d’avoir atteint cet âge pour enseigner et pour prêcher, on ne doit confier aucun ministère à un sujet plus jeune28. Gréban ne dit pas ce qu’il retient de la conclusion, mais il n’omet pas de mentionner la perfection de l’homme-Dieu.

17Jésus veut manifester qu’il est fils de Dieu. Le Baptême dans le Jourdain donne lieu en effet à une théophanie trinitaire. A l’instant où Jésus sort de l’eau, Dieu le Père annonce que la Trinité va apparaître, puis, d’une voix probablement plus forte, il proclame :

  • 29 Gréban, v. 10381-10384.

Hic est filius meus dilectus
In quo michi bene complacui.
C’est cy mon filz, le beneuré Cristus
Qui bien me plaist ; ma plaisance est en luy29.

18Au même instant une colombe descend sur Jésus. La portée théologique de l’événement est évidente : Jésus est le Fils éternel dans la Trinité. Mais Jean-Baptiste semble recevoir aussi en cet instant la révélation du salut universel et de son moyen nécessaire, la Passion :

  • 30 Gréban, v. 10385-10390.

O vray sauveur et nostre recouvrance,
Medïateur et parfaicte esperance
Pour nous pourveoir,
Vray filz de Dieu, tu me fais demonstrance
Que te submetz a nostre delivrance
Pour peine avoir30.

  • 31 Matt, iii, 16 ; cf. Marc 1, 10, Lc iii, 22.
  • 32 Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 5.

19Gréban semble avoir compris comme Thomas d’Aquin la phrase évangélique et aperti sunt ei cœli31 : l’ouverture des cieux n’est pas un phénomène sensible, mais une révélation de foi ; elle signifie que le chemin du Paradis est ouvert aux baptisés32.

  • 33 Ibid.
  • 34 Gréban, v. 10697-10710.

20Au moment de prendre congé, Jésus prescrit à Jean de continuer à baptiser. Selon Thomas, il ne convenait pas que le baptême de Jean cessât après avoir été reçu par le Christ. Il n’a pris fin qu’avec l’incarcération de Jean33. On peut imaginer que Jean est encore au bord du Jourdain quand ses disciples Abïas et Manassés lui signalent l’inconduite d’Hérode34. Jean part aussitôt vers la résidence du roi.

  • 35 Gréban, v. 10183-10202. 10287-10292.
  • 36 Ils sont de ceux qui crient Tolle ! Tolle ! et de ceux qui se moquent de Jésus crucifié (v. 22995- (...)

21Précurseur par la prédication et par le baptême, Jean l’est aussi par la persécution et par sa mort. Deux juifs, Nathan, Pharisien et Nachor, Saducïen, l’ont écouté, ont contesté son droit à baptiser et l’ont quitté sur un aparté menaçant pour aller faire un rapport à la sinagogue35. Ces deux personnages qui portent des noms juifs très voisins apparaîtront à plusieurs reprises dans le cours du mystère ; ils seront de tous les conseils et de tous les complots contre Jésus. Ils symbolisent le refus qu’une partie du peuple juif oppose à la prédication de la Nouvelle Loi et ils prennent part à la condamnation et à la mort du Christ36. Autant que la confession de foi de Jean-Baptiste, leur présence concrétise l’unité de la vie publique du Christ, marquée dès son commencement du signe de la croix.

22Gréban a remodelé l’histoire de la Décollation de Jean-Baptiste, qu’il trouvait chez Mercadé, pour la conformer davantage à la mort du Christ. L’innovation la plus importante touche les intentions d’Hérode. Chez Mercadé, ce prince veut faire taire l’insolence de l’ermite qui vient lui faire des remontrances, mais il ne souhaite pas aller plus loin ; c’est Hérodiade qui poursuit Jean de sa haine et qui profite d’une parole imprudente du roi pour faire périr le Baptiste. Gréban ne retient pas cette touche antiféministe, même s’il laisse l’initiative à Hérodiade quand elle exige du roi la tête de son ennemi. Hérode, quant à lui, soulève une objection :

  • 37 Gréban, v. 11958-11961.

Mais le peuple l’ayme forment,
Pour quoy je crains, se je traictoye
Son mal ou a mort le metoye
Qu’il n’en sourdist sedicïon37.

23Les chefs des prêtres et des pharisiens rencontrent le même obstacle quand certains des leurs suggèrent d’arrêter Jésus et de le mettre à mort ; c’est aussi par crainte d’une révolte qu’ils recourent aux services de Judas pour agir secrètement. Hérode et Hérodiade sont complices et c’est même Hérode qui imagine le stratagème qui fera périr Jean-Baptiste sans susciter de réprobation.

24Mercadé introduisait dans l’épisode de la Décollation un détail bien attesté dans la tradition hagiographique : Hérodiade frappe d’un couteau la tête de Jean-Baptiste, ce qui donne à Hérode l’occasion de lui reprocher de vouloir tuer un homme mort. Ce jeu de scène avait-il lieu aussi dans la Passion de Gréban ? On peut en douter, car aucune réplique n’y fait la moindre allusion et ce n’est que dans le manuscrit de Rome, du xvie siècle, qu’une didascalie indique Icy le fier d’ung costeau. A notre avis, Gréban a renoncé au parallèle facile avec le coup de lance de Longin, peut-être parce que l’autorité de l’épisode était discutable, mais il a établi une autre ressemblance, non moins perceptible aux spectateurs. A la mort de Jean, Dieu le Père prend la parole du haut du Paradis :

  • 38 Gréban, v. 12154-12156.

Or est la decollacion
Du benoist Baptiste parfaicte,
Or est finé le bon prophete38...

25Or, Dieu le Père intervient aussi à la mort de Jésus et sa réplique, bien qu’elle soit évidemment plus longue et plus solennelle, commence de la même manière :

  • 39 Gréban, v. 25997-25999.

Or est mon chier filz venerable
Passé le pas tresdestresseux
De la mort39...

26Précurseur moriendo, Jean doit encore l’être ad inferos descendendo. Telle est la dernière mission que lui confie Dieu le Père :

  • 40 Gréban, v. 12160-12164.

Car, si comme il fu precurseur
De mon filz et vray denonceur
Au monde, a tous mes lëaulx sers,
Aussi sera il aux infers40.

27Gréban ne prête à Jean aucune prédication dans les limbes, mais il lui donne la parole, au milieu des Patriarches et des Prophètes, quand il s’agit d’accueillir aux enfers l’âme de Jésus ressuscité. Dans l’Evangile de Nicodème et dans certains mystères postérieurs, comme la Passion en vingt journées, chacun répète une prophétie messianique qu’il a eu l’occasion de prononcer de son vivant ; il n’en va pas de même chez Gréban, sauf en ce qui concerne Jean-Baptiste, qui rappelle dans un huitain comment il a désigné l’agneau, à la fois victime et sauveur, qui est devenu dans l’iconographie son attribut traditionnel :

  • 41 Gréban, v. 26159-26166.

O souverain medïateur
De Dieu et de nature humaine,
Jadis fus prenonciateur
De ta venue souveraine.
Ma parolle ne fut pas vaine
Quant te nommay agnus Dei,
Car, par ta bonté d’amour plaine,
Tu tollis peccata mundi41.

28En d’autres termes, Jean contemple l’accomplissement de ce qu’il avait prophétisé devant la théophanie du Jourdain. Prophète de la Passion sur terre et dans les limbes, il sera encore prophète de l’Agneau le jour de l’Ascension, mais cette fois, c’est l’Agneau de l’Apocalypse, celui du retable de Van Eyck, qui s’offrira à ses yeux :

  • 42 Gréban, v. 32761-32764.

Huy veons nous la dignité
Le hault siege, le parfait lieu
Que ce benoist aigneau de Dieu
Sortira au haultain empire42.

29Telle est la dernière réplique de Jean-Baptiste dans la Passion de Gréban. Avant lui a parlé Adam, le premier homme de la Loi ancienne, après lui parle le Bon Larron, premier bénéficiaire de la Loi nouvelle. Le rôle qui commençait par la prédication de la pénitence et l’annonce du salut éternel s’achève quand l’attente du prophète est comblée.

Jean Michel : le prédicateur de la grâce

30La Passion de Jean Michel n’ignore pas le nom de Précurseur que la tradition attache à Jean-Baptiste, mais elle lui donne un sens légèrement différent. Les actions du personnage sont les mêmes que dans l’œuvre de Mercadé et celle de Gréban ; une mise en perspective différente permet toutefois d’en proposer une interprétation nouvelle. Comme on le sait, Jean Michel amplifie la deuxième et la troisième journée de Gréban, mais il supprime la première et la quatrième. Son propos est de mettre en scène l’acte salvateur du Christ, c’est-à-dire les principaux actes méritoires accomplis par Jésus pendant sa vie terrestre, son enseignement, sermons publics et entretiens particuliers, ses miracles et surtout les épreuves qu’il a accepté de subir jusqu’à la mort sur la croix. Jean Michel renonce au préambule de Gréban, qui rappelait la chute de l’homme et le crime de Caïn, ainsi qu’à l’enfance du Sauveur. On ne voit pas Jésus soumis à la Loi ancienne, on ne le découvre qu’à l’âge adulte, quand commence la manifestation publique de sa mission rédemptrice. Sont aussi supprimées la Descente aux enfers, l’Ascension, la Pentecôte et même la Résurrection, qui déjà dans le thomisme n’étaient pas comptées comme des actions rédemptrices. L’histoire du salut est ramenée à l’événement central et décisif qui fonde l’économie chrétienne du salut ; les préparations, les étapes, le retour du Christ à sa gloire éternelle par la Résurrection et l’Ascension, la fondation de l’Eglise à la Pentecôte ne sont plus représentées. Cela ne signifie évidemment pas qu’elles soient ignorées, qu’elles disparaissent de la doctrine. Bien des événements représentés par Gréban sont remplacés chez Jean Michel par des récits, des annonces ou des allusions. Par exemple, le limbe des pères est présent parmi les lieux figurés sur le théâtre, mais il ne sert qu’à l’occasion de la mort de Jean-Baptiste, dont le rôle permet, plus que d’autres, de rappeler quelle était la condition des justes avant la mort du Christ et d’évoquer le chemin que leurs âmes devaient parcourir, l’attente qu’elles devaient observer avant d’accéder à la béatitude. Si les étapes successives de l’histoire du salut ne sont plus mises en scène et distinguées les unes des autres avec autant d’attention que chez Gréban, on peut s’attendre à ce que la différence entre le baptême de Jean et le baptême chrétien ne soit plus mise en évidence. En revanche, Jean Michel met l’accent sur l’action de la grâce dans l’âme et sur le rôle d’enseignement et d’exhortation que remplit à cet égard la prédication. Prédicateur, Jean-Baptiste reçoit la mission d’enseigner et d’exhorter ; en cela il prépare les longs exposés de Jésus, mais ce qu’il dit s’applique aussi bien aux chrétiens du xve siècle qu’aux premiers auditeurs de l’Evangile. Le baptême du Christ et la Décollation de saint Jean permettent aussi à Jean Michel d’exposer ce qu’il en est de l’économie du salut voulue par la toute-puissance de Dieu. Le rôle de Jean-Baptiste contribue à la définition de la via ordinata salutis telle que la concevait Guillaume d’Ockham. En un mot, Jean-Baptiste n’est plus autant qu’auparavant une étape historique de la Révélation, mais il est plutôt considéré sub specie œternitatis.

  • 43 Ce trait a été étudié par M. Accarie. « Jean Michel homme de théâtre : la suppression du prologue (...)
  • 44 Citation d’Isaïe XL, 3 en Matt. iii, 3. Mc I, 3 et Lc m, 4.

31Puisque Jean Michel renonce aussi bien au préambule vétéro-testamentaire qu’à la première journée de Gréban, le mystère peut commencer par la prédication de Jean-Baptiste. En général, une journée de spectacle s’ouvrait par un Prologue qui, chez Mercadé, prenait la forme d’un sermon. Cela entraînait une conséquence un peu embarrassante sur le plan de l’esthétique théâtrale : la succession de deux sermons avant le commencement du dialogue et de l’action proprement dite. Jean Michel résout élégamment la difficulté en supprimant le sermon-prologue propre à la première journée et en donnant la parole directement à Jean-Baptiste43. Ce premier sermon a pour thème Parate viam Domini44 ; un peu plus tard, Jean-Baptiste en prononce un second, Pœnitentiam agite, presque entièrement semblable à celui que Gréban avait composé pour le Précurseur. Entre les deux s’interpose un conseil des juifs, au cours duquel les chefs des prêtres, les pharisiens et les scribes se demandent si les temps ne sont pas accomplis et si Jean-Baptiste ne serait pas le Messie annoncé par les prophètes. Ce long dialogue en pompeux décasyllabes remplace la dispute soutenue par Jésus enfant au Temple dans la première journée de Gréban ; il permet en outre d’exposer la situation historique et politique du peuple juif par rapport à Hérode et aux Romains, ce qui éclaire le rôle que ces derniers joueront dans la vie de Jésus ; il détermine aussi l’intervention de plusieurs détracteurs de Jean, qui vont le trouver pour l’interroger sur son identité et contester son autorité. Ce qui chez Gréban ne servait qu’à expliquer l’action sert ici à l’engager. Les autorités juives manifestent leurs soupçons, leur mépris et leur agressivité contre le Précurseur avant d’opposer au Sauveur leur incrédulité et leurs complots.

32Jean-Baptiste avait pourtant dissipé bien des illusions dès sa première intervention. Il y annonçait un sauveur dont la puissance ne s’exercerait pas sur les corps par l’exaction et la violence comme les puissances terrestres, mais sur les cœurs par l’exemple de sa vertu, par ses miracles et par la sainteté de sa vie. Il avait aussi affirmé qu’il n’était pas le Messie et que son baptême d’eau n’était qu’une préparation

  • 45 Jean Michel, Le mystère de la Passion (Angers, 1486), éd. O. Jodogne. Gembloux, Duculot, 1959, v. (...)

Pour recevoir plus humblement
Le baptesme de Jhesus Crist
Sanctifié du Sainct Esperit45.

33Seul le baptême du Christ peut conférer la grâce, et le second point du sermon contient l’esquisse d’un exposé sur la grâce qui sera développé plus tard par Jésus à Nicodème. Jean exhorte ses auditeurs à faire les premiers pas qui les prépareront à l’infusion de la grâce : qu’ils se détournent des péchés dans lesquels ils se complaisent, qu’ils craignent Dieu d’une crainte filiale et désirent le bien de leur prochain. Jean fustige avec véhémence l’endurcissement des cœurs :

  • 46 Michel, v. 1114-1119.

Progenies viperarum,
Faulce serpentine lignee,
La pirement moriginee
Que bouche d’homme sçauroit dire,
Qui vous monstrera fuÿr l’ire
Qui est a venir sur vous tous46 ?

  • 47 Michel, v. 1060-1061, 1170-1171. Sur ces questions nous nous permettons de renvoyer à « La grâce e (...)

34Cette invective introduit une exhortation ad status inspirée de quelques versets de saint Luc (III, 10-14), mais adaptée à l’organisation de la société médiévale, puisque sont interpellés tour à tour « bourgeois et marchands », grands clercs et seigneurs, « roturiers et simples gens ». Pour obtenir la grâce, la contrition et la pénitence sont nécessaires. La grâce dont il s’agit est donc la grâce sacramentelle que la théologie ockhamienne appelle gratia gratum faciens. Elle sanctionne le premier mouvement méritoire du pécheur qui passe de l’amor amicitiœ sui à l’amor amicitiœ Dei ; par elle on peut espérer la gloire éternelle47. Ce qui était valable pour les auditeurs de Jean-Baptiste l’est encore pour les spectateurs du mystère, l’acteur s’adresse aux uns comme aux autres et l’anachronisme du vocabulaire social va dans le même sens que la suppression du prologue. Dans la Passion de Jean Michel, Jean-Baptiste est un prédicateur chrétien.

  • 48 Michel, v. 1785-1790.
  • 49 Le théâtre sacré à la fin du Moyen Age. Etude sur le sens moral du Mystère de la Passion de Jean M (...)

35Le second sermon, celui qu’on entendait dans la Passion de Gréban, entraîne la conversion d’Abïas et de Manassés, mais ces derniers ne déclarent plus attendre le baptême de Jésus. Jean Michel n’insiste pas comme son prédécesseur sur la différence et la hiérarchie des deux rites, mais il revient sur la morale du salut. Au même endroit, Jean-Baptiste exhorte ses premiers disciples à renoncer aux biens mondains au profit des biens éternels48. On reconnaît son moralisme et le mépris du monde que M. Accarie a analysés dans son étude classique sur Jean Michel49.

  • 50 Michel, v. 2092-2117.
  • 51 Michel, v. 2124-2128 (proches de Gréban), cf. Jn xii, 28.

36La théophanie qui accompagne le baptême de Jésus est préparée par une réplique originale de l’archange saint Michel. La contemplation de l’essence divine, à laquelle sont appelés aussi les élus, procure une exaltation que les mots sont impuissants à rendre. En Dieu on peut contempler « toutes choses possibles » et la doxologie prend d’emblée une forme trinitaire50. Ce qui de l’essence divine se donne en premier lieu à penser et à adorer, c’est la toute-puissance. Or, en ce moment précis, la toute-puissance se manifeste d’une part en glorifiant le Verbe51, d’autre part en instituant la vertu salvifique du baptême chrétien :

  • 52 Michel, v. 2128-2130, 2134-2139. Nous avons commenté ce passage dans « La Passion de Jehan Michel (...)

C’est le Crist promis, c’est celui
Que je accepte reparateur
D’humain forfait et redempteur [...].
Aux hommes par lui je pardonne
Et, par le moyen de sa grace,
Je donne au baptesme efficace
D’imprimer caractere fix
Du grant merite de mon filz
A l’ame de l’omme mortel52.

37Dans sa toute-puissance, Dieu constitue en mérites les actes du Christ et il en attribue le bénéfice à l’homme pécheur. C’est la via ordinata salutis dont parlent les théologiens ockhamistes, l’économie que Dieu institue dans sa souveraine liberté, qu’il pourrait instituer autre ou ne pas instituer. La présence de l’Esprit saint sous la forme de la colombe et le fait que les paroles citées soient chantées à trois voix signifient la consécration du baptême du Christ par la Trinité. Secondaire, la distinction entre le baptême de Jean et le baptême chrétien est passée sous silence. La volonté de Dieu échappe à la temporalité.

  • 53 Jean Michel, v. 7599-7652. Schéma des strophes : a10a10b10a10a10b10b10b10a4a4b10b10b10b4a10, et ce (...)

38Qu’est-ce que la grâce sacramentelle apporte de nouveau à la situation de l’homme pécheur ? Puisque la scène de la Descente du Christ aux limbes ne sera pas représentée, il revient à Jean-Baptiste d’évoquer le destin des justes de l’Ancienne Loi que la mort du Christ va conduire du séjour infernal à la gloire éternelle. Quand il apprend qu’il va mourir, le Précurseur prononce une prière solennelle. La strophe unique d’Arnoul Gréban est remplacée par une ample ballade de cinquante-quatre vers hétérométriques53. A quatre reprises, le martyr s’adresse à Dieu, lumière, souverain, créateur, Prince éternel, et lui demande le lieu de paix ou tes amis reduys. Jean n’ignore pas que ce lieu ne peut lui être ouvert sans délai ; c’est pourquoi il implore la protection divine dans le voyage qui conduira d’abord son âme vers les limbes :

  • 54 Michel, v. 7622-7624.

Par ta lumiere, s’i te plais, enlumine
L’obscure voye ou fault que je chemine.
Pour tant instruys
Mes sens destruictz
Et les conduys au bas de la machine54.

  • 55 Michel, v. 7619.
  • 56 Michel, v. 28621.

39Ce faisant, Jean confesse que Dieu ne repousse jamais ceulx qui te ayment d’amour parfaicte et fine55, ce qui se dit en langage d’école amor Dei super omnia. A lui seul Jean-Baptiste représente ici tous les justes qui ont aimé Dieu de cette manière, ceux qui ont placé en lui leur foi et leur espérance et qui attendent encore, aux limbes, que soient justifiées cette foi et cette espérance. Sa prière est exaucée à l’instant de la mort du Christ, quand Dieu le Père institue solennellement l’économie nouvelle du salut en disant, vingt mille vers plus loin, « Lieu de paix aux hommes j’asigne56 ». Pour attirer l’attention du public sur la relation entre les deux moments, Jean Michel a établi une symétrie aisément perceptible. A la mort du Baptiste, Dieu le Père invite les anges à chanter un hymne en son honneur :

  • 57 Michel, v. 7677-7678, 7693-7694.

Or est la decollation
Du benoist Baptiste parfaicte [...].
Pour ce, a la mort du sainct prophete,
Anges, faictes solempnité57 !

40A la mort du Christ, Dieu le Père invite les anges à exprimer le deuil de toute la Création :

  • 58 Michel, v. 28508-28510, 28531-28533.

Or a mon cher filz venerable
Passé le pas tres doloreux
De la mort [...]
Et bien vueil que ainsi le sentés
Et que en plains et pleurs vous chantés
Sa piteuse execucion58.

  • 59 Le mot limbe est employé pour la première fois chez Jean Michel à propos du Baptiste, au v. 7681 ( (...)
  • 60 Michel, v. 7679-7692, 7713-7726, 7763-7831.

41Pour aucun autre personnage la poésie et la musique ne sont pareillement mises à contribution. Jean-Baptiste mérite le nom de précurseur que lui confère Dieu le Père, chez Michel comme chez Gréban ; né et mort sous l’Ancienne Loi, il met toute sa foi dans la Nouvelle Loi, qu’il prêche d’abord aux hommes vivants, puis aux morts et même au diable. A sa mort, il reçoit en effet pour mission d’annoncer aux Patriarches l’accomplissement de la Rédemption et la naissance virginale du fils de Dieu59. L’Esprit de sainct Jehan invite ses nouveaux compagnons à chanter un silete. Alertés, les diables s’inquiètent et l’un d’entre eux leur révèle que la Trinité a désigné Jésus comme le Christ60.

42Prédication, baptême, persécution, mort, voyage aux limbes font de Jean-Baptiste le précurseur du Christ et son plus fidèle serviteur. Rien ne le fait hésiter, personne ne le fait reculer ; seule la présence de Dieu l’emplit d’une crainte révérencieuse qui traduit l’humilité de la créature devant le Créateur. De tous les hommes que met en scène le mystère de la Passion, il est le seul qui se montre parfait tout au long de sa vie. On ne peut apparemment lui imputer que le péché originel, ce qui s’explique naturellement par son rôle dans l’institution du baptême, ce qui explique aussi que les dramaturges le suivent jusqu’au limbe des Patriarches. Ce cas d’école a pourtant sur la scène une présence et une puissance inégalées. On croit voir sa silhouette sortir du ciseau d’un Claus Sluter. Jean-Baptiste ne ressemble guère au commun des mortels. Il ressemble bien plus au Christ lui-même, dont il précède et préfigure le parcours. Il n’est pourtant qu’un homme. Né et mort sous l’Ancienne Loi, il en subit toutes les contraintes et toutes les insuffisances. Témoin de la Nouvelle Loi, il doit attendre la mort de Jésus pour bénéficier du salut qu’elle apporte aux croyants. Arnoul Gréban le montre inscrit dans le temps, en ce point unique où le monde a changé ; il lui accorde la récompense de désigner au Paradis l’Agneau de l’Apocalypse. Jean Michel ne l’accompagne pas jusque-là, pas plus qu’il ne montre Jésus sortant vivant du tombeau. Jean-Baptiste n’est qu’une voix dans le désert et un chant dans les ténèbres. Mais au bord du Jourdain il a vu la Trinité, il a prêché le Christ aux juifs et il le prêche encore, depuis le théâtre, aux chrétiens d’Angers. Il n’a montré l’Agneau de Dieu qu’une fois, mais son doigt est encore tendu, à tout jamais, dans les images et dans la mémoire de l’Eglise.

Notes

1 Sancti Thomae Aquinatis Super Evangelium S. Matthœi Lectura, cura P. Raphaelis Cai, o. p., Rome-Turin, Marietti, 1951, § 278 (Matt. iii, 11).

2 Cf. Elie Konigson, La représentation d’un mystère de la Passion à Valenciennes en 1547, Paris, CNRS, 1969, p. 74-76.

3 Il suit à peu près Lc iii, 4-9.

4 « Primo movet ad pœnitentiam, secundo annuntiat salutem » (Super Ev. Matthœi, op. cit., § 247).

5 Gréban, v. 10155.

6 Ibid., § 272. Selon Jérôme, la hache est la prédication de l’Evangile, qui sépare les croyants des contemptores ; selon Grégoire c’est le Rédempteur, dont l’humanité est patiente mais dont la divinité est tranchante.

7 Gréban, v. 10011 et 10164.

8 Gréban, v. 10036.

9 Super Ev. Matthœi, op. cit., § 264.

10 Gréban, v. 10165.

11 Gréban, v. 10166-10170 et 10225-10226, 10231-10232

12 Thomas d’Aquin, Somme de théologie, iiie partie, qu. 38, article 6. Pour analyser les articles de la Somme consacrés au baptême du Christ, nous avons pris pour guide J.-P. Torrell, o.p., Le Christ en ses mystères. La vie et l’œuvre de Jésus selon saint Thomas d’Aquin, Paris, 1999, t. l, p. 183-205.

13 Gréban, v. 11418-11420, 11440-11444, 11476-11477.

14 Thomas d’Aquin, Somme de théologie, iiie partie, qu. 38, article 3.

15 Gréban, v. 10349-10351, 10357-10359.

16 In Matth., op. cit., § 290. L’équivalence entre le martyre, « baptême du sang » et le baptême ordinaire appartient à la tradition chrétienne la plus ancienne.

17 Gréban, v. 16899-16948, suivant Matt, XXI, 24-27 et parallèles.

18 Somme de théologie, iiie partie, qu. 38, art. 2.

19 Gréban, v. 10311-10312, 10321-10326.

20 In Matth., op. cit., §289.

21 Gréban, v. 10338-10342.

22 Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 1.

23 Gréban, v. 10255-10259, 10313-10315.

24 In Matth., op. cit., § 291.

25 Ibid. et Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 1.

26 C’est en traversant les eaux du Jourdain que les Hébreux sont entrés dans la Terre promise, c’est par le baptême que la nature humaine peut atteindre le salut ; c’est dans l’eau du Jourdain que Naaman le Syrien a été guéri de la lèpre et c’est après avoir traversé le Jourdain qu’Elie a été enlevé au ciel (Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 4) ; le nom de « Jourdain » signifie « descente », ce qui confirme l’humilité du Dieu fait homme (In Matth., op. cit., § 290).

27 Gréban, v. 10249-10251.

28 Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 3. ad 3m et In Matt., § 245.

29 Gréban, v. 10381-10384.

30 Gréban, v. 10385-10390.

31 Matt, iii, 16 ; cf. Marc 1, 10, Lc iii, 22.

32 Somme de théologie, iiie partie, qu. 39, art. 5.

33 Ibid.

34 Gréban, v. 10697-10710.

35 Gréban, v. 10183-10202. 10287-10292.

36 Ils sont de ceux qui crient Tolle ! Tolle ! et de ceux qui se moquent de Jésus crucifié (v. 22995-23002, 24987-24996).

37 Gréban, v. 11958-11961.

38 Gréban, v. 12154-12156.

39 Gréban, v. 25997-25999.

40 Gréban, v. 12160-12164.

41 Gréban, v. 26159-26166.

42 Gréban, v. 32761-32764.

43 Ce trait a été étudié par M. Accarie. « Jean Michel homme de théâtre : la suppression du prologue dans la Passion de 1486 », Le Moyen Age 80, 1974, p. 319-338.

44 Citation d’Isaïe XL, 3 en Matt. iii, 3. Mc I, 3 et Lc m, 4.

45 Jean Michel, Le mystère de la Passion (Angers, 1486), éd. O. Jodogne. Gembloux, Duculot, 1959, v. 1038-1040.

46 Michel, v. 1114-1119.

47 Michel, v. 1060-1061, 1170-1171. Sur ces questions nous nous permettons de renvoyer à « La grâce et la justification dans la Passion de Jean Michel », Plaist vos oïr bone chançon vallant ? Mélanges de Langue et de Littérature Médiévales offerts à François Suard, Lille. 2000, p. 73-84.

48 Michel, v. 1785-1790.

49 Le théâtre sacré à la fin du Moyen Age. Etude sur le sens moral du Mystère de la Passion de Jean Michel, Genève, Droz, 1979.

50 Michel, v. 2092-2117.

51 Michel, v. 2124-2128 (proches de Gréban), cf. Jn xii, 28.

52 Michel, v. 2128-2130, 2134-2139. Nous avons commenté ce passage dans « La Passion de Jehan Michel (1486) et le nominalisme », L ‘Hostellerie de Pensée. Etudes sur l’art littéraire du Moyen Age offertes à Daniel Poirion Paris, 1995, p. 94.

53 Jean Michel, v. 7599-7652. Schéma des strophes : a10a10b10a10a10b10b10b10a4a4b10b10b10b4a10, et celui du refrain : b10b10a4a4bl0b10b10b4a10. C’est la ballade la plus ample du mystère.

54 Michel, v. 7622-7624.

55 Michel, v. 7619.

56 Michel, v. 28621.

57 Michel, v. 7677-7678, 7693-7694.

58 Michel, v. 28508-28510, 28531-28533.

59 Le mot limbe est employé pour la première fois chez Jean Michel à propos du Baptiste, au v. 7681 (emprunté à Gréban), puis au v. 7717 (aux limbes, vers original). Les disciples de Jean prient pour que son âme soit reçue dans le « sein d’Abraham » (v. 7859), autre dénomination du limbe des Patriarches. (Cf. J. Baschet, Le Sein du Père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval. Paris. Gallimard, 2000).

60 Michel, v. 7679-7692, 7713-7726, 7763-7831.

Auteur

Centre d’études supérieures de la Renaissance (Tours)

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540